La transition énergétique actuelle va ruiner les Français

Les Français doivent aller au bout de leur action et de leur réflexion, sans tabou, en demandant au Président de montrer les preuves justifiant la nécessité de cette transition énergétique menée à marche forcée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Plus rien dans les poches By: Dan Moyle - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La transition énergétique actuelle va ruiner les Français

Publié le 19 janvier 2019
- A +

Par Michel Gay.

La facture de la transition énergétique va grimper en France dans les années à venir et il faudra bien la payer d’une façon ou d’une autre.

La facture va grimper…

Emmanuel Macron a annoncé le 27 novembre 2018 le triplement du nombre d’éoliennes, la multiplication par cinq de l’électricité photovoltaïque, et la volonté d’investir « 7 à 8 milliards d’euros » par an dans les énergies renouvelables.

Les Français ont évité de justesse la hausse de la taxe carbone sur les carburants, mais ils seront étranglés par d’autres factures qui vont grimper d’année en année…

Le surcoût de la contribution CSPE sur la facture d’électricité représente déjà 154 euros par an en moyenne pour chaque foyer français afin de financer principalement les producteurs d’électricité éolienne et photovoltaïque.

Une étude indépendante de l’association Sauvons le Climat estime que la réduction de la part du nucléaire de 75 % à 50 % dans le mix électrique français pourrait coûter jusqu’à 850 euros chaque année à chaque foyer français.

L’ensemble des taxes et impôts payées par le consommateur/contribuable par le biais de la fiscalité écologique atteint déjà 50 milliards d’euros par an.

Il y a la CSPE (Contribution au service public de l’électricité, le TURPE (Tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité) sur sa facture d’électricité, la TICPE sur les carburants, la TICGN sur le gaz, et d’autres…

Le renchérissement de l’électricité dégradera la compétitivité des entreprises françaises, alors que, grâce au nucléaire, c’était jusqu’à présent plutôt un point fort.

Ces dépenses considérables des Français n’auront même pas d’influence sur leurs émissions de CO2. Il faut cependant rappeler que le CO2 n’est pas un polluant. C’est même une nourriture de la végétation, via la photosynthèse, avec l’eau et les minéraux qu’elle puise dans le sol. Sans CO2 il n’y aurait plus de vie sur Terre.

De plus, pratiquement tous les équipements liés aux énergies renouvelables seront importés (notamment de Chine et d’Allemagne) car l’industrie française n’a pas su créer un secteur de fabrication d’éoliennes et a vu disparaître celui de la production de cellules photovoltaïques.

Alors, pourquoi ne pas conserver et renforcer le système actuel qui assure une fourniture d’électricité fiable et bon marché avec une faible émission de gaz à effet de serre en France ? L’électricité y est deux fois moins chère pour les particuliers, et sa production émet cinq fois moins de CO2 par kilowattheure produit qu’en Allemagne

Les étranges scénarios de RTE

Les cinq scénarios futuristes de RTE prévoient de substituer partiellement au nucléaire (dont la production est pilotable) des énergies renouvelables intermittentes, comme l’éolien et le photovoltaïque, dont la production est fatale suivant les conditions climatiques.

Étrangement, ces scénarios fournis par RTE ne garantissent pas que la production d’électricité sera suffisante à tout moment pour faire face à la demande. Il manquera même, par moment, une puissance de l’ordre de 20 gigawatts (20 réacteurs nucléaires) pour éviter l’effondrement général du réseau électrique (black-out), sans que cela ne paraisse choquer le patron de cette entreprise publique.

De plus, la Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (IFRAP) a souligné l’absence d’évaluation économique de ces scénarios dont les surcoûts seraient de 40 % à 80 % par rapport à la situation actuelle.

Chaque pays doit d´abord faire en sorte de satisfaire la demande par ses propres moyens et ne pas s’appuyer systématiquement sur les pays voisins qui peuvent faire défaut en cas de besoin.

Où est l’urgence ?

L’Accord de Paris sur le climat signé lors de la COP21 en 2015 permet aux principaux émetteurs de CO2 (Chine, Inde et pays émergents) de continuer à augmenter leurs émissions jusqu’en 2030, avec l’engagement non contraignant de commencer à les diminuer ensuite… peut-être.

La France ne pèse que 1 % des émissions de CO2 dans le monde. Ses efforts seront insignifiants et complètement engloutis par cet accroissement.

L’urgence consisterait plutôt à assainir les comptes publics en arrêtant de dilapider des dizaines de milliards d’euros dans l’impasse des énergies renouvelables éoliennes et photovoltaïques. Cette politique vertueuse permettrait alors de financer une transition énergétique vers l’électricité nucléaire qui s’imposera face à l’inéluctable épuisement des ressources fossiles au cours de ce siècle (bien malin qui peut prédire quand).

Un débat nécessaire sur le « consensus »

Cette théorie du réchauffement climatique qui a tant de succès (à tort ou à raison) a surtout permis jusqu’à aujourd’hui de mettre en place des circuits financiers lucratifs de subventions entre « copains et coquins » à un niveau record…

Ne voulant surtout pas endosser l’étiquette infamante de pollueurs, certains Français disent partager la nécessité de la transition énergétique.

Or, la politique de l’énergie du gouvernement, aujourd’hui définie par la loi scélérate de transition énergétique pour la croissance verte d’août 2015 (LTECV), les appauvrira.

Les Français doivent aller au bout de leur action et de leur réflexion, sans tabou, en demandant au Président de montrer les preuves justifiant la nécessité de cette transition énergétique menée à marche forcée vers les énergies renouvelables, notamment éoliennes et photovoltaïques, avec leur porte-monnaie !

Les députés peuvent proposer et voter une autre loi de transition écologique qui sera nécessaire pour se passer progressivement des énergies fossiles en leur substituant une énergie électrique décarbonée. Mais elle devrait être fondée non plus sur l’accroissement des énergies renouvelables, mais sur le développement de l’électricité nucléaire.

Ce ne serait pas la seule façon de restaurer la prospérité de notre économie et le pouvoir d’achat des Français, mais ce serait un bon début pour ne pas les paupériser.

Une énergie abondante, disponible, et bon marché est le fondement d’une activité économique dynamique.

Voir les commentaires (59)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (59)
  • Ce n’est pas la transition qui nous ruinera mais notre gouvernement.mettre fin a la transition , ok ,mais ils trouveront une autre manière de nous appauvrir. Enfin , quand je dit « nous » , vous m’avez compris cela ne les concerne en rien .
    Le bilan de nos politiques, désindustrialisation ,agriculture moribonde,élevage en danger de mort éminente , médecine aux abonnés absents ..il ne restera pas grand chose après cette V eme République !

  • Attention tout de même: depuis que les USA ont fait main basse sur Technip et les meilleurs morceaux d’Alstom (avec l’éventuelle collaboration d’un certain Macron?), nous n’avons plus d’indépendance énergétique ni d’ailleurs militaire. Et en particulier nous n’avons plus le dernier mot sur le choix de l’énergie nucléaire, y compris pour ce qui concerne la maintenance.

  • faut proposer vos articles au Sud Ouest , aux DNA au Figaro à propos du grand débat national ; s’ils refusent c’est la preuve que ce débat n’est que du trucage

  • Combien de milliards encore pour les moulins à vent !
    Comment douter de l’escroquerie à grande échelle, alors que ces horribles moulinets ne servent à RIEN…

    • Ils ne servent a rien spécialement en France…
      Ailleurs, dans des contextes de mix énergétique et d’approvisionnement différents, ca peut se discuter.
      Les éoliennes de la Désirade par exemple, sont plutôt pertinentes…
      Tant qu’on n’a pas de micro RNR portable à installer la bas 😉

      • « Tant qu’on n’a pas de micro RNR portable à installer la bas  »
        On en a. On est même les champions de la miniaturisation, puisqu’on réussit à les faire entrer dans une coque de sous marin.

  • Appauvrissement sans doute, et comprenons nous bien sans la garantie d’un gain climatique ou environnemental.

    j’ai aussi vu certains signataires de la pétition voulant obliger l’etat à faire des trucs..pour le climat.. ils ont chacun insisté sur le fait qu’ils faisaient eux m^me des trucs…et JAMAIS aucun n’a montré que ce qu’ils faisaient diminuait effectivement leurs emissions de CO2…ils font juste des trucs estampillés ecolo friendly ..

    sauf que si j’avance d’un pas et je recule de deux..je recule de un…. on ne doit pas faire l’inventaires des pas vers l’avant pour savoir si on avance bel et bien…

    il faut donc se farcir les pédaleurs ou les covoitureurs..qui n’ont toujours pas compris que ça ne change rien à leurs émissions de CO2!!!

    IL est absolument nécessaire que le gain( éventuel) d’argent qui arrive si on va au boulot en vélo « disparaisse »..que vous ne l’utilisiez pas pour voyager ou consommer sinon il ‘agit juste d’une modifications des choix de vie à somme sensiblement constante pour les emissions de CO2..

    Ce qu’il faut cacher c’est que la transition energetique DOIT appauvrir les gens..sinon, imaginons par exemple que le coût de l’électricité grâce à un miracle passe à quasiment zéro….les gens deviendraient plus riches..et je dois croire qu’il ne seraient pas tentés de voyager de jouir de la vie en CONSOMMANT…

    • @jacques lemiere
      Pour aller dans votre sens sur le vélo « écologique », un peu de circonspection : https://www.auto-moto.com/actualite/environnement/lautomobile-plus-ecolo-que-le-velo-31204.html

      • Article complètement débile qui compte la nourriture que mange le cycliste mais pas celle de l’automobiliste qui conduit sa voiture ! Consternant ! Franchement, entre acheter de l’essence pour mettre dans sa voiture pour faire 5 km en une heure pour aller au boulot et pas d’essence du tout pour faire les 5 km en 10 minutes à vélo, cherchez la différence au niveau de la pollution et de la dépense. En plus, le vélo, c’est bon pour la santé (muscles, cœur, vaisseaux) et pour le cerveau, bien irrigué et bien oxygéné pour pouvoir mieux réfléchir. En plus, c’est agréable de faire du vélo car ça change les idées (perso, je n’échange pas mon vélo contre une voiture pour aller au boulot, même si j’use un peu le pantalon).

        • Réponse débile: le vélo est bon pour les muscles et sans doute pour le cerveau mais après vous avoir lu j’ai un doute en ce qui concerne le cerveau!

          • Pas d’attaque ad personam qui se retourne contre celui qui la pratique : « Si l’on s’aperçoit que l’adversaire est supérieur et que l’on ne va pas gagner, il faut tenir des propos désobligeants, blessants et grossiers ».

          • Je parle du fonctionnement optimisé des cerveaux des gens (en général) qui pratiquent le vélo (rythme cardiaque accéléré, augmentation de la pression artérielle due à l’effort, augmentation du rythme respiratoire, donc de la quantité de dioxygène reçue par chaque neurone, sachant que ce sont de gros consommateurs). Evidemment, si l’air est hyper pollué par les bagnoles thermiques (particules fines, oxydes d’azote, hydrocarbure aromatiques polycycliques (HAP), etc), c’est un peu foiré mais on n’a pas le choix et il paraît que les automobilistes sont encore plus contaminés dans leur habitacles (avec leur(s) passager(s)) que les cyclistes (1,5 fois moins exposés paraît-il) : https://www.amsterdamair.fr/blog/actualite/pollution-les-cyclistes-sont-ils-plus-exposes-que-les-automobilistes/
            Néanmoins, la baisse de l’utilisation des moteurs thermiques en ville est une nécessité absolue pour la santé publique (de tout le monde : enfants, piétons, cyclistes, riverains, automobilistes), pour lutter contre le bruit (stress) et aussi contre le réchauffement climatique et le gaspillage mortifère de notre société de consommation sans limite qui le produit.

    • La société de consommation, c’est la société du gaspillage de l’énergie et des ressources. Dans la nature, gaspiller l’énergie et les ressources c’est mourir. Dans la société de consommation, on reporte la note sur les autres et les générations futures mais il faudra payer la note un jour ou l’autre. Si on continue, on risque l’effondrement du système (réchauffement climatique, empoisonnement de l’eau, l’air, la terre, les aliments, la chaîne alimentaire).

  • appauvrir les Français ……en dehors du fait que l’on est bien parti pour , c’est un bon moyen pour obliger les citoyens à se tourner vers plus d’état …..c’est le rêve de tout dirigeant qui manque d’intelligence et qui se fout royalement de l’avenir d’un pays qu’il n’aime pas ;

    • Au plan global, « on sait » que les français ont beaucoup d’épargne, beaucoup trop au gout de certains (il suffit de se souvenir des théories de sarko 1er avant son mandat sur ce sujet…)
      Tout ce qui peut contribuer à faire fondre l’épargne des fourmis françaises est bon pour les cigales parasites…
      La gabegie organisée autour de l’énergie n’en est qu’une des facettes.
      Comme ceci n’est pas qu’une manœuvre franco-française, il est urgent de se doter des moyens de production individuels, et ceux qui ne pourront pas auront droit de vivre avec les miettes du hlm énergétique qui restera… avec quotas, aléas de qualité, coupure et tout le tintouin…
      Choisissez votre camp 🙂

  • « est le fondement d’une activité économique dynamique. »
    Est-ce vraiment souhaitable pour ceux qui nous gouvernent?
    Une économie dynamique rend les gens plus riches. Et quand une population est plus riche, elle vote bcp moins à gauche et a moins besoin d’Etat-Providence…

  • il y a dix jours, nous sommes passés jusqu’à côté de l’effondrement du réseau.
    Mais tout va bien !
    Pour ceux qui habitent dans les campagnes, mieux vaut avoir un groupe électrogène !

    • Mais Macron a répondu à un maire normand qui lui faisait cette remarque que ce n’était pas vrai que la France a assez d’électricité pour faire face!!!

      • Je crains qu’il ne manque une virgule entre « vrai » et « que » dans votre intervention 🙂

      • Le Maitre, dit l’élève, est un imbécile.
        Le Maitre dit l’élève, est un imbécile.

      • Macron fait ici une réponse stupide qui montre bien à quel point cet homme est dangereux pour la France.

        Le problème est technique et européen et le danger vient du fait que les politiques forcent la main aux ingénieurs pour leur imposer l’impossible. On sait très bien que cela aboutit toujours à une catastrophe.

        Rien que pour cela, il faudrait peut-être mettre fin à l’Europe politique.

  • Il faut arrêter la « transition énergétique ». Ce n’est pas l’homme qui fait le climat, c’est la nature. Quand au CO2, il alimente les plantes. Arrêtons cette hystérie et nous ferons en plus des économies. Faisons du nucléaire et du fossile, y compris le gaz de schiste. Toute cette théorie de la responsabilité de l’homme sur le climat n’a été inventée que pour nous taxer et permettre à l’Etat de continuer à dépenser sans compter. Profitons de « grand débat » pour réclamer l’arrêt de la « transition ».

    • Le problème est que le CO2 est compris comme cause, alors qu’il n’est qu’une conséquence, assez peu génante…
      Les causes par contre sont bien réelles, en l’occurrence, pollutions en tous genres de tous les écosystèmes et surconsommation inutile … je ne mentionnerai pas l’obsolescence programmée… oups.. m’a échappé 🙂
      Le vrai problème du CO2, c’est qu’on se focalise uniquement sur ce thermomètre, mais on continue à tout saloper pareil , avec d’autres formes de saletés 🙂

  • Dommage que vous n’extrapoliez pas les nouvelles sources d’énergie, en particulier l’hydrogène… et donc l’eau. Du coup votre position tout nucléaire semble idéologique, alors qu’elle ne l’est pas.

    • Et votre hydrogène, vous la fabriquer comment ?

      • Par électrolyse de l’eau, je suppose, vous savez, cette méthode incroyable d’innovation inventée en 1800 par deux Anglais…

        • Enfin, on peut aussi partir du méthane, cet hydrocarbure puant…

        • Michel O
          Et l’electrolyse se fait avec quoi ?

        • electrolyse qui demande une énergie (électrique) telle que ce n’est pas rentable actuellement.

          • Le nucléaire n’est pas rentable pour la collectivité d’aujourd’hui et de demain. Le soleil est gratuit, chez nous et inépuisable alors, autant en profiter, même si les rendements sont limités. Le rendement du nucléaire est quasi nul puisque toute l’énergie nucléaire est transformée en chaleur sur les dizaines de milliers d’années de durée de vie du combustible neuf et usé pour 40 ans de production électrique en faisant bouillir de l’eau avec 80% de pertes dans l’environnement sous forme de chaleur. Le nucléaire est le pire moyen de faire bouillir de l’eau (le plus dangereux de tous) et faire bouillir de l’eau est le pire moyen de faire de l’électricité.

    • Ça vaut combien déjà un litre d’hydrogène a la’pompe ?
      D’accord moi je continue a rouler a l’huile de friture..et en plus ,ça sent bon et met en appétit.

  • Et quand je pense que certains Gilets jaunes en redemandent de l’écologisme!!! Si vous ne voulez pas de la transition écologique voulue par Macron et les khmers verts, vous êtes un affreux, un sous citoyen!!!

    • Après les bonnets rouges, les gilets jaunes, voici les benêts verts ?
      en attendant d’être tous marrons 🙂

      • Il y a aussi les benêts gaspilleurs, adeptes du dumping environnemental et social pour enrichir les plus riches en coulant le navire alors qu’il n’y a pas de canot de sauvetage.

      • Il y a aussi les benêts gaspilleurs et pollueurs, adeptes du dumping environnemental et social pour enrichir les plus riches en coulant le navire alors qu’il n’y a pas de canot de sauvetage.

    • Les GJ sont le reflet de la propagande reçue depuis leur enfance.

      (Merci d’ednat.)

  • Macron est un ignare dans le domaines des énergies et de l’écologie, soit on ne peut pas tout savoir. Mais fait plus grave il n’y a pas une seule personne dans son entourage pour lui dire par exemple que l’argument des 48000 morts du diesel propagé par des tarés n’as aucun fondement objectifs et ou scientifiques. Et ça , c’est impardonnable. Imaginons une France après 10 ans de Macronerie dans les banlieues a toutes les fenêtres du 93 des fils électriques qui pendent pour recharger entre les barres d’immeubles des milliers de bagnoles ! ? Sauf que les centrales nucléaires ayant disparu, il n’y a aura pas de tension au départ des fils, et que, si le vent voulait souffler dans les éoliennes, les lignes électriques des HLM ne peuvent pas transporter les puissances nécessaires . J’arrête si Macron ou Hulot me lisent et qu’il n’ont toujours pas compris, que des choses a faire sur 30 ans, éventuellement, ne peuvent pas s’envisager sur 5 ou 10 ans. Alors on pourra leur donner des infos supplémentaires qui leurs mettront un peu plus le nez dans leur incompétence négationniste.

  • La facture du nucléaire va grimper en France dans les années à venir et il faudra bien la payer d’une façon ou d’une autre.

  • ben non il faut aussi se remettre à autoriser la recherche gazière et pétrolière dans notre pays .il est criminel stratégiquement et économiquement de ne pas le faire

    • Le réchauffement climatique dû aux énergies fossiles est criminel, tout comme les accidents nucléaires irréversibles et la pollution à outrance qui détruit la santé. La seule chose pas criminelle, c’est la sortie de la société de consommation (qui pollue à outrance en gaspillant inutilement les énergies et ressources inutilement par le dumping environnemental et social et la destruction de la biodiversité pour rendre les riches plus riches), l’utilisation raisonnée des sources d’énergie renouvelables (et il y en a pléthore) et le respect de la nature et des générations futures.

      • Un accident réversible, vous avez vu ça dans quelle branche?

        Un accident de train est reversible? Un accident d’avion?

        Quelle industrie a eu des accidents réversibles?

  • Comment peut-on oser parler de transition énergétique vers l’électricité nucléaire? C’est consternant.

    Rappelons que M. Gay est un nucléophile convaincu au point d’écrire un livre intitulé « SOUS-EXPOSE ! Et si les radiations étaient bonnes pour vous ? » livre dans lequel il évoque les « bienfaits sur notre santé des radiations», tout un poème.

    Peut-être faudrait-il demander aux habitants de Prypiat leur avis sur la question et leur dédicacer le livre ?

    Quel tableau lacunaire, simpliste et orienté de la production électrique fait dans cet article. M. Gay oublie (?) de parler du foisonnement, des solutions de stockage (step, hydrogène, air comprimé, volant d’inertie…), du lissage de la courbe de charge par le pilotage de la demande, des smart grid, du facteur de charge insolent affiché par les éoliennes offshore (près de 63% pour le parc éolien de Hywind par exemple), des EMR. Alors oui, cela va demander de l’innovation, de la R&D, des ingénieurs mais c’est l’avenir technique et industriel de notre pays. Rester sur les technologies du passé signifierait entraîner une nouvelle génération d’ingénieurs et techniciens vers un avenir sombre et mortifère et c’est irresponsable du point de vue industriel. Il ne faut pas rater le train des ENR et M. Gay freine à sa manière les forces motrices de l’innovation et cautionne l’immobilisme industriel et l’impréparation à la transition énergétique.

    Ensuite, en cas d’accident grave, je vois mal comment nous pourrons nous en sortir si nous avons mal préparé la transition énergétique. En effet, dans une telle situation, nous serions contraints de fermer de nombreux réacteurs à cause de la conception standardisée de notre parc et nous devrions massivement importer de l’électricité ou brûler du fossile. Résultat : prix en hausse et/ou hausse des émissions de GES, perte d’indépendance énergétique…

    Enfin, j’ai du mal à comprendre comment la nouvelle génération d’ingénieurs et techniciens pourra laisser une trace industrielle marquante si on ne lui demande que de prolonger les réalisations existantes et qu’on l’empêche de s’exprimer techniquement, de remettre en question les choix techniques passés et d’innover. Je vous invite à découvrir les nombreuses innovations dans le domaine des EMR réalisées par des jeunes passionnés et insuffisamment soutenus par l’état ! La France pourrait être leader dans le domaine sans les freins idéologiques actuels sur la question du nucléaire.

    Alors, que cette transition se fasse une bonne fois pour toutes, une vraie, une heureuse avec la nouvelle génération d’ingénieurs et pas celle des années 70/80.

    • « M. Gay oublie (?) de parler du foisonnement, des solutions de stockage (step, hydrogène, air comprimé, volant d’inertie…), du lissage […] Alors oui, cela va demander de l’innovation, de la R&D, des ingénieurs mais c’est l’avenir technique et industriel de notre pays. Rester sur les technologies du passé signifierait entraîner une nouvelle génération d’ingénieurs et techniciens vers un avenir sombre et mortifère et c’est irresponsable du point de vue industriel. »

      Vous parlez bien entre autres du mécanisme des voitures Kinder (celle qu’on tire vers l’arrière et qui avance toute seule quand on la relâche) ? Quelle innovation ! Vite les ingénieurs, les Chinois vont nous la piquer celle-là !
      Bon, et à part faire fonctionner votre TV et votre lave-linge avec cette méthode (et encore…), vous avez une idée pour la production industrielle ?

      • Le foisonnement, dans le cas d’anticyclone puissant n’existe malheureusement que dans la tête des promoteurs éoliens pour arriver à nous faire croire que l’éolien n’est pas une énergie intermittente. Quand dans la journée du 10 janvier 2019 la puissance délivrée par les éoliennes allemandes passe en quelques heures de près de 40GW à presque 0, on a affaire à un foisonnement particulièrement puissant!

      • Bon sang, combien d’exemples grandeur nature faudra-t-il en plus de Fukushima pour faire rentrer dans la tête de certains que le nucléaire est une impasse. Je rappelle pour ceux qui veulent l’ignorer que les japonais ont fermé tous leurs réacteurs au lendemain de l’accident : plus de moyens de production. C’est la conséquence de l’impréparation à la transition énergétique.

        Donc à part quelques retraités conservateurs bien au chaud derrière leur écran qui défendent le vieux modèle et qui n’ont plus une once d’imagination ou de créativité technique, je vois mal quel jeune encore sain d’esprit pourrait souhaiter pareil scénario à son pays.

        Avec des combats d’arrière garde comme les vôtres, il ne nous reste plus qu’à croiser les doigts pour que rien n’arrive à nos réacteurs…

    • « tout un poème. »

      Pour vous l’épidémiologie et la biologie sont poétiques mais pour d’autre c’est de la science.

      La même science qui montre au delà de tout doute raisonnable que la vaccination de masse contre l’hep B a causé la pire catastrophe sanitaire du demi-siècle.

      « Ensuite, en cas d’accident grave »

      Décrivez-nous
      1) quel accident grave envisageable aurait des conséquences sanitaires mesurables en dehors de la centrale
      2) si ces conséquences seraient bénéfiques ou pas

      « En effet, dans une telle situation, nous serions contraints de fermer de nombreux réacteurs »

      1) Contraint par qui?
      2) Vous voulez dire que la pire conséquence d’un accident « grave » serait la catastrophique sortie du nucléaire?

      Autrement dit, la pire conséquence d’un accident nucléaire pourrait être d’appliquer la sortie du nucléaire promue par les partis de gauche?

      C’est comme si on disait que le pire accident de voiture possible cause l’impossibilité de rouler dans cette voiture et que pas conséquent il faut sortir de l’automobile.

      Un enfant de 10 ans ne s’y laisserait pas prendre.

      Un adultoïde, si.

      « comment la nouvelle génération d’ingénieurs et techniciens pourra laisser une trace industrielle marquante si on ne lui demande que de prolonger les réalisations existantes »

      Bonne question! L’auteur de cet article n’ayant jamais affirmé qu’il faut concevoir l’avenir énergétique SEULEMENT par le prolongement et l’optimisation incrémentale et marginale de la technologie des réacteurs actuellement exploités par EDF, ce n’est pas à lui qu’il faut dire ça.

  • Si vous le pouvez, achetez un groupe électrogène parce que la panne générale est l’évènement le plus probable.

  • Est-ce que vous avec parlé de l’arnaque Linky?

    Du lien entre les soi-disant compteurs « intelligents », un non sens absolu : un « compteur » n’a qu’une fonction et elle n’est pas « intelligente », s’il est « intelligent » c’est qu’il fait des choses qu’il ne devrait pas faire?

    Le principe du compteur « intelligent », et non « communiquant »(*), et de permettre d’intégrer les « énergies renouvelables ». Il y a donc bien aveu enregistré sur vidéo que ces nouvelles sources d’énergie pose un problème spécifique qui n’existait pas auparavant.

    C’est donc un sur-coût imputable, puisqu’il n’y avait aucune demande pour cette « intelligence » dans les compteurs. (Il y a une petite demande pour des fonctions basiques et très limitées dans les compteurs, pas pour en faire des ordinateurs polyvalents comme les « smartphones ».)

    Quand au fait de gérer plusieurs tarifs et de permettre de changer de type d’abonnement (tarif de base vers tarification avec plusieurs prix) sans remplacer le compteur : c’est possible depuis longtemps avec le simple compteur électronique non communiquant. Ces compteurs installés récemment doivent-ils être changés? POUR QUOI FAIRE?

    En quoi cette lubie de changer les compteurs qui fonctionnent CORRECTEMENT et dont les abonnés ne se plaignaient pas, est-elle différente des pratiques agressives qui poussent à la consommations rendant indisponibles les pièces détachées, les mises à jour logicielles ou autre support pour un matériel pas très vieux? La seule différence est entre une incitation forte à consommer d’un coté et une obligation légale de l’autre.

    Les lobbies des « renouvelables » doivent être forcés d’assumer être soit promoteurs soit critiques de ces changements d’équipements. Ils doivent être forcés de témoigner sur le sujet : est-ce que le compteur Linky ou autre système similaire est essentiel pour augmenter la part de renouvelables?

    Qu’ils sortent de l’ambiguïté à leur détriment!

    Et je n’ai même pas commencé à aborder les problèmes de fond de ce qui possible avec cette technologie.

    (*) le compteur communiquant résout le problème de la présence obligatoire lors d’un relevé, et cela sans mettre plus d’intelligence et de fonctions évoluées, au delà d’un émetteur; cela existe depuis longtemps surtout pour les compteurs d’eau; certains compteurs électriques étant en boitier mural sur rue, la présence de l’abonné n’était même pas un problème en premier lieu

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous avons montré dans un précédent article que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le président de la République relance insuffisamment le nucléaire, et que décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (60 à 65 % du mix électrique).

EDF est en grande difficulté financière, à cause de la sous-évaluation du prix de vente de l’ARENH (Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique), fixé à 42 euro... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

Selon un rapport du 28 avril du « Centre for Research on Energy and Clean Air », bien que les volumes de ventes aient diminué, la Russie a presque doublé ses revenus issus de la vente de combustibles fossiles à l'UE pendant les deux mois de guerre en Ukraine grâce à la flambée des prix. La Russie a perçu sur cette période environ 62 milliards d'euros de ses exportations de pétrole, de gaz et de charbon, dont environ 44 milliards vers l’UE, ... Poursuivre la lecture

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles