L’écologisme, nouveau danger idéologique

L’émergence de l’écologisme ne fait pas que des malheureux et sert admirablement bien l’idéologie anti-libérale dominante hexagonale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’écologisme, nouveau danger idéologique

Publié le 11 juin 2019
- A +

Par Claude Robert. 

À la lecture du score des écologistes (les Verts puis EELV) lors des différentes élections françaises de ces trente dernières années, leur progression ne saute pas systématiquement aux yeux. Aucun candidat n’était présent à la dernière présidentielle (le candidat s’étant rallié à Benoît Hamon) et les scores lors des précédentes sont marginaux. Le parti écologique ne semble donc pas encore considéré comme un parti de gouvernement.

Cependant, les élections européennes, régionales et municipales confirment bien une tendance à la hausse, malgré des scores assez erratiques sans doute liés aux différences de leadership des personnalités en lice. Il s’est même probablement passé quelque chose de décisif lors de ces dernières élections européennes qui montre que le courant écologiste est en train de devenir un élément déterminant dans le paysage politique français :

  • parce que, phénomène nouveau, pratiquement tous les candidats en lice ont abondamment parlé d’écologie
  • parce que les jeunes électeurs se sont nettement prononcés pour ce courant : 25 % des 18-24 ans et 28 % des 25-34 ans (contre respectivement 15 % et 20 % pour le RN et 12 % et 17% pour LREM). À n’en pas douter, l’écologie est promise à de beaux scores lors des élections à venir.

Hélas, cet engouement constitue en soi une espèce de danger car l’écologie revêt de plus en plus les dimensions d’une idéologie. Une idéologie qui pourrait fortement dévier l’Hexagone de ses priorités.

Une nouvelle idéologie

Il est difficile de ne pas adhérer à cette sorte de paradigme rousseauiste au sein duquel on trouve en vrac l’amour de la nature, la prévention des risques induits par la pollution, la protection de nos chers petits oiseaux et autres espèces en danger. Tout cela est bien joli mais n’oublions tout de même pas que le courant écologiste est alimenté pour l’essentiel par des électeurs de gauche, du fait des reports de voix ou des alliances systématiques avec la gauche d’avant élection. Ainsi, ce paradigme qui fleure bon le romantisme n’est pas si bucolique qu’il n’y paraît. Il embarque au passage et de façon plus ou moins clandestine la détestation du monde économique actuel, le rejet de la course à la croissance, en un mot, la révulsion pour le libéralisme et la globalisation…

D’ailleurs, l’écologie s’empare d’une multitude d’aspects sociétaux qui lui donnent petit à petit les attributs d’une véritable idéologie autocratique.

Souvenons-nous des trois marqueurs de la pensée totalitaire décrits par Hannah Arendt :

  1. la prétention à tout expliquer
  2. la capacité à s’affranchir de toute expérience
  3. la capacité à construire des raisonnements logiques et cohérents permettant de créer une réalité fictive.

Et comparons-les avec ce qu’est en train de devenir l’écologie en France aujourd’hui…

L’écologisme, une doctrine qui veut tout englober

De la chaîne alimentaire (consommer bio des aliments cueillis près de chez soi) aux entreprises écologiques alternatives (comme si les entreprises écologiques échappaient à la concurrence) en passant par les moyens de production (sans pesticides, sans OGM, sans engrais artificiels), l’affichage de l’empreinte carbone de nombreux produits, la taxe carbone ou autres punitions à l’adresse des fauteurs sans oublier les moyens de transport sans émission (le vélo) ou électrifiés sur fond de menaces à peine larvées contre les avions de ligne et le nucléaire, la doctrine est en train d’envahir tous les aspects de la vie quotidienne des Français.

L’écologisme, une doctrine qui tente de s’affranchir des réalités contraires

Pour absorber tous ces aspects de la vie quotidienne, et pour faire peur aux citoyens, la doctrine évite soigneusement le débat contradictoire. Le GIEC qui alimente abondamment ces peurs préconise une transformation radicale de la société, mais les éléments sur lesquels cet organisme s’appuie sont loin d’être irréprochables. De nombreux scientifiques émettent des réserves quand à l’attribution du relatif réchauffement de la planète à l’homme. De Ray Bates à Claude Allègre, de Jay Lehr (scientifique renommé directeur du Heartland Institute) à Vincent Courtillot, la liste est longue des scientifiques pourtant reconnus (parmi lesquels des prix Nobel) à s’opposer aux conclusions du GIEC !

La critique de Ray Bates est intéressante car elle met l’accent sur l’aspect émotionnel (et donc idéologique) du débat en reprochant au GIEC des recommandations disproportionnées par rapport à la trop faible probité des preuves scientifiques avancées. Pour résumer, les conclusions des rapports vont bien au-delà de ce que l’état de la science peut actuellement démontrer avec certitude.

L’objectif n’est pas ici de prendre position pour ou contre le réchauffement climatique mais de mettre l’accent sur l’opacité du fonctionnement du GIEC et sur son refus du débat contradictoire tel que l’universitaire belge Henri Masson ainsi qu’un rapport de l’Organisation météorologique mondiale (entre autres) le déplorent. Ainsi, ce manque de transparence sur les calculs et les projections statistiques affichées s’apparente parfaitement à la tentation de s’affranchir des réalités, ceci afin d’aboutir à l’objectif recherché, à savoir l’affirmation d’une réalité  de remplacement…

L’écologisme, une doctrine qui cherche à construire une réalité fictive

Le problème ne réside pas dans ce que le GIEC affirme mais dans le décalage existant entre ses recommandations radicales et la faible consistance des preuves scientifiques utilisées pour les justifier. En d’autres termes, le GIEC tente de convaincre malgré la réalité actuelle des démonstrations scientifiques. Que l’on se rende compte plus tard que cette réalité construite par le GIEC était vraie, ou fausse, ne change rien au problème : aujourd’hui, il semble bel et bien que le GIEC a construit une réalité fictive puisque celle-ci va au-delà de ce que l’état actuel de la science lui autorise de faire.

Ainsi, l’écologisme remplit les trois conditions propres aux idéologies totalitaires. Certes, nous n’en sommes qu’au début. Mais déjà les dangers s’en font sentir : le paradigme climatique devient tellement envahissant dans les médias, dans le discours politique et dans l’esprit de la plupart des citoyens français qu’il les dévie de l’essentiel. L’Hexagone, qui n’est que le 19ème émetteur de CO2 et qui ne représente que 1 % des émissions de la planète, a bien évidemment d’autres urgences que celle-ci. Sa désindustrialisation, sa dégringolade dans les classements en matière de PIB/capita et pire encore, d’IDH (Indice de développement humain, bien plus qualitatif que le PIB/capita seul) sont autrement plus alarmantes.

La France est une véritable fabrique de chômeurs et de travailleurs précaires qu’elle entretient à grand renfort de taxes et de prélèvements sur le dos toujours plus chargé des actifs et des entreprises. Alors qu’elle s’appauvrit comparativement au reste du monde, elle ne cesse de se repaître d’écologisme ! À tel point d’envisager d’inscrire dans la constitution l’écologie comme priorité !

L’écologisme, l’idéologie de remplacement au service du gauchisme

Bien qu’utile à la santé de tous, cet engouement pour l’écologie semble presque indécent compte tenu de la situation économique du pays. Il paraît en effet immoral d’ennuyer des pays pauvres ou en voie d’appauvrissement avec des considérations climatiques qui se positionnent tellement plus haut sur l’échelle des besoins de Maslow. Assurer un train de vie décent à l’ensemble de la population reste une mission autrement plus basique et prioritaire pour tout gouvernement digne de ce nom.

Mais ne soyons pas naïfs, l’émergence de cette idéologie ne fait pas que des malheureux et sert admirablement bien l’idéologie anti-libérale dominante hexagonale. En détournant le peuple des échecs de la politique keynésienne menée depuis tant d’années, l’écologisme permet bien évidemment de maintenir le cap étatique. Il offre même au gauchisme une idéologie d’avance, ou de secours, sur les tenants du réalisme libéral.

Une idéologie d’autant plus dangereuse qu’elle semble d’essence totalitaire… Telle une religion – à l’instar du communisme comme le relate Raymond Aron dans L’opium des intellectuelselle est en passe d’englober tous les aspects de la vie des citoyens à partir d’une réalité plus ou moins reconstruite, en cultivant les peurs et en jouant sur l’idéalisme bucolique afin de devenir hors d’atteinte à la critique… Ceci au préjudice de l’essentiel : le chômage, la précarité et la grande pauvreté, ces fléaux qui rongent la France depuis pourtant si longtemps.

Sur le web

Voir les commentaires (88)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (88)
  • Ce n’est plus un danger mais un fleau auquel on ne peut plus échapper puisque cette religion est une religion d’etat .

    • jusqu’à que la social democratie dégage ,

    • @reac rassurez vous réac devant les nuage noirs qui s’avancent (crise financière, guerre ? et leur cortège de pénuries) les écolos vont vite retourner au poele à bois,mazout et aux pesticides . Il n’y a pas d’écolos quand il gèle et que les gamelles sont vides 😀

  • bien qu’elle soit utile à la santé de tous…même pas… bien qu’elle puisse être utile à la santé de tous!!!….autrement dit elle est avantageusement remplacé par une politique sanitaire reposant sur les preuves et non l’idéologie..

    on va encore donner cet exemple,
    moyennant une extrapolation aux expositions faibles aux particules fine tirées des exposions très élevées…on nous affirme que sans pollution on pourrait éviter des tas de morts….ce n’est pas tout à fait exact, sans pollution par les particules on pourrait éviter des tas de morts causés par les particules…et en avoir d’ autres causés par ce qui serait nécessaire de mettre en oeuvre pour remplacer ce qui cause la pollution…

    isolez votre maison, vous allez faire des économies de CHAUFFAGE…et non d’argent..voire d’énergie!

    ne jetez plus vos déchets vous allez faire des économies de tout, mais pas d’argent..

    a part les deep écologistes qui sont inhumains, les écologistes classiques ne se soucient m^me pas d’environnement, ils veulent juste que les gens fassent certaines choses qu’ils préfèrent : ne pas avoir de centrales nucleaire, ne pas rouler en voiture diesel, ne pas utiliser de pesticides…voire tous les produits chimiques!!!!!

    mon dieu mais c’est bien sur si je supprime les centrales nucleaire j’évite les problèmes associés à la filière nucléaire, ce qui est parfaitement exact..mais j’hérite de tous ceux associés aux filières alternatives…

    et si vous supprimez les médicaments ( chimiques) vous évitez toutes les effets secondaires!!!

    le seul avantage de leurs alternatives c’est que parfois, elles n’existent même pas encore!!!!

    le progrès n’a pas consisté à éviter les risques, il a consisté à choisir de meilleurs manières de faire en ce sens qu’elles présentaient plus d’avantages que d’inconvénients…pour les êtres humains, certes globalement..

    pour le moment, tout porte à croire que le denier siècle fut un siècle de progrès..

    • Ah, les particules fines ! Responsables, par extrapolation des situations de Pékin ou Shanghai, de dizaines de milliers de morts prématurées (d’au moins 6 heures) en France… Avec les mêmes méthodes, je vous démontre que vivre à proximité d’un CHU vous conduira à y mourir, donc que vous feriez mieux de vous en éloigner.

      • Il me semble qu’au moyen-âge, on dormait dans une armoire la tête sur les genoux et que l’aimait pas les lits. D’ailleurs, on dit bien « lit de mort ».

        Vu que dans les hopitaux, la corrélation entre la mort et la présence de lits est de 1, interdisont les lits …

    • Les particules fines ont toujours existé meme avant l’automobile. C’est un faux probleme et toutes les especes’ont appris a vivre avec elles…et ca marche plutot bien pour l’homme….

  • Effectivement tous les composants d’une future dictature écologique sont en train de se mettre en place inéluctablement dans notre pays. Non seulement les médias diffusent massivement cette idéologie mais en plus ils en sont partie prenante. L’utilisation politique excessive des changements climatiques, la manipulation qui s’exerce actuellement par ce moyen sur la population n’est pas sans rappeler les appels au repentir de certains precheurs de la fin du premier millénaire. Ceux ci prévoyaient la fin du monde prochaine et demandaient à leurs ouailles de se repentir et de craindre Dieu.
    Les nouveaux precheurs sont là et leurs églises sont nos médias.

  • la gauche souffle dans le cul des écologistes pour qu’ils aient l’air d’un autobus..
    que l’alternance arrive (comme elle eu lieu aux USA) et vous verrez leur déclin

    • Un coup de ciseau dans leurs subventions étatiques et pschiit, plus rien. On verra s’ils trouvent de généreux donateurs qui paieront de leur poche.

  • Pour être complet et ainsi éviter à certains commentateurs d’aller trop vite et trop loin il faut préciser que :

    RISQUE = DANGER x EXPOSITION

    En admettant que l’écologisme soit d’essence totalitaire, donc un danger, encore faut-il que l’exposition soit conséquente. Ce qui n’est pas le cas pour le moment ( idées ou projets), en outre il existe des protections (pluralisme politique et médiatique) et des résistances (concurrence).

    • L’ecologie a atteint tous ce qui est essentiel à la vie , le logement l’habillement, le déplacement la medecine,l’alimentation , le travail et l’ecole . De plus aucun parti n’a pas l’ecologie a son programme.on peut parler de totalitarisme !

      • Et en premier l’énergie qui est la source de notre bien-etre.

      • C’est parce que l’écologie c’est l’intérêt commun : tant mieux si tous les partis l’ont à leur programme.
        Cela prouve si besoin que l’écologie n’est pas en soi une doctrine politique ou philosophique.

    • A la différence du communisme qui s’est imposé de manière brutale et rapide en Russie, l’ecologisme avance ses pions lentement mais sûrement. Il infiltre désormais les cerveaux des jeunes dès l’ecole. Si la tendance se confirme, les restrictions de libertés pourraient sérieusement s’aggraver au cours de la prochaine décennie.
      Seul un retournement de tendance climatique mettant à mal tout ce délire carbonique pourrait faire refluer la montée de l’ecologisme. Je pense que c’est ce qui va se produire (retournement des cycles océanique et solaire), mais ça ne va pas être sensible assez vite pour contrer à court terme l’ecologisme.

      • Nous oublions que l’intelligentsia russe a mis un siècle à se construire . C’est sur ce terreau que le communisme a pu prendre le pouvoir . Lire le livre de Isahia Berlin : les penseurs russes . Un totalitarisme vert est en construction .
        De plus, nombreux écolos sont d’anciens communiste convertis ou qui ont vu l’opportunité avec l’écologisme de continuer leur travail de sape du monde « libre » qui déjà va mal .

        • Comparer écologie et communisme n’a pas de sens : dans un cas on parle de l’application politique d’une doctrine philosophique, dans l’autre de mesures empiriques de protection de la nature qui n’ont rien de dogmatique ou philosophique.

          • @MD : « de mesures empiriques de protection de la nature qui n’ont rien de dogmatique ou philosophique. »

            Ça, c’était vrai avant, à l’époque d’une politique qui combattait la pollution toxique mais prenait compte des besoins de la population.
            Aujourd’hui, la pollution est un effet d’influence qui va changer Gaïa, et on lutte contre des dangers fantasmés sans compter le coût ou la capacité économique supportable par la population.

          • Mwouarf, l’opposition aux OGM et au glyphosate (pour imposer le bio), c’est pas dogmatique peut-être ?

          • Lisez le livre et vous comprendrez . La construction intellectuelle de ce qui a possibilisé la prise du pouvoir de Lénine est intéressante comme modèle.
            De plus si on considère la « question sociale » posée au 19 Emme on trouve les mêmes approches de réponses et de structurations en ce qui concerne « la question écologique » . Il faut différencier d’emblée écologie et écologisme comme pour social et socialisme …

      • « Seul un retournement de tendance climatique mettant à mal tout ce délire carbonique pourrait faire refluer la montée de l’ecologisme »
        Faux. Comme tous les idéologues, les escrologistes sont imperméables à tout raisonnement logique et à toute constatation de la vérité. Leur argument habituel : Si ça n’a pas marché, c’est qu’on n’a pas suffisamment essayé.

    • Pensez-vous vrament que le pluralisme médiatique soit une réalité?

    • @indivisible euh , vous trouvez vraiment que l’exposition est faible ? Jetez un oeil au journal tv , aux manuels scolaires , même l’autre jour en visitant l’abbaye de westminster on a eu droit à la prière écolo. L’exposition est pour moi permanente, omniprésente. Le projet est bien avancé en matière énergétique : pour rappel La directive Energies Renouvelables fixe l objectif de 32 % d’énergies renouvelables.

      • Exposition non pas à ce qu’on dit mais à ce qu’on fait sinon c’est sûr on se met à courir en criaillant comme des pintades.

    • pour être exact…l’ecologie PEUT être totalitaire..on voit bien pointer le totalitarisme non pas nécessairement écologiste mais qu’i s’en revendique..

      n’oubliez jamais que dans un débat ou deux position s’affrontent, il arrive fréquemment que les deux se revendiquent d’etre les « vrais « écologistes »…

      alors si on commençait par définir écologisme d’une façon qui permet de qualifier une action d’écologiste ou non…mon postulat est que seul ne rien faire , voire ne pas naître est « écologique »..ce qui est assez problématique …

  • Les kmers rouges au Cambodge ont été des écologistes extrémistes, en voulant emmener tout un peuple dans les champs pour une vie saine sans tous les horreurs du capitalisme et de ses progrès scientifiques et médicaux un retour de 2000 na sen arrière dans la civilisation. Cette nouvelle philosophie a été imposée de force par la mort de tous qui s’y opposaient.

    • @le papet : Je me souviens d’un reportage (TV publique) et du propos du journaliste : « les villes sont vides et les campagnes sont pleines », dit sur un ton absolument neutre.
      Effrayant car pas un mot sur des équivalences passées … C’étaient les « Gentils » !

  • Les résultats électoraux des écologistes sont souvent indexés sur le discours médiatique précédant l’élection. Les dernières européennes sont un cas d’école.
    Par ailleurs, les jeunes, volontiers idéalistes, sont par nature plus sensibles à l’idéologie, laquelle fait miroiter la possibilité d’un laradis sur terre. C’est d’autant plus vrai que ces jeunes se coltinent de plus en plus tard les difficultés de la vie qui ramènent au sens du réel.
    Les gauchistes – en larticulier écolos, mais ne le sont-ils pas tous? – qui veulent abaisser le droit de vote à 16 abs ont quelques arrière-pensées…

    • @la petite bête ça me fait penser à ce crétin de Giscard qui avait abaissé la majorité à 18 ans … autogoal ! les jeunes on tous voté la Mite comme un seul homme, quel gag

    • Je viens d’écouter les 13 1ère minutes (Bon, après les 4 minutes de pub qui, elles, sont eco conscientes bien entendu). C’est d’un suffisant.
      Il ne doute de rien. Il affirme ! Péremptoirement.
      J’ai arrêté d’écouter quand il a affirmé que le grand Paris express allait désengorger la capitale.

  • En empêchant le tiers monde de se développer (pas de centrales au charbon) alors que l’électricité est primordiale au développement; en empêchant le tiers monde de se nourrir (interdisant les OGM), l’écologisme ne fait-il pas plus de morts dans le tiers monde que les extrémistes musulmans ? Et n’est-il donc pas plus dangereux que tous les régimes totalitaires que nous avons connus jusqu’à ce jour ?

  • Il est pourtant amusant de constater que le changement climatique se fiche de vos opinions et des miennes.
    Prévoir et anticiper, lorsque ça contraint le capital, ça devient une tare, alors que tout bon capitaliste ne fait que cela: prévoir , anticiper et planifier.
    Vous pouvez vous agiter contre le bourrage de crane médiatique…si ça vous est plus confortable de penser ainsi pour mieux supporter la chaleur…

    • pour mieux supporter la chaleur….cela pourrait être une plaisanterie mais au vu des t° actuelles, elle est plutôt de mauvais goût

    • Le changement climatique est un pléonasme ! Prévoir et anticiper quand il s’agit de mes affaires :oui. Je fiche la paix au autres que les experts en boule de cristal « scientifique » se mêlent de leurs seules turpitudes ,ils ont du « boulot » .
      Votre prose me rappelle les biens pensants grenouille de bénitier de mon enfance. On a la religion qu’on peut dans l’empire du « bien ». L’écologisme le nouvel opium pour intello « gogoche » poussif bien nourri et culpabilisant ( Ce qu’il lui reste du christianisme mal compris) .

      • Il y a peut être des sujets qui nous concernent TOUS et qui dépassent votre champ d’action individuel, qui dépassent vos intérêts a court terme.
        C’est juste cela qui vous gêne, que du non prouvable mais hautement probable, vienne interférer dans vos petites affaires courantes.
        Dans les faits vous remarquerez que le monde ne change que très marginalement en faveur de l’écologie: Plus de bruit que d’actes.
        La loi du marché prime, le capitalisme vert est même une source de profit bien juteuse.
        Alors si l’on s’en tient aux faits, beaucoup de blabla pour rien ici…

        • le monde ne change que très marginalement en faveur de l’écologie… ça peut se discuter.
          Ce qui est certain, ce sont les milliards dépensés au nom d’un réchauffement-changement-dérèglement climatique, ni prouvé, ni « hautement probable ».
          Et en effet, c’est juteux… pour certains
          Sans compter qye c’est un bon prétexte pour augmenter la coercition étatique.

        • définissez l’écologisme..

          • Quand vous ajoutez un « isme » à un nominalisme quelconque vous construisez une idéologie dogmatique constructiviste…

    • qu’appelez vous changement climatique au juste??
      puisque vous vous abordez la question de la prévision et de l’anticipation , vous affirmez que les modèles sont aptes à le faire..et alors simplement… pourquoi?
      et en admettant que je doive considérer que les modèles ont un caractères prédictifs… leur marge va de pas grand chose à voir à fin du monde…

      il y a donc un deuxième aspect dans votre petite phrase c’est que ‘on doit toujours prévoir le pire »

      sauf que dans le cas d’espèce, anticiper le pire est aussi programmer une catastrophe économique …
      je dois donc aussi croire les modèles économiques pour choisir la bonne option…

      je dois croire beaucoup de choses….

  • L' »écologie » est bel et bien une idéologie totalitaire dont le but avoué et proclamé est d’anéantir le capitalisme. Tout le reste n’est que poudre aux yeux.

  • Je crois que vous avez du mal à comprendre le danger dans notre société : ce n’est pas l’étatisme, mais au contraire le libéralisme.
    Vous oubliez totalement les preuves qui montrent le changement climatique.
    Personnellement (même si c’est cynique), j’aimerais que TOUS les États suivent la même politique au niveau économique et environnemental que M.Trump pour voir si tout va si bien grâce au capital, afin de vous mettre la pilée que vous méritez !

    • Je ne trouve pas complètement stupide de remettre en cause nos façons de consommer, produire, se déplacer, dérèglement climatique ou pas. Il est évident qu’ il est utilisé comme révélateur de ce que les alter mondialistes veulent combattre. L’ observation scientifique parle d’ elle même, les idées commentent. La véritable question qui demeure pour un libéral à mon avis, est de remettre en cause sa propre liberté de consommer, produire, se déplacer à notre époque précisément, parce que nous connaissons toutes les conséquences ( et pas seulement climatiques). Il n’ y a guère que les libéraux que cela défrise, évidemment, redonner un peu de bon sens à notre monde devenu dingue ça passe par la schlague, forcément. Qui fera l’ effort de se poser, de s’ adapter de lui-même ce qui lui coûtera dans un monde concurrentiel, de plus en plus rapide, si il n’ est pas contraint par la force publique? Expliquez-moi.

      • la force publique pour mettre en œuvre des moyens de coercition extrêmes afin de répondre à des risques douteux scientifiquement ou bien qu’il est vain de combattre, c’est votre programme ? Cà s’appelle du totalitarisme.

        • Corsico
          Votre programme consiste donc de mettre fin à toute coercitive à but écologique.
          Je vous propose
          – rétablissement du droit pour les navires pétroliers de dégazer en mer.
          – Suppression des filtres à particules et catalyseurs sur les moteurs des véhicules
          – Liberté rétablie d’utiliser des carburants à haute teneur en soufre
          – Suppression du retraitement et recyclage des ordures : on les évacuera dans les rivières ou en mer.
          Etc….
          Tout ca c’est de l’écologie communiste qui ne sert à rien, pour des « risques douteux scientifiquement ».

          • non tout ça est de la protection de SON environnement!!!! ce que tout le monde fait selon ses moyens!!!! au contraire de l’idéologie écologiste qui veut protéger l’environnement…et ce n’est pas pareil!!!!

            du tout…

          • Tout à fait d’accord pour rétablir le droit de dégazer en mer, assorti de l’obligation de payer pour tous les dommages causés aux habitants et professionnels du littoral. Au lieu de passer par des structures d’état, les professions s’organiseraient de manière bien plus efficace et bon marché !
            Cette idée que seule la coercition étatique pourrait fonctionner, et que le libre marché serait par essence malveillant et irresponsable, est à la base de la dictature écologique que vous nous préparez. Et je finis par avoir du mal à croire que c’est par naïveté que vous la soutenez…

            • Les ecosystèmes marins détruits par ces dégazage seront bien contents que les habitants aient reçus une compensation financière !

              • sauf que mon cher ami, vous devez aussi évaluer l’alternative au dégazage en mer…. et évaluer son impact écologique, ça peut être par exemple une consommation accrue d’energie et ô malheur des emissions de CO2…ou une consommation accrue de matière premiere quelconque ou je ne sais quoi…

                on va le répéter il n’y a pas d’action qui n’ait pas d’effet négatif sur l’environnement qualifier une action d’écologique voire de plus écologique n’est pas possible sans une certaine dose d’arbitraire…

                vous regardez ici..et ne voulez pas regarder l’ensemble…

                la conclusion ultime d’une analyse du transport maritime de petrole et l’exigence de ne pas avoir d’impact sur environnement conduit à la conclusion inexorable: il ne faut pas transporter de petrole …

                bandes d’escrocs..plein le cul de ses façons de regarder les choses partielles…

                le problèmes de ces point des vue partiels est que vous soutenez des mesures néfastes pour l’environnement ou l’homme…

                parce que je vais vous rappeler le problème…
                l’homme pour vivre tape dans la biomasse..et ce à technologie donnée d’autant plus qu’il est nombreux et avec un niveau de vie élevé…
                avant la théorie du rca…le pétrole ( et le nucleaire) devait être regardé comme une bénédiction, car c’était la seule façon de ménager la biomasse et donc la biosphère…

                et avec le rca , plus le choix ,sauf à diminuer le nombre d’humains ou baisser leur niveau de vie ou prier pour une révolution technologique, c’est ou tu tapes dans la biomasse ou tu émets du CO2…

                voila les tenants du débat et pourquoi l’ecologie ne peut QUE lutter contre l’homme…sauf à accepter de dégrader l’environnement.

                cherche à m’enfumer si tu veux..

              • Les écosystèmes marins ne seront pas détruits, parce que la simple indemnisation des dommages prouvés serait bien plus coûteuse que la mise en place de stations de dégazage. Simplement, ces stations résulteront de la responsabilité privée et non de la législation publique, elles seront moins coûteuses et plus efficaces.
                Et souvenez-vous, les écosystèmes marins ont survécu quand les stations de dégazage n’existaient pas et que l’on ne pouvait pas marcher pieds nus sur une plage sans se tartiner de goudron. Les propriétaires des pieds ont suffi à obliger à prendre des mesures, ces mesures auraient pu être plus astucieuses sans qu’on y perde rien, c’est tout.

      • Et avez vous au moins lu l’article de John Christy ?

      • « L’ observation scientifique parle d’ elle même,  »
        « parce que nous connaissons toutes les conséquences »
        Arguments d’autorité. Mais rien n’est prouvé justement.

        « La véritable question qui demeure pour un libéral à mon avis, est de remettre en cause sa propre liberté »
        Il est toujours amusant de voir certains toujours prompts à remettre en cause la liberté des autres. Pour la bonne cause bien évidemment.
        Si vous êtes si sûr de détenir la vérité, donnez l’exemple! 🙂 On en reparlera après.

        « si il n’ est pas contraint par la force publique?  »
        Ben voyons. Une petite dictature des « sachants » qui vont remettre les réfractaires dans le droit chemin?

      • qui t »empêche de remettre en cause tes façons de consommer produire et te déplacer?????????

        et c’est pas liberticide? imposer que tout le monde fasse pareil !

        hallucinant…..les gens veulent manger des saucisses DONC il faut que le gouvernement les obligent à en acheter…

    • Moi, j’aimerais que TOUS les États suivent la même politique au niveau économique que M. Ueli Maureret et environnemental que la France pour voir que tout va bien, grâce au capital et au nucléaire (nous sommes le plus petit pollueur de l’OCDE, ne vous en déplaise).
      On verrait bien la pilée, effectivement.

    • @gaucho le communisme est le fossoyeur le plus efficace de l’humanité (cf n’importe quel bouquin d’histoire) il a en plus la particularité de bloquer la natalité : que du bonheur ecolo. En étant gauchiste vous êtes parfaitement raccord avec vos visions écolos, bravo pour la cohérence.

    • Bonjour le gaucho
      Jusqu’ici c’est le libéralisme qui a permis à l’homme de son état de misère (de nature). Je vous rappelle que le libéralisme, c’est avant tout les droit de l’homme.
      Pour ce qui est le RCA, si celui ci se revelerait catastrophique, les liberaux sont pour le principe de responsabiité et bien entendu agiraient en conséquence, payeur pollueur.
      Mais la charge de la preuve est à l’accusation et jusqu’ici il n’y a pas grand chose ( 0.8 depuis 50 ans).

    • Votre haine de la gauche témoigne bien de votre fidélité au fascisme…
      J’avais d’ailleurs écrit un commentaire entre les liens sur le capital et le fascisme, mais il n’a pas été accepté. Étrange pour un journal se réclamant libéral et acceptant toutes les pensées au nom de la liberté d’expression…
      Concernant l’environnement, je crois qu’il serait véritablement intéressant de voir ce qui se passerait si il y’avait une véritable déréglementation au niveau environnemental (aujourd’hui ce n’est pas le cas).
      Mais je suis d’accord avec le constat de Schumpeter : le capitalisme va mourir… maintenant il faut savoir quand et pourquoi (j’ai ma petite idée)
      Et Corsico je pourrais énumérer un certain nombre de spécialistes qui prouvent l’impact de l’homme sur le réchauffement climatique.

      • @le gaucho qu’est ce qui vous séduit dans le gauchisme ?

      • Ben voyons! Quand on aime pas la gauche, on est fasciste. Que c’est classique. Vous commencez à manquez d’argument. 🙂

        Pourtant le fascisme est né de la gauche que je sache. 🙂
        Définition:
        Le fascisme est un système politique autoritaire qui associe populisme, nationalisme et totalitarisme au nom d’un idéal collectif suprême. Mouvement révolutionnaire, il s’oppose frontalement à la démocratie parlementaire et à l’ETAT LIBERAL garant des droits individuels (wikipédia).
        Un « idéal collectif suprême », voila qui fait plutôt gaucho que libéral non?

        « je pourrais énumérer un certain nombre de spécialistes qui prouvent l’impact de l’homme sur le réchauffement climatique. »
        Sûrement. Mais on en a tout autant qui vous diront l’inverse.
        Dites-moi, pour les réchauffements de l’optimum médiéval, de l’optimum romain et celui de l’holocène, c’était aussi l’homme? S’il y a déjà eu des périodes de réchauffements sans intervention humaine, pourquoi ce dernier (qui a commencé en 1850) devrait avoir l’homme pour responsable?

      • Si, il est passé, je l’ai vu.

      • Vous pouvez énumérer des spécialistes…
        Donc, 1) vous n’en êtes pas un vous-même, et 2) vous n’avez pas compris que ça n’est pas le spécialiste, mais ses travaux, pour peu qu’ils soient sans faille, qui « prouvent » (en fait, qui dévoilent une réalité qui serait jusque là passée inaperçue).

    • @Le Gaucho
      Cela fait 100 ans que tous les gauchismes divers et variés nous promettent la réussite et les lendemains qui chantent grâce au socialisme/communiste/altergauchisme…etc avec, en parallèle, la chute du libéralisme et capitalisme dans les affres de la misère, de la famine, de la pollution..etc
      Depuis 100 ans tous les pays ayant adopté le socialisme/communisme/gauchisme se sont effondrés dans la misère, pollution voire famine de leur propre population.
      Alors que les pays ayant pris la voie du capitalisme et encore mieux du libéralisme ont vu le sort de leur population grandement s’améliorer et sortir de la pauvreté.
      Pour l’instant, la pilée, ce sont tous les pays qui ont adopté les mêmes mesures collectivistes prônées par nos écolosgauchos qui se la sont pris en pleine poire. 🙂

      « Vous oubliez totalement les preuves qui montrent le changement climatique. »
      Lol. Renseignez-vous sur l’optimum médiéval, l’optimum romain et l’optimum holocène et on en reparlera…

      • Ouh là.
        Tant de bétises et d’ignorance dans tous ces messages…
        Véritablement, je ne sais pas par quelle manière vous avez-pu être aussi crétin.
        Je ne peux pas vous répondre, car mes commentaires long ont tous été supprimés (vive la liberté d’expression).
        Mais on entend toujours les mêmes arguments ça en devient puéril !
        Concernant la pollution : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9chauffement_climatique
        On voit bien sur la courbe l’augmentation, et sur la vidéo en dessous l’augmentation aussi des températures.
        Nous coulons, nous sombrons, et vous devrez vous excuser devant des millions de personnes, qui souffrent déjà de votre modèle !
        Pet-être pas demain, ni après-demain, mais un jour, vous allez bien morfler, et nous on va bien rire !
        Nous, socialistes, sommes du côté de l’histoire, et vous, fascistes, sombrerez dans les poubelles de l’histoire !
        ¡hasta siempre!
        Vive le prolétariat et à bas le capital !

        • Véritablement, je ne sais pas par quelle manière vous avez-pu être aussi crétin.

          C’est du lourd. De l’insulte, pas du débat. 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁

        • vous avez un modèle, j’essaye de m’en tenir à quelques valeurs à défendre…

          à bas le capital vive le prolétariat…sans capital? vraiment?
          qui vous a dit que c’est contradictoire?

        • on voit aussi l’augmentation de température…
          la theorie du rca est la théorie selon laquelle l’augmentation e taux de CO2 atmosphérique cause un déséquilibre radiatif qui conduit à un réchauffement primaire des basse couches de l’atmosphère qui conduirait lui m^me à un réchauffement secondaire d’amplitude en fait inappréciable…on peut imaginer un refroidissement…
          qualitativement des tas de sceptiques admettent cela…
          quantitativement non.

          ensuite..en admettant que les spéculations sont juste sur le plan quantitatif on se retrouve avec une gamme de futur possible qui vont de pas grand chose à une catastrophe…
          prétendre que tout le monde s’accorde sur la notion de catastrophe climatique est déjà difficile à admettre…en outre, les modèles sont quasiment toujours inaptes à faire des prévisions régionales..
          non.. demandez à un pote qui a fait des études de science…

    • Votre raison de vivre est de détruire le meilleur être de tous pour satisfaire votre égo construit autour de la volonté de nous diriger en plaquant sur le réel vos phantasmes eschatologiques post romantiques . Les « cocos » (leurs cousins nazis) nous ont abreuvé de leurs bontés ;Pitié ne prenez pas la peine vous aussi de nous prodiguer toute vos nouvelles générosités …

  • Le Libéralisme ne peut pas se tromper, c’est l’alpha et l’omega de tout le développement humain, sa démonstration est scientifique, c’est la Vérité. Par conséquent n’importe quelle critique la remettant en cause ne peut être que fausse, non scientifique, malhonnête.

    • Amen. Si c’ est pas un commentaire totalitaire ça.

    • le liberalisme ne peut pas se tromper en ce sens qu’il ne fait qu’insister sur l’importance des libertés fondamentales , un libéral admet du reste très bien de vivre en communauté collectiviste VOLONTAIREMENT…
      les problèmes du collectivisme à grande échelle sont indépendants du libéralisme, ça ne marche pas parce que ça nie la nature humaine… les êtres prêt à travailler autant pour eux leur famille que pour des étrangers sont peu nombreux…

  • L’écologie n’est pas une doctrine ou une idéologie, elle n’est ni libérale ni anti capitaliste ni communiste, ni de droite ni de gauche.

    • L’écologie est une science. L’écologisle, qui prétend poser un filtre unique pour expliquer et résoudre tous les problèmes est une idéologie.
      La traduction politique d’une idéologie est le totalitarisme.

    • L’écologie est une science, l’écologisme une doctrine et une idéologie, parfaitement contraire à la liberté puisqu’il contraint à obéir à des règles idiotes pour des prétextes dont n’importe quelle étude écologique sérieuse montre qu’ils sont farfelus.

      • L’écologisme est d’abord une néologisme inventé par l’auteur de cet article. Jamais entendu parler avant.

    • L’écologie contredit les axiomes libéraux. Et comme dans le monde binaire du libéralisme on est soit libéral soit communiste, alors l’écologie est considérée comme communiste, donc par essence totalitaire.

      • Le monde binaire du libéralisme…
        Ouarf !

      • je serais intéressé à connaitre votre position, pas vos préjugés sur les libéraux, aux quels je ne m’identifie pas par ailleurs;..

        déjà c’est quoi l’ecologie pour vous?

        je distingue la deep écologie qui voue l’homme aux enfers..je vois tous les autres personnes persuadés de detenir la clef de ce qui est l’écologie…

        ils savent « quand c’est qu’on exagère. ».. et il faut arrêter d’exagérer..
        être raisonnable quoi…

        bon…la nouveauté est que le raisonnable serait défini…il résulterait de notre consommation d’une seule planete…par planete. mais c’est un autre arbitraire…

    • L’écologie peut-être, mais l’écologisme est une doctrine.
      Comme le social est le socialisme; l’impression et l’impressionnisme …

  • Nous avons même l’ingrédient majeur des futurs dictatures : un grand leader émergent, la petite Greta, refusant l’école, jamais un livre en main et donc allergique à la science et le savoir, déjà menaçante vis à vis de tous les « mal pensants » bien que si jeune et étrangement dépourvue d’émotions humaines.
    Personnellement, elle me terrifie, et je pense que je ne suis pas la seule, donc je m’étonne qu’elle soit toujours présentée comme une « sauveuse » par les médias.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On voit proliférer ces jours-ci une ligne d’argumentation commune entre la propagande d'État russe et les milieux complotistes américains, savoir : la guerre en Ukraine aurait été fomentée par les Américains pour détruire l’Europe (sic).

Par exemple, le site complotiste américain revolver.news renvoie sans problème aux considérations géostratégiques d’un grand expert sur la guerre en Ukraine, Andrew Korybko. Accessoirement, un analyste « basé à Moscou » financé par le gouvernement autocratique russe : détail sans intérêt ?

Bien ... Poursuivre la lecture

Par David Zaruk.

 

Nous devons écouter la science. Nous devons sauver l'environnement. Nous devons protéger le climat.

 

Des slogans accrocheurs utilisés à des fins politiques, mais que signifient les termes : LA science, L'environnement, LE climat ?

Sommes-nous conscients de la façon dont l'ajout subtil de l'article défini modifie notre perception et notre compréhension d'importantes questions d'environnement et de santé ?

En anglais, l'article défini a été utilisé de manière abusive par de... Poursuivre la lecture

« L'avion n'est pas un but : c'est un outil. Un outil comme la charrue. Antoine de Saint Exupéry » - Terre des Hommes - 1939.

Aujourd’hui, la polémique sur l’aviation d’affaires semble définitivement installée dans les médias. Si ce moyen de mobilité vient sur le devant de la scène médiatique, c’est avant tout parce que les journalistes qui s’en sont emparés ont une ignorance totale de cet univers, de son organisation et de son utilisation par les entreprises.

 

Rappel succinct du cadre normatif

Dans le contexte de f... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles