Les vérités sur la Covid-19 et la gestion de crise

À cause du prolongement du confinement, les conséquences de la paralysie des soins non-Covid ont été graves pour les autres malades : infarctus, embolies, péritonite,…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by United Nations COVID-19 Response on Unsplash - https://unsplash.com/photos/N1caHdFQ734

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les vérités sur la Covid-19 et la gestion de crise

Publié le 16 septembre 2020
- A +

Par Bernard Kron.

L’épidémie est en train de repartir sans que l’on sache si ce rebond sera grave… alors portons les masques.

Le ministère de la Santé savait, de par la position de certains de ses membres, que les stocks de masques FFP2 n’avaient pas été renouvelés en 2014 sous le ministère de Marisol Touraine.

Le ministère a par la suite déclaré que : « les masques ne servaient à rien ! ». Il s’inscrivait ainsi dans la continuité d’Agnès Buzyn. Après cela, 40 % des internes en médecine ont été contaminés ainsi que des milliers de soignants.

La saturation des services de réanimation par les cas graves a démontré la faiblesse de la préparation des hôpitaux, et a obligé la réquisition des cliniques. Cela a a entraîné la paralysie pour les autres soins, retardé plus d’un million d’actes de chirurgie et occasionné des morts par occlusion ou péritonite.

Le président Macron a chargé le nouveau ministre du Plan hôpital 2022 car il reconnaît lui-même que celui-ci n’était pas à la hauteur. Ce sera le Ségur de la Santé. Les manifestations des soignants ont repris depuis le mois de juin pour peser sur les décisions, car celles-ci sont loin de régler la crise hospitalière.

La sortie du confinement

Le gouvernement a déclenché, au début du mois de mars, le Plan Blanc maximal avec le confinement. Il avait ordonné aux hôpitaux et aux cliniques d’annuler toutes les chirurgies non-urgentes pour accueillir le maximum de malades du coronavirus. Pour cela, ils disposeront de « tous les moyens financiers nécessaires ». Le ministre de la Santé avait déclaré : « J’ai demandé aux agences régionales de santé d’annuler sans délai toute activité programmée dans tous les hôpitaux du pays. »

Dès lors, ce fut la paralysie des soins non-Covid à cause du prolongement du  confinement. Les conséquences ont été graves pour les autres malades : infarctus, embolies, péritonites, perte de chance pour les cancers traités par d’autres moyens que la chirurgie.

En France, pour retarder au maximum la propagation du virus on comptait sur le confinement. Espérer une acquisition progressive d’une immunité collective ne sera donc pas possible. Atteindre, in fine et rapidement une immunité de groupe était donc utopique.

Cette sortie a été étalée dans le temps, car nous n’avions pas encore les armes pour les traitements, les tests et des masques en nombre suffisant.

Les tests immunologiques permettraient de savoir si les malades asymptomatiques contaminés seraient immunisés. Tester tous les autres pour les isoler le temps qu’ils ne soient plus contagieux serait une mission difficile. Il faudra par ailleurs des dizaines de millions de masques chaque jour pour éviter que l’épidémie ne reparte à l’automne.

Déjà, le nombre d’hospitalisations est à la hausse.

La reprise des soins médicaux non-Covid

Depuis la mise en place du Plan Blanc le 13 mars, 85 % des 7,2 millions d’interventions chirurgicales programmées chaque année en France ont été reportées, soit près de 1,1 million d’actes. Il en résulte des risques d’aggravation dus au retard de prise en charge, non seulement en oncologie mais également dans les autres disciplines.

Des tests fiables sont obligatoires pour reprendre les soins afin de ne pas exposer inutilement les soignants, en organisant des circuits séparés Covid et non-Covid. La mortalité des malades atteints de la Covid en cas de chirurgie est très importante et expose également le personnel soignant.

Il était à craindre que si ce virus disparaissait avec l’été, de nouvelles vagues reviennent ou qu’il reste endémique. Il faudra peut-être alors s’habituer à porter un masque en sortant de chez soi comme c’est le cas en Asie.

Peut-être que l’immunité croisée donnera une immunité suffisante comme c’est le cas pour la plupart des enfants peu contaminés et peu contaminants. Les tests salivaires donneront des résultats plus rapides que les tests PCR, mais seront-ils suffisamment fiables ?

Il faut donc rester extrêmement vigilant.

On sait que garder ses distances, porter un masque dans les espaces clos et se laver les mains sont les gestes de base pour ne pas diffuser la maladie. La mise en quarantaine peut être limitée à 7 jours car au-delà seulement 10 % des malades peuvent être contagieux. Tester tout le monde est une bêtise car les délais s’allongent. De plus, il existe des faux positifs et un test positif peut être le fait de reliquats du génome du virus mort.

Alors prudence, pour que les services de réanimation puissent rester disponibles pour les patients non-Covid.

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • C’est plan sur plan. Une réplication pire que les virus.
    Plans sur plans. Plan raplapla car il en faudra un autre pour pallier le précédent défectueux. Ils ont de la suite dans les idées, là haut. Même Rantanplan est dépassé : en deçà de la réalité.
    Ils n’ont plus un cerveau, mais un plan dans la caboche ces énarchiens.

  • la premiere erreur peut être la pire, réaction tardive, mais on peut dire que c’est un pari perdu, le maintien de la réquisition de masque qui a aggravé la pénurie , pour des raison idéologiques, de façon générale avoir pris les gens pour des imbéciles avec pour consequence de devoir prendre des décisions absurdes, s’être piégé avec une affirmation folle, on va éviter les morts du covid à tout prix, qui rend presque impossible une sortie de crise et permet de faire passer des mesures coûteuses avec des effets minimes sinon inexistants et causant des causant m^me des morts, puisque l’intérêt n’es plus porté sur la mortalité mais celle par la covid..
    tout ça se greffant sur un mythe ; l’excellence du service publique de santé et son efficience supérieure qui rend aveugles même certains médecins..

  • Voilà une belle gestion comme on aimerait en voir plus souvent chez les amoureux des animaux, transformer une grippette en monstre devoreurs de petits vieux, de moins vieux et de petits enfants. Et même pas pouvoir les enterrer !
    Et le responsable de cette tragédie… Il s’en fout royalement et continue sa tournée des grands ducs laissant ses préfets se dépatouiller du bordel qu’il a créé.

  • S’il est indéniable que les victimes « collatérales » sont et seront nombreuses, conséquence de la gestion calamiteuse et hystérique. Maintenant, nous laisser croire que le masque, qui a cruellement manqué aux soignants, et sans doute à une partie de la population en pleine épidémie devienne un outil indispensable dans la rue et la plupart des entreprises ne puise sa justification nulle part.
    Vivre dorénavant masqué muselé d’un accessoire mal porté, 100 fois manipulé, pullulant de bactéries est contesté par une partie du corps médical et se relèverait, une fois de plus, une mesure inutile, sauf cas particuliers en respectant le protocole de pose et de dépose. Il n’y aurait que les suédois à l’avoir compris ??

    • Et c’est quoi le protocole de pose et dépose d’un nid à microbes vendu en boîte 10 50 ou 100 ?
      Il y en a qu’un, ne jamais en porter… Et s’en laver les mains.. J’aimerai connaître la population de petites bêtes sur un masque porté 1h !
      Vous avez vu le pauvre raoult sur sa chaise de torture même pas pouvoir boire une goutte d’eau ! Connaissent pas le télétravail au sénat.

      • Le protocole coréen ou japonais marche très bien : c’est de faire appel au bon sens et au respect d’autrui plutôt que d’attendre des obligations étatiques stupides pour pouvoir en râler sur les réseaux sociaux.

        • Quand il n’y avait pas de masques, dans mon coin, il n’y avait pas de virus, depuis que tout le monde est masque, le virus circule,… Un masque est tres pratique pour transporter un virus d’un point a à un point b, sans masque, il tombe à terre et est piétiné écrasé massacré.

          • Dans la situation où le manque de bon sens et de respect d’autrui nous a mis, je crains d’être un tant soit peu hermétique à votre humour.

            • Dans la situation où le manque de bon sens et de respect d’autrui nous a mis

              Et si au lieu de voir le verre au 1/10ème vide, vous voyiez le verre aux 9/10èmes plein ?

              L’épidémie n’a pas fait tant de morts que ça en France (rien à voir avec la peste ou le choléra d’antan, ni avec la grippe espagnole et on est même à moins de victimes qu’avec la grippe de Hong Kong),
              et les morts sont en (bonne) partie conséquence d’une mauvaise gestion de l’épidémie par les pouvoirs publics, bien plus que du « manque de bon sens et de respect d’autrui » de la part des Français : médecins interdits ou découragés de faire leur travail, bâtons dans les roues pour la mise en place rapide d’un dépistage au début de l’épidémie, idem pour les masques quand ils auraient été utiles, notamment dans les transports en commun, refus des autorités de filtrer les frontières, et j’en oublie.

              Culpabiliser les Français est justement le principe adopté par les autorités pour nous priver, de façon inédite, de nombre de nos libertés (et du sens des responsabilités qui va avec) ; et cerise sur le gâteau avarié, les résultats sont mauvais à tous les niveaux : nombre de victimes très élevé par rapport à d’autres pays mieux dirigés, et crise économique sans précédent.

              Le seul reproche à faire aux Français, s’il y en a, c’est de se soumettre trop facilement à ces mesures iniques et absurdes prises par des gens qui ressemblent de plus en plus à des apprentis-dictateurs.

              • Quel que soit le nombre de morts, ceux qui auraient pu être évités par simple bon sens sans que cela coûte plus de quelques centimes sont une honte pour chacun de ceux qui n’ont fait preuve de ce bon sens. Enfin, devraient l’être…

                • tant qu’on élude la question économique..
                  globalement le covid en terme de risque supplémentaire de ce n’est pas rien mais ça correspond à pas grand chose par rapport aux progrès fait à ce sujet, ça nous ramène pas au moyen age..

                  ensuite il y a sa spécificité il tue des personnes fragiles un peu comme la grippe..

                  ce qui fait que la réaction de tous face au covid exprime la solidarité sinon le civisme..quel sacrifice suis je pr^t à faire pour sauvegarder les gens les plus faible.. cette réponse dépend des gens…
                  et cela à un prix.. et ce prix ne va pas porter sur chacun de faon égale sinon juste, dans ces cas là..on laisse la population t la société décider…et on n’attend pas du gouvernement ou de médecins qu’ils fassent ces choix à notre place..

                  si je vous dit cette année un personne de plus risque de mourir en france, combien voulez vous payer pour l’éviter..votre réponse sera..ben rien ou pas grand chose…
                  si on vous dit que c’est une personne dans une population donnée faible..vous commencez à écouter
                  si au final on vous c’est vous , vous allez donner beaucoup..
                  si on vous dit c’est votre enfant ou un de vos parents, vous donnerez peut être tout…

                  ici on est prêt à faire quel sacrifice????

                  • ce n’est pas rationnel..on se demande bien comment un médecin ou un politique peut gérer ça « mieux »..

                    • on ne demande pas à un scientifique si on doit arrêter de fumer on lui demande les conséquence du tabagisme..

                      mais aussi…ça veut dire quoi au juste quand on nous dit qu’un pays a bien géré.
                      l’étatiste moyen va regarder deux chose au final, nombres de victimes et coût global…’

                      c’est pareil en cas de survie dan sun radeau on a « bien géré on est en vie »..on a bouffé le plus faible.. c’est ce qu’on veut mais « moral »??

                    • En effet, et une fois qu’on s’est interrogé sur comment un médecin ou politique pourrait bien gérer ça « mieux », on devrait se prendre par la main, rejeter la paresse et la facilité, et essayer de gérer ça au mieux sans attendre. Il y a une sorte de démission à éviter, et d’examen de conscience à faire : que puis-je raisonnablement faire moi-même, plutôt que de payer ou d’en élire d’autres pour s’en charger à ma place ?

              • Facile d’accuser l’Etat, il est effectivement coupable, mais ça n’innocente pas ceux qui n’ont rien fait d’eux-mêmes.
                « La mort de tout homme me diminue, parce que j’appartiens au genre humain ; aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : c’est pour toi qu’il sonne.”

              • Et au lieu de répéter comme à un enfant de 6 ans le constat de ce qui ne marche pas en France, si vous expliquiez pourquoi, selon vous, il ne faudrait pas s’inspirer comme je le recommande du modèle de responsabilité individuelle coréen ou japonais.

                • Si j’ai bien compris votre commentaire plus haut, vous établissez un lien de cause à effet entre le le manque de bon sens et de respect d’autrui et la situation actuelle, à savoir une coercition tous azimuts de la part des autorités, qui suppléeraient ainsi le manque de civisme des Français.
                  Je vous répondais là-dessus, pas sur le sens des responsabilités des Japonais ou des Coréens, dont à aucun moment je ne dis (ou ne pense) qu’il ne faille pas s’en inspirer. Vous ne m’entraînerez pas sur ce terrain-là, et cette tentative montre que vous n’avez pas compris grand-chose à mon propos et à mon approche de cette épidémie.

                  • Vous n’avez pas répondu.

                  • C’est un peu en effet le sens des intervention de MichelO, c’est le manque de sens de responsabilités des français qui contraint le gouvernement à imposer des politiques liberticides. Je ne pense pas pas. On a des « élites » qui méprisent les français et se délectent à les brutaliser. Il faut voir le rictus d’Edouard Philippe quand il a déclarer se « foutre » que la limitation à 80Km soit impopulaire. Je connais bien ces dirigeants, hauts fonctionnaires, ce sont des personnes ne supportant pas la moindre contradiction, et qui méprisent les « sans dents ».
                    Ils n’ont plus de pain, qu’ils prennent de la brioche.

                    • Oui, sauf que l’incompréhension vient de ce « contraint ». Le manque de responsabilité ne contraint pas le gouvernement, vous le dites très bien. En revanche, en présence de sens des responsabilités fonctionnant pleinement, le gouvernement se retrouve en porte-à-faux s’il veut imposer ses lubies. Edouard Philippe peut déclarer se « foutre » que les 80 km/h soient impopulaires, il ne pourrait pas tenir si les Français adaptaient correctement leur vitesse aux conditions de circulation et que le caractère inutile et arbitraire des 80km/h devenait quasi-impossible à réfuter, même pour un journaliste de mauvaise foi.

        • Je précise pourquoi à mon avis le modèle coréen ou japonais marche si bien. De mon expérience personnelle avec ces pays, les citoyens y ont cette grande motivation pour le respect et le bon sens qui manque à nos pays latins, eux toujours prompts à suivre les grandes gueules, surtout quand c’est pour s’indigner et vitupérer contre ceux qui ne leur disent pas ce qu’ils ont envie d’entendre. La conséquence, dans ces pays, est que les recommandations suffisent à ce que chacun agisse pour ramener les risques à un niveau acceptable quand un nouveau facteur de risque apparaît. Ca veut dire aussi que le niveau « acceptable » est correctement évalué. Les entreprises comme les citoyens, ayant fait l’essentiel, feraient perdre la face à l’état et le ridiculiseraient s’il se mêlait d’y ajouter des interdictions et obligations saugrenues. C’est en particulier le cas avec les risques industriels sur lesquels je suis intervenu avec les experts de ces pays. Bien sûr, rien ne prouve que ça pourrait marcher aussi comme ça en France, mais j’attends toujours, au delà des polémiques stériles, des arguments sensés expliquant ce qui s’y opposerait.

    • Le masque est juste pour maintenir la terreur de façon visible et contrôler que le peuple obèit bien. L’essentiel est ailleurs.
      Un rapport de la fondation Rockefeller porte le titre de « Scénarios pour l’avenir de la technologie et du développement international». Il a été publiéen coopération avec le Global Business Network du futurologue Peter Schwartz. Le rapport contient divers scénarios futuristes développés par Schwartz et son entreprise. L’un des scénarios porte le titre intriguant de « Phase de confinement : Un monde avec un contrôle gouvernemental plus strict et un leadership plus autoritaire, avec une innovation limitée et un recul croissant des citoyens ».

      Selon le scénario de Schwartz :
      « En 2012, la pandémie que le monde avait anticipée depuis des années a finalement frappé. Contrairement à la grippe H1N1 de 2009, cette nouvelle souche de grippe – provenant des oies sauvages – était extrêmement virulente et mortelle. Même les nations les plus préparées à la pandémie ont été rapidement dépassées lorsque le virus s’est répandu dans le monde entier, infectant près de 20% de la population mondiale et tuant 8 millions de personnes en sept mois seulement… ». Il poursuit : « La pandémie a également eu un effet mortel sur les économies : la mobilité internationale des personnes et des biens a été paralysée, ce qui a affaibli des industries comme le tourisme et brisé les chaînes d’approvisionnement mondiales. Même localement, des magasins et des immeubles de bureaux normalement très animés sont restés vides pendant des mois, sans employés ni clients ».
      « Pendant la pandémie, les dirigeants nationaux du monde entier ont infléchi leur autorité et imposé des règles et des restrictions hermétiques, allant du port obligatoire de masques faciaux à la vérification de la température corporelle aux entrées des espaces communs comme les gares et les supermarchés. Même après l’atténuation de la pandémie, ce contrôle et cette surveillance plus autoritaires des citoyens et de leurs activités se sont maintenus et même intensifiés…»
      La seule question est de savoir si une opportunité a été saisie ou si tout a été planifié. Ce qui ne change rien au résultat

  • Comme l’a dit Delfraissy hier » notre système de santé n’était pas prêt à affronter un tel tsunami »
    Quel aveu,on nous aurait menti?Le meilleur système de santé au monde n’était pas prêt?
    Comme l’a dit Raoult hier « l’infectiologie parisienne a été désorganisée,il n’y a plus de patron »
    L’armée mexicaine de virologues,épidémiologistes…diplômés es plateaux télé n’était pas prête?

  • Eh oui et dans ces 30 morts journaliers combien seraient morts de toute façon pour d’autres raisons ???? Et quel bilan entre morts du covid économisés et morts collatéraux ??? Vraisemblablement aucun ou peu de bénéfice en dehors d’avoir créé un climat de peur !!!! Nos dirigeants ont oublié que de toute façon en vieillissant nos risques de mourir augmentaient avec ou sans virus !!!

    • Ca n’est pas ça le problème. Le problème est qu’on a fait tout un cirque et que ce faisant, on n’a pas eu plus de morts que d’habitude. Il y avait deux autres possibilités : 2. Donner des recommandations sensées et prendre quelques mesures raisonnables dès le départ, et on n’aurait pas non plus eu plus de morts que d’habitude. 3. Minimiser le risque, ne rien faire et se moquer de ceux qui prendraient des précautions, et se voir en quelques semaines submergés, nos digues anti-tsunami — notre système de santé que le monde nous envie — étant particulièrement faciles à déborder. Il ne sert à rien de condamner le cirque si on ne défend pas l’option 2, ça reviendrait à défendre l’option 3.

    • ce genre de chose se voit sur la dent dans la durée de vie..

      mais il est EVIDENT que ça ne vous dit pas tout..

      la menace terroriste c’est peanut…en terme statistique..

      la possibilité d’éviter des morts est ce qui détermine la réaction..

      mais bien sur en premier ce qui compte c’est les morts potentiels..
      et c’est étrange e que le nombre morts potentiel qui déterminé TOUT est maintenant passé sous silence..

      en plus c’es andouilles ne veulent pas admettre qu’on puisse avoir sur-réagi, ce qui ferait du mal au principe de précaution mais à toute autorité..

      je ne comprends pas que des scientifiques soient assez cons pour participer à ça..sans preciser CLAIREMENT leur rôle

  • Si vous voulez rire un peu…

  • « Les vérités sur la Covid-19 et la gestion de crise »

    Raoult au Sénat : https://youtu.be/RmGztcAo2O4

    • Deux moments forts qui laisseront des traces :
      – la révélation d’un système de santé totalement inapte à faire face alors qu’il est un des plus coûteux au monde. Nous finançons en pure perte le pire système que le monde entier ne nous envie pas.
      – la manipulation des décideurs politiques par des conseillers qui mentent effrontément. Raoult sert à la soupe à Macron pour le dédouaner de sa responsabilité. Il est d’ailleurs possible que ce soit la réalité. Le pouvoir isole et rend dépendant des pires manipulateurs.

      • Le moment fort dure 1h50, cela permet de constater que le sénat est peuplé de prétentieux sans aucune compétence pour décider de quoique ce soit dont un ecolo.. mais c’est un ecolo, tient le pom-pom avec le président de seance. Passage hilarant sur les mutations, complètement bouchés à l’emeri un enfant de dix aurait compris.. J’espère.
        Il y a un passage très intéressant l’arrêt d’un hôpital où centre de recherche juste au moment du vih… Drôle de coincidence et si on ajoute les coïncidences actuelles font réfléchir.

        • Avez vous vu la suite avec la session des gens du conseil scientifique et travaillant à l’inserm ? J’ai arrêté quand ils expliquent qu’ils ont arrêté l’étude du « bras » lopanotruc et du bras hydroxymachin car ils ne marchaient pas (sans dire bien sur que l’hydroxymachin était prescrite de manière différente de celle de Raoult) et que bon comme le redemsetruc marchait pas il fallait continuer pour s’en assurer… cela permet de confirmer l’infiltration de certaines entreprises dans les unités de recherche d’état (qui n’a pas les moyens visiblement de budgetiser à la hauteur des enjeux !).

  • Ce qui va se passer est prévisible: l’automne va apporter son lot de rhumes et autres bronchites… qui seront tous suspectés Covid, ce qui permettra de prolonger les mesures liberticides. Et engorgera kes urgences de gens paniqués…
    Puisque ça a si bien marché, en dehors de toute réalité puisque ce qui compte c’est ce que les gens croient d’après le 20heures, pourquoi se priver de continuer »
    Quand on vous emprunte vos libertés, on ne vous les rend jamais…

  • Saturation en O2 avec masque de mes patients : 95-96%
    Saturation en 02 sans masque : 97-98 %
    Les plus âgés descendent à 94% ! On hospitalise pour ce chiffre. Je fais enlever le masque : la saturation remonte à 98% !…

  • Quand vous éternuez, vous expirez de l’air chargé par le nez, me semble-t-il.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

variole du singe
1
Sauvegarder cet article

Par Elizabeth Nolan Brown. Un article de Reason

 

Ce n'est pas seulement la peur de la maladie qui met les gens en état d'alerte pour la variole du singe, une maladie virale similaire à la variole mais moins grave. Notre société ne pourrait tout simplement pas supporter une autre pandémie en ce moment. Mais au cours des dix derniers jours, des cas ont été signalés aux États-Unis, ainsi qu'en Australie, en Belgique, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne, en Suède et au Royaume... Poursuivre la lecture

Ah, enfin, ça y est : comme Olivier Véran l'a annoncé en tirant une triste mine il y a quelques jours, c'est aujourd'hui la levée de l'obligation des masques dans les transports en commun, là où le virus s'était retranché. Manifestement tabassé de tous les côtés par les fines décisions politiques d'un gouvernement au taquet, il a finalement laissé tomber et ne rôdera plus dans les rames bondées de la RATP.

Le soulagement est intense. La victoire quasi-totale.

Et finalement donc, après deux ans d'acharnements divers et variés de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles