Gilets Jaunes : la goutte d’essence qui fait déborder le vase… du trop-plein fiscal !

L’usine à gaz de subventions, commissions, dérogations continue son chemin, alors gilets jaunes ou pas, mais véritables insurgés fiscaux, chacun doit prendre sa part de responsabilité. Tribune libre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Geöffneter Tankdeckel. Bereit um Diesel zu tanken By: Marco Verch - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets Jaunes : la goutte d’essence qui fait déborder le vase… du trop-plein fiscal !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 novembre 2018
- A +

Par Christine Singer1.

Bienvenue dans un pays où désormais pour 100 euros de dépenses en carburant, ce sont bien 70 euros de taxes qui sont perçus par l’État nounou.

La révolte fiscale qui s’exprimera le 17 novembre est donc légitime. Initiée par les réseaux sociaux, court-circuitant par là même les partis politiques classiques de tous bords, elle apparaît comme la lame de fond que nous, libéraux, nous attendions depuis longtemps, et ce malgré la présence certaine de quelques figures douteuses. Mais seule l’action prévaut quand il s’agit de mener la guerre au trop-plein d’impôts, qui finance notre trop-plein d’État, véritable frein au développement économique.

Si ce mouvement est motivé de prime abord par l’alignement par le haut de la fiscalité du diesel sur celle de l’essence, il est en effet — et surtout — motivé par un ras-le-bol fiscal dans le pays le plus taxé de la planète.

Et malgré un jeu de bonneteau fiscal, où ce gouvernement claironne telle ou telle baisse de taxe compensée aussitôt par la hausse d’une autre, la France est au deuxième rang mondial en ce qui concerne le poids des prélèvements obligatoires en proportion du revenu national, soit 47 %.

La France championne des taxes

Pour couronner le tout, comme si cela ne suffisait pas, notre pays est champion du monde du nombre de taxes. Le maquis est tellement épais qu’il est juste impossible d’en faire un décompte exact, même si selon toute vraisemblance, celui-ci semblerait avoisiner les 250 à 300 taxes différentes selon l’IFRAP, quand l’Allemagne n’en compte que 26.

Cette taxonite aiguë nourrit donc des dépenses publiques très élevées, supérieures de dix points de PIB à nos voisins allemands ou britanniques pour des services publics guère supérieurs (les Allemands ne viennent pas se faire soigner en France ni les étudiants britanniques y étudier). Et comble de tout, alors que l’on pointe tout le temps du doigt nos amis luxembourgeois, il est amusant de voir que depuis la hausse du prix du diesel, on aperçoit de plus en plus de gendarmes français faire le plein en toute légalité au Grand-Duché du Luxembourg, où le litre de ce carburant coûte actuellement 1,162 euro, contre 1,53 euro en France !

Alors certes, la révolte du 17 novembre ne doit pas faire oublier la responsabilité des gouvernements précédents dans cette dérive du Taxatouva pour l’ensemble de l’économie française. Encore moins les erreurs commises dans la politique des transports depuis des décennies. À croire que cette folie fiscale depuis 40 ans est devenue un sport national.

Le prétexte de la fiscalité écologique

Le gouvernement actuel ajoute une nouvelle aberration : cette hausse des taxes sur les carburants s’inscrit dans une « fiscalité écologique » censée, pour dire les choses clairement, dégoûter les Français de prendre leur voiture, bref une fiscalité écologique de bobos parisiens dont le seul résultat est de matraquer les ruraux et les ménages modestes. Car c’est bien près d’un tiers des Français qui ne dispose pas d’alternative à l’automobile pour se rendre au travail, ou simplement profiter de la vie, faire les courses, voir les amis ou la famille.

Et quand on voit la hausse de 23 % du diesel depuis un an, on ne peut que bel et bien constater l’effort financier supplémentaire pour les Français, de l’ordre de 40 à 50 euros mensuels supplémentaires du budget carburant lorsqu’ils font 20 000 km par an. De quoi mettre plus d’un smicard à découvert. Sans parler des artisans pour qui le surcoût, répercuté sur leurs clients, dépasse facilement les 200 euros.

Le Premier ministre a clairement annoncé qu’il s’agissait de rendre « moins commode » l’utilisation d’un véhicule. Il est certes légitime d’inciter à utiliser les transports en commun (quand ils sont sûrs et ponctuels), mais est-ce le cas ? Est-ce bien la vraie raison, surtout lorsque l’on sait que la fiscalité dite comportementale, imbibée de paternalisme, échoue généralement, au vu des expériences sur le tabac ou les friandises ? Elle ne réussit généralement qu’à rendre odieuse la cause qu’elle prétend défendre, aux yeux de contribuables, qui eux s’estiment piégés.

Racket fiscal

Alors, ne nous y trompons pas, derrière cette hausse de la fiscalité énergétique, « destinée à orienter le comportement des consommateurs vers des activités moins polluantes pour sauver notre planète », il s’agit bel et bien d’un nouveau racket fiscal qui va se poursuivre en 2019, afin de compenser les 12 milliards d’euros de l’exonération de la taxe d’habitation et surtout, le manque de courage politique de nos gouvernants.

L’usine à gaz de subventions, commissions, dérogations continue bel et bien son chemin. Alors, gilets jaunes ou pas, mais véritables insurgés fiscaux, chacun doit prendre sa part de responsabilité… Le 17 novembre prochain, les libéraux, eux seront sur le terrain pour défendre les vraies réformes de l’État nécessaires pour endiguer cette fiscalité grimpante et contre-productive.

  1. Christine Singer est présidente du PLD du Grand Est, trésorière du PLD, et fiscaliste auprès d’un grand groupe bancaire. Elle est élue à Metz.
Voir les commentaires (84)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (84)
  • Je n’aime pas trop la présentation des taxes selon le principe « pour 100 euros de dépenses en carburant, ce sont bien 70 euros de taxes qui sont perçus par l’État ». Lorsque l’on calcule la TVA celle-ci se fait par rapport au Hors Taxe. Pour les carburants il en va de même ainsi pour un litre de SP95 à 1,53 € TTC, le prix hors taxes est de 0,59 ct € et les taxes de 61,40 ct € soit 159,32 % ce qui est juste.

    • bah…au coeur vous aurez aussi l’efficacité de la dépense publique..
      par exemple sécu/privé..
      payer est une chose.. mais payer pour quoi…

    • Dans le cas du carburant, le prix dit « hors taxes » est le prix « hors TVA ». La TVA s’applique aussi aux taxes spécifiques sur le carburant. Je pense qu’il en est de même pour le tabac.
      À ce titre, augmenter les taxes, en faisant augmenter le prix dit « hors taxes », a aussi son petit effet sur les rentrées de TVA.

      •  » La TVA s’applique aussi aux taxes spécifiques sur le carburant ».
        Là je ne comprends pas très bien. Je croyais qu’on parlait de Taxe à la Valeur ajoutée…
        Pouvez-vous m’expliquer quelle est la valeur ajoutée à un carburant par une « taxe spécifique »?

        • Il serait parfaitement logique que la Constitution interdise de faire rentrer une taxe dans l’assiette d’une autre taxe. Mais cette précision n’a pas été intégrée dans la Constitution et nous en payons le prix.

    • Malheureusement non, la TVA se calcule aussi sur la TICPE.

      Oui, on nous fait payer une taxe sur une taxe.
      Oui c’est complètement absurde.
      Et oui il y a d’autres cas en vigueur (CSG non déductible, pour les salaires).
      Bienvenue en France…

    • @goufio
      Bonsoir
      Les 159,32 que vous trouvez ne sont pas sur le prix total. D’ailleurs votre prix de départ de 1,53€ est faux si vous additionnez 0,59 et 0,614 cela donne 1,204€. Vous avez pris le nombre correspondant au taxes sur le graphique des prix de mai. Ces 61,4% de taxes sur 1,53€ représentent 0,93942€.
      Si vous avez fait 0,93942 / 0,59 vous avez trouvé 1,5922 que vous avez multiplié par 100 pour trouver un pourcentage. Or, 159% c’est multlipié par 2,59. Ce n’est pas le cas. 1,5922 c’est 59,22% plus grand que le départ, soit plus de la moitié.
      Ceci était pour les prix à la pompe au mois de mai.

    • 1,53 € – 0,59 € = ????? manque quand même 0,326 €

  • La transition énergétique serait une vaste fumisterie car il n’y aurait pas de réchauffement climatique, pour s’informer :
    • Le géophysicien M. Vincent Courtillot rappelle avec une précision jusqu’ici inconnue en langue française, que la variation de la température au cours des siècles, mesurée par des méthodes glaciaires ou géologiques, précède de 800 à 2000 ans la variation des concentrations de CO2. S’il y a causalité, ce ne peut être que dans le sens « variation de températures => variations du CO2 » et non l’inverse.
    Sources :
    https://www.youtube.com/watch?v=LoFfxuJIOfw la concentration de CO2 est en retard d’environ 1.000 ans sur les températures (niveau de lecture 13mn 50 et 16 mn 20)
    http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim1/rechfran/4theme/paleo/vostok.html histoire continue du climat sur quatre cycles climatiques pendant 140.000 ans, grâce à la carotte de glace de Vostok étudiée depuis 1989 !

  • Rendre l’usage d’une voiture moins commode, qu’il dit le premier sinistre.
    C’est toute l’ambiguïté du discours.
    On nous présente ces taxes pigouviennes comme devant faciliter la transition énergétique. On est donc censé viser, dans ce cadre, le véhicule thermique. Et uniquement lui.
    Or, quand on réduit la vitesse en ville par l’extension des zones 30 pour rendre le vélo concurrentiel, quand on roule à mort pour le véhicule autonome, quand on favorise le covoiturage, quand on supprime des places de stationnement, quand on étend les infractions éligibles à la videosurveillance, quand on impose contre vents et marées le 80 km/h, quand on affirme qu’il est stupide de déplacer une tonne de ferraille pour la mobilité d’un individu, quand on prétend que la voiture est une aberration individualiste, quand les PDU n’évoquent que la marche à pied, le vélo ou les TC, quand même les e-mobilités (trotinettes, gyropodes…) sont rapidement montrées du doigt, on devine aisément que ce n’est pas seulement le véhicule thermique qu’on veut occirre mais également tout mode de déplacement individuel et libre autre que ceux décidés par l’Etat.

    • @Joe Bar
      Bonjour,
       » on devine aisément que ce n’est pas seulement le véhicule thermique qu’on veut occirre mais également tout mode de déplacement individuel et libre autre que ceux décidés par l’Etat. »
      C’est exactement ce qui est écrit dans le livre des socialo communistes, parmi les 10 mesures à appliquer aux pays avancés :
      – la sixième mesure : « Centralisation entre les mains de l’Etat de tous les moyens de transport. »
      « tous » ! Ni plus ni moins.

  • La crise expliquée par les nuls, comme moi ,qui n’ont pas fait l’ENA.

    Tout le paradoxe vient du fait que le gouvernement est en train de changer de payeurs dit il, alors que dans les faits ce sont les mêmes.
    En effet , il apparaît que les charges sur le travail tuent l’emploi et mettent les entreprises en difficulté, donc on a décidé de baisser ce que payent salariés et entreprises en charges..

    La réalité c’est que le travailleur paye moins de charges mais plus de taxes .l’entreprise elle payera , lui dit on moins d’impôts.
    Çà reste a voir..

    Ce qui intoxique la société ce sont les aides , les aides pour tout, conformément a la doxa socialiste qui est a la recherche d’une égalité fantasmée destiné a ce qu’elle estime être son électorat.

    Le paradoxe est là, certains français sont sensés être aidés d’autres être taxés mais si on protége les entreprises et les dépenses publiques, on est obligé de taxer tout le monde..

    Et c’est çà qui coince

    Les français sont accrocs aux aides sociales , 30% de leur revenus et on ne peut pas (parait il) y toucher , rappelez vous l’aide au logement ou 5 euros empêchaient les bénéficiaires de se nourrir..

    Donc les voila au pied du mur , il reste encore a voir l’impact des taxes de l’énergie sur l’inflation , car tout le monde n’a pas encore compris que les prix a la consommation vont nécessairement augmenter . Au final c’est toujours le consommateur qui paye

    Et l’impact que la consommation sur l’emploi qui va sceller le destin de ce gouvernement?

  • si la révolte contre le prix du carburant est réelle, la révolte sur le taux de taxation global ne l’est pas, demain tel gilet jaune réclamera des aides de l’état.. si il s’agit d’une énième exigence de faire payer les autres..c’est déplorable si il s’agit d’une prise de conscience des effets dévastateurs des taxes sur la prospérité générale, c’est mieux.

    • Quand on aura compris que ce sont les aides qu’il faut baisser d’abord
      puis baisser les prélèvements on aura fait un grand pas

    • Je ne suis pas sûr que ceux qui reclament la suppression des nouvelles taxes sur les carburants soient tous les mêmes qui demandent des aides de l’Etat. Au mieux, ils réclament de la cohérence :
      1. que ces taxes, destinées dans le discours officiel à la transition énergétique, aillent bien à la TE
      2. qu’on leur explique le paradoxe qui consiste à payer plus (de taxes et d’impôts) pour en avoir moins (fermetures des services publics, maternité, hôpitaux, commerces… dans les zones rurales)
      En réalité, je crois surtout que cette fronde est une fronde des automobilistes ; on retrouve le même pourcentage de soutien à ce mouvement que celui de la population hostile au 80 km/h (75 % ).
      Ceux-ci, ceux qui ont en besoin ou qui aiment la voiture en ont ras le bol des mesures autophobes pondues depuis quelques années. De l’interdiction des vieux véhicules en centre urbain aux taxes en passant par une répression accrue… Cela recoupe peu ou prou la province, face aux habitants des métropoles qui eux n’ont pas une utilité quotidienne de la voiture ou pire qui sont anti-bagnole…

      • je suis d’accord pour dire que le vernis écologiste est juste là pour faire passer la pilule..
        mais je ne crois pas que les français veulent plus de services publics,
        ils veulent des services publics plus efficaces , moins dépensiers , et a géométrie variable en fonction de l’évolution des besoins..
        çà fait dix ans que je ne suis pas allé a la perception..je peux tout faire par internet , y compris acheter des timbres fiscaux, çà sera a quoi d’en avoir une par bourgs?
        les maternité et hôpitaux c’est facile il faut faire payer les patients,
        ils auront vite fait de piger que les cliniques sont moins chères..
        etc.. etc..

        • la preuve? j’accumule les _1

        • Si seulement…

          L’Internet du Moloch n’est même pas foutu de m’indiquer sans équivoque si mes questions de taxe foncière doivent être traitées par le SIP ou le cadastre. Le téléphone ne répond pas, bien sûr. Il vous reste vos jambes et une bonne file d’attente soviet-style.

          Par ailleurs je crois que vous sous-estimez l’attachement des Français à un Etat nounou qui leur évite surtout de penser par eux-même. Pour le « service public », il y a cette perception qu’il s’agit de quelque chose de noble et désintéressé qui s’oppose au matérialisme sale du secteur privé.

          • beaucoup de gilets jaunes ne comprennent pas qu’ils font leur plein grâce a des aides qu’ils touchent par ailleurs

          • Vous avez raison, ça n’est pas qu’ils veulent plus de services public, c’est qu’on leur appris que le service privé était malhonnête et arnaqueur.

            • voila le service public est assimilé a celui de la Curie dans le passé
              la religion disait ou était le bien , le mal et distribuait des images pieuses aux méritants..
              ainsi une certaine mutuelle d’assurance preetnd ne s’occuper que de « ceux qui se soucient des autres » sous entendu la fonction publique , le privé c’est le profit donc le mal, le public lui c’st l’intérêt de tous , surtout l’intérêt du clergé de la république qui se goinfre..

              • Bienvenue en Russie soviétique. Nos écuries d’Augias ne pourront être nettoyées que quand on se préoccupera de la soviétisation de la société, débutée en 1946 (accords tacites de Gaulle-Thorez) et qui n’a fait que croître et embellir sous tous les gouvernements.

      • faut pas non plus oublier que la route est l’un des seuls lieux de semi liberté pour beaucoup de français……..priver quelqu’une de toute sa liberté et voilà ce qui arrive..

      • justement , le mouvement est très hétérogène, mais le ras le bol est général…

    • La demande pour de nouvelles aides ressort du constat que c’et le seul moyen de s’en sortir pour ceux qui sont bloqués par le couvercle des seuils. Les gains qu’ils pourraient espérer de la manière « normale » de gagner plus sont à peu près annihilés par la perte des avantages consentis aux plus pauvres : je deviens imposable, je perds les avantages pour la cantine des enfants, la crèche, la carte de transports, etc.

      • c’est donc bien les aides qui sont en cause , si on annule les aides on pourra libérer les salaires par la baisse des prélèvements ..
        il faut permettre aux gens de s’enrichir par le travail plutôt que les tenir encalminés par les aides..
        ne me demandez pas comment faire la transition, je suis pour arracher le sparadrap d’un coup , çà fait mal mais ne dure pas longtemps et forcement c’est peut etre suicidaire politiquement
        mais ne rien faire aussi .. alors

        • Cent pour cent d’accord avec le diagnostic. Et cent pour cent certain que le mouvement « populaire » résultant tournerait à la guerre civile.

        • sans doute, mais pour les désabusés, il n’y qu’une façon, de sauver le patient de ce cancer…sa mort..autrement dit , les ramifications de l’etat sont si étendues qu’il est impossible d’en « couper une partie sans léser « légitimement » des groupes de personnes.

          le cas d’école est comment privatiser les taxis sans que certaines personnes tout à fait honnête n’aient pas l’impression de s’être fait avoir.
          il y a eu une telle accumulation de mesures censées pallier les défauts des mesures précédente qu’on ne peut pas sortir du socialisme sans douleur.

  • Une cause importante d’augmentation des taxes est la politique énergétique, inspirée par les mouvements écologistes, qui consiste à développer l’éolien et le solaire alors qu’ils ne servent strictement à rien en France, ni pour diminuer les émissions de CO2 de notre électricité, ni pour éliminer le nucléaire, ce qui est le but réel, mais inatteignable car il faut conserver ce nucléaire pour les jours sans vent et ans soleil ( fréquents en hiver au maximum de la consommation). Cette politique imbécile est subventionnée par des taxes sur l’électricité, mais maintenant sur les carburants, à raison de 40 cts d’euros par litre ! supprimer cette taxe ramènerait le prix du litre au niveau de celui du Luxembourg. Et il ne suffit même pas d’abandonner cette politique, puisqu’elle est garantie par des contrats de 15 à 20 ans. On ne pouvait pas faire plus stupide, mais « ils » l’ont fait. Il faut donc pour les automobilistes payer pendant des années cette stupidité. Ces taxes vont de plus augmenter au prorata du nombre d’éoliennes qui ont être installées, puisque ce gouvernement a décidé, pour avoir les voix des « écologistes », de persister dans cette stupidité.Tant que des écologistes imbéciles seront élus par des Français qui ne le sont pas moins, çà ne fera qu’empirer !

    • en plus les écologistes qui servent de caution au racket vert ne pèsent rien électoralement

    • Les taxes sur les carburants concernent surtout la volonté politique d’en finir avec le pétrole. Ca fait 40 ans que ça dure, depuis la première crise pétrolière (indépendance énergétique) jusqu’à aujourd’hui (pollution).
      En tout cas dans le discours officiel. Car les 30 et quelques milliards de la TICPE sont les bienvenus pour faire tourner le budget de l’Etat et des collectivités… Et on se demande comment Bercy pourrait faire sans.

      • comme avec le tabac , l’etat fait payer ceux qui n’arrêtent pas de fumer..

        mieux que les blocages? ne pas utiliser sa voiture pendant 1 semaine

  • Elus et fonctionnaires qui décident du fonctionnement de la France sont tellement hors sol, c’est indémerdable !!! A coté de cela, ils deviennent de plus en plus agressif avec ce qu’ils ne comprennnent pas avec comme d’ahbitude, 2 poids 2 mesures : On laisse pendant des mois l’extrême gauche squatter la place de la république mais on menace de lourdes représailles les Français qui envisagent de manifester leur raz le bol ce samedi…
    Qui avait parlé de soviétisation du pays ?

    • Les interdictions et menaces de répression en cas de blocage sont en tout cas révélateurs d’une chose : nos économies reposent quasi entièrement sur la route ! Interdire le blocage des axes de circulation parce que notre économie, notre sécurité (pompiers, ambulance…), nos libertés dépendent étroitement de la route et des véhicules à moteur est une formidable reconnaissance du gouvernement de l’intérêt de la voiture et des poids lourds (à l’insu de son plein gré ? )…
      Le Nuit Debout n’étaient pas une grande menace pour le fonctionnement du pays. L’Automobiliste conscient de son pouvoir, si.

  • Un peu de culture sans repentance , Paul Valéry avait défini la corruption qui est le moteur de notre pays : « Les spots et les subventions sont les ennemis de la Liberté » CQFD

  • Mon véhicule fait du 4 taxes au 100 km sur route et 5.5 sur autoroutes 🙂

  • Merci, vous avez pointé le facteur essentiel : le Premier Ministre souhaite rendre moins commode la vie de ses administrés. Comment peut-on arriver Premier Ministre et le demeurer, ou à un quelconque autre poste de dirigeant, avec un tel objectif ?

  • Ce que Macron et son gouvernement n’ont pas compris, c’est que, en plus de leur mensonge grossier (La hausse des cours du pétrole ne représente, en moyenne pondérée, que 22% de l’augmentation des prix des carburants, jamais 70% ), la taxe carbone sur le carburant n’est que la goutte qui fait déborder le vase. Les citoyens en ont par-dessus la tête de cette noria de taxes, de lois, de normes et règlements contraignants qui leur pourrit la vie de tous les jours. Dans ce pays, on ne peut plus respirer et jouir d’une liberté de vivre sans être sans cesse embêté et racketté par un Etat qui se comporte en dictateur. L’Etat se mêle de tout et n’importe quoi, et ne respecte même plus la sphère privée. Exemples : 1) Linky (compteur qui n’apporte aucune valeur ajoutée, et qui met à la poubelle des millions de compteurs opérationnels : quel gâchis !) 2) la décision, sous couvert d’une idéologie générée par la pseudo-science du GIEC (résumé pour les décideurs), de supprimer le chauffage au fioul, ce qui veut dire que l’Etat impose un diktat aux citoyens et ne leur laisse plus la liberté de choisir leurs fournisseurs, ce qui est une grave atteint à la liberté des citoyens. Il y a un risque croissant que ces abus étatiques et techno-bureaucratiques n’engendrent une révolte plus importante que celle des gilets rouges.
    https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2018/11/07/pris-des-carburants-et-prix-du-petrole/

  • Je vois surtout qu’on s’indigne plus du petit racket fiscal qui atteint tout le monde que du gros racket fiscal qui massacre les « riches » qui font tourner la boutique.

  • Les nouveaux filtres à particules dont son équipés désormais les moteurs diesel éliminent ces dernières à 99,99%. Par contre la consommation d’un moteur diesel est de 70% inférieure à celle dun moteurb essence. Alors je constate que ce Gouvernement nous prend pour des « Cons ».! Il a décidé politiquement de nous imposer les moteurs électriques dont on ne saura pas comment on éliminera les batteries et ça dans un proche avenir. Et surtout ça lui permet de nous soutirer du fric au nom de l’écologie.

    • Homme de peu de foi.

      Quand les batteries embêteront Notre Mère Gaïa (que Son Nom soit sanctifié, que Ses trop-gnons Nours Blancs bouffent de vilains capitalistes, blancs aussi de préférence, Amen), eh bien…

      On TAXERA les batteries!
      Alléluia!

    • @Michel P
      Votre conclusion n’est pas déraisonnable mais c’est dommage de l’appuyer sur des chiffres farfelus.
      Les filtres n’arrêtent évidemment pas 99.99% des particules les plus fines, celles qui sont cancérigènes.
      Le diesel étant plus dense que l’essence, à performances et charges égales on consomme évidemment un peu moins en l/km et autant en g/km en émettant la même quantité de CO²/km. Certainement pas 70% de moins!

      • Le chiffre de 99,99 n’est pas loin de la vérité. Un Fap permet de diviser les PF émises par 100. Ce qui fait du coup du gazole fapé un carburant moins nocif que l’essence pour cette pollution.
        https://www.google.fr/amp/s/www.automobile-propre.com/particules-fines-diesel-meilleur-essence/amp/
        Le cas des NOx est pratiquement réglé avec les dernières normes.
        Le chiffre de 70 % est bien trop optimiste. C’est plutôt 20 ou 30 % . En partie à cause de la densité énergétique du diesel, en partie à cause de son rendement (taux de compression élevé, injection directe…).
        Ps : on abaisse la conso des essences par l’injection directe, problème, cela favorise la création de PF (on ne peut pas tout avoir) et hélas les essences n’ont pas pour l’instant de Fap

        • Voilà, c’est au mieux 99% des PF en masse (si les filtres sont bien entretenus) mais les 1% qui passent sont surtout justement les particules micrométriques les plus dangereuses qui rejoignent les alvéoles pulmonaires et même la circulation sanguine. Mais ce n’est pas pire que l’essence.
          Pour le CO² vous avez raison, la motorisation diesel en produit un peu moins par km que l’essence de même génération, l’écart étant moins de 20% pour un moteur parfaitement entretenu.
          Et on commence à interdire un peu partout les diesel qui deviennent moins polluants que l’essence, allez comprendre.
          Au fait, après avoir fiscalement lourdement promu la motorisation GPL, où en est-on?

    • et qui vous a parlé de ces nouveaux filtres? le pdg de volkswagen? pour y croire il me faut des preuves, et j’ai cru entendre le contraire.

  • L’État pourrit la vie des Français avec un abus de taxes et de règlements. L’obscurantisme économique des Français pourrit les mouvements qui s’élèvent contre les abus d’un État ruineux qui survit en dressant les gens les uns contre les autres. Pourrissement d’un pays qui fait le terreau d’une renaissance à laquelle les libéraux doivent se préparer.

  • Ras le bol de tout ce fatras de taxes, impôts, contributions vertes ou non, de toutes ses aberrations de prélèvements et autres ponctions ! A la poubelle tout ce bric-à-brac ! Une fois tout ce bazar évacué, responsabilisons les individus en donnant des salaires convenables aux travailleurs pour qu’ils choisissent leur assurance maladie (sans double dépense, CPAM + complémentaire, suivie de remboursements quotidiennement plus minables), comme c’est déjà le cas pour l’assurance du véhicule ou du lieu d’habitation. En abolissant « l’infantilisation » que l’Etat a instauré, les salariés, libérés de toutes ces contraintes asphyxiantes, sauront très vite gérer leur budget.
    Ras le bol de cet Etat « subventioniste » tous azimuts qui veut savoir mieux que moi ce qui me convient ou pas, ce que je veux ou ne veux pas !

  • « Il est certes légitime d’inciter à utiliser les transports en commun »
    Légitime ?
    Au nom de quoi ??

    C’est pourtant contraire à la liberté de circuler dans l’espace public, puisque ça impose des horaires et des itinéraires précis, décidés par une administration (en France).
    Ça impose aussi de circuler avec d’autres, qu’on le veuille ou non, et avec toutes les mauvaises dérives (ex: #balancetonporc)

  • C’est pas les stations d’essence ou les commerçants qu’il faut bloquer mais les impôts les caf et les caisses de sécu si vous êtes cohérent…

  • Et arrêter d’aller bosser

  • Comme le disait si bien notre président: (Macr) »on vous manipule » !!!, mais il oubliait les 4 premières lettres.
    Quant au prétexte écologique: la chine pollue plus en un jour que la France en un an mais, comme l’affirment nos députés LREM, nous nous devons d’être la lumière qui éclaire le monde.

  • Et payer les commerçants en cash en faisant sauter les 20 % de tva après ils se débrouillent avec Bercy…

  • Les actions des gilets jaunes constituent les prémices d’une insurrection fiscale, ceci, en attendant de nouvelles manifestations du raz le bol des prélèvements étatiques sur les revenus du travail et du patrimoine…
    Mais, les gilets jaunes sont aussi l’expression de ce que pourrait être une démocratie directe dans laquelle les citoyens décideraient de leur choix de vie et de leur devenir.
    C’est aussi un moyen de faire savoir à la Macronie hors sol que sa légitimité tient à un système électoral injuste et obsolète qui a vu un président bonapartiste recueillir, au premier tour des présidentielles, une majorité d’adhésion de 18% des inscrits soit 12,9% des français et, au deuxième tour de ces mêmes présidentielles, de bénéficier d’un vote de rejet anti Le Pen…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gustave Le Bon (1841-1931), souvent réduit de nos jours à l’auteur d’un seul livre, la Psychologie des foules (1895), fut aussi un observateur des phénomènes politiques et sociaux de son temps, de même qu’un penseur de la psychologie de l’être humain et des sociétés humaines que l’on peut rattacher au courant intellectuel de l’individualisme libéral.

Face à l’extraordinaire montée en puissance des États de par le monde depuis le début de la crise sanitaire, et devant la recrudescence d’un anticapitalisme et d’un antilibéralisme nourris... Poursuivre la lecture

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Telle est la conclusion que l’on peut tirer de la publication par le Bureau des Statistiques de l’ONU d’une étude sur l’évolution des PIB par habitant de divers pays, examinée sur une longue période. Ce n’est d’ailleurs pas surprenant car l’on voit bien que tous les clignotants de l'économie française sont au rouge, et que la dette de la France ne cesse de croître, d’année en année. Et l’on voit les habitants  réclamer en permanence une amélioration de leur pouvoir d’achat.

 

L’observation des données sur le temps long

Pour... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles