5 idées reçues sur le Luxembourg

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Manolo Gómez - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

5 idées reçues sur le Luxembourg

Publié le 15 janvier 2017
- A +

Par Bill Wirtz.

Luxembourg
Luxemburg By: Manolo GómezCC BY 2.0

Pour les Français, et même pour les Belges, le Grand-Duché de Luxembourg (non, pas la Province du Luxembourg… c’est autre chose !) est le petit voisin un peu étrange. Si vous n’êtes pas de la région frontalière, il est fort probable que vous et vos amis puissiez avoir quelques stéréotypes. On est là pour vous aider.

« Le Luxembourg, c’est un paradis fiscal »

Chaque fois qu’on me parle de ce paradis fiscal luxembourgeois, je me demande si je me trouve au même Luxembourg. Cela me donne même hâte de rentrer chez moi quand on me caricature ce pays merveilleux où personne ne paye des impôts.

Mais qu’est-ce qu’on paye vraiment ?

  • Impôt sur le revenu

Concernant l’impôt sur le revenu des personnes physiques, le gouvernement luxembourgeois vient de réaliser une réforme fiscale, qui a bouleversé le système précédent. L’ancien système prévoyait 19 tranches d’imposition, dont le maximum était de 40%. La classe moyenne représente bien plus que 50% de la population au Luxembourg, ce qui fait que plus que la moitié du pays paye 39% de ses revenus en impôts.

Ceux qui pensent que cette classe moyenne est bien riche et devrait bien payer beaucoup d’impôts, n’ont que rarement vécu au Luxembourg, où la moyenne de prix d’une location d’un appartement est de 1 359 €.

La réforme fiscale augmente même les seuils de la dernière tranche d’imposition sur 41% et 42%, dans « l’esprit de solidarité ».

  • Impôt sur les personnes morales

L’impôt sur les personnes morales lui aussi change avec la réforme fiscale, réduisant d’une part à 18% le taux d’impôt sur le revenu des collectivités (15% pour des « jeunes entreprises innovantes ») ou en augmentant l’impôt sur la fortune minimum.

  • Impôts fonciers et taxes

À cela s’ajoutent les impôts commerciaux des communes, qui sont de 6,7% dans la Ville de Luxembourg, de 8,25% à Esch-sur-Alzette et de 9% à Troivierges.

On reparlera des tax-rulings un peu plus tard.

La TVA est au taux général de 17%, taux super-réduit (exceptions comme : vêtements d’enfants, transports de personnes, distribution d’eau etc.) à 3%. La France, avec un taux de 20%, reste encore en-dessous de la moyenne des autres pays de l’Union européenne.

S’y ajoutent tous les autres impôts et taxes, dont les accises, l’impôt retenu à la source (qui a augmenté de 20% avec la réforme fiscale), l’impôt foncier, l’impôt sur la fortune ou encore toutes les charges sociales dont le Fonds pour l’emploi (ce qui n’est rien d’autre que des impôts).

Est-ce que le Luxembourg est donc un paradis fiscal ? Loin de là. Est-ce que le Luxembourg est plus avantageux que la France en matière d’imposition ? Bien évidemment. Ceux qui critiquent le Grand-Duché pour sa poursuite d’une « imposition non-excessive », ont-ils aussi traité de tricheurs tous les élèves et étudiants plus performants qu’eux lors de leur scolarité ?

Si nous supposons que le standard de qualification des échelons fiscaux est fixé par la France, n’est-il pas possible qu’au lieu de tous être des paradis fiscaux, les 27 autres pays de l’Union européenne, où le jour de la libération fiscale1 est plus tôt qu’en France, traduisent le message que la République française est un enfer fiscal ?

« Mais les LuxLeaks, c’était des escroqueries ! »

Depuis l’affaire Vodafone il y a quelques années, il vaut mieux éviter de croire les journalistes en ce qui concerne les sujets de fiscalité. Les rulings pratiqués au Luxembourg ne sont pas une question de « si » l’impôt est payé, mais « quand » il est payé : l’argent détenu moins taxé au Luxembourg est versé à un certain moment aux détenteurs d’actions (comme dividende ou comme augmentation de la valeur en actions), qui eux sont taxés en fonction de la valeur ajoutée au capital.

Ainsi, tous ceux qui ont ce sentiment « effrayant » que le succès n’est pas puni par le législateur n’ont rien à craindre, l’argent sera juste payé plus tard.

Je pourrais continuer en vous faisant un discours sur la légalité de cette pratique, ou en vous expliquant que la France fait largement plus de rulings que le Grand-Duché, mais le sujet n’est pas là. La question importante que les Français devraient se poser c’est : « Commet est-ce possible que des pays qui favorisent une imposition réduite des entreprises continuent à générer assez de recettes ? » Parce que la réponse est simple : les entreprises ne paient pas d’impôts !

Un rapport du Adam Smith Institute a montré que 57% des impôts sur les entreprises sont payés par les salariés (en fonction de leur salaire). Le reste est (évidemment) versé soit par une augmentation des prix pour les consommateurs soit par les actionnaires.

L’entreprise elle-même n’est pas une entité qui peut payer des impôts : diminuer les impôts sur les entreprises diminue les charges fiscales des ménages. C’est aussi cette conclusion qui nous montre pourquoi la stratégie du Luxembourg de se contenter du secteur financier n’est pas nécessairement une bonne solution : l’important n’est pas d’attirer le capital, mais la valeur créée par ces entreprises.

« Le Luxembourg est un pays ultralibéral ! »

Ce terme ne veut toujours strictement rien dire (la gauche luxembourgeoise préfère le préfixe «néo»… mais c’est la même chose).

L’installation commerciale n’est pas plus simple au Grand-Duché qu’elle ne l’est à l’étranger. Nous avons les mêmes permis, les mêmes actes, les mêmes autorisations, les mêmes régulations écologiques, les mêmes bureaucrates lents que tous les autres pays.

Sont publiques : la majorité des écoles, la seule université, toutes les routes, la caisse de maladie, la caisse de retraite, la caisse d’épargne, la poste, le stade national de football, tous les musées, la distribution des eaux, le système ferroviaire, les bus communaux, l’aéroport et la compagnie qui le gère, la compagnie aérienne nationale LuxAir (avec le transporteur CargoLux), 28% du plus grand fournisseur d’énergie, 34% de la banque BGL BNP Paribas, etc.

Si l’«ultra-libéralisme» a vraiment envahi le Grand-Duché, il fait tout pour se cacher.

« Pour se débrouiller au Luxembourg, il faut parler le luxembourgeois ou l’allemand »

Beaucoup de nationalistes luxembourgeois vont bien s’énerver à cause de ma réponse… mais on prend toujours des risques en écrivant des articles, n’est-ce pas ?

Non, vous n’avez pas besoin du luxembourgeois ou de l’allemand. Toute l’administration, les panneaux de routes et les lois, sont bien en français. 54% de population est totalement trilingue (luxembourgeois, allemand, français), 15% est trilingue mais a des difficultés avec le français, 14% est monolingue en français et parle un peu de luxembourgeois et d’allemand, 9% ne parle que le français, et seulement 8% de la population aurait peu ou aucune compréhension du français.

50% des frontaliers au Luxembourg viennent de la région française Grand-Est. Parmi les 170 000 frontaliers, 42 000 sont des Allemands (dont beaucoup maîtrisent quand même les bases du français, surtout les ressortissants de la Sarre). Le secteur financier est largement dominé par le français et l’anglais. Le service gastronomique et de transport est dominé par le français.

« Il n’y a rien à voir au Luxembourg »

De toutes les prétendues insultes, c’est celle-ci qui me touche le plus. La capitale du Luxembourg a été créée au 10e siècle par Sigefroid de Luxembourg, qui n’avait pas choisi cet endroit par hasard. Déjà l’Empire romain avait fortifié cette ville, qui deviendra au cours des siècles, la plus immense des forteresses européennes.

La ville en elle-même est un musée ouvert. Vous vous sentirez connectés historiquement aux batailles et aux occupations de tous les pays européens, vous pouvez entrer dans les casemates de la ville, ces tunnels secrets construits par Vauban, visiter les châteaux dans les forêts du nord du pays ou goûter le vin de la Moselle.

Vous rencontrerez des Luxembourgeois, pragmatiques dans leur vie et leur vue sur le monde, souvent inconscients de la chance qu’ils ont d’avoir vécu dans un pays si varié et riche en opportunités. Et des monarchistes… mais bon les monarchistes vous savez…

  1. En 2016, le jour de libération fiscale au Luxembourg était le 4 juin, celui en France était le 29 juillet.
Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Une ajout d’un autre Moien d’adoption…

    Il est pas mal cet article, mais comme je suis résident du « Moienland » depuis 2008 je vais me permettre de mettre mon grain de sel.

    Le Luxembourg est un pays franchement socialiste tendance oligarchiste. J’explique. Le pays est peuplé de 50 de résidents étrangers qu’on appellera Métèques selon la signification originelle de ce terme dans l’Athènes antique: Individu libre résident mais non citoyen.

    Je suis un Métèque du Grand Duché depuis quelques temps et voila ce que je peux en dire de manière fort subjective:

    Le Luxembourg est une oligarchie de fonctionnaires et de petits propriétaire terriens qui se votent des lois ad hoc pour préserver leurs privilèges. C’est aussi une gérontocratie où les vieux luxembourgeois ont un poids électoral assez hallucinant. Ils se sont votés des salaires de fonctionnaire assez ridiculement haut pendant des décennies et des retraites du même acabit. Il fallait des montagnes de pognon pour financer ça. Ils ont donc commencé la concurrence fiscale à ce moment là: Les clops pas chères l’essence pas chère et la picole un peu plus abordable. Le but était de drainer des entrées de devises pour compenser la perte de l’industrie sidérurgique. Oui parce que sans ça le Luxembourg serait une friche industrielle!

    Et après ils ont commencé les tax rulings et le secret bancaire (ce dernier est fini et bien fini malheureusement) en pagaille pour attirer la finance et les sièges d’entreprise. Ca a bien marché, et ils en avaient bien besoin pour financer la gabegie fiscalo socialiste permanente dans laquelle on vit et qui sert financer les fonctionnaires fainéants, bedonnants et donneurs de leçon qui peuplent les administrations luxembourgeoises. Et pourtant ça marche… Pourquoi?

    Les banques aiment ce petit pays peuplé d’hommes politiques à qui il est relativement facile de barbouiller les carreaux, pays où on peut avoir accès à un poll de personnel franco belgo allemand sans faire le moindre effort et qui dispose d’un réel avantage imbattable : il est facile de parler autorités politiques d’un pays de 500 000 habitants. Le résultat est que le Luxembourg est en voie de surendettement et vit dessus de ses moyens dans l’indifférence générale et la complicité des banques commerciales que ça arrange bien sur le court terme. Le dette implicite du pays est une bombe à retardement que tout le monde refuse de voir parce que ça a de quoi mancer une petite révolution dans ce pays où les vieux ont littéralement arnaqué les jeunes d’une manière si immonde que l’on demande quand ils vont légaliser le parricide. Quand un prof de collège se sert de sa retraite pour changer sa porche en une Maserati et donne encore des leçons à la génération suivante concernant la solidarité et la générosité, le socialisme et la nécessaire intervention de l’Etat, on imagine bien que ça ne peut tenir qu’un temps.

    Mais il y a autre chose: L’industrie. Le Luxembourg c’est aussi des gens qui bossent et s’arrachent la chemise: IE (leader des capteurs de pression), Villeroy et Bosh, plein de petites entreprises de cleantech etc… Ces gens là profitent de la situation géographique avantageuse ils profitent aussi du pool de compétence international (si on ne trouve pas d’ingé français, on trouvera un Belge ou un allemand). Il y a Bettel (j’aime bien notre Bettel national et pourtant je suis pas homo) qui se démène à convaincre de tenter de convaindre le pays de réduire ses dépenses, etc… Il y a de l’espoir au Luxembourg.

    Et enfin il y a autre chose: la sécurité. Le Luxembourg est relativement exempt de vols, de petites frappes et autres racailles à casquettes. On ne se fait pas harceler par des bandes jeunes désœuvrés au Grand Duché. On ne se fait pas aborder à tous les coins de rue par des « Ouaich mec t’as pas une garette-ci? ». Les immigrés (dont je fais partie) se contentent de bosser pour gagner leur croûte. Alors oui il y a quelques cas sociaux aux alentour de la gare dans la quartier de la prostitution et des dealers, mais d’une, il suffit de ne pas y aller et de deux, personne ne vous force à consommer les services proposés par ces « Loulous de Poméranie » (comme dirait ma grand mère.).

    Alors non, Le luxembourg c’est pas le pays rêvé de Fredéric Bastiat. On est bien plus proche de l’idéal socialiste que du libéralisme, mais en fansant toujours un peu moins pire que ses voisins le Luxembourg draine des flux qui échappent aux boulimiques fiscaux d’à coté qui ne peuvent s’en prendre qu’à eux mêmes.

    Oui je sais: j’ai pas relu, et j’ai ecrit ça en deux deux… Désolé j’ai un Brunch ou je dois aller.

    Adi

    Mitch

    • @ Mitch,

      Quelques mises au point:

      « Le Luxembourg est un pays franchement socialiste »: je ne crois pas! C’est une sociale-démocratie (J.CJuncker pendant 20 ans!): X.Bettel, « libéral » (DP) dont je ne nie pas le charisme, ne fera vraisemblablement qu’une législature.

      Le Luxembourg a besoin de plus de fonctionnaires: quand une population qui était de 350 000, quand je suis arrivé (par hasard), en 1980 à 570 000 habitants, actuellement, il y a plus de boulot!

      Que les fonctionnaires soient gâtés, c’est incontestable et c’est vrai, ça ne favorise pas les carrières d’artisans, d’indépendants ou de patrons de petites entreprises.

      Mais qu’ils soient « fainéants, bedonnants et donneurs de leçon », c’est moins sûr: quand vous recevez une lettre de l’administration: elle est clairement apte à vous éclairer sur votre cas, et a ,en en-tête, le prénom et le nom de la personne chargée de votre « dossier », avec le n° de sa ligne téléphonique, sur son propre bureau! Vous connaissez ça ailleurs? Les formalités sont rapides, la plupart du temps, et si vous avez introduit les pièces nécessaires, en conformité avec la législation, vous obtenez satisfaction, sans retard ou surprise!

      D’où viendrait le problème de dette nationale que vous dénoncez alors que le chiffre de 21% de PIB est communément accepté (chiffre de 2015)? avec un déficit public de 1,2 %, 4,8 % de taux de croissance: personne ne se plaint!

      La naissance et le développement de l’Université va permettre de se diplômé « au pays ». Mais les jeunes diplômés à l’étranger, un peu partout, c’est assez enrichissant pour ces jeunes adultes, évidemment bien aidés par l’état.

      Oui, vous avez omis GoodYear, dans les sociétés industrielles du pays. De même, l’Université crée autour d’elle, de nouvelles entreprises dont certaines ambitieuses et dans des nouveaux créneaux.

      Que « le Luxembourg ne soit pas le pays rêvé de Fr.Bastiat », comme aucun autre pays de l’U.E ou de l’ € zone. c’est normal: la « sécurité sociale » est un des principaux caractères de l’Europe, présent dans tous les pays de l’U.E. Et il est difficile d’éliminer les « conquêtes sociales », héritées et devenues « droits z’acquis »! Par contre,bien des missions de l’état sont confiées au privé et réalisées par le privé. Donc un mix privé-public. Seule la gestion semble plus sérieuse qu’ailleurs!

    • Quant à Bettel, il ne change pas de véhicule chaque année, pas de véhicule ostentatoire. Bien entendu, il n’en a pas besoin, véhicule de fonction avec gardes-du-corps, rien d’anormal. Pas de super villa.
      Cela le rend sympathique à mes yeux.

  • Si le Luxembourg est ce qu’il est…c’est uniquement parce que les autres pays sont ce qu’ils sont. Le gui est très beau mais il parasite l’arbre qui le supporte!.
    Autrement dit que serait le Luxembourg si les autres pays avait les mêmes pratiques fiscales..un pays vivotant du tourisme comme tous les autres ‘paradis fiscaux’.
    Je ne fais pas de moral ,je constate, et si cette situation existe c’est sans doute que tout le monde est gagnant, enfin,le monde ayant un certain pouvoir pour modeler le monde et servir leurs intérêts.

  • J’aime beaucoup ce petit pays que j’ai découvert il y a 3 ans maintenant.
    Surpris d’entendre le banquier m’expliquer que non, il ne me remettrait pas de chéquier pour mon entreprise, car ce moyen de paiement n’existait pas ici. Et de le voir sourir avec compassion en se rappelant que j’étais français.
    Surpris d’entendre par un « Ludo » de souche que 63% de ses compatriotes étaient fonctionnaires, et que travailler dans la fonction publique était l’ambition des enfants des la petite école.
    Surpris d’apprendre qu’un instituteur en début de carrière est payé environ 4.000€ net. Autant que le terrassier qui refaisait la route à côté de notre point de rendez-vous ce jour là…
    Surpris de découvrir qu’on croisé de nombreuses voitures de luxe, et que la honte du luxo aisé est de garder son bijou plus d’un an…
    Surpris de découvrir que ce que je prenais pour un pays plutôt « de droite », ou même « libéral » était très nettement en train de virer à gauche et prenait … la France pour modèle dans ses Lois fiscales et sociales récentes.
    Surpris d’apprendre que tous les bacheliers parlaient 4 langues. Mais que tous les élèves n’arrivaient pas au bac, contrairement à la France ou tout le monde est bachelier désormais, mais plus personne ne parle correctement le français…
    Surpris que les entreprises paient un ISF sur leur valeur, ce qui n’existe pas chez nous.
    Surpris du bon sens général et de la rigueur juridique (impossible de créer une société bidon comme France2 le prétend, il faut autant de gérants luxembourgeois que français, et de préférence de vrais avocats ayant pignon sur rue, par des gérants de paille, etc.)
    Surpris des certaines pratiques : 4 RIB différents le plus souvent, pour faire les virements aux impôts, au fournisseur d’accès internet, à la Secu, etc. puisque tout se paie ainsi…
    Des gens sympa, accueillants, de bonnes tables (et même de très bonnes, comme à Bourlingster), du très bon vin
    Une place idéale en Europe
    La Cour de Justice
    Les Big Four (du moins deux d’entre-eux) pour les amateurs de safaris financiers hors de prix…
    Bref, petit pays plein de surprises…
    ?

    • Si je puis me permettre, c’est vrai qu’on mange bien au chateau de Bourglinster mais je vous conseille d’aller dîner au Bouquet Garni (rue de l’eau à coté du palais grand ducal). Vous pouvez commander avec un bandeau sur les yeux: Tout est excellent.

  • Trois remarques :

    – La nouvelle réforme fiscale diminue les impôts pour la très grande majorité des contribuables.
    – La finance pèse pour un tiers dans le PIB lulu, pas 85%… grosse différence.
    – Je confirme, il n’y a absolument rien à voir dans ce « pays ». C’est mort, tout ferme à 18h, et la météo est ultra pourrie. C’est uniquement bien pour le début de votre carrière ici.

    • Pas d’accord, il y a beaucoupd esoirées privées quand on connait du monde, Il y a des choses à voir à Bourscheid à Vianden, beaufort Echternach etc… Il y a plus de choses à faire à Luxembourg ville que dans n’importe quelle ville de 200 000 hab en France. Par ailleurs il suffit de bouger un tout petit peu pour bénéficier des avantages des trois pays voisins.

      Le temps est pourri… Pas plus qu’à Metz Nancy ou Thionville, les racailles en moins.

      • @ Mitch

        C’est clair: si on veut s’intégrer un peu, apprendre le Luxembourgeois est un « sésame »: même mal maîtrisé, il vous vaudra la sympathie immédiate, autant que le mépris vous vaudra le rejet persistant! Et ce n’est que normal! Les Luxembourgeois ont leur langue le « Francique mosellan » pour seul dénominateur commun et général, même si vous découvrirez plus tard que ce pays est un « grand village » où les gens se connaissent comme nulle part ailleurs (sauf St Marin, Lichtenstein, Monaco ou Andorre, sans doute!).

        J’y suis depuis 46 ans et quand j’ai entendu, un soir, dans son sommeil, mon fils (4 ou5 ans) « rêver tout haut » en parlant Luxembourgeois, appris spontanément avec les autres enfants et les voisins, j’ai compris que comme immigré U.E. de 1ière génération, il me fallait « intégrer » la seconde et nous nous sommes faits, naturaliser, (sans double nationalité possible, à l’époque) sans aucun regret jusque maintenant. Par contre, quand un jeune collègue, politicien débutant, m’a proposé de demander la nationalité française, j’ai bien failli lui pouffer de rire au nez! (Autant aller demander ça à un Monégasque!)

    • Pas d’accord. Le centre ville est réaménagé, les bâtiments anciens refaits près de la Place d’Armes, ou place Zitha. La ville retrouve une allure propre. De très jolies vues sur le Grund, des villages intéressants, mais il faut se remuer le popotin ce qui ne semble pas être votre cas. Sans compter des châteaux au nord de la ville. Sans oublier des promenades sur la Moselle avec des vues inoubliables lors des couchers de soleil, que ce soit l’automne ou pas.

  • @ Alliterator

    « il n’y a absolument rien à voir dans ce « pays ». »
    À mon avis, vous n’avez surtout rien vu, ou pas regardé ou exploré!

    « C’est mort, tout ferme à 18h, »

    Où étiez vous? À Luxembourg? « La Belle étoile » ferme à 20H00! Dans le nord? Où j’habite dans un village de 500 habitants: j’ai près de chez moi 2 stations d’essence: l’une ferme à 21H00, l’autre à 23H00, toutes deux avec un shopping de dépannage. Pas un week-end sans sortie proposée! Dans la ville, à 30km, sorte de sous préfecture, spectacles, concert et expositions tous les jours!

    Je suis à 10 km d’un centre commercial de 110-120 commerces: fermeture à 19H00 sauf la pizzeria et ouverture tous les dimanches et jours fériés , à 2 jours près! Activités sportives à gogo!

    Vous étiez vraiment au Luxembourg?

    • J’ai passé un weekend à Luxembourg Ville. Beau temps belle balade.
      En dehors de ça pas de souvenir impérissable, le dimanche tout est fermé heureusement il y avait le marché de Noël pour égayer un peu !
      On dirai la Suisse profonde, c’est propre c’est sûr c’est carré…en plus calme…
      Peut-être bien avec la même ambiance entre les luxembourgeois de souche et les métèques qui viennent pour l’attrait financier j’imagine ?
      Les gens vivent-ils à la campagne où il est plus abordable d’habiter?
      Bref cela ne m’a pas convaincu de pousser plus loin la découverte pour l’instant.

  • Articles ET commentaires intéressants. Je ne connaissais pas du tout le Luxembourg.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Thierry Afschrift.

Une fois de plus, une fuite a permis à des journalistes du monde entier de révéler des pratiques fiscales qu’en réalité chacun, et surtout les administrations fiscales, connaissait depuis longtemps. Au passage ils ont jeté l’opprobre sur quelques noms, parfois des hommes publics, souvent des inconnus, présentés sous l’avilissante étiquette de riches.

Les journalistes font leur travail. Ils reçoivent des informations et la transmettent à leurs lecteurs en espérant, souvent à juste titre, que ces révélations... Poursuivre la lecture

Par Jean Kircher.

Patron de deux PME, l’une en France et l’autre au Luxembourg, je cherche en vain de quelle façon mon entreprise française pourrait devenir une start-up performante !

Parlons coût du salaire d’un cadre moyen que je déplace du Luxembourg vers la France tout en lui assurant le même revenu net.

Le Luxembourg est peut-être un paradis fiscal, surtout pour les 15 000 portefeuilles français qui y sont logés mais il est sûrement un paradis social. Il y a certes 2,5 fois plus d’inspecteurs du travail qu’ailleurs ... Poursuivre la lecture

Par Eben McDonald. Un article de Mises.org

Les sociaux-démocrates font souvent l'éloge des pays nordiques en tant qu'exemples du succès de l'impôt progressif, des États-providence généreux et des syndicats puissants.

Les partisans du libre échange ont répondu que non seulement ces pays se sont enrichis bien avant que ces politiques soient mises en place, mais qu'ils ont également autant d’agilité réglementaire que les États-Unis, selon les données de la Banque mondiale.

Cependant, nous devrions également tourner nos regar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles