Légion d’honneur : quand la « masse de granit » s’effrite

La principale revue des membres de la Légion d’honneur (La Cohorte) a fait en mai 2019 une publication vantant les mérites illusoires des énergies renouvelables. Décryptage par l’auteur qui souhaite faire le point sur ces affirmations.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Légion d'honneur by Josh Graciano(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Légion d’honneur : quand la « masse de granit » s’effrite

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 novembre 2019
- A +

Par Michel Gay.

Napoléon a créé la Légion d’honneur en 1802 pour établir « quelques masses de granit » sur le sol français.

Cette « noblesse démocratique », cette « légion » formée d’hommes et de femmes choisis parmi les meilleurs serviteurs de la France devait inspirer l’exemple selon Bonaparte, alors Premier consul.

Mais lorsque la principale revue des membres de la Légion d’honneur (La Cohorte) participe en mai 2019 à la désinformation des Français en publiant une propagande mensongère pour vanter les mérites illusoires des énergies renouvelables fatales, intermittentes, et ruineuses, alors le granit s’effrite…

Une masse de granit

Vers 1800, la priorité de Napoléon Bonaparte était de reconstruire une France ruinée et désespérée. La Terreur puis le Directoire avaient laissé le pays dans une déliquescence telle que « le peuple avait démissionné » selon le terme de Roederer en juin 1799.

Mais, convaincu qu’aucun redressement ne serait possible sans d’abord réaliser une unité nationale, son grand projet était de réaliser ce qu’il appelait « la fusion ». Il s’attela à rassembler toutes les fractions d’un peuple qui se haïssaient et se jalousaient. Il voulait reconstituer des « masses de granit » capables de recréer du lien dans un peuple sans repère.

C’est ainsi que naquît l’idée d’une « noblesse démocratique« , d’une « légion » dont l’idéal serait l’honneur qui, selon Bonaparte, devait inspirer l’exemple.

« On a tout détruit » disait-il « il s’agit de recréer. Il y a un gouvernement, des pouvoirs, mais tout le reste de la Nation, qu’est-ce ? Des grains de sable… Nous sommes épars, sans système, sans réunion, sans contact. Tant que j’y serai, je réponds bien de la République, mais il faut prévoir l’avenir. Croyez-vous que la République soit définitivement acquise ? Vous vous tromperiez fort. Nous sommes maîtres de la faire, mais nous ne l’avons pas, et nous ne l’aurons pas si nous ne jetons pas sur le sol de France quelques masses de granit ».

Au début du XXe siècle, deux associations de membres de la Légion d’honneur ont été créées : la Société des membres  de la Légion d’honneur (SMLH) en 1921, puis les Décorés au péril de leur vie (DPLV) en 1927 pour rassembler et faire se rencontrer les personnes faisant partie de cette « masse de granit ».

… qui s’effrite ?

La principale revue de la SMLH a publié en mai 2019 (La Cohorte n°236) un article de propagande pour les énergies renouvelables (EnR) et intitulé : « Énergies renouvelables – La parité à l’échelle mondiale d’ici quatre ans« , dont la source mentionnée est… le Syndicat des énergies renouvelables !

Or, cette « parité » est une affirmation fausse, comme la plupart de celles contenues dans l’article qui ne livrent que des généralités applicables à n’importe quelle source d’énergie, dont le nucléaire.

L’auteure, Laetitia Person, assène des contre-vérités déjà publiées dans un autre article quasiment identique dans « lepetitjournal.com » en avril 2018, et mis à jour en mars 2019, par la même personne.

Ainsi :

« La transition énergétique est en marche ».

Laquelle ? Celle vers l’énergie nucléaire en Chine ? Il y a actuellement 54 réacteurs nucléaires en construction dans le monde.

« Les énergies renouvelables (EnR) jouent un rôle de plus en plus essentiel dans le développement de systèmes énergétiques modernes et solides ».

C’est faux !

Ces EnR restent partout marginales (à l’exception de l’hydroélectricité, seule excellente énergie renouvelable, dans quelques pays favorisés dont la Norvège, la Suisse et la France). Au contraire, elles déstabilisent les réseaux et posent de graves problèmes d’équilibre instantané !

Adnan Amin, le directeur de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA, un des lobbies des EnR) déclare : « S’ils sont correctement gérés, les avantages de la transformation de l’énergie l’emporteront sur les défis ».

C’est une généralité « creuse » qui ne veut rien dire, et qui s’applique aussi à l’énergie… nucléaire !

« … des productions électriques capables de concurrencer les technologies traditionnelles sans subventions étatiques ».

C’est faux !

Les subventions étatiques massives constituent toujours le socle du développement des EnR.

Lorsque l’article évoque des prix « compétitifs« , il n’est jamais tenu compte de la gestion de l’intermittence et du coût de la variabilité fatale reportés sur les moyens de productions classiques.

« … ces énergies vont atteindre la parité à l’échelle mondiale d’ici quatre ans »

C’est faux quel que soit l’endroit du monde ! (sauf pour l’hydroélectricité qui est habilement amalgamée dans les chiffres dans l’article).

« D’un point de vue économique, dans quatre ans, il n’existera plus de raisons valables de ne pas opter pour ce type d’énergie ».

C’est une affirmation « pro-domo » gratuite et encore fausse !

« … l’IRENA (International Renewable Energy Agency) estime que la part de ces énergies dans la consommation finale de nombreux pays peut atteindre au moins 60 % ».

C’est encore et toujours une affirmation gratuite et fausse reposant sur des études bidon aux hypothèses fantaisistes.

« La Chine par exemple, pourrait accroître la part de ces solutions alternatives dans sa consommation d’énergie de 7 % aujourd’hui à 67 % en 2050 ».

On notera le conditionnel… mais cela reste totalement irréaliste ! La production d’énergie de la Chine est fondée sur le charbon et le gaz pour au moins encore 100 ans, et ce pays construit actuellement 11 réacteurs nucléaires et vient de mettre en service les deux premiers EPR au monde

« Dans l’Union européenne, cette part pourrait passer d’environ 17 % à plus de 70 % ».

Le conditionnel est de rigueur et chacun est libre de raconter n’importe quoi…

L’auteure de l’article aurait tout aussi bien pu écrire la même chose pour le nucléaire !

« Quant aux États-Unis, ils pourraient voir ces proportions atteindre deux tiers ou plus. »

Sauf qu’en ce moment, ce pays investit massivement dans le gaz et le pétrole de schiste et se désengage des EnR !…

« Les EnR permettent de faire des choix optimisés d’un point de vue économique et environnemental ».

C’est encore faux !

Les EnR ont besoin de plus de métaux et de béton, et émettent davantage de déchets et de gaz à effet de serre par kWh produit que le nucléaire…

« L’Inde affiche également une ambition profonde sur la part de ces solutions propres dans les nouvelles installations de production électrique ».

Sauf que l’Inde (comme la Chine) inclut le nucléaire dans les solutions « propres » ! Ce pays construit actuellement 7 réacteurs nucléaires et des négociations sont en cours avec la France pour la commande de 6 EPR !

« L’éolien, même s’il présente de la volatilité, a une capacité de production en continu ».

C’est encore faux !

Le vent est régulièrement faible, voire absent, en Europe. Le « foisonnement » éolien est quasiment inexistant non seulement en France, mais aussi en Europe et pendant de longues périodes !

« Pourtant, les coûts sont tels qu’aujourd’hui, le solaire aura bientôt la préférence ».

C’est faux !

Le solaire photovoltaïque est la plus ruineuse et la plus intermittente des sources d’énergies ! Et « la preuve » donnée par l’auteure de son affirmation est une estimation… du lobby des EnR, l’IRENA. Voilà une « preuve » solide et incontestable !

« Le commissaire européen en charge de l’énergie met en garde contre une crise énergétique sévère d’ici vingt ans si rien n’est fait ».

Oui, il a raison !

Le développement des EnR conduit l’Europe dans le mur et il faudrait rapidement arrêter cette erreur stratégique majeure catastrophique et ruineuse pour tous les citoyens !

Mais je ne crois pas que l’auteure l’entende dans ce sens-là…

Enfin, il est indiqué que « les énergies renouvelables peuvent être considérées comme inépuisables à l’échelle du temps humain ».

Le nucléaire durable aussi. Il y a actuellement plus de 8000 ans de réserve de combustible (uranium et thorium) pour les réacteurs surgénérateurs en France, et plus de 10 000 ans dans le monde, ce qui peut aussi être considéré comme « inépuisable à l’échelle du temps humain ».

« Les énergies renouvelables sont générées à partir de phénomènes naturels, comme l’eau, le soleil, le vent, la chaleur produite par la Terre ».

Rappel : la chaleur de la Terre résulte en grande partie de sa radioactivité naturelle et la réaction nucléaire de fusion de l’hydrogène dans le soleil et de fission de l’uranium dans un réacteur sont aussi des phénomènes naturels…

L’énergie nucléaire est donc verte à l’aune de ces critères…

Tout fout le camp ?…

Lorsque la revue de la Société des membres de la Légion d’honneur (SMLH), principale association de légionnaires, se permet d’offrir une telle tribune à une propagande mensongère pour des sources d’énergies ruineuses dont les Français n’ont pas besoin (sauf hydroélectricité), alors les repères disparaissent et la « masse de granit » voulue par Bonaparte s’effrite…

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Je serais curieux de connaitre le budget de cette legion d’honneur ainsi que les sommes depensees par les villes regions et autres pour leur petits journaux d’information sur papier glacé et en couleur..d’une utilité douteuse voir direct poubelle. Y a aussi les’organismes de retraites et les mutielles….ces machins vivants en parasites sur notre dos.
    Au fait , c’est destiné a qui cette revue de legionnaires ?

  • On a le choix: soit ce sont des fayots qui veulent passer à l’échelon supérieur, soit ce sont des chiens qui aiment bien lécher la main de leur maître.
    Mais j’ose espérer que cet article n’est dû qu’aux échelons dirigeants bien pensants car je connais, sur le terrain, nombre de bénéficiaires de la légion d’honneur qui se gardent bien de faire de la politique, surtout politicienne, surtout aussi polémique.

  • M Gay, pouvez vous exiger un droit de réponse à cette revue ?
    peut on l’attaquer pour « fake news » ?

  • Franchement, quand vous voyez le ruban rouge à la boutonnière de quelqu’un, vous pensez « en voilà un qui a donné de sa personne pour le bonheur et le progrès de ses concitoyens », ou bien « en voilà un qui sait se faire politiquement correctement valoir » ?

    • a partir du moment ou on a la légion d’honneur pour avoir montré son cul au cinéma, avoir chanté ou dansé , ou avoir un interet électoral .. ce « machin » ne représente plus rien..
      la seule décoration ayant un éclat c’est la médaille militaire, point..

    • ça oui ?? on se demande bien en quoi la légion d’honneur donne une crédibilité technologique ou scientifique….

  • Quand on sait la proportion de voyou et de simplement médiocres décorés de ce truc qui ne signifie plus rien, il n’est pas surprenant qu’ils soient aussi inculte et niais.

  • je suis entrain de lire le livre « les éoliennes La face noire de la transition écologique » de Fabien BOUGLE . Les chiffres qui sont donné donnent froid dans le dos. Ainsi après Areva, Alstom, Alcatel, et j’en passe et des meilleurs, la France et nos écolos bonbons se gavent sur la bête cad les con-tribuables. Le kw/h éolien est payé 27 euros en Norvège 145euros chez nous.

  • Parmi les titulaires de la légion d’honneur suivants, trouver l’intrus:
    Kylian M’Bappé, Jack Lang, Dany Boon, Général Philippe Leclerc, Michèle Laroque, Jean-Marc Ayrault, le prince Mohammed ben Nayef Al Saoud

  • remettre une décoration à une personne c’est aussi une façon de prouver son importance pour celui qui la décerne…

  • L’éolien coûte entre 1 et 2 euros le W installé. Comptez 1,5 milliard le GW installé en moyenne sur terre, pas loin du double en mer. Comme cette énergie n’est disponible qu’un quart du temps en moyenne, cela met le GW à 6 milliards pour un foisonnement idéal hypothétique, en réalité pas loin du double puisqu’il faut pallier l’intermittence avec des centrales gaz ou nucléaires. N’est-ce d’ailleurs pas une prise de risque inconsidérée de détourner l’usage normal des centrales nucléaires en leur faisant faire du yoyo ? L’éolien représente une grave mise en danger de la population. C’est irresponsable de poursuivre dans cette voie.

    L’éolien représente 25,5 GW terrestres installés en France fin 2018, pour une facture qui se monte déjà à plus de 150 milliards, dont une partie a été financée par des taxes directes (CSPE par exemple), une autre partie a été et sera financée dans le prix HT de l’électricité consommée, beaucoup plus cher qu’il ne le serait sans l’éolien, ceci sans compter le coût d’entretien et une durée d’investissement ridiculement faible de 25 ans au mieux. De ce fait, l’éolien ne peut jamais être amorti, à moins de démultiplier la facture d’électricité aux dépens des Français et au profit des riches margoulins de l’éolien.

  • Contrairement à l’éolien, le solaire photovoltaïque est envisageable dès lors qu’il sert à l’autoconsommation.

    Une installation de 3 kWc de 15 ou 16 m² coûte désormais de 5000 à 7000 euros hors batterie (plus cher, vous vous faites arnaquer), produira entre 2200 et 3800 kWh par an, amortissable en 10 ans environ dans le meilleur des cas. Au-delà des 10 ans, la production est quasiment gratuite.

    Il s’agit donc d’une installation très bien adaptée à la consommation électrique moyenne d’un ménage et qui peut s’envisager sur les maisons individuelles mais également sur les immeubles collectifs, dans le neuf ou en rénovation.

    • Mais au-delà de dix ans, il vous faudra changer vos panneaux solaires arrivés en fin de vie! Donc, adieu le gratuit, il faudra réinvestir!

      • Mariah, Cavaignac écrit qu’au bout de 10 ans, la production est gratuite. Il ne dit pas que les panneaux sont HS. En fait le rendement des panneaux décroit très graduellement, et leur utilisation, même avec des rendements dégradés, est quasi illimitée

        • Par contre avec le nucléaire,et la probabilité d’accident croissant avec l’obsolescence de ces machines, c’est dans un nouveau pays, voire une nouvelle planète, qu’il faudra investir.

          • Ah bon? Parce que cela ne peut pas s’entretenir une centrale nucléaire?
            Evidemment, si on préfère utiliser l’argent nécessaire dans le social et le vivre ensemble, bcp plus utile électoralement parlant, l’entretien des centrales peut attendre. 🙂

    • Peut être bien, mais l’ensemble des nombreux gadgets que j’ai eu l’occasion d’acheter (guirlandes, éclairages de jardins, jusqu’à un éclairage de cabane de jardin un peu plus technique et surtout plus cher), rien n’a jamais fonctionné plus de 2 ans avant de s’éteindre à jamais !
      ça n’encourage pas à aller plus loin…

  • « C’est ainsi que naquît » >>> C’est ainsi que naquit (naquît: subjonctif imparfait).

  • Ouais, enfin Napoléon a créé la légion d’honneur parce qu’il savait que certains hommes (une majorité) aiment les hochets.
    La LdH c’est le blue Peter Badge des adultes.

  • Quand la masse de granit s’effrite, elle se transforme en gravillons que l’on piétine allègrement…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réputée avoir eu la peau de Superphénix, Dominique Voynet ne fit en réalité que cueillir les fruits de l'inlassable travail de sape accompli par Corinne Lepage durant la décennie 1987-1997. C’est donc à juste titre que la seconde traita la première d'usurpatrice dans les colonnes du journal Le Monde, en juillet 1997.

Toutefois, la plaignante oubliait à son tour de souligner le rôle terriblement efficace que, en tant que ministre de l'Environnement, la toute jeune et fraîche protégée du président Mitterrand, Ségolène Royal, joua dans la... Poursuivre la lecture

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles