Plus de vélos, moins de bagnoles, et… des sous !

Sur YouTube, on clique décidément sur n’importe quoi. En particulier sur les solutions pour l’ « après-pétrole ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Paris Vélos by Paval Hadzinski (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plus de vélos, moins de bagnoles, et… des sous !

Publié le 19 novembre 2018
- A +

Par Benoît Rittaud.

Le « défi du jour » ? Signer une pétition en faveur des transports en commun. Si c’est pas disruptif et engagé, ça, alors c’est à désespérer de tout.

Alors que nous avons vécu samedi des scènes quasi-insurrectionnelles contre la hausse des prix du carburant, avec des manifestants parvenus à quelques jets de pierre de l’Élysée et appelant à la démission du président de la République, le youtubeur Baptiste Lorber s’est collé à la vidéo quotidienne d’#OnEstPret dans laquelle il revient tranquillement sur notre « dépendance au pétrole ».

Son allocution a le mérite d’être courte (30 secondes) et, dans le contexte de la journée des Gilets Jaunes, a cette teinte délicieusement décalée du gentil bobo complètement à côté de la plaque. Elle n’a pas de contenu à proprement parler, à part ceci : au cas où vous n’auriez jamais pensé à vous déplacer autrement qu’en voiture, ben réfléchissez-y un peu, quoi. Il faut vraiment tout leur expliquer, à ces Gaulois réfractaires.

Mais attention, dans l’interview donnée à France Inter (voir plus loin), l’auteur nous explique qu’il n’est pas contre les Gilets Jaunes, hein, c’est juste qu’il veut répondre à leurs revendications autrement : en demandant au Gouvernement de préparer l’après-pétrole. Bienvenue dans le monde merveilleux des youtubeurs.

Dans la série « faites ce que je dis, pas ce que je fais », on trouve une vidéo récente sur sa chaîne qui suggère que la bagnole a quand même aussi ses bons côtés :

La pétition elle-même dont il assure la promotion contient les revendications classiques du genre : plus de vélos, moins de bagnoles, des sous des sous des sous, et autres sortie du pétrole. Pas la peine de détailler chaque point, mais pour mémoire intéressons-nous brièvement à la revendication n°2 :

Une justice fiscale en mettant fin aux avantages fiscaux des transports polluants comme l’aérien et le transport par camions.

Bébert, quand y prend son camion pour faire Strasbourg – Marseille, y paye moins cher son essence que nous. C’est pas juste !

Sauf que Bébert, lui, il ne prend pas son camion pour aller en vacances au soleil : figurez-vous que dans « transport par camions » il n’y a pas seulement les vilains « camions » , il y a aussi l’utile « transport » , cette invention qui permet d’approvisionner les magasins avec des trucs qu’on va acheter, nous, après.

Donc, si on augmente le prix de l’essence de Bébert, mécaniquement ça augmentera le coût des produits qu’il nous livre. La « justice fiscale » proposée reviendrait mécaniquement à diminuer le pouvoir d’achat. Voilà une proposition finement réfléchie, particulièrement opportune dans le contexte de ces jours-ci.

Hier sur France Inter, l’interview de deux militants d’#OnEstPret (dont Baptiste Lorber) par Ali Baddou a été à sens unique, sans la moindre prise de recul. Nous y vîmes la quintessence du journalisme institutionnel binaire, celle qui détecte le Bien aussitôt qu’a été prononcé le mot écologie. Voici par exemple la présentation introductive :

(…) mobiliser une force de frappe considérable sur internet et au service d’une très bonne cause, la défense de l’environnement (…) Vous êtes donc tous les deux partie prenante d’une série de défis citoyens avec ce nom, #OnEstPret, une grande campagne pour sensibiliser à l’écologie (…)

Alors que le climat est censé être au cœur du « Grand Défi » proposé par #OnEstPret, le mot n’a même pas été prononcé dans l’émission. L’essentiel a été de répéter quelques mantras pêchés au hasard d’une discussion qui aurait tout aussi bien pu avoir sa place au bistrot alternatif du coin. Après avoir passé la brosse à reluire sur les vidéos « à mourir de rire » de Bapt&Gael, le journaliste n’a notamment pas réagi à ce propos :

Le but c’est de montrer l’exemple, c’est pas de donner la leçon (sic).

Sans doute avait-il manqué la vidéo « Ibiza Story », mais tout de même : comment se fait-il qu’un un journaliste professionnel soit servile au point de ne pas réagir à cette prétention d’être de ceux qui « montrent l’exemple » ? Pourquoi aucune question gênante, pourquoi aucun esprit critique, pourquoi des encouragements permanents et même une jolie pub offerte pour une appli développée par l’un des interviewés (que le journaliste a lui-même « téléchargée hier », au cas où vous douteriez encore de son soutien) ?

Certes, Ali Baddou a le droit d’être un journaliste complaisant. Mais se montrerait-il aussi servile devant un climato-réaliste ? J’avoue, j’en doute fort. Je soupçonne que la connivence ne vaut que pour l’entre-soi écolo et la bonne conscience satisfaite des premiers de cordée qui croient tout comprendre des problèmes, ceux des Gilets Jaunes y compris.

Les Gilets Jaunes, parlons-en. Comme signalé plus haut, nos interviewés ne sont pas leurs adversaires. Du tout du tout. C’est juste qu’ils voudraient comme qui dirait réorienter leurs revendications vers la préparation de l’après-pétrole. Comme il faudra tout de même un certain temps avant qu’un tel projet soit opérationnel, on ne doute pas que, dans l’intervalle, nos vaillants #OnEstPret soutiennent donc la baisse du prix des carburants fossiles… Ne riez pas, je voudrais vous y voir, c’est pas si facile de s’afficher gentil tout plein dans ces conditions !

Hasard de mes lectures sur internet, ce n’est qu’hier que j’ai pris le temps de regarder la fameuse vidéo de Jacline Mouraud.

Le discours est un peu hésitant, le propos naïf et j’imagine volontiers que bien des pros, sur YouTube ou ailleurs, l’ont regardée comme relevant de cette caricature faite par Coluche.

N’empêche, avec sa sincérité et ses mots simples dénués de tout effet de manche ou de montages vidéos rigolos, c’est bien notre Jacline qui a visé juste. La journée des Gilets Jaunes, c’est quand même un peu elle qui en est à l’origine. Et participer à cette journée impliquait un poil plus qu’un bête clic sur une pétition ou l’achat d’une gourde (fût-ce dans le cadre d’un sympathique partenariat commercial).

Les centaines de milliers de manifestants n’ont pas atteint la valeur numérologique incantatoire de 3,5 % visée par nos vaillants #OnEstPret1, mais en termes d’engagement, on parle quand même d’autre chose. N’en déplaise à France Inter.


Sur le web

  1. Cédric, qui m’a embarqué dans son idée de réagir aux vidéos d’#OnEstPret a créé le compte Twitter OnEstLucides dans la foulée. N’hésitez pas à relayer ! Jusque là on n’est pas encore très bons en réseaux sociaux chez les climato-réalistes, voilà donc une excellente occasion de faire en sorte que ça change.
Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • changer notre mode de transport quand vous habiter en campagne , vous faîte comment , vous avez besoin de votre voiture !!! les tranports par bus inexistant .personne ne le prend , les horaires n’etaient pas adapter , résultat negatif … ligne déficitaire…
    Comme par hasard !! le kérosène n’est pas concerné , le fret par la SNCF inexistant normal la SNCF a un réseau routier tres important … il ne va pas se faire concurrence quoique avec les lignes de bus !!! enfin de compte qui paye , le consommateur au final..
    pour une journée sans voiture à Paris 25% de pollution en moins , il reste 75 % de pollution
    mais là , silence complet.!!! A quand les climatiseurs interdit ? au faite les éoliennes brassent de l’air !!! il faut aussi interdire les tunnels et métro sous-terrain la ou la pollution est importante … comme par exemple a Paris ×4 ou plus mais là bien entendu , pas de mot contradictoire , la pollution c’est quuand ça les arranges bien entendu ….

    • Et encore, les fameux Ouibus de la SNCF ont accumulé 165 millions d’euros de pertes depuis 2013.
      Des négociations sont en cours en vue du rachat de 100 % du capital de Ouibus par BlaBlaCar, et ils ont ouvert un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) pour la moitié des salariés de la compagnie…
      D’autres sauront faire du pognon avec cet outil.
      On dit bien : « un mauvais ouvrier a de mauvais outils »

      • Et quand on a un mauvais Macron on a des entreprises en faillites! Encore une idée géniale de notre énarque qui tombe à l’eau?

    • Pour le fret SNCF, il y a une réponse, c’est le service SNCF ! : délais d’acheminements aléatoires, perte de wagons voire de trains. Heureusement, ils les retrouvent mais, quelques jours voire 1 mois plus tard…

      • oui, je me souviendrais longtemps de ce responsable logistique ( ou achats , je ne sais plus ) d’un grand groupe industriel qui était à la recherche de son train d’acier que la SNCF avait égaré 🙂

      • Et il faut y ajouter plusieurs grèves par an qui bloquent vos approvisionnements. Personne ne confiera une livraison à la SNCF, qui peut être bloquée plusieurs jours!

      • Combien de temps pour la SNCF pour acheminer un train de blé d’Orléans à Lamballe?…..
        ….15 jours minimum….On est dans l’ordre du décamètre à l’heure…
        ….Vive les camions!!!!

    • « pour une journée sans voiture à Paris 25% de pollution en moins , il reste 75 % de pollution »
      Ca, c’est quand on fait la journée sans voiture quand le chauffage ne fonctionne pas. Si on la faisait au coeur de l’hiver, ce serait beaucoup moins.

  • Bonjour à tous,
    Notre époque a comme toutes les autres son lot de gourous, qui ont des solutions simples à des problèmes complexes …
    Parmi eux, il y a deux races connexes : les « décroissants » et les « vélocipédistes » pour qui le salut du monde est directement dépendant de la capacité du français moyen à réduire directement sa consommation en allant habiter une cabane isolée au fond des bois et/ou en s’adonnant au vélo pour aller travailler …
    Aucun d’entre eux ne se demande pour quelles raisons l' »empreinte carbone » du hollandais moyen – grand adepte du vélo – est très supérieure à celle du français moyen, mais c’est un détail sans intérêt …
    Seule compte la « solution vélo », au même titre que la « solution décroissance » pour d’autres. Mais tous ces gens sont nombreux et influents …
    https://www.linkedin.com/pulse/d%C3%A9croissance-vrais-sujets-et-fantasmes-pierre-tarissi/
    Amitiés,
    Pierre

    •  » au vélo pour aller travailler « 
      Mais ça émet aussi du CO², même si on pédale en apnée:
      Il faut se lever plus tôt, donc allumer la lumière,
      On rentre en sueur, donc douche chaude,
      Il faut manger plus de sucres lents qui seront transportés par camions,
      On ne peut pas covoiturer avec ses collègues,
      etc,etc …

    • la France a déjà connu une période significative (4 ans) de décroissance forcée : cela s’est appelée « l’occupation allemande » : Pas sûr qu’elle ait laissé de bons souvenirs !!!

  • quand on aura compris que pour baisser les taxes il faut baisser les aides, pour laisser les gens s’enrichir par le travail …
    la france a plus un probleme d’aides qu’un probleme de taxes

    • Ces fameuses aides existent essentiellement pour aider… la réélection des politiques. Aucune chance de les baisser, certitude de leurs augmentations futures.

  • Les questions gênantes, elles ont été réservées à deux Gilets jaunes interviewés sur BFM dans « Et en même temps ». Un animateur et deux journalistes dont l’un avait décidé de jouer le bad cop. Manque de bol pour lui, un des deux gilets était d’un haut niveau intellectuel et ce qui ne gâte rien, plein d’humour…

  • La gauche fait croire aux français qu’ils allaient travailler toujours moins tout en bénéficiant de la gratuité des services publics……..Ben non à la fin il faut payer.

  • Quand le pétrole est cracker, on en fait deux tiers d’essence environ et un tiers de diesel, plus d’autres broutilles. On ne peut pas faire autrement, à moins de balancer le diesel à la poubelle (laquelle ?) ce carburant sera utilisé quoi qu’il arrive, ceci est un fait. Taxer le diesel après en avoir fait la promotion est représentatif de la nocivité de l’Etat français qui fait n’importe quoi.
    Qu’on se rappelle l’investiture de Macron et la mise en scène de l’homme seul marchant vers son destin de président : ce type a pété les plombs instantanément en étant élu. Il se prend pour le sauveur de la planète et il est prêt à sacrifier le niveau de vie de beaucoup de Français pour réaliser son délire. Tous ceux qui ne se sentent pas concerner parce qu’ils n’achètent pas de carburant, se trompent dramatiquement et ne sont pas solidaires avec ceux impactés. La nation n’existe plus quand les uns se moquent des problèmes réels des autres.
    La religion climatique va faire beaucoup de dégâts, comme toute religion.

    • Surtout qu’il y a pas si longtemps il était vendu 4 millions de m3 de gasoil/kerosène par an pour 1 million de m3 d’essence.
      Ces 4 millions de m3 de gasoil impliquaient donc 12 millions de m3 d’essence produits à coté, que nos quelques raffineries ne pouvaient produire.
      Il fallait (et il faut toujours) donc importer du gasoil denrée limitée et exporter de l’essence au prix du marché, marché libre sur lequel nous n’étions donc pas concurrentiels, pour les raisons que les lecteurs de contrepoints connaissent bien.
      Nous avons donc fermé de nombreuses raffineries et envoyé les gens au chômage…
      Même si le ration essence/gasoil redevient plus raisonnable, les raffineries fermées ne rouvriront plus, en particulier si nos zélites sont persuadées que le pétrole, c’est du passé.
      C’est vite oublier que le pétrole, c’est aussi une énergie stockée, d’un hiver pour les particuliers, une saison pour les agriculteurs, à quelques semaines pour le pays.
      Rappelez vous les propos rassurants des pouvoirs publics pendant les crises passées : « pas grave, nous avons de quoi tenir 3 semaines… »
      Et si demain nous ne tiendrons plus 10 minutes ?

  • La dette de la SNCF à la charges maintenant de l’ état correspond à 50 milliards……..Ben oui il faut payer.

  • C’est à désespérer, c’est ainsi que l’on se rend compte à quel point les gens sont stupides! D’ailleurs il suffit de lire les commentaires sur les sites de journaux.

    • Les gens ne sont pas forcément stupides, mais on les encourage à l’être, en particulier la presse et autres médias. Il y a quelques années, j’ai suivi un stage « comment parler dans les médias ». J’en ai retenu, et je ne suis certainement pas le seul, qu’il faut s’adresser au public comme à un enfant de 4 ans. Le formateur avait d’abord dit 4 à 7 ans, mais quand dans les TP j’ai visé 7 ans, il m’a corrigé et ramené à 4. Aujourd’hui, le truc a été poussé à l’extrême puisque les médias interrogent aujourd’hui les enfants plutôt que les adultes, la SNCF va utiliser une voix de 4 ans pour ses annonces, etc. Le point est que ça flatte la paresse intellectuelle et ça appelle à l’affection parentale. Pour les dirigeants, c’est en fait une occasion rêvée d’utiliser le principe : « L’intelligence s’use quand on ne s’en sert pas ».

  • Bof , éternelles redites de bobos citadins friqués . Mais comment vont’ils faire pour rejoindre leurs lieux de vacances à la mer ou à la montagne avec leurs vélocipèdes ?

  • Il faudra un jour essayer l’Etat limité à ses missions régaliennes, et la liberté individuelle. Rien que pour voir ce que ça donne…

  • Quand les transports communautaristes me prendront à la porte de chez moi et m’amèneront (sans détours, ni arrêts intempestifs, ni odeurs nauséabondes, ni pressé comme des sardines . . .) à la porte de mon bureau, avec musique, lecture, endormissement ou batifolage avec ma dulcinée telles que les voitures-robots privées, alors là je renoncerais (peut-être) à ma fidèle rossinante 🙂

  • Tout ça c’est du bololo L’Etat n’en à rien à foutre de l’écologie. Il a besoin de « Fric » et raconter des histoires c’est sa façon à lui de prendre les Français pour des cons.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
tiktok
1
Sauvegarder cet article

Un article de la Foundation for Economic Education (FEE).

Pour des millions de personnes aux États-Unis et dans le monde, TikTok est devenu la dernière folie. Créer ses propres vidéos et les partager avec d'autres n'a jamais été aussi facile. Des créateurs de contenu qui étaient totalement inconnus il y a quelques mois sont devenus des superstars, et leurs fans et eux-mêmes en apprécient chaque minute.

Mais tout le monde n'est pas content.

Dans une lettre adressée le 24 juin aux PDG de Google et d'Apple, Brendan Carr, com... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

En France, nous serions tentés de dire Non, tant le battage médiatique incessant assimilant l’écologie à une posture étatiste, nécessitant de lourds sacrifices fiscaux et un contrôle renforcé de nos comportements et modes de vie est la norme.

 

Une autre écologie est possible

Et la bonne nouvelle, c’est qu’elle existe déjà… Malgré le silence des médias.

L’écologie véritable n’est pas particulièrement marquée politiquement. Étymologiquement, écologie signifie « économie de la maison »… Ce qui signifie tout simplement ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles