Hollande, prêt à récidiver au sommet de l’État ? 

Le bilan de Macron n’est pas fantastique. Mais peut-on imaginer que Hollande puisse espérer faire mieux, après les dégâts qu’il a lui-même causés pendant les cinq années précédentes ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot_2021-03-12 Francois Hollande invité spécial - C à Vous - 28 10 2020 - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande, prêt à récidiver au sommet de l’État ? 

Publié le 13 mars 2021
- A +

Par Claude Robert.

Perseverare diabolicum est !

François Hollande a osé déclarer le lundi 8 mars dans le tchat vidéo sur internet animé par Samuel Étienne, se référant bien évidemment au bilan de son successeur (Le Point 9 mars 2021).

Mon grand regret, c’est de ne pas m’être représenté.

Certes, le bilan d’Emmanuel Macron n’est pas fantastique. Mais peut-on imaginer que François Hollande puisse espérer faire significativement mieux, après les dégâts qu’il a lui-même causés pendant les cinq années précédentes ?

Cette déclaration rappelle combien une démocratie peut être fragile. En effet, soit l’ancien président n’est pas conscient des résultats de sa politique, de ses propres limites, et se tient prêt à récidiver. Soit il en est conscient mais considère la majorité des électeurs comme incapable de s’en rendre compte, et tente d’en profiter pour revenir au pouvoir.

Avant d’évaluer la plausibilité de chacune de ces deux hypothèses, voici l’indispensable rappel du bilan de l’ex-président socialiste, bilan que tout citoyen lucide ne doit surtout pas oublier.

Hollande : un bilan historiquement mauvais

Rarement un président n’aura bénéficié d’une période aussi porteuse. L’arrivée de Hollande à l’Élysée coïncide avec la fin de la crise bancaire. Comme toutes les crises, celle-ci, considérée comme la plus grave depuis celle de 1929, a été suivie d’une période de recovery particulièrement robuste.

Or, en augmentant fortement les impôts au plus mauvais moment (entre autres bévues), le gouvernement Hollande a commis une grave erreur contra-cyclique ; une erreur qui a empêché la France de profiter de ce rebond, et qui a même aggravé sa situation ! En termes comparatifs, car tout le monde sait qu’on ne peut juger d’une politique économique qu’en fonction du contexte, les dégâts sont tout simplement considérables.

Les tableaux ci-dessous permettent un aperçu rapide de la détérioration de la situation française sur la période de son quinquennat :

Comment un gouvernement a-t-il pu se débrouiller pour augmenter fortement les impôts sans même éviter des résultats aussi négatifs tout en augmentant la dette en même temps ? Avec Hollande, la France semble avoir été vandalisée, comme victime d’un trou noir qui a volatilisé les sommes gigantesques censées nous aider. Tout cela, faut-il le rappeler, dans une période de forte reprise économique mondiale.

À l’heure où les médias se régalaient de l’affaire Julie Gayet, dans l’un de ses éditoriaux, un journaliste de la chaîne américaine CNN avait comparé Hollande à « un Berlusconi sans les compétences ». Bien qu’assez drôle, ce parallèle n’est absolument pas fortuit. La question reste toutefois de savoir si l’intéressé a conscience de ses limites, ou pas. Car sa récente tentative de renommer et donc de relancer le Parti socialiste, tout comme sa déclaration de ce lundi, laissent craindre que l’homme politique n’a toujours pas remisé ses ambitions.

Un bilan dont l’auteur ne soupçonne pas la gravité ?

Un peu avant la fin de son mandat, dans l’une des premières interviews où il tente de justifier son bilan, Hollande avait avancé de meilleurs résultats que son prédécesseur Sarkozy sur le plan du chômage. Sauf que les chiffres qu’il citait n’étaient pas comparables. Était-ce intentionnel ou pas ? Quoi qu’il en soit, l’oubli d’une partie des catégories de chômeurs parmi les A, B et C lui permettait de faire croire à un léger mieux, ce qui n’était pas du tout le cas.

En juin 2018, à la maison de la Chimie, l’ex-président a tenté un bilan plus détaillé dont il tire la conclusion suivante :

Si je revendique avec fierté ce que j’ai fait, même si je reconnais aussi des erreurs, la fierté la plus grande, c’est quand on me dit que j’ai présidé humainement. – Europe1 (8 juin 2018).

Cette déclaration pourrait laisser penser que l’ancien président est conscient de ses résultats désastreux et qu’il a choisi de se retrancher derrière la beauté supposée de ses intentions.

Cela paraît très habile de la part d’un socialiste qui ne peut bien évidemment pas avouer qu’il a mené une politique socialiste de redistribution et que celle-ci n’a pas fonctionné. Cela revient à regretter, sans le dire, ce qui est très fort, que prendre aux riches et dépenser n’importe comment n’a pas obtenu l’effet escompté. Avec en prime l’énorme avantage de maintenir intacte la foi socialiste de l’électorat de gauche.

Un président qui profite de l’ignorance d’une partie des électeurs ?

Plus inquiétantes sont les déclarations récentes de François Hollande à propos de sa volonté de rebaptiser le parti socialiste.

Loin de proposer un aggiornamento, ce qui n’aurait été que 62 ans après le Bad Godesberg allemand (excusez du peu), l’ex-président suggère un banal rebranding du parti avec pour ligne conductrice, pour ne pas dire stratégie, cet aveu même pas déguisé :

Le PS doit miser sur les électeurs déçus par le mandat de Macron. – L’Obs (25 novembre 2020).

Une ambition aussi triviale, un programme d’une aussi courte vue, tout cela fait froid dans le dos. L’Hexagone est en proie à une crise industrielle, sociale et culturelle grave, générant chômage, précarité, violence. Or, pour Hollande, il s’agit simplement de capitaliser sur les échecs de son successeur afin de lui ravir la place. Difficile de ne pas entrevoir, dans l’absence de programme politique de quelqu’un qui semble vouloir revenir au pouvoir, un manque total de considération pour l’état réel de son pays.

Ce genre de désintérêt milite assez clairement pour la seconde hypothèse, cynique, celle d’une personne qui n’a de la politique non pas une vision noble et généreuse, au service de l’intérêt général, mais préemptée par la conquête des avantages de la fonction présidentielle. Si tel est le cas, la perception de sa propre incompétence n’a donc aucune espèce d’importance.

À l’électeur de rester vigilant. Compte tenu de la situation du pays, il sera tout de même facile de juger de la sincérité des candidats. Il existe en effet deux indicateurs qui ne trompent pas.

Le premier sera l’absence de promesses faciles telles que redistribuer l’argent des riches ou s’endetter sur le dos des pays européens mieux gérés.

Le second se lira dans le détail opérationnel d’un programme de rétablissement de notre équilibre économique et sociétal.

Notre désindustrialisation, notre décrochage international et la crise de nos valeurs sont trop graves. Impossible, pour un candidat honnête, de ne pas construire son projet là-dessus.

Voir les commentaires (60)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (60)
  • « je vous promets quatre ans de « plus belle la vie » au sommet de l’état » est quand même un programme alléchant

  • Dommage que le Covid n’ emporte pas que le socialisme et toutes ses commorbidités.

  • Un assassin chevronné ne revient jamais sur les lieux de ses crimes.
    Si le serial looser Hollande venait à rôder autour de la présidentielle, il se ferait aussitôt choper par la patrouille.
    Qu’il reste dans sa planque tulloise !

  •  » prendre aux riches … » il a pris à tout le monde , et jusqu’au travailleurs pauvres ; histoire de pouvoir fourguer à tour de bras des allocations à ceux qui ne travaillent pas ; je n’ai jamais aussi mal vécu que sous le règne de ce type , ça m’a rappelé les années mittérand ou j’avais le sentiment de travailler dans le vide ;

  • Hollande n,’est pas ma tasse de thé mais y pass foto avec le roitelet actuel qui préfère s’occuper des migrants que des Français et manque d’expérience politique . L’insécurité grimpe en flèche Par ailleurs la gestion du COVID est tout simplement catastrophique et on sent combien le pouvoir actuel est en symbiose avec big pharma pour distiller la peur au quotidien
    donc si javais a choisir entre hollande et macron je choisirais hollande sans hésiter

    • @Franck75-
      Pour l’expérience politique nous avons eu Mitterrand et Chirac deux catastrophes. Ça suffit
      Ce dont nous aurions besoin c’est d’un vrai patron capable de faire les reformes toujours repoussées ou mal faites et de donner aux entreprises de remettre tout le monde au travail
      Pour l’échec sanitaire exposé aux yeux de tous il est celui de notre administration pléthorique développée sous les deux présidents évoqués ci-devant et qu’il faudrait remettre en ordre pour quelle cesse de pénaliser le pays

    • Et choisir entre la peste et le choléra, ça vous inspire? Ben avec des choix pareils, on n’est pas sortis du sable!

    • Blanc bonnet, bonnet blanc… Macaron c’est une couche de maquillage « jeune » sur la gueule momifiée du socialisme. Hollande c’est un nez rouge sur le même cadavre immonde.
      Sur l’insécurité, l’immigration, la corruption, la crétinisation ou les taxes la continuité (hors discours électoral) est totale de Mitterrand à Macron. Gauche ou droite, c’est la même mafia à base de haute administration et de capitaines de connivence qui tire les ficelles.
      Le covid c’est juste une aubaine inespérée pour accélérer la course vers la république bananière, sans bananes.
      Si je n’ai le choix qu’entre Hollande et Macaron je me casse.

    • choisir entre peste et choléra , elle est belle la démocratie française..

  • La vie de château lui manque et son scooter payé par la princesse, le rat. Mais tant qu’il n’a pas perdu 30 kg, on est certain qu’il ne se présentera pas.

  • Quel vide politique, pour qu’un homme qui avait eu un éclair de lucidité en ne se représentant pas y songe à nouveau… Il ne manquerait plus que cela !

    • Le vide a toujours été politique car la politique ne sert à rien sinon à mettre en valeur ces hommes de l’ENA qui n’arrivent même pas à s’exporter tellement ils sont nuls

      • «…ces hommes de l’ENA qui ne s’exportent pas tellement ils sont nuls…» Il ne sont Nuls mais simplement destinés à la haute fonction publique et non pas à l’industrie et l’entreprenariat ! D’autre part l’enseignement semble y rester figé dans le milieu du vingtième siècle.
        L’ENA est aujourd’hui une école destinée à former des Hommes d’Hier !

        • si seulement on pouvait les exporter au prix qu’ils croient valoir !!!
          mais personne n’en veut, même au prix qu’ils valent (valeur négative).

  • Le problème majeur dans notre pays est que le français est facile à berner : de belles promesses électorales, des aides distribuées au bon moment, aux bonnes personnes, dans de bons secteurs, des emplois personnalisés créés comme par enchantement et surtout s’attacher un électorat ad hoc, tout cela peut faire basculer quelques milliers de votes d’un côté ou de l’autre.
    Il suffit qu’un candidat caresse dans le sens du poil les écolos, les gens du voyage, les agriculteurs, les banlieusards, les personnes au chômages, etc…, et hop voilà leurs voix acquises.
    Mais après ces mêmes gens viendront se plaindre et ce sera alors trop tard (on en a un exemple flagrant avec notre capitale).
    Que les français prouvent qu’ils ont la capacité de réfléchir AVANT mais à leur décharge je dois reconnaître que nous vivons une époque où il faut choisir entre la peste et le choléras et ça ne va pas être chose aisée.

    • Un jour on fera le procès des français.
      Les experts qui défileront à la barre, tenteront de trouver
      des explications sociologiques voire psychanalitiques,
      mais on ne dira jamais vraiment ce qu’ils sont.
      Car le mot sonne mal dans un prétoire.
      Peuple de France, vous êtes des cons.
      Oh rassurez vous, il y en a eu de célèbres, de Savonarole
      à Fouquier Tinville.
      Mais la réalité est là, aussi sinistre qu’aveuglante.
      Vous êtes des cons.

  • La prochaine présidentielle portera sur deux thèmes majeurs la Théorie monétaire moderne (TMM) et le Revenu universel pour tous (RUT) le premier permettant de financer le second et le tour est joué. Tout le monde croira que ça y est les coffres du Trésor public resteront grand ouverts depuis que Bruno Le Maire l’a fait. Alors rappelez-vous quand décembre 2018 il n’y avait pas d’argent pour les soignants et les Gilets-jaunes

  • « Mon véritable adversaire, il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance » disait-il durant sa campagne. Adversaire présumé que ce bon Hollande a immédiatement alimenté après son élection à hauteur de 500 milliards pour financer sa part de dette française… Ce n’est même plus du cynisme, c’est de la forfaiture

  • candidat honnête … c’est comme un loup végétarien, ça doit exister mais ce n’est pas l’espèce dominante

    • Candidat pour un poste d’assistant social ?
      En France ce doit être une espèce d’avenir le Français moyen aime particulièrement les Aides Sociales (le budget, qui leur est associé même en supprimant les retraites, est plus important que ceux de la Santé et de la Défense -Armée et Police- réunis).

  • Bonjour à tous,
    Je vous trouve trop indulgents … En 2012, les français ont voté par défaut Hollande par un concours de circonstances inédit : tous ceux qui n’étaient pas Sarkozystes ont voté contre Sarkozy , DSK avait opportunément été empêché de représenter la gauche, et il avait remporté la primaire à sa propre surprise en étant le moins haï / dérangeant / courageux des ténors du PS.
    Ce faisant ils ont placé chef de l’Etat et des armées un type que ses propres « amis » au PS appelaient Flamby. ..
    Il ne fallait pas s’étonner du quinquennat lamentable qui a suivi où Hollande a réussi à saborder la France en deux fois moins de temps qu’il lui en avait fallu pour dynamiter le PS au poste de premier secrétaire.
    Non sans se couvrir, et la France avec lui, de honte depuis les colonnes de Closer jusqu’à celles du Courrier International. Il fallait le faire…
    D’ailleurs seul rival international à lui, c’était plus Mr Bean que Tintin.
    Non vraiment, Il n’y a rien à rattraper, les seuls points positifs ne sont pas de son fait.
    Ce fut un fiasco total, un gâchis abyssal et même une guignolade à retardement : les accords de Paris ne restent un boulet que pour la France, signés poliment par tous les autres des qu’ils ont eu la certitude qu’ils ne s’engageaient à rien.
    Qui pour revoter pour ça ?

  • Moi aussi, je regrette qu’il ne se soit pas présenté. Je crois qu’on aurait battu le record mondial de la plus belle branlée électorale

  • François le Petit «prêt à récidiver au sommet de l’État»…
    Pour ne rien y faire ou défaire ce qui a été fait pas le prédécesseur ?
    Autant voter pour NOBODY l’Élysée vide pendant cinq ans dont le budget serait affecté à un secteur où il n’y a pas d’ÉNArques et où ils sont interdit de séjour !

  • Flamby, le retour….non, vraiment trop drôle. Fabius est mort de rire, et nous vraiment pas….

  • Très bonne idée de la part de Hollande, politicien prudent, respecte la loi, antilibérale avéré, très, très proches des associations en tout genre et des femmes, ne prend pas des risques inutiles mais, mais fait une guerre coloniale au Mali, un choix entre Emmanuel, Marine et François que devront faire les Français

    • Je trouve que ce n’est pas mal cette candidature , parce qu’il prendra des voix au premier tour à Emmanuel et qu’on aura un second tour entre Marine et Sarko

    • @iris
      Vous oubliez Nicolas ; moi je propose une réforme ; tous les candidats du premier tour qui ont plus de 5% des voix doivent avoir un poste au futur gouvernement

  • Si vous n’avez pas déjà fui, cette seule annonce devrait vous préparer à faire vos valises.

  • Votre question en préambule, pour y répondre, c’est que ces gens là, cad toute la clique depuis 30/40 ans sont bien sûr inconscients car complètement déconnectés des réalités du peuple. le pouvoir rends sourds et c…s

  • Justement, il a un très bon bilan : des chômeurs, des pauvres, des dépressifs, des suicidaires. La mort est le sel nourricier de tout socialiste digne de ce nom. Son successeur est en passe de faire mieux en moitié moin de temps.

    Culbuto a-t-il oublié que son désastreux bilan avait pour origine un certain Macron ?

  • Le PS doit miser sur les électeurs déçus par le mandat de Macron.

    J’ai failli retapisser mon écran.

    Hier, la CGT a organisé une manifestation anti-Macron à Toulouse. Qui se souvient que la CGT via l’Huma avec Libé avaient supplié les électeurs de voter pour le petit marquis ?

  • Perso je trouve macron bien pire!

  • Et qui était son dernier ministre de l’économie etc…?

  • Je ne crois pas un instant que Hollande ait l’intention de revenir dans la course aux présidentielles. Par contre ça lui ressemble tout à fait de faire des annonces et des petites phrases pour titiller le Landerneau politique en général, et agacer Macron en particulier. Ca doit bien l’amuser, et ça ressemble bien à ses petites tactiques de sous-directeur de préfecture.

  • Quand-même, Hollande n’oserait pas, si…? Ah, il semble faire partie de ceux qui osent tout… ça promet ! Le pire, c’est qu’il serait capable de se faire élire. Tout comme son ex, d’ailleurs. On n’est pas rendus !

    • Tout est possible à l’occasion du retour « des temps heureux » avec l’arrivée du printemps 2022…
      L’histoire est un éternel recommencement, au fond, un match au deuxième tour de la présidentielle à venir entre SARKOZY et HOLLANDE pourrait bien dépasser le stade de l’hypothèse d’école… au pays des droits de l’homme et de la connerie!

  • Faut-il en rire ou en pleurer?
    Il est vrai que le ridicule ne tue pas!

  • Alerte aux flatulences !!!
    Hollande revient.

  • il a réussi à faire parler de lui ! Bravo, on commençait à ne plus s’en souvenir.

  • Pour moi Hollande c’est Pignouf 1er, titre qui lui convient le mieux. J’écris toujours « pignouf  » à propos de ce type parce qu’il est la plus belle représentation du pignouf définitif : un profiteur sans foi ni loi du système, dont il a utilisé avec génie toutes les ficelles pour arriver au pouvoir suprême. Ce pignouf (terme qui présente le quadruple avantage de réunir tout à la fois la mauvaise éducation, la grossièreté, l’absence de finesse, la goujaterie, auquel il faut ajouter le « cynisme » qui lui va aussi comme un gant) ne vous faites aucune illusion fera tout pour revenir au pouvoir et dans ce pays tout est possible.
    Si on fait honnêtement le bilan de Pignouf 1er et on en tire les conséquences, il devrait être traduit devant une haute cour et condamné comme il se doit.
    Continuer à voir et entendre ce pignouf est profondément révoltant. Quand on voit son bilan calamiteux et que ce type ose encore donner des leçons de cohésion nationale et sociale alors qu’il a divisé et ruiné ce pays comme jamais aucun ne l’avait fait avant lui…

  • N’oublions pas qu’une majorité de français lui a permis de devenir président de la République et scootériste !!! Cette majorité existe toujours même si, après ses premières bourdes, on ne trouvait plus personne pour avouer avoir voté pour lui. C’est çà la France, on vote contre puis on s’en mord les doigts.

  • préfère encore la royauté que se bouseux

  • A la réflexion, il se serait présenté et sans doute Fillon passait.

    • Fillon a perdu 15 points dans les sondages dès les révélations du Canard Enchaîné et l’enquête tonitruante du PNF. Avec un tel boulet, peut-être que Fillon aurait quand même gagné contre Marine Le Pen mais certainement pas contre Flamby

  • Si au 2e tour, nous sommes face à un Hollande / Le Pen, l’électeur prendra forcément Hollande, quelque soit son opinion sur le personnage ou son programme… C’est ça la réalité du niveau politique des Français…

  • Macron est aussi mauvais que Hollande mais Hollande est plus drôle !

  • Apres le covid,voilà pire..un variant du holland le molassovirus

  • François «le Petit» veut récidiver ?
    Pour une stagnation de 5 ans ? (ou plus)
    Durant ma vie professionnelle (Consultant Qualité et/ou développement informatique), j’ai eu trois période par la case ANPE/APEC (Pôle Emploi, aujourd’hui) trois fois c’était sous gouvernement socialiste avec un manque d’activité des entreprises ou des problèmes financiers… Mon activité n’ayant rien à voir avec la politique je une tendance à me méfier des Socialistes et de leurs proches ! N’étant pas attiré par les fachos je serai peut-être tenté par Jean Lassalle lui, au moins ce n’est pas un ÉNArque.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
extrême droite
1
Sauvegarder cet article

Un sondage IFOP pour le Journal du Dimanche a interrogé des Français six mois après la réélection d'Emmanuel Macron, sur leur choix s'ils votaient aujourd'hui.

 

"On refait le match" : l'extrême droite illibérale progresse

Même si Emmanuel Macron améliore modérément son score comparé aux résultats officiels de la présidentielle d'avril (29 % d’intentions de vote contre 27,8 %), et garde toujours la préférence des seniors, il ressort que Marine Le Pen enregistre d’une forte percée (30 % des voix contre 21,3 % des suffrages e... Poursuivre la lecture

C’est à croire que l’histoire est sinon cyclique, du moins ironique. Autant de dynamiques socio-économiques persistantes qui constituent des clés de lecture essentielles pour analyser le présent. Le retour du tragique, cher à Raymond Aron, avec la guerre en Ukraine, une colère sourde contre les élites et les technocrates, une archipellisation croissante de notre communauté nationale qui n’a plus de société que le nom.

L’élection présidentielle de 2022 faisait figure d'îlot de continuité, croyait-on, avec la réélection du président sort... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Le vote Mélenchon est révélateur d’un symptôme propre à la France : l’extrême gauche est plus forte dans notre pays que dans les autres.

Pourquoi ? Il existe plusieurs réponses.

La première est conjoncturelle : Mélenchon a du talent, c’est un politicien cultivé qui s’exprime avec conviction et éloquence, il entraîne les foules et son islamo-gauchisme lui a attiré les suffrages du monde musulman, en particulier ceux des musulmans en rupture avec la civilisation française. Le vote utile a aussi joué pour lui.

Mais ce sont l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles