Quelques propositions pour redresser la France qui tombe

La réduction significative des dépenses de l’État est le préalable indispensable aux réductions d’impôts.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Arc flag by Dave Shea (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quelques propositions pour redresser la France qui tombe

Publié le 27 décembre 2019
- A +

Par Jean-Pierre Bardinet.

Depuis 40 ans, les gouvernements successifs, de gauche ou de droite, n’ont pas su équilibrer le budget de l’État. Ils ont tous laissé filer la dette souveraine,  actuellement à plus de 2200 milliards d’euros, sans avoir le courage d’engager des réformes profondes pour recentrer l’État sur ses missions régaliennes, faire mieux et moins cher, en offrant aux citoyens un réel service de qualité, au lieu de laisser se développer une techno-bureaucratie inhumaine, tatillonne, dictatoriale et très onéreuse, qui nous pourrit le quotidien via des taxes, normes et règlements contraignants.

L’argent de l’État est notre argent, il en a usé et abusé comme si c’était le sien. La crise actuelle est l’aboutissement de ces 40 ans d’incurie de l’État et des collectivités locales, et il sera très difficile de calmer les citoyens en colère.

Voici quelques propositions, volontairement limitées, mais essentielles pour redresser la France :

  1. Supprimer la taxe carbone sur les carburants et geler le prix du kWh ;
  2. Supprimer de la Constitution le principe de précaution ;
  3. Abolir la loi de transition énergétique et revoir la politique énergétique ;
  4. Réduire le millefeuilles administratif pour limiter la dépense publique ;
  5. Lancer un grand chantier de remise à plat des missions de l’État.

Les deux premiers points peuvent être traités très rapidement.

Point 3 : la loi de transition énergétique

C’est la Commission européenne qui a été la source de ces politiques climat-énergie, pour des raisons idéologiques et irrationnelles. Aucun de ses objectifs n’a été atteint, malgré des dépenses aussi pharaoniques qu’inutiles.

  • moins d’émissions de CO2 ? Elles sont en augmentation.
  • des prix compétitifs ? Ils ont dérapé chez les champions des EnR intermittentes : Allemagne, Danemark et Espagne, la palme revenant à l’Allemagne avec un prix de 30 euros/MWh. Ces pays rétropédalent plus ou moins vigoureusement…
  • sécurité d’approvisionnement ? La dépendance à la Chine (éolien, solaire, terres rares) et à la Russie (gaz) a augmenté.
  • réduction de la précarité énergétique ? Elle augmente en fonction du prix du MWh.
  • garantie de stabilité du réseau électrique européen ? L’intermittence augmente les risques de délestages, voire de black-out généralisé.
  • la couverture de l’heure de pointe du soir, en hiver, par temps froid anticyclonique est-elle garantie ? Non, car le solaire ne produit rien et l’éolien quasiment rien.

L’analyse de la transition énergétique allemande (prix du kWh, performances, facteurs de charge des EnR, gestion de l’intermittence, bilan carbone, impacts sur l’environnement, la biodiversité et la santé publique…) permet de déduire ce qu’il ne faut pas faire.

Parallèlement, un bilan sans concession de notre loi de transition énergétique, en considérant les rapports très critiques de la Cour des comptes semble indispensable :

  • performances de chaque filière, coûts, valeur ajoutée, impacts sur l’environnement et la biodiversité, impacts sur la santé publique, risques de black out en heure de pointe hivernale du soir, sûreté de fonctionnement, indépendance énergétique, surcoûts pour les ménages et les entreprises, projections pour 2030.
  • considérer que même si, par extraordinaire, les thèses hypothétiques du GIEC étaient exactes, il serait absurde de dépenser des centaines de milliards d’euros, notre bilan carbone étant l’un des plus bas des pays développés, et nos émissions de CO2 marginales (0,9 % du total des émissions), grâce au nucléaire et à l’hydraulique.
  • pour éviter toute distorsion de concurrence et tout impôt déguisé en taxe (CSPE), n’accorder aucun avantage particulier à chaque filière :
    • pas d’obligation d’achat par EDF,
    • pas de tarif conventionné (chaque filière détermine son coût de production) ou bien des tarifs conventionnés, mais identiques pour tous, proches du prix marché, afin d’avoir un faible prix du kWh

Le point 3 peut être étudié en quelques mois en prenant soin de ne surtout pas renouveler la catastrophe du Grenelle de l’Environnement qui a permis aux écologistes d’imposer leur idéologie mortifère aboutissant à cette absurde politique climat-énergie et une inflation de taxes, normes et règlement contraignants, le plus souvent contre-productifs.

Point 4 : le millefeuilles administratif

Il nécessite une participation d’élus locaux et nationaux et d’un panel de citoyens véritablement apolitiques. La difficulté sera notamment de deux ordres :

  • faire accepter à des élus et fonctionnaires locaux de quitter leur poste, l’intérêt général primant sur les intérêts particuliers en soutenant leur reconversion dans le secteur privé ; réorganiser et optimiser le fonctionnement des structures locales pour améliorer la qualité de service.
  • la réduction du millefeuilles devra limiter les dépenses et non les transférer vers d’autres services publics ou para-publics.

Point 5 : redéfinir les missions de l’État

Toute la colère actuelle provient de 40 ans de mauvaise gestion étatique dont nous payons la note douloureuse. Toute la classe politique en est responsable. La cause étant connue, il convient de s’attaquer aux remèdes : la refonte du fonctionnement de l’État, le seul moyen de redresser la France.

Priorité devra être donnée aux missions régaliennes accompagnées de moyens humains et financiers suffisants, avec indicateurs de suivi et bilans réguliers sur les progrès réalisés.

La réduction significative des dépenses de l’État est le préalable indispensable aux réductions d’impôts, l’objectif étant d’équilibrer le budget, voire de dégager des excédents budgétaires, pouvant autoriser une meilleure politique redistributive.

Ce grand chantier pourrait être confié à des groupes de travail, composés d’un nombre limité de participants : élus de diverses tendances, nationaux et régionaux, citoyens issus du monde de l’entreprise (cadres, dirigeants, salariés), fonctionnaires, Cour des comptes, Think Tank (IFRAP).

La grande administration pourra être consultée pour avis et conseil mais sans pouvoir de décision, lequel sera du ressort du gouvernement, mais avec validation par le Parlement.

Article initialement publié en décembre 2018.

Voir les commentaires (92)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (92)
  • j’applaudis des deux mains .. mais il n’y pas que çà..il y a la réalité.
    quel impact sur toute les activités subventionnées (associations, agences,emplois aidés etc..) et sur les entreprises n’ayant pour clients que les services publics?
    quel impact sur l’emploi?
    depuis 30 ans on a fait de l’emploi public la variable d’ajustement du chomage. La reforme de la depense publique , a cet égard,
    risque d’être plus explosive que la hausse des taxes.. en fait c’est le meme probleme ..
    Ça revient a opposer ceux qui payent les taxes a ceux qui en vivent, et on retrouve là la justification des oppositions droite gauche.. « si la droite avait fait réellement une politique de droite »
    pourrait on objecter mais c’est impossible a mener avec une administration syndicalisée de gauche,.. Rappelez vous les reformes de retraites , les CPE et autres tentatives avortées.

    C’est la raison pour laquelle toute reforme consensuelle est impossible a mettre en oeuvre, puisque la moitié du budget de l’état sers a satisfaire les besoins de l’administration qui gouverne , via sa capacité de nuisance sur les politiques.

    Nous ne ferons donc pas l’économie d’un séisme politique de grande ampleur mettant en cause le fondement meme de la 5 eme republique.. rappelez vous la perestroïka.. la décomposition du collectivisme ne se fait pas dans la douceur ou le consensus..
    Plus de socialisme c’est impossible , moins de socialisme non plus

    • Je partage tout à fait ce point de vue.
      Nous sommes pat, comme aux échecs.

      La cause première à tous nos maux est d’ordre culturel.
      Il faudrait libérer tous les pouvoirs politiques (au sens large) de l’emprise du monstre avant d’envisager réformer.
      Libérer les consciences.
      Or, nous avons sciemment abandonné toutes les armes qui permettraient de le faire.
      L’école, les médias, la culture… sont aux mains de la bête.

      De quelque bout que l’on prenne le problème, aucune solution non douloureuse n’est possible.
      C’est bien pour cela que nous n’en n’avons trouvé aucune jusqu’à présent, malgré l’urgence quasi absolue à laquelle nous sommes dorénavant confrontés.

      • @yves81 ce que vous écrivez est très juste, ceci étant, ce n’est pas à Lourdes que la politique française est construite, mais bien par des personnes ( mitteus chichi nicolas flamby et le gai de l’Elysée qui ont comme premier et exclusif soucis leur propre EGOS….) qui veulent avant tout, TOUTE la lumière, ainsi dès lors où en france ont aura le courage de nommer les choses (comme A.Camus ) le suggère ) alors un grand pas en avant sera accompli.
        Cordialement

    • « sur les entreprises n’ayant pour clients que les services publics? »

      Eh bien, elles se tourneront vers les entreprises nouvellement créées.

      • par exemple:
        une entreprise de travaux publics qui travaille que pour la région, le département , la communauté de commune , la commune.. si on baisse les budget d’investissement , qui va payer?

        • Si l’entreprise ne sait construire que des ronds-points et des ralentisseurs, ça pose problème, mais sinon, la diminution de la gabegie ne peut que lui offrir de nouveaux marchés et clients solvables.

          • ps au prix délirants qu’elle pratique avec ces instances..
            un exemple?
            un jour j’ai cherché a faire tailler ds haies, j’ai donc consulté les entreprises de jardinage, dont celle qui fleurit le chef lieu …
            le devis etait 2 fois plus cher.. que les autres

            • Elle doit bien compenser quelque part ce qu’elle dépense en frais cachés pour garder son marché protégé, qui est pour elle aussi de la pub. Dans un marché vraiment concurrentiel, elle devra s’adapter aux prix de la concurrence. Vu que vous n’êtes pas un service public, vous n’avez aucun intérêt à payer plus cher.

          • Dans le package du cout des ronds points, il faut surtout ne pas sous-estimer les rétrocommissions et autres retours d’ascendeurs qui coutent un pognon de dingue au profit des élus.
            Ces derniers sont 38 eme sur un classement de 50 des plus corrompus.
            Source OCDE.

        • De toutes façons, vous avez vu l’état des routes dans certains villages ❓
          On est en train de passer du nid de poule au nid d’oie, et bientôt ce sera le nid d’autruche.
          Pas trop de soucis, vu le niveau des taxes sur les carburants, il en restera assez après une réforme de l’état.

          Au demeurant, il y aura plus d’entreprises qualifiées pour faire des travaux dans les copropriétés, parce que dans certains endroits, les corbeaux volent à l’envers (cf mr Gibault par exemple). C’est le désert…

      • Si le programme de M. Bardinet était mis en oeuvre, il y aurait bien sûr les perdants, mais il y aurait plus de gagnants et c’est ce qui compte, non ?

    • claude henry de chasne : « la décomposition du collectivisme ne se fait pas dans la douceur ou le consensus.. »
      En substance, J.-F. Revel avait, pour sa part, employé cette formule à l’époque de la disparition de l’Urss :
      Il n’est pas plus aisé de sortir en douceur du communisme que d’un Boing explosant en plein vol ! »

    • L’état se doit de jouer exclusivement son rôle d’arbitre appuyé par ses fonctionnaires régaliens de terrain, le reste doit dégager . . .
      1980 = 2,6 millions de ponx, 2016 = 5,6 millions ! de qui se moque-t-on ?

  • Une seule solution suffirait, elle entraînerait toutes les autres :
    Abolir tous les impôts et taxes sur les entreprises (sauf les taxes locales, liées aux investissements locaux), et pour le reste garder un budget équilibré face au consentement à l’impôt sur les individus.

    • vous savez qu’on est deja ruinés?

      • Ça peut se faire progressivement, et ça a déjà commencé : baisse des cotisations, CICE, baisse programmée de l’IS, etc … mais il ne faudrait pas que le problème actuel de consentement à l’impôt conduise ce pays à se tromper de cible.

        • i n’y a pas de consentement a l’impôt , çà c’est un truc de fonctionnarisé , sinon faisons l’impôt volontaire ..
          l’impôt est une coercition de l’etat qui s’applique par la force si besoin ..
          le peuple , c’est lui qui paye, TOUT

          • Le « consentement à l’impôt » est une forme d’impôt volontaire.
            Le non-consentement à l’impôt se traduit de différentes manières : fuite externe (émigration) ou interne (évitement), hostilité déclarée (lobbies, gilets jaunes), etc …

          • Certains français s’opposent à l’impôt, mais par contre jettent des sommes hallucinantes en grattage et jeu de chance.
            Comprenez-y encore quelque chose.
            Malgré tout, ce pays ne connais que la coercition comme mode de gouvernance afin d’ensuite faire grève etc etc etc …..!

        • @ cachou42
          Il n’y a pas de consentement à l’impôt! C’est un leurre! On l’accepte pour continuer à fonctionner, on cherche comment faire pour ne pas s’y soumettre, on triche sur sa déclaration ou on s’expatrie pour y échapper, mais ceux qui jubilent de le payer sont plus que rarissimes!

  • 14 milliards d’euros par an de fraude à la sécurité sociale …..comment se fait il que personne n’est encore mis de l’ordre dans ces comptes là ? avec notre administration tatillonne et fouineuse , et un état toujours en recherche d’argent c’est quand même un comble que rien ne soit fait à ce niveau ;

  • Très bien ! Il manque quelques volets, cependant, et le premier d’entre eux est … l’immigration ! Il est temps de bien mettre cela à plat pour qu’apparaisse clairement enfin où se situent vraiment « les chances de la France … pour la France  » !

  • Il faut aussi supprimer l’ENA, où l’on s’exerce seulement à une rhétorique au service de la justification de n’importe quelle thèse et à profiter du système. Remplaçons la haute administration par de vrais gestionnaires issus d’écoles de commerce et dotons nous par ailleurs de vrais politiques au sens noble, qui anticipent une vision de l’évolution du pays au lieu de gérer l’augmentation à court terme des minima sociaux…

    • Oui. Je pense que nos énarques et politiciens de tous poils ont oubliés le dicton: « Qui paie ses dettes s’enrichit » et qu’il gagneraient, en dehors de toute idéologie, à relire le roman d’Elsa TRIOLET: Roses à crédit. cela pourrait leur donner des pistes…

    • Non, pas que issus des écoles de commerce, les formations sont très inégales. Il faut aussi des scientifiques

      • Comme ceux du GIEC ?

        • Il n’y a pas de scientifiques au GIEC. C’est un échantillonnage intergouvernemental sur le changement climatique (traduction approximative de Intergovernemental Paneel on Climatic Change). La « traduction » en GIEC est un fake ou encore un escrologisme.

          • @Hank culley les salariés du giec sont les égaux des salariés de france météo et sont composé de « fils de, ….. » ayant échoué partout et sont recyclé dans ces administrations où ils peuvent être absent une année entière sans que personne ne s’en aperçoive mais payé avec 13 ème et 14 ème mois.

    • Supprimer l’ENA?
      Non, on peut la conserver comme école de secrétariat de bon niveau.
      Remplacer les énarques par des gestionnaires issus des écoles de commerce?
      Non plus. Les hauts fonctionnaires et conseillers des ministères doivent être particulièrement qualifiés et avoir fait leurs preuves de compétence. On les trouvera parfois issus de grandes écoles de commerce, plus souvent des grandes écoles scientifiques (éventuellement étrangères), occasionnellement dans les 3èmes cycles universitaires ou même des sans diplômes ayant créé ou sauvé de superbes entreprises.
      Parceque pour l’instant on voit le résultat d’un ramassis d’énarques ayant surtout réussi en un demi-siècle à évincer tous les ingénieurs qui apportaient un peu de bon sens dans les processus de décision.

    • @roven L’ENA n’est pas LE problème…. le problème est ce qu’en font les diplômés.
      Ainsi que j’ai déjà,eu l’occasion de l’écrire un grand nombre d’Enarques sont poly-diplômes et interviennent dans de très nombreux conseils d’administration.
      Les autres se recyclent en politique en france.

  • Oui. Et simplement liberté de circuler et de posséder. Aujourd’hui les routes défoncées et jonchées de pièges (nids de poules, trottoirs débiles, radars, dos d’ânes, mauvaise signalisation) sont plus meurtrières que l’alcoolisme ou le téléphone portable. Posséder un bien immobilier ou juste pouvoir construire sans entrave sur son terrain. L’Etat pense désormais qu’il vous laisse le droit de…jouir de votre bien. Il n’y a plus de droit de propriété. Juste un droit à la taxe. Du coup recentrer l’Etat va être forcément violent. Il ne va pas se laisser faire.

    • oui tout sera a reprendre par la force !

    • @ Golum
      C’est qui l’état? Pas vous, manifestement?

      • Réfléchissez, avant de débiter vos âneries habituelles.
        Pourquoi êtes-vous parti ? Parce que la situation ne vous convenait pas et que vous n’aviez pas votre mot à dire.
        L’Etat, aujourd’hui, ce sont les politiques et l’administration. C’est tout. Les GJ dans les rond-points ne se sentent pas représentés par cet Etat.

    • Ayant beaucoup voyagé, je pense contrairement à vous que le réseau routier français est un des meilleurs qui soient (peut-être parce qu’il n’y a pas d’énarques dans le corps des Ponts-et-Chaussées).
      Quelques portions mériteraient d’être mieux entretenues ou mieux signalées mais c’est plutôt l’exception.

      • ayant travaillé en suisse dans un bureau d’ingénieurs de la construction en suisse et résidant en france, je peux vous dire une chose :
        l’état de la voirie dans les villes et villages français est lamentable en comparaison de leur état en suisse :
        en france, dès qu’il pleut, ce sont des flaques d’eau partout, à croire que les pentes ne sont pas étudiées pour évacuer l’eau de pluie.
        en france, le cadastre est très mal tenu et mis à part pour le gaz où là le travail d’archive est fait, pour ce qui est des autres réseaux (eau potable, eau pluviale, eau usée, chaleur, électricité, téléphone, fibre…) personne ne sait où sont les gaines, canalisations et autres tuyaux, en plan et en altitude.
        les rues ne restent jamais neuves bien longtemps, 2 ans après, on s’aperçoit qu’on a oublié un tuyau, à l’époque, il n’y avait pas de budget, rien n’a été anticipé, on rouvre la route, on creuse une tranchée en découvrant au hasard l’existant, on fait ce qu’on a à faire, on rempli et on réenrobe. mais à l’occasion de l’ouverture de la tranchée, le terrain s’est décomprimé latéralement. le trafic routier et les mois qui passent se chargeront de bien défoncer la surface…

      • La France passe du nid de poule au nid d’oie puis au nid d’autruche.
        Le nid de mammouth, c’est pour bientôt 😉

  • La première chose a faire……c’est évidement de supprimer le statut des fonctionnaires et tous les privilèges attaches.
    Ensuite , responsabiliser toutes les couches administratives en supprimant leur tribunal d’exception ,une loi pour tous..idem pour les prud’hommes,le machin des médecins notaires et cie
    En deuxième booster a coup de milliards la justice
    Tout devrait aller mieux après Comme la transition machin qui dsiparaitrait ainsi je les personnes ayant poussés au crime.
    Quand la justice fonctionne tout va mieux , Ségo en taule , Hollande en taule ,tous les ministres actuels en taule,….la majorité des élus en taule 99% des énarques en taule…va falloir construire des prisons sans étoiles ..un camp de toile dans une île devrait suffir.

    • Tout cela est vrai. mais la colère est mauvaise conseillère.
      quand on est en situation de dépôt de bilan trois solutions s’offre à vous pour sauver la situation.
      1/Ramener de l’argent dans votre sans emprunter. la France ne le peut plus sauf à augmenter la pression fiscale.
      2/ Réduire ses charges pour remettre celles ci en phase avec les produits.
      3/ redéployer ses moyens de production en adaptant ses coûts à la demande et en abandonnant le superflux.
      Mais cela suppose du courage et de « relever les manches ».
      Notre société est-elle prête à consentir les efforts nécessaire?
      J’en doute, car beaucoup d’entre nous sont à la limite de l’épuisement.
      Alors que faire?
      Seul l’état à les moyens de mettre en place une stratégie de redressement en redéployant ses services par urgences et priorités.
      En à-t-il la volonté? That is the question.

      • « Notre société est-elle prête à consentir les efforts nécessaire? »
        la reponse est claire : non

      • « Seul l’état à les moyens de mettre en place une stratégie de redressement en redéployant ses services par urgences et priorités. »
        Rien de plus faux. A observer ce qui se passe chaque jour, on voit bien que l’Etat aujourd’hui n’a plus les moyens de faire quoi que ce soit. Tout ce qu’on peut encore lui demander c’est de nous laisser vivre. Et ça va être très, très compliqué…

      • parce que vous pensez qu’augmenter le budget de la Justice rendre une meilleure justice? n’importe quoi, c’est gangréné au niveau de la mentalité, du bord politique et de la partialité des juges…et si augmenter un budget améliorait le truc on aurait un bel exemple avec Ednat, or il n’en est rien..

    • Dans un camp de toile, ils verront les étoiles… Trop doux :mgreen:

  • @reactitude, oui notaires, huissiers, avocats sont devenus des professions maquereau. Les petites mains armées de l’Etat. La France est un pays d’injustice et de violence. Le peuple subit une pression sans précédents. Le pire est que l’on se sent coupable et honteux. Comme les femmes battues. L’Etat nous bat.

    • @golum Ce que vous dites : coupable, honteux, ( jusqu’à incapable, ou en situation d’incapacité ) est le plus grave de tout ce qui se passe dans le pays. Les manipulateurs ont réussi a détruire jusqu’à l’énergie positive des français., tout du moins de ceux qui sont restés en France.

  • Il y aura sand doute un séisme politique de grande ampleur mais malheureusement celui-ci ne surviendra qu’après une faillite économique complète car le système étatique (national et local) utilisera tous les moyens en sa possession pour survivre. Personne ne le controle plus, il n’y a aucun moyen de réformer le système en place.

    • @lesuisse. Avec la hausse des taux et l’effondrement économique en cours en France, ce que vous décrivez pourrait arriver en 2019. Et pourquoi pas en plus un coup d’état militaire ?

      • … un coup d’état militaire avec quelle armée ?

        • Ne me dites pas qu’il n’y a plus d’armée en France, ni que la police, tout du moins une partie d’entre elle, va encore suivre longtemps les gouvernants pratiquant la fuite en avant à crédit et qui imposent la limitation à 80 km/h en guise de politique

          • un coup d’etat par les fonctionnaires qui en profitent?
            nan vous voulez rire?

            • Un militaire n’est pas un fonctionnaire. Le risque de se faire tuer, ou pire, de rester mutilé le reste de sa vie n’existe pas dans la fonction publique.
              Apte a servir en tous temps et en tous lieux.
              (Il y a un tableau d’équivalences de grades qui permet aux militaires de passer dans la fonction publique, et qui est généralement mal vu par les civils, et il faut passer aussi un examen de recrutement, et travailler oú les civils ne veulent pas aller).

  • Le plus simple possible c’est de baisser la Dépense Publique, c’est à dire le train de vie de l’État et non de distribuer de l’argent comme on le fait actuellement avec le mouvement des ‘Gilets Jaunes ». On appelle ça « acheter »sa tranquillité ».

    • « Simple », vous dites. Bien sûr, mais cela dépend pour qui. Ceux qui sont aujourd’hui aux manettes n’en ont jamais entendu parler, cette solution n’est tout simplement pas envisageable pour eux.

  • @claude henry , jusqu’à preuve du contraire le peuple est le payeur de ces irresponsables du budget de la depense publique , il devrait être inscrit dans la constitution qu’un budget ne peut etre déficitaire !! et que le peuple accepte ou pas un déficit par voix référendaire et non pas des élus qui ne sont pas responsable pénalement et financier !! c’est comme ci je gerai votre budget comme bon me semble en sachant que je n’ai aucune responsabiliter … tant que ce ne sera pas inscrit dans la constitution , rien ne changera !!

    • bien sur, mais çà pour les gens de pouvoir c’est se faire hara-kiri ;
      comme disait un célèbre ministre de F hollande
       » un ministre qui ne peut plus dépenser ne sers a rien , il ne peut plus diriger »
      un ministre n’a de poids que celui de son budget..
      casser l’oligarchie ne se fera pas sans violence, je le crains

      • Beaucoup de choses saines ont déjà été dites il y a plus de 170 ans.
        Déclaration au congrès
        du Président Abraham LINCOLN datant de 1860

        * * *

        « Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne. Vous ne pouvez pas donner la force au faible en affaiblissant le fort. Vous ne pouvez pas aider le salarié en anéantissant l’employeur. Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes. Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche. Vous ne pouvez pas éviter les ennuis en dépensant plus que vous ne gagnez. Vous ne pouvez pas forcer le caractère et le courage en décourageant l’initiative et l’indépendance. Vous ne pouvez pas aider les hommes continuellement en faisant pour eux ce qu’ils pourraient et devraient faire eux-mêmes. »

  • @ reactitude , suprimer le mot précaution qui interdit tout et rien qui n’est qu’un mot a detourner le problème, fraude , non conforme
    et jeu d’écriture , la pratique de l’arnaque !!
    via des ventes d’internet par des contrôles aléatoire qui consiste a faire du fric en un laps de temps et disparaitre !!

  • Fort bien.
    Pour y réussir, il y a un seul moyen : dégager les élites administratives, politiques et juridictionnelles. on ne fait pas de neuf avec des cerveaux scélorés qui sont certains de faire notre bien malgré nous.

  • Cette année Bercy vous offre un gilet jaune…pour être au top en 2019 ! Meilleurs voeux.

    • Erratum : Vous avez pu lire ici ou là que Bercy vous offrait un gilet jaune pour la nouvelle année. Les termes exacts auraient dû être « Bercy vous offre la TVA au taux réduit de 10% sur l’achat d’un gilet jaune par foyer ». Bonne année.

    • Les CERFAs ad hoc seront disponibles dès le 5 février dans les recettes et perceptions participant à l’opération.

  • @micky, très drôle ça ! Ahahah. Non l’Etat me vole mon pognon pour l’injecter dans des putes et du champagne. Je peux le faire sans me faire voler et j’en profiterais plus. Hélas l’Etat me coûte un pognon de dingue et je n’ai QUE des contraintes et des humiliations. La nation toussa toussa ça n’existe pas dans un régime communiste. L’Etat c’est un truc mou et gluant. C’est indéfinissable. Un blob quoi. C’est pas moi donc. Cqfd

  • Et dans le détail : Il faut mettre le régime à la diète!

    Président élu sur un septennat unique.
    Deux mandats non consécutifs maximum pour les autres mandats. Tous les élus détachés par leur employeur au service de l’état qui leur paye leur salaire d’activité civile pendant le mandat.
    Absences non justifiées des élus décomptées de leur salaire.
    Obligation d’un quorum physique de 80% pour valider un vote.
    200 députés, 100 sénateurs.
    Election des juges (séparation des pouvoirs).
    Interdiction à l’exécutif (gouvernement) de proposer des lois à l’examen de l’assemblée nationale (séparation des pouvoirs).
    3 niveaux d’administration : l’état, la région, l’agglomération et c’est tout. Réduction à 10 000 le nombre des conseils municipaux dans un premier temps. Obligation de fusionner pour les agglomérations dont le bâti est mitoyen.
    5 ministères : Intérieur, défense, justice, affaires étrangères et finances.
    Interdiction à un membre de i’administration de briguer un mandat politique.
    Fin du statut de la fonction publique.
    Fermeture de l’ENA et des IEP.
    Placement de l’administration sous tutelle de la cour des comptes qui se voit dotée de pouvoirs de contraintes sur l’administration publique.
    Abrogation du droit administratif et réintégration de l’administration dans le droit commun.
    Mise en place de la votation citoyenne ou RIC avec un seul de signatures de 1% de la population française. Obligation faite à l’assemblée nationale d’ouvrir le débat ensuite.
    Droit de pétitionner un député avec un seuil de signatures de 1/20000 de la population française. Obligation faite au député d’en rendre compte en commission ou à l’assemblée nationale.
    NON remplacement des fonctionnaires partant en retraite pendant dix ans.
    Obligation pour 10 ans de présenter un budget en excédent de 5%. Si l’objectif d’au moins 5% d’excédent n’est pas atteint une année compensation et report sur l’année suivante.
    Suppression du principe de précaution.
    Primauté du droit français sur le droit européen et international sur le territoire français.
    Encadrement de la jurisprudence qui doit être validée par le parlement et le conseil constitutionnel qui devient une norme inférieure aux lois et codes.
    Retrait progressif de l’OTAN.
    Abandon du projet de défense européenne.
    Abandon du principe de concurrence libre et non faussée intraeuropéenne qui empêche l’émergence de poids lourds mondiaux.
    Collaborations industrielles sur le modèle d’Airbus et Arianespace.
    Engagement d’une procédure contre l’Allemagne pour excédents commerciaux excessifs (cf. traités européens).
    Mise à référendum préalable de tous les accords et traités proposés à la signature de la France (ONU, Europe etc). Obligation à l’état de se conformer au choix du peuple de France. Inscription de cette loi dans la constitution.
    Retrait de la France de la COP et de l’accord sur l’immigration de Marrakech.
    Abrogation de la CSG.
    Suppression de la TVA.
    Abrogation des taxes sur les transactions financières.
    Rétablissement de l’impôt sur le revenu pour tous avec 3 tranches pendant 5 ans : un taux réduit jusqu’à 75% du revenu médian, un taux moyen de 75 à 200 % du revenu médian et un taux marginal au-delà de 2 fois revenu médian. Suggestion pour les 3 taux : 3%, 10% et 20%.
    Passage à une flat tax de 15% ensuite.
    Abrogation du SMIC
    Abrogation des taxes sur la propriété privée.
    Abrogation de la loi relative à la transition énergétique.
    Abrogation des taxes sur la propriété privée (taxe foncières, droits de succession, ISF etc)
    Abrogation des lois mémorielles, fake news et toutes dispositions attentant à la liberté d’expression.
    Abrogation des monopoles d’état dans le domaine de l’énergie, du transport, de l’éducation et de la santé.
    Démantèlement du cartel des télécoms.
    Interdictions faite à l’état d’octroyer des licences d’exploitation et charges dans quelque domaine que ce soit (télécoms, transports, santé, notariat, professions libérales).
    Fin des professions réglementées : notaires, taxis, médecins etc.
    Fin des régimes « spéciaux » : SNCF, journalistes, culture, intermittents du spectacle, élus etc
    Inscription dans la constitution du respect de la liberté individuelle d’entreprendre. Inscription dans la constitution du primat de la libération du marché sur la protection du business. Mise en place de loi antitrusts.
    Privatisation de l’audiovisuel public.
    Autorisation de séjour aux étrangers subordonnée à l’autonomie matérielle.
    Accès aux prestations sociales au bout de 5 ans de séjour pour les étrangers et naturalisés.
    Fin du monopole d’état sur les prestations sociales, soit libre choix de se voir verser son salaire brut, charges patronales incluses.
    Interdiction à l’Etat de subventionner quelque activité ou association que ce soit.
    Déductibilité des impôts des dons aux associations versés par les personnes physiques.
    Abrogation des lois Fabius relatives à l’intégration fiscale et à la propriété artistique.
    Imposition des sociétés sur la base de leur bénéfice global groupe pondéré de la fraction du chiffre d’affaires réalisées en France.
    Remise en place du franc pour les transactions internes à la France.
    Etude de la sortie de l’Euro et de l’aménagement des accords de Schengen
    Mise au référendum du Frexit.

    L’état ne veut pas le bien des français. Il veut l’accroissement de son emprise.
    Pour libérer les français, les solutions sont d’essence libérale (et non taxée !). Lire et relire Bastiat et Tocqueville.

    • réduction du nombre de ministres à 7, comme en suisse.
      avec un statut de ministre stagiaire et avec un suisse comme maître de stage.
      en suisse, il y a un département fédéral de justice et police.
      pourquoi il y aurait en france un ministre de l’intérieur et un ministre de la justice, si ce n’est pour leur donner l’occasion de se tirer mutuellement dans les pattes au détriment de l’efficacité et de la france ?

      • l’autre problème est bien l’élection à deux tours qui n’est rien d’autre qu’un piège à kons ainsi que le bicamérisme refusant toute proportionnel.

    • Pas d’accord pour le mandat présidentiel, les modification apportées à un pays on beaucoup d’inertie, le mandat doit surement être unique mais pas inférieur à 10 ans, pour que les gens se rendent bien compte de l’effet des politiques, et pour qu’un président puisse avoir un impact réel

  • C’est ce que j’écrivais dernièrement à propos des G.J. qui ont partiellement disparu des radars mais LE… problème, confirmé par l’article ci-dessus n’est en rien réglé et les grandes gueules du GVT ne possédant AUCUNE…. ni compétence ni capacité à l’appréhender, transfèrera le pays en ruine afin que le prochain GOGOL ( je suis le chef) ( le prochain sera surement trans-genre ) ressemblants chaque instant plus qu’avant aux pires dictateurs du monde, ne l’achève.

  • « Toute la colère actuelle provient de 40 ans de mauvaise gestion étatique »

    Il faut appeler les choses par leurs noms, il s’agit plutôt en 40 ans de socialisme.

    Mais dans un pays où l’immense majorité veut encore plus de socialisme pour lutter contre les méfaits du socialisme…. bonne chance pour changer

  • Tant que la valeur travail ne sera pas remise au gout du jour ,aucune mesure ne sera efficace.L’assistanat et la glandouillerie,aux frais des autres, érigés en mode de vie ainsi que les loisirs depuis 40 ans ont tout détruits ,j’en veux pour preuve cet article aujourd’hui dans Ouest France « comment poser 64 jours de vacances en 2020 en ne posant que 27 jours de CP » tout est dit sur la mentalité actuelle…

    • Vous avez bien raison : valeur travail, mais aussi sens de la liberté et de la responsabilité personnelles, et respect de la propriété privée.

  • On ne remboursera jamais 2200 milliards de dette….Comme le dit H16 ce pays est foutu..Il doit s’écrouler pour pouvoir repartir… Comme il n’y aura plus de guerre pour relancer la machine..Les questions sont quand , par quoi , et comment va t’il s’écrouler..??? une météorite serait utile du coup…!!!

    • Je crois aussi que des propositions telles que celles faites par l’auteur, bien que de bon sens, sont inapplicables, car nous avons dépassé le point de non-retour.
      La dette, mais aussi et surtout la mentalité des Français : aucun ne se croit responsable de la situation, c’est toujours l’autre qu’il faut faire payer. Pays divisé comme jamais, sans parler des quartiers islamisés qui comme l’ont dit ouvertement Hollande* et Collomb**, ont toutes chances de faire sécession, avec les conséquences gravissimes (guerre civile) que cela aura.

      * dans le livre « un président ne devait pas dire ça »
      ** le jour où il a quitté le Ministère de l’Intérieur

  • Peut-être une solution pour sauver le plus petit château de France. Cela dépend de vous https://dartagnans.fr/fr/projects/venez-en-aide-au-plus-petit-chateau-de-france/comments

  • « Toute la colère actuelle provient de 40 ans de mauvaise gestion étatique dont nous payons la note douloureuse. »
    Autrement dit: le régime de la V ème république qui donne tout pouvoir à un individu qui ne représente que 24 % des électeurs et qui ne prépare que sa réélection est un échec cinglant. En fait il s’agit d’un pouvoir faible, incapable de prendre les décisions qui s’imposent, et démagogique, cela depuis effectivement 40 ans.
    Le mille feuille administratif donne un pouvoir dépensier à des milliers d’élus qui gaspillent l’argent public. Question: comment changer ce système alors que ceux qui doivent le faire n’y ont aucun intérêt ?

  • il y a un autre moyen… nous devons faire participer les pays les plus riches ( et donc qui nous ont spoliés quelque part) à notre système fiscal.
    on peut commencer assez simplement en commençant à imposer des pays comme la suisse de façon équitable.

    nous pouvons TOUT réussir augmenter le pouvoir d’achat tout en stoppant la surconsommation et en étant ecosobre.. rétablir l’égalité..

    il faut juste suivre des principes d’ écocrisie.

    bah…je préfère raconter n’importe quoi..

    l’auteur rêve ou quoi?

    le pays se plait à se raconter des fables ecoresponsables..à en s’arracher les cheveux tant 10 secondes de réflexion suffisent à en démontrer l’inanité ..

    ça fait plus de vingt ans qu’on explique certaines évidences..que l’on met en avant les paradoxes, et les hypocrisies..

    ils s’en foutent…les riches paieront pour tout..

    tiens regardez ses andouilles..https://fr.euronews.com/2019/12/19/6-tonnes-de-plastiques-en-moins-dans-l-ocean

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Invitée lundi 4 avril sur BFM TV, la candidate du Rassemblement national défend l’idée d’une baisse des taxes sur les carburants, expliquant que cela avantage les consommateurs français.

« Il faut rendre leur argent aux Français […]  On baisse les taxes, ça avantage les Français, personne d’autre »

Raisonnement imparable : on se demande pourquoi Marine Le Pen ne le généralise pas et le juge vrai seulement pour le pétrole, le gaz, l’électricité et 100 produits de première nécessité qu’elle sait choisir mieux que nous, même si ell... Poursuivre la lecture

La fiscalité de production reste un frein majeur à la compétitivité française. L’essentiel de la classe politique est conscient que la baisse de 10 milliards mise en œuvre cette année est insuffisante et qu’il faut aller plus loin.

La nocivité de la CVAE

Un débat s’est développé entre ceux qui souhaitent supprimer la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises ou CVAE et ceux qui veulent démanteler la Contribution sociale de solidarité des sociétés ou C3S. La CVAE, assise sur la ... Poursuivre la lecture

Certes les prix flambent mais quelque part c’est la loi du marché, on ne peut pas se réjouir d’une économie libérale qui a projeté les pays l’ayant adopté parmi les plus riches de la planète et en même temps réclamer une certaine forme d’étatisme lorsqu’une situation se dégrade temporairement.

Passant ma vie entre la France et l’Allemagne, je peux comparer les prix en euros des différentes dépenses d’un couple dans la vie courante.

Un niveau de vie supérieur en Allemagne

Non seulement le salaire moyen y est supérieur au nôtre d’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles