Taxe sur les billets d’avion : la mauvaise idée européenne

La création d’une nouvelle taxe sur les vols aériens, afin de réduire l’impact environnemental, occupe nos bureaucrates européens.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Avion by Axel Drainville(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxe sur les billets d’avion : la mauvaise idée européenne

Publié le 7 avril 2019
- A +

Par Bill Wirtz.

Le gouvernement néerlandais propose d’instaurer une taxe de transport aérien de 7 euros sur tous les vols au départ et à l’arrivée de l’Union européenne.

Selon La Haye, l’Europe a un problème majeur dû à un trop grand nombre de vols de loisir à bas prix. Selon les bureaucrates, une taxe contribuerait à décourager cette consommation.

Le secrétaire d’État aux Finances néerlandais, Menno Snel, souligne également que la mesure permettrait de faire entrer 200 millions d’euros dans la trésorerie. N’y voyez aucune sournoiserie, c’est tout pour le climat !

La France, la Belgique et la Finlande soutiennent la proposition néerlandaise au Conseil européen. Le gouvernement luxembourgeois a déclaré qu’il ne s’opposerait pas à une taxe si tous les États-membres y adhèrent.

Disparité entre les pouvoirs d’achat

Comparer les niveaux de vie des pays qui se prononcent en faveur de la mesure est révélateur de leur engagement véritable. Dans des États-membres comme la Pologne, la Croatie ou la Roumanie, 7 euros est déjà un montant important, tandis qu’à Helsinki une pinte de bière coûte plus de 7 euros.

En réalité, il s’agit d’une politique de lutte contre le changement climatique pour permettre aux riches de s’acheter une bonne conscience et aux pauvres de réellement renoncer au voyage aérien.

Prenons un exemple pratique : vous pouvez maintenant réserver un vol aller-retour en mai de Paris jusqu’à Poznań en Pologne pour un total de 50 euros. Comme la taxe s’applique par segment de vol, vous serez facturé 14 euros de plus, soit près de 30 % du coût total de votre billet.

Il s’agit d’une augmentation considérable de prix, qui peut être dévastatrice pour les consommateurs à faible revenu qui cherchent à rendre visite à leur famille, à leurs proches, à assister à un enterrement ou à un mariage. Faire payer cette lourde taxe à ces voyageurs pendant que les représentants du gouvernement se déplacent en classe affaires gratuitement n’est pas qu’un peu dérangeant, c’est grossier !

Maintenant que le transport aérien a rendu les trajets abordables, des bureaucrates interviennent violemment contre la capacité des individus à se rendre d’un point A à un point B sans faire de grands sacrifices ? Où est la morale là-dedans ?

Le réchauffement climatique a bon dos

Bien entendu, il ne s’agit pas d’une nouvelle idée. La Fédération européenne des transports et de l’environnement (T&E) plaide depuis longtemps en faveur d’une augmentation des taxes sur le transport aérien. L’organisation qualifie les voyages aériens de « sous-évalués » alors que les taxes ont augmenté au cours des sept dernières années. Là encore, l’argument environnemental ne semble pas être le seul à leurs yeux.

Une analyse de T&E a révélé que de nouvelles mesures telles qu’une taxe sur le carbone, sur les carburants, une taxe sur le kérosène et la suppression de l’exonération de la TVA pour les vols en provenance et à destination de l’Europe permettraient de collecter plus de 50 milliards d’euros par an.

En mai de l’année 2018, le journal belge De Standaard indiquait : « Ici et là, il est suggéré que l’impact sur l’environnement et la santé joue un rôle dans l’introduction d’un droit d’accise minimum européen sur le kérosène.»

La proposition est maintenant sur la table. Toutefois, en tant que proposition fiscale, elle nécessite l’approbation unanime de tous les États-membres pour être adoptée et pourrait donc être bloquée par des États comptant de nombreux consommateurs à faible revenu, des destinations touristiques ou des pays comme l’Irlande, où est basée la plus importante compagnie européenne de transport à bas prix : Ryanair.

Pourraient-ils se sentir liés par l’Accord de Paris sur le climat de 2015 pour approuver la mesure tout en rejetant la faute sur les bureaucrates de Bruxelles ?

Il existe un risque réel que le transport aérien soit de plus en plus victime d’une politique écologiste extrémiste sans intelligence, dont les interdictions et les taxes ne manqueront pas d’affecter les citoyens les plus modestes.

Pour plus d’informations, c’est ici

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • La seule chose qu’ils savent faire TAXÉS sans réfléchir aux conséquences économique !!! Oui vous allez voir nous allons réduire l’ impôt sur le revenu !.. Et dans la foulée une augmentation de nouvelles TAXES OU Anciennes !.. L’Ecologie mot bienvenu pour Taxer !!

    • ben oui , ils taxent tout , même ce qui ne pollue pas …..les trottinettes par exemple …..voire les patins à roulette pourquoi pas ……tout pour le climat quoi ….non content de nous prendre notre pognon , ils nous prennent en plus pour des cons…..

    • houla pas pour tout le monde, le socialisme écologique prône le nivellement par le bas

  • il faut noter que le kéroséne des avions n’est pas taxé , c’est une anomalie ! Cela résulte d’une convention dite de Chicago signée en 1944 à l’initiative des USA, pour favoriser la reconversion de l’aviation militaire et aviation civile , donc pas de taxe sur les vols internationaux ! Aujourd’hui il y a 191 signataires et il serait difficile de changer cette convention car trop d’intérêts en jeu. ( constructeur d’avions , tourisme etc) mais il serait possible comme aux USA de taxer le kéroséne des vols intérieurs et je trouverai cela juste car il n’y a pas de raison d’avoir environ 60 % de taxes sur les carburants voitures et 54 % sur l’electricité et rien sur le Kéroséne !

    • la fiscalité ne peut pas être juste.. la question est de connaitre son but affiché et ensuite on discuter de cohérence. de fortes taxes sur les billets d’avion feraient bel et bien diminuer la production de CO2 liée aux voyages aériens et, sinon admettons, le …MAIS alors si ,en revanche, la prospérité générale ne diminue pas , les emissions de CO2 se produiront ailleurs. par les dépenses supplémentaires des gouvernements et par les usages alternatifs de ceux qui seront dissuadés de prendre l’avion…
      si vous taxez le tabac dans le but d’améliorer la santé publique , il faut aussi espérer que les gens dissuadés utilisent l’argent économisé pour se mettre au crack..
      les taxes changent les comportements ,pour le tabac ça peut marcher car il existe des façon de dépenser son argent plus saine , mais comme quasiment tous les comportements sont utilisateurs de fossiles ça ressemble à une course à l’échalote. il faudra TOUT taxer..

      • et construire un véhicule électrique des panneaux solaire , des éoliennes demande des fossiles penser qu’il faille éviter les emissions de CO2 implique de taxer ça aussi voire de le dissuader…

        la diabolisation du petrole est incompréhensible pour moi, il faudrait au contraire rappeler que c’est une ressource « miraculeuse » pour l’humanité et alors un discours d’utilisation bien pensée serait acceptable… mais pour le moment on peut toujours se moquer grassement et avec raison des gens qui protestent contre le petrole..en utilisant du petrole…

        je plains les gamins à qui on enseigne ces idées folles que le petrole est une abomination…

        • Le pétrole est le meilleur vecteur énergétique que l’humanité ait trouvé. Quid de sa finitude ? Comment maintenir l’économie actuelle sans pétrole ? Ne vaux-t-il pas mieux préparer le déclin du pétrole, que de subir la contraction de son approvisionnement (ce qui est déjà le cas en Europe) ?

            • Belle argumentation. Vous pouvez me donner votre avis sur l’état de l’économie avec un approvisionnement décroissant en pétrole ?

              • Il faut laisser le marché faire, le prix est le meilleur signal pour une allocation des ressources optimum. Si le pétrole devient rare, le prix augmentera et les acheteurs se détourneront du pétrole.

                • Belle définition de la rareté au sens économique. C’est bien beau la théorie, mais encore faudrait-il que tout le monde suivent les lois du marché. La majorité des réserves de pétrole se trouvent dans des pays pas vraiment transparents, qui n’hésitent pas à modifier artificiellement leurs réserves. L’approvisionnement en pétrole est de plus difficilement prévisible. La hausse du prix du pétrole pourrait bien ne pas être progressive sur le long terme, mais abrupte. Étant donné que 80% de l’économie mondiale et 60% de l’économie française tournent au pétrole, l’approvisionnement en pétrole est critique. On transformera pas les filières qui en dépendent à temps, d’où la nécessité d’anticiper la décroissance d’approvisionnement du pétrole.

    • L’anomalie est la surtaxation des autres énergies.
      Surtaxer l’énergie est, pour économie, se tirer une balle dans le genou.

    • et baisser les taxes sur les carburants et sur l’électricité, c’est envisageable 30 secondes ou pas du tout ?
      par ailleurs, sur le prétexte des émissions de co2, je suis sûr qu’un aller retour paris moscou en avion émet moins de co2 par passager que le même trajet en voiture, il n’y a donc aucun lieu de taxer le kérosène.

      • il suffirait de mettre la tva que sur le prix de base , et pas sur la totalité TTC…
        qui peut me dire la valeur ajoutée d’une taxe?

        • A Bercy, ils ont plein de théoriciens qui se feront un plaisir de vous le dire.

          • ben non , la communauté europenne m’a répondu que c’était un cas
            unique en europe , mais qu’il appartenait a la france de gere le probleme..
            il y a plusieurs lois votées nuitamment et parfaitement iniques..
            comme celle qui interdit la baisse d’une taxe sans en promouvoir une autre de meme rapport ..
            ce pays est bien le pays pourri dont il a l’air

      • Distance Paris – Moscou : 2500 km.
        Ordres de grandeurs des émissions :
        Avion : 100 g/passager/kilomètre
        Voiture : 150 g/kilomètre

        En avion, vous émettrez 250 kg de C02. Tout seul en voiture, vous émettrez 345 kg de CO2. Avec un passager, vous émettrez 188 kg de CO2. Avec 3 passagers, vous émettrez 94 kg de CO2.

        Du point de vue des émissions de GES, mieux vaut alors faire rouler 40 voitures avec 4 passagers qu’un Airbus A320 plein pour effectuer Paris-Moscou.

        • Sauf que vous n’aurez jamais 40 voitures à 4 passagers/voiture. A moins, bien sûr, de « collectiviser » de force les véhicules particuliers et à interdire tout déplacement sur une longue distance à un véhicule non rempli de manière optimale écologiquement parlant. Vision collectiviste et totalitaire d’une société qui ne déplairait pas à la plupart de nos écolos… jusqu’au moment où ils en subiront eux-mêmes les conséquences. 🙂
          Dans votre sympathique bilan, vous oubliez qu’un tel trajet en voiture ne pourra se faire que sur au minimum 2 jours (2800 km) et entraînera un coût supplémentaire en hébergement et frais diverses, alors que l’argent nécessaire aurait pu être alloué à d’autres activités plus rentables.
          L’amélioration des transports au fil des siècles a toujours porté sur la durée ET le coût (même si, dans un 1er temps d’application, une diminution du temps de transport pouvait entraîner un surcoût).

          • Tout a fait d’accord avec vous, ça sera bien plus cher en voiture. Je réfutait simplement de manière pragmatique l’affirmation de jabo.

    • A lecolibri29
      « …mais il serait possible comme aux USA de taxer le kéroséne des vols intérieurs et je trouverai cela juste… ». Bravo ! Excellente idée économique pour fragiliser voire anéantir des vols intérieurs (chômage supplémentaire) et écarter de ces lignes les revenus les plus modestes.

      • Ne vous inquiétez pas, on peut massivement subventionner, faire des emplois aidés etc pour compenser. En plus la gestion de tous ces transferts d’argent donnera du travail, donc moins de chômage.
        Pour les plus modestes, des aides avec dossier à remplir, et des fonctionnaires pour lire tout ça. C’est la magie des dossiers, il faut des gens pour les écrire puis pour les lire, ce qui génère beaucoup d’emplois.

    • Je trouverai juste d’aligner les taxes sur les carburants voitures et électricité sur celles du kérozène.
      Qui votre pour moi ?

  • Taxe sir les transports aériens… afin de réduire l’impact environnemental. Toute la bêtise des technocrates est contenue dans cette phrase!

  • une autre solution au lieux de taxer , supprimons les avions , le tabac qui tue , l’alcool etc ..etc ..votre vie sera longue mais alors vous allez vous emmerder !!

  • Une taxe de plus contre-productive, moins de vols moins d’avions moins les aeroports sont rentables moins de touristes , ces 7 euros risque de couter tres cher aux europeens !
    C’est pas une blague 1 er avril ?

  • vous allez voir ce qu’on va leur mettre aux élections

  • Ils essaient de nous faire croire que le CO2 est un gaz nocif et qu’il est donc légitime de la taxer, comme le tabac. En réalité c’est le gaz qui fait pousser les plantes, donc verdir la planète.

  • L’UE réalise qu’elle est une puissance à part entière, au dessus des Etats. Forte de sa propre volonté, attendons-nous à observer une explosion de taxes à l’échelle Européenne.

    « Si les Etats peuvent se le permettre, pourquoi pas nous ? » doivent se dire les députés Européens.

  • le problème est là : « Selon La Haye, l’Europe a un problème majeur dû à un trop grand nombre de vols de loisir à bas prix ».

    Sans doute un résultat du cannabis…

  • Hier c’était taxer le diesel, aujourd’hui c’est l’avion qui est visé, demain, à qui le tour ?
    Cette nouvelle lubie (je parle de l’écologie climatique) entraînant dans son sillage l’hystérie apocalyptique imminente de notre planète, est une manne céleste pour ces politicards en quête d’arguments pour accroître la ponction des contribuables. Quelle aubaine cette nouvelle doctrine dont les ramifications sont quasi inépuisables ! Quelle opportunité pour eux qui, insidieusement veulent « établir » le communisme, en abolissant nos libertés pour « notre bien » (évidemment) mais surtout pour tout contrôler !
    Comme cet Aurélien Barrau qui prétend que « que perdre un peu de notre liberté et confort » (euphémisme) sont nécessaires pour éviter que « la planète ne tombe dans le gouffre », et cause ainsi la fin immédiate de l’humanité… ! D’après lui, dans deux il sera trop tard… ben voyons !
    La peur exploitée comme moteur d’action est un moyen fabuleux d’imposer des contraintes liberticides et d’extorquer taxes supplémentaires ou autres contributions. Soutenue par les hystériques de la « dogmatique du réchauffement planétaire » ces politicards mafieux répandront, à grande vitesse, l’effondrement économique des pays entraînant inévitablement leur paupérisation.
    Tous ces illuminés de cette « nouvelle écologie », qu’ils vivent comme ils le souhaitent, en restant conséquents. Cela implique : 1) sans électricité, sans smart-phone, sans play-station, sans ordinateur, sans train…etc… déplacement à pieds (la fabrication des vélos pollue la planète !) ; 2) le retour à l’Age des Cavernes et vivre à la Robinson Crusoé. Si tel est leur choix, qu’ils le fassent, mais qu’ils NOUS FOUTENT LA PAIX !!!

  • La taxe une façon d’emm…der le monde. Les pauvres y perdront

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Lors de leur session plénière à Strasbourg le mercredi 8 juin, les eurodéputés se prononcent sur huit des quatorze directives du paquet climatique Fit for 55, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne de 55 % d'ici 2030 dans le cadre du Green New Deal.

Dans ce deal, l’idéologie se taille la part du lion. Commission et Parlement européens sont désormais les deux principaux vecteurs de l’idéologie écologiste dans le monde — loin devant le plus zélé des États.

Ce que marquent ces directives est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles