Macron doit faire un choix crucial : réactiver l’industrie nucléaire pour préserver l’économie française

La politique énergétique française néglige les solutions nucléaires et privilégie les énergies intermittentes, conduisant à des conséquences désastreuses sur l’industrie et la prospérité du pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 9

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Macron doit faire un choix crucial : réactiver l’industrie nucléaire pour préserver l’économie française

Publié le 16 mai 2023
- A +

Entre son sommet à l’Élysée réunissant 400 industriels le 11 mai 2023 et sa visite à l’usine d’aluminium de Dunkerque le 12 mai, le président Emmanuel Macron a soudain vu la lumière à la croisée des chemins énergétiques entre nucléaire, hydrogène, énergies renouvelables et industrialisation.

 

Quelles sont les priorités ?

La sobriété, la pénurie ou le rationnement énergétique ne sont pas une fatalité. Ces nouveaux mantras servent de paravent à une politique énergétique indigente depuis plus de 20 ans.

En misant sur la relance du nucléaire (ce qui aurait dû être fait depuis deux décennies) et l’exploitation intelligente des énergies fossiles, il est possible de répondre à tous les besoins industriels de la France. Notre pays s’appuie depuis un siècle sur la disponibilité d’une énergie abondante, bon marché et souveraine (le charbon, l’hydraulique, puis le nucléaire et le gaz).

Mais pour soutenir les solutions bancales du vent et du soleil qui se révèlent coûteuses, voire ruineuses, et techniquement inadéquates, les dirigeants persistent à augmenter artificiellement le prix des énergies fossiles et fissiles par des taxes et des empilements de contraintes qui font fuir les industries.

Ce renchérissement volontaire du coût de l’énergie et de l’électricité vise à rendre plus attractives les énergies éolienne et solaire. Mais leur intermittence de production et l’occupation cent fois plus importante de l’espace (champs de capteurs photovoltaïques et d’éoliennes) que toutes les autres solutions limitent leur déploiement.

Le problème essentiel de l’intermittence est souvent minimisé par les études, surtout celles de l’ADEME, qui préconisent un mix énergétique allant jusqu’à « 100 % renouvelable » pour faire croire à une énergie propre éternelle capable de faire face au risque de pénurie des autres ressources fossiles limitées dans le temps.

Grâce aux progrès techniques (extraction, transport…), le pétrole et le gaz seront disponibles et abordables pendant encore des décennies. Des réserves de gaz, de pétrole et de charbon continuent d’être découvertes mais c’est le coût d’extraction qui décidera de leur abandon progressif, et non les volontés gouvernementales de décarbonation pour lutter contre le réchauffement climatique.

Quant au nucléaire, les réserves d’uranium et de thorium peuvent couvrir le besoin de l’humanité pendant des milliers d’années.

Le caractère intermittent ou « pilotable » des différentes sources d’énergie est primordial.

Or, le soleil et le vent produisent de manière erratique une électricité impossible à stocker économiquement pour répondre au besoin d’une nation dans un avenir prévisible.

D’où la multiplication des centrales électriques à gaz et le maintien des centrales à charbon dans le monde, y compris en Europe, notamment en Allemagne.

Sur une année, le solaire et l’éolien produisent aléatoirement en moyenne environ 25 % de ce qu’ils pourraient produire s’il y avait toujours du vent et du soleil. Et parfois, leur production est quasiment nulle plusieurs jours consécutifs.

Le gaz et le nucléaire (ou le charbon…) doivent donc suppléer cette intermittence erratique pendant les périodes sans vent et/ou sans soleil.

De surcroît, cette production n’est pas souveraine, les matériels et composants étant achetés hors de France, et même majoritairement hors d’Europe.

Les énergies renouvelables intermittentes, associées au gaz et/ou au charbon, ne résolvent donc pas le problème du réchauffement climatique anthropique.

Face aux risques de pénurie, de flambée des prix et de perte de souveraineté dues aux difficultés d’accès au pétrole et au gaz dans le monde, les centrales nucléaires et hydrauliques s’imposent comme les seules sources d’énergies décarbonées pilotables pour éviter la décroissance. Cette dernière est synonyme de chômage de masse et de chute brutale de l’économie. Le nucléaire et l’hydraulique constituent la seule solution pour éviter des drames sociaux, ou amortir leurs effets délétères.

Pour répondre aux besoins en électricité de la France pendant les années à venir, les capacités nouvelles de l’EPR de Flamanville 3 ne suffiront pas, et après avoir trop longtemps tergiversé, il devient urgent de lancer la construction des six réacteurs EPR2 annoncés par le président Macron.

 

Le déni énergétique

Devant les résultats désastreux de la ruineuse politique énergétique française depuis donc au moins 20 années, nos dirigeants refusent d’accepter la réalité. Ils commencent timidement à prendre les mesures de correction indispensables pour redresser l’économie et sauver l’industrie française avec les salutaires annonces du président Macron à Belfort en février 2022, après cinq années de fausse route.

Après avoir constaté sa désindustrialisation à l’occasion de la crise du covid, nos gouvernants refusent de voir que le traitement déplorable du dossier énergie engendre des faillites et des délocalisations industrielles responsables de nos déboires actuels.

Vivre dans le déni des réalités conduit toujours à des catastrophes.

En 1973, suite aux chocs pétroliers, tous les acteurs économiques et sociaux s’étaient mis en ordre de marche autour d’un programme nucléaire ambitieux et du maintien de l’hydroélectricité pour disposer d’une énergie abondante, bon marché et souveraine. La conscience de la fragilité de notre prospérité était profonde et imprégnait toutes les couches de la société.

Aujourd’hui, nos (ir)responsables ne veulent pas examiner les causes profondes de la crise. Ils préconisent toujours des remèdes à court terme fondés sur les énergies renouvelables et l’hydrogène dont chacun connait l’inefficacité. Ils s’enfoncent dans le déni et s’y complaisent.

L’écologisme politique a gagné la bataille de l’opinion avec la domination des peurs (nucléaire, pollutions, disparition des espèces…). Le principe de précaution a même été inscrit dans la Constitution.

Serait-il possible de vivre d’amour et d’eau fraîche avec les énergies intermittentes « vertes, propres et… gratuites » du vent et du soleil pour établir un avenir radieux en France et en Europe ?

 

L’écologie politique mise à nue

Désormais, tout le monde peut voir que le roi écologiste est nu.

L’écologie politique a d’abord voulu éliminer le nucléaire qui constitue l’épine dorsale de son combat idéologique et de sa cohésion. Puis elle s’est lancée dans un programme de changement complet de civilisation en Europe pour donner l’exemple au monde entier !

Les gouvernants de tout bord n’osent même plus mettre en doute ce catéchisme, sous peine d’excommunication immédiate de toutes les radios et télévisions.

C’est un enfantillage de penser que l’humanité va pouvoir se passer volontairement et à court terme de 80 % de ses sources d’énergie, et choisir un retour en arrière civilisationnel dans le dénuement. Elle aspire au contraire à la prospérité et à la consommation. Elle recherche une énergie abondante et bon marché (charbon, pétrole, gaz, nucléaire, hydraulique…) qu’elle utilisera là où elle en dispose.

Le mix énergétique français sans éoliennes ni panneaux photovoltaïques (nucléaire, hydroélectricité, et gaz pour satisfaire les pointes de consommation électriques) est aujourd’hui proche de l’optimum technique et économique.

Le nucléaire reste un espoir pour l’humanité, et notamment pour la France qui a encore des compétences mondialement reconnues dans ce domaine (construction, maintenance et exploitation) autour d’EDF, de Framatome et des sous-traitants regroupés dans le Groupement des industriels français de l’énergie nucléaire (GIFEN). La construction et l’entretien des réacteurs chinois, finlandais et britanniques ont grandement aidé à la survie de notre appareil industriel !

Toutefois, l’arrêt des réacteurs régénérateurs ou surgénérateurs Super Phénix en 1997, Phénix en 2009, puis du projet Astrid en 2019 ont mis à mal les compétences sur les réacteurs de quatrième génération. Il reste à espérer un réveil de nos dirigeants pour relancer le programme afin de ne pas devoir acheter aux Chinois, aux Russes ou aux Américains les résultats des travaux pour lesquels la France était pionnière avec 20 ans d’avance dans les années… 1990.

 

Vous avez dit stockage ?

L’électricité ne se stocke pas en grande quantité pour répondre aux besoins d’un pays.

Le gestionnaire du réseau doit donc équilibrer chaque seconde la production et la consommation. Des coûts de régulation inutiles sont ajoutés, puisque chaque moyen de production renouvelable est doublé par une centrale à énergie fossile (ou nucléaire ou hydraulique) appelée dès qu’il faiblit ou s’arrête par manque de vent ou de soleil.

Les énergies éolienne et solaire peuvent être utiles en autoconsommation dans des endroits isolés comme sur des îles (bien qu’à El Hierro ce soit un fiasco…), mais c’est un appoint « intermittent », ce n’est pas une base !

Quant à la « complémentarité » entre le nucléaire, l’éolien et le solaire, elle n’existe pas !

Bientôt, il faudra affronter la réalité implacable qui sanctionne toujours les atteintes à l’intangibilité des lois physiques. Et le plus tôt sera le mieux pour maintenir notre prospérité. Tout projet physiquement invraisemblable ou irrationnel l’est généralement aussi économiquement et s’effondre sous le poids de son absurdité.

Dans les cercles du pouvoir, des communautés liées à des dogmes, à des idéologies, et à des intérêts partisans s’affranchissent encore aujourd’hui avec arrogance des lois de la physique qui doivent « se soumettre » à la volonté de politiciens et d’économistes.

Dans une spectaculaire volte-face en février 2022, le président Macron semble avoir enfin compris que la réindustrialisation de la France passe par la construction de nombreux nouveaux réacteurs nucléaires. Mais, hélas, il semble aussi persuadé en parallèle (« en même temps » ?…) de l’efficacité des éoliennes, du solaire, et de l’hydrogène, alors que ces fausses solutions constituent des leurres !

Aujourd’hui à la croisée des chemins énergétiques après avoir honteusement laissé fermer la centrale nucléaire de Fessenheim pour d’obscures raisons de basse politique, il reste à espérer que le président de la République fera enfin les bons choix pour conduire la France vers la souveraineté énergétique et les Français vers la prospérité.

 

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Avatar
    jacques lemiere
    16 mai 2023 at 7 h 23 min

    précisez donc ce que signifie dans le détail » relancer l’industrie nucleaire »..
    avec quel pognon combien; quel filière au juste.. etc etc;..

    promouvoir le dirigisme économique sur un site libéral…

    et là.. un miracle advient..

    -7
    • Avatar
      jacques lemiere
      16 mai 2023 at 7 h 31 min

      « baisser les cout en collectivisant et imposant le meme choix pour tous… ce fut aussi la trabant…

      que feriez vous à la place de macron EXACTEMENT…qulel pouvoir laisseriez vous aux « ingénieurs » et les quels…

      questions banales..
      comment feriez vous pour estimer la capacité de production à mettre en place et à quel rythme??

      -6
  • Votre article résume très bien la situation.

  • Mais Macron ne veut surtout pas déplaire à l’Allemagne et à la Von der Leyen, d’où ses éternels revirements et atermoiements

    • Macron après ces 6 années de présidence apparaît comme un instable sans aucune capacité analytique de situation donc de diagnostic et enfin de stratégie. Il ne sait pas où il va comme tous les socialistes. Il n’a rien de libéral et en plus c’est un prétentieux et là c’est encore plus dommageable.
      Nous ne pouvons souhaiter que son départ

  • Macron fait du cinéma devant les investisseurs. Ces derniers connaissent très bien la France : un président dit blanc et le suivant dit noir. Et le nucléaire ne fera pas exception à la règle. Donc les investissements pour la réindustrialisation qui sont fait en France sont fait à coup d’énormes subventions qui creusent encore plus notre déficit abyssale. Les industriels ne veulent plus miser un centime en France sans être sûrs d’avoir un retour sur investissement dans l’année. Ils savent que Mélenchon et ses LFIstes accompagné des écolos sont en embuscade pour casser ou nationaliser tout ça (comme Mitterrand).

  • Le cout du bouclier tarifaire sur l’électricité est estimé à 10 milliards sur 2022, au moins autant en 2023, et va être prolonge jusqu’enfin 2025, soit un minimum de 40 milliards, ce qui correspond au cout de construction de 5 EPR de 1.6 GW, Tout ca pour limiter la facture d’électricité des français! C’est aberrant. Et grâce au en même temps magique, on subventionne plusieurs dizaines de milliards pour construire des champs d’éolienne qui produisent une électricité plus chère, et pour une durée de vie 4 fois moindre, sans parler de l’intermittence. Et on se demande ou va l’argent de nos impôts?

  • Et si seulement les supers économistes qui nous gouvernent se rendaient compte que nous importons des éoliennes,des panneaux solaires car aucune filière française de production ne semble exister De plus très écologiste l’implantation d’éoliennes avec plusieurs centaines ( 800/1000 t- 300/400 m3) de tonnes de béton armé sans doute acheté à une filliale de LAFARGE SUISSE + les kms de cable de cuivre pour relier au réseau ENEDIS.
    Des génis qui endettent le pays jusqu’à sa mise sous tutelle comme une vulgaire entreprise sous syndic.

    • Priez qu’ils ne s’en rendent pas compte, ou alors ils vont subventionner à mort des filières françaises non-rentables pour en produire, ce qui endettera encore plus le pays.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

À l’inverse du nucléaire durable, le multirecyclage du plutonium dans les réacteurs actuels à eau pressurisée (REP, EPR et EPR2) est une idiotie car ces réacteurs dits à neutrons lents (RNL), transforment le plutonium, matière fissile stratégique, en déchets tout en continuant de consommer la précieuse ressource uranium 235 (U235). Le bilan net est un gaspillage de ressource et une production accrue de déchets « pénibles » de haute activité à vie longue (HAVL). 

 

Incompétence ou mensonge ?

Depuis l’arrêt du prototype de re... Poursuivre la lecture

Il faut dire au public que, en 1997, la récente élue du NFP n’apporta que la touche finale à une machination ourdie de longue date avec la complicité des amis d’Alain Juppé et de François Bayrou, en tant que chargée de mission antinucléaire par une coalition politique analogue au NFP. L’histoire d’une connivence politique tragique tend, hélas, à se répéter.

 

Réputée avoir eu la peau de Superphénix, Dominique Voynet ne fit en réalité que cueillir les fruits de l'inlassable travail de sape accompli par Corinne Lepage durant ... Poursuivre la lecture

Cet article analyse les composantes du prix de l’électricité, et son évolution depuis le début de la crise énergétique en 2021. De cette analyse découlent les conclusions suivantes : 

Il existe dès à présent une marge de diminution de 15 à 20 % du prix de l’électricité en France pour les particuliers et les TPE, sans grever les finances publiques par une diminution de la TVA à 5,5 %. EDF et plusieurs fournisseurs proposent dès à présent des offres marché 15 à 20 % en dessous du tarif régulé. Le Tarif Régulé de Vente de l’Électricité (T... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles