« Postures médiatiques : Chronique de l’imposture ordinaire » d’André Perrin

Postures et impostures. Une analyse percutante des dérives de notre époque. Quand l’intimidation morale remplace le débat démocratique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
posture médiatiques perrin amazon https://www.amazon.fr/Postures-m%C3%A9diatiques-Chronique-limposture-ordinaire/dp/281001132X?asin=B0BGSLLJK1&revisionId=abfb2e69&format=1&depth=1

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Postures médiatiques : Chronique de l’imposture ordinaire » d’André Perrin

Publié le 6 novembre 2022
- A +

Cet ouvrage est intéressant en ce qu’il analyse les nouvelles tares de notre époque. Celles notamment de la concurrence victimaire et des postures visant à s’afficher comme appartenant à une minorité opprimée. Ou à s’afficher comme un résistant courageux. Ou encore comme faisant partie du camp du Bien face à ceux dont on doit prononcer la condamnation morale pour ce qu’ils sont ou ce qu’ils pensent.

 

L’idéologie dominante

Selon l’auteur, il n’existe pas véritablement de « pensée unique », qui n’est qu’une vue de l’esprit visant à se singulariser. Par contre, il existe bien une idéologie dominante. Il montre qu’elle n’est pas caractérisée par le nombre mais avant tout par « ceux dont la parole est légitime, ou encore autorisée ».

 

Sur la scène intellectuelle française, c’est la gauche qui, depuis longtemps, tient le bâton [skeptron]. Son autorité auto-instituée a un tel pouvoir d’intimidation que ceux qui la contestent ne peuvent le faire qu’en adoptant son langage et en intériorisant la légitimité dont elle s’est investie.

 

Quelques pages avant, André Perrin rappelle d’ailleurs, sondages imparables à l’appui, que si la droite est réputée dominante dans le champ politique, la gauche l’est on ne peut plus nettement dans le champ culturel, en très grande partie accaparé par les professeurs, journalistes et artistes dans leur domaine considéré. Et il reprend le célèbre et très parlant propos d’Alain, toujours d’actualité quand on s’intéresse à l’état d’esprit de beaucoup de gens de gauche :

 

Lorsqu’on me demande si la coupure entre partis de gauche, hommes de droite et hommes de gauche a encore un sens, la première idée qui me vient est que l’homme qui pose cette question n’est certainement pas un homme de gauche.

 

François Mitterrand ne disait-il pas avec ironie, rappelle-t-il également, que le centre n’est « ni de gauche, ni de gauche » ? Autant d’éléments qui permettent de mieux comprendre le jusqu’auboutisme d’esprits intransigeants à l’image par exemple d’une Sandrine Rousseau qui fait tant parler d’elle, mais pas seulement.

Comme beaucoup d’intellectuels sensibles depuis longtemps aux idées de gauche (sans avoir jamais été militant), l’auteur lui-même s’en est éloigné peu à peu, étant traité de réactionnaire pour ne pas avoir toujours manifesté des opinions suffisamment en ligne avec les positions éminemment dogmatiques affichées par celle-ci sur différents sujets (ce qui est tout à fait classique, hélas). Pour autant, il considère à juste titre qu’en réalité aujourd’hui les frontières entre gauche et droite ont été brouillées, et n’ont plus les mêmes significations qu’auparavant.

 

Anathèmes et ennemis à abattre

Mais surtout l’auteur déplore que ce qui a fondamentalement changé est la pratique généralisée de l’anathème et de la distinction entre le bien et le mal en lieu et place de celle entre le vrai et le faux, ce qui est la caractéristique essentielle de l’idéologie dominante de notre époque. D’interlocuteurs avec qui débattre ou adversaires à combattre, on est passé à « des ennemis à abattre ».

La démocratie elle-même est remise en cause par ceux qui « contestent systématiquement la légitimité de ceux à qui le peuple a accordé sa confiance et qualifient de « fascisme démocratique » le verdict des urnes chaque fois qu’il ne leur est pas favorable, ce qui est le cas le plus souvent ». C’est l’objet du premier chapitre du livre dans lequel André Perrin nous apporte de nombreux exemples de cette fâcheuse tendance des médias ou intellectuels de gauche (« intellectuels de droite », rappelons-le avec l’auteur, étant considéré par certains comme un oxymore, c’est bien connu), à remettre en cause le verdict des urnes pour lui préférer la logique de la rue, où quelques dizaines de milliers de manifestants bruyants devraient imposer leur volonté à 48 millions d’électeurs.

À travers ses chroniques, on trouve aussi moult extraits ahurissants de la manière dont la presse de gauche ou des journalistes y écrivant traitent l’information : de manière non seulement extrêmement partiale et prompte à la dénonciation ou au lynchage médiatique mais virant même régulièrement à la désinformation ou à des conceptions pour le moins étonnantes, édictées sur un ton péremptoire, voire outrancier (je conseille vivement la lecture du livre pour en avoir un aperçu).

Dans l’affaire Polanski, sur laquelle il revient longuement, il montre de quelle manière la présomption d’innocence se trouve non seulement allègrement bafouée mais même quasiment transformée en présomption de culpabilité. De même que dans le cas de Gérald Darmanin, entre autres. Mais là où le bât blesse, c’est que l’acharnement dans les accusations, mauvaise foi, mensonges, manipulations et désinformation, ne sont évidemment pas du tout valables lorsqu’il s’agit de personnalités de gauche. L’auteur en apporte là encore de multiples exemples au fil du livre. Le langage joue toujours un rôle bien particulier dans la manière d’aborder les sujets et de décrédibiliser l’adversaire.

 

Une liberté d’expression à géométrie variable

Pour des personnalités « ennemies » telles qu’Alain Finkielkraut, Éric Zemmour et tant d’autres, rien n’est épargné. Des conférences sont annulées, empêchées ou tenues sous haute protection policière, soit par appel au boycott, soit par la violence pure et simple dans le cas de personnalités aussi diverses que Marcel Gauchet, Laurent Alexandre, Sylviane Agacinski, Alain Finkielkraut, ou même François Hollande ; aucun problème, en revanche, pour une Clémentine Autain, accueillie bien sûr à bras ouverts dans les mêmes lieux.

Le fascisme est bien entendu toujours convoqué et mis à toutes les sauces lorsqu’il s’agit de dénoncer l’ennemi, celui à qui la libre parole ne doit pas être laissée, procédé bien pratique et généralement efficace pour justifier cette entorse à la liberté d’expression. Dans le cas d’Éric Zemmour, il se trouve diabolisé à l’extrême, qualifié par le chercheur en philosophie Philippe Huneman « d’utile cas Zemmour ». Le chercheur ne fait aucunement dans la dentelle lorsqu’il écrit qu’Éric Zemmour « soumet les Noirs français à quelque chose de similaire à, mettons, ce que serait pour un juif de 1934 l’audition 24 h sur 24 de Goebbels », jugeant ainsi légitime de le chasser des médias.

Ne parlons pas des électeurs de Marine Le Pen, comparés avec beaucoup de subtilité à un tas de merde sur une couverture de Charlie Hebdo exhibée pour sa plus grande joie par Laurent Ruquier à la télévision à l’approche de l’élection présidentielle de 2012. Il est vrai que les humoristes eux aussi, en bons donneurs de leçons, ne manquent jamais d’être de la partie lorsqu’il s’agit de tirer parti de l’opportunité de railler « doucement » leurs ennemis, là encore André Perrin en apporte quelques exemples.

 

L’art de l’insulte et de la disqualification de l’adversaire par tous les moyens

La vision des bonnes élites médiatiques de gauche est bien inscrite dans des visions purement manichéennes. Mais au-delà, tout est bon pour disqualifier l’ennemi qui a le tort de ne pas penser comme elles, plutôt que de simplement chercher à le réfuter, ce qui en ferait un simple adversaire et non un ennemi à abattre.

André Perrin nous rappelle ainsi un certain nombre d’insultes ou de paroles violentes parfaitement admises voire applaudies lorsqu’il s’agit de personnalités classées à gauche (Virginie Despentes, Guy Bedos, Pierre Bergé, etc.), mais qui ne passeraient absolument pas si elles l’étaient par des personnalités classées à droite ; ou pas assez à gauche.

Beaucoup de personnalités médiatiques de gauche éprouvent aussi une certaine hostilité qu’elles n’hésitent pas à faire valoir lorsqu’il s’agit de s’en prendre à la police à travers des jugements de valeur qui frisent parfois le mensonge ou la malhonnêteté. Médiapart, Amnesty International, y ajoutent beaucoup de mauvaise foi, comme l’auteur l’illustre à travers un ensemble de pages.

Dans le cas de Notre-Dame-des-Landes, on a un aperçu particulièrement éloquent du sens profond de la démocratie dont peuvent faire preuve des jusqu’au boutistes allant même jusqu’à remettre en cause la valeur d’un référendum lorsque son résultat ne leur est pas favorable.

 

Des indignations à géométrie variable

Nombreux sont les sujets évoqués dans le livre.

Les spécialistes de la posture médiatique ont bien sûr leurs dadas au sujet desquels leurs positions sont souvent quelque peu fluctuantes et loin d’être claires : immigration, religion, voile islamique, pédophilie, présomption d’innocence, racisme, culture woke… Se livrant en moult occasions et en bons spécialistes du genre à de véritables chasses aux sorcières.

Ces personnalités médiatiques peuvent ainsi être mues par des contradictions permanentes. Par exemple, l’auteur montre comment deux anciens directeurs de la revue Esprit ont un véritable problème avec la liberté d’expression. Se référant aux caricatures, ils émettent ainsi des réserves spécifiques à propos de celles relatives à la religion musulmane, de peur de froisser la susceptibilité et de susciter l’incompréhension de populations « largement illettrées ou faiblement lettrées ». Outre le fait que selon l’auteur cela revient à mépriser l’immense majorité des musulmans du monde en les considérant comme inférieurs ou incapables de libre-arbitre, il cite à propos cette intéressante réflexion d’Emmanuel Kant :

 

J’avoue ne pas pouvoir me faire très bien à cette expression dont usent aussi des hommes avisés : un certain peuple (en train d’élaborer sa liberté légale) n’est pas mûr pour la liberté ; les serfs d’un propriétaire terrien ne sont pas encore mûrs pour la liberté ; et de même aussi, les hommes ne sont pas encore mûrs pour la liberté de croire. Dans une hypothèse de ce genre, la liberté ne se produira jamais ; car on ne peut mûrir pour la liberté si l’on n’a pas été mis au préalable en liberté (il faut être libre pour pouvoir se servir utilement de ses forces dans la liberté).

 

France Inter et France Culture et leur positionnement assumé comme très nettement à gauche, financés par l’argent public, sont les prototypes par excellence de toutes ces postures médiatiques que l’auteur dénonce. Lui qui les écoute quotidiennement depuis de nombreuses années est particulièrement à même de nous en montrer quelques facettes révélant les visions très manichéennes et les indignations à géométrie variable qui y règnent, quitte à distordre les faits ou l’histoire.

 

André Perrin, Postures médiatiques : Chroniques de l’imposture ordinaire, L’artilleur, octobre 2022, 224 pages.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Ce qu’ils font est facile, il suffit de ne pas s’empêcher de faire suer autrui.
    C’est très difficile d’échanger librement avec les autres ( je me suis souvent perdu à ce jeu ), ce n’est pas pour les sots; c’est tellement plus facile de contraindre.

  • Il est très difficile de faire admettre cela à des gens de gauche tant ils sont absolument convaincus d’ être du bon côté et de bien penser. Donc, qu’ est-ce que c’ est ces manières de critiquer la bonne parole? Ils rejoignent les islamistes à ce jeu, alliés objectifs jusqu’ à quand…Il y a une sorte de religiosité lâche qui les anime à voir dans certains problèmes la solution à leur fin internationaliste. Ils sont des martyrs à priori, les victimes d’ une exploitation fantasmée. quant à leur idée de la liberté…la leur avant tout?
    Enfin bref c’ est la plaie.

  •  » la distinction entre le bien et le mal en lieu et place de celle entre le vrai et le faux »
    Voilà, il importe d’interdire toute vérité qu’on estime impardonnable.
    Et cela ne date pas d’hier.
    E pur si muove! (Galilée)

  • Avec cette « démarche », on en arrive à discuter de fondements scientifiques….. par exemple « la terre est plate » reste encore un sujet de discussion chez une minorité.

  • « Le Popullisme » qui est le syndrome d’un peuple qui n’est pas entendu. Est une conséquence naturelle d’un pays ou les dirigeants incultes scientifiquement et techniquement, sont des negationnistes du réel, abrutis d’ideologie, se croyant detenteurs du droit de decider de l’avenir des autres, contre leurs avis, et interets legitimes.
    Le plus grand des spécimens : PolPot ! Mao et Staline ont fait plus de morts, certe, Mais Polpot avec peu de moyen a Tué la moitié de la population de son pays.
    Certains révent de le depasser, ils sont la, chez nous.

  • J’espère que l’ouvrage est truffé d’arguments plus solides que celui du « référendum » de NDDL.
    Est-il besoin de rappeler qu’il ne s’agissait pas d’un référendum, mais d’une consultation publique ? Qui, comme toute promesse politique, n’engage que celui qui y croit.
    Et de rappeler – ce que l’on sait moins – que l’on avait choisi le périmètre de ladite consultation, parmi plusieurs scénarios, comme le seul qui offrait une issue favorable au vote. Au niveau national, multi-régional, régional ou local, ça passait pas.
    Voilà comment pour un aéroport international, au rayonnement et à l’intérêt présentés comme au moins régionaux, le vote avait été limité à la Loire-Atlantique !
    La tartufferie et la forfanterie de la gauche résidait dans ce vote truqué d’emblée, au plus haut niveau de l’Etat, dont même le nom était trompeur, pour asseoir ce qui n’était en réalité qu’une sordide opération de capitalisme (immobilier) de connivence. Car plus inutile que ce nouvel aéroport, il n’y avait pas.
    Voilà quel est le véritable angle d’attaque de l’imposture gauchiste.
    Le coupable, c’était la gauche au pouvoir, l’arme, un « référendum » en carton-pâte. Le zadiste ? Un bouc-émissaire, dont le seul tort, ici, avait été de vouloir faire respecter la parole d’un Etat qui, quelques temps avant, avait certifié qu’il n’y aurait plus de construction d’aéroports.

    • « Le zadiste ? Un bouc-émissaire… » Bien au contraire Zadiste est le metier de l’avenir en Macronie, Ils remplaceront bientot partout les énarques. Et ce n’est que le début, actuellement la majorité des Zadistes sont enfants de bobos Gochos -écolos, Mais les bateaux qui arrivent tous les jours de meditérrannée, nous aménent des forces nouvelles. C’est sur , ça va le faire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
une personne en combinaison de prptection
2
Sauvegarder cet article

Commenter des images de France 24, la voix de son maître gouvernemental s’il en est, qui montre, à travers des images choquantes, les effets néfastes de la politique du zéro covid en Chine.

Pourquoi ?

Par exemple, la photo de droite montre le dos d’un travailleur qui escalade une clôture. Il s’agit du recadrage sur un travailleur d’un groupe de travailleurs de Foxconn, entreprise taïwanaise, filiale d’Apple, dont l’immense usine est située à Zhengzhou en Chine. Elle fabrique 70 % des iPhone de ce groupe (500 000 par jour). La lé... Poursuivre la lecture

Si, à la suite d’Alain Besançon, l’on considère que l’idéologie est :

Une croyance délirante qui se prend pour une science exacte et qui entend prendre le pouvoir afin de mettre en coupe réglée la totalité de l’activité humaine dans le but ultime d’anéantir toute forme de civilisation,

nous vivons à n’en pas douter une ère idéologique.

Le mouvement woke, l’écologisme, le féminisme, pour ne prendre que ces trois exemples les plus frappants du moment, correspondent parfaitement à la définition besançonienne de la prise d’assaut ... Poursuivre la lecture

Cyril Hanouna est très loin d'avoir la finesse d'un humoriste. Il serait plutôt du genre amuseur public, façon petit rigolo de la classe qui subjugue ses petits camarades par son aplomb et désespère son institutrice. Son truc, manifestement, ce sont les coquillettes versées dans le slip d'un chroniqueur, histoire de vérifier le proverbe "avoir le cul bordé de nouilles", le tout bien enveloppé dans un prêt-à-penser frappé au coin de la médiocrité, comme on a pu s'en rendre compte à l'époque des débats sur l'affaire Mila et les caricatures de C... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles