Transition énergétique en Allemagne : le désastre constaté va s’amplifier

La politique de transition énergétique en Allemagne met en péril la sécurité d'approvisionnement : la situation continue de se détériorer.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Energiewende-demo 2014 by BUNDjugend (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transition énergétique en Allemagne : le désastre constaté va s’amplifier

Publié le 2 décembre 2019
- A +

Par Michel Gay1.

« L’Energiewende » en Allemagne (virage énergétique ou transition énergétique vers les énergies renouvelables) entraîne une insécurité de l’approvisionnement en électricité et affecte l’économie du pays selon l’Institut américain pour la recherche sur l’énergie (IER).

Baisse des moyens pilotables et hausse des prix

L’Allemagne prévoit de supprimer toutes ses centrales nucléaires d’ici 2022, et ses centrales au charbon d’ici 2038. Elle perdra alors 43 % de sa production pilotable (donc garantie) par rapport à 2019. Cette politique en faveur des énergies renouvelables intermittentes, principalement l’énergie éolienne et l’énergie solaire, provoque une flambée des prix de l’électricité et un encombrement par « bouffée » du réseau électrique lorsqu’il y a du vent et du soleil.

Le prix de l’électricité en Allemagne est déjà 45 % supérieur à la moyenne européenne pour les particuliers, et deux fois supérieurs à celui de la France. Les taxes « vertes » représentent désormais 54 % du prix de l’électricité pour les ménages.

La construction de nouvelles centrales de secours au gaz, de lignes de transport d’électricité, et l’installation d’instruments de contrôle de la demande d’électricité, entraînera encore une hausse des prix de l’électricité.

Le plan climatique de 100 milliards d’euros de l’Allemagne prévoit davantage de panneaux solaires et d’éoliennes, 7 à 10 millions de voitures électriques d’ici 2030, un réseau d’un million de stations de recharge, une hausse des prix du carburant, ainsi qu’une taxe sur le trafic aérien.

L’Allemagne a émis (en 2018) 15 % de plus de CO2 (866 millions de tonnes) que son objectif en 2020 (750 millions de tonnes). Actuellement, elle n’a atteint que 39 % de sa prévision de réduction de consommation d’énergie primaire.

L’Allemagne dépend des importations d’électricité

L’Allemagne devrait devenir un importateur net d’électricité d’ici 2023.

Sa sécurité d’approvisionnement continuera de se détériorer pour au moins trois raisons :

  • la dépendance accrue du pays à l’égard des productions intermittentes
  • l’abandon progressif de l’énergie nucléaire (encore 12% de son électricité)
  • le retrait prévu du charbon (comprenant la houille et le lignite) fournissant aujourd’hui 35% de son électricité

L’insécurité de l’approvisionnement énergétique de l’Allemagne est aggravée par le fait que la Belgique et les Pays-Bas (ses voisins) risquent de fermer aussi respectivement leurs centrales nucléaires et au charbon. L’Allemagne aura alors davantage de difficultés à satisfaire ses importations d’électricité en augmentation, alors que la capacité de production de l’ensemble du réseau européen se détériorera jusqu’en 2030.

En Allemagne, les écologistes ont bloqué la construction de lignes de transport d’électricité en provenance du nord, où se trouvent les parcs éoliens, vers le sud industriel. Au premier trimestre de 2019, seulement 1087 kilomètres de lignes électriques avaient été achevés au lieu des 3600 kilomètres prévus. À ce rythme, l’objectif de 2020 ne sera pas atteint avant 2037.

Le plan climat de 100 milliards d’euros de l’Allemagne

Le nouveau plan climatique de l’Allemagne a pour objectif de réduire en 2030 ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55 % par rapport aux niveaux de 1990. Il vise à :

  • accroître l’acceptation locale des nouveaux parcs éoliens. Les municipalités pourront davantage participer aux bénéfices résultants des prix plus élevés payés par les consommateurs.
  • développer l’énergie éolienne en mer du Nord et en mer Baltique et à subventionner davantage l’énergie solaire,
  • augmenter à 65 % la part de la production des énergies renouvelables d’ici 2030 (elles représentent actuellement 38 %). En excluant la biomasse, en 2018, le vent, l’eau et le soleil représentaient seulement 27 % de la production d’électricité en Allemagne.
  • encourager l’achat de véhicules électriques. Une subvention importante sera accordée pour les modèles d’un prix inférieur à 40 000 euros à partir de 2021. La taxe sur les véhicules à moteur sera également adaptée pour récompenser la mobilité verte et décourager les véhicules qui émettent du dioxyde de carbone.
  • remplacer le transport aérien à courte distance par le train. La taxe sur le trafic aérien augmentera à partir de janvier 2020, et les compagnies aériennes ne pourront plus vendre de billets à prix réduit.

Des subventions, toujours des subventions !

L’Allemagne subventionnera jusqu’à 40 % du coût de remplacement d’un chauffage domestique au fuel par des options à faibles émissions. Ce type de chauffage sera interdit à partir de 2026. La rénovation des bâtiments sera subventionnée pour les rendre moins énergivores.

Un système national d’échange de droits d’émission de CO2 sera mis en œuvre pour les transports (ce qui augmentera le coût du pétrole), complétant un système européen existant pour l’énergie, le bâtiment et l’industrie.

Au final, ce sont bien les consommateurs qui paieront l’addition de ces « droits d’émission ».

Le plan découragera par des taxes les entreprises et les citoyens d’utiliser des technologies émettrices de CO2. Une tonne d’émissions de CO2 sera initialement taxée à 10 euros à partir de 2021, pour atteindre 35 euros en 2025, puis les droits d’émission seront mis aux enchères entre 35 et 60 euros. Une quantité maximale d’émissions sera déterminée, puis diminuée d’année en année.

Le désastre énergétique s’amplifiera

Le système énergétique de l’Allemagne est un désastre qui va s’amplifier en raison de l’abandon des centrales pilotables, tant nucléaires qu’au charbon, et de la dépendance croissante à l’égard des énergies intermittentes éolienne et solaire.

Le nouveau plan climatique de ce pays ne fera qu’exacerber les problèmes et augmenter les prix, ce qui finira par affecter durablement son économie.

Le « Rêve vert » de l’Allemagne se révèle être un cauchemar pour les consommateurs et bientôt pour l’industrie jusque-là protégée. En revanche, c’est une aubaine pour quelques affairistes et politiciens qui vendent des illusions à un peuple mystifié.

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • Un mauvais scenario de film catastrophe…..je suis suppris qu’on ne parle pas de gaz pourtant nord stream est en voie d’achèvement …les germains seraient il devenus fous…..j’en doute fortement.

    • Ouais super Nord stream! Et quand Poutine demande un opposant politique on le lui sert sur un plateau avec une pomme dans la bouche et une plume dans… L’oreille…

    • Les tubes amèneront du gaz, pas de la chaleur. Et Gay parle de la construction d’unité de secours au gaz… Mais pour les promoteurs verts, il n’est pas question que le gaz deviennent la nouvelle source d’énergie principale.
      Quant à votre doute, je suppose qu’il se nourrit des pubs pour les voitures allemandes ?

    • @reactitude, vous estes admirable dans votre naïveté .Ce qui se dessine en Allemagne n’est que le distillation des divers minorité démagogue féministe et qu’en France nous nous dépêchons d’imiter pour notre plus grand malheur.
      J’ai déjà écris qu’au U.S. il y a un labo qui est à terme de cinq à dix ans sera en mesure de recycler les déchets des centrales nucléaires. Sortez mon ami.

  • Le 17 avril 2014, Sigmar Gabriel , ministre de l’Economie allemand a dit,, dans un discours à) Kassel :
    « Pour la plupart des pays d’Europe , nous apparaissons comme des cinglés….La vérité est que la transition énergétique est près d’échouer, et que est nous avons sous-estimé dans tous les domaines la complexité de cette transition. »

  • On verra c’est un pari à long terme ! Et pourquoi faudrait-il que tous les pays fassent les mêmes choix ? Le demande t-on aux entreprises privés ? Non ! C’est anti-libéral !
    Peut-être que les allemands se trompent, peut-être que les américains avec leur gaz de schistes sont dans l’erreur, peut-être que, qui sait aujourd’hui pour demain ? C’est la variété qui fait l’efficacité dans le temps, pas le fait que tout le monde décident au même moment de faire le même truc simplement parce qu’on est anti-écolo ou écolo, ou pro-nucléaire ou anti ou ceci ou cela.

    • On apprend de ses erreurs ou celles des autres….enfin , quand on a l’esprit encore éveillé et pas sous somnifères du matin au soir .

      • On apprend de ses erreurs ? Certainement pas. Les erreurs sont déjà là sous nos yeux et pourtant, comme les allemands nous allons continuer vaillamment ! Je rappelle que nous ne sommes plus décisionnaires dans notre pays, puisque l’OFATE (office franco-allemand de la transition énergétique) constitué des industriels allemands, de leurs syndicats siégent – gratuitement- au Ministère de l’Ecologie et c’est bien de là que partent les décisions ECLAIREES sur la politique énergétique à suivre, en toute « objectivité » cela va sans dire !
        Qu’importe le massacre environnemental et les tortures par infrasons et les liaisons par radiofréquences pour les piloter (électrosmog), qu’importe la ruine des riverains, qu’importe l’inefficacité de telles modes de production, bref qu’importe tout pourvu que la GROSSE THUNE revienne dans leurs poches bien profondes !
        Sans aucune subvention, sans tarif de rachat de l’énergie à prix de ouf, ce serait la débandade et la vérité serait connue de tous ! Plus de campagnes de propagande utilisant des pseudo sciences : sauver le climat et la planète et autres mensonges éhontés !

      • @reactitude: Proverbe Shadock :
        « Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir….
        En d’autres termes… Plus ça rate et plus on a de chances que ça marche… »

    •  » C’est la variété qui fait l’efficacité dans le temps »
      Pas pour l’énergie où il n’y a que l’efficacité au meilleur prix qui compte.

    • Personne ne demande que tous les Etats fassent les mêmes choix mais qu’ils cessent d’en faire. Instaurer la concurrence dans la production d’électricité et que le meilleur gagne.

      • oui et pour cette raison le nucléaire français souffre d’une tare à la conception. Il faut à mon opinion distinguer les louanges qu’on peut lui faire.. technologiquement c’est un choix tout à fait intéressant pour produire une capacité de base…mais que dire du parc français? aurait il existé dans le privé? gay en fait un éloge de nature politique..!!

        la simple épée de damocles que représente le quasi inévitable interventionnisme politique est susceptible de dissuader tout investisseur eu égard aux temps et sommes considérées..

        l’énergie est un tel potentiel fromage…c’est sans doute LE fromage par excellence. aussi dans une démocratie..la tentation est grande..

        il faut prier pour que les gens ne soient pas trop cons..car politique energetique on aura.

      • Dans le domaine de l’énergie quel Etat ne fait pas de choix ? Ce qui n’empêche pas la (une certaine) concurrence mais dans le bocal de la politique énergétique.

    • @indivisible, et si dans un siècle les responsables décident de faire la fracturation des roches pour récupérer du gaz naturel ? alors que vaudra votre opposition en 2019. Par contre, si nous laissons raisonnablement se faire la recherche, hypothétiquement nous ne pouvons pas exclure de ne pas trouver.

  • claude henry de chasne
    2 décembre 2019 at 9 h 05 min

    Le plus terrible c’est que ces cons nous achètent de électricité nucléaire plus cher que ce que payent les français..
    Du coup EDF augmente ses prix en conséquence chez nous

    • @claude henry, mais nous en France EDF, paie 70 fois le prix de l’électricité comparé à la Finlande. En France 145 l’unité en Finlande, 27 Euros
      . Mais c’est pour la bonne cause le C.E. d’EDF qui ne sont présent à leur poste que 24/25 heur hebdo, ainsi que les 90% que ne paient pas les consommateurs salarié de la boutique .

  • J’ai lu cette semaine que le dernier Taxi Tesla de Berlin a arrêté son business faute de politique cohérente de la ville (augmentation de la recharge, bornes en panne ou emplacements squattés par les thermiques, en plus de la faible autonomie et du désintérêt de la clientèle)…

    • https://www.bz-berlin.de/berlin/kein-platz-zum-aufladen-berlins-einziges-tesla-taxi-gibt-auf

      Traduction (approximative) google:

      Martin Doll (57 ans) exploite le seul taxi Tesla à Berlin depuis 2016. Mais cela se termine à la fin de l’année.

      L’une des raisons de la sortie de Doll du secteur des taxis électriques: le manque de possibilités de recharger sa Tesla (modèle S, construit en 2014). « Nous avons environ 3000 bornes de recharge publiques à Berlin », a-t-il déclaré. Environ 10 000 voitures électriques privées s’y opposent. « Ce sont des conditions célestes. »

      Le problème réside dans les fournisseurs de covoiturage, qui ont de plus en plus recours à la propulsion électrique. Poupée: « VW met 1500 golfes électriques dans l’anneau du S-Bahn et ne fournit pas d’infrastructure de charge. Sixt et DriveNow font de même.  »

      En outre, de nombreuses voitures électriques se trouvent également aux stations de charge et les bloquent sans accrocher la prise. « Chaque nuit, je dois chercher une borne de recharge et appeler la police quand elle est occupée sans être inculpée », déclare Doll. « Cela vous coûtera une heure pour retourner au travail. »

      Martin Doll termine son taxi Tesla à la fin de l’année

      L’augmentation des coûts de chargement est une autre raison. « Au début, j’ai payé six euros pour le chargement, donc je suis environ 300 kilomètres », a déclaré le chauffeur de taxi. Depuis l’été, les prix ont fortement augmenté, sont maintenant dus à Doll 33 euros pour la batterie complète due.

      Selon l’administration du Sénat, le taux forfaitaire a été introduit au début de 2018 pour des raisons de loi sur l’étalonnage et a été remplacé cet été par un tarif facturé uniquement en kilowattheures. Martin Doll veut maintenant passer à un véhicule hybride.

      • Bel exemple de cette absurdite electrique !

      • 1/ L’électrique pure a un gros problème, c’est le temps de recharge. Alors que l’hybride rechargeable est opportuniste.
        2/ l’hybride rechargeable est l’équivalent sur roue de l’éolienne : sans subvention, elle n’est pas rentable, et objectivement, elle n’a que l’apparence de l’écologie.

        Mais je ne me fais pas de soucis pour les citadins : les transports en commun seront probablement efficacement secondés par les moyens alternatifs de se déplacer, soit les petits véhicules électriques (vélo , scooter, trottinettes…).
        Pour les extra urbains ou les ruraux, par contre…

  • attendez un peu…

    on peut reprocher à l’allemagne un défaut de communication.

    on se doute bien dans l’etat actuel de la technologie que se passer de pétrole a pour conséquence un appauvrissement..
    donc évidemment que les consommateurs vont payer plus cher.
    en tant que tel rien de mal à cela..
    si ils veulent réduire leurs emissions de CO2 ils n’y quasiment pas d’autre choix que l’appauvrissement.

    si c’est compris et admis par les consommateurs pas de problème, on a rien sans rien..

    l’escroquerie à mon opinion c’est l’enfumage sur l’appauvrissement sinon le jeu de refiler l’appauvrissement à son voisin..
    les idées de croissance verte, d’électricité gratuite qui laissent à penser aux gens que la transition energetique n’est pas d’abord et avant tout un appauvrissement.

    alors bien sur un jour vous est comme moi confronté à la personne qui vous affirme,l’ électricité n’est pas assez chère, l’énergie n’est pas assez chère car ils ont fait des études et « comprennent » que les gens surconsomment … ok…on est pas d’accord .le problème avec ces gens est que par ailleurs ils manifestent contre la baisse du pouvoir d’achat… et que ça ne leur pose pas de problème..

    nous avons des gens ne font pas de lien entre concept de surconsommation et pouvoir d’achat…
    vous comprenez bien que pour eux, le fait qu’ils vivent mieux que jadis ne tient pas d’abord aux augmentation de productivité mais à leur action militante et politique…

    • « l’escroquerie à mon opinion c’est l’enfumage sur l’appauvrissement »
      La plus grosse escroquerie, et de taille, c’est de feindre de croire que le CO2 est un gaz toxique.

      • j’ai rarement entendu ça sauf de la part de militants verts…
        mais polluant..néfaste pour « l’environnement ».;poison pour la planete..voire toxique pour la planète…pourquoi pas..ça ne me dérange pas plus que ça…

        écoutez…si vous considérez que la nature ne doit pas changer..alors le CO2 fossile est effectivement un polluant..
        l’augmentation de biomasse , le verdissement des zones arides sont , dans une optique conservatrice absolue, des catastrophes environnementales…

        l’escroquerie est de dire que les changements environnementaux sont nécessairement des catastrophes humaines…
        toujours dans une optique de conservation…
        nous prospérons sur les catastrophes environnementales..
        l’agriculture est une catastrophe environnementale
        l’accroissement de la population humaine est une catastrophe environnementale…

        je vais redonner le dernier pire exemple que j’ai vu..faire jurer à des enfants en classe de mers de ne jamais porter atteinte à un organisme marin….

        • Je vous rappelle que le Carbone est à la base de la vie sur Terre, que le CO2 est indispensable au Phytoplancton et aux plantes qui absorbent le Carbone et rejettent l’Oxygène qui nous permet de respirer! Vous préférez mourir de faim ou asphyxié ?
          Il ne représente que 0,04% de la composition de l’atmosphère, trop peu pour provoquer le réchauffement.

          • certes… mais je le répète , un dogme de l’ecologie, et il est repris accepté par des non écologistes, est de conserver la nature dans sa perfection…et donc.. le CO2 fossile est un polluant.;car rien ne doit changer..

            appeler CO2 polluant ne me pose pas de problème, comme appeler une présence d’un picogramme de toxique ici ou là une contamination..
            augmentation production de biomasse c’est aussi par exemple les marées vertes..ce n’est pas non plus bon en soi..

    • Jancovici avait fait une petite introduction sur le fait que le développement de l’énergie et la baisse de son coût avaient apporté les progrès sociaux pour les masses laborieuses.

      • je peux me tromper mais il me semble que janco qui était me semble t il pro taxe carbone, avait fait partie de l’équipe de hulot et de son pacte environnemental..

        janco reste une personne qui pense qu’ l’état a un rôle à jouer dans les politiques énergétiques ..un peu comme michel gay…

        or c’est parce que les gouvernement se mêlent de production energetique qu’on a la transition energetique!!!

        mon opinion est que si un gouvernement met la main sur l’énergie il va difficilement s’empêcher de l’organiser à son profit politique.. des gens comme gay et janco pour des raisons obscures sont persuadés que un gouvernement élu sera « raisonnable » et laissera des gay et janco à la manœuvre technique…
        d’ailleurs…la question est relativement simple pour quelle raison doit on avoir une politique energetique…??? l

        janco admet que les modèles climatiques sont utilises et crédibles.. il propose( ait?) une taxe carbone avec dans sa tête l’idée quel ‘agent de la la taxe servirait à des gens comme lui à organiser l’après fossile… »bien » juste social toussa…..

    • @jacqueslemiere, bonsoir, j’adhère à 100% à votre propos. En 1968, les nouveaux génies qui avaient semble t’il inventé l’eau tiède con testaient tout. Ils (vivaient ) surtout sans se laver sans se coiffer oisifs mis à part du coté de la quequette et sortaient autant de propos débile qui se voulaient être ceux d’un nouveau monde. Résultat, les filles font des enfants surtout sans « parents » nos vivons une époque moderne
      Cordailement.

  • D’ici 2038, la dépendance de l’Allemagne au gaz russe sera totale.

    100% de l’électricité allemande sera « pilotable » depuis Moscou.

    Voilà qui nous promet de joyeuses et sympathiques évolutions géostratégiques.

    • – le gaz se stocke
      – le gaz est disponible dans différentes régions de production
      – les US n’attendrait que cela
      – le contre coup pour les Russes seraient potentiellement désastreux
      – où est le principe de l’influence pacificatrice des échanges, du libéral qui est en vous ?
      – si les allemands n’en profitent pas, les chinois les remplaceront immédiatement (et d’ailleurs, dans d’autres domaines…)
      – en attendant l’invasion, il est d’un excellent rapport coût.
      – enfin, et surtout, les allemands n’ont plus de préoccupation « géostratégiques » !

  • Donc l’Allemagne sera de plus en plus dépendante de ses fournisseurs d’électricité… eh bien développons notre production pour la lui vendre voyons…
    D’autant qu’elle veut en même temps « encourager l’achat de véhicules électriques », ah ah ah mdrrr !

  • Où vont-ils trouver l’électricité pour recharger 10 millions de voitures électriques? J’ignorais que les Allemands étaient stupides au point de ne savoir compter!

    • @virgile qu’est que cela vous procure de médire sur les Allemands ??? Entre autre ils (les chleus) ont 97 milliards d’excédent budgétaire, nous les plus grandes gueule de la planète avons 2200milliards de dette -800 millions d’or que le maire à vendu en début d’année afin de minorer le bilan catastrophique de leur ignorance crasse, + 2700 milliards pour les retraites à venir.

      • @Nodralg
        Moi je les aime bien les Allemands, d’ailleurs je cause leur langue. Mais franchement, keski leur prend, keske cette incohérence ?

      • moins 1 pour les ‘schleus’ !

        souvenirs de mon temps d’armée, de la part de ploucs qui ne se brossaient même pas les dents…

  • le lobby du gaz a largement gagné

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Pierre Baudry. Un article de The Conversation.

Angela Merkel a incontestablement marqué l’histoire moderne de l’Allemagne. Son arrivée au pouvoir en 2005 et son exceptionnelle longévité – comparable uniquement à celles de Konrad Adenauer (1949-1963) et de Helmut Kohl (1982-1998) – font d’elle une figure centrale de la politique allemande et européenne contemporaine.

Toutefois, après la fin de son dernier mandat en 2021, son parti (CDU-CSU, démocrate-chrétien) et son successeur désigné, Armin Laschet, ont été vaincus dans les urn... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles