Mythes verts et dures réalités : le Sri Lanka comme avertissement

C’est le moment de rappeler pourquoi les politiques dites ESG (environnementales, sociales et de gouvernance) et plus généralement le mouvement de l’énergie verte sont des pertes de temps désespérées et destructrices.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2022-07-14 at 16-50-25 (2) Chaos hits new level in Sri Lanka as protesters storm acting president’s office - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mythes verts et dures réalités : le Sri Lanka comme avertissement

Publié le 12 août 2022
- A +

Par Joseph Solis-Mullen.

La révolution verte éphémère de 2021 au Sri Lanka s’étant rapidement transformée en une véritable révolution un an plus tard, avec l’éviction du gouvernement incompétent et autoritaire de l’ancien président Gotabaya Rajapaksa la semaine dernière, c’est le moment de rappeler non seulement pourquoi cet effort a échoué, mais aussi pourquoi les politiques dites ESG (environnementales, sociales et de gouvernance) et plus généralement le mouvement de l’énergie verte sont des pertes de temps désespérées et destructrices.

Tout d’abord, confronté à des difficultés financières dues en grande partie à l’accumulation de prêts chinois pour des projets de valeur douteuse ou carrément inexistante, le gouvernement de Rajapaksa a brusquement informé sa société majoritairement agricole que ses agriculteurs ne seraient plus autorisés à utiliser les engrais, herbicides et pesticides pétrochimiques qui permettaient de nourrir des dizaines de millions de personnes. Contraint de se mettre à l’agriculture biologique, Rajapaksa, soudainement la coqueluche des écologistes occidentaux, a vu ses compatriotes sombrer rapidement dans la famine et la pauvreté. La chute de 20 % de la production de riz et de thé, les denrées de base du pays, a entraîné une inflation de plus de 50 % et fait que neuf familles sri-lankaises sur dix sautent des repas chaque jour.

Alors qu’aucune économie ou société ne pouvait s’attendre à gérer un tel décret perturbant l’approvisionnement alimentaire sans d’immenses souffrances, et encore moins un État pauvre et ravagé par la guerre civile comme le Sri Lanka, la vérité est que la vie moderne telle que nous la connaissons n’est tout simplement pas possible sans les combustibles fossiles et leurs sous-produits.

Avec les républicains du Congrès et les sénateurs démocrates comme Joe Manchin et Kyrsten Sinema, qui sont pratiquement les seuls à empêcher les États-Unis de poursuivre des politiques aussi malavisées, les faits concernant les insuffisances désespérantes des énergies vertes et des politiques liées à l’ESG doivent être clairement exposés.

 

Commençons par les aliments

Ils ne sont pas sans inconvénients, mais la vérité est que sans les engrais, herbicides et pesticides pétrochimiques, la production agricole mondiale s’effondrerait. Des milliards de personnes parmi les plus pauvres du monde risqueraient de mourir littéralement de faim, et tous les autres seraient confrontés à une flambée des prix. En ce qui concerne l’agriculture biologique, les travaux empiriques révèlent (sans surprise) que les exploitations biologiques utilisent plus de terres et d’énergie que leurs homologues non biologiques.

Donc, vous pouvez vous mettre au vert, ou vous pouvez vous mettre au bio : mais vous ne pouvez pas faire les deux.

 

Les véhicules électriques

Malheureusement, eux aussi sont un gâchis sans espoir qui a été érigé en une cause juste.

Il n’existe pas de batterie, ni à l’horizon, qui puisse alimenter les combinaisons industrielles indispensables à l’agriculture de masse. De plus, si l’on considère les métaux industriels nécessaires à la fabrication des batteries des véhicules électriques, du lithium à l’aluminium en passant par le cobalt, la production d’une seule Tesla est cinq fois plus gourmande en énergie que celle d’une voiture à essence. Cela signifie qu’il faudrait conduire une Tesla sur 80 000 km pour atteindre le seuil de rentabilité en termes d’émissions totales de carbone, en supposant que la recharge soit effectuée à l’aide d’énergies renouvelables, ce qui n’est évidemment pas le cas, le réseau électrique étant principalement alimenté au gaz naturel.

Et à moins que vous ne soyez prêt à adopter la nucléarisation massive, cela ne changera pas, car l’énergie éolienne et solaire est un substitut énergétique totalement inadéquat. En fait, il est difficile de rendre justice à l’insuffisance de ces substituts.

Outre les limites techniques des technologies de stockage et de transmission, le problème est plus fondamentalement géographique. Une grande partie du monde, c’est-à-dire la région où vit la majorité des gens, n’est tout simplement pas adaptée à l’énergie éolienne ou solaire. De la Chine à l’Afrique de l’Ouest, de l’Europe du Nord à l’Amérique du Sud, la topographie est tout simplement trop variée pour l’éolien à grande échelle, trop nuageuse pour le solaire, trop éloignée de l’équateur, trop densément peuplée, etc.

Nous n’avons même pas évoqué le travail des enfants et des esclaves utilisés pour extraire le cobalt dans des endroits comme la République démocratique du Congo et pour raffiner ou traiter le lithium en Chine. Nous n’avons pas non plus mentionné le fait que tous les gisements de lithium connus dans le monde ne contiennent pas assez de ce métal pour produire les batteries nécessaires à l’électrification fiable de l’Amérique du Nord pour le siècle à venir. Ou que les sous-produits du pétrole et du gaz naturel sont essentiels à la production de tout, des équipements médicaux aux plastiques, nylon, polyester, lubrifiants, crayons de couleur – et la liste est longue.

 

Indispensables combustibles fossiles

Le fait que la vie moderne soit totalement dépendante des combustibles fossiles émetteurs de carbone n’est pas une raison pour perdre la tête. Et même si le changement climatique causé par l’Homme est une quasi-certitude, ce n’est pas une raison pour céder aveuglément le pouvoir à de lointains technocrates qui promettent de tout régler si seulement on leur donne le pouvoir de s’engager dans leurs projets d’ingénierie sociale, douteux ou moralement scandaleux. Ce n’est pas non plus une raison pour engloutir de l’argent dans des fonds dits ESG, qui sont des impostures à peine voilées, présentant pratiquement les mêmes actions que la plupart des fonds indiciels généraux S&P, mais avec des frais nettement plus élevés.

La demande produit l’offre de manière fiable. Déjà, de nombreux entrepreneurs et sociétés mettent au point des dispositifs qui contribueront à atténuer, voire à inverser, les effets du changement climatique. Les choses pourraient empirer avant de s’améliorer. Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve, et personne d’autre ne le sait.

Respecter les limites de la connaissance et de la capacité humaine à maîtriser les choses est essentiel pour permettre le libre échange, fondement du capitalisme qui nous a tous rendus plus riches et mieux lotis que nous ne l’aurions été autrement. L’alternative ressemble au Sri Lanka.

Et personne, surtout pas les Sri Lankais, ne veut se retrouver dans cette situation.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • En vert et contre tout…
    J’en connais qui vont bicher devant cet article… jusqu’à y lire une certaine phrase.

    -1
    • Celle-ci :
      « Et même si le changement climatique causé par l’Homme est une quasi-certitude… »?

      Caramba!

      • Il n’existe que deux catégories, les certitudes et les billevesées. Devinez dans laquelle se trouvent les quasi-certitudes.

        • Jolie formule mais vous oubliez que la certitude est un état d’esprit et non pas gage de vérité, pas plus que le doute d’ailleurs.
          Des gens croient avec certitude à l’astrologie ou à l’homéopathie, pourtant ce sont des billevesées sans aucun doute.
          On a la science pour le savoir scientifique qui ne se base pas sur les certitudes de ses praticiens mais sur la méthode expérimentale. On émet des hypothèses, on les teste, on les reproduit, on détecte des anomalies qui font amener d autres hypothèses qui sont testés, on élabore une théorie générale et on la teste encore, on la met à l’épreuve de la réalité, on trouve des anomalies, on recommence , on publie, on refait les expériences des autres, on a un regard critique sur son propre travail et sur celui des autres et surtout on ne s’interdit pas de changer d’opinion, voire même de paradigme. On recommence. C’est un processus et vous le savez très bien, mieux que moi même.
          La science se réfute. Les ânes croient toujours avoir raison et il trouve cela intelligent. Je vous invite tous à lire le Protagoras et l’Euthydème de Platon, c’est pas long, hilarant et très inspirant.
          Je n’ai aucune compétence en climatologie et dans les sciences du vivant. A peine plus qu’en astrophysique, c’est à dire pas grand-chose et c’est pourtant une de mes passions, mais je suis un petit amateur. Pourtant je crois les théories des astrophysiciens sont trop me poser de questions ( je bois leur parole ) puisque je ne suis pas compétent mais je suis très critique envers le RCA bien que je n’ai aucune compétence en la matière. C’est déroutant, a minima. Cela ne concerne que ma position à ce sujet, je ne dis pas que j’ai trouvé la vérité et que je me trompais auparavant sur la réalité du RCA, je doute et je me demande si ma haine du collectivisme et de ses solutions liberticides ne m’aveuglent pas, et aussi que le libéralisme et son droit de propriété comme absolu est la solution pour lutter contre les abus du capitalisme et que nous devrions nous engager plus en faveur du principe du pollueur payeur afin de faire valoir les bienfaits pour la société du droit de propriété bien compris. Je ne défends pas les multinationales, je ne défends pas les riches, je ne défends pas les pollueurs, je ne défends pas les politiques collectivistes des écolos ou des autres, et je pense que le co2 n’est pas un polluant, mais je crois que le climat se réchauffe ( quelqu’en soit la raison ) et que rien n’interdit à un libéral de trouver des solutions non collectivistes à ce problème, voire même à travailler avec des gauchistes sur le sujet à partir du moment t où leurs solutions n’empiètent pas sur le droit de propriété des autres. Nous n’avons pas les mêmes moyens, mais nous avons la même fin que les gauchistes, je crois, vivre heureux sur terre ensemble ( les fâcheux ne seront pas d’accord, c’est fait exprès 😁 ) et tous les gauchistes ne sont pas d’affreux marxistes idéologies, se sont souvent de bonnes personnes qui se trompent…selon moi. Il serait peut être temps de considérer nous aussi que nous nous sommes trompés sur le RCA. En tout cas, je commence à l’envisager et si cela se confirme j’aurais bien le loisir d’en parler ici. Certaines des solutions des écolos sont individualistes, changer soi même de mode de vie, faire attention au bien-être des être qui nous entourent. C’est également au centre de nos préoccupations libérales. J’ai toujours pensé que l’écologie était un luxe de civilisation technologiquement avancé, alors allons-y, les capitalistes de connivences ne s’y trompent pas, il y cours, il y a du profit à se faire.
          Merci de votre compréhension, ce n’est pas encore claire dans ma tête. Alors peut- être que je suis victime de la pression sociale, peut-être que je me plais à croire que je cherche des solutions non-collectivistes, dans le libéralisme et l’individualisme à ce problème planétaire et que c’est autre chose qui m’anime, peut-être que je m’achète une bonne conscience à bon prix, je ne sais pas, c’est nouveau, j’en suis le premier troublé.
          J’aurais bien le loisir d’en reparler si ça se confirme, et je crois que quelques libertariens de gauche ne me désavoueront pas. Temps pis sinon.
          C’était pas prévu ce coming-out écolo- je me demande si je n’ai pas exprès de tomber dans le piège diabolique de votre commentaire Michel 🙂, imbécile comme je suis.
          Lâchez vous ceux qui rigolent, je comprends, j’ai tellement moqué que je le mérite, j’assume, je suis un sale petit individualiste à la recherche de son bonheur et le bien-être en fait partie. Je peux changer d’avis sur ma nouvelle lubie, je réfléchis juste à voix haute sur les limites de mes certitudes, rien ne me l’interdît. J’aime bien faire ça, diverger, juste pour voir où cela me mène.

      • En apocryphe acceptee ?, résoudre l équation:
        « Quand Kaya pour UN , Kaya pas pour TOUS 🙃🙃🙃 »
        Pour le petit Julien RaJapaska bayou , de l ecole JADOT LAPIN et Les 🐇 cretins .
        Je ramasse les copies en 2035 en voiture électrique bien sur !!!

  • Avatar
    jacques lemiere
    12 août 2022 at 7 h 57 min

    Premiere politique d’appauvrissement « assumée »…modulo l’enfumage.. l’environnement est un prétexte pas un but.
    Nous passons du on va redistribuer car injustice sociale à on va redistribuer car injustice climatique,
    mais il faut le dire premiere politique collectiviste qui peut réussir mieux que la liberté sur le plan de l’appauvrissement..

    Ce qui est amusant est que les association vertes font la démonstration récurrente via la « consommation de planete par habitant » que ,sans fossile, l’humanité est dans une impasse si elle se passe de pétrole..

    si on se passe de biomasse fossile on se tourne vers la biomasse tout court..

  •  » Et même si le changement climatique causé par l’Homme est une quasi-certitude, » Bravo la quasi-certitude. Je connais au moins quatre lois fondamentales de la physique qui sont allègrement violées par l’effet de serre d’Arrhénius, abusivement étendu à l’atmosphère terrestre. Et c’est une certitude, non quasi.

    -1
  • Qu’il y ait un réchauffement « temporellement local » de la planète, c’est une certitude. Que la température moyenne de la planète (valeur peu solide, mais bon) soit appelée à monter au cours des 20 ou 30 millénaires à venir a aussi une très très forte probabilité (sur les centaines de millions d’années où on l’a étudiée, la température moyenne du globe à oscillé entre deux niveaux « quasi stables », chaud à 23°, froid à 13°, en étant nettement plus souvent chaud que froid. On est aux alentours de 15,5°…en provenance d’une période froide -sortie de glaciation- devinez donc ce qui nous attend). Que ça soit « causé par l’Homme » c’est très très contestable, par contre. Et que le CO2 y soit lié, encore plus. Donc toute action « pour le climat » est un pari très très risqué : on va claquer plein d’argent pour « résoudre un problème » qui est possiblement insoluble, en agissant sur une seule variable qui est probablement pas liée au problème du tout !

    Par ailleurs, d’un point de vue « santé de la planète » (vie animale et végétale) les périodes chaudes ont été des périodes « bonnes » et les périodes froids, nettement moins. Question, niveau climat, vous préférez vivre à Saint-Tropez ou à Berck sur Mer ? Vous préférez aller en vacances aux Bahamas l’été ou à Édimbourg l’hiver (je préfère le second mais je me sais rare) ?

    Cela dit, même si le réchauffement était un problème, même s’il était causé par l’Homme, même si le CO2 fossile était la source de l’histoire, il est effectivement évident que c’est en laissant les humains via le marché déterminer de ce qui est bon ou pas qu’on trouverait une solution… pas en donnant à des « scientifiques » (payés par les États) et aux États plus de taxes et de moyens de contrôler nos vies.

    • A propos, il est amusant de noter que les gens les plus acharnés à « sauver la planète pour nos enfants »… n’ont pas d’enfants ou ne s’en occupent que mal !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« L'avion n'est pas un but : c'est un outil. Un outil comme la charrue. Antoine de Saint Exupéry » - Terre des Hommes - 1939.

Aujourd’hui, la polémique sur l’aviation d’affaires semble définitivement installée dans les médias. Si ce moyen de mobilité vient sur le devant de la scène médiatique, c’est avant tout parce que les journalistes qui s’en sont emparés ont une ignorance totale de cet univers, de son organisation et de son utilisation par les entreprises.

 

Rappel succinct du cadre normatif

Dans le contexte de f... Poursuivre la lecture

argent public
2
Sauvegarder cet article

Une fois encore, l’actualité nous interpelle sur les finalités de l’argent public. Comment peut-on en arriver, et sous prétexte d’intérêt général, à financer des actions hostiles aux lois du pays via un financement public, donc au nom des contribuables ? N’est-ce pas là pure hérésie ?

 

Une conception étonnante de l’intérêt général

Stupeur dans la ville de Poitiers : une association se définissant comme un « mouvement citoyen pour le climat et la justice sociale », Alternatiba, organise – dans le cadre de ses rencontres ann... Poursuivre la lecture

Réputée avoir eu la peau de Superphénix, Dominique Voynet ne fit en réalité que cueillir les fruits de l'inlassable travail de sape accompli par Corinne Lepage durant la décennie 1987-1997. C’est donc à juste titre que la seconde traita la première d'usurpatrice dans les colonnes du journal Le Monde, en juillet 1997.

Toutefois, la plaignante oubliait à son tour de souligner le rôle terriblement efficace que, en tant que ministre de l'Environnement, la toute jeune et fraîche protégée du président Mitterrand, Ségolène Royal, joua dans la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles