Démantelons notre fiscalité anti-économique !

Les entreprises françaises ont des problèmes structurels de compétitivité. Pour inverser cette spirale, il est urgent d’alléger la fiscalité pesant sur les entreprises, que leurs résultats soient bons ou mauvais.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Taxes on Calculator by GotCredit (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Démantelons notre fiscalité anti-économique !

Publié le 21 mai 2020
- A +

Par Nicolas Marques.
Un article de l’Institut économique Molinari

L’avenir est particulièrement préoccupant pour la société française. Les entreprises, étouffées par une fiscalité hors norme et une réglementation tatillonne, ont des problèmes structurels de compétitivité. Les précédentes crises ont laissé des traces, avec un chômage anormalement élevé. Le coronavirus frappe une économie affaiblie. Au premier trimestre, le PIB a reculé de -5,8 % en France. C’est plus qu’en Espagne (-5,2 %), qu’en Italie (-4,7 %), que dans l’Union européenne (-3,3 %), qu’en Allemagne (-2,2 %) ou qu’au Royaume-Uni (2 %).

Pour inverser cette spirale, il est urgent d’alléger la fiscalité pesant sur les entreprises que leurs résultats soient bons ou mauvais.

Si le grand public a l’impression que beaucoup a été fait pour favoriser les entreprises durant les dernières années, avec une baisse du taux de l’impôt sur les sociétés à 25 %, la réalité est bien différente.

D’une part, cette baisse de l’impôt sur les sociétés, annoncée en 2017, ne devrait être opérationnelle pour toutes les entreprises qu’à l’horizon 2022.

D’autre part, le taux français, même s’il est ramené à 25 %, restera significatif. En 2018, la moitié des pays de l’OCDE pratiquait déjà un taux inférieur. Mais surtout, cette baisse gagnerait à être élargie au-delà de la fiscalité sur les bénéfices, pour apporter une réponse au manque de compétitivité et au chômage français.

Dans l’Hexagone, l’essentiel de la fiscalité sur les entreprises n’est pas assis sur les bénéfices. Nous avons la particularité d’avoir une multitude d’impôts sur le foncier (CFE, taxes sur les bureaux ou les surfaces commerciales…), la masse salariale (taxe d’apprentissage, taxe sur les salaires, versement transport), les avantages offerts aux salariés (forfait social, taxes sur les véhicules de sociétés…), le chiffre d’affaires (C3S), la valeur ajoutée (CVAE) ou les dividendes.

Ces impôts dits « de production » représentaient plus de 75 milliards d’euros en 2018, soit bien plus que l’impôt sur les sociétés ayant rapporté 27 milliards cette année-là. Ils sont problématiques à double titre pour la société française.

D’une part, ils sont bien plus nocifs que les fiscalités classiques. Ils ne portent pas sur les bénéfices des entreprises, mais sur des assiettes en amont du résultat et déconnectées de celui-ci. Ces assiettes ne sont pas liées à la performance et capacité contributive des acteurs économiques. Cela rend la fiscalité de production insensible à la situation financière des entreprises et particulièrement contre-productive. Cette fiscalité, qui s’apparente à une subvention aux importations, lamine la compétitivité de nos acteurs positionnés sur des productions à faible valeur ajoutée. Elle incite aux délocalisations, qu’il s’agisse de produits basiques (tels les masques de protections dont nous manquons…) ou de produits à forte valeur ajoutée.

D’autre part, nous abusons de cette fiscalité. En 2018, avec 75 milliards d’impôts de production, nous avions le tiers des impôts de production sur les entreprises de l’UE à 28, alors que nous représentions seulement 15 % de la richesse créée. Les impôts de production sur les entreprises représentaient 3,2 % du PIB, contre 1,6 % dans l’UE et 0,4 % en Allemagne.

Bilan : les entreprises françaises souffrent d’un manque de rentabilité par rapport à leurs concurrentes européennes. Leur excédent brut d’exploitation représentait 7,1 % du chiffre d’affaires en 2017, contre 10,1 % en moyenne dans l’UE à 27 pays. Ce différentiel de 30 % et 3 points n’est pas anodin. Il a des conséquences sociales majeures. Conformément à la théorie de l’incidence fiscale, cette fiscalité retombe sur les individus, chômeurs, salariés, consommateurs ou actionnaires.

Les premiers à souffrir de cette fiscalité sont les chômeurs. Les impôts de production incitent à privilégier les investissements à l’étranger et à délaisser l’Hexagone. Ce n’est pas un hasard si les entreprises du CAC 40 ou nos ETI sont très internationalisées. Au-delà des enjeux de diversification et d’implantation sur les marchés étrangers, elles ont un besoin vital de réduire leur exposition à la sur-fiscalité française. Nombre de PME – et a fortiori de TPE – n’ont pas autant de facilités à s’extraire du cadre franco-français, ce qui explique l’importance des défaillances ou leurs difficultés à grandir. Avant même la crise du coronavirus, en février, le taux de chômage français était encore à 8,1 %, contre 6,5 % dans l’Union européenne et 3,2 % en Allemagne. Nous avions 500 000 chômeurs de trop par rapport à la moyenne européenne et 1 450 000 de trop par rapport à nos voisins d’outre-Rhin.

Les salariés, comme les actionnaires, font aussi les frais des impôts de productions. Lorsque les entreprises ne sont pas à même de reporter la surfiscalité française sur leurs clients, ce sont les salariés qui supportent le coût de cette fiscalité, avec des augmentations de salaires ou des rémunérations du capital moindres que ce qu’on observe à l’étranger.

Jusqu’à présent, les pouvoirs publics n’ont pas donné à ce sujet la priorité qu’il mérite. Ils ont mis en place des groupes de travail, commandé des notes, mais comme le soulignait récemment le ministre de l’Économie, ce chantier reste à mener. Or, la pandémie du coronavirus ne permet plus d’attendre. Pour toute une série de facteurs, l’économie française est particulièrement affectée.

La fiscalité de production, assise sur des assiettes déconnectées des résultats, conjuguée à la pandémie, est une arme de destruction massive pour notre économie affaiblie. Elle risque de provoquer une multitude de faillites, mais aussi d’accroître le différentiel de compétitivité avec nos voisins.

L’écart sera particulièrement significatif avec l’Allemagne. Elle a en temps normal 8 fois moins d’impôts de production et n’a pas eu besoin de ralentir drastiquement son économie, une politique intensive de dépistage ayant permis de pratiquer un confinement plus sélectif.

La clef pour traiter ce sujet est d’offrir une alternative crédible aux collectivités locales, qui bénéficient de l’essentiel des impôts de production. Le démantèlement de ces fiscalités, mortifères pour les économies locales et leurs administrés, représente un défi financier pour les collectivités. Pour autant, les bonnes pratiques étrangères montrent que ce manque à gagner pourrait être compensé par une réaffectation d’autres fiscalités. Elles pourraient, par exemple, bénéficier d’une partie des recettes d’impôts sur les sociétés, à l’instar ce de qui se fait en Allemagne ou en Italie. Elles pourraient aussi bénéficier d’une plus grande proportion des recettes TVA, à l’instar ce de qui se fait en Allemagne ou Espagne. Les régions bénéficient d’ailleurs déjà d’une partie de la TVA depuis 2018 et il est prévu qu’il en aille de même pour les départements, pour compenser le manque à gagner consécutif à la suppression de la taxe d’habitation. Des solutions existent. Il est grand temps d’aller de l’avant sur ce sujet, encore plus crucial aujourd’hui qu’hier.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • On ne peut pas!
    Le probleme c’est qu’a notre niveau de prelevement çà ne suffit pas pour alimenter le tonneau des danaïdes!
    Le court de la masse salariale des emplois publics(et assimilés)+ leurs retraites, la politique sociale (allocations de toutes nature), aides aux canards boiteux , aides aux fleurons zombies, prêts a l’Afrique,
    retraités, chômeurs, intermittents , rsa a vie .. etc..

    En toute logique si on voulait baisser les prélèvements, il faudrait etre en mesure de baisser les dépenses d’abord! mais quand on voit la levée de boucliers politique pour la baisse des allocations logement de 5 euros… on comprend qu’on ne sortira pas de cette impasse avec une politique social-démocrate! et le « petit livre vert » a la main et en tout cas pas par les urnes..
    Il faudra attendre la revolution , dont les gilets jaunes on dessiné les contours! et que la crise économique va nécessairement réactiver!

    • tout a fait ! C est bien joli de faire un article en disant qu on doit baisser les impots. Sur ce point on peut surement trouver une grosse majorite des electeurs.
      Par contre dire ou doit on baisser les depenses ca c est une autre question !
      On a soit des solution pas a la hauteurs (ne pas changer la vaiselle de l elysee c est 0.00001 % du budget) soit une levee de bouclier (les APL cite ici sont une goutte d eau dans l ocean des depenses. Imaginez qu on taille dans le plus important poste de depense : -10 % sur les retraites, ou sur le second poste : franchise ou bonus/malus sur l assurance maladie)

    • Dans le même document, on apprend que l’Etat a collecté 616,5 milliards en 2018, dont 381,9 pour les services centraux, 176 au profit des collectivités territoriales et 58,6 au profit d’organismes « divers » (ceux dont il ne faut apparemment pas prononcer le nom).

      Par ailleurs, l’ACOSS (réseau des URSSaf) s’enorgueillit d’avoir collecté 516 milliards de cotisations en 2018.

      L’ensemble de ces prélèvements, soit 1132,5 milliards, a été prélevé sur le secteur marchand, à l’origine de toute la création de richesses. Avec une VA de 1623,5 milliards, ce sont pratiquement 70% de prélèvements qui ont grévé la création de richesses en France en 2018.

      Ce pays est déjà un pays communiste.

  • Les ponctionnaires ont verrouillé le système en faisant en sorte que les impôts « de production » financent les collectivités locales, se créant par la même le plus puissant appui pour ne pas les supprimer ou même les diminuer. Changer le mode de financement des collectivités locales, au demeurant obèses et mille-feuillesques, poserait de tels problèmes aux ponctionnaires bercynesques qu’ils répondent à tout politique qui rêverait vaguement d’y songer: « mais monsieur le (ministre ou autre), ce n’est pas possible ».

  • A force de le dire serons nous un jour entendus et si nous sommes entendus ces impôts castrateurs d’emplois baisseront ils enfin ?

  • Pas de problème. On liquide le reste des entreprises (celles sur le sol national, les grosses ayant déjà opté pour l’étranger) et on colle tout le monde à un emploi de fonctionnaire. Et dès que l’argent des autres (des entrepreneurs d’avant) et le fond d’épargne (des citoyens multitaxés) sont épuisés, on affiche une pancarte « faillite », on éteint la lumière et on ferme la porte. Là, peut-être, le haut fonx à 300K par an, qui ne sert à rien, comprendra que pas un pays ne va se jeter sur son CV et qu’il va, enfin, se retrouver chomiste. En vrai, pas en confiné à salaire maintenu et vacances sauvegardées…

  • Encore une fois ce n’est pas aux impôts qu’il faut s’attaquer, mais aux DEPENSES. Nous avons 200 milliards de dépenses publiques de plus que l’Allemagne, tout en étant moins efficaces. Il y a de la marge ! Mais c’est le contraire qui se fait. Le budget est en déficit de 25 % chaque année depuis 45 ans . Lamentable.

  • le maximum de Laffer est dépassé depuis longtemps…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Français considèrent parfois la mondialisation comme une menace responsable du chômage. Ce sentiment est renforcé par un discours politique lui faisant porter le poids du déclin économique du pays. En réalité, ce n'est pas la mondialisation en soi qui est la source des problèmes de la France, mais les dysfonctionnements propres de ce pays qui l'empêchent de profiter des effets vertueux de la mondialisation.

 

La défiance des Français vis-à-vis de la mondialisation

Les Français jugent l'ouverture internationale comme la ... Poursuivre la lecture

Lors de l’Europan Liberty forum à Varsovie en mai 2022, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral européen telles que Ivan Mikloš.

Ivan Mikloš a été vice-Premier ministre et ministre des Finances de la République slovaque (2002-2006, 2010-2012), vice-Premier ministre de l’Économie (1998-2002) et ministre de la Privatisation (1991-1992). Il a cofondé et dirigé le groupe de réflexion économique MESA10 (1992-1998). Entre 2006-2010 et 2012-2016, il a été membre du Parlement. En 2014, il... Poursuivre la lecture

C’est un fait regrettable, la France est le pays développé le plus taxé au monde. Elle est devenue malheureusement et pour longtemps un enfer fiscal.

Principalement sous la présidence Macron, le ministre des Finances veut nous faire croire que les impôts ont diminué. C’est vrai pour certains tandis que d'autres ont augmenté. Et ce n’est pas fini car deux domaines vont aggraver la situation : la transition écologique et surtout le retour de l’inflation et donc obligatoirement une remontée des taux d’intérêts.

 

Prélèveme... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles