Le confinement, une mesure égoïste et inégalitaire

L’idée qui prédomine pour justifier les mesures de confinement dans la plupart des pays est que la santé doit passer avant l’économie. Cette approche est néfaste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by LOGAN WEAVER on Unsplash - https://unsplash.com/photos/MoQW0FhWPEk

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le confinement, une mesure égoïste et inégalitaire

Publié le 29 avril 2020
- A +

Par Alexandre Massaux.
Un article de l‘Iref-Europe

La plupart des pays développés ont mis en place des confinements au motif de réduire la saturation des hôpitaux. La dureté de ces mesures varie selon les pays : elles sont plus strictes en Italie, en France et en Espagne qu’en Allemagne. L’Inde quant à elle, a institué des mesures draconiennes suspendant la quasi-totalité de l’économie ainsi que les transports.

L’idée qui prédomine pour justifier de telles mesures dans la plupart des pays est que la santé doit passer avant l’économie. Cette approche se révèle néfaste. Elle néglige cette évidence : l’économie ne se résume pas à de l’argent ou à des cours d’actions dans les bourses ; ce sont avant tout les interactions entre des individus qui en font ce qu’elle est. Les confinements, et leurs conséquences, vont très concrètement impacter la vie des individus. Déjà, ils touchent plus brutalement les populations les plus vulnérables et creusent les inégalités.

La situation des SDF en France est ainsi devenue plus difficile que d’habitude. N’ayant, par définition, pas de véritables logements, certains ont même été verbalisés ! C’est aussi beaucoup plus tendu pour les associations qui les aident.

Aux États-Unis, les minorités vont être plus touchées par la crise économique dans les États ayant adopté un confinement. Selon le Los Angeles Times, 15 % des travailleurs blancs ont perdu leur travail depuis mi-mars, tout comme 18 % des Latinos et 21% des Afro-américains.

Ces populations avaient vu la pauvreté et le chômage tomber en septembre dernier à un niveau historique, et leur niveau de vie augmenter de façon sensible grâce à la croissance, avant la crise du coronavirus.

Sacrifier l’économie revient à les ramener ou les maintenir dans un état de pauvreté dont ils espéraient sortir, avec des conséquences certaines sur leur santé. Car le chômage multiplie par 2 à 3 les risques de suicides et tend à faire ressortir les maladies mentales. Il augmente aussi de 50 % le risque de mourir en cas d’attaque cardiaque.

Explosion de la pauvreté et risque d’un nombre massif de morts dans les pays défavorisés

Déjà, l’arrêt de l’économie va créer des situations plus que problématiques dans les pays développés ayant choisi le confinement. Dans les pays en voie de développement, ce sera catastrophique.


L’ONU prévient que la crise du coronavirus risque d’aboutir à la famine pour 130 millions d’individus, deux fois plus que le nombre de ceux qui souffrent actuellement de la faim à cause des conflits et des mauvaises récoltes. Les restrictions drastiques sur la circulation des personnes et l’arrêt de l’activité économique dans les pays industrialisés, en réduisant le commerce mondial, dérèglent et appauvrissent les économies des pays moins favorisés.

L’ONU prévient aussi que la récession globale risque de causer des centaines de milliers de morts d’enfants en 2020, anéantissant les progrès de ces deux, voire trois, dernières années en termes de réduction de la mortalité infantile. Elle précise que la baisse de revenus dans les milieux modestes (et particulièrement dans les pays pauvres) va amener à faire des coupes dans les besoins essentiels pour les enfants.

En outre, la suspension de l’activité économique a entraîné l’arrêt des campagnes de vaccination contre la polio.

L’économie c’est la survie !

La mondialisation économique, et même la seule activité économique, sont mises à mal pendant cette crise du coronavirus.

Les quelques éléments que nous venons d’examiner montrent que ce n’est pas une bonne option : confiner l’économie entre parenthèses va avoir (et a déjà) des effets désastreux, y compris sanitaires. Il est possible qu’ils soient bien pires que le virus lui-même.

Opposer l’économie à la santé relève d’un débat de nantis dans des pays qui le sont aussi. Ceux qui le sont moins, ceux qui ne le sont pas du tout, ceux qui sont le plus exposés, vont se retrouver sans rien, alors que la mondialisation leur avait donné de l’espoir. Ne laissons personne retomber dans la misère à cause de réactions excessives et de choix idéologiques liberticides dans les pays développés.

Sur le web

Voir les commentaires (90)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (90)
  • D’après les études communiquées hier, le confinement a évité 60000 morts en France. Il aurait fallu l’éviter pour laisser le nombre des morts s’emballer, comme le fait Trump ???

    • Premièrement, il est faux de dire que Trump a laissé filé le nombre de morts…contrairement à Macron, il a pris la décision de fermer ses frontières contre l’avis des spécialistes, fait en sorte de pouvoir tester à tout va, fait intervenir l’armée pour monter des points de tests et des hopitaux de campagne partout dans le pays, fait commander massivement un traitement prometteur – celui de Raoult – afin que le nombre de cas graves n’augmente pas trop…résultat des courses, ils ne s’en sortent pas si mal au vu de leur démographie et de la proportion de population à risque chez eux…n’oubliez pas non plus que seules certaines zones ont été débordées (NYC et LA en particulier) et n’oubliez pas non plus que les « démocrates » ont tout fait pour ralentir les soins (interdiction du traitement de Raoult pendant plusieurs semaines avant que les résultats des état républicains ne puissent plus laisser la place au doute quand à l’efficacité de ce traitement en début de maladie)…

      Bref, si vous voulez pointer un irresponsable, pointez plutôt du doigt le pire président que nous ayons jamais eu, ses ministres et notre administration aussi pléthorique, qu’inutile et incompétente…

      • Raoult! Raoult! L’homme qui nous parlait d’une petite grippette au début? Celui qui a ramené la mortalité à 0,5% à Marseille alors que mondialement ce taux est un horrible 0,5%. La Choloroquine (en fait l’hydroxychloroquine associée à un antibiotique) n’est pas à ce jour plus ou poins efficace que d’autres médicaments, Avigan ou autres, ça fonctionne semble-t-il avec certains patients, point. Et je doute que ce soit les démocrates américains qui aient convaincu la Suède d’arrêter la Raoultine au bout d’une semaine.

        • L’homme qui a disposé de tests pour que les Marseillais soient il y a un mois la population la plus testée au monde par million d’habitants, alors que pour le reste de la France il n’est même pas sûr qu’on puisse tester toutes les personnes symptomatiques dans 15 jours…

          • et alors? Quel rapport entre l’efficacité du cocktail Raoult et les tests (qui en soit ne sont rien sans un suivi rigoureux, cf Corée du Sud, Taiwan) . Un test dépiste (aux faux positifs et faux négatifs près) , un traitement soigne, see? Réponse hors sujet

            • Du coup, je suppose que quand vous allez chez votre médecin, vous demandez à être cloné, à faire vivre la même vie à votre clone que la votre…afin qu’on puisse sacrifier ce dernier – ou vous même puisque vous deviendriez alors parfaitement interchangeables – sur l’autel du test en double aveugle ?
              La médecine n’est pas une science, mais un art. Dans bien des cas, nous n’avons ni l’intelligence ni les capacités techniques ou scientifiques d’expliquer pourquoi tel ou tel traitement marche ou ne marche pas…et encore moins d’expliquer pourquoi il marche sur certaines personnes et pas d’autres…

              • « Du coup, je suppose que quand vous allez chez votre médecin, vous demandez à être cloné, à faire vivre la même vie à votre clone que la votre…afin qu’on puisse sacrifier ce dernier – ou vous même puisque vous deviendriez alors parfaitement interchangeables – sur l’autel du test en double aveugle ? » je ne vois pas trop où ce que j’ai dit peut vous amener à supposer mes supposées demandes de clonage. Mais si ça vous amuse de me parler de La Poste à propos d’un post. Pourquoi pas.
                « La médecine n’est pas une science, mais un art. Dans bien des cas, nous n’avons ni l’intelligence ni les capacités techniques ou scientifiques d’expliquer pourquoi tel ou tel traitement marche ou ne marche pas…et encore moins d’expliquer pourquoi il marche sur certaines personnes et pas d’autres… » bien tourné et? Ca répond à quelque chose.

                • Au vu de vos différents commentaires, vos semblez vous ranger à l’avis exprimés dans de nombreux médias concernant le statut de la médecine, raison pour laquelle je me suis permis de lancer cette petite réflexion…

                  • Permettez-vous, je vous en prie. C’est vrai que mes quelques commentaires en disent long sur les média que je consulte, mon opinion sur le statut de la médecine. Une vraie mine statistique.

            • Il y a un rapport évident entre le fait de tester et la diminution apparente du nombre d’issues fâcheuses, puisque le test met en évidence un grand nombre de malades légers ou asymptomatiques qui vont ensuite pouvoir apparaître guéris par le traitement alors qu’ils auraient guéri de toute façon. En l’occurrence, les tests ont été un élément permettant de présenter sous un jour favorable le protocole Raoult, alors qu’ils auraient été mieux utilisés sur les personnes symptomatiques pour leur faire prendre conscience, à elles et leur entourage, de leur contagiosité. Donc sans faire de procès d’intention, je m’interroge sur le choix d’utiliser ces tests à Marseille.

              • Sauf erreur, le test a été proposé à toute personne se présentant à l’institut. En dehors des hypocondriaques chroniques, on peut supposer que le nombre de symptomatiques dans cet échantillon était plus élevé qu’en population générale, les asymptomatiques n’ayant pas de raison de se déplacer.

                https://youtu.be/FcvDi6tjldk

            • C’est vous, Hesitant qui êtes hors-sujet, en détournant le commentaire initial de Charles w. sur la seule chloroquine, alors que son commentaire portait sur la gestion de la crise par D. Trump.

              Par ailleurs, étudiez le compte-rendu fait par l’IHU sur le traitement Hcq+azt (sur leur site, en anglais, pre-print#6), et vous verrez que le protocole a une efficacité réelle, peut-être pas supérieure à un autre, mais qui justifie qu’on soit en colère contre l’interdiction faite par le gvt français aux médecins et malades d’y recourir, au mépris de toute liberté, celle de soigner et celle de se soigner. AU moins, Trump n’a pas commis cette perfidie.

              • Par ailleurs, Raoult avait raison de parler d’une grippette, puisque si l’épidémie avait été abordée comme il le préconisait, et comme certains pays l’ont abordée (Corée du Sud, mais aussi Allemagne, Autriche, Rép. tchèque, Pologne, Israël etc.), le nombre de victimes aurait été inférieur à celui d’une grippe saisonnière. Même la Suède, qui n’a pas confiné du tout, enregistre une mortalité tout à fait raisonnable.
                Raoult a d’abord été vilipendé parce qu’il dénonçait la gestion de la crise en général par les autorités, lesquelles, non préparées, ont adopté le confinement en dernier recours et en catastrophe, et non parce que c’était la meilleure méthode. Le pouvoir détestant être mis face à ses insuffisances – pour rester gentil – on a cassé le thermomètre Raoult.

                • Raoult a mélangé des commentaires bienvenus sur la mauvaise gestion de la crise avec des une promotion sans résultat probant de son dada l’hydroxychloroquine.

                  • Ce n’est pas un dada, c’est un moyen comme un autre de soigner des malades.
                    Si vous préférez le dada de Macron et cie, qui vous enjoignent de rester chez vous en cas d’infection, jusqu’à ce que vous soyez atteint d’insuffisance respiratoire, grand bien vous fasse.

                    • Comme je crois l’avoir dit et répété, il ne suffit pas de s’opposer avec la plus grande raison aux affirmations et injonctions gouvernementales qui le dénigrent ou l’interdisent pour valider l’usage d’un produit comme « moyen de soigner ». Raoult aurait dû bénéficier de toutes les facilités pour expérimenter son protocole, nous sommes d’accord là-dessus. Cependant, il n’a pas eu de problème pour se procurer de quoi tester près de 30000 patients, pour détecter 1/6 positifs, quand ces tests manquaient pour les patients susceptibles d’être contagieux ailleurs et fournissaient alors des résultats positifs dans une proportion de plus du tiers. Mais passons sur les facilités et bâtons dans les roues, et revenons à la question bien distincte de la promotion hâtive du protocole Raoult. Autant la responsabilisation des malades et les tests à grande échelle ont montré leur efficacité, autant les études pré-publiées par Raoult ne montrent pas de supériorité par rapport aux autres traitements, s’ils avaient été appliqués à la cohorte qu’il a choisie, et pour laquelle les facteurs favorables sont tels que la mortalité spécifique attendue est bien les 0.47% observés. Alors, si vous avez une autre explication que le fait que Raoult a travaillé sur les anti-paludéens une bonne partie de sa carrière, et a pu développer un attachement sentimental envers leurs potentialités, je suis preneur.

                    • @ MichelO : arrêtez vos salades, la question est de savoir si vous êtes favorable à l’interdiction faite par le gvt français aux médecins de soigner avec les moyens du bord y compris l’hydroxychloroquine, ou non.
                      – sachant qu’on a les chiffres de Raoult, de l’étude brésilienne mise en lien plus bas, et des tas de prises de positions très argumentées, très souvent fondées sur l’expérience, de tas de médecins un peu partout dans le monde, la dernière en date étant celle de l’Association des médecins et chirurgiens américains (qui compte 4.000 membres) –
                      C’est la seule question qui se pose, aujourd’hui. À un moment, il faut trancher, et arrêter de se cacher derrière son petit doigt.
                      Personne ici ne dit qu’il FAUT que les gens emploient le protocole Raoult et aucun autre. La question ultime est une question de liberté.

                    • @Jacques B.
                      Primo, ne personnalisez pas le débat, ce serait dommage, quand vous ne le faites pas vous êtes un des quelques commentateurs avec lesquels il est constructif de d’échanger.
                      Ensuite, relisez ce que j’ai écrit, si vous n’avez pas compris ce que je pense des interdictions faites aux médecins par l’administration française, c’est que vous avez lu les yeux fermés en pensant à autre chose !
                      Les médecins doivent être libres et responsables de soigner au mieux leurs patients, voilà ce que je répète. Libres signifie que l’état leur lâche les baskets. Responsables signifie qu’ils doivent être capables de lire, comprendre, et évaluer des résultats préliminaires d’études au lieu de suivre aveuglément des gourous beaux parleurs. Ils doivent au minimum pouvoir justifier leurs options par une espérance (et non une croyance religieuse) raisonnée qu’il s’agit des choix les moins mauvais. Jusque là, sommes-nous d’accord ?
                      Où ça dérape, si j’ai bien compris, c’est qu’ensuite au lieu de responsabilité on retombe dans des suivis aveugles par les médecins de telle ou telle recommandation ou conclusion non-argumentée, mais dont la réputation leur permet de se défausser de leur responsabilité de choisir le mieux (ou le moins pire) pour leur patient. Vous avancez des prises de position, une prise de position ne vaut rien, la science ne se forme pas par consensus des leaders d’opinion. Je vous réponds par une assertion dont je n’ai pas trouvé la réfutation : le protocole Raoult n’apporte pas d’amélioration par rapport aux protocoles précédents.
                      Donc faites comme si j’étais positif et que vous vouliez me traiter avec le protocole Raoult, expliquez-moi en quoi ce protocole améliorerait mes chances alors que les études pré-publiées par Raoult lui-même ne le montrent pas. Vous pouvez utiliser un vocabulaire et des concepts mathématiques et scientifiques, j’ai une formation et une expérience internationalement réputées en maths, stats, et reviewing de publications scientifiques.

              • Ce pre-print est particulièrement suspect, non à cause de qu’il dit, mais à cause de ce qu’il ne dit pas. Par exemple, il traite de patients d’âge médian 43 ans quand les décès de personnes de moins de 43 ans représentent seulement 1% des décès covid en France. Donc avec une quasi-certitude, déjà la moitié la plus jeune des patients aurait guéri de toute façon sans traitement…

                • Encore une fois, Raoult n’est pas un chercheur qui bosse pour un labo dans le cadre d’un essai thérapeutique concernant une maladie ne présentant pas de caractère d’urgence, mais un médecin qui, comme il l’a très bien expliqué lui-même, essaie de soigner ses patients au mieux en fonction des moyens dont il dispose, avec une part évidente et incontournable d’empirisme.
                  Une autre étude, brésilienne, faite selon la même méthode, va dans le même sens : 412 personnes ont reçu le traitement, et 224 l’ont refusé (base du volontariat donc)
                  https://pgibertie.files.wordpress.com/2020/04/2020.04.15-journal-manuscript-final.pdf
                  Des tas d’autres observations dans le monde vont dans le même sens : ce protocole est efficace, sans qu’il soit possible aujourd’hui de précisément quantifier le nombre de vies sauvées.
                  Mais est-ce l’important ? Ou l’important est-il de PERMETTRE aux médecins et aux malades d’accéder à ce traitement ? La question est là, évidemment.
                  Et tous ceux qui critiquent Raoult sans comprendre cela sont ‘suspects’ à mes yeux.

              • « mais qui justifie qu’on soit en colère contre l’interdiction faite par le gvt français aux médecins et malades d’y recourir, au mépris de toute liberté, celle de soigner et celle de se soigner. » ah mais ça je le comprend tout à fait, j’aimerais bien qu’on me dise où j’aurais ne serait-ce qu’insinuer que j’approuvais cette interdiction. Incroyable, on dit un truc sur Raoult et vlan, on se croirait sur son fan club.

        • Plus ou moins efficace que d’autres médicaments.. Lesquels et selon quelle procédure, double aveugles, placebos sur un échantillon de 10 000 personnes ?
          Comme en cas de catastrophe nucléaire on distribué de l’iode on aurait du distribuer de la chloquine à toute la population en prévention. Simple et pas cher.

          • selon les mêmes procédures que pour l’hydroxychloroquine, pour l’Avigan et d’autres (Remdésivir…) des essais sont en cours dans pas mal de pays, à ce jour aucune étude sur des nombres suffisants pour être significatifs. Différents pays ont autorisé les uns et/ou les autres à la discrétion des médecins. La médecine n’est ni une science ni un art mais un calcul bénéfice/risque pour chaque patient. Au fait pourquoi les suédois ont-ils abandonné la potion de Saint Raoult? Parce qu’ils sont inféodés à une internationale néo-communiste ou parce que leurs calculs bénéfices/inconvénients penchaient en faveur du second?

            • « des nombres suffisants pour être significatifs »
              Suffisant, c’est à partir de combien ?

              • Hum, vous n’aurez pas de réponse. Il ne sait pas.

                • Il n’y a pas de réponse pour « suffisant ». On doit regarder si le résultat qu’on a obtenu est significatif, et ça dépend non seulement du nombre, mais de ce qu’on cherche à démontrer et de la valeur du résultat lui-même. Pour caricaturer, une étude sur 100000 scolaires risque fort de ne pas être concluante, une sur 100 septuagénaires obèses et diabétiques non plus, et une sur 1000 répartis comme la population française et dont on a éliminé les plus à risque, pour lesquels on cherche à évaluer un risque de l’ordre, aujourd’hui, de quelques pour mille (373 décès par million par moins de 10% de malades), non plus.

              • Je ne suis ni virologue, ni chercheur contrairement aux nombreux je sait tout présents ici. J’imagine assez facilement que selon le type d’essai clinique, la taille des échantillons doit être variable. La dernière étude en date de Raoult portait -si mes souvenirs sont bons- sur plus de mille patients. J’ai juste des doutes sur le médicament miracle qui débarque au début de l’épidémie, ça ne fait pas de moi un collabo de Macron ou je ne sais quoi. Tout grand professeur qu’il est , Raoult est aussi faillible (la petite gripette, hein?) et je ne crois pas que la Suède, le Canada soient des imbéciles ou des marionettes de je ne sais quels obscurs intérêts, pourtant ils ont dit non à l’hydroxichloroquine. J’ai lu une étude intéressante (une vraie mine statistiqu hein? les amaots de service) qui affirmait que ce qu’il y avait d’intéressant dans le traitement de Raoult c’était l’association avec un antibiotique. Il y a plusieurs pistes, plusieurs espoirs, les seuls gouvernants qui sont à la hauteur sont ceux qui permettent au moins aux médecins de décider au cas par cas, selon les stades, en leur âme et conscience.

        • Apprenez l’anglais et renseignez-vous. En Californie, vous avez très exactement 0.03% de chances de mourir du Covid-19…et encore, c’est en prenant en compte les chiffres officiels qui – on le sait – incluent désormais plein de personnes qui sont mortes d’autres choses. Aux USA, on a plein de témoignages de médecins qui explique qu’on fait pression sur eux pour requalifier des morts en morts du Covid-19 même si aucun test ne vient le prouver…même chose en France…vous faites un arrêt cardiaque chez vous et arrivez trop tard aux urgences…mort du Covid…même si vous ne présentiez aucun signe de pneumonie avant votre arrêt…

          Bref, cessez d’avoir peur de mourir, on pourrait croire que vous avez peur de vivre ! Et si vous avez peur de mourir, demandez-vous pourquoi et agissez, de sorte à ne pas avoir vécu pour rien !

    • Ces 60000 morts soit disant évités sont de la propagande, pas qqch de sérieusement prouv!

      • C’est comme les dizaines de milliers de morts de la grippe. Du bullshit pour vendre le vaccin.

        • Ça n’évite pas les morts mais une semaine à en baver des ronds de chapeau avec 40 de fièvre.

          • En revanche ce qui va se voir et être prouvé c’est que le confinement a occasionné un effet économique désastreux, au moins dix fois pire qui si nous avions même un peu tardivement pris les mesures adéquates !
            A part cet état déliquescent qui excelle dans les rodomontades, Le confinement c’est son aveu absolu de n’avoir eu, ni d’avoir même ces jours ci suffisamment de masques à disposition, ni tests à virus chinois, ni thermomètres infra-rouge (à visée laser) ni suffisamment de lits disponibles dans les hôpitaux, donc ZÉRO POINTÉ sur toute la ligne et ce, sans excuses, ni regrets !

          • Le vaccin contre la grippe a, entre 35% et 65% d’efficacité suivant les souches. Il peut induire, à tort une fausse impression de sécurité.
            De plus il affaiblit l’immunité cellulaire, ce qui semble rendre plus fragile face à une autre épidémie.

            • Le vaccin contre la grippe augmente les risques de coronavirus de 36% selon une récente étude américaine.

              • Le vaccin contre la grippe sauve tous les ans des personnes fragiles de la mort, dont des petits myopathes. Les personnes en bonne santé qui le font chaque année le font par altruisme, pour protéger leurs patients ou leurs proches.

    • La Suède n’a pas de confinement et moins de morts par millions d’habitants que la France.

      • et bien plus que l’Allemagne qui pourtant a pratiqué le confinement de manière bien plus stricte qu’en Suède

        • C’est à la fin de l’épidémie qu’il faudra compter les morts. La stratégie de la Suède fait que nécessairement, ils ont plus de morts au début…mais à la fin le nombre de morts sera à peu près identique…l’idée d’aplatir la courbe n’est pas tant de faire baisser le nombre de cas que d’étaler ces derniers sur une plus longue période de temps…l’inconvénient de cette méthode, c’est que l’on retarde la fameuse immunité de groupe…du coup, on s’expose potentiellement à plusieurs vagues (bien qu’à ce stade, rien n’indique qu’il y aura une deuxième vague de contamination de masse)…

          • « C’est à la fin de l’épidémie qu’il faudra compter les morts. » voilà ! Et qu’on pourra faire un bilan, voir qui s’en est mieux sorti et pourquoi et éventuellement s’en inspirer en gardant à l’esprit que les paramètres ne sont pas les mêmes en Suisse, en Islande et en Indonésie. 🙂

          • « C’est à la fin qu’il faudra compter les morts » pour comparer les stratégies entre pays?
            A condition de comparer des chiffres comparables (fiabilité des déclarations de certificats de décès avec / sans tests).
            A condition de tenir compte de l’aléa d’une épidémie: ainsi nus avons davantage de prévalence en Alsace et en région parisienne que dans le reste de la France, alors que la politique sanitaire, les mesures exceptionnelles prises y sont les mêmes ! Un rassemblement évangélique ou autre facteur de propagation change tout.

    • Une politique correcte de réduction responsable des contacts, de port du masque même artisanal, et de tests systématiques aux premiers symptômes suivis d’un auto-confinement réel de tous les positifs contagieux aurait évité 80000 décès. Alors pourquoi se féliciter de 60000 quand ça aurait pu être 80000 ?

      • Actuellement, rien ne prouve que le confinement marche…les pays qui ont appliqué un confinement strict ont plus de morts que les autres…et bizarrement, les pays qui ont légalisé l’euthanasie ont significativement plus de morts que les autres…

        • ??? ça dépend de quelles mesures de confinement on parle. En Corée du Sud après une brève période de cafouillage, tests abondants et suivi strict (peu ou pas de symptômes: à la maison, symptômes plus sérieux: hôpital). Bilan des courses, à défaut de stopper l’épidémie (toujours quelques cas et décès) ils ont quand même bien freiné et circonscrit la chose avec un impact plutôt limité sur la vie économique.

          • Le confinement des personnes malades marche, pas le confinement d’une population majoritairement saine.
            Etant en France, il me semble logique de supposer que le confinement dont je parle est – par défaut et en l’absence de précision – est celui y est mis en place.

            • au temps pour moi 1) je ne savais pas à coup sûr que vous résidiez en France 2) j’ai cru remarquer qu’on faisait référence à pas mal de pays sur ce fil et pas seulement à ce si bôôô pays peuplé de Yaka, Fokon et Yavéka sur toute la gamme du spectre politique, je ferai le point avec mon clone.

          • regardez le cas de l’Allemagne. 78 contre 369 à la France en D1Mp.

        • « les pays qui ont appliqué un confinement strict ont plus de morts que les autres »
          En Israël, nous sommes sous confinement strict (plus strict qu’en France, mais sans certificats à la con). Je vous laisse regarder par vous même si nous avons « plus de morts que les autres » : https://www.worldometers.info/coronavirus/

        • Bon, le commentaire avec le lien sourçant mes dires ne passant pas, refaisons le sans.

          « les pays qui ont appliqué un confinement strict ont plus de morts que les autres »
          En Israël, le confinement est bien plus strict qu’en France (jusqu’à dernièrement, 100m max du domicile. Par contre, pas d’attestation à la con), a été mis en place bien plus tôt, et le nombre de morts par million d’habitant est de 24 contre 362 en France et 233 en Suède. Il aurait probablement été encore plus bas si une partie de la population (heureusement localisée dans certaines villes et pas disséminée un peu partout) ne s’était pas assise sur les directives au point d’imposer aux forces de l’ordre de souder les portes de certains lieux publics.

          Si rien ne prouve que le confinement ne marche (en même temps, dire « confinement » tout court ne veut rien dire, il n’y a rien à voir entre un confinement fait une fois que le virus s’est propagé et un fait avant), il y a encore moins d’arguments en faveur de votre affirmation péremptoire.

          • Le confinement lourd généralisé provoque une accélération de l’épidémie avant de la ralentir après la période moyenne d’incubation, du fait des déplacements forcés qu’il provoque. D’ailleurs, si ce n’était pas le cas, ce serait la démonstration que le confinement ne sert à rien. Ce que les comparaisons entre pays tendent à nous apprendre, c’est que confinement général ou pas, ça ne change pas grand chose au plan épidémique. En revanche, en termes économiques et sociaux…

            Sauf erreur, Israel bénéficie d’une population très jeune (28% de moins de 15 ans, 12% de plus de 65 ans, resp. 18% et 19% en France par exemple). De même, le groupe sanguin A (a priori cible privilégiée du coronavirus) est légèrement moins fréquent en Israel qu’en Europe. Pour comparer, il faudrait au moins standardiser les populations avec ces critères généraux.

            • Israël est aussi un pays où la population vit massivement en immeuble, nettement plus que d’autres pays, ce critère n’étant clairement pas un point positif en cas d’épidémie.

              Sinon, si votre remarque sur la « standardisation » est plus que sage, bien évidement, ladite standardisation n’expliquera certainement pas un écart du simple au vingtuple.

              Note : le « confinement lourd généralisé » n’a en aucun cas provoqué une accélération de l’épidémie ici, la courbe est restée remarquablement linéaire, mais à la différence de nombreux pays, il a été mis en place dés le tout début => avant que le nombre de cas soit suffisant pour que le confinement se transforme en boites de pétri familiales. Les flambées, locales, se sont toutes déroulées au sein des communautés qui refusaient le confinement. La comparaison entre les courbes des cas actifs (avec la France) est également assez intéressant : en Israël, le nombre de cas actif régresse (nettement) depuis 1 semaine et demi, alors qu’il continue de monter en France (de façon plus lente cependant que vers la mi mars), et ce alors que le décollage de la courbe commence plus tôt en France.

              Tout ceci pour dire qu’on ne peut pas tenter de résumer tout au confinement, ni même être à même de le prétendre positif ou négatif. Il n’est qu’un des paramètres, et son effet dépend tout à la fois des conditions préalables que des spécificités culturelles.

          • Je suis assez de l’avis de Gally : le confinement strict ne change pas grand-chose au fait que des gens qui se voyaient plusieurs fois par jour (exemple : deux conjoints, les parents et les enfants…) avant le confinement se voient juste un peu plus souvent avec le confinement. Sans confinement strict, les parents peuvent ramener le virus et le transmettre au reste de la famille le matin, le soir, entre les multiples échanges, les repas, etc.
            Simplement, le « confinement » aurait pu être sensiblement plus léger (limité aux grands rassemblements par exemple) si le problème avait été pris par le bon bout dès le début, comme l’a fait la Corée du Sud.

            • Totalement, mais tout le monde n’avait pas eu l’expérience douloureuse du SRAS et n’avait pas anticipé une éventuelle nouvelle épidémie, en particulier en ayant en stock de quoi tester quasiment toute la population. En l’absence desdits tests, il était difficile d’appliquer la méthodologie coréenne (et c’est bien dommage, vu les résultats exemplaires de ce pays)

    • Ces soit disant 60000 morts évités partent des modèles de l’Imperial College de Londres, ces fameux modèles qui annonçaient gaillardement 500000 morts en UK, soit de 10 à 20 fois la réalité (à ce jour).
      On comprend mieux que certains spécialistes en épidémiologie se méfient des modèles.

      • C’est clair. Les réactions d’hystérie observée chez de nombreux gouvernements tiennent à ces quelques « experts » qui ont raconté n’importe quoi. Comme avec le réchauffement climatique, c’est la course à celui qui fera les prévisions les plus apocalyptiques, les plus vendeuses dans les médias, les plus juteuses pour obtenir de grasses subventions, tandis que les voix modérées deviennent inaudibles, quand elles ne sont pas bannies.

        Quand la poussière sera retombée, on ne fera pas l’économie d’une profonde réflexion sur la prise de décision politique alimentée par les conseils d’experts autoproclamés.

    • Ce qui veut dire que si on n’avait rien fait on aurait eu au moins 85 000 morts … comment expliquer alors, que la Suède, qui ne confine pas, a proportionnellement 2 fois moins de morts que nous ? Sabs compter l’exelple d’autre pays.
      Entendre un premier ministre mentir à ce point laisse pantois. On devrait pourtant avoir l’habitude.

  • Tout cela est évident si l’on prend la peine de réfléchir. Les mesures prises contre cette épidémie vont faire infiniment plus de dégâts que l’épidémie elle-même. Même si nos gouvernants (avec des nuances selon les pays, le notre étant particulièrement mal placé) n’ont jamais brillé par leur rationalité et leur efficacité, ils ne peuvent ignorer ces conséquences. La conclusion est alors évidente : ils préfèrent régner sur un monde dévasté que ne pas régner sur un monde en état plus satisfaisant.

    • « Même si nos gouvernants (avec des nuances selon les pays, le notre étant particulièrement mal placé) n’ont jamais brillé par leur rationalité et leur efficacité, » voilà qui est un peu plus réaliste et honnête, à quelques très rares exceptions près (pas beaucoup d’exemples style Taiwan), aucun pays ne peut se vanter d’avoir géré cette crise au mieux

      • Comme dit plus haut on fera le bilan à la fin (y compris économique), mais je ne suis pas d’accord avec votre affirmation finale : il est évident que les pays ayant axé leur gestion de la crise sur des tests massifs, très précocement, sur le filtrage des entrées dans le pays, voire sur le port du masque généralisé, ont à la fois un nombre de victimes peu élevé et pu se permettre de confiner moins durement (seuls les rassemblements interdits et un certain nombre de commerce fermés et non une quasi-incarcération quasi-total comme chez nous), donc un impact moindre sur l’économie.
        – le cas de la Suède étant un cas à part –

        • le ‘quasi-total’ est en trop

        • Tels que sont organisés les commentaires, je ne sais pas si vous vous adressez à moi mais bon, oui, je suis d’accord avec ça. La plupart des pays en question sont localisés en extrême-orient et dans le sud-est asiatique. Je suis persuadé que des tas d’autres facteurs entrent en jeu: alimentation, culture de l’hygiène, de la distanciation sociale, facteurs de comorbidité (obésité et diabète dans ces parties du monde? pas lourd). A l’inverse les pays qui n’ont pas ça ET qui ont pratiqué un confinement démentiel -sacrifiant ainsi leur économie- ont dérouillé plein pot: France, Espagne, Italie… Au mieux, tout ce que le confinement de masse (et strict) aura réussi c’est atténuer l’engorgement dans les hôpitaux, résultat assez faible au vu des dégâts immenses causés à côté.

  • En outre, il apparaît que le confinement a été plutôt néfaste sur le plan sanitaire ; voir :
    http://www.scmsa.eu/archives/BB_confinement_2020_04_27.pdf
    Récemment, dans la presse, M. Olivier Veran, Ministre de la Santé, déclarait que le
    confinement avait sauvé 60 000 vies. Nous ignorons comment il mène son calcul. Nous, de
    notre côté, nous pouvons dire que la politique sanitaire retenue par le gouvernement français
    s’est traduite par un excès de mortalité de 18 000 personnes. Voici notre calcul : en Allemagne,
    tableau ci-dessus, mortalité de 70 personnes par million d’habitants. Rapporté à une
    population de 63 millions (la France), cela fait 4 410 décès ; comme nous en avons eu 22 614
    (au 24/04/2020), cela fait 18 000 en trop : décès que nous n’aurions pas eus si nous avions suivi
    l’exemple allemand

  • Depuis 75 ans l’Europe n’a plus connu de guerres, de famines, un progrès époustouflant dans tous les domaines de la santé, de la technologie, dans les loisirs, de la richesse etc…
    Reste qu’une société aussi nantie est psychologiquement extrêmement vulnérable.
    Souvent c’est dans l’épreuve qu’on se forge une résistance émotionnelle.
    Avec ce confinement, mis en place uniquement pour faire face à nos carences de gestion de crise, nous voilà donc en très peu de temps réduits dans notre espace, dans nos libertés élémentaires,
    dans nos actions.
    Une panique généralisée s’est emparée de presque toute la planète, alors qu’en d’autres temps l’affaire n’aurait pas pris cette tournure.
    Hormis des dégâts économiques dont nous n’avons pas encore vu les conséquences désastreuses à venir, c’est les dégâts psychologiques qui m’inquiètent.
    Nous voilà donc à la merci des médias, des politiques, des « éminents scientifiques » qui nous distillent pratiquement 24 hres sur 24 des informations anxiogènes, contradictoires, menaçantes, pour alimenter nos cerveaux déjà sérieusement fragilisés émotionnellement.
    Le décryptage de nos experts politiques médiatiques sur le confinement et maintenant le déconfinement est effarant.
    Il n’y a plus de place pour la raison et le discernement individuel, c’est l’état qui décide de tout.
    Les lésions psychologiques de ce confinement ordonné et sanctionné laisseront des traces dans les esprits qui laissent augurer le pire.
    Comment va évoluer cette jeune génération qui a pris de plein fouet cette crise et cette acceptation pratiquement sans broncher de la population des directives, de décrets grotesques et mensongers de la part des autorités ?
    La peur est sans aucun doute notre talon d’ Achille qui va nous mener au chaos.
    L’acceptation sans sourciller les décisions arbitraires sans aucune contraction est la manifestation de notre ignorance et l’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence.

    • … nous mener au chaos, ou nous amener à réclamer à cor et à cri un pouvoir « fort », des restrictions de nos libertés au profit d’une (illusoire) sécurité. Cette acceptation générale, sans broncher, des conditions draconiennes imposées par le gouvernement, est inquiétante : l’esprit de liberté disparaît peu à peu dans ce pays. Les gens se laissent de plus en plus conduire comme un troupeau d’animaux : pourvu qu’ils aient le gîte et le couvert, la liberté importe peu.

  • Le grand perdant c’est l’État. L’impôt sur le revenu en particulier. Augmentation de la CSG à venir!

    • pas d’inquiétude, le cocktail de suivi médical a long terme sera radical: nouvelles taxes, augmentation de la CSG, prélèvements supplémentaires sur les retraites, ponction obligatoire sur les comptes des épargnants (ça s’appellera l’IDS, impôt de solidarité) le tout sur fond de planche à billets de la BCE. Youpi, ça va être festif.

    • Non, le grand gagnant est l’Etat pour le moment, flicage permanent, répression des dissidents, …Il est grand temps de reprendre nos libertés avec la même force que celle qui a été utilisée pour nous les confiquer.

  • Nous sauvons des vies, regardez comme nous sommes bien!
    Que nous fassions en conséquence des millions de pauvres et miséreux n’a aucune importance.
    S’ils meurent de faim ou de désespoir, Nous, Etat français, n’y serons pour rien!
    Et puis tout le monde sait qu’en dehors des victimes du coronavirus, personne ne meure.

  • la mort n’est pas égalitaire , ce mot « égalitaire » me sors par les trous de nez!
    c’est plutôt a cause de la chimère égalitaire que nous sommes dans cette panade,,
    on n’en veut pas de l’égalité , on veut que les services qu’on paye
    avec nos impots inégalitaires soient livrés!
    Dans la chine ancienne on payait la medecine avec un abonnement , comme aujourd’hui, mais quand on etait malades on ne payait plus l’abonnement ce qui poussait les médecins a vous guérir le plus rapidement possible!
    je n’applaudit pas le systeme de santé français ! on vient de s’apercevoir quelle était son niveau de médiocrité réel, il ne vaut pas plus que la SNCF ou Air France ou Renault, coûts élevés efficacité douteuse!
    il appartiens a chacun de prendre ses dispositions pour se préserver , je ne fais pas confiance a l’etat

    • S’il n’y avait que la médecine…j’ai perdu toute confiance dans nos gouvernants à l’âge de 7 ans…un incendie s’était déclaré dans la forêt domaniale située derrière chez mes parents…et les pompiers ont eu du mal à trouver 1/ la localité où nous habitions 2/ la bouche incendie 3/ une pression d’eau suffisante dans ladite bouche pour pouvoir y brancher leurs lances incendie…bref, heureusement qu’il y avait un gamin qui a récupéré tous les tuyaux de jardin de ses voisins pour arroser copieusement les limites de la propriété de ses parents évitant à cette dernière un funeste sort…

  • Autre aspect. L’observation des nombres de nouveaux cas dans certain départements après 40 Jours de confinement théoriquement total,Le Loire et Cher ou le Vaucluse par exemple, Semble prouver qu’un très faible pourcentage de la population ne respectant pas les règles , auto-entretien l’activité du virus, ce qui est le contraire du but recherché, Et ce, pour un coût faramineux.

    • Salomon, ni aucun expert vendu, ni journaleux ne traite ce sujet des rebonds mystérieux ! ?

    • Le confinage n’est jamais à 100%, faut bien se nourrir et quand il n’y aucun moyens pour se protéger.. Ou pour se tester…. La rechute est obligatoire… Et ils comptent sur celle ci en brûlant un cierge tous les soirs sinon, c’est la révolution et les buchers.

    • La simple recommandation gouvernementale « En général, la guérison intervient en quelques jours avec du repos » suffit à entretenir le virus. Elle devrait être « En cas de symptômes bénins, prenez conscience que parmi les gens que vous pouvez contaminer directement ou indirectement sans vous en rendre compte avant d’être guéri, il y en aura certainement un ou deux pour lesquels le développement sera bien plus grave. »

      • Cela n’explique pas des départements avec décroissance « Régulière » et ceux avec des remontées !?

        • La décroissance régulière s’explique par les guérisons et les décès. Les remontées par les contagions « explosives ». A l’origine de ces explosions, il n’est pas même évident qu’il s’agisse de population ne respectant pas les règles : un malade bénin se « confine », et son entourage contagieux sans même le savoir lui fait ses courses et crée un foyer…

    • « un très faible pourcentage de la population ne respectant pas les règles , auto-entretien l’activité du virus, ce qui est le contraire du but recherché »
      Vous voudriez vivre – comme de plus en plus de nos contemporains, semble-t-il – dans un monde où il n’y aurait plus aucun virus ?
      Si c’est le cas, vous voulez vivre dans un monde parallèle. Un monde sans virus, cela n’existe pas.

  • Ils ne craignent pas le déconfinement pour des raisons sanitaires,ils le craignent car cela va révéler encore plus le fait que le confinement généralisé n’a servi à rien .

  • Bien sur que la création de richesse est essentielle et ne doit pas être sacrifiée en raison d’un virus dont on ne sait pas grand chose.
    Une économie prospère permettra de mieux résister au virus qu’une économie déprimée.

    • Et si déprimer l’économie était le but? Pas seulement en France, mais au niveau mondial.
      La grippe saisonnière est responsable de 5 millions de cas « graves » qui entraînent entre 280 000 et 600 000 décès. Le Covid-19 n’a, à ce jour, engendré que 460 000 cas graves qui se sont traduits par 218 000 décès.
      Propagande planétaire, confinement planétaire, crise planétaire… pas une lreuve, mais juste pour que l’on s’interroge.

  • En Espagne, le déconfinement débute timidement (les enfants étaient strictement confinés à la maison, alors que c’est la population la moins à risques!).
    Pour les modalités de déconfinement , les autorités ibériques dépassent largement les français en terme de complexité avec des horaires stricts selon les âges.
    Et le non respect du confinement, c’était 600 €…

  • Vous vous contredisez « opposer l’économie à la santé est un débat de nantis dans des pays de nantis » alors que vous remarquez que des pays pauvres le pratiquent. Votre position est bien facile mais concrètement vous feriez quoi vous qui semblez détenir la vérité ?
    C’est bien français comme attitude : de l’arrogance et surtout de la suffisance !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

variole du singe
1
Sauvegarder cet article

Par Elizabeth Nolan Brown. Un article de Reason

 

Ce n'est pas seulement la peur de la maladie qui met les gens en état d'alerte pour la variole du singe, une maladie virale similaire à la variole mais moins grave. Notre société ne pourrait tout simplement pas supporter une autre pandémie en ce moment. Mais au cours des dix derniers jours, des cas ont été signalés aux États-Unis, ainsi qu'en Australie, en Belgique, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne, en Suède et au Royaume... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Les chiffres macro-économiques les plus récents montrent que le ralentissement chinois est beaucoup plus sévère que prévu et qu'il n'est pas seulement imputable aux confinements liés au Covid-19.

Les confinements ont un impact énorme. 26 des 31 provinces de Chine continentale connaissent une augmentation des cas de covid et la crainte d'un confinement de type shanghaien est énorme. Les informations en provenance de Shanghai prouvent que ces fermetures drastiques causent d'énormes dommages à la population. Des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles