57% des Français pour la limitation des subventions aux associations

Selon un sondage exclusif pour Le Cri Du Contribuable, plus de la moitié des Français se déclarent pour une limitation des subventions aux associations.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Sondage-Ifop-bon-212x300

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

57% des Français pour la limitation des subventions aux associations

Publié le 1 mai 2012
- A +

Selon un sondage exclusif pour Le Cri Du Contribuable, plus de la moitié des Français se déclarent pour une limitation des subventions aux associations.

Par Le Cri du Contribuable, fondateur de l’institut BVA.
Un article du Cri du Contribuable.


Sondage-Ifop-bon-212x300Selon un Sondage Ifop / Le Cri du Contribuable portant sur les Français et les subventions, 57 % des Français sont favorables à la limitation des subventions aux associations. Le clivage des opinions est à l’origine des appartenances politiques. Le Front de gauche est partagé, craignant de saper l’effort des associations amies. À l’UMP et au MODEM, on est clairement en faveur de cette limitation.

Au moment où on s’interroge sur les voies à suivre pour remettre d’aplomb nos finances publiques, la question se pose du bien-fondé des subventions qui représentent chaque année une centaine de milliards d’euros. Les deux tiers vont aux entreprises et le tiers restant sert au financement de toutes sortes d’associations.

Y a-t-il là une source potentielle d’économies d’argent public ?

C’est l’objet du dernier sondage mené par l’Ifop pour l’Observatoire de la fiscalité et des finances publiques.

En ce qui concerne les subventions aux entreprises, l’opinion est assez partagée face à leur éventuelle suppression, avec une majorité relative qui y serait favorable : 45 % pour, 33 % contre.

L’analyse des réponses montre que c’est un sujet sur lequel les jeunes électeurs ont du mal à se prononcer. L’opposition aux subventions aux entreprises croît avec l’âge des interviewés.

Au sein des catégories socioprofessionnelles, c’est chez les ouvriers que le rejet des subventions aux entreprises est  le plus marqué. Et c’est chez les travailleurs indépendants que cette mesure est la plus contestée, avec un partage des réponses en deux parts égales.

Politiquement, le Front de Gauche est largement pour supprimer ces subventions alors que l’UMP est le seul groupe où une majorité relative se prononce contre. On peut y voir un clivage idéologique, les uns refusant d’aider « le capital » quand les autres s’inquiètent des répercussions économiques d’une telle initiative.

—–

L’adhésion à la suppression des subventions aux entreprises

Question : Seriez-vous favorable ou opposé à la suppression des subventions aux entreprises dans le cadre des économies à trouver sur les dépenses publiques ?

  • Total Favorable 45 %
  • Tout à fait favorable 13 %
  • Plutôt favorable 32 %
  • Total Opposé 33 %
  • Plutôt opposé 28 %
  • Tout à fait opposé 5 %
  • Ne se prononce pas 22 %

—–

En ce qui concerne le plafonnement des subventions accordées aux associations à hauteur de la moitié de leurs ressources, le partage des opinions est plus tranché, avec deux fois plus de partisans que d’opposants.

On retrouve un clivage des opinions en fonction des choix politiques des interviewés : les électeurs de gauche sont partagés, craignant sans doute pour les nombreuses associations idéologiquement proches de leurs idées. Les électeurs de droite comme ceux du Modem sont largement favorables à ce plafonnement.

—–

L’adhésion à la limitation des subventions aux associations

Question : Et seriez-vous favorable ou opposé à ce que les subventions versées aux associations ne puissent excéder la moitié de leurs ressources ?

  • Total Favorable 57 %
  • Tout à fait favorable 22 %
  • Plutôt favorable 35 %
  • Total Opposé 26 %
  • Plutôt opposé 18 %
  • Tout à fait opposé 8 %
  • Ne se prononce pas 17 %

—–

Y a-t-il une propension des gouvernements à favoriser par l’octroi de subventions les organisations « amies » ?

Les Français pensent plutôt que oui, mais à une faible majorité : 43 % contre 35 % de l’avis inverse.

Les électeurs du Modem sont les plus convaincus de l’existence d’un favoritisme politique dans l’attribution des subventions aux associations, sans doute parce que leur éloignement du pouvoir les rend plus méfiants. Ceux de l’UMP sont les seuls à nier cette pratique, pour la raison inverse.

—–

Le jugement sur la connivence entre les associations et le pouvoir en place

Question : Estimez-vous que les subventions aux associations sont souvent utilisées pour favoriser des organisations proches du pouvoir en place ?

  • Total Oui 43 %
  • Oui, tout à fait 12 %
  • Oui, plutôt 31 %
  • Total Non 35 %
  • Non, plutôt pas 27 %
  • Non, pas du tout 8 %
  • Ne se prononce pas 22 %

—–

On voit que s’il y a dans la masse des subventions un réel potentiel d’économies, celles-ci devront être clairement motivées pour emporter l’adhésion du public.

—-
Étude réalisée par l’Ifop pour Contribuables Associés sur un échantillon de 1099 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’interviewé(e)) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI – Computer Assisted Web Interviewing) du 2 au 4 avril 2012.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
socialisme
3
Sauvegarder cet article

Le doute n’est plus permis, nous vivons dans une ambiance socialiste assumée.

Que droite ou gauche gouverne importe peu. D’ailleurs, ce clivage politique a perdu de sa puissance fédératrice. Voter à gauche puis ensuite à droite n’était même pas envisageable il y a cinquante ans. Cela n’effraie plus personne aujourd’hui. L’explication fondamentale de ce phénomène apparaît à tout observateur de la vie politique : le socialisme a gagné. L’opposition libéralisme-socialisme n’existe plus dans la réalité économique et sociale française.

... Poursuivre la lecture

On entend beaucoup d’intervenants de la vie politique se désoler de l’abstentionnisme et du désintérêt des électeurs. Avec 54 %, l’abstention est le plus grand parti de France, nous répète-t-on. De la même façon que les subventions aux syndicats ont détourné les gens de ces instances qui ne finissent plus par ne représenter qu’elles-mêmes, les subventions aux partis politiques ne sont-elles pas nuisibles ?

Nous, contribuables, payons 66 millions d’euros par an pour financer les partis politiques. L’argent est distribué au prorata des r... Poursuivre la lecture

La contribution à l'audiovisuel public, plus connue sous son petit nom de redevance télé, est sur la sellette. Les candidats présidentiels Macron, Pécresse, Le Pen et Zemmour ont prévu de la supprimer, les deux derniers envisageant en outre de privatiser certains éléments de notre audiovisuel public. Parmi les motivations avancées, la question du pouvoir d'achat des Français et celle du pluralisme et de l'indépendance des médias.

Marine Le Pen

Éric Zemmour

Valérie Pécresse

Emmanuel Macron

S'agissant du p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles