Qatargate : l’Union européenne est un pot de confiture pour les corrupteurs

Si le Qatargate peut provoquer la colère, il ne doit pas susciter l’étonnement des observateurs du marché politique démocratique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 9

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Qatargate : l’Union européenne est un pot de confiture pour les corrupteurs

Publié le 12 janvier 2023
- A +

Dans le scandale de corruption des élus européens par le Qatar et le Maroc qui secoue Bruxelles, tous les chemins ramènent au socialisme et à l’étatisme.

Un mois après l’arrestation de la vice-présidente grecque du parlement européen Eva Kaili et de cinq italiens, tous socialistes, pour corruption et blanchiment d’argent, ce sont deux autres députés, également socialistes qui ont fait l’objet d’une procédure d’urgence pour lever leur immunité le 2 janvier dernier.

Depuis, c’est Marie Arena, la présidente de la sous-commission des droits de l’Homme du Parlement européen (DROI), qui est sur la sellette : l’eurodéputée socialiste belge, réputée proche de certains accusés, aurait omis de déclarer un voyage tout frais payés par le Qatar, selon Politico. Bien qu’elle blâme la négligence de son secrétariat dans cette affaire, elle risque fort de susciter une plus grande attention des enquêteurs : « Si elle est reconnue coupable d’avoir enfreint le code de conduite de l’institution, l’eurodéputée pourrait se voir infliger des sanctions telles qu’une amende pouvant aller jusqu’à 10 140 euros ou l’interdiction de représenter le Parlement pendant un an » affirme Politico.

Pour certains observateurs, cette opération d’achat de députés contre de l’influence au sein de l’Union européenne ne serait que la face visible de l’iceberg, et déjà pointe derrière le Qatargate le MarocGate, dans lequel l’État marocain est à son tour accusé de manipulation politique derrière des organismes européens plus ou moins fantoches. Dans tous les cas, ce sont des politiciens socialistes, gravitant autour de la DROI et de certaines associations de défense des droits de l’Homme plus ou moins bidons, qui auraient mis les doigts dans le pot de confiture.

 

Surprise ! Le pouvoir corrompt

Si l’affaire peut provoquer la colère, elle ne doit pas susciter l’étonnement. Après tout, les institutions européennes, comme toute organisation politique opaque concentrant un large éventail de pouvoirs à son sommet, est un pot de confiture géant pour les corrupteurs du monde entier.

Comme le rappelle Bruce L. Benson, professeur en économie et chercheur à l’American Institute for Economic Research (AIER), la corruption est une conséquence directe de l’autorité discrétionnaire des élus et bureaucrates publics1. Lorsqu’une congestion du pool commun intervient, les agents publics et politiciens ont une marge de manœuvre accrue pour distribuer des ressources face aux demandeurs en compétition. Ce pouvoir discrétionnaire invite donc à la corruption pour obtenir les faveurs de son détenteur quand celui-ci est placé dans des organisations suffisamment impénétrables du grand public pour agir en toute discrétion.

Plus on concentre de pouvoir discrétionnaire, plus les risques de corruption sont élevés. On imagine donc que les mastodontes comme le gouvernement fédéral américain ou les technocratie byzantines comme l’UE attirent l’argent sale comme la confiture attire les mouches. On comprend également que la solution institutionnelle pour éviter ce genre de scandale c’est aussi davantage de décentralisation et de dilution du pouvoir politique. Évidemment, priver les professionnels de la politique de la capture institutionnelle dont ils sont les principaux bénéficiaires n’est pas populaire parmi les socialistes et autres étatistes. On se demande bien pourquoi.

 

  1. Bruce L. Benson, The Entreprise of Law. Justice without the State, PRIFPP, 1990.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Décentraliser, diluer, pourquoi pas? Mais attention: plus il y a d’élus plus il y a de tentations de corruption. Le vrai remède serait plutôt de réduire. Réduire le nombre d’élus et de fonctionnaires (moins il y en a, plus il est facile de les surveiller) et surtout réduire leur pouvoir: moins l’Etat mettra ses gros doigts partout, moins il y aura de motivations de corrompre ses agents.

    • Oui. Moins il y a de fonctionnaires et d’élus, moins il y aura de corruption ou de gabegie. Nos élus socialistes sont toujours prêt à dépenser l’argent des autres pour leurs ONG préférées comme par exemple financer les bateaux qui vont chercher les migrants alors qu’il pleurent parce que les taxes d’habitation sont supprimées.

    • réduire leur champ d’action surtout, au minimum minimorum ! C’est ainsi qu’ils seront le moins nocif !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

 « Le Maire demande de nouvelles coupes budgétaires après le dérapage du déficit. »

Bruno Le Maire ne comprend pas pourquoi le déficit 2023 a explosé. La réponse est qu’il est mauvais. Et cynique. Bruno Le Maire voudrait nous faire croire que Le Maire Bruno, son patron Macron et sa clique, qui depuis sept ans conduisent la France à l’effondrement pourraient nous en sortir.

Il veut donc faire des économies « massives »... dix milliards... C’est en effet impressionnant, rapporté aux 154 milliards d’euros du déficit 2023, au défic... Poursuivre la lecture

Il y a bien un déclin de la France au niveau de l’Europe et du monde, et une tentative de contrôle toujours grandissant de la Commission européenne sur les politiques nationales.

Selon Georgina Wright, « il faudrait déplorer à la fois le déclin du poids de la France au sein de l’Union européenne et la mainmise de Bruxelles sur la politique menée par Paris ».

Dans un article publié par Le Monde, Georgina Wright, directrice à l’Institut Montaigne déplore que les Français considèrent, à tort, que l’Europe serait la cause du « d... Poursuivre la lecture

Lors de la visite du président Xi Jinping en Europe, le rôle des liens entre la Chine et la Russie dans les relations de l'UE est examiné à la loupe.

Article original du South China Morning Post.

Lors de la conférence de presse conjointe avec M. Macron à Paris, M. Xi s'oppose aux critiques formulées à l'encontre de son pays en raison de ses liens étroits avec la Russie. L'Europe est préoccupée par la guerre en cours en Ukraine, et les relations Chine-Russie créent des défis supplémentaires", déclare un analyste du groupe de réflex... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles