Le délire de la politique énergétique française

Aujourd’hui, des idéologues refusent de reconnaître les réalités pour essayer d’accomplir leur rêve d’un monde fonctionnant grâce au vent et au soleil, et surtout sans… nucléaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Centrale nucléaire Vogtle USA-Blatant World(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le délire de la politique énergétique française

Publié le 24 novembre 2017
- A +

Par Michel Gay.

Malgré l’annonce faite par Nicolas Hulot le 7 novembre 2017 de reporter à 2030 (ou 2035) la baisse du nucléaire à 50 % dans la production d’électricité, la politique énergétique française continue à relever du délire. Ce n’est guère mieux dans la plupart des pays européens, notamment en Allemagne.

Pourtant, depuis plusieurs décennies, la France est technologiquement en pointe dans le domaine de l’énergie avec une remarquable production d’électricité décarbonée, essentiellement nucléaire.

Depuis plusieurs années des « responsables » politiques tentent de saborder cette industrie d’une importance vitale pour notre économie, malgré les mises en garde de l’Académie des sciences, de la Cour des comptes, et de la Commission de régulation de l’énergie.

Des démagogues opportunistes ameutent le grand public avec des slogans simplistes qui  rencontrent un écho favorable auprès d’une population majoritairement ignare sur ces sujets techniques complexes, et qui veut rêver.

L’émotion prend alors le pas sur la raison, ce qui conduit à des décisions affligeantes, comme celle de vouloir réduire « coûte que coûte » le nucléaire en France, ce qui serait catastrophique. Seuls le charbon et le gaz d’importation pourront remplacer le nucléaire.

L’enfumage des renouvelables

Le vent et le soleil ne remplaceront jamais un seul réacteur nucléaire. Les énergies renouvelables dans leur ensemble (hors hydraulique et le bois avec quelques restrictions) ne constituent qu’un vaste enfumage, comme le découvre tardivement l’Allemagne avec sa transition énergétique ratée.

La gestion de la production d’électricité a pourtant été rationnelle et judicieuse jusqu’à la fin des années 1990. Les élus prenaient alors les décisions stratégiques en tenant compte des conseils des ingénieurs compétents.

Aujourd’hui, des idéologues conseillés par des militants « techniquement illettrés » refusent sciemment de reconnaître les réalités pour essayer d’accomplir leur rêve d’un monde fonctionnant grâce au vent et au soleil, et surtout sans… nucléaire. Certains seraient même prêts à accepter « temporairement » plus de gaz (russe), et même de charbon (allemand), comme le déclarait l’ancien chef du groupe des « verts » au Bundestag, Jürgen Trittin en 2012.

Ruineuses éoliennes

Le 22 novembre 2017 aux Assises de la Mer, le Président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, a refusé d’opposer écologie et économie « car la nature nous donne un potentiel formidable. La responsabilité politique est de donner des débouchés à cette activité économique ». Il évoquait les futures ruineuses éoliennes en mer, bien sûr, mais son affirmation s’applique aussi parfaitement à… l’énergie nucléaire.

Le public, mal informé, montre peu d’intérêt pour la production d’énergie, souvent par manque de temps. Son ignorance permet des manipulations à grande échelle. « Le prix de la liberté, c’est la vigilance éternelle » (Thomas Jefferson, troisième président des États-Unis).

Le délire de la politique énergétique nationale actuelle doit être dénoncé devant les Français qui en paieront les graves conséquences durant des décennies.

 

Voir les commentaires (52)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (52)
  • Qui refuse le feu nucléaire aujourd’hui est comme un Cro-Magnon qui aurait refusé le feu de bois et de charbon à son époque.
    Bah oui, ça aurait pu détruire les forêts, des niches écologiques, des habitats . . .
    Même Néandertal a réussi à passer le cap !

    • Qu’il est doux de lire notre MichelGay Hebdo au message totalement inchangé depuis 10 ans. MichelGay, seul homme doté de connaissance et de vérité universelle face à tous ces crétins ignares de dirigeants européens. Il est surement muselé pour n’avoir le droit de s’exprimer qu’aussi petitement en ces lieux…

  • A partir du moment où vous acceptez le principe qu’un gouvernement élu est légitime à décider de la production énergétique d’un pays… vous pourrez mettre en avant des aberrations apparentes. Et en tous les cas , des perdants et des gagnants, par le fait du prince…
    IL faut commencer par le commencement, pourquoi une politique énergétique? quels sont les buts d’une politique énergétique?
    Ensuite il faut rappeler que, si on a accepté le principe de la politique énergétique, fixer un but qui dépasse la durée d’un mandat électoral ( sauver les marmottes en 2065) est ridicule.

    On peut aussi rappeler aux gens que si un gouvernement se mêle de la production..les choix des consommateurs deviennent eux aussi rationnellement impossible..EN 2020 j’aaussi

    • rationnellement impossibles.. Comment chauffer sa maison? faut il isoler sa maison? quel véhicule acheter?
      Tel acte subventionné par un gouvernement peut être taxé par le suivant!!!
      Le nucleaire n’a pas forcement été un BON choix..ça ne veut rien dire…en tous les cas les raisons ( officielles) qui ont servi à justifier sa mise en place indépendance du pays , protection relative contre les possibles crack pétroliers..apparaissent comme accessoires désormais.
      Mais tant que l’auteur pensera qu’un élu est légitime à agir dans un secteur économique à sa guise , il pourra écrire des tas d’articles qui selon moi sont essentiellement à coté de la plaque…

      C’est assez similaire avec ce qui se passe avec l’éducation nationale qui au moins à une vague mission qui semble perdurer.

      Mais quel est le but de la politique énergétique française?
      Il est amusant de constater que ce qu’on appelle les buts de la transition énergétique sont volontairement fumeux….tandis que ses éléments concrets…augmenter le solaire, l’éolien, diminuer le nucleaire à des pourcentage relevant de l’inspiration divine sont clairement posés.

      La politique ..c’est une ministre qui décide d’un tarif de l’électricité …. et qui horrifiée par les conséquences de ses décisions peut ponctionner de l’argent à ceux qui n’ont pas consommé l’électricité… et quasiment tout le monde se tait.

      et si on ajoute que la politique énergétique contient aussi un volet sociale de fait…autrement dit de la redistribution…c’est le pompon/

  •  » Seuls le charbon et le gaz d’importation pourront remplacer le nucléaire ». Ce qui peut diminuer le nucléaire, c’est l’économie d’énergie. Couplé à quelques solutions renouvelables, on peut facilement rendre négligeable l’utilisation de l’électricité dans un foyer. Ce n’est pas tant le risque nucléaire qui est inquiétant, mais plutôt le fait de dépendre à ce point d’une seule source d’énergie.

    • et qu’est ce qui peut « forcer les économies? » sinon la capacité d’un gouvernement à taxer?
      Économiser l’électricité ne peut pas être un but… et si c’en est un il suffit de couper le compteur et le tour est joué!!!

      Économiser l’électricité c’est tout autre chose que d’en consommer moins pour faire la même chose toute chose étant égales par ailleurs.
      On voit ce qu’il y a derrière ces raccourcis… la fin de la liberté de choisir comment dépenser son propre argent…et si je veux chauffer ma maison à 21°C? et si je veux aspirer avec un aspirateur de 2000 Watt tout la journée?

      Il y a un avantage à se fixer collectivement les économies d’énergie comme un but…c’est que vous pouvez présenter une augmentation de tarif comme justifiée.

    • Encore une position totalement déconnectée de la réalité. Revenez sur terre !

    • Vous dites : « Ce n’est pas tant le risque nucléaire qui est inquiétant, mais plutôt le fait de dépendre à ce point d’une seule source d’énergie. »
      Si le risque nucléaire n’est pas inquiétant, pourquoi en dépendre à 75% est-il inquiétant ?
      Les norvégiens dépendent à 95% de l’hydroélectricité qui a aussi fait beaucoup de victimes, est-ce inquiétant ?
      http://www.lefigaro.fr/histoire/2014/12/02/26001-20141202ARTFIG00078-barrage-les-5-catastrophes-les-plus-meurtrieres-en-europe.php

    • Rendre négligeable l’utilisation d’énergie dans un foyer n’a aucun sens en soi, si ce n’est un précepte religieux. L’important est d’apporter au moindre coût la satisfaction aux membres du foyer de leurs besoins et désirs. Si cette satisfaction, pour certains, est de vivre sans lave-linge, qu’ils ne l’imposent pas aux autres !

    • on peut facilement rendre négligeable l’utilisation de l’électricité dans un foyer

      Si c’était facile, on l’aurait depuis longtemps. Vous prenez vraiment les professionnels du secteur et leurs clients pour des débiles?

    • C’est vrai, pour le chauffage par exemple on peut passer au bois… ah, non, il paraît que ça dégagerait des micro-particules polluantes… zut ! Parce-qu’il ne faut pas rêver, le solaire dans la moitié nord de la France métropolitaine, c’est juste un doux rêve. Ou alors il faudra que le climat se réchauffe sacrément !

      • Comme quoi, il faut réhabiliter l’émission de CO2, au moins jusqu’à avoir obtenu une remontée suffisante des températures 🙂

      • @Anagrys, même si le climat se réchauffe au Nord, cela ne changera pas l’énergie de l’irradiation solaire, et cela fera peut-être diminuer ce qui arrivera jusqu’au sol, par augmentation de la couverture nuageuse

    • Vous pouvez retourner au moyen âge, il n’empêche que la demande d’énergie continue de croître, il faut donc l’assurer!

  • @gian
    https://livre.fnac.com/a1559921/Roy-Lewis-Pourquoi-j-ai-mange-mon-pere

    Le problème de cette affaire, c’est que même une grande partie des gens capables d’appréhender la problématique énergétique avec ses subtilités se bercent aussi d’illusions. J’en connais des ingénieurs qui croient aux moulins à vent et aux panneaux solaires. L’idéologie et la haine du « tout nucleaire » touche aussi (et peut-être même plus) les cerveaux supérieurs à la moyenne.

    • Les idéologies et les religions sont parfaitement décorrélées du QI ou autre mesure de l’intelligence. Il suffit de faire un tour dans une grande école d’ingénieurs pour s’en convaincre.

    • @Hug
      Tout à fait ! Et des personnes prêtes à suivre des Jean Pierre Petit par exemple il y en a plein.
      C’est tellement plus facile de se laisser caresser les neurones dans le sens des synapses . . .
      Merci pour le lien.

  • Les francais qui en paieront les conséquences………

    Quelque soit le choix énergétique,le prix à payer ne baissera pas rien que pour une question de taxes..et on a encore de la marge avec tous les pays européens..quand l’electricite sera à 1 euro le kw…spontanément les francais deviendront écolo..ceux qui le pourront les autres…..retour au XIXeme siècle , pas de chauffage pas de moyen de transport , retour des Misérables…mais il y aura une révolution avant…..le nucléaire , bof, pour alimenter qui ?

    • A 1 euro le kWh, les Français ne deviendront pas écolos, ils redeviendront révolutionnaires et guillotineront leurs dirigeants.

      • Écolo veut dire indépendant pour la nourriture et pour l’énergie..mais il faut des sous pour le terrain et l’installation solaire et la réserve de bois pour l’hiver et un puits…pour la médecine..bah ,avec le troc…

  • « Le vent et le soleil ne remplaceront jamais un seul réacteur nucléaire » Michel Gay
    « On ne fera jamais traverser l’Atlantique à un Gigot » Pasteur
    L’affirmation de Pasteur s’est révélée fausse !
    Pasteur était un scientifique, Michel Gay un idéologue …

    • Les jours de nuit sans vent vous faites comment? Les seules technologies capables de remplacer un réacteur nucléaire sont connues: charbon, gaz, hydro, bois.

      • Peut-être qu’on peut constater pour commencer que lorsqu’il fait nuit ici, on consomme déjà 5x moins d’électricité qu’en journée, et que ô miracle de la terre plate, il fait jour un peu loin sur notre belle planète 🙂

    • Pasteur était scientifique, mais pas dans le domaine de l’économie.

  • Ce mépris pour les « populations ignares » qui se « laissent manipuler » n’honore pas l’auteur de cet article. Mais plutôt que de râler sur cet état de fait supposé, vous devriez plutôt avoir une attitude plus constructive et nous faire bénéficier de vos lumières, Ô grand sage omniscient. Il serait assez pertinent de nous dire par exemple, combien de temps pourraient durer les centrales actuelles sans travaux importants (ou bien alors de chiffrer ces travaux), quel est le prix du MWh nucléaire (en y incluant par honnêteté intellectuelle le coût du risque, du démantèlement, et du traitement des déchets), quel est le coût d’éventuels autres EPRs pour remplacer nos centrales vieillissantes. Vous parlez d’idéologie sans semble-t-il vous rendre compte que vous êtes vous-même enfermé par l’idéologie contraire. En effet, nombre de vos affirmations démontrent une certaine ignorance de faits…
    A votre démarche de râleur grincheux, je préfère ma démarche constructive visant à rassembler des informations, des chiffres, des expériences et des découvertes pour le faire partager au plus grand nombre.
    https://actualites-enr.blogspot.fr/

    • @dreuff
      « populations ignares » qui se « laissent manipuler »
      je le prends aussi pour moi, merci et vous aussi.
      Remerciez ce site libéral qui vous permet de poster votre publicité http . . .
      L’idéologie vous titille, mais le prix aussi apparemment.
      Et la dynamique dans tout ça ?
      Vos visions court-termistes n’engagent pas à aller vous visiter.

    • Le prix du MWh nucléaire a été évalué à 42€
      https://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_de_l'%C3%A9lectricit%C3%A9_en_France
      Ce prix couvre l’ensemble des coûts depuis la construction jusqu’au démantèlement et en passant par le « grand carénage » qui permettra de prolonger de 20 ans l’exploitation des centrales (grand carénage dont le coût de 56Mds€ rapporté à une production de 400TWhx20ans soit 8Mds de MWh ne représente que 7€/Mwh).
      L’EPR rien qu’en investissement revient environ à 20€/MWh (mais en principe avec le retour d’expérience, la construction d’un 2ème EPR reviendrait beaucoup moins cher), admettons 30€ parce que l’investissement a démarré il y a 10ans, qu’il n’a toujours rien rapporté et que les intérêts courent. Au total, il reviendrait à 90€/MWh selon la cour des comptes, ce qui me parait beaucoup, car je ne vois pas de raison pour que les autres coûts (exploitation, traitement et stockage des déchets, démantèlement) soit supérieurs à ceux du parc existant. En ajoutant simplement le coût de 42€ du parc existant aux 30€ du coût de construction, on arrive à 72€.
      Ca reste du même ordre que le coût de revient de l’éolien et désormais du solaire. Mais pour ces derniers, il faut ajouter le coût d’extension du réseau électrique et de dispositifs permettant soit de pallier l’intermittence, soit de stocker l’électricité. En vérité le coût de l’éolien et du solaire resteront bien supérieurs au coût de l’EPR.

      • J’ai oublié de préciser que le coût de revient de l’éolien en mer dépasse nettement les 100€/MWh. C’est probablement une des raisons (et peut-être bien la principale) pour lesquelles ces investissements déjà annoncés sous le quinquennat Sarkozy n’ont toujours pas démarré.

        • Les centrales éoliennes géantes en mer, ça va être coton a démanteler dans 30 ans… et ils vont nous laisser une belle ardoise pour le démantèlement, parce que je n’ai pas vu beaucoup d’opérateurs prendre une assurance démantèlement auprès de nos autres parasites assureurs habituels 🙂

  • Mais qu’est-ce qu’un tel ramassis d’inepties idéologisés en faveur d’un monopole d’Etat fait sur un site qui se prétend libéral ? … Contrepoint manque tellement d’argent qu’il lui faille ramper devant le lobby nucléaire de la noblesse d’Etat Française et de ses réseau quasi mafieux de grands écoliers ?

    Si on payais le vrai prix de l’énergie, il y a longtemps que l’absurdité du nucléaire serais évidente à toustes, et que tout un chacun (des particuliers aux entreprises) serais incité par les indicateurs de prix à mieux isoler et être plus efficient en énergie. Le problème de l’énergie, c’est qu’elle est subventionnée à la production par les gouvernements, au lieu d’aider les plus modeste à faire face aux vrais coûts et de laisser ceux ci orienter rationnellement les actions des consommateurs !

    Le Nucléaire est une technologie qui repose sur la centralisation, la subvention à tout les étages, et le fait de pouvoir importer à bon marché une matière première de pays qu’on exploite et d’utiliser la force publique pour imposer à des gens d’installer sous leurs pieds des déchets qui resterons toxiques pour des milliers d’années (faites enfouir les déchets des centrales sous les maisons des nucléocrates au lieu des malheureux d’un village choisi au hasard par un technocrate pour voir combien de temps ils tiendrons encore le même discours …). C’est par essence le produit d’un capitalisme de connivence malsain et d’une action de l’Etat.

    Et ça nous bouffe encore 80% de tout les crédits qu’on affecte à la recherche en énergie, pour financer les bonimenteurs qui nous promettent la fusion propre depuis des décennies afin qu’on continue d’accepter les dépassements collossaux des factures déjà énormes au départ de délires planistes comme l’EPR..

    AC!

    • Si on payait le vrai prix de l’énergie, la supériorité du nucléaire dans un pays industrialisé et sans ressources pétrolières comme le nôtre apparaîtrait à tous de manière évidente.
      Mais de toute façon, vous êtes quelque peu contradictoire à vouloir à la fois le vrai prix de l’énergie et la subventionner pour les plus modestes…

      • Bonjour MichelO

        Je pense que si l’on payait le vrai prix de l’électricité, ce serait un mixte centrale gaz-fuel-hydro qui serait gagnant.
        Le nucléaire est trop présent en France, dû à la politique de de Gaule Giscard en 60-70.
        Trop de nucléaire alors qu’il y avait un contre choc pétrolier en 80.
        Puis arrêt des constructions pendant 30 ans et perte de compétence des industriels (une génération).
        Politique pro nuc en 60-70, anti nuc en 80-2000 pro éolien depuis.

        Vraiment une bande de bras cassés.

        • Plutôt Pierre Messmer, quand Pompidou était malade.

        • Tout le monde ici semble oublier que l’immense majorité des réacteurs nucléaires français ont été construits juste après la crise pétrolière de 74. Personne ici ne semble capable de comprendre ce que ça a été de voir le prix du pétrole quadrupler en quelques mois, ou de courir les groupes électrogènes pendant 3 jours en Bretagne en décembre 78 en regardant ses chambres froides se réchauffer malgré le froid extérieur, et en se les gelant parce que même le fuel, sans courant, ça ne marche pas.
          Oui, il y a un contre-choc pétrolier au début des années 80. On ne peut pas attendre le contre-choc pétrolier quand on est sans courant ! On ne peut pas aller louer la centrale du type qu’il faut comme on loue un groupe électrogène ! La gauche a arrêté la politique fondée sur le nucléaire pour des questions idéologiques, mais techniquement, le mix gagnant comprend une bonne part de nucléaire, dans un pays comme le nôtre où l’hydroélectrique a tous ses sites potentiels déjà équipés.

          • Je ne dis pas cela, mais un coup d’accélérateur puis tout arrêter est stupide.
            50 réacteurs construits en 10 ans (70-80) puis plus rien c’est une mauvaise politique (mettre ses oeufs dans le même panier).
            Alors que des acteurs privés n’auraient pas construit 5 réacteurs par an, mais un réacteur tous les 2 ans en lissant les investissements et en préservant la compétence technologique (Areva ne sait plus faire).
            Le baril 1972 $3.60, 1975 $12.21 et 1986 $14.44. Et je n’ai pas la valeur du Dollars-Francs qui est passé à 10 FF en 1983.

            • L’alternance et l’alternatif ne font pas bon ménage… Il fallait pas élire Mitterrand, maintenant on sait, mais en 81 ceux qui le savaient n’étaient pas majoritaires.

              • En 81 Giscard était devenu… une caricature de lui même (louis XV°).
                On peut regretter Barre qui est le dernier gouvernement sans déficit.

                110 proposition de Miterrand:

                L’énergie

                38 – L’approvisionnement énergétique du pays sera diversifié. Le programme nucléaire sera limité aux centrales en cours de construction, en attendant que le pays, réellement informé, puisse se prononcer par référendum. Les crédits en faveur des énergies nouvelles ou des techniques nouvelles d’exploitation des énergies traditionnelles (charbon) seront très considérablement augmentés.

                39 – Un vaste programme d’investissement destiné à économiser l’énergie sera entrepris. Des clubs d’économie d’énergie animés par des personnes pris en charge et formés par l’État assisteront les ménages. Une politique de normes orientera la production vers des produits, des machines ou des matériaux permettant de réduire la consommation d’énergie.

                40 – Une loi-cadre garantira le contrôle des citoyens et des élus sur toutes les décisions, et notamment les questions de sécurité touchant au nucléaire.

                L’avenir LE CHARBON. LOL

            • @Gillib, la sagesse pour le long terme aurait été en effet d’entretenir et de faire évoluer l’outil de production nucléaire et d’en assurer le renouvellement. La situation actuelle est due à 3 choses :- le parc nucléaire était suffisant-le contre-choc pétrolier a entraîné la baisse des prix du pétrole, et d’un point de vue purement économique il n’y avait pas d’urgence ( c’est une des raisons de l’abandon de Creys-Malville) – surtout l’activisme des écologistes, qui se sont évertués à déconsidérer le nucléaire et à en bloquer le développement.
              En définitive, ce sont les écologistes qui auront été les plus néfastes pour le climat et seront la cause de la plus grande catastrophe humanitaire de tous les temps.
              Le remplacement rapide du charbon par le nucléaire ans la production d’électricité chez les principaux producteurs de charbon, qui ont tous la capacité nucléaire sauf un, serait suffisante pour arrêter la dégradation du climat. Exactement le contraire de ce qui se passe en Allemagne, où l’inconscient collectif est dominé par les écologistes.

    • Fichez nous la paix avec le lobby nucléaire, calomnie habituelle des écolos pour discréditer ceux qui ne sont pas d’accord avec leur phobie. Les intermitentes ne fournissent de l’énergie que le quart du temps, et malgré vos tromperies l’énergie est 2 fois plus chère en Allemagne. Vous vous fichez des pauvres qui ont déjà du mal à payer leur facture!

    •  » Mais qu’est-ce qu’un tel ramassis d’inepties idéologisés en faveur d’un monopole d’Etat fait sur un site qui se prétend libéral ? … Contrepoint manque tellement d’argent qu’il lui faille ramper devant le lobby nucléaire de la noblesse d’Etat Française et de ses réseau quasi mafieux de grands écoliers ?  »

      Ici on parle d’efficacité énergétique du nucléaire. Si l’efficacité était plutôt du côté de l’éolien, ou le solaire on pourrait aussi reprocher à Contrepoint de ramper devant les monopoles publiques des lobby du renouvelable tel EDF. Bref il n’est pas anti-libéral de reconnaître quand l’état se montre efficace. Un peu comme reprocher aux libéraux qui reconnaîtraient l’efficacité de la police dont cette dernière est également financé par l’état.

       » Le Nucléaire est une technologie qui repose sur la centralisation, la subvention à tout les étages,  »

      Mais au moins le rendement énergétique est très efficace.

       » et le fait de pouvoir importer à bon marché une matière première de pays qu’on exploite  »

      Bref vous ne savez pas ce que vous voulez. Vous vous plaignez que le nucléaire coûte cher à la collectivité tout en râlant des importations de matières premières bon marché qui fait baisser les coût d’exploitation.

      Et c’est vrai que les matières premières importées pour le photovoltaïque solaire on été exploitées de manière de ce qu’il y a de plus vertueux

    • « importer à bon marché une matière première de pays qu’on exploite » : le bingo marxiste du jour.

      « Camarades on vous exploite, on vous crève à la tâche ! Et… Franchement… Voilà ! »

    • Si on payais le vrai prix de l’énergie.

      Et c’est combien le vrai prix de l’énergie d’après vous? Le coût du nucléaire a été étudié en long en large et en travers, y-compris par la Cour des comptes.

  • @ André Colin
    Vous avez raison sur le nucléaire. La décision de promouvoir massivement cette énergie dans les années 1970 fut une mauvaise solution. Elle fut néanmoins choisie en France car il s’agissait d’une solution collective qui, comme telle, permettait à l’Etat de se servir de la fourniture d’énergie pour prélever des taxes. Une meilleure politique énergétique aurait privilégié les solutions individuelles qui résultaient de l’inventivité de créateurs d’entreprises très prometteurs à cette époque là. Le caractère individuel des solutions alternatives au nucléaire aurait libéré la population de l’emprise du collectif et privé l’Etat de ressources fiscales d’où leur rejet, contrairement à d’autres pays qui les ont largement développées grâce à une culture du bâti plus évoluée (Allemagne, Autriche, Suisse).

    Aujourd’hui, les étatistes veulent promouvoir les solutions individuelles pour obliger les gens à faire des travaux qui fassent tourner l’économie (quitte à leur faire jeter l’argent par les fenêtres en raison d’une offre insuffisantes de produits, de services et de compétences adaptés). Comme les solutions collectives du jour ne passent plus par le nucléaire pour générer de la taxation, les étatistes (plus ou moins colorés en vert/rouge) font un revirement à 180° et cherchent à se débarrasser de cet encombrant nucléaire qu’ils ont imposé à la population pour mieux la taxer.

    Dans ces circonstances, le caractère capricieux des pouvoirs publics nous place dans une situation apparemment incohérente : d’une part, nous pouvons être contre le nucléaire pour le passé, car d’autres solutions auraient pu être privilégiées il y a longtemps qui auraient permis de s’en passer ; d’autre part, nous pouvons être favorables au nucléaire pour le présent, car nous devons assumer le choix qui a été fait. Revenir dessus aujourd’hui serait prématuré et nous placerait dans une situation catastrophique. Outre le fait que cela nous priverait d’une industrie stratégique qu’il vaut mieux savoir développer pour mieux la contrôler.

    Par conséquent, là où vous avez tort, c’est quand vous trouvez que les points de vue qui s’expriment sur Contrepoints en faveur du nucléaire relèvent de complaisance envers le lobby nucléaire. Il ne s’agit pas de complaisance mais de réalisme compte tenu de la situation après plus de 40 ans de développement de l’industrie nucléaire (sans oublier les constructions collectives volontairement conçues énergivores pour aller avec ; car le fait est que, depuis plus de 40 ans, la population a été piégée dans un bâti construit pour lui faire consommer collectivement de l’énergie nucléaire qui serve de prétexte à la taxation).

    Ce qui est tristement comique dans cette histoire, c’est que ce sont les mêmes qui ont voulu le nucléaire qui n’en veulent plus maintenant et pour les mêmes raisons, à savoir maximiser la taxation. Au regard de la rage taxatoire qui fausse toutes leurs analyses, résoudre les problèmes d’accès à l’énergie de la population est pour eux très accessoire. D’ailleurs dans leur délire, ils finissent par considérer qu’il n’y a plus vraiment de problème d’énergie, au motif que, si nous faisions un peu d’efforts, nous pourrions peut-être même nous en passer! Leur rêve, ce serait une taxation infinie sur une assiette de réalité réduite à zéro. Autant dire que leurs discours sont plus adaptés à un monde d’hologrammes qu’à la population réelle ; celle-ci mériterait de se voir mieux expliqués les fondements et les perspectives de l’industrie nucléaire dans notre politique énergétique pour mieux la comprendre.

    • Trop de nucléaire en 70-80 et maintenant que c’est amorti le détruire.

      Oui c’est leur rêve, taxer un max avec quand même tout payant.
      Les autoroutes payantes, les remboursements qui baissent etc..

      Dans une logique normale, soit il y a bcp d’impôt et tout est gratuit (état providence), soit il y a peu (pas) d’impôt et tout est payant (libéralisme).

  • On bavarde et pendant ce temps la première chaudière électrogène à pellets n’est toujours pas en vente dans mon supermarché du bricolage…dans toutes cette misères de taxe , le bois s’en sort vachement bien , defiscalisations ,pas de super taxe voir gratuité totale si vous savez manier la tronçonneuse sur les terres de votre municipalité…le problème de l’énergie est un problème d’urbains ,de villes de grande solitude, un problème parisien..qu’ils fassent donc ce qu’ils veulent de leurs veaux , nous ruraux on s’en contrebalance, on va à la chasse on cueille, on pêche on fait son bois pour l’hiver et on boit son petit pinard local on cultive nos choix ..nous ruraux on ne vit pas dans une cabane à lapin ,on a du terrain de l’espace et si nous ne pouvons plus mener nos diesels à la grand ville , on s’en fout ,il roule à l’huile que nos braves agriculteurs produisent et si il faut on mettra des panneaux solaires sur la vieille grange , cela paiera la toiture…..

    • Tu fais fait malin, mais as-tu ton permis de tronçonneuse?

      L’état va t’apprendre à vouloir se passer de lui.
      C’est un marché que tu ne peux refuser.

      • La satisfaction qu’ont certains à pétarader par tronçonneuse interposée est telle qu’ils deviennent sourds à tout argument.

  • L’énergie nucleaire est indissociable de l’état qui est le seul capable de couvrir les risques et déficits.
    L’énergie de demain sera multimodale, décentralisée et gérée par des acteurs de l’économie privée.

    • Multimodale, pas tant que cela. Pour l’électricité, nous nous trouvons dans un système « winner takes all » et seules des contraintes physiques (présence de reliefs pour l’hydroélectrique, p.ex.) ouvrent une place au second.

    • Les piliers de comptoir de ces lieux ne sont pas une contradiction près… Ils ne cessent de cracher sur l’État centralisé omnipotent, mais réclament tous les jours leur biberon nucléaire… bêêhhhhh 🙂

  • En Angleterre Parc éolien de 402MW avec 67 turbines de 6 MW et cout de 1,9 M$, 2 EPR de 1.600 MW pour 18,5 M$, les 2 EPR sont 8 fois plus puissant en nominal, l’éolien coûterai 15,2 M$. Rendement EPR 80 %, éolien 25 % max. Donc environ 2600 MWh pour les EPR et 100MWh pour l’éolien. Une production en moyenne 26 fois supérieure. Coût de construction pour produire 1 MWh, EPR : 7,1 Million $ – éolien : 19 Millions $ . Vie utile EPR : 60 ans , éolien 25 ans max. Combien coutera la thermique pour pallier à l’intermittence et refaire un parque éolien dans les 60 ans de l’EPR? Pour discuter de l’énergie il faut des données !!!
    https://www.upi.com/Energy-News/2017/11/22/New-wind-farm-in-service-off-the-British-coast/7061511348159/?utm_source=sec&utm_campaign=sl&utm_medium=6
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/nucleaire-hinkley-point-trop-chere-erreur-strategique-selon-un-rapport-parlementaire-758868.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre en Ukraine révèle avec douleur plusieurs échecs de l’Union européenne (UE). Mais elle met aussi en évidence la grandeur de la nation polonaise. Les Européens sont en admiration pour le sens de responsabilité des autorités et de la population de Pologne, notamment dans l’accueil généreux des Ukrainiens qui fuient la mort et la destruction de l’injuste guerre conduite par la Russie. Mais comme toujours, il est possible dans les malheurs de tirer des solutions pour éviter que l’avenir ne fournisse les mêmes difficultés.

Objectiv... Poursuivre la lecture

Par Serge Houdbine et Michel Gay.

Un article publié le 13 avril 2022 dans le journal régional, Le courrier de l’Ouest, (appartenant au groupe Ouest France) relaie le discours du Syndicat France énergie éolienne (FEE) représentant les promoteurs et exploitants des éoliennes.

D’où vient l’argent magique ?

Selon eux, « le solaire et l'éolien c'est du pouvoir d'achat » et les énergies dites vertes grossiraient désormais le budget de la France.

Sans vergogne, en ces temps de campagne électorale, ils appellent l’État à en faire... Poursuivre la lecture

Plus ça rate, plus ça a des chances de marcher. L’Allemagne fait sienne cette devise Shadock. En effet, Robert Habeck, ministre de l’Économie, de l’Énergie et du Climat, se répand dans la presse, comme par exemple dans cet article de La Tribune.

« Conscient de l'urgence de s'en défaire, (de la dépendance russe) le gouvernement ne compte cependant pas opérer de tournant majeur. Mais entend accélérer dans la stratégie d'Energiewende déjà entamée sur le territoire depuis près de vingt ans, qui consiste à investir abondamment dans les reno... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles