Énergie : le suicide collectif européen

La maîtrise de l’énergie transformera l’échiquier politique de demain. L’axe germano-russe a déjà placé ses pièces maîtresses.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
rois échecs credits dave edmonds (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énergie : le suicide collectif européen

Publié le 12 juin 2018
- A +

Par Michel Gay et Jean-Pierre Riou.

L’équilibre mondial des relations entre les nations est sous tendu par une guerre féroce, celle de l’accès à l’énergie.

En ruinant son système électrique par manque de vision stratégique, l’Europe ne semble pas prendre la mesure des conséquences de son impéritie.

La guerre du gaz

L’acheminement de la production du plus gros gisement de gaz au monde (South Pars en Iran) n’est pas totalement étranger à la guerre en Syrie.

En 2000, l’entreprise TOTAL en avait négocié la majorité de l’exploitation. Depuis, elle a été attaquée pour corruption en justice. Si elle a pu clore la procédure (américaine) en versant 398 millions de dollars, les récentes sanctions des États-Unis contre l’Iran ont fini par avoir raison des prétentions de TOTAL sur ce fabuleux gisement. Ces rétorsions commerciales contre l’Iran sont providentielles au regard des intérêts gaziers américains.

L’axe germano-russe

En butte aux pressions américaines, l’Allemagne recherche depuis longtemps un partenariat privilégié avec la Russie en développant un nouveau gazoduc, appelé « Nord Stream 2 », reliant directement l’Allemagne à la Russie en évitant l’Ukraine.

Ce projet est porté par l’ancien chancelier allemand Gerhard Schroeder qui s’est reconverti  dans le gaz russe, avec son vice chancelier Joschka Fischer, dès le lendemain de sa défaite politique. Il est aujourd’hui président du conseil d’administration de la compagnie pétrolière russe Rosneft.

Ses réformes avaient auparavant assuré l’avenir du gaz, en soutenant le plan de sortie du nucléaire allemand et la promotion des énergies intermittentes (éolien et solaire) dont le faible temps de fonctionnement assure la dépendance aux centrales d’appoint… au gaz et aussi au charbon / lignite allemand.

L’enjeu est d’importance pour la Russie, mais aussi pour l ’Allemagne qui se prépare à tenir sur son sol les vannes du gaz européen à l’horizon 2035.

Selon le rapport allemand EWI, la construction de Nord Stream 2 permettrait à l’Allemagne de devenir exportateur net de gaz vers la République tchèque, l’Autriche, la Suisse, la France, la Belgique et les Pays-Bas.

Un parc nucléaire qui fait de l’ombre à l’Allemagne

Mais la France dispose encore d’un double avantage sur ses voisins grâce à son parc nucléaire :

1) une  moindre dépendance énergétique (46 % contre 61,9 % en Allemagne selon la Commission européenne),

2) de faibles émissions de CO2, ce qui place l’économie française à l’abri de l’évolution de la taxe carbone.

L’enjeu de la taxe carbone

Un relèvement significatif de la taxe carbone est inacceptable pour l’Allemagne tant que la production électrique française reste à 75 % nucléaire, en raison de l’avantage considérable que celle-ci lui confèrerait.

Le rapport franco allemand Agora Iddri « L’Energiewende et la transition énergétique à l’horizon 2030 » mentionne (page 91) :

L’évolution du parc de production nucléaire en France influera sur la rentabilité du parc à charbon en Allemagne. Le nucléaire a un coût marginal plus faible que le charbon, si bien que sa production peut se substituer à celle des centrales à charbon lorsque qu’il reste des capacités d’interconnexion disponibles. À l’inverse, si des capacités nucléaires sont retirées du mix français, la compétitivité des centrales à charbon en Allemagne sera améliorée.

Quand on veut tuer son chien…

La réduction de la production nucléaire française sera immanquablement compensée par une augmentation de celle du gaz.

Dans cette véritable guerre économique avec l’Allemagne, la pression de ce pays est à craindre, notamment par l’intermédiaire de l’Office franco-allemand pour la transition énergétique (OFATE) dont les bureaux sont implantés dans les locaux mêmes du ministère français de l’Écologie solidaire. Parallèlement, des organismes allemands, tels que la fondation H. Böll financent des sondages permettant de diffuser l’information que les Français seraient opposés au nucléaire. Quand il s’agit de tuer le chien des autres, on peut aussi l’accuser d’avoir la rage.

La future dépendance énergétique

La maîtrise de l’énergie transformera l’échiquier politique de demain. L’axe germano-russe a déjà placé ses pièces maîtresses.

La Russie, l’Iran et le Qatar détiennent la majorité des ressources en gaz de la planète. Ils représentent une « Troïka du gaz » dont les sanctions américaines ne parviennent pas à entamer les liens.

Les dernières sanctions des Américains contre l’Iran leur auront cependant permis d’évincer TOTAL.

La récente mondialisation du marché du gaz, permise par les progrès de son transport maritime sous sa forme liquéfiée (GNL), bouleverse la donne de l’énergie. Elle permet notamment aux États-Unis d’exercer leur influence sur des pays lointains, et notamment sur l’Europe.

Les besoins grandissants des pays émergents laissent également augurer des tensions sur le marché du gaz, sur fond d’épuisement des réserves mondiales.

Les idiots utiles

Face à de tels enjeux, tous les moyens sont bons pour pousser ses pions. L’infiltration des oppositions locales fait naturellement partie de l’arsenal et permet de manipuler des « idiots utiles ».

Il est ainsi étonnant que Chaïm Nissim, un ancien député écologiste suisse ait pu tirer au lance-roquettes en 1982 sur la centrale de Superphénix grâce à une arme aimablement fournie par les services secrets du bloc de l’Est. Les faits étant prescrits, il a déclaré en mai 2003 « En fait, nous, les terroristes et les services secrets du bloc de l’Est avions un objectif commun : affaiblir le complexe militaro-industriel auquel Malville appartenait. Ils nous ont donc finalement fait ce cadeau ».

C’est désormais la Russie qui domine cette technologie des réacteurs « surgénérateurs » avec son réacteur BN 800 qui reprend les concepts de Superphénix.

La perte de contrôle des turbines des centrales nucléaires par la France lors de la vente d’Alstom à l’américain General Electric présente également cette face cachée des luttes d’influences.

Et si les mouvements d’opposition au nucléaire peuvent être manipulés par des causes qui leur sont étrangères, cela n’exclut pas qu’ils puissent en tirer profit.

La réduction de l’énergie nucléaire et l’essor des énergies renouvelables intermittentes font la part belle au gaz.

L’injection croissante d’électricité intermittente subventionnée ruine les producteurs d’électricité non subventionnés. C’était annoncé. C’est désormais une dramatique réalité européenne que certains antinucléaires tentent de masquer par le syllogisme suivant : EDF est nucléaire, EDF est malade, donc le nucléaire rend malade.

Mais la situation, encore plus grave, des autres énergéticiens européens montre le malaise général.

La ruine du secteur stratégique de l’énergie, désormais libéralisé, peut conduire à la prise de contrôle de la politique européenne par des puissances étrangères.

L’offre publique d’achat (OPA) de Energias de Portugal par la Chine devrait ouvrir les yeux sur ce risque majeur. La Chine pourrait en faire le bras armé de ses nouvelles routes de la soie si elle prenait le contrôle du secteur de l’énergie occidental.

L’arroseur arrosé

La Chine, en effet,  a bénéficié du transfert de technologie et du financement des pays « développés » (annexe B du protocole de Kyoto) en captant la majorité des projets de « développement propre » (Clean Development mechanism  ou CDM), avec notamment plus de 300 projets éoliens financés pour la seule Mongolie intérieure.

Les unités de réduction d’émission (URE) émis par ces projets permettant en réalité aux occidentaux de continuer à polluer chez eux à moindre coût, comme le constate avec cynisme le China Institute, dans  son rapport sur le sujet (page 7).

Ces projets ont permis à la Chine de devenir le premier constructeur mondial d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques dont elle inonde désormais le monde entier. Ce « retour » inattendu a les mêmes conséquences délétères sur tous les systèmes électriques européens sous perfusion de subventions étatiques.

Rendez vous en terre inconnue

La politique énergétique européenne, confondant objectifs et moyens, se focalise désormais sur le seul développement des énergies renouvelables pour construire un avenir sans combustible fossile.

Ces énergies renouvelables se sont pourtant révélées parfaitement inefficaces pour atteindre les trois objectifs qui leur étaient assignés : réduire l’impact environnemental, renforcer la sécurité d’approvisionnement, et maîtriser les coûts.

Malgré la multiplication de démonstrateurs hors de prix, aucune avancée technologique ne permet d’espérer stocker massivement l’énergie pour un coût acceptable par la collectivité.

Ce stockage reste pourtant indispensable pour que les énergies intermittentes confèrent une valeur ajoutée au parc électrique français.

Malgré l’évocation d’un monde solidaire autour du bien-être et de l’écologie, le combat pour la maîtrise de l’énergie est violent. C’est celui du pouvoir.

Devant l’ampleur des difficultés à restructurer le parc électrique, Nicolas Hulot appelle désormais les Français à rêver. Il leur donne rendez-vous en terre inconnue en déclarant que grâce à sa politique « Nous sommes à l’aube d’une révolution dont on ne connaît pas encore le point d’atterrissage ». Il sera dur… et douloureux.

Sur l’échiquier de la politique internationale, il n’y a malheureusement pas de place pour l’improvisation, le vainqueur sera celui qui aura eu un coup d’avance.

Et la géopolitique est cruelle pour les perdants.

 

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • « d’une révolution dont on ne connaît pas encore le point d’atterrissage » certes, mais pas celle qu’il imagine…

  • Excellente synthèse :
    – oui, gauchards repeints en verts, beaucoup d’écologistes nuisent aux intérêts de la France et le reste est majoritairement constitué de zozos qui servent d’idiots utiles à nos concurrents ;
    – oui, l’empire étasunien est implacable, comme le furent en leur temps les Habsbourg qui  » seigneurisaient l’Europe  » (Richelieu) ou l’empire britannique jusque dans les années 1920 ; mais ce n’est pas Micron, ce bellâtre lancé sur le marché électoral en 2017 comme une savonnette par maintes puissances d’argent, qui luttera contre cette hégémonie pesante : pourtant, le diktat étasunien en ce qui concerne l’Iran devrait être rejeté sans concession et des sanctions immédiates et dures devraient être prises contre les intérêts étasuniens ; ce n’est pas le canichesque glapissement des nains de jardin européens, Microminet en tête, qui auront le moindre effet ;
    – cela confirme qu’il n’y dans les grands pays européens que deux dirigeants d’envergure, qu’on aime ou non leur politique : Mme Merkel et, bien sûr, Vladimir Poutine

  • Sa révolution, ce sera le train qu’il n’a pas vu venir le petit Nicolas.
    Plus de pollution, les gens plus pauvres se préoccupant moins d’écologie, vacant à leur survie.
    Popote au brasero comme les africains, ce sera chouette.
    La vallée de la Moselle dans le brouillard comme c’était auparavant, puisque c’était mieux avant, on y aura droit à nouveau.
    On a beau hululer à fond, mais mourir en bonne santé est un non sens.

  • Bravo ! Mais pourquoi titrer « suicide collectif européen » alors que c’est bien de « domination germanique européenne » dont il est question. L’histoire européenne se répète sans cesse. Toujours à l’oeuvre, Le pédalier franco-germanique donne du couple, (d’où le famaux couple franco-allemand). Un coup à l’est, un coup à l’ouest. Mais au fait, qui pédale sur son vélo européen ? Russes, chinois ou américains ?

    Faudrait-il aussi aller voir du côté du gaz algérien, qui aurait pu donner des ailes au pays européens du Sud. Qui se souviens encore de l’initiative sarkoziste de l’Union Pour la Méditerranée, sabordée par l’Allemagne ?

  • L’écologie Politique est une maladie mentale.
    Ses ravages s’annoncent infiniment plus importants qu’Alzheimer.

  • Dommage que l obsession pro nucleaire de l auteur denature le constat.

    Je signale a l auteur que l energie c est pas l electricite. Quand il etait pilote, son avion n etait pas electrique 😉
    Plus serieusement le gros de nos besoins energetique ne sont pas electrique. Et une partie d entre eux sont une heresie technique : le chauffage electrique (ca a un rendement catastrophique de faire chauffer un liquide, passer dans une turbine, produire de l electricite, la convertir en THT, l amener au consommateur
    , la reonvertir en 220 V). Pire, ca impose un contrainte forte au reseau car les gens se chauffent aux heures de pointes -> grosse consommation pile quand il faut pas

    • Ce n’est pas une obsession c’est un constat, elle est beaucoup moins chère que les autres!

    • Il semble que les pompes à chaleurs, qui sont raisonnablement appelées à remplacer les grilles pains, sont bien des machines électriques. Et il existe depuis des lustres des chauffages électriques à brique réfractaire qui ne consomme pas aux heures de pointe.

      Je parierais bien sur le fait que le chauffage électrique nucléaire est plus écologique que le fioul ou la biomasse : extraction, transport, raffinage, entretien; il faut tout prendre en compte. Au final, le calcul est quasiment impossible. Il y tellement de paramètres que les homo-économico-sapiens ont décidé que le prix serait l’indicateur le plus facilement utilisable. Restera à donner une valeur pécuniaire à l’environnement … futur bataille économiques entre les États

    • @cdg: j’avais lu un diagramme qui calculait pour les US et l’ensemble des énergies (donc pas seulement l’électricité), une perte de 66%. Donc, ce n’est pas spécifique au nucléaire français.

      Quant à l’accusé « chauffage électrique », c’est oublier que la charge de chauffage est prévisible donc anticipable (météo, contrats, disponibilité), tandis que le problème, ce sont plutôt l’accumulation des appareils électriques, les régions mal desservies (Bretagne, Sud Est), l’arrêt pour décarbonisation des unités de charbon ou gaz !
      Sans compter l’ASN …

      • @amike
        IL y a plusieur sproblemes.
        1) le rendement d un moteur essence par ex est de 20 % (le chiffre date de l epoque ou j etais a lecole mais ca a pas du trop changer). Le Probleme c est qu un vehicule a besoin d emporter de l Energie avec lui et jusqu a maintenant l essence est le meilleur contenant. c ets pour ca qu on a pas d avion electrique et que les voitures sont lestees avec des batteries qui pesent enormement

        2) le chauffage electrique « nucleaire » consiste a chauffer un liquide dans une enciente confinee via une reaction nucleaire controlee, de faire chauffer un 2eme liquide a partir du premier pour enfin faire tourner une turbine (rendement de 20 % au mieux). L electricite produite est alors acheminee jusqu au clinet qui lui va la convertir de nouveau en chaleur (la je vous fait grace des pertes en ligne et en transformation THT/HT). Franchement vous trouvez pas qu il est plus simple de faire chauffer un liquide chez soi ?
        L autre Probleme c est qu une centrale nucleaire ca demarre pas ni s arrete comme ca. autrement dit pour la pointe de consommation a 7h le matin ou a 20 h (on chauffe surtout quand on est a la maison) c est vraiment pas l ideal

        • 1) pour les voitures, ça n’est plus un problème
          2) Rendement 30%. La « simplicité » ne signifie rien. Du moins faire chauffer avec une bouteille de gaz, c’est simple, mais quel a été le chemin pour construire, remplir et acheminer la bouteille jusqu’à la maison ? Une centrale nucléaire n’est peut-être pas l’idéal, mais couplée avec des STEP pour gérer les pointes, ça marche très bien depuis 40 ans ! Qu’est-ce qu’une centrale l’idéale ? A moins de devenir des animaux à sang froid et vivre au gré du flux solaire, moi je ne vois pas. Faudrait demander aux vegans de demander aux lézards ce qu’ils en pensent

          Dans le fond, vous avez raison, l’électricité alternative est déjà une énergie « informée » car elle transporte la propriété de pouvoir faire tourner un aimant (un moteur). C’est donc du gâchis de transformer cette potentialité de travail directement en chaleur. D’ailleurs, c’est pour cela que les PAC sont intéressantes. Cependant elles nécessitent de l’entretien, des métaux pour le moteur, des gaz frigorigènes qu’il faut produire et transporter. Au final, qui se sent capable de calculer ce qui est le moins pire pour l’environnement ?

  • ATTENTION, sur un point l’info est à modifier M Gay : même s’il ya une ressemblance entre la (l’absence de) fermeté de leurs pensées socialo-écolo … Joshka qui s’est reconverti dans le conseil industriel n’a point suivi « la voie de son maître » jusque chez ROSNEFT…. A part cela, bonne analyse récapitulative.

  • Si j’ai bien compris notre laryngophoniste national est un support d’Angela …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Agrégée de russe, historienne spécialiste de la Russie, maître de conférences à la Sorbonne : ces titres ne résument pas Françoise Thom. Disciple d’Alain Besançon - référence indépassable de la soviétologie française -, elle n’est pas seulement une intellectuelle reconnue et un auteur prolixe, mais également une combattante.

Très tôt, elle acquiert la conviction que le mensonge russe doit être combattu pied à pied par la culture, le courage et l’intelligence. Sa thèse d’étudiante, La langue de bois, et son deuxième livre, L’école des b... Poursuivre la lecture

Par Jean-Pierre Riou et Michel Gay.

Notre système énergétique serait bien meilleur aujourd’hui sans l’impéritie des dirigeants de ces 25 dernières années. Il est nécessaire de reconnaître les fautes passées afin de donner aux jeunes l’envie de faire autrement et de fournir les efforts nécessaires pour construire un monde plus confortable pour tous car la décroissance n’est pas une fatalité.

 

Interroger le passé

Seule une analyse honnête des fautes du passé permet la justesse du diagnostic présent et la mise en place... Poursuivre la lecture

Vladimir Poutine
2
Sauvegarder cet article

Le poutinisme français est un phénomène étrange, passionnant si l’on veut bien prendre la peine de l’observer et peut-être inquiétant pour l’avenir.

Quel que soit le forum politique online sur lequel vous avez l’habitude de vous rendre, vous les avez rencontrés : on trouve des pro-Poutine à peu près partout sur le champ de bataille du débat démocratique français, de la droite à la gauche, chez les conservateurs comme chez les révolutionnaires, chez les encartés comme chez les électrons libres, de tous âges, de toutes conditions sociale... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles