Macron et nucléaire : à tort et à raison…

Le discours d’Emmanuel Macron tenu lors de son intervention à Bourgtheroulde sur le nucléaire est-il exact ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Conferencia de Prensa - Presidente Emmanuel Macron - Día 2 By: G20 Argentina - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron et nucléaire : à tort et à raison…

Publié le 6 février 2019
- A +

Par Michel Gay.

Réponses textuelles du président de la République Emmanuel Macron à une question concernant la production d’électricité en France d’un maire à Grand Bourgtheroulde (Eure) le 17 janvier 2019.

Il a tort !

On a ce qu’il nous faut en quantité.

Ce n’est déjà plus vrai en puissance l’hiver, et nous devons importer de l’électricité pour « passer » les pointes de consommation. En plus, avec la future fermeture des centrales à charbon et à fioul, il va manquer une dizaine de gigawatts (GW) pilotables, même si nous produisons effectivement annuellement davantage que notre consommation.

De plus, ce ne sera bientôt plus vrai non plus en quantité si l’électricité décarbonée (hydraulique et nucléaire) se substitue au gaz (chauffage) et au pétrole (chauffage et mobilité).

  • Il y a de l’intermittence mais on a l’Europe et donc on importe de l’Allemagne en particulier : c’est OK parce qu’elle a de l’éolien et du solaire.

Non car nous sommes sous le même régime de vent. L’hiver la France importe de l’électricité majoritairement carbonée de l’Allemagne (gaz, charbon et lignite) pendant les pointes de consommation le matin et le soir.

  • Il y a un réseau européen qui marche bien.

C’est faux : il tarde à se développer car il est coûteux et la France ne pourrait importer que 12 à 15 GW au maximum en cas de besoin.

  • Nous allons développer l’éolien et le solaire car ils sont de plus en plus compétitifs.

Ils sont toujours loin d’être compétitifs (sauf sur le papier), surtout en leur ajoutant le coût de la compensation de l’intermittence par du gaz ou… du nucléaire.

De plus, ils ne sont pas pilotables (et même intermittents). Ils ne peuvent donc que s’ajouter à des centrales pilotables (nucléaires, hydrauliques, gaz). C’est un surinvestissement, et non un investissement productif.

  • Avec le stockage on pourra remplacer le nucléaire, qui est sale (?) par des énergies propres.

Non. C’est grâce au nucléaire que notre atmosphère est plus propre qu’en Allemagne et seul le gaz (ou le charbon…) peut le remplacer. Le nucléaire fait d’ailleurs partie des énergies propres aux États-Unis, en Inde, en Chine… car il n’émet pas de gaz à effet de serre et que ses déchets sont confinés et gérés. Ce n’est pas le cas des énergies fossiles nécessaires pour compenser l’intermittence de l’éolien et du solaire, notamment les nuits sans vent…

Il a raison !

  • nous avons une vraie autonomie parce que nous avons le nucléaire ;
  • on a l’une des électricités les plus propres du monde, les plus décarbonées ;
  • je pousse à ce qu’on ait une vraie transition énergétique européenne ;
  • la priorité c’est que nos voisins ferment plutôt leurs centrales à charbon ;
  • il faut fermer les centrales à charbon chez nous, mais ce ne sera pas facile ;
  • l’éolien et le solaire sont intermittents et le nucléaire est stable. Il faut pousser la recherche sur le stockage.

Et si la recherche sur le stockage ne donne rien comme c’est probable ?

Alors l’énergie nucléaire sera appelée en urgence à la rescousse… si la France a encore les compétences nécessaires à ce moment-là ! Ou bien elle demandera gentiment à la Chine et à la Russie de bien vouloir venir faire chez nous ce qui a été négligé par impéritie…

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Arretez de faire croire que le CO2 est un poluant vous discreditez tout votre discours.

    C’est bien d’être le petit lobbyiste du nucleaire mais utilisez de vrais arguments, ne prenez pas le gens pour des crétins.

    • Bonjour
      Le CO2 est un gaz à effet de serre, et est bien un polluant, suivant la définition classique;  » élément qui développe des impacts négatifs sur tout ou partie d’un écosystème ».
      Après on peut discuter du niveau de danger ou de la bonne réponse à y apporter, mais nier le RCA est contre productif.

      • alors ne dites pas nier le rca.. dites par exemple nier le fait que l’augmentation du taux de CO2 modifie les flux radiatifs ..
        passé ce point qui repose sur un pur calcul théorique, on peut à peu près nier tout les résultats quantitatifs qui constituent le rca. vous remarquez d’ailleurs l’absence d’incertitude au sens classique dans les modèles.

        • Bonjour J Lemiere
          Pour un clampin de base comme moi, CO2, RCA font partie du même problème. Laissons les discussions sur les fréquences d’absorption des IR et autres controverses aux scientifiques et publications savantes.
          Les libéraux ont toute facilité de montrer que les RCA est un prétexte pour imposer un ordre totalitaire écologique. Nier le RCA c’est passer pour un gogol, adepte de la terre plate. Il faut mieux montrer que toutes les annonces catastrophiques sont farfelus et les mesures anti CO2 inefficaces.

          • je suis d’accord sur le fond bien sûr, ..sauf que dans le débat rca il y a ENORMEMENT dans la forme aussi on se doit d’essayer de tenir le langage.. si vous voulez quand on dit rca on ne sait pas de quoi on parle…

        • Des modèles qui par ailleurs sont incapables de modéliser autant le climat passé que de faire des prédictions sur le futur.
          Quand on a un modèle aussi merdique, on retourne devant le tableau, on révise le tout, jusqu’a que le modèle soit prédictif,
          Sinon c’est pas de la science, c’est du bricolage

      • Le CO2 a surtout des effets positifs sur l’environnement : il est indispensable à la croissance des plantes via la photosynthèse. Plus de CO2 dans l’atmosphère, c’est une terre plus verte, des rendements agricoles plus élevés, bref tout bénéfice pour la vie.
        L’impact sur le climat, s’il existe réellement, est minime par rapport aux changements naturels. On pourrait bien en avoir la confirmation dans les prochaines décennies.

        • il n’est alors pas positif sur « l’environnement » mais par exemplifie sur la production de biomasse…positif pour l’humanité..
          qu’on ait réussi comme présenter les fossiles comme un catastrophe sur le plan humain est un foutu tour de force….

        • Un taux plus élevé permet la « fertilisation au co2 » en zone aride aussi.
          Certains désert sont en train de lentement reverdir.
          d’une manière générale ou oublie que le taux de co2 était très très bas dernièrement, pour les plantes l’optimum se trouve vers 1000 ppm

          • ben oui mais pour un protecteur de la nature un désert qui verdit est une catastrophe.. tout ce qui change est une catastrophe..

      • @gillib : Je vous remercierai de me préciser par quel mécanisme un gaz (le CO2) à la concentration de 0.04% peut-il avoir un effet de serre dans l’atmosphère terrestre, cet effet nécessitant, comme vous le savez, l’existence d’un obstacle mécanique et unipolaire à la propagation des rayons infra-rouges solaires. Qui seront ainsi refoulés vers la Terre sans avoir été absorbés lors de leur voyage aller depuis le Soleil.
        Je vous en serai très reconnaissant.

        • Bonjour RX33
          Contrepoints est un média généraliste et n’est pas le lieu pour ce genre de débat technique. Le climat se réchauffe depuis 50 ans, d’une manière très modérée, avec des effets positifs et négatifs.
          C’est mon vécu.
          Apres, l’utilisation de l’argument du CO2 comme le fait M Gay est peut-être maladroit.. mais c’est aussi un argument valide si on se place dans une optique de transition énergétique.
          On est libéraux dans un environnement hostile au libéralisme, il faut aussi composer avec la doxa socialo-écologique.

      • « Le CO2 est un gaz à effet de serre, et est bien un polluant, suivant la définition classique; » élément qui développe des impacts négatifs sur tout ou partie d’un écosystème ». »
        Si c’est le cas, un peu de logique et de respect, qu’attendez vous pour cesser de respirer immédiatement.
        Le CO2 est produit par « La Vie », depuis de millions d’année, on attendait votre science pour nous expliquer que depuis quelques années , le CO2, c’est tré mal !
        http://www.doc.clgturenne.fr/page_web/Vie_du_college/Enseignements/discip/francai/barill/sylog.pdf
        Il existe un concours des syllogismes absurdes, Le CO2 est vous avez vos chances.

      • http://www.doc.clgturenne.fr/page_web/Vie_du_college/Enseignements/discip/francai/barill/sylog.pdf
        CONCOURS du syllogisme le plus absurde
        Le CO2 est vous avez vos chances !
        Sauf si prenant au pied de la lettre vos raisonnements, vous cessez immédiatement de respirer. La décomposition des corps dégage un peu de Méthane, mais l’important, selon la mode actuelle, est de se concentrer sur le CO2.
        Le CO2 est produit par la vie depuis des millions d’années, Il convient donc de mettre un terme a la vie.
        CQFD !

      • « Le CO2 est un gaz à effet de serre, et est bien un polluant »,

        Vous parlez d’effet de serre, HO est encore plus poluant alors ! Arretez de dire des conneries plus grosses que vous !

        • Le CO2 est un constituant de la planète depuis des dizaines de millions d’années, sa proportion dans l’atmosphère a toujours varié. (Pour info le mot « Polluant ne figure pas dans le Littré).
          Dans le Robert : Agent (physique, chimique ou biologique) provoquant une dégradation dans un milieu donné. ce n’est pas tout a fait la définition que vous en donnez, mais peut-être avez vous des infos que le reste de la planète ne possède pas ?
          Si le CO2 provoque une dégradation depuis des dizaines de millions d’années les plantes vont être contente de vous lire !

      • ah oui et sans lui les plantes meurent et la planète est transformée en glace avec vous tout est polluant !!!

    • Bonjour,
      Loin de moi cette idée puisque justement j’essaie de les éclairer sur ces affaires compliquées d’énergies et de transition énergétique. Je n’ai pas de religion établie sur les effets du CO2. Je dis simplement à ceux qui placent le réchauffement climatique en priorité que le nucléaire est la meilleure solution d’avenir (peur de l’effet de serre, passez au nucléaire !), mais le nucléaire a bien d’autres qualités intrinsèques que je développe dans mes nombreux articles https://www.contrepoints.org/author/michel-gay
      et dans mon livre « Vive le nucléaire heureux ! »
      https://www.vive-le-nucleaire-heureux.com/

      • « Je n’ai pas de religion établie sur les effets du CO2. »
        Alors arretez d’en faire un argument récurrent de vos billets !

        Je vous rappelle que vos copains du CEA forment le gros des troupes françaises du GIEC. Faut quand même pas etre malin pour s’associer a ses pires enemmis …

    • Monsieur Gay ne cherche certainement pas à faire croire que le CO2 est un polluant. Il utilise simplement un des arguments préférés de ceux qui se disent écologistes (CO2 = pas bien) pour les mettre face à leurs contradictions par rapport à un autre de leurs chevaux de bataille (nucléaire = pas bien).
      En essayant de leur faire comprendre qu’il faut qu’ils choisissent leur combat, mais qu’en l’état de la technique actuelle il ne peut pas y avoir « en même temps » lutte contre le CO2 et lutte contre la production nucléaire d’électricité. Toute personne prétendant le contraire est un escroc, ou alors s’il est de bonne foi son réveil sera difficile quand il se rendra compte du résultat : moins de nucléaire = plus de CO2.

      • C’est bien votre truc mais ça marche pas. C’est l’histoire entre la theorie et la pratique, « en théorie on est riche en pratique on a deux putes a la maison ». Ici en theorie on a niqué les écolos, en pratique on ferme des centrales nucleaires.

        Faut arreter de rêver un peu sinon si c’est pour des trucs super qui marchent pas, faites plutot écolo-coco que libéral c’est plus cool.

      • ma réponse n’est pas passée…

        Je disais que c’est bien gentil votre truc mais ça marche pas, c’est comme le communisme.

        En pratique vous avez n*qué les écolos en pratique on ferme des centrales … vous ne voyez pas comme un petit décalage entre votre jolie théorie et la réalité ? Mais vous pouvez continuer, à mon avis, on n’en a pas encore assez fait. Il faut faire encore plus pour que les écolos comprennent enfin : proposons 100% de réduction du CO2, ça leur fera comprendre que le nucléaire est la solution …

        Complétement idiot.

  • pouvez vous nous rappeler monsieur gay ce que doivent être les buts d’une politique énergétique ..

    monsieur gay le programme électronucléaire français a été un sucés technologique ..il a permis i d’avoir une électricité compétitive comparablement aux autres pays MAIS pourtant il porte en lui les germes du problème actuel.. qui est l’interventionnisme politique.

    ce ne sont pas les éoliennes le problèmes..mais le fait qu’un élu veuille les imposer.
    il y a des tas de trucs à discuter du moins dans un monde libre par exemple des taux fixes de l’électricité.. en simple pourquoi dois je subventionner l’électricité de celui qui vit dans un coin reculé ??

    la connivence est consubstantielle à la production électrique en france..

    ce n’est as trop demander que de rappeler ou d’exiger les idées générales ou principes qui justifient l’intervention de l’état dans ce secteur..

    discuter du reste me semble vain..

    arrêtez d’ailleurs de parler du CO2..
    la france ne peut pas modifier seule le climat donc tout discussion sur le CO2 repose nécessairement sur le respect d’engagement sur les émissions de CO2 qu’aurait pris un gouvernement français ( à tort ou a raison)..qu’un autre gouvernement pourrait d’ailleurs renier..
    donc… si vous voulez parler CO2 vous me dites où est le mécanisme qui oblige un producteur électrique à émettre telle quantité de CO2 ou sinon oubliez l’argument..
    vous semblez parler à deux personnes à la fois, l’lecteur et le consommateur??
    zut alors en tant que consommateur je me fous que mon électricité sorte du cul d’une licorne…je regarde essentiellement le contrat..mais en tant qu’électeur je peux effectivement « exiger » que mon électricité sorte du cul d’une licorne..

    votre discours repose sur l’idée qu’il y aurait un interet collectif « électrique » ,soit , quel est il????

    • je connais des gens qui ‘m’ont affirmé VOULOIR des tarifs plus élevés de l’elcectricité…alors certes je rigole..mais a demi car ils votent…et donc compte tenu que la production électrique dépend de l’élection et non seulement des choix de consommation…..

      les lubies prétendument environnementales des gens sont une choses, elles ne me gênent pas plus que ça…c’est qu’on me les impose..

      monsieur gay il n’y a pas d’alternative quand on dit qu’on sait mieux faire que les autres, on doit exiger que l’etat se retire du jeu, argument aussi valable pour les producteurs intermittents.

    • à Jacques Lemière:
      la façon dont sont présentés à l’opinion l’éolien et le solaire photovoltaïque, lutter contre l’urgence climatique, est un mensonge d’Etat aussi bien vis-à-vis des « réchauffistes » que des « climatosceptiques », puisqu’ils ne peuvent rien de significatif sur nos émissions de CO2, et ce sera encore moins le cas si nos centrales à charbon sont fermées. Et nos émissions de CO2 augmenteront si l’on remplace nos réacteurs nucléaires par des centrales à gaz.
      Prétendre que la baisse des coûts de production de l’éolien et du solaire les rendra compétitifs vis à vis des centrales pilotables (nucléaire, gaz, charbon, hydraulique de lac…est également un mensonge d’Etat, puisqu’il faudra conserver notre puissance totale de centrales pilotables pour faire face aux soirées d’hiver sans vent! Et si le stockage remplace un jour les centrales pilotables, leur coût (élevé) s’ajoutera à celui de l’éolien et du solaire. La politique actuelle conduit donc à une augmentation considérable du coût de l’électricité, comme cela se produit partout en Europe de manière à peu près proportionnelle aux capacités installées par habitant d’éolien et de solaire, mais cela, les médias et l’Etat se refusent à l’expliquer, en bonne démocratie.
      Le CO2 est un toxique pour l’homme au-delà d’environ 0,5 % en volume dans l’atmosphère.
      Le CO2 ne bénéficie aux plantes qu’en fonction de la température. Au -delà de 30 °C environ, l’effet disparaît dans nos régions.
      Le CO2 n’est pas le seul paramètre à examiner. Il y a la pollution atmosphérique, qui n’est pas nuisible uniquement pour les hommes, mais aussi pour les animaux et même les plantes .

      • peut être bien…mais ce genre de questions devraient juste concerner des producteurs d’énergie électriques pas des consommateurs..

        mon point de vue est en premier ..demander que les gouvernements ne se m^le pas de la politique energetique..
        le gouvernement est juste apte à donner un cadre réglementaire par exemple environnemental ,
        mais si malgré tout le gouvernement souhaite une politique energetique , exiger de préciser quels sont les buts !!!

        monsieur gay défend le nucleaire en disant souvent pas de CO2 , pas trop cher …sauf que le marché saurait faire pas cher tout en tenant compte de la réglementation CO2 ( raisonnable ou pas mais juste affiché clairement)..

        clairement monsieur gay souhaite une politique energetique…je lui demande d’en préciser les buts..pour au moins savoir si je suis d’accord avec eux..

  • General Electric vient de devoir payer 50 M€ pour n’avoir pu développer Alstom, malgré le milliard d’€ investi, parce aucun investisseur ne veut plus croire aux turbines à gaz, en raison du renouvelable qui ne permet plus de garantir à ces turbines un facteur de charge de 80 %, nécessaire pour être rentable. Ce qui conduira à une reprise en mains par l’Etat de ce secteur, et des pertes qui iront avec.

    • oui et comble du comble nous entendrons un..regardez ils subventionnent les fossiles!!!

    • 50M€… très loin des économies qu’ils vont faire en dégageant les capacités en Europe…
      Et ils vont se les repayer en un claquement de doigts, par ajustement des tarifs des contrats de maintenance de nos fières centrales nucléaires, qu’il ont sous contrôle depuis le même rachat en question 🙂

  • « C’est grâce au nucléaire que notre atmosphère est plus propre qu’en Allemagne et seul le gaz (ou le charbon…) »
    Ca aussi, c’est faux. L’exemple allemand le prouve : elle a réduit le nucléaire ET le charbon au profit des ENR.
    De toutes façons, inutile de s’épuiser à refaire le monde toutes les semaines. Le developpement des ENR est une directive européenne. On peut sauver le nucléaire français, mais certainement pas interdire le developpement des ENR.

    • allons y alors jusqu’à la catastrophe : black out qui causera des milliers de morts, effondrement de nos industries, dévastation des paysages, holocauste de l’avifaune, scandales sanitaires dus aux infrasons, etc

    • le problème quand on regarde ce qui se passe en allemagne ou ailleurs est d’oublier que sans la Transition Energetique ou l’EnergieWende..ben il y aurait une transition energetique… qui est en cours depuis 3000 ans ou bas mot.

      et aussi les emissions de particules liées à la production electriques doivent bien être plus élevées en Allemagne qu’en France.. ( à vérifier) on peut mettre ça au crédit du nucleaire..

      • Je vais vous épargner le soin de vérifier. Emissions de particules fines et de CO2 sont bien sûr plus élevées en Allemagne qu’en France MAIS la tendance est à la baisse, parce que si le developpement des ENR s’est fait au détriment du nucléaire, il s’est aussi fait au détriment du charbon/lignite…

        • « parce que si le developpement des ENR s’est fait au détriment du nucléaire, il s’est aussi fait au détriment du charbon/lignite… »
          Non, pas du tout.
          C’est pourtant simple à vérifier: https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lectricit%C3%A9_en_Allemagne

          En Allemagne, depuis 2000, la production d’électricité annuelle en TWh via la lignite est stable. L’utilisation du charbon a baissé mais intégralement compensée par l’augmentation de la consommation de gaz pour produire de l’électricité.
          Conséquence: la production l’électricité d’origine fossile est à peu près stable (Autour de 340-350 TWh selon les années) même si sa part dans la production globale a baissé en pourcentage (ce qu’aiment mettre en avant les écolos).
          La production l’électricité d’origine nucléaire allemande annuelle a été divisée par 2 depuis l’année 2000. C’est une décision politique et non une conséquence d’un attrait économique pour les EnR! LA conséquence politique voulue de cette décision a été le développement des EnR pour essayer de compenser. Cette décision politique a fait passer la production des ENR de 13 TWh en 2000 (sans hydraulique) à 197 TWh en 2017 (sans hydraulique). L’électricité d’origine hydraulique restant stable (autour de 20 TWh durant toutes ces années), toute cette nouvelle production EnR s’est faite par l’éolien et le PV, productions hautement intermittentes représentant 30% de la production globale d’électricité en Allemagne en 2017 (production totale 2017: 654 TWh).

          Problème:
          la consommation allemande annuelle d’électricité est passée de 501 TWh en 2000 à 531 TWh en 2015 pendant que la production d’électricité « pilotable » est passée de 517 TWh (542 avec l’hydraulique) en 2000 à 430 TWh (avec hydraulique)!! Il y a donc un delta de 100TWh qui doit être assuré par les EnR et les importations…
          Donc, en théorie, l’Allemagne couvre tous ses besoins en électricité mais avec 30% de production non pilotable pouvant s’arrêter brutalement.
          Conséquences: quand il n’y a (associations au choix 🙂 ) pas de soleil et/ou pas de vent et/ou, pas assez d’électricité d’importation et/ou pics de consommation… il y a risque de black-out. Ce qui a failli se produire en janvier dernier. Black-out évité de peu parce qu’on a intimer l’ordre à de rosse industrie consommatrice d’électricité d’arrêter de fonctionner temporairement!
          Si cela devait se reproduire régulièrement (risque non négligeable au vu des politiques de production d’électricité en Allemagne mais également en France fournisseur fréquent de l’Allemagne en électricité), je pense que certains industriels allemands vont commencer à orienter leurs futurs axes de développement vers des pays stables en matière de production d’électricité…

          Par ailleurs, vous remarquerez qu’il a fallu augmenter les EnR (non hydraulique) de 185 TWh entre 2000 et 2017, alors que la consommation moyenne n’a augmenté que de 20 TWh et la production nucléaire a baissé de 80 TWh soit 100 TWh théoriques à compenser.
          Désolé, c’était un peu long…

    • Personne ne parle de les interdire. II faut juste arrêter de les subventionner et payer l’électricité que produisent les EnR au prix du marché sans priorité d’accès au réseau. En gros, il faut simplement les mettre en concurrence directe avec les autres sources d’électricité sans aucune aide étatique. Dans ces conditions, les EnR ne survivront que dans les rares endroits (s’il y en a) où elles ont un intérêt économique par rapport aux sources classiques.

  • et il faudrait plusieurs planètes pour créer un dispositif de stockage sûr de l’électricité, notamment en lithium, et ça serait prohibitif

  • » élément qui développe des impacts négatifs sur tout ou partie d’un écosystème »
    Tout est donc polluant, si l’on croit l’Impact Négatif. Reste a définir les uns, pactants, par rapport a d’autres, et la théorie de la négativité relative

  • Le débat sur le CO2 que cet article a déclenché est hors sujet.
    L’article de Michel Gay sur les déclarations du président montre surtout ses incompétences et/ou mensonges, comme ceux de ses conseillers écolos, pour les choix énergétiques coûteux et catastrophiques en faisant miroiter les solutions solaire et éolienne qu’on n’a pas fini de payer et qui nous conduisent droit à des black out. Il faudra le vivre. Même d’une heure ou deux ce sera épouvantable.

    • un élu prend des décisions , l’élection ne rend pas compétent.. au pire vous pouvez accuser macron d’etre malhonnête mais reste que macron a été élu en ne cachant pas qu’il défendait la transition energetique… ses motivations sont secondaires..

      rappel hulot est toujours populaire et son pacte machin chose qui prônait la taxe carbone était approuvé par plus de 80% des gens…

  • décidément, l’intermittence (les intermittents)…. quelle plaie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres ... Poursuivre la lecture

Emmanuel Macron
3
Sauvegarder cet article

Avez-vous vu des hôpitaux pris d’assaut par des hordes de fanatiques brandissant des pancartes ? Des avions à destination de l’étranger bondés de jeunes filles désespérées ? Lisez-vous chaque jour des histoires affreuses d’arrière-cuisines transformées en salles d’interventions de fortune avec des aiguilles à tricoter ? Voyez-vous des affrontements dans la rue, dans les tribunaux, dans les salles de conseil municipal ? Observez-vous médusés des prises d’otages de médecins et d’infirmières ?

Ne dites pas oui par pur esprit taquin, même ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

L’origine de la décision politique de l’arrêt définitif du réacteur nucléaire surgénérateur Superphénix par le gouvernement de Lionel Jospin le 2 février 1998 s’apparente au fameux « effet papillon » : le battement de l’aile d’un papillon au Brésil peut aboutir à la formation d’un cyclone au Texas ou en Indonésie. Le résultat de cette décision annoncée (elle figurait dans son programme pour se faire élire avec les voix des Verts) fut un désastre technique (abandon d’une filière d’avenir), humain (pertes de compét... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles