« L’écologisme » est-il une religion sectaire ?

Abandonner l’écologisme, en tant que religion sectaire nocive au bien-être d’une société libre, et revenir vers la raison et la science, serait faire œuvre de salubrité publique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
paradise2 credits du remember licence (CC BY-SA 2.0)), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« L’écologisme » est-il une religion sectaire ?

Publié le 29 mai 2015
- A +

Par Michel Gay.

paradise2 credits du remember licence (CC BY-SA 2.0)), via Flickr.
paradise2 credits du remember licence (CC BY-SA 2.0)), via Flickr.

La transition énergétique replace sur le devant de la scène le plus grand défi qui se pose à l’humanité depuis la nuit des temps : distinguer la réalité de l’imaginaire… Dans une démocratie où les choix du plus grand nombre prévalent, faire la part de la vérité et de la propagande pour les citoyens devient même un devoir d’une importance cruciale à l’ère de l’information, mais aussi de la désinformation.

L’accumulation de contrevérités sciemment entretenues par certains idéologues écologistes devient écœurante. Ainsi, l’allégation du journaliste Noël Mamère, devenu depuis député écologiste, annonçant que « le nuage radioactif de Tchernobyl en 1986 s’est arrêté à la frontière française » a été attribuée à tort au professeur Pellerin. Cette phrase inventée a souvent été reprise de manière odieuse par des irresponsables de la mouvance antinucléaire et les médias. Des années plus tard, les tribunaux ont donné raison aux déclarations de Pierre Pellerin, et condamné Noël Mamère, dans le silence assourdissant des grands médias.

Certes, la manière de séparer le vrai du faux est influencée par les présentations médiatiques, mais aussi par nos espoirs et nos peurs. La montée de « l’écologisme », cette forme religieuse, voire sectaire, de la protection de la nature, contribue à façonner un avenir idéalisé qui heurte parfois la raison.

Cette nouvelle forme de « religion » recycle les croyances et les mythes judéo-chrétiens traditionnels à travers l’unité de l’homme avec la nature. Cet Eden initial serait brisé à cause de la pollution engendrée par nos actions. Nous serions des pêcheurs contre la Nature par nos émissions de gaz à effet de serre. Nous laisserions un enfer à nos enfants. Le salut serait dans le « développement durable » et une alimentation biologique représenterait l’hostie purificatrice.
L’Eden, le péché et la chute de l’homme sont des mythes religieux profondément ancrés dans le cerveau. Ces certitudes relèvent de la foi, et aucune argumentation ne parviendra à convaincre un « adepte » de changer de vision du monde.

Régulièrement, une partie de l’humanité réinvente un monde idyllique et perd de vue que le milieu naturel cruel n’obéit qu’à ses propres lois et ne s’intéresse pas à leurs rêves. Le « bon sauvage » vivant en harmonie avec la nature est une élucubration romantique et un leurre. Les conditions de vie de nos ancêtres étaient rudes et les mœurs féroces. Deux cents ans après Rousseau, beaucoup n’en sont pas encore persuadés, ce qui montre la ténacité des croyances face à des siècles de contradictions dans les faits.

Presque toutes les prédictions de catastrophes écologistes se sont révélées fausses depuis 50 ans, et notamment celles incluses dans le rapport du Club de Rome en 1972. Avec autant d’échecs passés, les prédictions environnementales des « écologistes » devraient être discréditées. Mais les croyances n’ont rien à voir avec les faits.
Les fondamentalistes religieux et les membres de sectes sont imperméables aux autres idées. Ils sont persuadés que leur façon de penser est la seule possible pour sauver l’homme, et que les autres se trompent. Ils veulent nous guider sur le bon chemin, même malgré nous.

L’écologisme, plein de bonnes intentions, a pourtant déjà conduit à des désastres. Cette vision dogmatique du monde a déjà tué des millions de personnes depuis 1970, notamment dans les pays les plus pauvres en interdisant, par exemple, le pesticide DDT1.

Lucienne et Michèle de Bouvier de Cachard, de l’association anti secte « Secticide », évoquent ainsi l’emprise des sectes2,… et le parallèle avec certaines associations écologistes est frappant :

Les courants sectaires s’adaptent à leur temps. Ils soignent leur communication, ils savent drainer des capitaux, obtenir des subventions et le soutien de mécènes en se présentant avec une couverture légale et respectable.

Les sectes sont trompeuses et les objectifs annoncés peuvent être des plus variés. Elles sont passées maîtres dans l’art de séduire. Le recruteur crée l’illusion de l’échange affectif, s’en tient au registre des émotions, oblitérant toute logique ; il annihile ainsi chez son interlocuteur toute capacité de distinguer le vrai du faux, et ses propositions utopiques s’adaptent si bien aux attentes de nos contemporains que le résultat est magique, quels que soient l’appartenance sociale et le niveau de culture de la cible choisie.

C’est un détournement de l’attention, comme en magie, et on suit toutes les consignes dans l’espoir de voir les promesses se réaliser, jusqu’à devenir une marionnette dont le prédateur tire les ficelles. Toute personne peut être exposée à cette phase d’abus de confiance, ce n’est pas l’apanage des faibles : nous sommes tous manipulables.

Le sujet est reprogrammé : on lui plaque un prêt à penser, une vérité qui n’est pas vérifiable par les voies ordinaires du raisonnement mais établie de manière irréfutable par son ressenti. La personne va parler de ce qu’elle vient de connaître comme un amoureux qui est séduit par quelqu’un et ne tolère aucune critique.

Si une religion sectaire venait à influencer les décisions d’une politique nationale, alors ce serait la porte ouverte à une ère de peurs et de préjugés redoutables, un retour vers les ténèbres. Ce n’est pas un avenir souhaitable pour nos enfants.

Abandonner l’écologisme, en tant que religion sectaire nocive au bien-être d’une société libre, et revenir vers la raison et la science, serait faire œuvre de salubrité publique.

Annexe
Extrait de l’article « L’emprise des sectes » de la revue Le Mérite n° 143 d’avril 2015.
« Pour identifier avec rigueur l’emprise sectaire, on utilise habituellement une grille de critère établie par un spécialiste3 de l’emprise mentale, qui précise que pour porter le diagnostic, il faut que cinq des neuf critères soient établis afin « de ne pas imputer à tort un changement d’attitude et de comportement qui pourrait avoir d’autres origines (…) ».

Ces critères sont (les cinq premiers en italiques peuvent s’appliquer à des écologistes militants) :

1) Rupture imposée avec les modalités antérieures des comportements, des conduites, des jugements, des valeurs ;

2) Adhésion et allégeance inconditionnelles à une personne ou à un groupe ou à une institution avec impossibilité de croire possible de revenir à un mode antérieur ;

3) Sensibilité accrue dans le temps aux idées, aux concepts, aux prescriptions, avec éventuellement mise au service de ceux-ci dans une démarche prosélyte ;

4) Dépossession des compétences d’une personne avec anesthésie affective, altération du jugement, perte des repères, des valeurs et du sens critique ;

5) Imperméabilité aux avis, attitudes, valeurs de l’environnement avec impossibilité de remettre en cause et de promouvoir un changement, voire de croire qu’il soit possible.

On pourra aussi reconnaître les attitudes et les comportements des écologistes les plus fanatiques dans les quatre critères suivants :

6) Occultation des repères antérieurs et rupture dans la cohérence avec la vie antérieure et acceptation par une personne que sa personnalité, sa vie affective, cognitive, relationnelle, morale et sociale soient modelées par les jugements, les injonctions, les ordres, les idées, les concepts, les valeurs imposées par une tierce personne entrainant une délégation générale et permanente à un modèle imposé ;

7) Mise à disposition complète, progressive et extensive de sa vie à une personne ou à une institution ;

8) Altération de la liberté de choix ;

9) Induction et réalisation d’actes gravement préjudiciable à la personne, actes qui antérieurement ne faisaient pas partie de la vie du sujet. Ces actes ne sont plus perçus comme dommageables ou contraires aux valeurs et au mode de vie habituellement admis dans notre société. »

  1. Site de l’Association française pour l’information scientifique (AFIS)
  2. Article « L’emprise de sectes », dans la revue « Le mérite » n° 143, avril 2015.
  3.  Le professeur de psychiatrie Philippe-Jean Parquet, membre du Conseil d’orientation de la Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (Miviludes), président de l’Observatoire des drogues et de la Toxicomanie.
Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Sainte Gaïa priez pour nous.

  • Bien d’accord avec vous mais maintenant il, y a tellement de gens qui vivent de ces croyances sectaires que nous n’en sommes pas sortis.

  • C’est drôle, quand j’étais enfant j’étais fasciné par la nature et je voulais à tout prix qu’elle soit préservé. J’en étais venu à imaginer sur une sorte de dictature verte. Aujourd’hui le cauchemar semble devenir réalité et je regrette d’y avoir songé. Je vais évoluer dans un enfer que j’ai moi même imaginé.

  • Faut aussi mentionner qu’il y a des illuminés extrémistes dans tous les camps. Pour chaque question ou choix dans un groupe d’humains, qu’il s’agisse d’un groupe de citoyens qui votent pour élire des représentants qui dirigeront l’État, un groupe d’actionnaires qui nomment des administrateurs de leur propriété, un groupe d’humains qui forment un club de sport, un groupe d’entrepreneurs individuels qui forment une chambre de commerce, etc…

    À chaque question, il y a des pour et des contre. Et à partir du moment où « Ils sont persuadés que leur façon de penser est la seule possible pour [inscrire ici un objectif], et que les autres se trompent. Ils veulent nous guider sur le bon chemin, même malgré nous. »

  • La laïcité aussi est une religion sectaire.

    • Non, la laïcité est définie depuis 2000 ans (rendre à César ce qui est à César, …). C’est le laïcardisme qui est une secte.

    • La laïcité à la française n’a aucun rapport avec ce qu’elle est réellement.

  • Parmi les thèmes religieux que l’on retrouve dans l’écologisme, il y a également le bouc émissaire (le progrès technique) et la tour de Babel (l’écologisme est le fer de lance d’une gouvernance mondiale). Précisons que cette gouvernance n’aura plus rien à voir avec la démocratie…

    • La tour de Babel a plus à voir avec le refus des hommes de coloniser la terre comme dieu l’avait dit, c’est pourquoi dieu a créé une multitude de langues pour qu’ils ne se comprennent plus et ainsi se séparent. Si je voit un rapport entre l’écologisme et la tour de Babel il réside surtout dans le refus des écologistes de voir les hommes s’étendre sur toute la terre, considérant que l’humain est une espèce comme une autre, contrairement à ce qui est dit dans la genèse:

      « Dieu bénit Noé et ses fils. Il leur dit: «Reproduisez-vous, devenez nombreux et remplissez la terre.
      Vous serez craints et redoutés de tout animal de la terre, de tout oiseau du ciel, de tout ce qui se déplace sur le sol et de tous les poissons de la mer: ils sont placés sous votre autorité. »

  • Très bel article !

  • en 1981, j’avais 9 ans.
    je me souviens d’un copain de classe à l’école primaire qui m’a dit, sans doute influencé par ses parents, « tu aimes te promener dans la forêt ? oui ? alors il faut voter écologiste, sinon, ils vont couper tous les arbres et il n’y aura plus de forêt ».
    à 9 ans, le choc a été un peu rude, j’en avais parlé à mes parents pour leur demander si c’était vrai. ils m’ont bien sûr rassuré en me disant que quelque soit le président, ils n’allaient pas couper tous les arbres.
    l’écolo n’a pas été élu président en 1981, et j’ai pu constater par moi même, 2 ou 3 ans après, que la forêt était toujours là, et à 12 ans, je commençais déjà à comprendre que c’étaient des menteurs. mais peut être que j’apprends plus vite que la moyenne…

  • Tous les êtres humains sont écologiste. A quoi bon mettre l’écologie dans la politique. C’est comme la chasse et la pêche. Pourquoi mettre la chasse et la pêche dans la politique ? Les chasseurs cueilleurs n’ont pas disparus et tant mieux.

  • Encore un article caricatural, qui résume l’écologisme à sa version extrême.
    On pourrait en faire de même avec certains libéraux…

    • Après cette affirmation gratuite il conviendrait que vous nous décriviez clairement ceux que vous positionnez « entre les extrêmes » ! Sur quoi affirment t-ils un grain de tempérance ?

      Puis, sachant que tous ceux projetés en tant qu’élus EELV (élus par QUI ça ?) constituent une armada de parfait roués médiatiques … faudra nous démontrer qui vint le premier de la poule ou de l’œuf ! (;-o

    • Si vous trouvez des libéraux proposant d exterminer la majorité de la population mondiale à l instar ce fanatique finlandais, faites moi moi signe.

  • Pourquoi l’institution qu’est la commune classe t’elle en natura 2000 les terres qui ne lui appartiennent pas. C’est de la dictature

  • On peut tout de même noter que l’ambiance actuelle est tout sauf teintée d’écologie. Vous parlez sans cesse de la réalité face au fantasmes écologiques, mais voyez la réalité en face: votre papier décrit quelque chose qui n’existe pas. C’est ça votre fantasme.

    • L article parle d écologisme, pas d écologie.

      • On joue sur les mots la ..

        • Si c’est le cas, faudra m’expliquer le lien entre le mariage homo et l’étude des êtres vivants dans leur environnement, qui est le but de l’écologie.

          L’écologie est une science, et quand le politique se mêle de science, ça pue toujours la merde.

          • Je ne dit pas que ces mots sont équivalents. Vous jouez sur les mots dans le sens où vous avez très bien compris mon message et vous faites diversion.

  • A l’évidence, l’écologisme n’est pas une religion mais bien une idéologie millénariste qui sert d’alibis à tous les rapaces de l’argen (le gâteau ?) public.
    Taxes, impôts, règlements, PV, subsides, réunionite somptueuse….sans vaseline !!!

  • J’oublie les éternelles et harassantes leçons de morale, la culpabilisation et et la surveillance de tous nos gestes (transport, poubelles…)

    • On tombe dans une société où l’individu roi ne veut rien entendre. Voyez vous dénoncez des leçons de morale, de la culpabilisation. Déjà je rejette ce diagnostic (complètement délirant), mais en plus c’est révélateur.
      Que vous me parliez de l’interdiction de fumer, les mesures de sécurité routière de plus en plus ferme, les décisions sécuritaire (video surveillance, fichage), les valeurs de société pronées actuellement; ça serait passable. Mais la vous employez des expressions gratuites dénuées de fondement.

      • « Fumer tue », « mangez cinq fruits et légumes par jour », « la vitesse tue » : tous ces slogans ont pour but de culpabiliser les gens en plus de les prendre pour des débiles sachant pas ce qui est bon pour eux. Perso, je commence à en avoir plein le cul de ces c****** qui viennent tous les jours me dire comment je me comporter.

        • Certes, mais ça marche. L’homme est comme une poule ou un labrador, il est prêt à se gaver jusqu’à se rendre malade. Ces slogans peuvent paraitre insupportable, surtout pour ceux qui ne se sntent pas concernés, mais les choses sont ainsi faites. Et on est loin de voir ce genre de pratiques pour l’écologie contrairement à ce qu’on veut nous faire croire ici.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

C’est avec stupeur que les visiteurs du musée du Louvre ont assisté ce dimanche à une scène hors du commun. Les différents témoins de celle-ci rapportent qu’un homme en fauteuil roulant et portant une perruque s’est levé, a tenté de briser la vitre de protection du tableau de La Joconde - installée après un premier incident en 1956 -, avant de jeter sur l'œuvre de De Vinci un gâteau à la crème. Il n’en fallait pas plus pour que cet étrange événement fasse la Une des médias et passionne les réseaux sociaux.

 

https://twitter... Poursuivre la lecture

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles