Michel Rocard, l’homme de toutes les contradictions

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Michel Rocard By: jyc1 - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Michel Rocard, l’homme de toutes les contradictions

Publié le 3 juillet 2016
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Michel Rocard By: jyc1CC BY 2.0

Michel Rocard s’est éteint hier et il laissera le souvenir d’un homme plein de contradictions, ce que soulignent bien involontairement les hommages qui lui sont rendus, aussi bien que la manière dont lui-même se définissait.

« Rêveur réaliste » pour Manuel Valls, « socialiste libéral » selon lui-même, Michel Rocard était une personnalité dont les saillies verbales resteront dans les mémoires. Mais ce sont surtout ses contradictions que nous soulignerons : instigateur du RMI et de la CSG, il estimait que le RMI serait temporaire. Quant à la CSG, elle ponctionnait les Français alors que les caisses de l’État étaient pleines et est devenue depuis le premier impôt français, devant l’impôt sur le revenu.

Michel Rocard avait tiré la sonnette d’alarme à propos de l’état catastrophique des retraites dès 1991, arguant même que la réforme de 2010 n’avait fait que donner un répit sans résoudre le problème. Mais il soutenait qu’il ne fallait pas augmenter l’âge de départ à la retraite.

Auteur de la célèbre phrase : « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde »1, il était aussi un défenseur de l’Union Européenne, notamment de l’entrée de la Turquie dans l’Union.

Remplacé au poste de Premier ministre par Édith Cresson, il défendra l’idée que le Parti Socialiste devait être rénové (le fameux « big bang » du PS, autre célèbre saillie). Il soutiendra cette idée en allant jusqu’à critiquer le mouvement « Nouveau Parti Socialiste » d’Arnaud Montebourg ; très critique aussi vis-à-vis du mouvement ATTAC, il le qualifie de « monument de bêtise économique et politique ». Dans l’une de ses dernières interviews, il fustigeait la gauche française : « Dans toute l’Europe, la gauche française est celle qui a été la plus marquée par le marxisme (…) On peut admettre que la pensée politique marxiste, ou ce qu’il en reste, est rétrograde ».

Michel Rocard était un admirateur du système économique de la Yougoslavie dans les années 702, et avait pourtant impulsé dans les années 80 la traduction en français des ouvrages de… Hayek ! C’est dire à quel point l’homme était plein de contradictions.

  1. La phrase complète était : « La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit en prendre fidèlement sa part ».
  2. « La performance économique de la Yougoslavie autogestionnaire est en termes globaux une des plus remarquables du monde entier » écrit-il dans la préface de L’autogestion à l’épreuve, de Milojko Drulovic, en 1973.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • encore un géant de la politique qui disparait …dans 20 ans on dira la même chose de hollande l’inventeur de la pensée chewing-gum aprés avoir encensé le grand Charles et l’immense François…m’enfin , 2000 milliards de dettes en héritage et 10% de chômeurs et un avenir plus qu’incertain

  • Un vrai apparatchik…
    Un employé fictif de l’état est décédé.

    Ambassadeur rémunéré chargé des pingouins de l’Antarctique…
    Grabataire, malade il était encore chargé de mission et cachetonnait toujours à la gamelle du clientélisme…

    Vous croyez qu’il y a mis les pieds en Antarctique tous les mois ?
    Mais une chose est sure la gamelle tous les mois sans en exercer une seule activité pour, il l’a bien prise.

  • La (sa) célèbre « poêle à frire » est orpheline.
    Rappel : c’était sa manière d’expliquer le « Réchauffement climatique »… tout dans la nuance, comme on peut le constater. Même Nicolas Hul*** ou Marie-Ségolène Roy***, n’auraient pas osé ! (Corinne Lep***, peut être ?).
    Quant à la CSG/RDS, on est tous content qu’elle a supprimé le déficit de la Sécu… euh non ???

  • Sans prétendre connaitre dans ses tréfonds l’histoire du régime yougoslave de l’époque TITO + 1980 (*), il faut accepter la singularité positive qui caractérisa son influence dans la contrée (Balkans) en l’époque et plus largement les pressions internationales conflictuelles dont elle restait l’objet. Soit une « coalition de cultures » aussi discordantes que peuvent représenter l’U.E. actuelle !

    Vint malheureusement ensuite le choc de l’époque 80-90s des Milosevic & Co, révélatrice des dissensions cultures jamais résolues !
    Soit un présage d’analogie qui attend les apparatchiks des gauches européennes … et l’U.E. qui y emprunte largement ???

    (*) https://www.google.be/search?q=r%C3%A9gime+pauvre+en+r%C3%A9sidus&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b&gfe_rd=cr&ei=Kgl6V7DhMYGI8Qex9b7ABw#q=tito

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Extrait de Philippe Nemo, Histoire des idées politiques aux Temps modernes et contemporains, PUF, 2002, p. 779-781.

Si l’on entend par socialisme une doctrine, ou une famille de doctrines, condamnant la propriété privée, prônant la mise en commun des biens, imposant des conduites normées qui restreignent la liberté individuelle, il est clair – et les premiers socialistes ont explicitement revendiqué cette parenté – que le socialisme peut et doit être rapproché des « communautés primitives » ayant précédé l’émergence de l’État et des so... Poursuivre la lecture

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Par Martin Giraud.

Une ritournelle revient constamment dans le débat public, affirmant que le libéralisme économique serait condamnable car il serait mauvais pour les personnes modestes.

Malgré la longue tradition libérale occidentale ayant abouti à une hausse sans précédent de notre niveau de vie depuis deux siècles, cette idée s’est ancrée chez une majorité de gens depuis quelques décennies.

Elle n’est bien sûr pas nouvelle, mais elle transcende désormais la plupart des courants politiques, alors qu’elle était auparavan... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles