Politique énergétique européenne : un désastre antinucléaire

La politique énergétique européenne fondée sur le vent et le soleil, et qui parie follement sur l’hydrogène, est une faute grave qui ne peut conduire qu’à un désastre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
EU budget debate ahead of crucial summit - with Ursula von der Leyen (European Commission) By: European Parliament - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Politique énergétique européenne : un désastre antinucléaire

Publié le 8 octobre 2021
- A +

Par Michel Gay.

Depuis près de 20 ans, la politique énergétique de l’Europe influencée par l’Allemagne est un désastre qui se traduit aujourd’hui par une augmentation rapide des prix du gaz et de l’électricité.

Une dérive pernicieuse

Alors que la France avait mené depuis le Général de Gaulle une politique indépendante, responsable, cohérente, la Commission européenne a décidé en 2001 d’imposer à chaque pays des directives motivées par des a priori idéologiques et ne tenant pas compte des spécificités de chaque pays.

La première directive européenne de 2003 concernant les énergies renouvelables, dites vertes a été à l’origine de toutes les dérives. Elle fixait un objectif de 21 % de la consommation intérieure brute à partir des sources d’énergies renouvelables en 2010.

Sous la pression de l’Allemagne, de lobbies écologistes anti-nucléaires, très influents à Bruxelles, et de la passivité inadmissible des négociateurs français, le nucléaire a été volontairement éliminé des énergies non émettrices de gaz à effet de serre (GES), alors que l’objectif de la directive était principalement la lutte contre le réchauffement climatique.

L’Union européenne est donc responsable de centaines de milliards d’euros engloutis en pure perte, dont quelques dizaines de milliards d’euros dans les éoliennes et les panneaux photovoltaïques.

Et cette gabegie devra être renouvelée trois fois par rapport au nucléaire, compte tenu de la durée de vie de ces « installations renouvelables » qui est au maximum de 20 ans, contre 60 ans et même 80 ans pour les réacteurs nucléaires.

La directive dite des 3 x 20, qui lui a succédé en 2008, a été appliquée dans notre pays par la loi de programmation du 3 août 2009 issue du Grenelle de l’environnement. Cette loi prévoyait en particulier que la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale serait portée à 23 % en 2020.

Et aujourd’hui, par le biais de la mise en place d’une « taxonomie », l’Europe se prépare à verser 1000 milliards d’euros (!) dans la relance économique dite verte, mais elle tergiverse pour exclure le nucléaire des financements européens et pour y inclure… le gaz qui, lui, deviendrait vert.

Des conséquences désastreuses de la politique énergétique européenne 

Les conséquences économiques, environnementales et sociétales pour notre pays sont désastreuses.

Ces choix fous entrainent une augmentation du coût de l’électricité à la charge des consommateurs, et notamment des plus pauvres. Et pendant 20 ans, EDF a une obligation d’achat de l’électricité « renouvelable » à des prix exorbitants. Cela génère aussi un accroissement des émissions de CO2 dues à l’intermittence qu’il faut compenser par des centrales à gaz ou à charbon, comme en Allemagne en ce moment.

De plus, la fabrication des modules solaires en Chine et des éoliennes au Danemark, en Allemagne et en Espagne détériore notre balance commerciale et notre indépendance énergétique.

Près de 90 % de notre électricité est produite sans émissions de CO2 grâce principalement au nucléaire (75 %) et aux barrages hydroélectriques (10 %).

La réduction des gaz à effet de serre n’est donc pas un objectif prioritaire dans la politique énergétique de l’Europe, ni de la France, pourtant déjà un des pays les plus vertueux au monde dans ce domaine, qui vient de fermer deux réacteurs en parfait état de fonctionnement à Fessenheim.

Une transition durable ?

Une transition énergétique soutenable nécessite de :

1) Développer et donc soutenir financièrement le nucléaire pour continuer à bénéficier d’une production massive d’électricité bon marché.

2) Prolonger la durée de vie du parc nucléaire actuel jusqu’à 60 ans si possible, voire 80 ans, comme aux États-Unis où certains réacteurs sont déjà autorisés à fonctionner 80 ans.

3) Préparer le recours dès 2050 aux réacteurs de la génération IV en lançant la construction du réacteur de démonstration ASTRID. La France possédera sur son sol 5000 années de réserve de combustible uranium en 2050 pour la génération IV.

La politique européenne fondée depuis plus de 15 ans sur le vent et le soleil, et qui parie follement sur l’hydrogène, est une faute grave ne pouvant conduire qu’à un désastre encore plus grand pour la compétitivité de notre industrie déjà si mal en point et pour le niveau de vie des Français.

Les dégâts « acquis » par contrat pour l’exploitation des éoliennes et des panneaux photovoltaïques devront être supportés pendant encore 20 ans au minimum !

Comme l’avait déjà déclaré en 2012 le Président Giscard d’Estaing dans Le Point :

« L’abandon de l’indépendance énergétique de la France serait plus qu’une faute, ce serait un crime ».

Voir les commentaires (48)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (48)
  • l’independance energetique..il ne faut pas de construire des dogmes…

    et en outre vous parlez d’indépendancece électrique ..

    quand on a les moyens d’etre indépendant pour un surcout « faible »..et que, d’un autre coté, on doute des gens avec qui on interagit ALORS.. l’independance vaut le coup…

    le boum que le monde vient de connaitre repose sur le boum non pas des « independances » mais des échanges plus libres.

    mais indépendance énergétique posée comme dogme signifie aussi refuser dogmatique les gazoduc ou le gaz russe..

    il y peu de chance qu’on soit énergétiquement indépendant en tant que pays !!!

    Une remarque le diesel je peux en avoir une cuve de 3000 l… le courant on peut me le couper.. on PEUT vouloir etre plus indépendant de l’etat que des pays pétroliers
    A part ça le choix de solaire et de l’eolien…c’est du même niveau que la diabolisation du pétrole..mails voila ce qui advient quand on laisse la politique et l’ideologie dicter des choix qui n’ont pas de raisons valables de ne pas rester au strict domaine économique.

    • Indépendance tout court : il y a un gouvernement qui s’appuie sur une majorité démocratiquement élue. Si ce gouvernement reconnaît que le marché de l’électricité est une aberration, c’est à lui de le réformer. Il n’a pas à en référer à une quelconque administration internationale et ses ministres doivent cesser de se décharger commodément de leurs responsabilités sur de plus irresponsables que lui.

      • si tu es dans l’ue.. ou tu as signé n’importe quel type d’engagement , ce n’est pas le cas..

        • un gouvernement ne « s’appuie  » pas sur une majorité élue il est normalement son représentant légitime..

          • la peine de mort a été abolie.. contre l’avis de la majorité. mais de façon légitime au regard de nos institutions..

            ce sont alors les institutions le sujet… pas la gouvernance..

            je pose comme principe qu’un élu n’a pas à être compétent..et j’en tire des conséquences, il doit s’en tenir au régalien..

    • imaginez donc que le marché de l’electricité soit, plus libre tout constructeur d’eolienne se poserait la question à qui je vais vendre mon courant et à quel prix???

      il ya peu de chance qu’un jour le marché mette en contact direct les consommateurs, ( qui sont parait il ceux qui veulent de l’éolien car c’est de l’eolein) et les producteurs, le courant doit être distribué et l’offre électrique « doit » être « contractualisée » c’est à dire présentée en terme d’offre qui en général donne un tarif..et des conditions d’approvisionnement , pour donner de la visibilité au client..

      le marché électrique est instantané!!! en watt..en présence d’un réseau de distribution de large dimension .avec une volatilité importante car il DOIT réagir très vite..

      sauf à avoir SON installation électrique ou une truc local…

      qui peut offrir le meilleur prix pour ce que je souhaite…

      les antinucléaires de pacotilles on beau jeu de dire qu’il souhaiterait plus de vent…et moins de nucleaire… « si qu’ils pourraient »…

      mais les antinucléaires c’est comme les antivaxx…je veux qu’il puisse assumer les conséquences de leurs choix…leurs choix devraient rester entre leurs mains.

      le prix le plus bas… de même que l’indepdance du pays…désolé.. ça justifie.. ce sont des arguments en faveur du nucleaire ça n’entraine pas..

      Et oui je voudrais aussi que les gens qui veulent se soigner la aromathérapie ne soit pas OBLIGES de contribuer à la sécu et ma chimiothérapie.

      quand vous faites vos courses vous achetez toujours le moins cher??? ou le « produit en france ».. ou ce sont des qualités qui influent votre choix?

  • « La première directive européenne de 2003 concernant les énergies renouvelables… »

    Si vous y regardez de près, le vert est dans la pomme dès le départ : on n’a pas besoin d’énergies renouvelables mais d’énergies disponibles et propres.

    Le renouvellement se fait « naturellement » par l’évolution de la technologie. C’est un non-sens de définir et figer une technologie prétendument « renouvelable ». Les Gaz de Schistes pourraient pourvoir à la boulimie teutonne, les réacteurs modulaires ou la fusion sont l’avenir à moyen ou long terme du nucléaire. La synthèse de carburant est l’avenir des transports. C’est peut-être pas extrêmement « clean ». Mon slip non plus, mais je le lave plutôt que de renoncer à manger.

    L’idée de définir les problèmes par de mauvaises solutions (qui précèdent la définition du problème) est typique des activistes et prouve la complète incompétence et l’incurie des gouvernants

    • commission européenne/énarchie, même combat : « faut faire quelque chose ! Sinon, tout le monde va se rendre compte que l’on ne sert à rien ! »

  • De gré ou de force les verts allemands vont nous faire cracher le nucléaire.

  • Les ONG mondialisées , allemandes organisent la fin du nucléaire français. le gaz russe et le charbon allemand alimenteront les centrales polluantes en france. Mr Macron traité Aix La Chapelle pour plus d’intégration à l’Allemagne ‘janvier 2019 ) . Electeurs réveillez vous avant d’être ruinés

  • L’écologisme est la religion officielle de la commission européenne qui permettra de soumettre les populations de la même manière que le catholicisme a permis aux pouvoirs monarchiques de soumettre leurs populations par le passé. Gaïa la Mère remplace Dieu le Père, l’empreinte carbone = le péché originel, Greta = les Saintes un peu basses de plafond et présumées vierges, le réchauffement climatique = les flammes de l’enfer, la peur de l’an Mil, se déplacer à vélo l’hiver quand il pleut = les pénitences, les éoliennes = les crucifix, les sacs blancs – bleus – verts – jaunes – oranges et les conteneurs à piles = les troncs à offrandes, les COP 34, 42, 65 = les conciles, les écoles primaires « sans déchets » = le catéchisme dès l’enfance etc…

    • Et de même que Jésus était représenté soit mort sur la croix ou bébé dans les bras de sa mère toute puissante, le Climat (qu’il faut sauver) est dans les bras de Gaïa (pour qui il fait faire des « gestes » d’adoration).

    • Greta est ce qu’elle est.

      En revanche, une enquête de la DAS ou son équivalent sur ses parents me semblerait souhaitable…

    • Belle analyse. J’y ajouterais simplement que cette nouvelle religion , même si elle aura le temps de faire de gros dégâts en Europe, sera nettement moins « durable » que la précédente. Comparée à celle de Saint Jean, l’apocalypse selon Sainte Greta est tout à fait indigente et absolument dénuée de poésie.

  • Question, qui décide de la politique énergétique de l’ue ?
    Réponse, l’Allemagne donc, inutile de penser que notre nucléaire va subsister encore longtemps, nous n’avons plus notre mot à dire sauf, amen et courber l’échine pour payer notre énergie.

    • Certes, mais ce qui se passe actuellement va déciller les yeux de la majorité suiveuse, même des allemands :des grünens ont admis que le nuke était finalement la moins mauvaise solution. Ils ont été bien sûr excommuniés, mais le fait est là, c’était impensable il y a 5 ans.

      • Le sort du nucléaire se décidera cet hiver, si il est aussi rude que prévu l’Europe va se geler faute d’énergie. Ça peut faire évoluer un ecolo têtu vers des choses plus concrètes. Un froid sans vent, soleil au minimum, reste pas grand chose, le gaz, le charbon si on a du pognon et le nucleaire

      • En F
        inlande le partie des verts n’est pas contre le nucléaire !

    • Faux, la liste des députés français UE arrivée en tête est celle des écolos qui ne veulent pas de nucléaire. À Bruxelles les français sont donc aussi antinucléaires.

  • Autant je ne partage pas la haine obsessionnelle de l’auteur pour les ENR – je suis partisan du mix le plus large possible, incluant une petite partie d’éolien et de solaire, à moins de 20 % – autant je le rejoins totalement dans sa dénonciation des tergiversations européennes sur sa taxonomie. Inclure le gaz, ne nous leurrons pas, c’est pour permettre aux pays « charbonniers » de s’engager, vite, sur un chemin vertueux. Pourquoi pas, donc. Mais exclure le nucléaire, c’est, je cherche le mot… décourageant de bêtise !

    • Quand on parle énergie, on ne parle que électricité. On scotomise les reste. En Allemagne, l’électricité représente 20% de l’énergie finale, et les ENR 20% soit 4% de l’énergie totale. Une paille.
      Quand vous prenez la consommation final, elle est majoritairement non renouvelable (pétrole, gaz,etc..).

      • Il est bien évident, que pour ce qui est de l’énergie, on n’est pas sorti de l’auberge fossile.
        Mais désolé de devoir vous rappeler que l’article parle de production électrique.
        De ce point de vue, les ENR, c’est 30 % de la production en Allemagne et 10 % chez nous.

    • Les ENR ne servent à rien puisque on en a PAS besoin! Vous n’arrivez pas à comprendre cela! Il faut quoi pour vous entrer cela dans le cerveau! S’ils étaient vendus à leur coût réel personne n’en achèterait.

      • non.. vous ne voulez pas reconnaitre que les gens devrait au a moins avoir le DROIT de se faire vacciner ou de choisir une offre électrique qui leur sied…

        je sais ‘ils sont hypocrites…mais pas tous ..et les enr peuvent être …dans certains cas..un option… m^me si en tant qu élement de bass d’un système centralisé visant à assurer une production électriques similaire à l’actuelle c’ets un non sens.

        sauf que A MON SENS la consommation électrique actuelle française est injuste … les zones isolées sont aidées..et les zones denses sont défavorisées.. c’est un FAIT…

        gay veut faire le bien des antinucléaires contre leur gré.. il veut aussi une égalité territoriales pour des raisons qu’i m’échappe..

        mais quoi de différent avec le refus des fossiles????

        • l’electricité n’est pas un droit est ne relève pas de l’interet général.. donc..marché…moi je n’achete pas de bio…plus cher..pas plus de qualité…je ne vais pas forcer les gens à ne pas en acheter…

          • vous ne pouvez pas vous empêcher de ne pas nuancer…

            vous êtes éminemment politique et constructiviste..utilitariste et par dessus le marché étatiste sur ce point..

            les enr ne servent donc à RIEN…

            alors rappelons au passage que les enr comprennent hyrdauliques et biomasse..

            le problème du solaire et du vent est l’intermittence qui fait que ce ne peuvent pas être des solutions globales , mais n’emepche en rien, que localement circonstanciellement leur integration soit économiquement viable les gens dont le marché doivent en décider.

            le bio pourrait on dire ne sert à rien…

            quand vous déciderez vous à ne pas être utilitariste…

            l’argument du prix pour le nucleaire est TOUT à fait un argument utilitariste collectiviste.

            l’électricté n’est PAS UN DROIT ou relève de l’interet général… un moins n’y change rien…

            les antinucléaires de pacotilles on bel et bien prospéré car ils ont pu prétendre que le nucleaire leur a été imposé.. étant contrôlé par l’etat et rendu incontournable..

            mais là encore je vous pose la question quelle est la raison pour laquelle je DOIS voir le programme électronucléaire français ETATIQUE comme un succès..

            ils ont pu lentement promouvoir des solutions utopiques..un monde utopiques;.celui qui aurait pu être…

            mais là encore je vous pose la question quelle est la raison pour laquelle je DOIS voir le programme électronucléaire français ETATIQUE comme un succès OBJECTIF….
            condition numéro un..être opposé idéologiquement au nucléaire est sans valeur..

    • « je ne partage pas la haine obsessionnelle de l’auteur pour les ENR »

      Quand c’est approprié, banco ! Mais dans quel but définir un pourcentage fixe et faible qu’on admet être un maximum technique ?

      Il ne réduit pas notre dépendance mais l’augmente. Il ne réduit pas les coûts mais les augmentent. Il ne permet pas de percées technologiques mais les freinent. On l’associe à des lubies pour contourner les réalités (hydrogène, décroissance) et non à des visions stratégiques géo-politiques, économiques ou technologiques.

      Et je ne parle ici que du concept de « renouvelable ». Peut-être faut-il pour être clair, dire si on parle de renouvelable, de pollution ou d’horrible RCA, car on prend un malin plaisir à brouiller les cartes dans ces 3 domaines afin de cacher les contradictions et les limites du possible.

      • impossible… et c’est inverser les choses..c’est la volonté d’avoir un prix et en plus « bas » et non de laisser les gens faire leur choix qui limite vraiment les intermittents..

        c’est le client qui décide..

        si je regarde son caddy il est PLEIN de trucs que je juge inutile ou « inepte »..

        l’action de l’etat et l’utilitarisme qi est admis ici..conduiront à ce que l’etat un jour controle TOUT à fait votre consommation..dans l’interet général.

  • Pas seulement un désastre antinucléaire, mais un désastre énergétique entraînant un désastre industriel économique, financier et social.

  • Vous avez entièrement raison. Il me semble que la raison commence à poindre concernant la folie des éoliennes et des panneaux photovoltaïques mais ce n’est pas encore gagné même si le nucléaire retrouve des couleurs. Continuez, Monsieur Gay.

  • Le sujet principal de l’élection à venir devrait porter sur l’énergie et l’indépendance énergétique d’un pays.
    Aujourd’hui grâce, entre autres, aux verts allemands et à des accords stupides, nous sommes pieds et mains liés devant le gaz ruse alors que nous produisons une énergie peu chère.
    Un grand merci aux verdates et aux minus se disant politiciens qui pour un plat de riz (plus à la mode que lentilles) perdent leur royaume.
    La chine grignote un peu partout.
    La Russie montre ses muscles.
    Les écolos rêvassent béatement.
    Nos politiques sont sourds et aveugles.
    On va rigoler en 2022 !!! D’ailleurs on commence déjà.

  • On peut paraphraser ainsi : les énergies renouvelables, c’est du vent!
    Si le nucléaire n’est pas défendu à Bruxelles, il ‘est faut s’en préndre qu’a nous : la liste de députés français arrivée en tête est celle des écolos. Normal que le nucléaire ne soit pas défendu.
    Les Allemands, moins crétins que les Français n’ont pas voté pour une liste anti gaz naturel.
    Il existe un peuple crétin en Europe et c’est les Français et un peuple intelligent et c’est les Allemands. Les résultats économiques par ailleurs corroborent cette différence entre les 2 peuples.
    En Allemagne, pas de Rousseau, pas de Jadot, pas de Melanchon, pas de Bertrand… Cherchez l’erreur.

  • https://www.change.org/p/mr-le-ministre-de-la-transition-%C3%A9nerg%C3%A9tique-centrale-%C3%A9olienne-entre-noirmoutier-et-yeu-suspendez-le-saccage-environnemental/u/29690426?cs_tk=AlIdXv9DaMctGEHxZmE
    L’éolien, c’est ce qu’il y a de mieux ! La preuve, la vidéo de Fabien Bouglé critiquant l’éolien, sur Sud Radio, n’est plus disponible !
    Les médias et les politiques, dont on connaît l’intégrité et leur désir de l’information sincère et loyale, n’auraient jamais osé supprimer la vidéo, si celle-ci avait été jugée conforme à la doxa officielle !
    Nucléairement vôtre. JEAN

  • De belles ténèbres s’annoncent à l’horizon… On se fait blouser avec L’UE et l’Allemagne qui se confondent tous les deux.

  • si l’indépendance électrique etait VRAIMENT un impératif on renoncerait AUSSI aux importations, ça couterait plus cher bien entendu… on serait dans un état de surproduction structurelle ou de limitation de la consommation..selon le choix fait..

    bidon…

  • Hors le nucléaire, point de salut.

  • Dénonciation immédiate des contrats de rachats d’électricité verte, avec rachat à vil prix (leur vrais prix) des éoliennes si les promoteur veulent s’en débarrasser.
    Qu’ils se réjouissent qu’on ne leur demande pas de rembourser tout ce qu’ils ont volé pendant 20 ans.
    Et basta !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François Brunschwig et Michel Gay.

 

Les récentes déclarations de la ministre Agnès Pannier-Runacher lors de son interview le 3 novembre 2022 par la chaîne Public Sénat et quelques jours plus tard lors de l'examen devant le Sénat de la loi d'accélération des énergies renouvelables, interrogent sur les intentions du gouvernement.

 

Des slogans pour arguments

La ministre traduit-elle une manipulation habile de l'opinion publique (qui manifestement fonctionne) et un piège tendu aux sénateurs (dans lequel... Poursuivre la lecture

Par Jean-Pierre Riou et Michel Gay.

Notre système énergétique serait bien meilleur aujourd’hui sans l’impéritie des dirigeants de ces 25 dernières années. Il est nécessaire de reconnaître les fautes passées afin de donner aux jeunes l’envie de faire autrement et de fournir les efforts nécessaires pour construire un monde plus confortable pour tous car la décroissance n’est pas une fatalité.

 

Interroger le passé

Seule une analyse honnête des fautes du passé permet la justesse du diagnostic présent et la mise en place... Poursuivre la lecture

Par Christian Harbulot et Michel Gay[1. Synthèse adaptée du dossier « J’attaque » de mai 2021 de l’École de guerre économique et intitulé « Comment l’Allemagne tente d’affaiblir durablement la France sur la question de l’énergie ».].

Un excellent document de l’École de guerre économique, publié en mai 2021, révèle les manipulations révoltantes de l’Allemagne à Bruxelles pour défendre ses choix énergétiques douteux et ses intérêts industriels aux dépens de l’Union européenne (UE), et notamment de la France.

Ce texte décortique cl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles