Les dépenses sociales explosent, le modèle social français implose

Le modèle social français a évolué depuis la seconde guerre mondiale dans le sens d’une collectivisation croissante entraînant une augmentation mal maîtrisée des dépenses.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dépenses sociales explosent, le modèle social français implose

Publié le 1 mars 2019
- A +

Par Patrick Aulnas.

Le fameux modèle social français coûte de plus en plus cher. Les dépenses sociales représentent aujourd’hui plus de la moitié des dépenses publiques. Il en résulte que le poids des prélèvements obligatoires consacrés aux dépenses sociales ne cesse d’augmenter. Le choix de la France est atypique car la marge de liberté des citoyens dans ce domaine est plus faible que partout ailleurs. Les arbitrages individuels sont refusés au profit d’une gestion très politique.

La moitié de dépenses publiques et les deux tiers des prélèvements obligatoires

51 % des dépenses publiques étaient consacrées à la protection sociale en 2016. Cela représentait 648,8 milliards d’euros de prestations sociales. 91 % de ces prestations (santé, retraite, chômage, etc.) sont versées par le secteur public contre seulement 9 % par le secteur privé (mutuelles, associations, employeurs, etc.).

Si on observe les ressources et non plus les dépenses, un chiffre est particulièrement frappant : les deux tiers des prélèvements obligatoires français financent la protection sociale, comme le montre le graphique suivant fourni par le ministère des Solidarités et de la Santé.

Part du financement de la protection sociale dans les prélèvements obligatoires

L’envolée historique de dépenses sociales

Le problème principal résulte de la croissance de ces dépenses, qui reste plus forte que la croissance du PIB. Il en résulte que les dépenses sociales représentent une fraction croissante du PIB. Autrement dit, la société française a choisi de consacrer son enrichissement prioritairement à des dépenses collectives de solidarité au détriment de la liberté de choix de chaque citoyen.

Depuis 1959, les dépenses publiques de protection sociale sont passées de 14 % à 32 % du PIB. Le tableau suivant fournit le détail des évolutions. On notera l’importance considérable des dépenses de santé et de vieillesse et leur très forte croissance.

Part des prestations sociales dans la richesse nationale depuis 1959

La croissance annuelle a été en moyenne de 6,9 % entre 1959 et 1981, puis de 2,8 % entre 1981 et 2007, et enfin de 1,8 % entre 2009 et 2016. Ce dernier chiffre reste supérieur à la croissance du PIB depuis 2010, qui est de 1,2 % par an en moyenne. La part des dépenses sociales dans le PIB continue donc inexorablement à augmenter. Cette évolution ne peut évidemment pas être pérenne, sinon dans quelques décennies, la protection sociale absorbera l’essentiel du PIB.

La sécurité à crédit

Les Français ont, avec une inconscience qui interroge, choisi de reporter sur leurs enfants et petits-enfants la sécurité qu’ils s’offrent par les dépenses de protection sociale. On prétend que Louis XV utilisait l’expression « Après moi le déluge ». La France a collectivement adhéré à cette morale d’une médiocrité sans équivoque depuis le début des années 1990 en accumulant les dettes pour maintenir un système obsolète. En voici l’illustration.

Solde de la protection sociale et évolution des dépenses et des ressources

Les périodes de déficit apparaissent à partir de la décennie 1990, avec des rééquilibrages très provisoires de temps à autre. Nous ne sommes toujours pas sortis des déficits sociaux, malgré leur réduction depuis 2011. Il en résulte que la dette sociale accumulée est évaluée à 139,5 milliards au 31 décembre 2017. Quel bel héritage pour nos enfants !

Un modèle condamné à terme

Le modèle social français a évolué depuis la seconde guerre mondiale dans le sens d’une collectivisation croissante entraînant une augmentation mal maîtrisée des dépenses. La gestion totalement politique a conduit à chercher constamment des recettes nouvelles. La principale évolution dans cette direction fut la création en 1991 de la CSG, qui est en réalité un impôt sur le revenu permettant d’élargir l’assiette du financement de la protection sociale. Son taux initial de 1,1 % est aujourd’hui de 9,3 %. Il a donc pratiquement décuplé en une vingtaine d’années.

Le caractère résolument collectiviste du modèle social français entraîne des rigidités et une faible adaptabilité. Gestion politique oblige : il faut d’abord et avant tout tenir compte de l’impact électoral de chaque décision de gestion, ce qui génère une omniprésente démagogie. Ce modèle est sans aucun doute condamné à terme sauf si un miracle se produit : une très forte croissance économique de 4 ou 5 % par an pendant de nombreuses années. Dans ce cas la richesse créée permettrait d’assurer le financement et les politiciens pourraient feindre de donner beaucoup à leurs électeurs… avec l’argent des autres. Mais comme cette hypothèse a des chances infimes de se réaliser, il faudra tôt ou tard responsabiliser individuellement chaque prestataire en lui laissant une certaine liberté de choix.

Cela commence déjà très discrètement à se produire. Les prestations retraite ou santé des régimes obligatoires ayant tendance à baisser, ce sont des régimes complémentaires librement souscrits qui suppléent aux défaillances. Nul doute que cette évolution s’accentuera.

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • La seule chose qu’ils savent faire plus de recette D’ÉTAT et dans le même sens augmentation de la dépense publique !!
    augmentation de la taxe abris de jardins …
    il y aura une augmentation de la taxe foncière
    pour compenser la taxe d’habitation c’est évident !!! Par contre réduire la dépense publique les prochaines élections vont commencer Européenne ensuite Municipale apres Présidentielle , députés et là sujet très
    sensible !!! La réélection est important pour garder leurs privilèges et pour ceux qui vivent sur le dos de la société pas tous ils voteront
    pour celui qui leur fera garder cette habitude…vaste sujet ….La vrai réforme du debut du quinquennat : Fiscale et dépense publique ..Mais là, ils partent dans tous les sens , ils n’ont rien résolu !!! ils ont raté la 1ére Marche !!!

  • classer les retraites dans les ‘prestations sociales » est une erreur ..
    pour certains d’entre nous les retraites sont un salaire différé (voir les cotisations agirc et arrco), bien sur pour les ponctionnaires dont le niveau de cotisation n’a pas couvert le quart de leur pension , c’est un systeme de « prestation sociale »

    • Non, vous n avez pas compris ce qu est la retraite par Repartition. Ce n est pas un salaire differé (contrairement a une epargne ou retraite par capitalisation) mais les actifs d aujourd hui paient pour les retraités d aujourd hui. A charge pour les futurs actifs de payer pour vous quand vous serez a la retraite.
      Donc le Systeme tourne quand comme en 1960 les gens (peu nombreux) partent a 65 ans et ont le bon gout de mourir a 70. Maintenant on a des gens qui partent a 60 ans (voire moins) et vivent jusqu a 90 ans… d ou Probleme.
      Comme l ecrit l auteur, la lachete de nos gouvernement a consiste a ne pas equilibrer le budget mais a faire de la dette. Autrement dit, le ratraite actuel ponctionne ses enfants qui travaille et en plus endette ses petits enfants qui sont encore a l ecole.

      Inutile de dire que le Systeme n est pas viable et que les actifs d aujourd hui ne pourront pas jouir d un niveau de retraite tel que vous le connaissez car ca signifierai un niveau de taxation enorme sur les actifs (qui devraient entretenir retraités+payer les dettes + nourrir leurs enfants)

      • NON, nous avons trés bien compris que les socialistes ont pris le pouvoir en 1945 et ont confirmé en 1981 et 1998 qu’ils souhaitaient ruiner le pays, et ça arrive.

      • si les actifs ne peuvent pus payer la retraite de leurs parents ils devront les accueillir chez eux et subvenir a leurs besoins

      • Tout le monde a compris le principe de retraite par répartition… Mais je suis de l’avis CH de C… Je ne classe pas la retraite dans les prestations sociales pour tous ceux qui ont cotisé, de plus au plafond de la sécu, toute leur vie… Ils (et leurs employeurs) ont mis beaucoup d’argent dans un système (obligatoire) et peuvent espérer en retirer une retraite correcte…. La retraite prestation sociale c’est seulement pour tous ceux qui touchent sans avoir cotisé grand chose…

  • « Les Français ont, avec une inconscience qui interroge, choisi de reporter sur leurs enfants et petits-enfants la sécurité qu’ils s’offrent par les dépenses de protection sociale »

    non les français ont voté socialiste! qu’ils en payent le prix!

    • Donc, que les petits-enfants des votants en questions paient le prix! Bien fait! Yay!

    • oui et non : les français ont effectivement voté pour des représentants socialistes. Mais avaient-ils tellement le choix dans les candidats ?

      Et ces représentants se gardent bien depuis 40 ans de demander au peuple d’approuver leurs décisions (référendum)…

      Avoir un mandat ne donne pas le droit d’en abuser.

  • les dépenses débiles ne sont pas en reste ; Paris vient de débourser 650 000 euros pour un  » chef d’oeuvre « en forme de coton tige géant avec un cœur au bout ( porte de Clignancourt )…..si ça ce n’est pas du pognon dépensé bêtement , il faut m’expliquer….

  • Le modéle social français a été imaginé à une époque ou la pyramide des ages ressemblaIt a une pyramide, aujourd’ hui cette pyramide ressemble de plus en plus à une colonne et nous aurons bientôt un entonoir, avec le vieillissement de la population le système est intenable

    • bernard
      d’ou l’urgence de faire en sorte que la retraite ne soit pas un outil de redistribution sociale , mais bien une retraite personnelle qui reflète la réalité des cotisations individuelles..
      sortons du collectivisme d’abord

    • C’est des bêtises qu’on nous serine a longueur d’années.
      Si on vie plus vieux en retraite il faut simplement que l’actif produisent plus de richesses pour compenser sa vie d’inactivité.la’pyramide est une pure invention pour justifier une baisse des retraites et en terminer avec la répartition.

      • d’autant que la productivité impulsé par les technologies a été démultipliée

      • Quand meme vous oubliez un ordre d echelle
        a la creation du Systeme de retraite, une bonne partie de sgens nourraient avant d avoir 65 ans et ceux qui atteignait cet age decedaient rapidement. autrement dit peu de retraite et pendant peu de temps (en General en 5 ans c etait regle)
        Aujourd hui quasiment tout le monde vit jusqu a 60 ans et une bonne partie vie jusqu a 90. Autrement dit, la duree de retraite est d au moins 20 ans (je compte ici un deces a 80 ans)
        Donc on a un temps a la retraite MULTIPLIE par 4 ! Je doute que la productivite soit multiplie par 4

        Pire en admettant que la productivite soit multiuplie par 4, ca voudrait dire que TOUS les fruits des efforts (travail et capital) soient absorbe par les retraités. Autrement dit que les retraites vampirisent completement l economie. inutile de vous dire que plus personne ne va investir ou travailler si c est pour se faire tout spolier au profit des retraités

        PS: la productivite actuellement genere surtout du chomage

        • Si les cotisations avaient été investies dans l’appareil productif, il y aurait plus d’emploi et plus de richesses produites ( voir CH, RFA,..) et moins de problèmes de retraite!!

        • CDG la productivite de la société a été multipliée par 300 depuis 1950
          https://www.persee.fr/doc/estat_0336-1454_1974_num_62_1_1695

        • A la création du système de retraite, il y avait quand même quelques vieux et pas le moindre moyen de les payer autre que la répartition, vu qu’il y avait un machin qui s’appelait 2e guerre mondiale qui était passé par là. L’idiotie a été de considérer que le provisoire imposé par la nécessité du moment devait être pris comme un modèle vertueux et durable.

        • Ce que l’on oublie c’est que quand le système était largement bénéficiaire du fait des cotisations qui rentraient bien et la démographie favorable, les gouvernements successifs se sont servis de l’argent pour servir des plan sociaux juteux (pré-retraite) lors de la disparition des mines et de l’industrie textile

  • Constat partagé évidemment.
    J’ajouterais que si « La gestion totalement politique a conduit à chercher constamment des recettes nouvelles », c’est en raison de l’acceptation de dépenses nouvelles revendiquées à la fois par les syndicats et les politiciens par intérêt électoraliste, sans aucun souci d’équilibre budgétaire.
    Par exemple, en matière de santé, il y avait le « ticket modérateur » qui portait bien son nom avant que le remboursement à 100% déresponsabilisant apparaisse (même s’il est de moins en moins effectif, les lois économiques finissant toujours par s’imposer).
    Il y a aussi un problème d’éducation. La première chose à faire, c’est de sortir de l’illusion de la gratuité. Y a-t-il un politicien pour s’y essayer?
    E. Macron a bien tenté quelques discours en ce sens, mais de façon maladroite et sans donner l’exemple en baissant le train de vie de l’Etat.

    • IL est clair qu avec une population vieillisante vous allez avoir une augmentation des depenses de santé.
      Mais si vous lisez bien l article et le graphique en % du PIB, l envolee des depenses n est pas due a la branche maladie mais a la brache vieillesse .
      Autrement dit des retraités trop nombreux et/ou trop bien payés.
      Mais c est suicidaire electoralement d y toucher. On a toujours fait porter les efforts sur les actifs (en reculant l age de leur retraite et en les taxant plus). Macron a ete le premier a vouloir mettre a la diete les retraités et il s est pris un sacre retour de flamme

      • Pour la branche vieillesse, en effet, c’est encore l’irresponsabilité politique qui est en cause: si Mitterrand n’avait pas abaissé l’âge de la retraite à cause de promesses électorales, nous n’en serions pas là. Le naby-boom étaut parfaitement connu à l’époque.

      • Le recul de l’age de la retraite à 60 ans avec 35h pour les plus courageux!!

  • Le social coute cher en France….cela ne veut rien dire car personne ne sait vraiment où va l’argent dans ce pays.estce que subventionner les agriculteurs est du social ? Est-ce que « aider  » les peuples africains est du social, est-ce que fournir le gîte et le couvert aux pauvres est du social ?
    Rien de tout cela n’est du social , ce n’est que du bizness !
    Et l’état français est très fort, il s’enrichit en permanence..bien sur l’argent ne sort pas de sa poche mais chez Carrefour , c’est pareil.

  • Pour que l’on ait une forte croissance il faudrait baisser massivement les impôts et supprimer les règlements qui entravent l’économie. Pourtant lors de la bulle internet Jospin s’est retrouvé avec un cagnotte de surplus fiscaux. Cela ne leur à pas servi de leçon!

  • En France nous avons 26,6 M d’actifs contre 44,3M en Allemagne,oui ce n’est pas du vrai travail parait-il en Allemagne,contre 6,3M de chômeurs(des vrais) chez nous contre 2,4M en Allemagne,5,5M de fonctionnaires chez nous,1,7M chez eux.
    Nous avons 620 000 mandats électifs contre 115 000 chez eux 25% de population en plus,cherchez l’erreur.
    D’après nos élites ce n’est pas comparable,en tout cas les résultats
    sont là chez eux!

    • Et les prétendues élites en sont les seuls responsables!!

    • toujours cette croyance que l’économie planifiée et administrée par sachant mieux ce qui est bon pour les autres fonctionne du tonnerre. La seule différence est l’impossibilité pour le moment d’ouvrir des camps d’extermination pour les déviants. Mais on y viendra forcément.

    • Pour l’accroissement rapide de la dette, ce n’est pas comparable en effet.
      100% du PIB, on est on est … les champions (musique de pipeau et de flûte).

  • Peut être une solution qu’un budget D’ÉTAT ne peut être déficitaire !!! et l’inscrire dans la contitution !! chiche ..

  • On payera double. Cf Netflix ou Amazon. Il faudra donc payer le secteur public en taxant de plus en plus le privé. Le seuil où la guerre civile explose se situe où ?

  • Lou17 c’est deja écrit. Personne ne sait lire.

  • En fait, vous voulez dire que les polytocards vont devoir se les sortir de leur gros cul ❓

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Jeudi dernier, le gouvernement annonçait triomphalement que le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) avait enregistré en France une nouvelle forte baisse de 5 % au premier trimestre 2022 par rapport au trimestre précédent. 169 100 personnes en moins se sont inscrites à Pôle Emploi, ce qui porte le nombre de chômeurs en catégorie A (celle sur laquelle communique le ministère du Travail) en France à 3,193 millions.

Si on regarde de manière plus granulaire les chiffres, en incluant les catégories B et C, la baisse n’est plus que... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Christian Michel.

Ramenées à leur plus simple expression, toutes les philosophies politiques tranchent le même dilemme : soit la collectivité est suprême – tribale, religieuse, nationale – et puisque l’individu ne peut exister sans elle, il lui appartient, la collectivité peut exiger de lui tous les renoncements. Soit chaque personne humaine est la seule source de valeurs, la société n’étant que le champ où ces valeurs s’actualisent, et si sacrifice il y a, c’est seulement parce que des personnes ont décidé en leur âme et conscienc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles