Comment réintroduire le débat sur la question du réchauffement climatique ? (1)

Face à l’unanimisme et à l’intolérance préoccupante en matière d’écologie, essayons de partir de faits et d’observations scientifiques pour tenter de réintroduire le débat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Greta Thunberg at the Parliament By: European Parliament - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment réintroduire le débat sur la question du réchauffement climatique ? (1)

Publié le 24 juillet 2019
- A +

Par Johan Rivalland.

Excès en tous genres, activisme militant, unanimisme, mythologie voire mythomanie irrationnelle, dénonciations outrancières, embrigadement de la jeunesse, lavage de cerveau dès le plus jeune âge, opportunisme politique, catastrophisme ambiant et autres prophéties de malheur, discours apocalyptiques, régression civilisationnelle et risque d’atteinte profonde aux libertés fondamentales. Voilà où on peut avoir le sentiment d’en être lorsqu’on évoque aujourd’hui l’écologie. Avec l’impression d’assister petit à petit à un retour à de nouvelles formes de totalitarisme.

Greta Thunberg, en égérie mondiale, reçue en grande pompe à l’Assemblée nationale pour être célébrée comme une véritable sommité, honneur auquel n’a droit, à ma connaissance, aucun scientifique. Peurs, catastrophisme, fantasmes de la fin du monde et autres délires millénaristes. C’est avec cette musique de fond permanente que nous déroulons désormais nos vies. Avec, bien sûr, la complicité de politiques qui y ont leur intérêt et de journalistes en mal d’audience et de sensationnalisme qui ne se privent pas d’une telle opportunité. Parfois avec sincérité, à d’autres moments avec beaucoup de mauvaise foi.

Écologisme et unanimisme

Mais, c’est bien connu, ce n’est pas avec les bonnes intentions que l’on mène le monde dans la bonne direction. L’imaginaire de la pluie et du beau temps ne date pas d’aujourd’hui. Et l’être humain a une tendance à transformer la réalité pour assouvir sa soif de croyances, quitte à verser dans le simplisme le plus confondant.

Symptomatique de cet unanimisme incroyable et de cette propension à croire au-delà de toute raison, un journaliste aussi avisé et – je le pense – de bonne foi comme Jean-Michel Apathie, affirme avec la plus grande des assurances que plus personne aujourd’hui ne remet en cause le réchauffement climatique et la responsabilité de l’être humain dans celui-ci… Prolongeant son raisonnement jusqu’à promouvoir cette décroissance que de plus en plus d’adeptes établissent en dogme.

L’écologisme, qui est une vision purement politique de l’écologie, voire quasi-religieuse, sans faire appel à une quelconque rigueur scientifique – si ce n’est des scientifiques parfois eux-mêmes plus ou moins militants qui diffusent des éléments susceptibles d’aller dans leur sens – mène au malthusianisme ; et à l’absence de débat. Une situation qui devient préoccupante. À la recherche et à la rigueur scientifiques est préféré un unanimisme de façade qu’il n’est pas bon d’entendre discuter ou mettre en question.

Ceux qui ne vont pas dans le sens de l’unanimité peuvent d’ailleurs aussitôt être considérés comme des « ennemis de la planète » ou harcelés de manière choquante par de dangereux propagandistes « gardiens du dogme », peu ouverts au débat et méprisant les données factuelles. Et ce malgré les démentis régulièrement apportés par les faits, en particulier ces dernières décennies bien que ce ne soit pas nouveau (multiples prophéties relatives à l’épuisement très prochain de telle ou telle ressource).

S’appuyer sur les données (pour l’essentiel) factuelles pour tenter de réintroduire le débat

En me basant sur ce que j’ai pu découvrir à travers la lecture des conclusions de différents travaux de scientifiques, les nombreux articles de fond sur Contrepoints, divers ouvrages que j’ai pu lire, ou dans d’autres trop rares parutions, j’ai fini par me dire qu’il serait peut-être utile de commencer à relever des éléments factuels.

Je n’ai hélas pas du tout pris de notes au fur et à mesure, ce que je regrette a posteriori. Mais comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, je me suis dit que je pouvais entreprendre de le faire peut-être à partir de maintenant. Et si j’y trouve le temps, cela permettrait aussi d’enrichir progressivement cette petite série d’articles et éventuellement les rediffuser d’ici quelques mois.

Voici au moins déjà quelques éléments que j’ai retenus. Certes un peu en vrac, et avec les limites de l’exercice (car on pourrait critiquer à la fois les choix formulés comme l’absence de développements) mais qui ont le mérite de pouvoir servir de base de départ à des échanges. À charge, ensuite, aux détracteurs de présenter leurs arguments et d’engager ainsi la discussion. Et à ceux qui le souhaitent d’ajouter des éléments supplémentaires. Mais qu’il y ait débat, au moins.

Évolutions du climat et des températures (1)

– Le climat connaît des évolutions depuis la naissance de la Terre, avec des cycles de réchauffement et d’autres de refroidissement.

– Beaucoup de gens ont tendance à confondre la météorologie et ses événements ponctuels (canicule, précipitations, ouragan, etc.) avec la climatologie (tendances à long terme concernant les conditions météorologiques).

– Le climat de l’an Mille était voisin du climat actuel.

– Le cycle de réchauffement actuel est en vigueur depuis 1695.

– Une période de réchauffement presque identique a eu lieu entre 1910 et 1940, sans qu’elle soit attribuée à l’homme,

– La hausse des températures de 1910 à 1940, suivie d’une décrue de 1940 à 1970, s’est révélée égale et aussi rapide de 1970 à 2000 et quasi-constante depuis une vingtaine d’années.

– La corrélation avec les taches solaires semble très bonne.

– Certains physiciens du Soleil pensent qu’après la période chaude et d’activité solaire maximale du XXe siècle, on pourrait même aller vers une nouvelle période très peu active, et donc vers un climat plus froid.

Vincent Courtillot, géophysicien, spécialiste du magnétisme terrestre, a mis en évidence avec une équipe de chercheurs des alternances régulières de périodes de hausse et de baisse des températures montrant une très bonne corrélation entre l’activité solaire et la vitesse de rotation de la Terre.

– L’incertitude sur les données conduit à émettre des hypothèses de variations allant de 1,5 à 4,5 °C. Ce qui rend très incertaines les conclusions que l’on peut entendre en tirer.

– Les modèles catastrophistes reposent sur des algorithmes basés sur les inquiétudes qui y sont introduites. La confrontation progressive avec la réalité les invalide jusqu’à présent et révèle leur caractère inversement proportionnel à la réalité.

– On observe davantage des phénomènes de dissonance cognitive.

– Le climatologue Richard Lindzen relève que le réchauffement constaté depuis le XIXe siècle, qui correspond à la fin du petit âge glaciaire, est d’environ 1°C et s’est accompagné d’une amélioration de tous les indices de bien-être humain, y compris la qualité de l’environnement.

– Ce réchauffement est considéré comme faible.

– Le GIEC lui-même reconnaît des incertitudes considérables dans les résultats de ses modèles prédictifs.

– Un réchauffement comparable est associé à l’optimum climatique médiéval.

– Il s’ensuit que le réchauffement actuel n’est pas, contrairement aux affirmations de certains, « sans précédent ».

Voir les commentaires (115)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (115)
  • Le climato-sceptiscisme est dépassé.
    La fabrique du doute perd du terrain par les bardés de diplômes qui se servent de leur étiquette pour gagner en crédibilité pullulent.
    Moi aussi j’ai des diplômes et je suis capable de lire des livres de fac sur la climatologie, l’agriculture et l’écologie. Que complètent mon intérêt pour la géologie et la biologie en générale, bien qu’étant médecin et chimiste de formation.
    L’impact humain est indubitable également. Nous vivons sur une planète transformée en ferme agro alimentaire géante concentrationnaire et industrielle ultra-polluée.
    LA biodiversité paie le prix fort.
    C’est le fait du capitalisme et de la course au profit d’une poignée de multi-miliardaires à la tête des multinationales et jouant avec les politiques via leur lobbies.
    Qui désinstruisent et divertissent les peuples, avec du foot et des voyages touristiques pour mieux les contrôler tout au long de leur vies. C’est une folle machine incapable de s’arrêter.

    • Vous êtes capable de lire, mais le faites vous ?
      Vos profession on s’en fiche un peu, ça ne vous donne aucune autorité.
      On a bien compris que pour vous le soucis n’était pas la sauvegarde de la planète mais la lutte contre le capitalisme.

    • Comme quoi l’intelligence ne suffit pas a aborder la complexite du monde..mais on sait depuis fort longtemps que l’intelligence mene a la folle..voir le freres bogdanoff einstein …

    • on peut etre d’accord avec vous mais pourquoi vous souciez vous de biodiversité et surtout comment..

      personne n’a pour but de détruire la biodiversité pourtant la croissance de l’humanité en ombre et qualité de vie se fait à technologie fixe, sue le dos de la biodiversité et ce depuis le début de l’humanité..

      la planète une grande ferme? et alors?

      on est 7 milliards..
      moi ça que je déplore ou non je me refuse à considérer ça comme un paramètre avec lequel je puisse jouer, sauf à vite tomber dans le concept  » d’espace vital »….

      pour accepter vos propos je dois croire:
      que les calculs sur un impact maximum de l’homme sur la planete à ne pas dépasser est bel et ben calculable or d’après ce que j’ai vu, c’est TRÈS douteux.
      à partir de là je dois admettre qu’il existe un moyen de contrôler TOUTE la population humaine afin de ne pas dépasser cet impact… ce qui me terrifie et est douteux quand à la possibilité de le réaliser…

      je peux aussi admettre que y réussir globalement soit secondaire mais que adopter un mode de vie « sobre » défini scientifiquement suffise à vous apaiser… ce qui est assez bizarre comme comportement car alors vous vous « foutez » de la planète…et que vivre comment on le désire, peu importe les raisons c’est déjà ce que l’on fait!!!! à ceci près que les gens qui vivraient sobrement pourraient juste se dire moralement supérieurs aux autres..

      alors vous ? que voulez vous et comment le réaliser?

      croyez vous vraiment que nous allons installer une police mondiale verte et un comité central pour dire aux gens ce qu’ils ont le droit de faire ou ne pas faire dans CHACUN des gestes du quotidien?????
      je veux bien parier que les moyens à affecter à un service de police scientifico policier de cet ordre doivent consommer pas mal de la part humaine autorisée!!
      et je ne vous parle pas de l’impasse quand vous remarquez que la sobriété est insuffisante dans certaines partie du monde et qu’il faut relocaliser les populations …
      ou êtes vous juste dans le « je suis meilleur que toi »..certes qui peut être exemplaire mais dérisoire quant aux objectifs initiaux et pas vraiment différent de l’état normale du monde!!!

      si il y a surpopulation, c’est par définition un propos qui se résout lui m^me …
      et à ce moment là, la biodiversité est secondaire..

      vous croyez que des aliens regardent si la terre conserve sa biodiversité??? et blâmeraient les humains sinon??? ou quoi???

      moi je m’en fous car ce que vous me proposez EST une catastrophe certaine tandis que la catastrophe est ..hypothétique…

      le concept de surpopulation est peut être intéressant sur le point de vue scientifique.. mais moralement il est dangereux de jouer avec , ça débouche toujours sur ‘ qui est en trop »…
      on le répète jamais assez mais pourquoi est le scepticisme qui est criminel et non les emissions? sinon parce que définir des méchants est le moyen et le but de tout le bidule..

      • Définir des bons et des méchants… ça nous rappelle des souvenirs…

        • Hitler était écolo, végétarien il adorait la nature! Avec Staline et Mao ils seraient les précurseurs de l’écologie politique?

      • En effet, Jacques, les Aliens regardent la terre !

        L’un d’entre eux a demandé un jour à son co-pilote voyageur intersidéral ce que célébraient les habitants de la terre ?

        – ‘ c’est parce que leur planète a réalisé tour autour de leur étoile !

        – J’avais dit qu’ils étaient très cons… ‘

        • En gros, vos Aliens parlent des Gauchistes qui souhaitent « Bonnes fêtes de fin d’année et nouvel an » et pas « Bon Noël » ou « l’Épiphanie »…

    • C’est toujours très facile de critiquer les peuples « désinstruits et divertis ». Vous voudriez qu’ils fassent quoi les peuples, à part ce qu’il leur plait ? Et vous les contrôleriez comment pour qu’ils obéissent ?
      Je suis sûr que vous avez la solution, puisque d’entrée de jeu, vous vous placé au dessus de la mélée.

    • Martin n’a pas beaucoup voyagé dans sa vie, sinon il saurait que les fermes sont des exceptions sur notre planète.

    • @martin77500
      Tout n’est pas faux dans ce que vous dites, car il y a des excès sur lesqüels on doit s’interroger, mais vous tombez dans le piège du catastrophisme: la biodiversité ne s’est jalais si bien portéesue dans les nations développées et c’est là aussi que la pollution est moindre. Simplement parce que l’écologie delabde des moyens…
      Je corrigerais la fin de votre commentaire ur un pount: ce n’est pas le capitalisme qui est responsable (il a été à l’origine de la considérable amélioration de nos conditions de vie), mais la cupidité de quelques-uns… Et là, on n’est plus dans le capitalisme (sauf de connivence), mais dans l’abus de pouvoir. L’asservissement-spoliation des populations est lié à la « finance verte » et autres « pacte finance-climat » (dans cet ordre)

      • Pardon je corrige le début que je n’ai pas relu:
        Tout n’est pas faux dans ce que vous dites, car il y a des excès sur lesquels on doit s’interroger, mais vous tombez dans le piège du catastrophisme: la biodiversité ne s’est jamais si bien portée que dans les nations développées et c’est là aussi que la pollution est moindre. Simplement parce que l’écologie demande des moyens…
        Je corrigerais la fin de votre commentaire sur un point: ….

        • il faut arrêter avec le concept de capitalisme, c’est un piège…c’est le bon coté du système, ce qui reste de liberté économique qu’ils veulent abolir en pointant les problèmes liés à la connivence ..pour le remplacer par une connivence absolue…

    • @ martin77500
      Vous venez débiter votre foi mais elle repose exclusivement sur vos opinions qui sont loin d’être validées par le réel. La France est loin d’être aussi polluée qu’elle l’était après la seconde guerre mondiale. La forêt a regagné du terrain de plus de 20% rien que depuis 1985. Troisième massif d’Europe, elle n’a jamais été aussi importante. Elle représente aujourd’hui 16,9 millions d’hectares, soit 31 % de la surface du pays, contre 14,1. Depuis 1850, sa surface a doublé. Idem pour ce qui concerne les autres pays de l’Europe. Nous sommes très loin de votre ferme géante!
      Puisque vous savez lire faites le, au lieu de nous infliger votre profession de foi!

  • Il est clair que la fonction de l’auteur en tant que professeur en BTS d’action commerciale, et en IUT de marketing, laisse supposer qu’il est bien plus qualifié que Jean JOUZEL ou hervé LE TREUT pour parler du climat.

    • Et voilà les sophistes, on s’en prend à la personne au lieu de discuter les arguments.
      Tellement typique.
      Pitoyable.

      • alors…entre les deux..oui sur le principe mais justement regardons la liste…beaucoup d’éléments sont à avancer au conditionnel et à teinter d’incertitudes…

        il suffit à mon opinion de rappeler cette évidence, on ne sait pas quoi penser d’un ensemble de modèles ..sinon à la rigueur que ça peut vous donner un en ensemble de « possibles »… mais pas vraiment la gamme du possible et encore moins la quantification des probabilités…

        ça sert à se faire peur…

        wow si le co2 changeait tle climat de façon catastrophique????
        toi qui est savant peux tu me dire ça?
        en vérité non mais je vais faire « quelques » hypothèses et voir quelles peuvent

    • Quel est le salaire de Jean JOUZEL payé par le GIEC ? Quel est son intérêt ? Poser la question est y répondre.

      • J’ai compris que ce type était un imposteur quand je l’ai entendu dans une émission (il y a plus de 10 abs) dire que le CO2 était un poison.

    • Et la fonction de MD de juger qui que ce soit…

    • @MD
      Pourquoi utilisez-vous un pseudonyme, au lieu de laisser votre bio que nous pourrions avoir par un moteur de recherches soutenir vos propos ?
      Je précise que n’étant pas, moi, dans la ligne politiquement correcte, j’ai besoin de me protéger (modestement) par un pseudo, mais vous, que risquez-vous ?

    • Jouzel, piètre glaciologue, puisque le retrait glaciaire à commencé vers 1850, donc AVANT les émissions de CO2.

    • Vous avez raison, il vaut bien mieux faire confiance à Nicolas Hulot, armé de son bachot, ou à Yannick Jadot, dont la bio évoque pudiquement des « études d’économie », ou encore à François de Rugy, qui n’a pas un CAP poissonnier option écailler, contrairement aux mauvaises langues, mais a fait Sciences Po en comm et RH.

    • C’ est vrai qu’ Al Gore et Leonardo di Caprio ont tous les deux une liste de publications scientifique longue comme le bras…

  • Il n’y a pas a réfléchir sur le sujet ni besoin de consulter scientifiques experts cartomanciennes, l’homme est trop petit pour avoir une influence mondiale sur le climat donc c’est une perte de temps ..par contre on peut agir pour se proteger contre les aleas climatiques.
    Un exemple , la secheresse , mais pourquoi n’y a t il pas un reseau d’eau interconnecte comme pour l’electricite ?
    Autre exemple ,la chaleur ,pour lutter seule la clim le permet et on installe encore des chaudiere au gaz ?

    • Je ne comprends pas votre dernière phrase.
      Si réchauffement il y a vraiment, il est lent, et les chaudières au gaz et autres appareils de chauffage seront nécessaires encore « un certain temps » pour l’hiver. Et entre se geler tout de suite ou cuire plus tard, les gens feront vite leur choix…

    • Le gaz permet de refroidir… incroyable, surtout pour des écologistes béats :mrgreen:

  • Est-ce en invitant une gamine que nos députés trouveront une réponse ? Démunis comme ils le sont toujours, ils s’en remettent à cette nouvelle Jeanne d’Arc nordique, qui a entendu des voix, nous sommes sauvés, alléluia !

  • Ce qui est amusant, ou désespérant, c’est selon, c’est le fait que l’état qui nous bassine depuis 20 ans avec le réchauffement, ait annulé des examens pour cause de grosse chaleur.. Soit 20 ans c’est un peu court pour installer la clim’ dans des salles d’examen, soit il ne croit pas lui même à la réalité du réchauffement.

  • Bravo… 3 à ‘4% de CO2 d’origine humaine n’y font rien. Le combat est évidemment celui de l’opinion, en attendant que chacun constate l’inanité des positions consistant à prétendre que le ‘réchauffement » est anthropique. Cela dit, les experts se multipliant plus vite que les molécules de gentil CO2, le site Climatorealiste (présent sur FB) me semble parfait. Les sites Vert Bavoir, Belgotopia, Sciences climat énergie.be et le blog de JLDuret sont également d’une grande aide. Je dispose d’une petite formation scientifique en tant que chirurgien mais elle ne me permet que de comprendre l’info, ce qui est déjà appréciable. Quant à me prétendre expert, non non non

    • les verts ont meme trouve la Bernadette soubirou verte , qu’on vient monter aux députés.. l’apocalypse, les saints, la dime,
      les ayatollahs verts remplacent désormais les évêques d’antan..
      qui pétaient dans la soie et mangeaient du homard

      La terre est polluée , çà c’est clair , polluée par des déchets de toute nature..
      allez faire un tour en Afrique ou en Asie , vous verrez
      mais arrêtez e nous bassiner avec le réchauffement climatique dont la seule reponse cohérente par ailleurs serait le nucléaire,
      pour mettre la main sur la manne des taxes a l’énergie.

      Si il y a des choses a changer contrôlez donc la publicité qui fait vendre de la merde , des industriels qui vendent d’abord des emballages, et arrêtez de nous faire chier avec des problèmes d’entassement des bobos dans les villes..
      Venez vivre a la campagne , vous aurez résolu une grande partie de vos problèmes, tout y est moins cher, en plus

      • « La terre est polluée , çà c’est clair , polluée par des déchets de toute nature..
        allez faire un tour en Afrique ou en Asie , vous verrez »
        Là, vous êtes pris en flagrant délit de dérapage. Vous oubliez que la pollution et le réchauffement climatique anthropique sont de la seule responsabilité de l’homme blanc occidental.
        Non mais, quand même…

      • @ Claude Henry
        100% d’accord.
        Et notamment sur la notion de publicité comme pollution.
        La publicité est une prime à la médiocrité. C’est une acquisition de bande passante supplémentaire qui vise à accélérer la progression commerciale d’un produit au détriment de ses concurrents.
        Sans publicité, c’est le bouche-à-oreille et maintenant le buzz viral qui font le travail de promouvoir les bons produits sans biais.
        La publicité sans taxe est cousine du capitalisme de connivence.
        Les seules publicités qui devraient être exemptes de taxe seraient les publicités minimales telles site web, plaquette commerciale : toute information que le client potentiel sollicite.
        Toutes les autres publicités, donc non-sollicitées, devraient être taxées car elles introduisent un biais non légitime qui favorise relativement les mauvais produits.
        Ainsi, la taxe sur les publicités non-sollicitées devient un incitatif mécanique à investir en qualité comme vecteur de promotion plutôt qu’en pollution.
        Avec le seul bouche-à-oreille d’avant l’ère numérique la progression était lente, mais avec les réseaux sociaux le buzz fait le travail beaucoup plus vite et plus fortement.
        Et au final c’est le consommateur qui est gagnant.
        Mais les consommateurs doivent aussi s’organiser pour faciliter l’accès à une information rationnelle.

  • Juste un chiffre, sans aucune prétention scientifique, en un peu plus d’un siècle, le taux de dioxyde de carbone (CO2) dans l’air est passé de 0,03% à 0,04%! Oui 0,04% et c’est cela qui va entraîner la fin du monde……… Combien parmi tous ceux qui « gobent » sans réfléchir les discours alarmistes connaissent ce chiffre.

    • Tout le monde connait ces chiffres , c’est ce qui est merveilleux sachant qu’avant que l’ecole s’universalise l’homme avait ce genre de croyance ,comme quoi…..

    • @Pierrot : Simple remarque, les escrologistes ne parlent jamais de 0.04%, mais de 400 ppm, ce qui est strictement la même chose mais beaucoup plus alarmant.
      Rappelons aussi qu’une concentration de 0.04% noie chaque molécule de CO2 parmi 2500 molécules d’air, ce qui est quand même plutôt léger pour créer une barrière prétendument à l’origine du fameux effet de serre.

      • Comment , vous ne croyez pas a l’homeopathie et a toutes ces sciences de l’au-delà ?
        On a eu un president qui ne prennait aucune decision sans en referer a sa cartomancienne ,un autre qui du haut de ces diplomes pensait renifler le petrole en avion et l’actuel nous prend pour des neuneus du matin au soir et sa marche !

    • oui bof… si je m’ injecte un gramme de curare ça ne représentera qu ‘ un quatre vingt millième de mon poids mais je ne suis pas sûr que je m’ en porterai très bien! Le genre d’ argument qui expose à un debunkage en règle si vous vous présentez sur d’ autres sites moins « gentils », vous pouvez mieux faire…

  • On considère généralement que le PAG (Petit Age Glaciaire) s’est terminé plutôt en 1860, au moins pour nos contrées. C’est la phase maximale d’extension des glaciers alpins. Il a duré 560 ans et a suivi l’optimum médiéval qui, lui, a duré 400 ans environs, toujours sous nos contrées. + 1 degré en 160 ans, ou même 2 degrés à terme, en sortie de PAG, ça semble raisonnable… C’est comme si on disait que vraiment en mai il fait plus chaud qu’en février… C’est de l’ordre de l’évidence, pas besoin d’être climatologue.
    Nous n’avons pas assez d’informations sur l’optimum médiéval, mais on peut effectivement estimer que le climat y était similaire au climat actuel. Il a été précédé par d’autres optima, notamment à la période romaine et à de multiples reprises pendant les temps néolithiques. Nous sommes à peu près certains qu’il a fait plus chaud qu’aujourd’hui il y a 6000 ans.
    Et n’oublions pas qu’on a pris 8 degrés entre – 22 000 et – 10 000 : les hommes peuplaient la terre avant, et ont continué à la peupler ensuite.
    Enfin il faut toujours rappeler qu’il n’y a pas de débat parce qu’il n’y a pas de sujet : 1 degré, ou 2 degrés, c’est l’écart de climat entre deux départements français distants de 2 ou 300 km. Entre Lille et Toulon il y a 5 DEGRES : les Lillois vivent assez bien, et les Toulonnais aussi.

    • Tout à fait. J’adore voir cette image du Pr Schluchter tronçonner un arbre datant de près de 6000-8000 ans, à 2500 m d’altitude sur le glacier d’Aletsch. Or à cette altitude, un arbre ne peut pousser par -10, et il éclate par -20. Et si le sol est gelé, il ne peut pousser. Il a donc fallu qu’il fasse plus chaud qu’aujourd’hui, et pendant quelques siècles pour qu’il puisse atteindre cette taille à près de 3000 m d’altitude. Le glacier l’a fait descendre plus bas.

    • @aragorn « 1 degré, ou 2 degrés, c’est l’écart de climat entre deux départements français distants de 2 ou 300 km.  » très bon argument. J’entends aussi « tu te rends compte, si les africains et les indiens vivaient comme nous ! « suit un regard effrayé de terreur à la Munch , je leur rétorque « eh bien ils auraient une espérance de vie de 80 ans au lieu de 60 , ça te pose un problème ? »

    • Exact. Pendant plus de la moitié des dix mille années écoulées depuis la fin de la dernière glaciation les glaciers des Alpes étaient plus petits qu’ aujourd’hui ou avaient même quasiment disparu à l’ exception des très hautes altitudes. les débuts de l’ utilisation de la photo en montagne vers 1850 ont fixé l’ image d’ une montagne fortement englacée qui n’ est pas du tout représentative de la réalité à long terme. On est donc en train de retourner vers une situation plus « normale » si on peut dire… certes les montagnes étaient belles avec leur manteau de glace, mais même ça c’ est une notion toute récente née au XVIII ème siècle, autrefois les glaciers étaient craints et maudits par les populations locales…

  • Enfin il faut bien se rendre compte qu’il s’agit là essentiellement d’un délire intra-européen : la très grande majorité de la planète n’y croit pas et s’en fout royalement. Les Chinois, les Indiens, les Russes, l’Afrique, l’Amérique du Sud… Et le grand espoir c’est Trump qui est en train de couper les vivres aux carbocentristes américains et de réorienter les crédits vers une recherche un peu plus objective : en 2020 les Etats-Unis ne sont plus tenus par les accords de 2009, et ce sont les principaux bailleurs de fond des carbocentristes. C’est pour ça qu’on nous assomme de désinformation : après 2020 ils auront perdu la partie : plus de sous.
    En réalité, sur le fond des choses, cette affaire est déjà derrière nous, mais il va falloir encore quelques années pour ne plus en entendre parler. Comme on n’entend plus parler de la couche d’Ozone, des pluies acides et des différentes pandémies (Creutzfeld Jacob et la vache folle, ça vous dit quelques chose ? Il y a 20 ans tous les journaux annonçaient 100 à 200000 morts rien qu’en France. On n’en a pas trouvé un seul).
    Il faut débattre quand on peut, mais on ne débat pas sur les religions : si votre interlocuteur est dans une position dogmatique, c’est peine perdue. Pour ma part j’ai tout essayé, j’arrête de vouloir les convertir. Puisque Jean Jouzel sait mieux que nous, pourquoi discuter ?
    Je repense, pour votre liste, à un argument central que personne n’a jamais réussi à contrer, à commencer par Jouzel-le-glaciologue-millionnaire-prix-nobel-de-la-paix qui l’a lui même mis en évidence par les carottages (c’est un comble) : que ce soit sur la très longue durées (centaines de milliers d’années) ou sur les variations mensuelles ou annuelles, LE CO2 SUIT TOUJOURS LA TEMPERATURE et pas l’inverse. Donc la température monte (naturellement), le CO2 monte dans la foulée, libéré par les océans. Mettez votre verre de champagne à chauffer et vous verrez que plus il chauffe moins il y a de bulles.
    Pour les fanas du sujet je recommande le site du mathématicien Benoit Rittaud : Mythes, Mancies et Mathématiques.
    Et par pitié lisez tous l’histoire du climat depuis l’an Mil de Leroy-Ladurie, très bonne lecture d’été.

    • Autant , je n’avale pas toutes ces conneries, pour des raisons différentes, mais il faut se méfier de l’histoire du co² qui suit les changement de température, c’est un argument fallacieux.
      Rien m’empêche qu’il y ai en premier une montée de température, qui libère du co² et que ce même co2 fasse monter la température, les 2 ne s’excluent pas mutuellement.
      Si c’est le cas, il y a de toute façon des rétroaction négatives qui auto limite le problème, sinon il n’y aurait déjà plus de vie sur terre depuis longtemps…..

      • On sait très bien mesurer l’effet du CO2, il est de quelques dixième de degré, entre 0,6 et 1 degré, suivant les écoles, pour un doublement de concentration (de 300 à 600 ppm, et là on est à 400), mais ce n’est pas linéaire, ça sature très vite : plus il y a de CO2 moins ça a d’effet.
        L’argument n’est pas du tout fallacieux, les carbocentristes ont tout bricolé pour tenter d’expliquer ça, mais les courbes se suivent tellement bien que la rétroaction positive n’explique rien.

      • Le CO2 n’est qu’à 0,04% dans l’atmosphère terrestre, la vapeur d’eau entre 0,1 et 0,4 suivant la météo. A votre avis qui influence le climat? Le CO2 n’est qu’à l’état de résidu et il ne peut en aucun cas provoquer le réchauffement. De plus il est indispensable à la vie sur terre. Alors qu’on arrête de nous emmerder avec ce délire de débiles mentaux!

        • Oui merci, je sais tout ca , mais nier qu’il absorbe certaines fréquences et les réémet c’est nier de la physique de base aussi , l’effet est très mince je vous l’accord mais il existe, donc la rétroaction positive existe surement, même si elle est insignifiante.

          Les lasers au CO² ne marcherait pas si la physique était fausse à ce sujet.

        • en réalité, la vapeur d’eau dans l’atmosphère varie de 1 % à 5%…

      • C’est la théorie émise par des scientifiques (dont le français Edouard Bard) et reprise par Jouzel. Lors des périodes de déglaciation, les océans se réchauffent et libèrent du CO2 dans l’atmosphère, ce qui génère une rétroaction positive et permet d’accélérer le réchauffement et de sortir du stade glaciaire.
        Ca peut se concevoir, mais comme vous le dites il y a forcément aussi une (ou des) rétroaction négative sinon le système s’emballe.
        Le problème c’est que pour ses prédictions à horizon 2100, le GIEC fait intervenir en plus la rétroaction positive de la vapeur d’eau (dont l’effet de serre est bien supérieur à celui du gaz carbonique) pour obtenir une augmentation de t° de l’ordre de 3 à 4°C.
        Si cette rétroaction de la vapeur d’eau est vraie pour le 21eme siècle, elle a forcément due être vraie auparavant. Deux rétroactions positives, ça fait un sacré risque d’emballement. Dans ces conditions les multiples cycles climatiques du passé auraient depuis longtemps du transformer la terre en véritable étuve.
        En fait plus de vapeur d’eau dans l’atmosphère (parce qu’elle se réchauffe et peut donc en contenir plus), c’est aussi plus de nuages, donc plus d’énergie solaire réfléchie dans l’espace. Contrairement aux hypothèses du GIEC, la vapeur d’eau joue en fait un rôle de rétroaction négative et il n’y a pas de risque d’augmentation importante de la température. Le CO2 est un agent climatique mineur, c’est l’eau dans son ensemble (océans, vapeur d’eau, nuages) qui est l’agent climatique majeur avec le soleil.

        • Oui c’est bien possible que ca soit le cas.
          Il y a forcement une rétroaction négative relativement simple qui entre en jeu.

          • bien sûr, sinon le système se serait déjà emballé depuis bien longtemps. Cela tend à invalider les modèles du GIEC.
            Certains producteurs de légumes en serre utilisent l’augmentation du CO2 dans la serre pour stimuler la photosynthèse avec succès.
            Il serait intéressant de voir ce que donnerait une diminution de la lumière entrant dans la serre par mise en place de films filtrants, si cela n’a jamais été fait.
            La rétroaction négative est très probablement là, vu les concentrations d’eau dans l’atmosphère en comparaison de celle de CO2.

        • @Hug: « En fait plus de vapeur d’eau dans l’atmosphère (parce qu’elle se réchauffe et peut donc en contenir plus), c’est aussi plus de nuages, donc plus d’énergie solaire réfléchie dans l’espace. »

          Et la convection ! Si le rayonnement est réfléchi, les formidables cumulo nimbus qui se forment sur l’équateur emmènent avec eux une masse considérable de vapeur d’eau à hauteur de la tropopause, où le gaz raréfié (et la présence de CO2) permettent un maximum de refroidissement par rayonnement vers l’espace.

          + chaleur -> +dynamique -> +évacuation

    • Merci Aragorn . Il y a qd même des arguments qui les font bouger : Pourquoi les partisans de la lutte contre le cO2 refusent le nucléaire ? le réchauffement est il un si mauvaise nouvelle quand on regarde les terres émergées actuellement non habitables/cultivables à cause du froid ? Faire 2 à 3 récoltes/an comme dans certains pays chaud , est ce vraiment une mauvaise nouvelle ?

    • « si votre interlocuteur est dans une position dogmatique, c’est peine perdue » : ne débattez pas pour convaincre l’obsédé mais pour convaincre les tiers qui entendent le débat. De la sorte, vous changez radicalement la perspective de votre discours.

  • Apathie est une prostituée du pouvoir, il suffit de ne tenir aucun compte de ses propos ou mieux de changer de channel dès qu’on le voit ou on l’entend.
    Je me faisais la même réflexion, comment peut-on recevoir à l’assemblée nationale une étudiante qui ne connait rien à la vie en général et à toutes les sciences qui concernent le climat en particulier, alors qu’aucun gilet jaune (à ma connaissance) n’y a été convié pour expliquer les inquiétudes et les problèmes bien réels, eux, des Français qui ont défilé partout en France.

    • Apathie est d’une nullité consternante. Vous avez raison, dès que vous tombez sur lui à la radio ou à la télé, changez de chaine.

  • Gréta la possédée, en attente d’ un exorciste, a été invité par Macronescu………Effrayant.

  • Pour les lecteurs de bonne foi s’étant perdus ici, un lien permettant de prendre du recul:

    http://23dd.fr/climat/les-climatosceptiques/climatosceptiques-objections-et-reponses

    • Bonne foi n’est pas le mot, foi suffirait.
      Rapide coup d’oeil sur ce site. Sur le fait que le CO2 suit les températures, on retrouve un bricolage extrême pour tenter de nier l’évidence, ils n’ont peur de rien. Mais je note au passage qu’ils admettent le rôle des cycles de Milankovitch, c’est un progrès, et que toutes leurs explications tordues reposent sur des variations NATURELLES des températures et du taux de CO2.

    • Le recul, c’est inné, en prendre faute d’en avoir déjà, c’est refuser d’avancer…

    • Site intéressant merci. Mais c’est marrant de voir les explications parfois bancales. Avec des graphiques des fois sur plusieurs milliers d’années, des fois sur les 30 dernières années… Jamais sur la tendance et les cycles en fait.

  • Tout cela est fort juste, (on pourrait ajouter tout ce qui concerne le GIEC, à commencer par le faux consensus), mais je me demande s’il ne faut pas commencer par pointer les contradictions des politiques menées avec les objectifs mêmes qui sont avancés. Politiques qui sont ruineuses, ce dont les gens commencent à se rendre compte…
    – même si le libre échange peut et doit, dans une certaine mesure, être défendu, ce ne saurait être une position idéologique: importer est patates ou de la viande venant du bout du monde est contradictoire avec les objectifs.
    – faire venir des migrants qui viennent de pays où l’impact CO2 de l’homme est faible vers des pays où il est important, est contradictoire.
    – arrêter des centrales nucléaires est contradictoire.
    Ces contradictions sont le signe, soit d’une imposture sur la théorie du RCA, soit de l’enfumage des politiciens. Soit les deux…

    • s’il y avait « consensus », devrait-on le préciser ? non car il y aurait consensus 🙂

    • « même si le libre échange peut et doit, dans une certaine mesure, être défendu, ce ne saurait être une position idéologique: importer est patates ou de la viande venant du bout du monde est contradictoire avec les objectifs. »

      Si quelqu’un importe un produit X de l’autre bout de la planète c’est que ca doit être rentable. ou que le produit ne peut pas être produit la ou il est destiné.
      l’avis inverse est une grosse pente glissante à mon avis.

      • Le sujet est plutôt qu’il est contradictoire de planter des éoliennes pour sauver Gaïa tout en important des produits lointains réputés polluants pour tuer Gaïa, le fameux « en même temps » macronien.

        S’il y a contradiction, il y a soit bêtise, soit cynisme. Gageons que l’hypothèse la plus simple est la meilleure concernant LREM.

  • lire la tribune de Michel Onfray qui remet les choses en place à propos de Greta Thunberg :
    François de Rugy s’étant fait rattraper cet été par des homards devenus fous, peut-être parce qu’ils étaient imbibés d’Yquem, a quitté son poste de ministre de l’écologie. J’aurais aimé qu’il soit remplacé par Greta Thunberg qui, végane, n’aurait jamais pu causer la mort de ces pauvres crustacés géants! Végane et probablement buveuse d’eau, elle ne sort jamais sans sa gourde rouge écoresponsable – comme jadis le commandant Cousteau avec son bonnet ou aujourd’hui Christophe Barbier qui arbore son écharpe rouge, même en temps de canicule – pardon: en temps d’épisode caniculaire. La jeune fille qui ne sourit jamais, comme Buser Keaton à qui elle ressemble tant, ne pourrait donc pas non plus vider la cave du contribuable. Ce serait une garantie de moralisation de la vie politique. Après quinze défections depuis le début de son court règne, dont celles de onze ministres, Manu, tu devrais y songer…

    Cette jeune fille arbore un visage de cyborg qui ignore l’émotion – ni sourire ni rire, ni étonnement ni stupéfaction, ni peine ni joie. Elle fait songer à ces poupées en silicone qui annoncent la fin de l’humain et l’avènement du posthumain. Elle a le visage, l’âge, le sexe et le corps d’un cyborg du troisième millénaire: son enveloppe est neutre. Elle est hélas ce vers quoi l’Homme va.

    Les journalistes nous font savoir avec moult précaution, presque en s’excusant, qu’elle est autiste – il faut le dire, sans le dire, tout en le disant quand même. Dont acte. Je laisse cette information de côté. L’usage métaphorique de ce mot est interdit par la bienpensance, mais on découvre également qu’il l’est aussi dans son sens premier. Donc on le dit, mais on n’a rien dit.

    Quelle âme habite ce corps sans chair? On a du mal à savoir… Elle sèche l’école tous les vendredis en offrant l’holocauste de ce qu’elle pourrait apprendre à l’école pour sauver la planète. Est-ce que ce sera suffisant? Vu la modestie de l’offrande, je crains que non…

    Trop contents de ce magnifique prétexte pour ne pas aller au collège, un troupeau de moutons de cette génération qui se croit libre en bêlant le catéchisme que les adultes leur inculque, propose de suivre son exemple et offre en sacrifice expiatoire la culture qu’elle n’a pas, mais qu’elle pourrait avoir – si d’aventure elle allait à l’école, encore que, si c’est pour y apprendre les billevesées gretasques…

    La cyborg suédoise a même annoncé qu’elle prévoyait de prendre une année sabbatique pour sauver la planète! En effet, pourquoi apprendre des choses à l’école quand on sait déjà tout sur tout? La preuve, plume à la main, le soir dans son lit, elle lit avec passion les volumineux dossiers du GIEC dont elle débite les chiffres, donc la science, avec une voix de lame de fer – jadis, c’était Rimbaud ou Verlaine qu’on citait quand on n’avait pas dix-sept ans…

    Quelle intelligence est celle de ce cyborg? On ne sait… Ce qu’elle lit, à défaut de le dire librement, n’est pas écrit par une jeune fille de son âge. La plume sent trop le techno. Sa voix porte le texte d’autres qui n’apparaissent pas. Qu’est-donc d’autre qu’un cyborg, si ce n’est le sujet d’acteurs invisibles? Cette intelligence est vraiment artificielle, au sens étymologique: c’est un artifice, autrement dit, un produit manufacturé. Toute la question est de avoir par qui. Or, la réponse est simple, il suffit de se poser une autre question: à qui profite ce crime? La réponse se trouve probablement dans l’un des dossiers du GIEC – la bible de cette pensée siliconée.

    Que dit ce corps qui est un anticorps, cette chair qui n’a pas de matière, cette âme qui fait la grève de l’école, cette intelligence ventriloquée? Ce que les adultes de la bienpensance progressiste débitent depuis des décennies.

    Notre époque voit arriver au devant de la scène des enfants rois. J’ai dit ailleurs que la maladie avait gagné le palais de l’Elysée. Ce règne des enfants rois est celui de l’intolérance à la frustration et du mépris des adultes , alors que ces êtres en cours de fabrication se contentent de débiter des discours d’adultes – du moins, de certains adultes, ceux de l’avant-garde éclairée de la métamorphose la plus récente du capitalisme: l’écologisme. Ce cyborg parle en faveur d’une révolution initiée par le capitalisme vert.

    Certes, comme toujours, les véritables motifs – d’incommensurables profits…- ne sauraient être avoués tels quels. Il faut un excipient moral à cette révolution permettant d’entretenir le culte du Veau d’Or. Et quoi de mieux que le projet de sauver une planète en danger de mort?

    Cette jeune fille de seize ans qui prévoit de ne plus aller à l’école, puisqu’elle parle au nom de la Science, ignore qu’un philosophe qui s’appelle Hans Jonas a rédigé il y a bien longtemps le logiciel avec lequel fonctionne son intelligence artificielle.

    Dans Le Principe responsabilité (1979), Jonas fait avoir qu’en matière de survie de la planète, il s’agit d’en finir avec la raison des Lumières qui n’a rien produit, sinon des catastrophes, et qu’il faut désormais opter pour « une heuristique de la peur ». Autrement dit: il faut dramatiser, inquiéter, amplifier, exagérer, faire peur, c’est-à-dire tout le contraire de penser, examiner, réfléchir, débattre. On ne pense plus, on récite; on n’examine plus, on assène; on ne réfléchit plus, on psalmodie; on ne débat plus, on insulte, on excommunie, on anathèmise. On ventile…

    Ce cyborg post-capitaliste parle en effet au nom de LA science. Mais, du haut de ses seize ans, que sait-elle de l’astrophysique, des cycles cosmiques, des orages solaires et de leurs cycles, autant d’informations qui relèvent aussi de la science, mais auxquelles ni elle ni les siens ne font jamais référence quand il s’agit de penser la question du réchauffement climatique – une incontestable vérité: il n’y a pas à douter de ce fait mais des causes que certaines en donnent.

    Pour Greta Thumberg, il semble que LA science se réduise au compendium de passages à réciter, hiératique comme dans une cour du palais des papes planétaire, après prélèvement des phrases stabilotées dans les rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

    A l’Assemblée nationale, où, semble-t-il, elle a été invitée par un monsieur Orphelin, toujours avec le masque de Buster Keaton, elle a froidement fait la leçon à des adultes qui, se faisant mépriser, ont consciencieusement applaudi. Il faudra un jour réfléchir sur le rôle tenu en politique par l’humiliation chez certains qui jouissent à se trouver des maîtres et à jouir dans la soumission – fasciste, brune, rouge, noire, islamiste ou verte.

    Cette fois-ci, le maître est une maîtresse: c’est une jeune fille au corps neutre et à la parole belliqueuse. A la tribune, il semblait que c’était Mélenchon dans le corps d’Alice au pays des merveilles. Effet terrible: la menace du Tribunal révolutionnaire exprimée avec une voix pré-pubère blanche comme la mort… On se croirait dans un manga. Glaciale, elle a tapé les élus, elle a cogné les politiques, elle a frappé les chefs d’entreprise, elle a giflé les adultes, elle a molesté les journalistes, et le public a applaudi, la regardant comme s’il s’était agi d’une nouvelle apparition de Thérèse à Lourdes.

    « Nous les enfants », dit-elle quand elle parle! Quelle civilisation a jamais pu se construire avec des enfants? C’est le monde à l’envers! Qui plus est: avec des enfants expliquant aux adultes qu’il n’ont rien à faire des cours qu’ils leurs dispensent et que, de ce fait, ils entendent prendre une année sabbatique avant même d’avoir obtenu le brevet des collèges? C’est vouloir entrer dans le monde du travail en commençant par plusieurs années de retraite! Il est vrai que le coeur du projet présidentiel du « socialiste » Benoit Hamon…

    Que disent les adultes ayant fabriqué cette génération d’enfants rois qui décrète les adultes criminels, irresponsables, méprisables, détestables? Comme dans les mangas SM, ils jouissent et disent « Encore! Encore! »… Elle attaque les journalistes? Et que répond la corporation? Elle prend les coups et se force à sourire: ce serait Mélenchon, ils le vomiraient, mais comme c’est du Mélenchon enveloppé dans les rubans d’Alice, ils baissent le tête, regardent leurs pieds et filent doux… Le fouet claque au-dessus de la tête des patrons? Le Medef se tait et, penaud, tient la main des journalistes.

    L’Alice suédoise tance les adultes, elle leur dit, avec son visage non pas de marbre mais de latex: nous sommes des objets de haine, vous nous menacez, vous nous traitez de menteurs. Des adultes sensés incarner la représentation nationale applaudissent… Prenant un plus long fouet, elle ajoute, s’adressant aux mêmes: « vous n’êtes pas assez mûrs ». Dans un spasme de jouissance sadomasochiste, sauf une femme qui semble raison garder, bravo madame, tous applaudissent.

    Et puis, le diable est dans les détails, ce cyborg neutre et pâle comme la mort, au visage tendu par les épingles du néant, signe parfois ses imprécations avec l’index et le majeur de chaque main, comme pour signifier des guillemets. Il n’y a que dans ces cas-là qu’elle semble encore humaine.

    On retrouve alors, débordant cette intelligence artificielle, un geste d’humanité, même si c’est un geste panurgique: c’est celui d’une gamine de seize ans qui a les tics de son âge – autrement dit: l’éthique de son âge… Cherchons bien, elle pourrait même arborer un tatouage et rentrer dans son hôtel végane en trottinette électrique – escortée toutefois par des motards de la République. Qu’attend Macron pour la nommer en remplacement du ministre que le homard a tué?

    Il n’y a rien à reprocher à une enfant qui veut voir jusqu’où va son pouvoir d’agenouiller les adultes, c’est dans l’ordre des choses. Le pire n’est donc pas chez elle, elle fait ce que font tous ses semblables, mais il se trouve chez ces adultes qui jouissent de se faire humilier par l’une de leur créature: un enfant qui fait la leçon aux adultes qui ne mouftent pas et jubilent même de recevoir des coups de leur progéniture, voilà sans conteste matière à conjecturer que nous entrons dans le stade suprême du nihilisme…

    Michel Onfray

    https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/greta-la-science?fbclid=IwAR0vEzQ6t4nw0_MyQMbQ1n1VC0e4GLOjXIfNu7qybWswpfKvz0iPpVSwcKs

    • Ce qui prouve bien que le problème essentiel n’est pas le climat, mais ce qu’est devenu l’Occident

      • D’ ailleurs les bacheliers en 1ère S et ES ont trouvé bien difficile cette année de commenter un poème de Andrée Chedid sur les arbres. Un manque de sensibilité peut-être?

    • Très belle tribune. Merci de l’avoir partagée.

    • Onfray m’ énerve souvent avec sa propension à voir du libéralisme derrière chaque problème, mais ça ne l’ empèche pas d’ avoir les yeux en face des trous pour certaines choses..

    • Beau texte. Dommage que Michel Onfray, fidèle à son habitude, y manifeste son anti capitalisme primaire. Car tous les maux qu’il dénonce sont le produit du socialisme et non de la liberté. Que quelqu’un qui se prétend philosophe ignore à ce point tout du libéralisme en ajoute à la déchéance que lui-même décrit.

  • Pas mal de vrai dans votre article, mais il manque les fondamentaux: qu’est-ce qu’un effet de serre? Ou plutôt comment fonctionne une serre? (tout simplement parce que le verre est transparent aux longueurs d’onde visibles -0,4 à 0,8µ – et opaque dans l’infrarouge lointain, les longeurs d’onde dans lesquelles émet la terre à 290°K). Il faut aussi revisiter le rayonnement du corps noir et les lois de Planck et de Stefan. Et noter qu’un gaz est transparent à presque toutes les longueurs d’onde sauf quelques raies étroites. La vapeur d’eau est la molécule qui absorbe (et donc re-rayonne) le plus dans une bande comprise dans le spectre de rayonnement de la terre. C’est elle qui contribue le plus à un réchauffement.
    Et le CO2, demandent en coeur les lecteurs? Il a un petit effet jusqu’à environ 200ppm de concentration. Ensuite l’absorption est saturée, ce qui signfie que vous pouvez passer des 405ppm aujourd’hui à 500ppm, le seul effet sera de faire reverdir encore plus la terre (les plantes adorent le CO2). Il existe bien un effet du troisième ordre, mais celui-ci est très inférieur aux incertitudes sur les mesures de température, environ 0,5°C.

  • Essayez de lire Newsweek du 28 avril 1975, on nous expliquait doctement et scientifiquement que le monde se refroidissait à cause de l’activité industrielle et que de ce fait, l’hémisphère nord allait connaître les pires famines en l’an 2000 ….

  • Le sujet du lien entre les taches solaires et le climat est assez bien documenté scientifiquement. Il en ressort deux elements importants :
    – en période de forte activité solaire, l’impact sur la température est réel mais reste faible ; la variation solaire ne peut expliquer que 10 % du réchauffement climatique
    – cette activité solaire présente des caractéristiques spécifiques (température, précipitations, evolution du couple uv/ozone etc dans certains endroits du globe) qui ne collent pas avec l’évolution climatique au niveau mondial.
    Il n’y a pour l’instant pas d’autre explication probable que les GES d’origine humaine pour expliquer ce phénomène.
    En vérité, si pour l’heure le RCA est la seule explication qui tienne la corde, le sujet est ailleurs : il est sur les conséquences du RCA pour l’humanité. Les partisans du RCA dépeignent pour la plupart un futur apocalyptique, rejoints (ou précédés) par tous les décroissants plus ou moins anticapitalistes.
    Or depuis le debut de l’ère industrielle, la terre a pris un degré. Sur une période somme toute courte. Il n’y a eu aucun impact négatif sur l’humanité. En particulier celle-ci est passée de 1 milliard d’individus à plus de 7, tout en réduisant la famine et en augmentant le niveau de vie moyen.
    Face à un rechauffement qui ne fait aucun doute, y compris pour les climato-sceptiques qui en refutent seulement l’origine, ceux-ci devraient plutôt se concentrer sur ce sujet que de s’évertuer, au risque d’y perdre toute crédibilité, à nier ce que la communauté scientifique, dans sa grande majorité, a établi.
    Que le RC soit A ou non-A, travaillons plutôt sur les caractéristiques réelles de ses consequences.

    • Et c’est ce que font les climato-REALISTES… En s’opposant aux réformes totalitaires demandées par les apocalypseux… En défendant le nucléaire, ou en demandant la suppression des emballages plastiques = bouteilles en verre. Si déjà cela était accepté, ça « résouderait » 50% du vrai problème de déchets… Et encore une fois, le CO2 est le gaz à effet de serre le moins dangereux, contrairement à ce que nous raconte tous les écolos…

    • Vous parlez d’ or, je suis sceptique du caractère apocalyptique du réchauffement actuel mais il faut rester sérieux, je lis couramment des commentaires sur ce site qui me font penser à la phrase de je ne sais plus qui: « Avec des amis pareils plus besoin d’ ennemis… »

    • Non, non et non, la communauté scientifique n’a rien établi dans sa grande majorité. Les meilleurs sont les physiciens qui connaissent bien les rayonements et la molécule de CO2 et qui nient que le CO2 soit pour quoi que ce soit -ou si peu- dans le réchauffement observé, surtout dans l’hémisphère nord.

  • <em<"honneur auquel n’a droit, à ma connaissance, aucun scientifique"

    Hélas, le spectacle passe avant la compétence, c’est un effet pervers invasif de la télévision accentué par les réseaux sociaux.
    Même les scientifiques y succombent quand on voit que leur carrière dépend plus de leur aptitude au bavardage (la longueur de leur liste de publications-internationales-à-comité-de-lecture) que de leur audace ou leur subtilité.

    • Renseignez vous sur le fonctionnement du milieu scientifique, vous verrez que même si vous travaillez comme chercheur dans une spécialité « non médiatique », le critère d’ évaluation de votre apport à votre spécialité sera « la longueur de votre,, liste de publications-internationales-à-comité-de-lecture », c’ est comme ça que le système fonctionne, malgré tout pas trop mal il me semble..

  • Très bon article. Mais en vérité on voit bien que le climat est pour les totalitaires crypto-communistes un cheval de Troie pour installer le régime qu’ils appellent de leurs voeux depuis un siècle et qui a lamentablement échoué partout où ils ont pris le pouvoir. Après nous avoir quasiment ordonné pendant des décennies d’adorer le productivisme soviétique, de faire de la génuflexion devant les hauts fourneaux, centrales thermiques et usines sidérurgiques, ces anciens hérauts du stakhanovisme utilisent maintenant le « réchauffement climatique » pour f… la trouille aux citoyens complètement désinformés et leur imposer un système de pénurie et de disette dont, bien sûr, seuls les « élites » seraient préservées dans leurs datchas, voitures avec chauffeur et jet privés

    • C’est sûr, il n’y a pas de réchauffement, c’est un complot communiste. Ils ont même réussi à faire grimper la température en France à 46°, c’est dire si ils sont forts.

    • @gradzi il faut reconnaître aux cocos leur talent non égalé pour vendre leur soupe aussi amère soit elle. C’est prodigieux . Surtout quand on reprend l’histoire : avoir fait passez l’urss, la chine, cuba pour des paradis, faire passer nos pays occidentaux pour des pays au comble des inégalités, et maintenant nous faire porter la responsabilité de la fin du monde rien que ça … et ça passe… chapeau quand même on peut dire qu’ils n’ont pas perdu la main

    • Le but avoué et revendiqué des écolos et autres « verts » est de mettre à bas le capitalisme, une de leur représentantes l’ déclaré il y a quelques années déjà lors d’une réunion à l’ONU.

  • on ajoutera dans le contexte actuel de canicules et de records de températures que même avec un climat parfaitement stable les records sont battus régulièrement avec le temps qui passe, simple loi statistique hors de portés de la compréhension des écologistes et autres journalistes ou encore politiques

    • Bien que j’aie fait jadis un certificat de climatologie à la Sorbonne (avec le Pofesseur Pedelaborde), je ne prétends pas être très compétent dans ce débat (mais quand même un tout petit peu plus que Hulot, Canfin, Orphelin et Mlle Greta). Mais je voudrais simplement faire remarquer que à Lyon où j’habite, les relevés de température sont faits à l’aéroport de Bron qui, il y a cinquante ans, était au milieu de nulle part et qui se trouve aujourd’hui entouré de barres d’immeubles en béton, ce qui évidemment fait augmenter le relevé des températures. Ce que confirme semble-t-il les relevés de température en haute atmosphère par satellite, eux très récent, et qui ne montrent de fait qu’une variation très légère de ces températures depuis que ce type de relevés existe

    • @henir33
      Effectivement ! D’une manière générale, l’univers étant en constante évolution, chaque jour qui passe est différent de tous ceux qui l’ont précédé.

  • Je suis climato-sceptique et j’ai mes raisons:
    1/On nous a d’abord dit : « changement climatique », mais qui a prétendu et prouvé que le climat terrestre devait être inchangé et conforme aux valeurs mesurées ( où, d’ailleurs?)quand on sait que les analyses prouvent qu’il y a eu une grande variabilité au cours des âges.
    2/On a prétendu aussi que le changement était réchauffement. Et on ne regarde que de ce côté et pas des régions de la terre où il climat s’est refroidi, en ne sélectionnant que les mesures qui vont dans le sens voulu (politiquement correct)
    3/on a prétendu que le CO2 était responsable du « réchauffement » ce qu’aucune étude sérieuse n’a pu prouver,
    4/on a prétendu que ce « mauvais CO2 en surplus venait des activités humaines et que son impact était catastrophique, et ce sans aucune preuve scientifiquement établie.

    Il y a donc beaucoup d’incertitudes qui n’ont jamais été levées par des études scientifiques rigoureuses, à savoir même si de telles études à l’échelle de la planète soient possibles tant les paramètres à mesurer sont nombreux et interfèrent souvent entre eux.
    Donc j’attends les preuves argumentées de tous ceux qui se prétendent climatoréalistes.

  • Bon article. Merci.
    Au delà de toute considération « scientifique » ou pseudo scientifique, une seule question se pose :
    Les hommes et les femmes de pouvoir sont-il capables de modifier la multitude de climats et de micro climats qui règnent sur terre dans un sens qui soit favorable à chacune des personnes concernées ?

    • Vous êtes en train de dire qu’il y a des régimes spéciaux même au niveau du climat ! C’est une honte ! Il faut vite mettre une taxe quelque part ! :o)

  • Le réchauffement est-il vraiment global ?
    En Europe 27 pays sur 41 ont battu leur record de chaleur depuis l’an 2000 dont 4 hier ( Belgique Luxembourg Allemagne et Pays Bas)
    Aux USA seuls 2 Etats sur 50 l’ont dépassé ( Caroline du sud en 2012 et Dakota du sud en 2006 ) !
    Sources US state temperature extremes et liste of weather records

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On voit proliférer ces jours-ci une ligne d’argumentation commune entre la propagande d'État russe et les milieux complotistes américains, savoir : la guerre en Ukraine aurait été fomentée par les Américains pour détruire l’Europe (sic).

Par exemple, le site complotiste américain revolver.news renvoie sans problème aux considérations géostratégiques d’un grand expert sur la guerre en Ukraine, Andrew Korybko. Accessoirement, un analyste « basé à Moscou » financé par le gouvernement autocratique russe : détail sans intérêt ?

Bien ... Poursuivre la lecture

Par David Zaruk.

 

Nous devons écouter la science. Nous devons sauver l'environnement. Nous devons protéger le climat.

 

Des slogans accrocheurs utilisés à des fins politiques, mais que signifient les termes : LA science, L'environnement, LE climat ?

Sommes-nous conscients de la façon dont l'ajout subtil de l'article défini modifie notre perception et notre compréhension d'importantes questions d'environnement et de santé ?

En anglais, l'article défini a été utilisé de manière abusive par de... Poursuivre la lecture

Écologisme
12
Sauvegarder cet article

Le silence épais des écolos

Tiens, voilà qui est remarquable : alors que tous les feux sont au vert pour les écolos, on ne les entend point. Oui oui, regardez la situation : elle devrait leur être favorable et on devrait les voir monter sur leurs ergots à chaque page de journal, sur chaque plateau télé, sur tous les réseaux sociaux...

Après tout, voilà qu'on crame du charbon comme jamais : 45 % de l'électricité allemande provient des centrales à charbon dont certaines ont été réouvertes récemment. En France, elles n'ont pas redémarré mais les lois qui les y autor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles