Ressentiment et générosité : à propos de Notre-Dame de Paris

L’argent pour Notre-Dame n’est pas volé aux pauvres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Statue Detail on Notre Dame de Paris By: MCA / Mike Allyn - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ressentiment et générosité : à propos de Notre-Dame de Paris

Publié le 19 avril 2019
- A +

Par Gérard-Michel Thermeau.

Nous vivons dans le plus beau pays du monde : le pays de l’altruisme et de la générosité ? Non, le pays de l’envie, du ressentiment et de la haine de classe. Les riches ne donnent rien : ce sont des égoïstes. Ils donnent : ils font de la communication. Ils donnent pour Notre-Dame. Que ne donnent-ils pour sauver la cathédrale planète, soigner la cathédrale humaine et, accessoirement, araser la pyramide de la connerie humaine ?

Bref, vous l’aurez compris, quoi que fassent les riches, ils ont tort, tort d’être riches. Et la gauche la plus bête du monde se regarde avec délectation dans le miroir de son narcissisme, persuadé d’être l’incarnation de la solidarité et de la générosité. Il est vrai que sa générosité ne connait d’autre limite que celle du contenu du portefeuille des autres.

Les petits raisonnements de la petite gauche mesquine

Les pires sophismes de la gauche la plus bête du monde sont ainsi remontés à la surface. Des grosses fortunes donnent des sommes importantes, c’est qu’elles ont trop d’argent clame un gauchiste dont le nom présente peu d’intérêt. Si elles avaient proposé des sommes dérisoires, qu’aurait-on entendu sur la « pingrerie » des riches. Le raisonnement qui se trouve derrière est très simple : la richesse c’est le mal. L’impôt n’a pas pour justification de financer l’action de l’État, l’impôt a pour but de spolier les riches et d’en faire des pauvres.

La comparaison entre la catastrophe qui touche Notre-Dame et les « urgences sociales » laisse rêveur. Ce ne sont pas quelques centaines de millions qui changeront quoi que ce soit à la situation des pauvres en France. L’État, qui accapare plus de la moitié de la richesse produite chaque année, qui se targue d’être un État-providence, n’y arrive pas.

En effet, ce dont ont besoin les pauvres ce n’est pas de la charité, prenne-t-elle la forme de la prétendue « solidarité » étatique. La charité peut soulager momentanément mais elle ne résout en rien le problème fondamental.

Vous êtes sensible à la misère, mettez la main à votre poche

Je le sais, je consacre chaque année une certaine somme à diverses organisations qui luttent contre la précarité ici, et ailleurs dans le monde. Comme je suis un affreux égoïste, je déduis mes dons de mes impôts et donc j’oblige les autres, ceux qui ne donnent rien, à financer mes lubies. Non vraiment, je vous demande un peu, quelle manque de générosité.

Aussi, si nos bons esprits de gauche se posent la question de savoir où trouver l’argent nécessaire face à la misère sociale, je répondrais : ne cherchez pas plus loin, dans vos poches, bien sûr, au lieu de le chercher toujours dans la poche des autres. Vous qui êtes si généreux et généreuses, donnez, donnez encore et surtout, surtout, ne déclarez pas vos dons à l’administration fiscale.

Une certaine insoumise à tout sauf au grégarisme dénonce les exonérations d’impôts. Comme si on « volait » l’État par la déduction fiscale, comme si on obligeait les contribuables à payer les sommes que l’on donne librement. C’est un raisonnement tellement idiot qu’on en reste sans voix. Mais bon, c’est à ça qu’on les reconnaît.

Le don et l’impôt

Quand l’État ne peut pas accaparer votre argent, vous le volez c’est bien évident ! Quelle manque de générosité ! Et c’est mal quand on pense à tout ce qu’on peut faire avec l’argent public : faire fonctionner notre école publique qui soutient sans rougir la comparaison dans les classements internationaux, nos hôpitaux qui sont un modèle de rapport qualité/coûts, notre justice qui fait honneur à notre pays, notre police qui se montre d’une redoutable efficacité mais cela dépend contre qui, etc.

Mais c’est bien là le problème.

En donnant, je décide de l’affectation précise de mon argent. Ici, je peux donner pour la reconstruction de Notre-Dame, là pour aider telle action au Cambodge, là pour soutenir les familles en difficulté à côté de chez moi. En payant l’impôt, je vois mes revenus affecter dans un pot commun. Et là mon argent va servir à maintenir à flot un quotidien communiste qui n’a plus de lecteurs, payer l’intérêt de la dette conséquence de l’excellente gestion des finances publiques, financer un syndicat étudiant dont l’activité principale consiste à cracher sur la culture occidentale, et autres charmantes affectations de l’argent public.

Le ruissellement étatique

L’essentiel de l’argent public ne sert ni à assurer les fonctions régaliennes de l’État ni à faire disparaître la pauvreté. Il sert à payer des tas de gens qui ne sont pas pauvres, de riches acteurs à de vertueux syndicalistes qui n’ont plus aucun contact avec le travail depuis longtemps, d’innombrables fonctionnaires qui ne fournissent pas nécessairement les services auxquels les contribuables pourraient prétendre, sans parler de myriades d’associations toutes fort intéressantes en soi mais qui devraient pouvoir trouver d’autres financements si leur utilité est tellement avérée.

Et là, une fois que les fonctionnaires et les divers prébendiers du système ont été arrosés, ce « ruissellement » atteint les pauvres qui se contentent des miettes du festin.

Pour le reste, le problème social, qui est chez nous particulièrement marqué alors que nous bénéficions d’un « modèle social » que le reste du monde ne nous envie pas, n’est-il pas largement le résultat de la politique d’un État devenu obèse qui ne peut rien pour faire le bien mais peut tout pour entraver les initiatives individuelles et accabler de tracasseries sans fin les habitants de ce pays ?

L’argent pour Notre-Dame n’est pas volé aux pauvres

Notre-Dame a besoin d’argent pour se reconstruire et besoin de notre générosité.

La pauvreté a besoin d’une économie dynamique, favorisée par l’esprit d’entreprise, d’un marché du travail où le chômage cessera de peser comme une fatalité. Bref, ce dont souffrent les pauvres ce n’est pas qu’il y ait des riches mais que l’on ne cesse, au contraire, de pénaliser la création de richesses. Plus il y aura de riches, moins il y aura de pauvres.

Il est vrai que l’objectif d’une certaine gauche n’a jamais été la disparition de la pauvreté mais celle de la richesse. Cette petite gauche, qui ignore le sens du mot générosité, est mesquine, travaillée par l’envie et le ressentiment. Remarquons-le, ce ne sont pas des vertus très chrétiennes, si l’agnostique que je suis peut ainsi s’exprimer. On comprend que l’idée d’une reconstruction d’une cathédrale leur reste en travers de la gorge. Et ils ont le culot de s’abriter derrière la grande ombre de Victor Hugo. Ah, les misérables !

Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • Notre Dames de Paris c’est pas la fin du monde ..Il y a une overdose du sujet , je pense que nous saurons jamais la vérité , c’est le saint esprit qui à mis le feu a la charpente !!! Revenons sur terre , nous attendons les annonces du Président et les élections Européennes la vie continue !!

    • la france est un pays de pleurnicheurs .. un toit réparer et les voila qu’ils chialent depuis 3 jours..
      imaginez les pendant la 2 eme guerre mondiale .. ahhh ils ne risquaient pas de la gagner

      • Les gauchiasses enragent de voir ce pognon aller dans d’autres poches que les leurs. La pénurie d’Audiard Awards est déjà là.

    • on ne saura jamais la vérité …mais il y aura toujours un doute sur le sujet ; avant même le début de l’enquête , on nous a seriné que c’était un accident…..il va sans dire que si cet incendie n’est pas accidentel , la nouvelle ne sera pas crier sur les toits….

      • Amis du complotisme, bonjour.

        • On peut à bon droit s’étonner qu’avant la moindre enquête, on élimine certaines pistes.
          Les hypothèses que l’on émet doivent bien sûr être soumises à une analyse rigoureuse. Mais les accusations de complotisme visent à museler la liberté de penser… Qui y a intérêt?

          • L’analyse rigoureuse consiste à dire que comme on nous annonce que c est un accident alors ce n est certainement pas un accident et que nous ne saurons jamais la vérité ?

            Je suis heureux de ne pas être rigoureux.

            • Ceux qui disent que c’est un accident doivent expliquer la nature de cet accident. Il y a toujours une cause à un incendie. Quelle est cette cause « accidentelle »?

              • Dans la même logique, ceux qui disent que ce n’est pas un accident doivent aussi expliquer la cause réelle.

                • oui et si c’est un  » accident » quelqu’un est bien responsable.. non?

                  • C’est l’état qui avait en charge l’entretien et la préservation de l’édifice qui est responsable. Comme » l’état s’assure lui même »
                    la charge de la restauration lui incombe. Heureusement quelques généreux donateurs sont venus à son secours en attendant les autres

            • Votre remarque fait partie de l’analyse que l’on peut faire. Elle révèle un comportement illogique…

        • Le renversement total des valeurs est à l’oeuvre.
          Se poser des questions est « complotiste », se borner à la version officielle sans admettre la moindre question là-dessus est « raisonnable ».

        • complotisme ? que nenni ! mais plutôt un tantinet réaliste et surtout une grande méfiance envers l’exécutif qui passe plus de temps à nous mener en bateau qu’à nous dire les vérités ;

        • Vous n’êtes pas très malin! Lorsque les autorités décrètent avant même la moindre enquête que c’est un accident, on a le droit de s’interroger, surtout après les multiples vandalismes dans les églises de ces derniers temps. Chose qui n’arrivait pas auparavant. Cela trahi une volonté délibérée de dédouaner d’avance leurs auteurs !

  • Le matérialisme marxisant considère avec juste raison que l’homme a besoin de pain pour vivre. Mais il oublie que l’homme ne vit pas que de pain: il a besoin de gratuité, de liberté, de spiritualité. Il faut tenir les deux et se rappeler que le pain quotidien doit être de préférence le fruit du travail…
    Dans cette histoire, l’Etat socialiste a tout faux…

  •  » Wenn ein inferiorer Mensch seine alberne Existenz, sein viehisch-dummes Glück als Ziel fasst, so indigniert er den Betrachter; und wenn er gar andere Menschen zum Zweck seines Wohlbefindens unterdrückt und aussaugt, so sollte man so eine giftige Fliege totschlagen.  »

    Quand un homme inferieur se fixe comme but un bonheur bestial, une existence insignifiante, il indigne l’observateur;
    et si pour y parvenir il oppresse et vampirise les autres , alors il faut écraser cette mouche toxique.

    Nietzsche, Fragments posthumes. Printemps 1884

  • Si les dons permettent de reconstruire Notre Dame, cela signifie que ce pays n’est pas peuplé uniquement de gens jaloux et haineux.

    • Exact. Et ni uniquement de gens qui profitent de l’occasion pour casser du sucre sur le dos du riche ou du gauchiste…

  • La gauche, pour l’essentiel, ce sont de gros narcos volants en escadrilles ❗
    Priez qu’ils ne vous tombent pas sur la tête, cela sentirait mauvais, très 🙁

  • Si les dons ne sont pas critiquables en soi, on peut toutefois remarquer que leur médiatisation manque quelque peu de discrétion, ce qui a suscité les réactions pavloviennes des aboyeurs habituels, tout rougeoyant d’envie et de jalousie, leur cœur empli de haine et de ressentiment.

    Marc 12, 41-44
    « S’étant assis en face du Trésor, il considérait comment la foule mettait de la monnaie dans le Trésor, et beaucoup de riches en mettaient beaucoup. Vint une pauvre veuve qui mit deux petites pièces, soit un quart d’as. Il appela ses disciples et leur dit :  » Je vous le dis, en vérité, cette pauvre veuve a mis plus que tous ceux qui ont mis dans le Trésor. Car tous, c’est de leur superflu qu’ils ont mis; mais elle, c’est de son indigence qu’elle a mis tout ce qu’elle avait, tous ses moyens de subsistance. »

    (Un quart d’as est l’équivalent de 10 centimes d’euro.)

    • Chacun met ce qu’il veut, la liberté devrait le préserver d’être jugé sur le montant, sinon on peut se demander si c’est sa conviction personnelle qui dicte son don, ou l’image qu’il veut donner de sa personne.

    • Les media sont une plaie de nos jours car ils attisent les ressentiments, surtout quand ils sont tous de gauche!

    • Bon en emmène temps, mettre tous ses moyens de subsistance… il aurait plutôt du lui rappeler que charité bien ordonnée commence par soi-même ?

  • Comme dit le 1er Ministre qui dit la vérité vrai !! je vous parle pas quand elle est mensongère !!

  • Bravo à l’auteur et Bravo à nos chefs d’entreprises. Cet événement a montré que la plupart des français ont du bon sens et un sens profond de leur culture malgré l’enfumage de la gauche et de nos élites jet-set mondialistes pour nous extirper le moindre sentiment d’une sorte d’identité ou d’héritage.

    Tout le monde n’a pas été complètement lobotomisé par le modèle socialisant malgré les années et des gens en reviennent de la supercherie de la gauche : sa mission n’a jamais été de créer des entreprises ni des emplois, puisqu’elle en est incapable par nature, mais de s’assurer de redistribuer l’argent généré par ces mêmes entreprises et de le contrôler par toujours plus de fonctionnaires et leurs descendants à sa botte.

    Ce sont les innovateurs et les compagnons artistes portés par la religion catholique et nulle autre qui a initié le mouvement des grandes cathédrales (et l’art de la peinture sacrée et profane à la Renaissance et par la suite). Incroyable, ils ont fait du beau pour le peuple. Pour comparer, les grandes pyramides elles ont été érigées pour la seule royauté.

    Les propos aigres et rabat-joie tenus par la gauche jusqu’à la gilet jaune Levavasseur qui ne parle que de sa situation personnelle comme si la société en était responsable, sont d’une médiocrité et d’une bêtise sidérantes. Avec de tels gens, nulles cathédrales mais des HLM couvrant la France. Arrêtons les HLM et supprimons la Loi Dalo. Quels idiots ont été faire des lois qui attaquent l’État, donc nous-mêmes.

    S’il y a trop de fonctionnaires (4 millions qui devraient être ramenés à 3, voir les autres pays), il y a aussi trop de sous-fonctionnaires employés dans le million et demi d’associations existantes. Ces gens ne cessent de quémander de l’argent à l’État ou pour faire toujours plus d’associations. Malgré toutes ces associations, les problèmes ne se sont pas plus réglés et la situation ne fait qu’empirer. Trouver la solution…

    Tout cela pour dire. Fichez-nous la paix. Apprécions ce moment de grâce et de communion qui sont si rares, et demandons-nous où est passé notre génie. Il s’est dissous en divisant les gens entre manuels et intellectuels puis entre réactionnaires/nationalistes et progressistes, ce qui revient au-même.

    Les Français se sont précipités dans les universités tellement ils ont peur de passer pour non intelligents alors que nous avons besoin de techniciens en aéronautique, en hydraulique, en maintenance d’ascenseurs, en contrôle de la qualité, en construction de bâtiments, etc. et que ce sont à l’épreuve des métiers comme auparavant les tailleurs de pierre qui ont inventé la clé de voute et les arcs-boutants, les vitriers en créant les vitraux, les charpentiers des cathédrales avec la vision de la Jérusalem de religieux tout aussi créatifs que nous avons été capables de trouver des innovations.

    La gauche ne comprend pas pourquoi nos grands chefs d’entreprise ont donné ces sommes? Parce qu’étant eux-mêmes des bâtisseurs au 21ème siècle, et sans se comparer, ils honorent la mémoire des grands bâtisseurs du Moyen-âge, qui les ont précédés. Une reconnaissance. Et une émotion partagée par beaucoup qui n’a rien à voir avec l’argent ni avec les touristes. Ni à chipoter pour dire un tel a donné 100, l’autre a donné 200 pour surenchérir. Arrêtons de prêter des intentions.

    On a bien le temps de revenir aux affaires courantes.

  • Amen, sans mauvais jeu de mot

  • J’ajouterais qu’il compte aussi sur un sentiment de culpabilité. Celui qui n’a pas les moyens de faire un don, s’il se sent à contre courant en agissant pas, reçoit favorablement les arguments qui n’ostracisent pas son attitude passive.

  • A lire certains commentaires, c’est à se demander si c’est pas les gauchistes qui ont mis le feu (au sens propre) en poussant un peu.

    Et puis y en a marre de ce tapage médiatique sur Notre-Dame, le moindre évènement est à la sauce ND, impossible d’y échapper (même sur CP c’est la surdose), c’est dommage cet incendie mais diable nous ne sommes plus au moyen-âge. C’est surréaliste encore plus que l’incendie.
    En outre l’édifice n’est que partiellement détruit et sera reconstruit avec une mise à jour architecturale. Il n’a pas survécu 800 ans sans modifications. Le changement c’est la vie !

    • Entre une théocratie catholique et une théocratie islamique je ne choisis aucune des deux, pas vous visiblement !

      • La religion catholique a abandonné depuis des siècles toute tentation de théocratie, l’Islam c’est le contraire. Donc votre accusation déjà grotesque est irrecevable!

        • La religion catho oui mais à titre individuel ? filmz cite l’anticléricalisme des gauchistes, ce qui laisse penser qu’il est clérical. Cela est tiré par les cheveux mais je fais comme vous, je caricature.

    • Vous n’avez pas encore compris que le tapage médiatique s’applique à tout ce qui sort de l’ordinaire ? Il faut bien « nourrir » les chaînes d’info en continu, ce n’est pas propre à ND.

      • Tous les évènements qui sortent de l’ordinaire ne sont pas soumis au même feu médiatique. Celui-ci est particulièrement gratiné. On a même vu fleurir des « je suis ND » ! Grotesque !

  • Merci Gérard-Michel.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une majeure partie, soit 80 % des impôts que nous payons s’inscrivent dans une logique gagnant-perdant, voire perdant-perdant. Les échanges gagnant-gagnant augmentent la prospérité d’une société. Les échanges gagnant-perdant la laissent inchangée. Les échanges perdant-perdant appauvrissent tout le monde.

Voici des exemples concrets de ces catégories.

Gagnant-gagnant : vous achetez votre pain chez le boulanger parce qu'il fait du meilleur pain que vous ou bien que vous y passeriez trop de temps si vous deviez le confectionner vou... Poursuivre la lecture

Les personnes de gauche et, plus généralement, les interventionnistes de tout bord, sont les premiers à revendiquer les valeurs de tolérance et de générosité. En particulier pour cette dernière valeur, le fait de vouloir utiliser l’État à des fins sociales est présenté comme gage de générosité. Les politiques sociales sont bonnes par nature, les autres égoïstes.

Pourtant, comme le montrent les études universitaires, ce sont les gens de gauche - ou, il faudrait absolument préciser, les étatistes - qui sont les moins tolérants et les moi... Poursuivre la lecture

Don Contrepoints
0
Sauvegarder cet article

Chers amis,

Il y a une semaine et demi, Contrepoints changeait de maquette. La plupart des fonctions du site sont reparties. La très forte lenteur observée au moment du lancement de la nouvelle maquette a été résolue, et nous avons mis en place un plan pour accélérer le site. Le gros point noir reste l'absence des images dans les flux RSS et les applications iPhone et Android, qui ont redémarré en début de semaine, que nous sommes en train de résoudre. Les avatars des comptes auteurs et comptes utilisateurs devraient également revenir ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles