2022 : l’année de l’échec du leadership

En 2022, où était le leadership pour revendiquer le succès, pour inspirer et pour dépeindre le meilleur de l’humanité ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Prime Minister Boris Johnson G7 Leaders Summit Day One by Number 10 (Creative Commons CC BY-NC-ND 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

2022 : l’année de l’échec du leadership

Publié le 20 janvier 2023
- A +

Il est difficile de trouver quelqu’un qui a quelque chose de positif à dire sur 2022 : les réussites économiques, sociales, éthiques, politiques, géopolitiques ont été rares ; les souffrances et les revers ont été monnaie courante. Où était le leadership pour revendiquer le succès, pour inspirer et pour dépeindre le meilleur de l’humanité ?

Nos perspectives d’avenir se sont assombries et les attentes ont été tempérées à plusieurs reprises par l’affirmation que « ce n’était pas aussi grave que nous le craignions ». Le principal thème récurrent en 2022 a été l’échec : échec des dirigeants à gérer les risques et à protéger leurs populations ; échec des dirigeants à fournir des biens et des avantages sociétaux ; échec des dirigeants à se concentrer sur les besoins et les intérêts de leurs concitoyens ; échec des dirigeants à assurer la paix et la sécurité.

Quelle catastrophe, cette année !

Au cours de la pandémie, j’ai constaté que les dirigeants occidentaux avaient perdu leur capacité à gérer les risques, qu’ils n’étaient pas prévoyants, qu’ils n’élaboraient pas de scénarios pour identifier les dangers à l’avance, qu’ils n’étaient pas en mesure de gérer les expositions et qu’ils n’avaient pas confiance dans la capacité de leurs populations à se protéger elles-mêmes. La plupart des pays européens n’ont rien fait jusqu’à ce que la Covid-19 submerge leurs hôpitaux, puis ont imposé des confinements de précaution. En 2022, nous avons constaté ce manque persistant de gestion des risques qui consiste à réagir à la peur du public en prenant des précautions plutôt qu’en agissant pour protéger les biens et les avantages publics.

Quels ont été les échecs manifestes du leadership en 2022 ?

L’invasion de l’Ukraine par la Russie n’a guère été une surprise (même le Risk-monger avait prévenu deux mois à l’avance que cela se produirait probablement) et pourtant très peu a été fait pour tenter d’empêcher la première guerre majeure en Europe depuis 30 ans.

Peu a été fait pour se préparer aux conséquences d’une guerre, y compris le plus grand mouvement de réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale (heureusement, les citoyens ont ouvert leurs maisons et leurs portefeuilles pour soutenir les millions de personnes fuyant les bombardements). Le manque de leadership le plus honteux est venu des Européens qui ont déclaré des « sanctions ciblées » contre la Russie – bloquant seulement le commerce de ce dont ils pouvaient se passer tout en continuant à financer la machine de guerre russe.

Une bonne partie de l’économie mondiale devrait entrer en récession au cours de cette année en raison de la pratique insensée consistant à imprimer de l’argent pour le distribuer à des populations souffrant des mesures de confinement. Si les dirigeants avaient été des gestionnaires responsables des risques financiers, un tel recours n’aurait pas été nécessaire et des mesures correctives auraient été prises plus tôt. Même les banquiers centraux ne sont pas capables de gérer les risques et se contentent de faire ce que fait l’autre et causer davantage de souffrance.

En 2022, l’Europe a clairement échoué à mettre en œuvre une politique rationnelle de transition énergétique.

Poussés par l’idéologie, les gouvernements ont fermé des réacteurs nucléaires alors que les conflits géopolitiques mettaient à mal les sources d’énergie. Les dirigeants occidentaux se sont montrés intraitables envers la Russie alors qu’ils n’avaient aucune stratégie énergétique alternative et qu’ils ont eu l’air impuissants et stupides lorsque Moscou a finalement décidé de couper leur approvisionnement en gaz. Les familles de la classe moyenne de l’Europe du XXIe siècle ont commencé à se blottir dans une seule pièce chauffée pour économiser de l’énergie cet hiver tandis que les pays en développement ont une fois de plus dû mettre en veilleuse leurs ambitions de progrès en raison de la flambée des coûts de l’énergie et des restrictions arbitraires sur les combustibles fossiles imposées par l’Occident.

Je ne peux pas comprendre, et suis loin de le faire, l’échec de la politique en matière de Covid-19 qui a frappé la Chine en 2022, causant d’immenses difficultés et affectant une bonne partie de la chaîne d’approvisionnement mondiale. L’incapacité à mettre en œuvre une stratégie de vaccination appropriée, suivie d’une tentative abrutissante d’appliquer une stratégie zéro covid contre les variants plus transmissibles, jusqu’à la levée soudaine de toutes les restrictions au premier signe de protestations organisées, les dirigeants chinois n’ont réussi qu’un seul exploit : la perte totale de la confiance de la population. Dans tout autre pays, une telle ineptie entraînerait la chute du gouvernement.

Au cours de l’année écoulée, les gouvernements occidentaux ont continué à promouvoir une stratégie idéologique d’alimentation et d’agriculture purifiée qui a donné la priorité à la vulnérabilité et à l’inflation alimentaires. Comme la crise énergétique provoquée par l’application d’un dogme environnemental simpliste sur un système complexe, la crise alimentaire et agricole s’est développée au cours de la dernière décennie avec la suppression de technologies sans offrir d’alternatives viables. Le Sri Lanka est le premier cas d’un gouvernement qui est tombé à cause de son idéalisme aveugle et pro-agriculture biologique ayant un effet direct sur la sécurité alimentaire et l’économie. Alors que la crise mondiale de la sécurité alimentaire s’étend, la guerre dans le grenier du monde n’a fait qu’aggraver une situation déjà intenable, mais les principales victimes de cet échec du leadership seront ceux qui luttent pour survivre dans les pays en développement.

 

L’idéologie au détriment de la Realpolitik

De nombreux échecs sont dus à des dirigeants qui s’obstinent à défendre leur idéologie au lieu de rechercher des solutions pragmatiques, des compromis et des engagements en fonction de l’évolution des circonstances (Realpolitik).

Vladimir Poutine a passé plus de deux décennies à se construire un culte de la personnalité pour ensuite s’approprier sa place dans l’histoire sur la base de sa conviction que l’Ukraine fait partie de la Russie, que ses dirigeants corrompus fuiront le pays et que son armée supérieure conquerra le pays en quelques jours. Plutôt que de se réveiller à la réalité et de chercher une stratégie de sortie pragmatique, Poutine continue de lancer au hasard des conscrits et des armes russes sur les villes ukrainiennes en pensant que le monde se lassera et abandonnera. Le succès singulier de Poutine a été de faire de Volodymyr Zelensky un héros – le seul leader à émerger en Europe dans un désert politique autrement brûlé.

Frans Timmermans, le vice-président de la Commission européenne chargé du Green Deal, a été un dirigeant qui fait honte.

Il n’a pas réussi à faire de compromis sur son dogme vert, a ignoré les avertissements de ses propres scientifiques et a utilisé les conséquences tragiques de l’invasion russe en Ukraine pour renforcer son idéologie anti-industrie. Lorsque la crise énergétique de l’Union européenne a commencé à faire souffrir les consommateurs, Timmermans s’est vanté que le problème ne se serait pas posé si l’UE avait investi davantage dans l’éolien et le solaire il y a dix ans. Lorsque les prix mondiaux des denrées alimentaires sont montés en flèche à la suite de l’invasion russe et du blocus du grenier du monde, Timmermans a attaqué l’industrie, accusée d’essayer d’utiliser le conflit pour tenter de saper les objectifs poursuivis avec intransigeance de sa stratégie Farm2Fork. En réponse, la Commission européenne a exprimé son sentiment que l’agro-écologie (et beaucoup d’aide alimentaire) serait une meilleure solution.

Le coup du chapeau a été réalisé par les dirigeants britanniques de 2022.

Ils ont tous échoué en raison de leur incapacité à voir au-delà de leur dogme. Johnson a fait une fixation sur le Brexit plutôt que sur la gouvernance responsable. Liz Truss, brièvement, a privilégié la croissance à la stabilité financière. Sunak souffrira de son obsession pour la prudence fiscale et les frontières hermétiques. Certains prédisent (espèrent) que le Royaume-Uni fera volte-face sur l’Europe, mais s’attaquer aux politiques qui ont échoué implique à la fois humilité et honnêteté.

Ce dont nos dirigeants auront besoin cette année, c’est de plus de Realpolitik et de moins d’idéologie. Les décisions difficiles requièrent des solutions pragmatiques, un engagement ouvert des parties prenantes, une acceptation des meilleures idées et des meilleures recherches disponibles et une volonté de compromis. Je ne vois pas cela aujourd’hui dans l’arène politique, donc 2023 verra probablement d’autres échecs de leadership et plus de souffrance.

 

La précaution : imposer l’appauvrissement

De nombreux dirigeants ont confondu l’application du principe de précaution avec le fait de gouverner.

Face à une décision difficile qui pourrait améliorer les biens publics et le bien-être grâce aux nouvelles technologies et aux innovations (mais avec un risque de conséquences négatives), ils ont été peu incités à prendre des risques politiques. La prospérité et l’abondance de l’Occident ont réduit l’urgence de développer ou d’innover, de sorte que l’inaction face aux nouveaux développements est devenue la norme. La précaution est devenue l’outil politique des dirigeants faibles pour éviter d’avoir à agir, pour renvoyer les innovateurs à des études plus poussées et pour « simplement » dire non aux politiques qui impliquent une prise de risque.

Avec la précaution (mieux vaut prévenir que guérir), les dirigeants n’ont jamais tort ou ne sont jamais tenus pour responsables, mais très souvent ils n’ont pas raison. Pourtant, leur inaction a de graves conséquences qu’ils ne peuvent continuer à éluder. Ils imposent l’appauvrissement par leur inaction.

En disant « Non ! » aux émissions de carbone de tout type afin de paraître se soucier de la menace du réchauffement climatique (et les chefs d’entreprise adoptant cet esprit dans leurs objectifs environnementaux, sociaux et de gouvernance [ESG]), de nombreux pays occidentaux ont abandonné une politique de transition énergétique appropriée pour l’opportunité de se poser en précurseurs verts et tournés vers l’avenir. Les prix de l’énergie dans les pays développés avaient augmenté de façon spectaculaire avant même l’invasion de l’Ukraine par la Russie et le financement de projets énergétiques liés au gaz naturel dans les pays en développement a été abandonné en raison des restrictions de financement ESG imposées arbitrairement.

Les mesures de précaution prises au nom du changement climatique ont entraîné une augmentation massive du nombre de personnes appauvries en énergie, laissant d’importantes populations vulnérables sans autre choix que de passer l’hiver dans le froid. Certains diront que la mise en œuvre d’une stratégie d’émissions nulles est un acte de leadership courageux, mais on n’y parvient pas en interdisant simplement les principales sources d’énergie « carbonées » ou en rejetant des technologies comme le captage et stockage du carbone (CSC).

En disant « Non ! » aux innovations agricoles (de l’édition de gènes aux développements en matière de pesticides et d’engrais), les dirigeants occidentaux ont prétendu protéger la santé des consommateurs et l’environnement sous prétexte de donner au (très petit pourcentage du) public ce qu’il veut.

Dans le cadre de Farm2Fork, la Commission européenne va jusqu’à prétendre que la réduction de l’utilisation des pesticides et des engrais contribuerait à la lutte contre le changement climatique (sans prendre en compte la réduction du rendement agricole résultant d’une imposition rapide des pratiques de l’agriculture biologique).

Les menaces qui pèsent sur la sécurité alimentaire mondiale et l’inflation des denrées alimentaires feront beaucoup plus de mal aux pays en développement (socialement, économiquement et politiquement) qu’aux riches dirigeants occidentaux. Leur solution à cette injustice ? Les petits exploitants devraient adopter des pratiques agro-écologiques (c’est-à-dire sans innovations agro-technologiques, sans investissements industriels et sans substances de synthèse). L’effondrement du système alimentaire au Sri Lanka (et finalement du gouvernement) devrait montrer comment se produisent de tels échecs de précaution.

En disant « Non ! » à l’énergie nucléaire, des pays européens comme l’Allemagne et la Belgique ont mis hors service leur principale source de production d’énergie de base sans émission de carbone, ce qui a entraîné une expansion massive de la production d’énergie à partir du charbon. Comment cette inaction fondée sur la précaution peut-elle être considérée comme intelligente ?

En bref, la confiance dans le principe de précaution comme principal outil de gouvernance a laissé la plupart des dirigeants européens endormis au volant. Une direction composée de fonctionnaires signifie que les décisions sont prises dans un contexte réactif (et uniquement pour protéger leurs fesses). Qu’il s’agisse de l’échec des dirigeants lors des restrictions en réponse à la Covid-19, de la mauvaise gestion de la transition énergétique ou des crises de sécurité alimentaire, les dirigeants ont choisi la solution de facilité en prétendant que leur inaction était due à l’abondance de prudence.

En 2022, j’ai été aux premières loges d’une telle inaction administrative lorsque mon université, comme tant d’autres en Belgique, a détourné le regard alors que des professeurs et des administrateurs abusaient sexuellement d’étudiantes en toute impunité. La noirceur de mon analyse de fin d’année de 2021, dans laquelle j’avais caressé l’idée de prendre du recul par rapport au monde universitaire, reflétait ma frustration croissante face à l’inaction dans les dossiers que j’avais soumis à ma direction. Au cours de l’année écoulée, une fois mon patron finalement évincé, j’ai démissionné de mon poste dans un état de dégoût moral.

 

Leaders de temps de guerre

Alors qui, en 2022, a été un leader mondial qui a réellement dirigé, inspiré et progressé ?

Peut-être seulement Volodymyr Zelensky, un leader accidentel qui s’est vu imposer la grandeur (et son leadership semble plus grand encore car il éclipse les ombres qui l’entourent). Il comprend ce dont l’Ukraine a besoin pour survivre ; dommage que les autres dirigeants mondiaux n’aient pas le courage de le soutenir pleinement. L’Amérique attend le prochain Joe DiMaggio tandis que les narcissiques et les antisémites créent des distractions sur les réseaux sociaux. L’Europe aujourd’hui en proie à de petits scandales de corruption a des dirigeants qui ne font que ramper vers la fin de leur mandat (qui n’arrivera jamais assez tôt).

Le président français Emmanuel Macron a essayé de diriger mais ses efforts n’ont jamais abouti. Il s’est rendu en Russie pour s’asseoir à une grande table avec Vladimir Poutine – rien. Il a rencontré Joe Biden pour essayer d’obtenir des garanties que la nouvelle « loi sur la réduction de l’inflation » n’imposerait pas de restrictions de concurrence déloyale aux entreprises européennes – rien. Il s’est rendu à Doha pour encourager la France lors de la Coupe du monde de football (alors que de nombreux pays occidentaux ont boycotté l’événement pour des raisons éthiques) – rien. Mais au moins, il a essayé. Sa seule réussite en 2022 a été de se faire réélire en marginalisant les partis traditionnels et en favorisant l’extrême droite et l’extrême gauche. Félicitations !

Les véritables leaders de 2022 ont été les citoyens qui se sont levés face à l’inaction de leur gouvernement. Dans l’arène politique, nous avons vu au Sri Lanka comment, d’abord les agriculteurs, puis les citoyens se sont levés pour écarter leurs dirigeants défaillants. Durant les premiers jours de l’invasion russe en Ukraine, d’innombrables citoyens ont ouvert leurs maisons aux refugiés et leurs portefeuilles pour soutenir l’armée ukrainienne. Et je n’oublierai jamais le nombre incalculable d’étudiants qui ont tenu tête à l’administration de mon école pour exiger un changement significatif.

Bien que l’histoire doive tirer de nombreuses leçons de cette année d’échecs incessants, 2022 a été, à bien des égards, une année à oublier.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « Le succès singulier de Poutine a été de faire de Volodymyr Zelensky un héros – le seul leader à émerger en Europe dans un désert politique autrement brûlé. » Tout à fait. Et cela donne envie de dire : si cette exception existe, il faut donc reconsidérer la règle. D’autant que le parcours de Zelensky, avant son élection, est exceptionnel – dans un autre genre que depuis le début de la guerre. Nous tenons là un prisme au travers duquel observer l’échec du leadership : une clé d’interprétation. Voire même un personnage-événement qui laisse entendre qu’un autre genre de leadership peut naître (déjà esquissé par Reagan, comédien reconverti en héros national, ou Trump, homme d’affaires vulgaire, mais incarnant une alternative à la technocratie).

  • Au cours de la pandémie, j’ai constaté que les dirigeants occidentaux avaient perdu leur capacité à gérer les risques … Peut-être mais bien mieux que les Chinois
    Le principe de précaution absurde … C’est sûr

  • Dans le cadre des démocraties les dirigeants sont élus suite aux convictions qu’ils affichent et les programmes de réformes qu’ils proposent pendant les périodes électorales. En ce sens, l’ultime responsabilité incombe aux peuples et non aux hommes politiques choisis par eux.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme le rapportent les médias, les dirigeants ont réponse à tout. Prix du carburant faibles ? Ils les remontent avec des taxes. Trop élevés ? Ils donnent des aides.

La Dépêche :

« L'indemnité carburant de 100 euros, disponible depuis lundi 16 janvier, a déjà été demandée par plus de 825 000 foyers uniquement lors de cette première journée. Cette aide concerne 50 % des ménages les plus modestes, qui disposent d'un revenu fiscal de référence inférieur à 14 700 euros en 2021. »

Vous prenez la voiture ? Obtenez donc un chèqu... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF France

C’est sous cet intitulé alléchant que s’est tenue, le 10 janvier 2023, une soirée-débat à l’initiative de La Fabrique de l’industrie, le think tank de l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM).

Pour commencer, arrêtons-nous sur le mot « souveraineté » qui a bien besoin d’être défini. Le co-président de La Fabrique de l’industrie, Pierre-André de Chalendar, par ailleurs président du groupe Saint-Gobain, rappela que souveraineté ne veut pas dire indépendance ni ... Poursuivre la lecture

Par Dominique Colas.

Au moment de son démantèlement en 1991, l’Union soviétique comptait des milliers de statues représentant son fondateur, Vladimir Lénine (1870-1924). Les quinze républiques constitutives de l’Union, devenues autant d’États indépendants, ont adopté à l’égard de ces monuments des politiques très différentes, qui en disent long sur leur vision politique et historique – ou, du moins, sur celle de leurs dirigeants. On le constate tout particulièrement en examinant les cas, opposés ici comme sur bien d’autres points, de l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles