Fermeture de Fessenheim : des arguments trompeurs

La fermeture de Fessenheim ne répond à aucun impératif environnemental ni de sûreté, et au moins 4 arguments fallacieux ont été mis en avant pour la justifier.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Jason Blackeye on Unsplash - https://unsplash.com/photos/9HEY1URQIQY

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fermeture de Fessenheim : des arguments trompeurs

Publié le 15 juillet 2020
- A +

Par Michel Gay.
Adaptation d’un article initialement publié dans la revue Science et pseudo-sciences n°333 – juillet 2020

Contrairement aux annonces du gouvernement et de certains médias, la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim ne répond à aucun impératif environnemental ni de sûreté. Le premier réacteur a été mis à l’arrêt définitif le 22 février 2020 et le second a été arrêté le 30 juin dernier.

Un choix démocratique n’a pas besoin de justifier d’une quelconque forme de pertinence écologique, économique ou industrielle pour être légitime. La volonté de fermer Fessenheim figurait au programme du candidat Hollande. Le respect d’une promesse électorale, fut-elle faite pour « acheter » des électeurs « verts » au détriment de tous les Français, est légitime.

Il est cependant regrettable que le gouvernement ait choisi d’avancer d’autres arguments trompeurs qui disqualifient l’expertise publique pour justifier cette coûteuse fermeture « politique » pour gagner une élection.

Près de 42 ans après sa mise en service, le gouvernement français a justifié sa décision de fermeture de Fessenheim en affirmant qu’elle « correspond à l’engagement de la France de réduire à 50 % la part du nucléaire dans le mix énergétique français, et ce d’ici à 2035 ».

Cet engagement électoral remonte à un accord de campagne entre François Hollande, alors candidat à la présidentielle, et le parti Europe Écologie-Les Verts (EELV), historiquement antinucléaire. Il a ensuite été intégré pour 2025 dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015 (LTECV), puis repris par le président Emmanuel Macron. Il ne s’agit pas d’un engagement de la France vis-à-vis d’autres États, le choix du bouquet énergétique étant de la compétence nationale et non pas européenne. Pour des raisons de faisabilité, la date butoir a cependant été repoussée à 2035.

La réduction de la part de l’énergie nucléaire dans le bouquet électrique français correspond donc bien à un engagement inscrit dans la loi.

Cependant, au moins 4 arguments fallacieux ont été mis en avant pour justifier la fermeture de Fessenheim :

Fessenheim est la plus ancienne centrale nucléaire française en activité

La première raison mise en avant pour justifier la fermeture de Fessenheim réside dans un argument fallacieux : son âge.

Or, l’ancienneté ne préjuge en rien du niveau de sûreté ou de rentabilité économique d’une centrale qui sont les deux notions pertinentes pour justifier d’une fermeture.

De plus, cette centrale est loin d’être la plus vieille du monde encore en activité. Ce record est détenu par la centrale suisse de Beznau, mise en service en 1969, soit près de dix ans avant Fessenheim.

Aux États-Unis, la centrale de Beaver Valley, qui a servi de référence pour la construction de Fessenheim, a été mise en service en 1976.

En 2009, l’autorité de sûreté nucléaire américaine (la Nuclear Regulatory Commission (NRC), équivalent américain de l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) en France) l’a autorisée à fonctionner pour 20 années supplémentaires, soit jusqu’à 60 ans, comme plusieurs autres réacteurs aux États-Unis.

En 2019 et 2020, les réacteurs à eau pressurisée des centrales américaines de Turkey Point et de Peach Bottom ont même été autorisés à fonctionner jusqu’à 80 ans par la NRC.

La NRC indique que ce sont « des considérations économiques et anti-monopole, et non des limitations de la technologie nucléaire, qui ont déterminé la durée initiale de 40 ans pour les permis de réacteur ». Il ne s’agit donc pas d’une décision technique, même si elle a conduit à dimensionner certains composants pour une durée de 40 ans..

En France, le système est différent. Aucune durée de vie n’est initialement prévue lors de la construction d’un réacteur nucléaire, même si les réacteurs utilisés sont issus d’une conception américaine, francisée pour les réacteurs les plus récents. L’ASN délivre des autorisations de fonctionnement pour des périodes de dix ans. Puis, chaque décennie, le niveau de sûreté des réacteurs est réévalué en fonction du retour d’expérience non seulement français mais aussi mondial. Lorsque certains composants risquent de ne plus respecter leurs spécifications, ils sont remplacés.

De plus, l’évolution des sciences et des techniques permet d’apprécier les marges de sûreté disponibles  plus précisément qu’à la conception.

L’usure des composants d’une centrale

Tous les systèmes ne sont pas sensibles de la même façon à l’usure. Cela dépend par exemple de la façon dont ils sont sollicités, exposés à des rayonnements ou à des contraintes thermiques ou mécaniques.

Tous les éléments d’une centrale peuvent être remplacés ou réparés à l’exception essentiellement de la cuve du réacteur et de l’enceinte de confinement en béton du bâtiment réacteur.

  • Depuis les années 2000, EDF a mis en place des gestions adaptées du combustible dites « faible fluence ». L’usure de la cuve a ainsi été réduite de l’ordre d’un facteur 2…, ce qui permet de l’utiliser plus longtemps. Des « éprouvettes » permettent aussi de suivre l’évolution des propriétés mécaniques de l’acier irradié.
  • Ainsi, sous réserve du résultat des études en cours, la plupart des cuves devraient pouvoir atteindre 60 ans, voire davantage, tout en respectant les normes de sûreté.
  • Il est cependant possible que le vieillissement de certaines enceintes de confinement empêche la prolongation de quelques réacteurs au-delà de 40 ou 50 ans, mais il s’agit d’une évaluation au cas par cas étudié par EDF et l’IRSN.

Lors des premiers réexamens de sûreté, les efforts ont particulièrement porté sur la réduction du risque de fusion du cœur (appelé « accident grave »).

Désormais, pour le quatrième réexamen de sûreté des réacteurs de 900 MWe, des travaux sont réalisés pour permettre de gérer un accident avec fusion du cœur et limiter les conséquences potentielles pour la population.

Le « grand carénage », programme de maintenance et de mise à niveau déployé par EDF pour exploiter les réacteurs au-delà de 40 ans, apporte une amélioration de sûreté significative face à de nombreux risques.

Les réacteurs français sont plus sûrs aujourd’hui que lors de leur mise en service. Appréhender leur sûreté uniquement par l’âge constitue un raccourci intellectuel trompeur économisant l’effort d’aller regarder la complexité des systèmes assurant la sûreté nucléaire.

Entre une voiture récente, conduite trop vite, n’ayant fait l’objet d’aucun entretien et dont les systèmes de sûreté opérationnelle sont défaillants, et une voiture plus ancienne dont les pièces usées ont été changées, à jour de son contrôle technique, et conduite par un conducteur prudent, la plus sûre n’est pas forcément la plus jeune.

La lutte contre le changement climatique

« Sa fermeture s’inscrit dans les objectifs énergétiques de la France. Cet arrêt s’inscrit également dans un contexte de baisse des émissions de gaz à effet de serre issues de la production d’électricité, grâce à la fermeture progressive des centrales à charbon d’ici 2022 » (site du gouvernement français).

La communication du gouvernement est trompeuse en liant le nucléaire et le charbon qui n’ont rien à voir. Les émissions de gaz à effet de serre par unité d’énergie sont en effet élevées pour le charbon (incluant le lignite), et faibles pour le nucléaire.

Selon le GIEC (Groupe international d’experts sur le climat), les centrales à charbon modernes émettent environ 820 grammes d’équivalent CO2 par kilowattheure (gCO2éq/kWh) sur l’ensemble de leur cycle de vie contre 12 gCO2éq/kWh pour l’énergie nucléaire (valeur inférieure aux panneaux solaires photovoltaïques produits en Chine…).

Les capacités de production d’électricité sont appelées sur le réseau dans l’ordre croissants des coûts variables (dépendants de la production). Les coûts fixes (construction des installations, personnel…) sont indépendants de la production.

En pratique, ces coûts variables sont ceux du combustible (charbon, gaz, fioul, uranium enrichi…) et du prix sur le marché européen du CO2 émis par les centrales thermiques à flamme (charbon, gaz et fioul).

Au prix du combustible et du CO2 actuels, les capacités électrogènes sont ainsi globalement appelées dans l’ordre suivant :

  1. Énergies dites « renouvelables » : coûts variables nuls.
  2. Nucléaire : coûts variables faibles.
  3. Charbon puis gaz puis fioul : coûts variables élevés.

En retirant des capacités électrogènes à faibles coûts variables, comme la centrale de Fessenheim, l’absence de leur production sera nécessairement remplacée par celles arrivant après dans l’ordre de mérite, soit charbon, gaz, ou fioul.

La fermeture la centrale de Fessenheim impliquera donc un surcroît d’émission de gaz à effet de serre évalué entre 6 et 10 millions de tonnes équivalent CO2 par an (MtCO2éq/an).

La centrale de Fessenheim est construite en zone sismique et inondable

« Pourquoi Fessenheim ? Parce que le positionnement de la centrale en zone inondable et sismique conduit encore davantage à vouloir limiter les risques » (tribune publiée par Le Monde le 21 février 2020 et signée de plusieurs membres du gouvernement : Élisabeth Borne, Sébastien Lecornu, Brune Poirson, Emmanuelle Wargon).

L’étude de l’IRSN en 2015 conclut que « la démonstration de la robustesse sismique des digues et des autres ouvrages de protection contre l’inondation est acquise », sous réserve de quelques compléments, notamment en termes de surveillance des digues. Une inspection de l’ASN en 2018 (Réf INSSN-STR-2018-0751) concluait : « le pilotage et l’animation de l’organisation du site en matière de gestion du risque d’inondation sont gérés de manière globalement satisfaisante ».

L’ASN, autorité technique indépendante, est seule habilitée à juger de la sûreté d’une installation

Soit le gouvernement a confiance en l’ASN et il doit suivre ses avis, soit il n’a pas confiance et il doit le dire clairement, expliquer pourquoi il s’en défie, et la réformer afin de restaurer la confiance.

Dans tous les cas, le gouvernement n’est pas compétent pour choisir quels avis émis par l’ASN sont valables et lesquels ne le sont pas. C’est sur le respect par le corps politique des avis techniques émis par l’ASN que repose tout l’édifice de sûreté.

En l’occurrence, en ce qui concerne la centrale de Fessenheim, l’avis de l’ASN est sans ambiguïté : « L’ASN considère que les performances en matière de sûreté nucléaire du site de Fessenheim, dans la continuité des années précédentes, se distinguent de manière favorable par rapport à la moyenne du parc ».

Il est donc paradoxal d’avancer une raison de sûreté, si la seule autorité compétente pour en juger n’en fournit pas.

Néanmoins, du fait de sa fermeture annoncée par le gouvernement, EDF n’a pas réalisé les nombreuses études et travaux nécessaires pour atteindre le niveau de sûreté actuellement requis pour les réacteurs après un quatrième réexamen de sûreté (prolongation au-delà de 40 ans).

Par conséquent, si le gouvernement et EDF souhaitaient continuer l’exploitation de Fessenheim, l’ASN jugerait certainement aujourd’hui que le niveau de sûreté n’est pas suffisant en l’état pour 10 années d’exploitation supplémentaires. Est-ce qu’en anticipant un fonctionnement au-delà de 40 ans, il aurait été techniquement possible de prolonger Fessenheim à un coût acceptable et avec le niveau de sûreté actuellement requis ? C’est probable, mais les études n’ayant pas été faites, personne ne le saura jamais.

Que retenir de cette décision de fermeture de Fessenheim ?

La fermeture de la centrale de Fessenheim ne répond donc à aucun impératif environnemental ni de sûreté.

La volonté de fermer Fessenheim figurait au programme du candidat Hollande, élu président. Elle est donc légitime. Il est toutefois regrettable que le gouvernement ait choisi d’avancer des arguments fallacieux et trompeurs disqualifier ainsi l’expertise publique, au lieu d’annoncer clairement le respect d’une promesse électorale.

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • la décision est de nature politique en effet , de nature idéologique, et d’une idéologie absurde..c’est le risque d’en appeler aux politiques…
    je suis désolé monsieur gay, mais ça reste votre erreur fondamentale, en appeler aux politiques..pour autre chose que de ne pas se mêler du truc..

    nous avons donc politiques de santé, d’education, énergétique , du travail et du logement et désormais d’alimentation…
    ce au nom d’un intérêt general qu’on prétend evident, si évident, qu’il peut changer radicalement en une élection..

    pour l’énergie, je vous le donne en mille..

    i faut une transition energetique..et la transition energetique c’est installer du renouvelable..pourquoi?..pour faire plaisir aux verts..
    autrement dit on ferme des centrales nuc pour faire plaisir aux verts..pas la peine d’aller plus loin que ça..

    climat? environnement.? . ou bien on ment, ou bien on enfume..

    le résultat certain? un appauvrissement global.

    • J’acquiesce aux propos de Michel Gay sans réserve : les milliards perdus définitivement ainsi que les dégâts collatéraux + emplois/sous traitants montrent à quel point cet état ne cherche qu’à perdurer, ses élus à poursuivre leur œuvre de mort économique de notre pays en remplaçant quelques par quelques marguerites des usines encore prospères il n’y a pas si longtemps

      • ici aussi moi plutôt, mais si on lit gay en général, le fait que le gouvernement se m^le de production energetique ne le gênait pas quand c’est PRO nuc.. ça me pose problème..et ça reste la tare fondamentale du programme électronucléaire français d’un point de vue libéral.. à la rigueur un gouvernement fixe un cadre il ne doit pas décider de la technologie.à mon opinion,.

  • Il est surtout dommage que l’EPR de Flamanville ne soit pas en fonction , ce qu’il devrait être…Car nous ne nous poserions pas toutes ces questions…!!!

  • Cette histoire est fabuleuse surtout avec le New âge de la politique française de plus d’emplois plus d’industrie, l’autosuffisance pour les productions stratégiques… On perd des emplois on perd un bout de notre sécurité on perd un site industriel…. Et tous ça pour une promesse d’un type plus habile à courir la gueuse que de s’occuper de l’état.

    • Ah pas mieux et croyez que je le regrette ! je vous mets + 1 comme aux autres ! Vou m’avez coupé l’herbe sous le pied, ce n’est pas fair play ! 🙂

    • l’autosuffisance est une belle blague… chiche plus de pétrole…
      on a au mieux un peu moins de dépendance..

  • Cet arrêt s’inscrit également dans un contexte de baisse des émissions de gaz à effet de serre issues de la production d’électricité

    La France est pilotée par des tartufes adorateurs de Pachamama.
    Cela va justifier des taxes astronomiques sur le CO2.
    En effet, il faut bien garnir la table de ces Messieurs… Homards géants, Champagnes bio millésimés, addition monte vite à des sommets inimaginables par le simple pékin.

  • le nucléaire doit descendre à 50 % dans le mix électrique ? déjà, je ne vois pas pourquoi, mais prenons les au mot. les 50 % sont déjà atteints et dépassés, nous sommes actuellement à 46,6 % en puissance installée au 31/12/19 https://fr.wikipedia.org/wiki/Électricité_en_France#Puissances_installées c’est à dire avant la fermeture de fessenheim.
    je parle volontairement de puissance installée et non pas de la production pour réclamer la réouverture des deux tranches de fessenheim et le lancement de capacités nucléaires supplémentaires pour atteindre l’objectif des 50 %.

  • Vous raisonnez. Cela serait fort bien si vous aviez affaire à des gens rationnels et intelligents. Mais pour notre malheur à tous, nous avons affaire à des imbéciles dotés d’idées farfelues bâties sur des mensonges éhontés (comme le réchauffement anthropique).

    • Oui Gerald nous savons tous que michel Gay a raison. Prêcher des convaincus c’est quand même un peu perdre son temps, non ?
      Il faut entrer dans l’arène politique Monsieur Gay ! Créer un parti.
      Les néospragmatiques ou similaires. Les « réalistes » – les « la preuve par 9 » – etc.
      Je suis peinée de vous lire, peinée des heures que vous passez à nous informer de ce que nous savons (et à notre détriment !!!!)
      alors que les autres pérorent sur les antennes de radio ou de télé pour raconter des inepties ! Une confrontation avec Jadot ou Pompili par exemple tournerait à votre avantage ! Enfin pour ceux qui préfèrent la vérité à la propagande ! Là j’avoue que le match ne serait pas équilibré ! 🙁

      • @ Paysanne
        Essayez d’appliquer ce que vous dites et vous comprendrez dans quel pays vous vivez et à quel point tout est verrouillé pour que quelqu’un d’aussi combattif et pertinent que Michel Gay ne puisse pas avoir une meilleure audience.

        • Le fermeture de Fessenheim est un gâchis, un vol, un scandale écoeurant qui doit nous forger un mental de combattant pour nous débarrasser de la dictature abrutissante qui nous ruine.

        • La fermeture de Fessenheim est un gâchis, un vol, un scandale écoeurant qui doit nous forger un mental de combattant pour savoir nous débarrasser de la dictature d’une secte débilitante qui nous ruine. Si vis pacem, para bellum. Nous l’avons oublié, il fait réapprendre.

  • Si jamais la France subit des coupures de courant cet hiver, le scandale de la fermeture de Fessenheim sera total et Narcisse et d’autres auront du mal à rejoindre 2022 indemnes.

    • S’il avait la moindre connaissance des probabilités, il comprendrait que jouer à la roulette russe tant qu’on gagne n’est pas une bonne idée.

    • Ce qui est amusant est que le démantèlement est bien plus risqué que la maintenance et la mise à niveau.
      Les préparatifs sont tellement délicats qu’il faudra à l’ASN au moins deux ans pour donner son feu vert. Je ne serais pas tellement étonné qu’on réhabilite la centrale quand les français auront un peu trop goûté aux pépins toxiques des pastèques: les promesses Hollandingues ne pèseront plus bien lourd.

  • légitime au vu de la constitution française, on se demande ce que la constitution française ne permet pas à un gouvernement quand il jour la carte interet national.. ..ça ne veut pas dire juste, ou respectueux de la liberté ou scandaleux..

  • « La volonté de fermer Fessenheim figurait au programme du candidat Hollande, élu président. Elle est donc légitime.  »
    Non! Quand un président prend une telle décision qui va à l’encontre des intérêts supérieurs de notre pays, pour des raisons de basse politique électorale, c’est inacceptable et cela constitue une très grave faute professionnelle, reprise stricto sensu par E. Macron.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

Le monde est fait de soleil et de papillons, de roses et d'arcs-en-ciel. Si nous pouvons empêcher le Père Profit de violer Mère Nature, nous aurons ce monde dont nous avons rêvé... merveilleux, sans produits toxiques, plein d'amour, de paix, d'espoir et de bonheur.

C'est la maladie du rêveur qui sous-tend l'idéologie de l'agro-écologie. Tout ce que nous avons à faire est de nous débarrasser du mal, de l'humain, et la nature nous fournira en abondance toute la nourriture et la subsistanc... Poursuivre la lecture

Nous y sommes ! Après une campagne pleine de rebondissements et d’un suspense encore jamais vu sous la Cinquième République, notre cher président a - enfin ! - été réélu face à l’ignoble menace fasciste !

Si vous avez lu cette première phrase au premier degré, désolé pour vous. Il était temps que cela prenne fin. Après une campagne d’un ennui sublimé par l’insipide débat de mercredi, Emmanuel Macron a été réélu à près de 58 % des voix face à une candidate piteuse qui a encore une fois été incapable de rassurer sur sa stature présidenti... Poursuivre la lecture

Programmatiquement, les partis écologistes les plus extrémistes d’Europe sont les belges Ecolo & Groen et le parti allemand Die grünen. Ces partis ont en commun d’être au pouvoir au niveau fédéral de leur pays respectif, avec des partis socialistes et libéraux.

En Belgique

La Belgique est, avec la France, l’un des pays d’Europe dont le mix énergétique est le moins émetteur de CO2. Cette vertu est entièrement due à sept réacteurs nucléaires parfaitement opérationnels. Las ! Les écologistes, dont le moteur idéologique premier est et ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles