Le black bloc, c’est quoi, c’est qui ?

Ils luttent contre la « marchandise », contre la propriété privée, et se définissent comme une contre-violence politique. On les retrouve dans les manifestations des Gilets jaunes. Qui sont les Black blocs ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le black bloc, c’est quoi, c’est qui ?

Publié le 2 mai 2019
- A +
Par Bryan Muller1.
Un article de The Conversation
Héritage contemporain du mouvement autonome implanté en ex-RFA dans les années 1980 et qui souhaitait défendre les « lieux de vie collectifs » contre les irruptions policières jugées illégitimes, le « black bloc » est devenu un acteur politique remarqué à l’échelle internationale, et par là même un mode opératoire imitable et universalisable, à partir de 1999, lors du contre-sommet de l’OMC à Seattle.

Un cortège de militants révolutionnaires habillés en noir susceptibles de recourir à l’action directe

Ni parti ni syndicat, n’ayant aucune existence légale et résultant de la réunion éphémère d’un certain nombre d’acteurs politiques ne se connaissant pas nécessairement en amont, mais qui sont issus des rangs de l’extrême-gauche « extra-parlementaire, anti-capitaliste et antifasciste » : un black-bloc pourrait se définir comme une forme d’action et d’apparition collective non conventionnelle de militants révolutionnaires habillés en noir dans le cadre d’une manifestation de rue. Autrement dit, comme un « cortège révolutionnaire d’action directe » ou, pour le dire encore d’une autre façon, « un cortège de militants révolutionnaires habillés en noir susceptibles de recourir à l’action directe ».

Ceux qui décident d’agir en commun en se regroupant momentanément dans l’espace public pour former un « black bloc » sont, le plus souvent, partie prenante de « groupes d’affinités » qui s’inscrivent eux-mêmes dans ce que l’on désigne de façon générique  « mouvance autonome ».

Ils peuvent être également sans attache partisane, ni enchâssés dans des réseaux de connivences affectives et ainsi venir se greffer à la faveur de la constitution d’un black bloc à des groupes déjà constitués en nouant des relations amicales sur le tas. Enfin, ils peuvent – même si c’est moins commun – appartenir à des organisations légales évoluant dans le champ politique radical, qu’elles soient d’obédiences anarchistes, communistes libertaires ou marxistes-léninistes. Ces derniers, décidant de contribuer à la formation et à la mise en mouvement d’un cortège de type black bloc, viennent de leur propre chef et agissent en leur nom propre, c’est-à-dire qu’ils n’engagent pas leur organisation.

Ni chaîne de commandement, ni unité de direction

De ce point de vue, loin d’être monolithique, un black bloc est d’abord un agrégat, c’est-à-dire un assemblage hétérogène d’éléments qui adhèrent solidement entre eux et qui développent en réaction une puissance d’agir dans l’espace public à la vue de tous, et notamment des médias.

Par-delà leur relative diversité, les participants à un black bloc ont des dénominateurs communs qui leur donnent la possibilité d’agir ensemble. Outre la critique radicale de l’ordre des choses existant, l’intégration du recours à la violence physique dans le répertoire d’action, au risque d’être réprimé par les institutions coercitives – que ce soit la police et la justice –, il y a aussi le fait d’apparaître tout de noir vêtu et de s’encagouler de façon à demeurer anonymes aux yeux des autorités et des médias.

Cela leur permet de se rendre collectivement le plus remarquables dans l’espace public, tout en affirmant un refus des hiérarchies et des figures de leaders. Ainsi, n’étant la courroie de transmission d’aucune organisation politique et n’ayant aucun lien organique avec un quelconque syndicat, le black bloc est-il un cortège se voulant à la fois inclusif et autonome. C’est-à-dire que n’importe quel militant révolutionnaire peut venir prendre part à ce cortège non orthodoxe qui ne dépend de personne en particulier.

En l’absence de chaîne de commandement et d’unité de direction officielles et identifiables, les membres d’un black bloc peuvent autant décider de manifester seulement pacifiquement avec des banderoles renforcées et des drapeaux servant à publiciser leurs aspirations communes que de recourir, parallèlement, à des modes d’action illégaux qui relèvent de la « propagande par le fait non insurrectionnel » au sens qu’ils ne sont pas mortifères – contrairement à ce qui pouvait se donner à voir en Russie tsariste ou en France à la fin du XIXᵉ siècle.

Ces militants usant de la violence physique n’ont, d’ailleurs, pas la prétention que leurs dégradations et/ou leurs interactions violentes avec les forces de l’ordre puissent servir de levier pour permettre une montée impétueuse des masses subalternes ou engendrer un tel cycle de répression de la part du pouvoir d’État qu’il arracherait le peuple de sa torpeur, de son atonie sociale.

La revendication du rôle incontournable de la « violence révolutionnaire »

Recourir à l’émeute politique, c’est une façon d’exprimer publiquement sa tolérance, sinon son appétence, à l’endroit de la violence en politique. C’est revendiquer le rôle incontournable de la « violence révolutionnaire » dans un processus de recomposition générale des rapports sociaux au travail et en société. C’est récuser pratiquement le « pacifisme intégral » comme guide pour l’action collective, tout en affirmant que les procédures électorales ne sauraient constituer a priori une modalité d’accès au pouvoir envisageable pour des militants révolutionnaires.

Ces derniers doivent envisager a contrario soit une stratégie révolutionnaire de conquête du pouvoir d’État par l’avènement d’une situation de dualité du pouvoir (grève générale insurrectionnelle, guerre populaire prolongée) ; soit une politique visant à multiplier à l’échelle du territoire national des isolats, c’est-à-dire des « zones autonomes » émancipées du « règne de la marchandise » devant permettre de vivre le futur post-capitaliste dès à présent.

Automatiquement, en agissant de la sorte, ces militants révolutionnaires assument une forme d’insubordination par rapport à la loi en vigueur, consentent à se positionner en marge de la légalité. Toutefois, contrairement aux discours fantasmagoriques de certains commentateurs ou ceux émanant des services de renseignement, il n’est pas question pour ces militants, ayant momentanément recours à des modes d’action relevant de la « délinquance politique » du fait qu’ils transgressent des normes juridiques, de s’abandonner à une quelconque dérive militariste/brigadiste.

Le rejet de la lutte armée

En effet, aucun groupe ou réseau révolutionnaire connu à ce jour ne prône publiquement un recours à la lutte armée clandestine, et donc le maintien prolongé dans l’illégalité, dans nos sociétés démocratiques et libérales, de l’enlèvement de personnes assumant des fonctions électives ou encore de l’assassinat ou la mutilation de décideurs économiques.

De même, en ce qui concerne les militants formant des « black blocs », il est notable qu’ils ne viennent jamais en manifestation avec des armes à feu avec l’intention de causer la mort d’un ou de plusieurs policiers, mais avec un outillage composé exclusivement d’armes par destination (pierres, bouteilles, feu d’artifice…) qui sont, certes, susceptibles de provoquer des blessures plus ou moins sérieuses chez les fonctionnaires, mais qui demeurent néanmoins de faible intensité.

Outre les considérations morales et éthiques, outre le refus pour ces militants de risquer de sacrifier 20 ou 30 ans de liberté sur l’autel d’un engagement politique qui ne se veut en définitive ni total ni absolu, il n’est pas question de recourir à la lutte armée du fait de l’échec historique de la stratégie des groupes ayant eu recours en Europe (dans des contextes politiques dissemblables) à la « violence révolutionnaire armée ».

Ainsi, si le Comité invisible fait l’apologie de l’émeute dans son dernier opuscule Maintenant, en tant qu’expérience collective sensorielle et émotionnelle au-dessus de l’ordinaire, son propos apparaît sans commune mesure avec celui tenu par la Ligue communiste au début des années 1970, qui défendait la nécessité « d’armer les masses du désir de s’armer » dans le cadre de « l’autodéfense ouvrière » et dans la perspective d’une conquête révolutionnaire du pouvoir d’État. Sans même parler du « Mai-rampant » italien et de ces dizaines d’organisations révolutionnaires ayant assumé une militarisation de leurs modes d’action dans le contexte politique de l’Italie des années 1968, celui « d’une guerre civile de basse intensité ».

Marquer l’ennemi au fer rouge

Dans le cadre d’un black bloc, il s’agit essentiellement pour ces membres de marquer l’ennemi au fer rouge, autrement dit de commettre des actes de déprédation à l’endroit de ce qui est identifié comme des cibles politiques – que ce soient les symboles de « l’État de classe » (commissariats de police, casernes de gendarmerie, véhicules des forces de l’ordre), le « mode de production capitaliste » (banques, assurances, agences immobilières, boutiques de luxe), de la démesure consumériste et « bourgeoise ». C’est-à-dire tout ce qui incarne, aux yeux de ces militants révolutionnaires, le « règne de la marchandise » et celui de la propriété privée et lucrative.

En parallèle, il s’agit d’assumer des interactions violentes avec les forces de l’ordre chargées de protéger le « statu quo pro-capitaliste », l’ordre usinier, et de façon générale la structure normative de la société que ces militants révolutionnaires voudraient abolir à terme.

Même si aucune victoire « militaire » n’est évidemment pensable du fait d’un rapport de forces totalement et définitivement asymétrique, les agents du maintien de l’ordre sont des cibles, car ils se situent à l’interface entre eux et les décideurs politiques et économiques introuvables et inatteignables le temps de la manifestation de rue. Aussi, s’en prendre physiquement à eux, c’est essayer d’atteindre – par personne interposée – les différentes formes de gouvernances jugées illégitimes se dissimulant derrière.

Par ailleurs, leur violence collective, qui demeure en France en permanence contenue et auto-limitée, se présente comme une violence ciblée et différenciée, mais aussi comme une réponse aux violences sociales, économiques et autres destructions environnementales. Elle se définit comme une contre-violence politique, comme l’expression de la légitime défense auxquels auraient le droit de recourir à un moment donné « les dominés », « les exploités », « les opprimés » et, plus largement, celles et ceux qui souhaiteraient que les sociétés modernes ne soient plus régies par « la morale de l’intérêt privé » et « la concurrence des égoïsmes » pour reprendre les expressions chères au philosophe Alain Badiou.

Dès lors, la réalité de cette violence militante sera toujours perçue et présentée par ses acteurs comme inversement proportionnelle aux multiples formes de violences structurelles d’un « système capitaliste autophage », pour reprendre l’expression d’Anselm Jappe.

Les auteurs ne travaillent pas, ne conseillent pas, ne possèdent pas de parts, ne reçoivent pas de fonds d’une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n’ont déclaré aucune autre affiliation que leur poste universitaire.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.
  1. Doctorant contractuel chargé d’enseignement en Histoire contemporaine, Université de Lorraine.
Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Tout se passe comme si le port d’un signe distinctif devait classer les individus….
    Ainsi un cgtiste portant un gilet jaune est il un syndicaliste ou un manifestant anti taxes ? Le même avec un masque noir et une tenue appropriée devient il un Black block?

    On comprendra bien qu’il ne s’agit que d’agit prop largement utilisée
    Par les organisations politiques pour
    Pousser dans le sens du vent… Avec la complicité objective des médias.
    N’importe quel connard arborant ces signes distinctifs peut être interviewé
    Et raconter n’importe quoi…
    La gauche est morte mais pas les structures qu’elle a mise en place.

    • La gauche est morte !!!!!!!!! Je pense que vous plaisantez !!!!!!!!

      • Oui la gauche est morte politiquement regardez bien les résultats électoraux

        • Si la gauche devait être uniquement représentée par les partis politiques, PS et le PC, vous auriez raison.
          Non, la gauche est partout. Sa culture, son idéologie, dont une des caractéristiques est la mutation permanente, est largement majoritaire.
          Le fond culturel français est fondamentalement à gauche pour notre plus grand malheur.

          • C’est ce qu’on veut vous faire croire quand vous additionnez le rn+les republicains+l’udi vous avez 70% de la population.
            Tout les résultats viennent de la magouille politique et des medias

  • Les Black Blocks sont des guignols qui auraient vite fait de s’envoler comme des moineaux en face de vrais fascistes, comme les freikorps. Ils sévissent en raison des protections dont ils bénéficient.

    • De plus ils sont largement instrumentalises, ça permet au pouvoir de démonter la révolte contre les taxes…

    • Des guignols exactement. Egalement des petites crottes. Balancer un caillou sur un CRS et se barrer en courant donne idée du courage de ces individus : très proche de zéro. En cassant un abri-bus, ils ne prennent aucun risque.

  • Une petite volée de matraque dans les mâchoires et on calme tout ce beau monde.

    • Les flics ne le feront jamais, syndrôme Malik Oussekine oblige. Maduro lui ne se priverait pas pour faire passer les chars sur leurs tronches.

      • Effectivement Théo31,
        En tout cas les décideurs ne donneront jamais le feu vert. Mais je pense qu’il y a plus d’un crs qui rêverait de riposter aux caillasses de ces pseudo-révolutionnaires.

      • Bah si, ils l’ont fait mais sur des gens lambda, pas sur les gars vraiment virulent

  • Des milices reconnaissables à leur tenue, qui cherchent à s’emparer de la rue par la violence, qui terrorisent leurs opposants et qui dégradent les commerces qui ne leur conviennent pas, ça le rappelle quelque chose, mais je ne retrouve pas…
    Un truc en lien avec les heures les plus sombres, il me semble…

    • vous avez loupé la phrase « En l’absence de chaîne de commandement et d’unité de direction officielles et identifiables… » qui invalide votre comparaison. (entre autres éléments).

      • Il y avait une chaine de commandement lors de la nuit de cristal ?

        • La journaliste Corinne Chaponnière, auteure d’un livre à ce sujet, après 3 ans d’enquête dit : « Le pogrom a été commis par des membres de la Sturmabteilung (SA), souvent en habits civils, mais aussi par la Schutzstaffel (SS) et la Jeunesse hitlérienne. La police et les pompiers avaient été sommés de ne pas intervenir. «Les sections d’assaut avaient reçu l’ordre de clamer haut et fort qu’elles agissaient en rétorsion de l’assassinat d’Ernst vom Rath à Paris. Cela faisait partie de l’opération»
          Lien vers l’article : https://www.laliberte.ch/news/international/le-mysterieux-crime-de-la-nuit-de-cristal-343854
          Voilà.

          • @Amater
            Bonjour,
            « La police et les pompiers avaient été sommés de ne pas intervenir. »
            Il s’agit de la couverture du pouvoir, pas du fait qu’il y ait eu une châine de commandement. De plus, l’homme à la moustache qui faisait fureur a dissout ce groupe après cette nuit-là.
            J’ajoute que les Forces de l’Ordre s’en prennent plus clairement aux citoyens moins virulents qu’à ce Bloc. Des ordres peut-être ? d’après certains faits rapportés et autres témoignages d’agents de police, c’est le cas.
            « clamer haut et fort qu’elles agissaient en rétorsion de l’assassinat d’Ernst vom Rath à Paris.’
            Cette justification ne vaut pas mieux que celle du Black Bloc pour tout casser. Ce Block se revendiquerait NeoNaze vous n’auriez pas la même complaisance.

    • Oui, ce sont exactement les cibles et les méthodes des SA Nazis!

      • Exactement. En fait, cela rappelle le début des années 1930 en Allemagne qui voyait des groupes armés – souvent structurés sous la direction de partis mais pas toujours – terroriser la rue et s’affronter violemment : SA nazis, milices communistes (aussi promptes à casser du social.démocrate que des nazis), etc.

        Pour revenir aux « Black Blocks » [au passage, pour être « internationaux », ces gens-là se sont donnés un nom étasunien, c’est-à-dire dans la langue de la puissance qui incarne et défend le capitalisme tant maudit par lesdits « Black Blocks » …], on conçoit la difficulté pour les forces de l’ordre de les identifier et de les interpeller. À ce propos, merci aux auteurs de cet article fort intéressant.

        Je souhaite que tous les moyens raisonnablement disponibles soient mis en oeuvre pour mettre hors de nuire ces brutes, lâches nervis parasites de nos sociétés, en les envoyant de longues années derrière les barreaux : peut-être que ce juste châtiment dissuadera certains de pratiquer ce terrorisme antidémocratique.

  • C’est du Gocho-dégénéré, et violent.
    Il est a la société ce que le renard est au poulailler, Le staphylocoque doré a l’asepsie.

  • Si les blacks blocs étaient de droite ou catho ou identitaires celà fait bien longtemps qu’ ils auraient été mis hors d’état de nuire. Mais là nous avons affaire à des anarcho gaucho anti capitalistes, alors bien sur, il faut les comprendre, Même phénomène avec le Vénézuela, si Maduro était un dictateur de droite nous aurions des manifestations anti fasciste tous les jours.

  • Badiou…Lui qui faisait l’éloge de khmers rouges…Lui à qui l’idée d’aller se réfugier en URSS après la chute du Mur de Berlin ne lui est « étrangement  » jamais venue à l’esprit. C’est typique chez certains fonctionnaires de s’auto-considérer comme communistes.

  • Niveau de l’article assez faible puisqu’il se contente d’une analyse du point de vue politique uniquement. Illusion quand tu nous tiens !
    Il est évident que pour ces gens, le discours « anti » n’est qu’un prétexte. afin d’assouvir leur appétence à la violence collective. Alors bien évidemment le discours résonne à gauche puisque le capitalisme domine (auquel sont soumises toutes les institutions). Mais en réalité pour le vrai black block cela n’a pas vraiment d’importance. Il aime se déchaîner en groupe en profitant d’évènements extérieurs à lui qui permettent de limiter les risques.

  • Par son rejet de l’Etat, le black bloc est bien plus proche du libéral qu’on ne le pense…
    Grosso modo, le black bloc c’est un anarcho-capitaliste moins le capitalisme.
    Ou un libéral qui assume de ne pas laisser à l’Etat le monopole de la violence.

    • Euh et le respect du droit de propriété ? Parce que c’est la base du libéralisme. Les Black Bloc sont dépourvu de ce respect (de base). L’usage de violence n’est toléré que pour légitime défense, ce qui n’est toujours pas le cas de ces sous-merde.

      Donc non ils sont à des années lumière du moindre libéralisme.

    • Voilà ou mène l’alliance contre nature des libéraux et des libertaires.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les grandes illusions idéologiques (marxisme, fascisme, nazisme) ont à peu près disparu. Mais une radicalité de gauche (écologisme radical, intersectionnalité, wokisme, racialisme, dévoiement du féminisme) est apparue, qui n’a apparemment aucune des caractéristiques des anciennes idéologies.

Il s’agit de mouvances intellectuelles disparates que la notion d’intersectionnalité permet d’unifier. En récupérant le concept d’analyse systémique à des fins purement politiciennes, l’intersectionnalité étudie les interrelations entre les facteur... Poursuivre la lecture

C’est ballot, mais c’est ainsi. Les artisans de la réforme constitutionnelle au Chili, des activistes de gauche, parmi lesquels le jeune président du pays, Gabriel Boric, animés par un agenda d’un politiquement correct rarement atteint auparavant, avaient totalement oublié la majorité silencieuse.

Concentrés sur leurs ambitions d’un renouveau social et politique radical incluant la suppression du Sénat - l’assemblée la plus respectée des Chiliens - et l’annonce d’un État désormais « plurinational », respectant la parité des genres, l’é... Poursuivre la lecture

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles