Pour l’extrême gauche, la liberté est toujours pour demain

L’extrême gauche est structurellement hétérogène et intellectuellement hétéroclite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Screenshot 2022-02-21 at 13-36-03 Mélenchon à « La France dans les yeux » sur BFMTV - Replay - YouTube https://www.youtube.com/watch?v=J5-VjTRGGe0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour l’extrême gauche, la liberté est toujours pour demain

Publié le 3 novembre 2022
- A +

Les grandes illusions idéologiques (marxisme, fascisme, nazisme) ont à peu près disparu. Mais une radicalité de gauche (écologisme radical, intersectionnalité, wokisme, racialisme, dévoiement du féminisme) est apparue, qui n’a apparemment aucune des caractéristiques des anciennes idéologies.

Il s’agit de mouvances intellectuelles disparates que la notion d’intersectionnalité permet d’unifier. En récupérant le concept d’analyse systémique à des fins purement politiciennes, l’intersectionnalité étudie les interrelations entre les facteurs de domination. Le capitalisme, le colonialisme, le racisme, le patriarcat se conjugueraient au détriment de dominés : travailleurs, non-Blancs ou racisés, migrants, femmes, etc.

 

Des contradictions fondamentales

Mais il ne suffit pas de prétendre qu’il existe un système de domination pour rassembler. Cette extrême gauche reste donc hétérogène structurellement et hétéroclite intellectuellement. Elle est traversée de contradictions majeures concernant les travailleurs, les femmes, les Blancs.

Voici quelques exemples de ces contradictions ou approximations.

Il faut élever le niveau de vie des travailleurs, mais sans croissance économique car la croissance nuit à l’environnement et à la biodiversité. Il est donc nécessaire de « prendre aux riches » pour donner aux pauvres, autrement dit redistribuer, vieille antienne socialiste. Mais l’expérience historique prouve qu’appauvrir massivement les riches par un processus révolutionnaire a toujours appauvri la société entière. Seule la croissance enrichit l’ensemble de la population.

La libération des femmes suppose que celles-ci accèdent effectivement à tous les postes de responsabilité et bénéficient de la même liberté que les hommes dans tous les domaines. Les progrès ont été considérables depuis un siècle, mais uniquement en Occident. Rappelons que le pantalon était interdit aux femmes dans l’espace public en France au XIXe siècle. Cependant, pour la radicalité de gauche, il ne faut surtout pas stigmatiser les femmes voilées, pourtant victimes du patriarcat le plus archaïque. Bien qu’affublées d’une tenue vestimentaire de propagande idéologique en faveur de l’islamisme, les femmes voilées doivent pouvoir accéder à toutes les fonctions dans les pays occidentaux : médecine, enseignement, magistrature, etc.

La défense systématique des minorités exclut le peuple juif, pourtant fortement minoritaire si on le compare numériquement aux musulmans. L’islamo-gauchisme cultive une forte ambiguïté face au terrorisme islamiste qui le conduit vers l’antisionisme puis, de proche en proche, vers l’antisémitisme.

Les Blancs sont historiquement les principaux prédateurs des ressources naturelles car ils appartiennent généralement aux peuples riches. Ce sont des dominateurs et des colonialistes à combattre. Mais la démocratie et les concepts de liberté politique et économique sont nés dans les sociétés blanches d’Occident. Le « mâle blanc dominateur » a donc inventé la liberté.

 

De la lutte pour la justice à l’instauration de la terreur

Il faut aller plus loin et mettre en évidence la fascination historique pour les pouvoirs forts de l’extrême gauche. Elle se réclame de la justice et de l’égalité mais n’accorde à la liberté qu’une place modeste. Lorsqu’elle accède au pouvoir, la liberté disparaît totalement. C’est le règne de la terreur, de la dictature ou du totalitarisme.

Voici quelques exemples historiques.

Sous la Révolution française de 1789, la bourgeoisie au pouvoir entendait bâtir un monde nouveau et plus égalitaire dans lequel les ordres (noblesse, clergé, tiers état) auraient disparu. On ne peut que souscrire à ce projet, mais les révolutionnaires les plus extrémistes, rassemblés dans le Club des Jacobins, admirent que la terreur était nécessaire pour réaliser ce projet. Quelques guillotinés innocents ne devaient pas compter puisqu’il s’agissait surtout de ci-devant nobles. Les droits de la défense, l’instruction objective et contradictoire devaient donc être écartés au profit de tribunaux d’exception multipliant les condamnations à mort.

La révolution russe de 1917, fondée idéologiquement sur le marxisme-léninisme, offre un autre exemple. Le marxisme-léninisme comporte un élément majeur : la dictature du prolétariat. Pour parvenir à la société sans classes et éradiquer la bourgeoisie exploiteuse des travailleurs, une phase de dictature avec parti unique est nécessaire. La liberté ne peut en effet exister vraiment que lorsque le mal a été vaincu et c’est au Parti communiste et à lui seul de s’en charger. Cela donne l’URSS, le Goulag et ses millions de morts, l’Holodomor en Ukraine et à nouveau ses millions de morts.

Mao Tsé-toung ou Mao Zedong (1893-1976) entendait libérer la Chine des chaînes ancestrales. Il parvient à conquérir le pouvoir en 1949. Son action se fonde sur l’idéologie marxiste-léniniste mâtinée de réflexions personnelles. On qualifiera cette idéologie de maoïsme. L’ambition de libération du peuple chinois aboutit après sept décennies de pouvoir à la société la plus totalitaire de la planète avec la Corée du Nord.

 

Consternante duplicité

La consternante duplicité de l’extrême gauche n’a évidemment pas disparu aujourd’hui. Elle se réclame de la liberté mais la réduit à néant dès que possible. Cette constante historique de la radicalité de gauche subsiste dans le wokisme, l’intersectionnalité, le féminisme et l’écologisme. Les plus extrémistes considèrent toujours que la liberté d’autrui est un obstacle à la mise en œuvre de la doxa.

Ainsi, la cancel culture (culture de l’annulation) consiste à livrer à la vindicte publique une personnalité parce qu’elle pense ou agit mal. Les réseaux sociaux numérisés jouent le rôle principal dans la diffusion des invectives et menaces. De grands intellectuels français (Alain Finkielkraut, Pascal Bruckner, Michel Onfray, etc.) ont été cloués au pilori médiatique et ont parfois dû se défendre en justice. Mais le temps de la justice se compte en années et celui des médias en jours. La justice arrive trop tard.

Le cas-type le plus médiatisé aujourd’hui concerne des hommes accusés d’abus sexuels à l’égard de femmes. La domination masculine a, de fait, conduit à des comportements masculins abusifs et violents au cours de notre histoire. Ils persistent aujourd’hui et il convient de saisir la justice des nombreuses questions passées sous silence dans le passé. Mais les féministes les plus radicales vont plus loin et voient parfois l’homme comme une sorte d’ennemi à combattre qu’il convient d’annihiler médiatiquement.

Avant toute intervention judiciaire et débat contradictoire sur la base de preuves, la réputation de l’homme est détruite. La justification donnée est la suivante : il faut passer par la manière forte pour obtenir des résultats. Quelques injustices éventuelles, la mise en cause d’un innocent, sont la condition de la libération complète des femmes. La violence du patriarcat justifie la violence des femmes. Il s’agit d’une guerre avec des dégâts collatéraux.

L’écologie radicale se manifeste par des occupations illégales (à Notre-Dame-Des Landes, pendant des années pour empêcher la construction d’un aéroport), des manifestations violentes accueillant les professionnels de la provocation (black-blocs), des atteintes aux biens (terrains de golf, tableau dans les musées, statues dans l’espace public, etc.). Cette très petite minorité cherche à imposer par la violence le thème de la décroissance économique dans le débat public. Elle est antitechnicienne et souhaite placer le progrès scientifique et donc toute recherche sous contrôle politique. Elle peut être antispéciste et refuser aux humains un statut différent de celui des animaux.

On pourrait multiplier les exemples.

Pour l’extrême gauche, la liberté est toujours une belle promesse qu’il faudra réaliser dans un avenir indéterminé. En attendant ce jour, il appartient aux militants d’éliminer sans faillir tous les obstacles à l’avènement de l’eden idéologique. L’autoritarisme politique et la violence consubstantielle permettent de lutter contre le mal et de cheminer vers la réalisation de l’idéal. Derrière cette construction, il n’y a qu’une réalité : la volonté de monopoliser le pouvoir politique et d’annihiler tous les opposants. On imagine ce dont cette extrême gauche occidentale serait capable si elle parvenait au pouvoir. Il se trouverait sans doute parmi ses leaders un Robespierre, un Staline, un Poutine ou un Xi Jinping.

La radicalité politique est incompatible avec la liberté.

Elle se réclame d’ailleurs surtout de l’égalité et veut l’instaurer par la contrainte. Ce privilège accordé à l’égalité s’explique : la liberté n’est pas conciliable avec une idéologie rigide prétendant détenir a priori les meilleures solutions car il faut alors éliminer les opposants. Les utopies égalitaristes peuvent être divertissantes dans la sphère purement intellectuelle, mais il ne faut jamais chercher à les mettre en œuvre. La liberté suppose le pragmatisme car elle est toujours imparfaite, toujours à construire et toujours à découvrir. Elle n’est pas un idéal lointain mais une réalité toute relative du présent, le bien le plus précieux et le plus fragile.

 

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Je ne peux m’empêcher de citer cet extrait de l’essayiste José Ortega Y Gasset, auteur de la « Révolte des masses » (1929) :
    « Le libéralisme, il est bon de le rappeler aujourd’hui, est la forme suprême de la générosité; c’est le droit que la majorité concède aux minorités, et c’est ainsi la plus noble devise qui ait jamais été proclamée sur cette planète. Elle annonce la détermination de partager l’existence avec l’ennemi. Plus encore, avec un ennemi qui est faible. Il n’était pas croyable que l’espèce humaine puisse arriver à une attitude aussi noble, si paradoxale, si raffinée, si anti-naturelle. C’est pourquoi il ne faut pas s’étonner que cette même humanité manifeste bientôt un désir impatient d’en être débarrassée. C’est une discipline trop complexe pour qu’elle s’enracine fermement sur Terre  »

    Soupir…

  • Pour moi ce constat est juste.
    Pour rejoindre la question de la démocratie on ne peut que constater sa négation de fait actuel avec:
    – un dirigeant, quel qu’il soit, élu avec une minorité importante…qui devrait donc rassembler les français par des votes itératifs (référendum) en respectant le résultat (≠ 2005) et « faire avec » ou se démettre…
    – La négation des instances démocratiques officielles : Cf la création du Conférence Citoyenne sur le Climat sans AUCUNE légitimité.
    La gestion du pays est proche d’être nulle (Merci Mr Le maire). La dette est désormais létale à court terme et va empêcher de mettre des points de suture sur les plaies sociales à grands coups de « chaque ceci, chèque cela.
    Pour ajouter du pulvérin dans le bassinet pour être certain que le coup parte, que l’explosion advienne, on va interdire les véhicules thermiques et créer des ZFE pour bien séparer les gueux de « l’élite sachante ».
    Cela va bien se passer !
    Faute de démocratie ce sont les partis cités dans l’article, porteurs de violences pérennes , qui vont surnager dans le chaos car ce sont les seuls à être motivés (par la haine) et surtout structurés (« sections » du PCF, Trotskistes…déguisés en écologistes). Quel avenir !

  • C’est 40 ans de pouvoir gauchiste depuis Mitterrand qui ont amené le peuple à adorer la gauche et plus précisément l’argent des autres : l’éducation nationale est son fervent propagandiste de la pensée unique. Aucunes idées ou théories
    socioéconomiques qui peuvent mettre les idées de gauche en défaut n’y sont enseignées. Idem pour l’écologie qui est devenue pour certains ados une religion basée sur un rejet des analyses scientifiques : quand verra-t-on nos beaux manifestants écolos aller en Chine ou en Russie pour manifester contre ces 2 pays qui représentent 50% de la pollution mondiale ?
    Changer l’enseignement, c’est donner à nos enfants les bagages de leur avenir. Les enseignants de la gauche cgtiste et écolos sont vent debout contre un enseignement qui libèrerait les capacités individuelles de chacun. Surtout, empêcher de donner aux individus la capacité de réfléchir et d’analyser les faits objectivement en fonction de leur personnalité individuelle.

  • La gauche n’a jamais aimé la liberté, lui préférant l’égalité et la solidarité imposée, il est donc normal que sa frange la plus extrême radicalise ces préférences, ce qui donne tous les exemples bien résumés cités dans votre article. Le constat est rude mais il est implacable.

  • Le ministre Barrot met en place de nouveau programme dans toutes nos « Box-Internet » permettant de les bloquer instantanément au pretexte d’economie d’energie ??? Sans rire !!!
    La liberté arrive, on entend déja les bruits de coupures

  • Voilà un bon résumé du théâtre des opérations.
    Ces luttes intersectionnelles sont un tableau impressionniste. De près, multiples points de couleurs.
    De loin, le sens du tableau se dégage. Toujours le même vieux anti-capitalisme, discrètement teinté d’antisémitisme.
    Quand il s’agit d’abattre le capitalisme (et son cousin libéralisme) tout est bon. On n’a pas réussi avec le marxisme ? … Pas grave. On va essayer avec l’écologisme, l’islamo-gauchisme…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la chute du Mur de Berlin, nombreux furent les théoriciens qui affirmèrent que l’idéologie de gauche allait s’effondrer. Moscou, la Mecque du socialisme pendant 70 ans, redeviendrait une capitale comme une autre. Privées du soutien idéologique, logistique et financier de l’Union soviétique, les filiales du Komintern allaient s’éteindre les unes après les autres. Sans le soutien électoral des communistes, le socialisme était voué à disparaître. En France, l’effondrement du PCF actait, croyait-on, la victoire des idées libérales.

Jean-... Poursuivre la lecture

Émoi (encore un) dans l’hémicycle : un député Rassemblement National aurait dépassé les bornes des limites et se serait vautré avec emphase dans les heures les plus sombres de notre histoire politique avec de vrais morceaux de racisme dedans. Pour ajouter l’insulte à l’injure, la presse s’est jointe à la mêlée pour y ajouter une dose de propagande.

La petite phrase défraye la chronique paresseuse des folliculaires médiocres : alors que Carlos Martens Bilongo, député France Insoumise d’origine congolaise, évoquait la question des migran... Poursuivre la lecture

L’ambiance est soporifique ce lundi après-midi au palais Bourbon. Les députés doivent examiner les trois motions de censure présentées par l’opposition dans le cadre du vote du budget. Du côté de la majorité, les élus bâillent. Certains lisent ostensiblement leur journal quand d’autres ont les yeux rivés vers leur partie de Candy Crush.

Malgré l’absence de majorité pour les députés macronistes, aucune motion n’a de chance d’aboutir. La motion RN ne sera pas votée par la NUPES. Les motions NUPES ne seront – dit-on – pas votées par le RN... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles