Ré-industrialisation française : du concret, pas d’envolées lyriques

Il faut sortir de l’esprit de nos décideurs que la France ne peut plus abriter des leaders mondiaux et doit obligatoirement s’allier ou s’inféoder.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Bill Oxford on Unsplash - https://unsplash.com/photos/-fGqsewtsJY

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ré-industrialisation française : du concret, pas d’envolées lyriques

Publié le 20 mai 2020
- A +

Par Michel Negynas.

Entre 1995 et 2015, la part de l’industrie dans la valeur créée en France est passée de 16 % à 11 %. Elle est restée à 22 % en Allemagne (Chiffres INSEE).

Comment en sommes-nous arrivés à ne plus être un pays industriel ?

Le contexte historique

On peut situer le début de la désindustrialisation en France autour de 1980. La majorité socialo-communiste a beaucoup œuvré pour cela, et François Mitterrand en particulier. Il a en effet privilégié les manœuvres tactiques pour phagocyter les communistes et ainsi pouvoir les étouffer. Mais en contrepartie, il a délaissé la transformation sociale démocrate qui était initiée dans la plupart des pays d’Europe.

Exit le libéralisme social de Michel Rocard, entrée des 35 heures avec Martine Aubry, et l’idée qu’il faut partager le travail comme un gâteau de dimension constante, au lieu d’augmenter le gâteau.

À vrai dire, cette culture étatique et collectiviste ne datait pas d’hier. La France n’a pratiquement jamais été une grande nation industrielle et même agricole.

Dans ces deux domaines, les révolutions en Europe ont surtout eu lieu au XIXe siècle en Angleterre, Belgique et Allemagne. Cela s’explique entre autres par la nature de l’État français, créé ex nihilo et centralisé pour des raisons politiques par les rois de France. À cette époque, tout venait de l’État. Les élites étaient de facto des courtisans, condamnés à l’inactivité par la loi et les convenances, méprisant les entrepreneurs dont les valeurs ajoutées étaient déjà confisquées.

Cette situation d’extrême centralisation a créé des périodes heureuses sur le plan industriel lorsque le hasard a mis des hommes exceptionnels aux commandes, comme Colbert, et les planificateurs des Trente glorieuses. Mais la plupart du temps, la France était suiveuse, voire inerte.

Le tournant philosophique

Les philosophes et sociologues français de la deuxième moitié du XXe siècle, la plupart marxistes, sont bien dans cette lignée mortifère. Le post-modernisme considère la période bourgeoise des Lumières comme une atteinte au peuple. Cela se retrouve jusque dans les sciences, considérées comme de pures constructions culturelles.

Ce concept, mal compris et instrumentalisé, a introduit dans les esprits, en opposition au scientisme (l’excès dans l’autre sens) l’idée que la quête du progrès et du bonheur (au sens général) n’est pas corrélée aux avancées technologiques et à l’accès à la consommation de masse.

Ces élites intellectuelles ont diffusé largement leurs idées dans la société civile, chez les décideurs et naturellement complètement pénétré le milieu enseignant. Désormais, en France, l’opinion dominante était, et est encore beaucoup, qu’à peine franchie la porte d’une usine on est soit une victime, soit un social-traître.

Cela a eu des conséquences importantes : une absence totale de connections entre l’université (hors grandes écoles) et l’industrie. En 1975, dans certaines facultés il fallait opter pour un sujet de thèse en tous points inapplicables en entreprise pour être choisi par un mandarin.

Et cette idéologie a fini par faire des dégâts à l’école primaire, dans l’inconscient des jeunes esprits.

Changement du profil des décideurs

En même temps, à partir des années 1980, le profil des décideurs et des personnels de la haute administration a changé.

Les Trente glorieuses étaient gérées par une corporation de fonctionnaires souvent issus d’écoles d’ingénieurs, croyant au progrès, mûris par leurs activités de guerre, bref, connaissant la vraie vie. Ils ont assaini la Provence et le Languedoc, construit nos grands barrages, notre parc nucléaire (on a construit des réacteurs « en série », couplant jusqu’à 9 réacteurs par an au réseau), mis au point la caravelle, le TGV, l’ancêtre de la fusée Ariane, les Mirage, le dôme du CNET à la Défense…

On construisait aussi des machines à laver, des téléviseurs, la DS était une automobile révolutionnaire. Certes, au début, l’aide américaine nous a beaucoup aidé dans certains domaines, mais il faut considérer que tout ce réseau à la pointe de la technologie a été reconstruit sur des ruines en moins de 30 ans !

Ces gens-là ont été progressivement remplacés par des profils Sciences Po/ENA, par des Normaliens (l’École Normale, à tendance marxiste, a beaucoup compté dans l’émergence du post-modernisme), voire des polytechniciens davantage portés sur la finance et la gestion que sur la fabrication d’ustensiles domestiques.

Cela a concerné aussi bien le personnel politique que l’administration. On assista ainsi à la promotion d’une caste de hauts dirigeants d’entreprise fonctionnarisés, car en général débutant en cabinet ministériel pour être catapultés très jeunes à haut niveau en entreprise, sans réelle expérience de terrain.

C’était l’époque du fameux Serge Tchuruk, qui prônait « L’entreprise sans usine ». Il dirigeait Alcatel, dont on connaît le destin ultérieur… La fabrication, sale et polluante, ce n’était plus pour la France, qui devait se tourner exclusivement vers les services. On n’avait pas compris qu’une grande partie des services… sert l’industrie !

Nous avons ainsi perdu les centres de décision de toute notre industrie lourde : aluminium, acier, fonderie, métallurgie, chimie de base puis chimie fine, ciment, mécanique lourde, ingénierie… La perte des activités de Creusot-Loire, en 1982, est un tournant majeur, car cela a sonné le glas de la mécanique lourde française, pilier de toute nation industrielle. Laurent Fabius, tout à son plan calcul et à IBM, a déclaré qu’on n’en avait plus besoin.

Les capitaines d’industrie hauts fonctionnaires ne sont donc pas seuls responsables.

Par exemple, l’État n’a pas compris non plus les enjeux du renseignement et de la Business Intelligence dans les affaires… Nous avons perdu en conséquence Arcelor, Alsthom, Lafarge etc.

Même ceux qui étaient convaincus de l’importance de l’industrie prônaient l’abandon de la vieille industrie pour force « plan calcul », « révolution numérique », « smart business », « pôles de compétitivité », toutes résolutions étatiques ayant lamentablement échoué, car construites dans l’abstrait, sans base réelle sur le terrain.

Alors pourquoi conserver la vieille industrie, c’est-à-dire en majorité une industrie lourde et ses PME sous-traitantes ?

C’est parce que l’industrie est une affaire de réseaux, horizontaux et verticaux, en fait un maillage complet d’entreprises et de compétences. Un maillage d’outils financiers aussi bien sûr, au service des entreprises, et non pas des spéculateurs. Il s’agit d’une pyramide, dont les forts volumes unitaires sont l’industrie lourde, la base. Ce ne sont pas les start-up ni les PME qui fournissent crédits et enseignants à la chaire de physique des matériaux de l’école des Mines, ce sont la sidérurgie et la chimie…

Ce sont les entreprises de ces secteurs qui fournissent également les interlocuteurs envers l’État, la Commission européenne, l’OCDE… pour défendre les intérêts de l’industrie. Les autres n’en ont pas les moyens. Perdre les centres de décision des grandes entreprises, c’est perdre toute influence au niveau national et international. Et donc le processus s’auto-entretient.

Non seulement nous avons perdu l’industrie lourde, ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’autres pays européens, mais nous avons donc perdu aussi le réseau de PME associé, sauf dans quelques fleurons de résistance ; qui, en général, ne sont pas dirigés par des hauts fonctionnaires : Michelin, Dassault, L’Oreal… Or c’est ce réseau qui fournit valeur ajoutée, emplois, et compétences pratiques.

Que vendre au tiers-monde ? Pas des tee shirts… des machines pour faire des tee shirts. Pas des machines à laver lambda, des aciéries. Mais nous n’avons plus ces équipements dans nos catalogues. Et de toute façon, pour les concevoir, il vaut mieux avoir conservé l’activité elle-même à laquelle ils sont destinés, en haut de gamme. C’est la différence entre la France et l’Allemagne : ils ont encore Siemens, Bosch, Miele, Liebherr pour l’électroménager.

Croire que l’on peut inventer l’industrie du futur sans conserver l’industrie du passé est une chimère. Tous les pays qui ont conservé leur puissance industrielle manufacturière sont aussi à la pointe des hautes technologies, l’un ne va pas sans l’autre.

Et si les États-Unis sont un contre exemple, et encore faut-il nuancer, ils ont de beaux restes, c’est en faisant tourner la planche à billets pour alimenter un complexe militaro-industriel délirant, et finalement peu efficace en termes d’efficacité/coûts.

Alors, comment réindustrialiser ?

L’état d’esprit

À l’évidence, la première condition est d’ordre culturel, et c’est ce qui sera le plus long, le plus difficile, et peut-être même impossible à changer.

Car les intellectuels et les artistes, délaissant, et pour cause, leurs vieilles lunes marxistes, ont enfourché une autre idéologie mortifère : l’écologisme décroissant.

Il semble pourtant que l’État et certains décideurs aient pris conscience de l’importance de l’industrie. Mais après les plans-calculs, et autres envolées lyriques du même genre restées sans effet, le salut viendrait de la croissance verte. Cette nouvelle lubie, comme les précédentes, ne peut se nourrir du terrain. Elle est artificielle. Elle est même pire, puisque ses fondements idéologiques, qu’on le veuille ou non, tournent à la décroissance. De quoi rendre pessimiste sur une éventuelle ré-industrialisation. Total est un fleuron français ; comment peut-il survivre à une loi lui interdisant de prospecter ?

Il faut aussi combattre l’impression que parce que l’industrie emploie moins de monde, elle devient accessoire. Le découpage entre industrie et services a changé. Ce qui est service aujourd’hui était intégré à l’industrie jadis. Et ce sont surtout les gains de productivité qui ont diminué les effectifs ; il fallait une trentaine de hauts fourneaux jusque dans les années 1960 en France pour produire ce qui est fait avec deux aujourd’hui.

On peut faire l’analogie avec la composition des voitures automobiles modernes ; le moteur représente en poids une fraction toujours plus faible de l’ensemble, car il est de plus en plus compact et toutes sortes de gadgets et de sécurités ont été ajoutées. Mais sans moteur, la voiture n’avance pas.

Le corps enseignant

L’autre secteur déterminant est la formation, et les choses semblent un peu bouger de ce côté là.

Le monde enseignant est plus diversifié idéologiquement. L’Université se rapproche un peu de l’industrie, l’apprentissage gagne du terrain. Il faudrait encore beaucoup plus revaloriser les métiers manuels, dans tous les sens du terme. Et il faudrait célébrer bien davantage les créateurs d’entreprise, et pas seulement les start-uppeurs, par des visites dans les écoles. Il faudrait réorienter les étudiants en grande école vers l’industrie manufacturière, exiger par exemple d’être titulaire d’une thèse pour avoir le diplôme.

L’application à l’industrie de sujets bien choisis permettrait aux auteurs de lancer leur PME, avec un soutien de banques locales. C’est un des  secrets de la réussite allemande.

L’État et le CAC 40

Enfin, l’État ne doit surtout pas se mêler de l’opérationnel, sauf en cas de sauvetage justifié d’entreprises viables et/ou stratégique. Il doit juste inciter la formation de chaîne de ré-industrialisation initiée par des leaders privés en facilitant leur mise sur pied.

Un schéma serait d’identifier les secteurs encore envisageables et de les rebâtir  en cristallisant autour des rares grandes entreprises que nous avons conservées. Par exemple, une alliance Peugeot/Seb pour relancer une ancienne marque prestigieuses de gros électroménager, une alliance Alstom/Thales pour reconstruire une industrie de l’imagerie médicale (vendue jadis à General Electric, déjà)…

Les possibilités sont infinies, l’exemple des respirateurs d’Air Liquide est très instructif sur ce point : il n’aura fallu que quelques heures pour prendre la décision de former de nouvelles chaînes de fabrication en mobilisant de manière concertée les compétences de Peugeot et de quelques autres.

Cela implique évidemment de récupérer au forceps tout Alstom et quelques autres, perdus souvent par naïveté. Et là, l’État a un rôle important, en particulier via une bonne articulation entre l’industrie et les services de renseignement.

Toutefois, dans certains secteurs comme la chimie, pourtant essentiels à la souveraineté d’un pays, les difficultés semblent assez insurmontables pour rattraper le passé.

En conclusion

Ce sera dur, car les éléments culturels sont primordiaux, et s’ajoute au vieux fond historique français la nouvelle lubie écologique, qui prétend résoudre le problème, alors que fondamentalement elle ne peut que l’aggraver.

Il n’est toutefois pas impossible de recréer un maillage industriel sur des activités perdues en mobilisant ce qui reste de compétence, via nos grandes entreprises, en organisant des consortia animés par elles, et des partenariats avec l’enseignement.

Cela restera quand même limité. Mais il faut sortir de l’idée de nos décideurs que la France ne peut plus abriter des leaders mondiaux et doit obligatoirement s’allier ou s’inféoder ; cela ne peut germer que dans le cerveau d’un haut fonctionnaire, peu attaché à l’entreprise qu’il dirige car il n’y fait qu’un passage. Lafarge a été mangé par le Suisse Holcim, plus petit que lui, la Suède a une sidérurgie florissante avec Sandvik, la Hollande a Philips, elle est un grand pays industriel… tous des pays bien plus petits que la France.

Cela n’empêche évidemment pas de se lancer dans les industries nouvelles. Mais pourquoi y serions-nous supérieurs aux autres ? Tout miser sur elles seraient une grande source de déconvenues.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Et commencer par supprimer toute taxation de la création de valeur : liste non exhaustive : Supprimer la TVA, la TICPE, son équivalent pour le gaz, la CSPE, la taxe carbone. Supprimer les monopoles d’état sur l’assurance maladie, l’assurance vieillesse, l’assurance chômage.
    Supprimer les ministères de l’environnement, de l’économie, du redressement productif, de l’éducation nationale, de la santé, de la jeunesse et des sports, des transports, de la culture, de l’égalité homme-femme, j’en oublie. Ne garder que les ministères de la défense, des affaires étrangères, de l’intérieur, de la justice, du budget et des comptes publics.

    • Surtout recréer un véritable ministère de l’Industrie, dirigée par un authentique industriel et ayant en charge, l’énergie, les matières premières, les transports, le BTP et la stratégie industrielle française.

      • Faut-il vraiment un ministère pour simplement rétablir la liberté d’entreprendre sans entraves?
        Ça me rappelle le super-ministère d’ État de la Recherche (Chevènement) sous Mitterrand qui n’a servi qu’à embrigader banaliser, collectiviser, fonctionnariser et stériliser la Recherche Scientifique.

    • Voir cet article magistral sur la taxation de la création de valeur, taxation démoniaque qui produit toujours plus de pauvres, objectif ultime du socialisme.

      https://www.contrepoints.org/2020/05/21/371787-demantelons-notre-fiscalite-anti-economique

  • Un mal français qui n’est pas près d’être guéri. Les traditions des royautés, de Colbert, de Napoléon ont bien ancré l’action centralisée. La forte touche de marxisme de la deuxième moitié du XX° siècle l’a encore plus verrouillée. L’idée absurde que les nationalisations d’entreprises est une solution à la désindustrialisation est encore bien présente et la réaction de l’Etat , confronté à la suprématie de sociétés internationales, est toujours de tenter de créer des alternatives purement françaises, que ce soit pour le cloud ( flop ) pour concurrencer googlemaps ( géoportail, flop ) ou des moteurs de recherche vertueux ( Qwant, flop ) ; ou empêcher l’internationalisation de sociétés françaises ( Dalymotion aurait pu devenir n°2 mondial, flop )

    Par contre, lorsque certaines sociétés s’internationalisent, les résultats peuvent être surprenants : voir par exemple les filiales, rentables, de la SNCF, les joint ventures, rentables, d’ADP et les filiales des banques françaises.

    Le problème semble donc bien se résumer à un problème interne au monde du travail et à son hyperrégulation par l’état, qui résulte en une impossibilité de rentabiliser des activité productrices en France.

    P.S. : pour Alstom, dont la reprise a déjà coûté plus de deux milliards d’€ à G.E., il ne faut pas oublier que l’arrêt des commandes de turbines est le résultat direct de la politique « énergies vertes » de la France, plus aucun acteur privé ne voulant investir dans des centrales électriques traditionnelles

  • Belles idées,mais pour pouvoir commencer,il faut déjà se débarrasser de tous les incompétents qui sont aux manettes…..

  • Vous avez oublié le premier frein : Les syndicats+ les nationalisations par la gauche!
    L’action de la CGT a fait plus pour le démembrement de l’industrie française que la concurrence internationale ! il a meme rendu impossible la montée en puissance des PME!
    Quand l’allemagne a soutenu la candidature de F Mitterrand , elle a de facto tué l’industrie lourde française!
    Le marxisme syndical , est le coronavirus économique de la société française, Tant que la CGT infectera les circuits vitaux du pays.. pas de rémission!
    Apres la sortie des socialistes , les verts ont la meme fonction , empêcher que la france deviennent un leader de l’europe( les verts allemands y veillent), et les verts c’est la grippe aviaire!
    C’est trop tard pour le vaccin!
    Les Français sont de grands naïfs! ils font téter leurs enfants a l’infection marxiste de l’école, via la grippe
    écologique!

    Les séquelles fabriquent des esclaves

  • malheureusement , des envolées lyriques , c’est tout ce à quoi nous avons droit ; on ne peut attendre grand chose de la part d’individus qui n’ont jamais rien crée de leur vie à part des lois qui empêchent ce pays d’avancer ;

  • Incompétence croissante au sommet et intrusion du sabotage étatique et syndical, certes, mais sans oublier qu’on ne reconstruira jamais une industrie lourde sans se débarrasser du boulet des charges patronales extravagantes qui tuent la compétitivité. Il me semble que c’était un des arguments de Serge Tchurukdichian pour désindustrialiser (délocaliser?) Alcatel: éviter de produire à perte dans un environnement parasite.

  • Cet article est empreint de tous ce qu’il y a de plus consternant dans la vision qu’on certains Français, hélas nombreux, de l’économie et des marchés financiers.

    La tendance lourde de la migration vers une économie de services n’a, en soi, rien d’inquiétant (connaissez-vous le revenu par habitants à Hong-Kong, économie de services s’il en est?)

    Que le phénomène soit plus fort en France est -probablement- dû à des « effets pervers » (pour faire vite taxes, syndicats, règlementations, système judiciciaire de type congolais etc.) qui modifient négativement le profil de risque d’une activité industrielle, activité qui requiert beaucoup d’investissements « up front », qui est relativement intensive en main d’oeuvre, source de fiscalité, et qui bénéficie relativement moins de la révolution technologique du IT.

    Cette analyse, ( forcément raccourcie), devrait conduire l’auteur à réclamer la supression de ces barrières sans pour autant, comme il semble le faire entre les lignes, inviter les « décideurs », (lisez les Lemaire et autres!!) à déterminer le pourcentage d’industrie lourde idéal en Françe.

    Relevons, entre autres perles dirigistes dans cet article:

    – … »Non seulement nous avons « perdu » l’industrie lourde… »
    Que voux dire ce si soviétique « nous »? Tous les Français -et seulement les Français, pas évidemment un infâme étranger- sont propriétaires/actionnaires de l’industrie lourde? Ont-ils fait une « perte »?

    – … »Lafarge a été « mangé » par le « Suisse « Holcim », plus petit que lui »
    Expression qui relève à nouveu du slogan dirigiste classique. Non, Holcim n’a pas « mangé » Lafarge, les actionnaires des deux firmes ont décidé, moyennant un prix de transaction décidé librement d’unir la gestion de leurs actifs afin de dégager des synergies et/ou de changer le management. Ces actionnaires sont peut-être d’ailleurs français, allemands, javanais et non pas suisses!
    En outre, les actifs de Lafarge sont peut-être eux restés en Françe, et se portent peut-être suite à cette transaction, beaucoup mieux.

    etc. etc. C’est un article pour le figaro, équivalent de la poubelle, et non pour C.

    • Bonjour.

      Vos commentaires seraient lus avec plus d’attention s’ils ne commençaient pas par traiter ‘certains » français d’ignorants et d’imbéciles.

      Comparer le France à Hong Kong pourrait par contre déclencher l’hilarité…. On pourrait aussi la comparer à Monaco…

      Je n’ai pas insisté sur les taxes (en particulier de production) car elles sont le résultat de ce qui pour moi est fondamental: l’environnement culturel. Il y a d’ailleurs un article aujourd’hui même sur Contrepoints qui le fait très bien.

      Par ailleurs, caricaturer mon article ne rend pas vos réflexions plus pertinentes. Je n’invite pas les décideurs à déterminer quoi que ce soit pour l’industrie (lourde ou pas). Au contraire, je dis que l’Etat doit être un facilitateur, et ne doit pas se mêler de l’opérationnel. Je ne « défends » pas Lemaire, bien au contraire.

      Vous feignez de comprendre que le terme « perdu » signifie une perte financière, le texte indique clairement qu’il s’agit ici d’une perte des centres de décision.

      Quant à Lafarge, tous les français ont été virés des postes à responsabilité par suite d’une ténébreuse affaire en Syrie. Alors qu’il était convenu au départ que la France gardait la Direction opérationnelle.

      Vous avez une vision idéologique du libéralisme qui ne correspond en rien à la réalité du Monde.

      • Merci pour votre réfutation, même si elle est un peu pathétique et demanderait des commentaires trop longs.

        Hong- Kong/Monaco! Il faut parfois, cher Monsieur, dépasser la porte de Pantin…

        etc.

        Que vous m’envoyiez in fine en pleine figure le qualificatif de « vision idélogique du libéralisme », j’en suis fort aise. Cela me renseigne que j’ai mis le doigt où cela chatouille.

        Cet oxymore fonctionne en effet comme un « coming out » car il revient systématiquement dans la bouche de ceux qui n’apprecient le libéralisme que quand il s’est dépouillé de tout caractère libéral.

        Je préfère cent fois Mélanchon à celui qui dit: « je suis libéral, mais…. »

        • A M Vernunft

          Je ne sais pas si vous êtes libéral, mais assurément, vous avez toutes les caractéristiques de l’idéologie:

          – vous niez être idéologue
          – vous avez un ton agressif et insultant
          – vous pensez avoir raison, pas de place au doute
          – vous cultivez les extrêmes
          – vous ne comprenez que le premier degré ( Monaco versus Hong Kong)
          – vous caricaturez ce que dit votre interlocuteur, voire vous lui faites dire l’inverse de ce qu’il dit…..

          En toute chose, on peut faire de l’idéologie.

      • Monsieur, je me permets d’intervenir sur un seul point, la référence dans le commentaire précèdent sur Hong Kong me parait très judicieuse, mais par ironie vient soutenir votre démonstration car Hong Kong, au-delà des postures idéologiques et géopolitiques n est q une plateforme de services dédie à alimenter et supporter la machine industrielle de l’autre cote de la frontière.
        L’existence même de Hong Kong, et ce depuis le 18 eime siècle tiens à l’existence du commerce avec la Chine. East India Trading companies et les Hongs

        • 100% d’accord.
          Sans la Chine derrière, hong kong coule.
          Hong kong était la porte d’entrée et la porte de sortie de la Chine, aujoud hui que la porte d’entree.
          La Chine est en train d’anéantir Hong kong, avec son ile de Hainan, les plus grand centre duty free du monde y sont, et bientôt l’industrie d’hippisme qui va se développer. (le champ de course de HK est un des 3 piliers fondateurs de HK)

  • prendre Colbert et les planificateurs des trente glorieuses comme modèle…

    Je préfère Guizot…

    L’industrie demande beaucoup beaucoup de capital (j’ai le souvenir d’un million d’euro par emploi créé) : il faut donc arrêter de confisquer le capital (suppression de tout impôt sur le capital (IFI, succession…).

    Sans un reflux drastique de l’Etat et ses grosse pattes sales (réduction réglementaire dans tous les domaines, tous les codes, suppression des subventions…), rien ne s’améliorera.

    • L’auteur n’en fait pas des modèles mais des contre-exemples, les rares exceptions confirmant la règle que vous énoncez vous même.

  • La désindustrialisation est un phénomène mondial , en effet ,l’humanité est passée de l’agriculture à l’ère industrielle puis au tertiaire…c’est immuable .Les gains de productivité font qu’il y a de moins en moins de gens à travailler ds l’industrie , et des emplois autrefois industriels sont passés dans les services.Le reste c est des gesticulations de politicards en panne d’idées…

    • A Zigaboo :

      Il ne faut pas voir le phénomène de désindustrialisation comme le fait que l’industrie occupe moins d’emploi, mais comme une perte de valeur ajoutée dans la production nationale ou mondiale. Et là, on peut voir que ce n’est pas un phénomène mondial, bien au contraire, puisque la production de biens n’a jamais été aussi importante en valeur absolue et relative.

  • Les entreprises étrangères qui ont racheté nos industries pour les démembrer après coups (par ex GE) se sont bien protégés de toute repousse avec des brevets à l’américaine. On a encore toutes les compétences, il suffit d’aller à pole emplois, il reste tout Alcatel, Thomson, Thales, Freescale, mais il y aura des procès sans fin jugés aux USA avec des amendes colossales.

    • Parlons de ce que nous avons encore : par exemple, une industrie nucléaire. Pourquoi engager son démantèlement de manière prématurée? Pour faire semblant d’être écolo ou parce que nous n’avons plus ni les compétences ni la capacité de maintenir nos centrales? A force de baisser de niveau nous semblons devenus juste bons à fabriquer des éoliennes. Et à rouler en vélo. Quelle déchéance.

      La capacité de développer des compétences, qu’en reste-il? Les politicards (qui font surtout dans l’industrie de « La Comm ») se sont servis de nos talents comme serpillères pour s’essuyer les pieds dessus ; à force de mépriser la valeur du travail (avec la loi sur les 35h) et de la détruire par l’abus de prélèvements, ils en ont fait disparaître la motivation. Il leur reste à installer une bonne vieille dictature pour tenter de faire bosser le populaire. Mais comme leur mauvais génie a métamorphosé la population en un troupeau d’ânes (les dirigeants aux commandes ne peuvent avoir été élus que par un troupeau d’ânes ou de lapins hypnotisés), ils vont avoir du mal à la faire bouger. Alors pour que le rêve de ré-industrialisation décrit dans l’article ait un début de réalisation, il faudrait déjà rompre le maléfice des « petitsmessieursdelétat » qui pétrifie le pays et abêtit sa population.

  • Réindustrialiser est simple: Réduire les dépenses de l’Etat puis les impôts, et réduire les barrières réglementaires. Ca suffit. C’est simple sur la papier. Politiquement c’est un suicide. Donc la France crèvera et sera un pays du tiers monde avant de peut être, dans 150 ans, redevenir un pays productif, si c’est encore un pays.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monde francophone compte plusieurs centres de réflexions libéraux. L'un des principaux est l'Institut économique de Montréal, situé au Québec. Il est dirigé par Michel Kelly-Gagnon que nous avons l'honneur d'interviewer. Michel fut l’un des cofondateurs des Amis de la Liberté au milieu des années 1990 et a contribué à la relance de l’IEDM à partir de 1997, notamment grâce à ses talents de leveur de fonds. Après avoir dirigé l’IEDM de 1999 à 2006, il a été président du Conseil du patronat du Québec de mars 2006 à décembre 2008. Au début de ... Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

En France, nous serions tentés de dire Non, tant le battage médiatique incessant assimilant l’écologie à une posture étatiste, nécessitant de lourds sacrifices fiscaux et un contrôle renforcé de nos comportements et modes de vie est la norme.

 

Une autre écologie est possible

Et la bonne nouvelle, c’est qu’elle existe déjà… Malgré le silence des médias.

L’écologie véritable n’est pas particulièrement marquée politiquement. Étymologiquement, écologie signifie « économie de la maison »… Ce qui signifie tout simplement ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles