Colbert et la « grandeur de la France »

À l’heure où les velléités de protectionnisme sont au goût du jour, il est bon de jeter un regard historique sur les résultats de la politique de Colbert

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Colbert (image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Colbert et la « grandeur de la France »

Publié le 18 octobre 2011
- A +

À l’heure où les velléités de protectionnisme, à des fins électoralistes, sont au goût du jour, il est bon de jeter un regard historique sur les résultats de la politique de Colbert.

Par Georges Kaplan

Colbert

Les partisans du protectionnisme se placent volontiers sous le patronage de Colbert, vantant à quel point l’illustre homme d’État avait enrichit le royaume. Dans son Projet d’une dixme royale, Vauban nous offre une vision quelque peu différente de la France une vingtaine d’années après Colbert.

Par toutes les recherches que j’ay pû faire, depuis plusieurs années que je m’y applique, j’ay fort bien remarqué que dans ces derniers temps, prés de la dixiéme partie du peuple est réduite à la mandicité, et mandie effectivement ; que des neuf autres parties, il y en a cinq qui ne sont pas en état de faire l’aumône à celle-là, parce qu’eux-mêmes sont réduits, à trés-peu de chose prés, à cette malheureuse condition ; que des quatre autres parties qui restent, les trois sont fort mal-aisées, et embarassées de dettes et de procés ; et que dans la dixiéme, où je mets tous les gens d’épée, de robbe, ecclesiastiques et laïques, toute la noblesse haute, la noblesse distinguée, et les gens en charge militaire et civile, les bons marchands, les bourgeois rentez et les plus accommodez, on ne peut pas compter sur cent mille familles ; et je ne croirois pas mentir, quand je dirois qu’il n’y en a pas dix mille petites ou grandes, qu’on puisse dire être fort à leur aise ; et qui en ôteroit les gens d’affaires, leurs alliez et adherans couverts et découverts, et ceux que le roy soûtient par ses bienfaits, quelques marchands, etc. Je m’assure, que le reste seroit en petit nombre.

L’éternel travers socialiste qui tend à confondre la société et l’État est d’autant plus grotesque quand l’État est le domaine privé du roi. En revanche, Colbert fût un excellent banquier privé.

—-
Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

 

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État... Poursuivre la lecture

Dans son sketch sur les sens giratoires et les sens interdits, le génial Raymond Devos dénonçait il y a plus de 50 ans quelques-unes des contradictions du mode d’administration de notre économie. Enfermé dans un système circulaire dont il ne peut plus sortir, son automobiliste est sommé par un agent public de payer une taxe de séjour…

Depuis, les ronds-points ont proliféré et les choses ne se sont pas du tout arrangées.

La France, pays du fromage et du vin est aussi devenu celui des ronds-points. On sait qu’il y en avait 12 000 ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

John Maynard Keynes est un orphelin idéologique.

Il suffit de lire des passages de sa Théorie Générale, pour s’apercevoir que le grand homme, sentant que son texte renforçant les prérogatives de l’État s’éloignait grandement du libéralisme, prît soin de flatter, autant que faire se pouvait sans trahir son propos, la famille qu’il quittait, sans manquer d’attaquer le marxisme.

Orphelin idéologique, et mort à l’issue de la guerre, J.M. Keynes a été adopté post-mortem par les socialistes, alors que lui-même s’en était explicitement... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles