La dépense publique par habitant est supérieure de 67,8% à celle de l’Allemagne

Le déficit budgétaire est nul en Allemagne tandis qu’il va croître en France pour à nouveau côtoyer le seuil de 3% du PIB.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
rankfurt - Commerzbank Tower By: Fred Romero - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La dépense publique par habitant est supérieure de 67,8% à celle de l’Allemagne

Publié le 21 septembre 2018
- A +

Par Jean-Philippe Delsol.
Un article de l’Iref-Europe

Le projet de loi de finances pour 2018 prévoyait des dépenses nettes de l’État français de 386,3 Md€, et des recettes nettes de 302 Md€. Le projet de budget pour 2019 prévoit des dépenses en hausse de 25 Md€, soit un montant qui serait fixé à plus de 410 Md€.
En Allemagne, le budget 2018 était de 343,6 Md€ et celui de 2019 est prévu à 356,8 Md€, mais avec un déficit nul après que trois années d’excédent ont permis d’accumuler une réserve budgétaire de 24 Md€.

Par rapport à la population de 82,8 millions d’Allemands et de 67,595 millions de Français, la dépense publique d’État est de 6 065 € par habitant en France contre 4 300 € en Allemagne, soit 40,75 % de plus en France. C’est le signe d’un État obèse et centralisé. Vit-on moins bien en Allemagne ? Nous ne le croyons pas. Selon le FMI et en dollars internationaux, le PIB par habitant était en 2017 de 50 206 $ par habitant en Allemagne et de 43 551 $ en France, soit 15,28 % de plus en Allemagne. Ainsi, par rapport au PIB par habitant, la dépense publique française est supérieure de 67,8 % à celle de l’Allemagne !

Le déficit budgétaire allemand quasi-nul

Pendant ce temps, le déficit budgétaire est nul en Allemagne tandis qu’il va croître en France pour à nouveau côtoyer le seuil de 3 % du PIB. De l’autre côté du Rhin le chômage est près de deux fois inférieur au nôtre et la dette publique va sans doute baisser en-dessous de 60 % ; chez nous, elle a déjà dépassé les 100 % après prise en compte de la reprise de dette de la SNCF que le gouvernement affirmait de manière fallacieuse et trompeuse comme devant être sans incidence sur la dette de l’État.

Plutôt que de vouloir renforcer l’Europe, M. Macron ne devrait-il pas se focaliser sur la réduction des charges qui pèsent sur les contribuables, particuliers et entreprises, pour leur redonner de l’air ? Au lieu de cela il a relevé la CSG dès le début de 2018, retardant à la fin de l’année le plein effet des mesures de compensation. Et par ailleurs les économies budgétaires ne sont pas à la mesure des enjeux.

Supprimer 6 000 fonctionnaires en deux ans représente un effort insignifiant. À bien des égards, le gouvernement peut à ces différents titres être considéré comme responsable des difficultés qu’il rencontre pour atteindre ses objectifs ; et plus généralement, responsable aussi des hoquets de l’économie française autant que de l’incompréhension du peuple de France.

Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • c’est un débat sans fin du budget !..la question est simple le fameux Lemaire ministre des finances est -il capable de faire un budget de la depense à 0 % de defficit ?
    à part diffuser des paroles ,les chiffres montrent bien ,qu’il est incompétent..
    si je gère comme lui ,je suis à la rue..en plus ce grève toute une bande experts en finance, qui ne sont pas d’accord ,le RESULTAT nous sommes en FAILLITE….
    la marotte ,nos experts ont trouvé 100 milliards de fraudes ,sortie d’une pochette surprise…

    • « la question est simple le fameux Lemaire ministre des finances est -il capable de faire un budget de la depense à 0 % de defficit ? »
      Vous êtes fou. Le déficit des comptes publics est volontaire et ne sert que pour l’achat des votes (qu’ils croient).

    • Taper sur le bas de page ne fait pas avancer le schmillblick.
      Alors concrètement, on vire quels pans de l’activité pour limiter le budget ? Des idées ?
      C’est ça qu’il faut mettre sur la table dans des élections, pas des montants à la con qui n’en seront que les conséquences.

  • C’est une des très grandes différences entre Allemands et nous . Les Français discourent , les Allemands comptent , et bien ! La grande UE utopique annoncée par certains n’est pas pour demain . Un bien peut-être !

    • @ Adio
      Non! En France aussi on compte! Comment expliquer autrement le nombre d’obsédés du pognon? (Le discours, c’est pour cacher les faits: on ne trouve pas l’article ci-dessus n’importe où!)

  • Il y a une odeur de flambée…
    Non, non, pas de crêpe. Ni d’omelette norvégienne.
    Mais une flambée de taxes et d’impôts, et pas au coin du feu de bois…

    • Et ils en rajoutent une en douce: la taxe spéciale sur les contrats d’assurace va s’appliquer à l’assurance emprunteur. Et hop, +100millions!
      Non seulement le gouvernement gère mal, mais il ment par action et par omission!!!

      • Le pire, dans la taxation des assurances, est que c’est un impôt qui profite des catastrophes et du malheur. Il y a là-dedans une composante amorale qui devrait être interdite par la Constitution, avant même les taxes assises sur les taxes.

        • C’est peut-être que nos polytocards trouvent que le PIB ne gonfle pas assez vite à cause de ces catastrophes, d’ailleurs ils insistent bien sur le RCA (cracra), alors ils soufflent sur le montant des taxes pour pousser le soufflé du PIB vers son point haut. Peu leur importe demain, puisqu’ils seront morts…

          • Je pense que c’est surtout parce que seul l’état est dans leur idée habilité à protéger des risques. L’individu qui souscrit une assurance plutôt que de s’en remettre à l’état doit donc être pénalisé.

            • Il est certain qu’avec tous ces chats et toutes ces échelles, ils ont du boulot sur la planche question risque… Ils vont bien finir par interdire tous les chats, toutes les échelles y compris monte-pied…

  •  » Durch Fehler wird man klug !  » (on apprend de ses erreurs), disent les Allemands.
    Mais nos zélites ne commettent jamais d’erreur…

    • Élites trop imbus de leur petitesse!

    • Ils savent déjà tout, ils n’ont plus besoin d’apprendre.

      • De toute façon, depuis que de Gaulle a dit que les Français étaient des veaux, ils ne voient dans la France qu’une vache à traire. Et, comme d’autres ont transformé ces ruminantes en usines à lait, ils ont transformé la France en usine à taxes.

        L’industrie du pays est détruite mais, à la place, triomphe Bercy comme usine de pointe pour la production de la taxe devenue drogue nationale. Le rôle des politiques est de faire ingurgiter ce poison à la population en lui faisant croire que c’est pour son bien .

        Dans ce trafic d’héroïne fiscale, l’Etat est le producteur, les politiques sont les revendeurs et la population est menacée d’overdose.

  • la surdose des subventions distribuée avec générosité des politiques est conditionné à un retour électorale est payé par le contribuable ..
    être généreux avec l’argent qui ne vous appartient pas..mais de s’enrichir à des fins personnels par la démagogie ..Ce pays notre France est accaparé par des parasites ,escrocs et qui plus est: Pas Responsable maïs alors à rien ,la démocratie à la Française à de l’avenir !

    • @ Lou 17
      Ben oui! Quand on comprend que de 100 € pris par l’état, 70 sont redistribués et le reste va dans la caisse du conglomérat politico-administratif au budget chaque année en déficit, on comprend ce qu’on a à faire!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À peine Elon Musk avait-il annoncé que son offre de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars avait été acceptée qu’il s’est trouvé nombre d’obligeants commentateurs pour expliquer à quel point la somme était indécente et comment il aurait dû la dépenser s’il était vraiment sérieux et moralement engagé pour l’avenir de l’humanité et de la planète. Ajoutez à cela son intention d’élargir la liberté d’expression sur le réseau social et la conclusion s’impose d’elle-même : cet homme n’a qu’irrévérence pour les sensibilités légitimes de ses se... Poursuivre la lecture

En brandissant à nouveau la menace d’un troisième conflit mondial, la Russie rappelle aux plus aguerris la sinistre crise de Cuba et ramène l’Occident à la logique de blocs qui n’a jamais cessé de hanter le locataire du Kremlin. Une sémantique forte inversement proportionnelle à l’état d’une armée qui connaît aujourd’hui une déroute peut-être passagère, mais réelle, alors que des frappes ukrainiennes ont visé des dépôts de carburant sur le territoire russe, à quelque 150 km de la frontière.

Dans ce conflit, la position allemande contin... Poursuivre la lecture

La guerre en Ukraine révèle avec douleur plusieurs échecs de l’Union européenne (UE). Mais elle met aussi en évidence la grandeur de la nation polonaise. Les Européens sont en admiration pour le sens de responsabilité des autorités et de la population de Pologne, notamment dans l’accueil généreux des Ukrainiens qui fuient la mort et la destruction de l’injuste guerre conduite par la Russie. Mais comme toujours, il est possible dans les malheurs de tirer des solutions pour éviter que l’avenir ne fournisse les mêmes difficultés.

Objectiv... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles