Colbert et la « grandeur de la France »

À l’heure où les velléités de protectionnisme sont au goût du jour, il est bon de jeter un regard historique sur les résultats de la politique de Colbert

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Colbert (image libre de droits)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Colbert et la « grandeur de la France »

Publié le 18 octobre 2011
- A +

À l’heure où les velléités de protectionnisme, à des fins électoralistes, sont au goût du jour, il est bon de jeter un regard historique sur les résultats de la politique de Colbert.

Par Georges Kaplan

Colbert

Les partisans du protectionnisme se placent volontiers sous le patronage de Colbert, vantant à quel point l’illustre homme d’État avait enrichit le royaume. Dans son Projet d’une dixme royale, Vauban nous offre une vision quelque peu différente de la France une vingtaine d’années après Colbert.

« Par toutes les recherches que j’ay pû faire, depuis plusieurs années que je m’y applique, j’ay fort bien remarqué que dans ces derniers temps, prés de la dixiéme partie du peuple est réduite à la mandicité, et mandie effectivement ; que des neuf autres parties, il y en a cinq qui ne sont pas en état de faire l’aumône à celle-là, parce qu’eux-mêmes sont réduits, à trés-peu de chose prés, à cette malheureuse condition ; que des quatre autres parties qui restent, les trois sont fort mal-aisées, et embarassées de dettes et de procés ; et que dans la dixiéme, où je mets tous les gens d’épée, de robbe, ecclesiastiques et laïques, toute la noblesse haute, la noblesse distinguée, et les gens en charge militaire et civile, les bons marchands, les bourgeois rentez et les plus accommodez, on ne peut pas compter sur cent mille familles ; et je ne croirois pas mentir, quand je dirois qu’il n’y en a pas dix mille petites ou grandes, qu’on puisse dire être fort à leur aise ; et qui en ôteroit les gens d’affaires, leurs alliez et adherans couverts et découverts, et ceux que le roy soûtient par ses bienfaits, quelques marchands, etc. Je m’assure, que le reste seroit en petit nombre. »

L’éternel travers socialiste qui tend à confondre la société et l’État est d’autant plus grotesque quand l’État est le domaine privé du roi. En revanche, Colbert fût un excellent banquier privé.

—-
Sur le web.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Nous devrions nous efforcer de comprendre pourquoi nos adversaires intellectuels pensent différemment de nous. Un effort sincère pour comprendre ceux avec qui nous sommes en désaccord nous fera parfois changer d'avis. Mais même lorsque ce n'est pas le cas, cet effort permet généralement d'approfondir notre propre compréhension de la réalité.

 

Article de Donald J. Boudreaux paru dans l'American Institute for Economic Research (AIER). Donald J. Boudreaux est Associate Senior Research Fellow à l'AIER et affilié au F.A. Hayek ... Poursuivre la lecture

Extrait de Philippe Nemo, Histoire des idées politiques aux Temps modernes et contemporains, PUF, 2002, p. 779-781.

 

Si l’on entend par socialisme une doctrine, ou une famille de doctrines, condamnant la propriété privée, prônant la mise en commun des biens, imposant des conduites normées qui restreignent la liberté individuelle, il est clair – et les premiers socialistes ont explicitement revendiqué cette parenté – que le socialisme peut et doit être rapproché des « communautés primitives » ayant précédé l’émergence de l’... Poursuivre la lecture

Après l’Ukraine et la Palestine, le nucléaire fait partie des thèmes qui auraient pu empêcher l’union de la gauche. Et si un nouveau Front populaire a finalement pu émerger, cette gauche unie pour les prochaines élections législatives s’est bien gardée de se prononcer dans son programme sur les constructions prévues de nouvelles centrales nucléaires lancé en raison des conséquences énergétiques de la guerre en Ukraine.

 

Ce jeudi 20 juin au matin, le député sortant LFI Éric Coquerel a finalement concédé, devant les grand... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles