La dérive de l’antiracisme est une imposture de la pire espèce

Prétendre que la France serait un foyer de racisme qui se ferait au moyen de la violence policière et de discriminations institutionnelles est une imposture de la pire espèce.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
antifa source https://unsplash.com/photos/4k-RUz-iMIs

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La dérive de l’antiracisme est une imposture de la pire espèce

Publié le 25 juin 2020
- A +

Par Alain Laurent.

C’est entendu : colonialisme et racisme, esclavagisme sont de pures abominations. Et l’on peine à imaginer que jusque dans un passé proche, ils aient pu non seulement être pratiqués mais que la prétention à prendre possession d’une contrée et de ses habitants historiques ou à juger que ceux-ci étaient des êtres inférieurs transportables et exploitables à merci ait pu être légitimé.

Mais prétendre qu’en France, nous en serions encore hypocritement là et que cela se ferait au moyen de la violence policière et de discriminations institutionnelles est une imposture de la pire espèce.

Cette imputation actuellement si déclamée et bénéficiant de la complaisance des médias du politiquement correct relève d’une manipulation intellectuelle de grande ampleur : c’est bien plutôt d’une violence infligée à la vérité et la liberté au nom d’un prétendu antiracisme hystérisé qu’il s’agit.

La grande manipulation : et les violences anti-policières ?

Sur le plan des faits, l’actuelle incrimination de la police s’inscrit dans un contexte ancien de dégradation générale des mœurs marquée par la croissance exponentielle de faits impensables il y a une trentaine d’années : toujours plus d’incivilités, d’impunité et d’agressions délibérées envers les forces de l’ordre.

Dans certaines banlieues requalifiées de quartiers populaires ou sensibles, en réalité des enclaves de non-droit parfois en sécession, les policiers ne peuvent intervenir pour réprimer la violation des « règles de juste conduite » (Hayek) sans être violemment attaqués.

En particulier depuis 2016, pas une manifestation (grèves, Gilets jaunes) ne se passe sans que la simple présence de policiers et gendarmes ne déclenche insultes (« suicidez-vous ! »), jets de pavés et cocktails Molotov, barricades incendiées, pillages et parfois lynchages de personnels à terre : comment alors s’étonner que les agressés se dégagent, au besoin assez rudement (dernier exemple édifiant en date : la fin de manifestation des soignants aux Invalides le 16 juin).

Puis est venue l’accusation de racisme systémique à l’initiative d’un « comité Traoré » défendant un délinquant au passé judiciaire chargé et qui se rebellait, décédé dans des circonstances troubles – une mort attribuée au seul fait qu’il aurait été Noir !

Désormais, la coupe est pleine, tout rapprochement avec la situation américaine est aussi grotesque qu’abject et il faut rétablir la vérité : les bavures policières (rarissimes mais soigneusement montées en épingle) commises par des brebis galeuses touchent autant des personnes non-issues de minorités visibles que celles qui ne disposent d’aucun droit à ne pas être interpellées.

La plupart du temps, les policiers ne font que riposter à des violences dont manifestants et délinquants prennent l’initiative, ce qui ne peut se faire sans recourir à l’usage de la force.

Il faut enfin tordre le cou à la fake news voulant que la confiance ne régnerait plus entre la police et les citoyens, qui adhéreraient massivement au mot d’ordre des black blocs, « tout le monde déteste la police » : selon un récent sondage Odoxa, 76 % d’entre eux ont « une bonne opinion » de la police. En vérité, policiers et gendarmes sont eux aussi des « héros du quotidien », et quand ils ne sont pas là, place à la guérilla armée inter-tribale comme à Dijon entre le 13 et le 15 juin.

Qui sont et que veulent les prétendus  antiracistes ?

Comme est instructive la composition de la nébuleuse des contempteurs du racisme et de la violence policière : y voisinent indigénistes identitaires, islamistes de l’anti-islamophobie, offensés perpétuels, antifas (en fait des fascistes rouges), idolâtres de l’Autre, antilibéraux du NPA, des Verts et de la France Insoumise, flagellants de la repentance ne demandant qu’à s’agenouiller et intelligentsia du gauchisme multiculturel renforcés des habituels idiots utiles du showbiz.

Autant de courants idéologiques communiant dans le collectivisme, communautariste ou politico-économique, avides d’imposer anti-démocratiquement leur loi et d’en finir avec le capitalisme dont la police serait la servante zélée : leur commun anticapitalisme viscéral est à noter.

Leurs armes ? L’injection d’une « culpabilité raciale collective » (Rand) dans une société dévorée par la haine de soi, la généralisation abusive à outrance : une poignée de policiers sont en effet violents et racistes, donc toute la police est par essence raciste et violente.

Mais aussi la chasse aux sorcières, en censurant ce monument de la littérature qu’est Autant en emporte le vent, stigmatisant les grandes figures du passé européen décrétées esclavagistes et colonialistes, déboulonnant leurs statues (Colbert, Churchill, de Gaulle) et exigeant d’éradiquer leurs noms de l’Histoire, en occultant soigneusement l’existence d’un colonialisme esclavagiste arabo-musulman.

Et alors que l’on croyait bannis le mot et l’idée de race, cette engeance ressuscite les termes de Noir et Blanc dans un racialisme vindicatif vitupérant rageusement de supposés « privilège blanc » ou « suprémacisme blanc ».

De ce pseudo anti-racisme, adepte d’une terrifiante police de la pensée et pourfendeur de la liberté d’expression, le grand libéral Jean-François Revel avait dès 1999 dans La fin du siècle des ombres révélé la vraie nature :

« On se demande souvent quelle idéologie va remplacer le socialisme. Mais elle est déjà là, sous nos yeux : c’est l’antiracisme […] Comme toutes les idéologies, celle de l’antiracisme se propose non de servir ceux qu’elle prétend délivrer, mais d’asservir ceux qu’elle vise à enrôler […] Agissant par la terreur et non par la raison, cet antiracisme fabrique plus de racistes qu’il n’en guérit […] L’antiracisme idéologique, qu’il faut soigneusement distinguer de l’antiracisme effectif et sincère, attise les divisions entre les humains au nom de leur fraternité proclamée. »

Et c’est à Ayn Rand qu’il est revenu de voir dans le vrai racisme, celui qui sévit encore actuellement aux USA : « la forme la plus abjecte et la plus brutalement primitive du collectivisme. C’est le fait d’accorder une importance morale, sociale ou politique à une lignée génétique à laquelle un homme appartient, et de croire que ses traits intellectuels ou caractérologiques sont héréditaires […] Le racisme est la doctrine des brutes, conçue par et pour elles. C’est une version du collectivisme pour éleveur de bétail capable de différencier diverses races d’animaux, mais pas les animaux des hommes. »

Et de conclure :

« Il n’y a qu’un seul antidote au racisme : la philosophie individualiste, et son corollaire politico-économique, le capitalisme de laissez-faire. » Car « la plus petite minorité sur terre est l’individu » (« Le racisme », septembre 1963).

Soit tout l’opposé de l’antiracisme collectiviste qui tient présentement le haut du pavé !

Voir les commentaires (45)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (45)
  • 3 articles d’Alain Laurent en 3 mois.
    Puissent-ils être le début d’une longue, très longue série !

  • Le racisme est souvent dans l’oeil de celui qui se sent racisé : nos médias ont parlé du coureur noir de la NASCAR, Bubba Wallace, découvrant dans son box un noeud coulant, acte évidemment interprété comme raciste. L’enquête du FBI a montré que ce « noeud coulant » servait à fermer la porte et qu’il existait plusieurs mois avant que ce box ne soit attribué à ce coureur : il n’y avait donc rien de problématique, sauf dans l’oeil du coureur. Je ne retrouve cette information en français que dans les journaux belges. ( et bien sûr partout en anglais )

    • Vous avez déjà vu un journaliste français être capable de lire correctement l’anglais ? Faire un copier / coller depuis google translate est tellement plus simple…

    • Perso, je me contente de lire le fil Twitter de Trump. Pas de filtre, juste un gars qui se rêve dictateur, qui n’a aucune morale, aucune culture, aucun philosophie politique.
      Bien que je ne souhaite pas du tout sa réelection (mais Biden est une catastrophe également, d’un autre genre et moins dangereux pour les USA), je dois avouer que Trump a fait un boulot pas mal avec la Corée du Nord, et un bon boulot contre le lobby pharma.

  • @Machin Imposture en Marche , ça sonne bien .

  • si la France était un foyer du racisme comme certains veulent le faire croire , il y a belle lurette que les certains en question auraient quitté le pays ; s’ils sont toujours là , et même de plus en plus nombreux , c’est que l’on -y est pas si mal que ça ;

  • Ils finiront pas se lasser et la vie continuera.. A Rouen ils se sont occupés de la statue de Christophe coulomb… C’est vrai, c’est un monstre, il a découvert l’Amérique..

    • C’est ballot, car sans lui, ces gens n’existeraient pas… 😀

    • Parce que dans leur délire, c’est par lui que tout à commencer: le commerce triangulaire etc (parce qu’évidemment l’esclavage n’est pas quelque chose qui existait dans les temps anciens).

  • Merci pour cet article

  • Surtout que les Chinois, eux, se tourne plutôt petit à petit vers le capitalisme, en abandonnant aussi petit à petit les briques les plus gênant du communisme (nationalisation à outrance devenant plutôt un « macro contrôle »)

    • Le parti communiste chinois a compris que s’occuper de la gestion quotidienne de l’économie n’apporte pas du pouvoir en plus, mais des ennuis en plus. Ils laissent donc cela aux entreprises et gardent le vrai pouvoir, l’armée, la police et la justice.
      Quand un entrepreneur deviens génant, on lui met une enquête fiscale.
      Les rois ont eux aussi délaissé en Europe la gestion quotidienne (le peuple a faim), pour garder le plus gratifiant, un train de vie des plus confortable.

  • D’accord à 99% avec tout cet article !
    Je serais curieux de débattre avec un tenant de cette « gauche progressiste » (qui n’a rien de progressiste) tant la contradiction entre leur discours et ce qu’ils pensent atteindre comme but est grande. Je serai sans doute traité de raciste car je refuserai de reconnaitre mon « privilège blanc »… Quand l’endoctrinement est profond, la réalité sombre… autant dans cette gauche radicale que chez certains anti-étatistes primaires.

    • Possible qu’ils hurlent et me traitent de nazis. Mais ils n’ont pas le monopole du délire haineux, loin de là. Des gens me traitent de communiste et de troll parce que j’ose dire que le privé n’est pas la solution à tout. Le débat nécessite l’honnêteté intellectuelle, chose pas si courante malheureusement.

      • Vous êtes un communiste et un troll. Communiste parce que vous confondez privé vs libre.
        Troll parce que vous parlez d’honnêteté intellectuelle au lieu d’avancer des arguments robuste.

        • C’est le hamster sorti de la route 😉

        • Moi communiste ? Lol. Vous êtes incapable de penser autrement que libéral / communiste, c’est tout.
          Je ne vois pas en quoi je confonds privé et libre, et vous non plus d’ailleurs, c’est juste votre endoctrinement qui parle. Etayez, expliquez, argumentez, prouvez ce que vous dites ! (Je sais, je parle dans le désert).
          Troll ? moi ? lol. J’argumente et je source au maximum, n’étant pas adoubé comme vous. N’importe qui ici peut mentir sans preuves tant que ça va dans le bon sens de la doctrine.

    • Quand ils acceptent de « débattre », ils ne font que répéter leurs âneries sans aucun rapport avec ce que vous venez de dire ou avec la question posée. Et ce, le plus longuement possible de sorte que votre temps de parole soit le plus bref possible.

  • Merci pour ce bel article et de rappeler que l’antidote au racisme (ou à l’antiracisme idéologique qui est de même nature) est la philosophie individualiste.

  • Il faut le répéter inlassablement, la France est l’un des pays au monde le moins raciste qui puisse existe. C’est au contraire le pays qui a théorisé et appliqué son universalisme comme rarement un autre pays a pu l’imaginer, heureuse combinaison d’héritage gréco-romain, de judéo-christianisme et de sa déclinaison laïque avec la DDHC (sorte de christianisme pour les nuls).

    En revanche, la (trop ?) forte immigration récente a importé dans le pays quelques racistes culturels ou congénitaux qui s’expriment bruyamment aujourd’hui, l’anti-racisme étant une forme perverse de racisme décomplexé. Une bonne claque dans la tronche des impudents, puis direction la sortie, et on n’en parlera plus. Comme d’habitude, il ne manque que la volonté politique d’apporter la bonne solution à ce faux problème, simple, rapide et efficace. C’est même désormais une nécessité pour protéger les immigrés honnêtes et travailleurs, qui ne demandent rien à personne sinon de se fondre dans la majorité silencieuse, et surtout pas de se faire instrumentaliser par les démagogues de tout bord.

  • On aimerait pouvoir dire « Tout ce qui est excessif est insignifiant » mais Talleyrand a tort, tort à son époque et tort nos jours . Les médias ne font la part belle qu’aux excessifs , la parole modérée et pacificatrice est ignorée, les médias mainstream aiment le sang et souffler sur les braises, ça les nourrit.

    • «Les médias ne font la part belle qu’aux excessifs»
      Ça fait de l’audience et des gros titres de la « presse » à scandales… en résumé ça fait du fric.

    • Cela veut dire que la raison est (devenue) d’un poids socialement négligeable à cause du pouvoir absolu de la presse qui préempte le cerveau reptilien.
      C’est un problème de dégénérescence entropique de l’opinion que même une presse libre aurait du mal à éviter.

  • Pas certain que le socialisme prenne. Chez les millennials jacassants dans les égouts – pardon Twitter – probablement, mais pas mal de données tendent à montrer que les générations nées après l’an 2000 sont plus conservatrices que socialistes. Enfin, ce n’est pas parcequ’on fait beaucoup de bruit, qu’on a toute la presse, les sondages et tous les réseaux sociaux aquis à sa cause que l’on gagne une élection.

    Aujourd’hui, dans des zones sinistrées par le socialisme comme la CHAZ / CHOP, beaucoup des 30000 personnes qui ont été envahies disent supporter le mouvement néo-marxiste mais 100% imbécile qui occupe les lieux…au même titre que les sondages téléphoniques anglais indiquaient que le labour de Corbyn était au coude à coude avec les conservateurs de Johnson…on a vu ce que ça a donné…une large victoire de Johnson.

    Ensuite, une simple analyse de tendance sur « black lives matters » montre que ce terme redevient tendance tous les deux ans…étonnament quand il y a une présidentielle ou les midterms aux USA…de là à dire que les journaux majoritairement pro-démocrate manipulent l’opinion depuis au moins l’an 2000, il n’y a qu’un pas…

    Après, dans ce que nous observons actuellement, il y a 4 choses:
    – des partis de droite conservatrice qui n’ont pas tellement bougé
    – des démocrates / socialistes qui sont devenus des partis d’ultra centre…à tel point qu’ils en ont totalement perdu le contrôle de leur franges extrêmes…comme dans l’Italie des années 20 ou les chemises brunes menées par le leader du principal journal socialiste italien ont réussi à prendre le pouvoir…nos chemises brunes modernes étant les antibidules…
    – des sociétés multinationales détentrices de l’essentiel des médias et des réseaux sociaux détenues par des gens qui ne sont jamais sortis de leur chambre d’étudiants et qui n’ont donc jamais brûlé le manifeste du parti de la pensée unique dès leur première feuille de paie…ou par des fils d’eugénistes notoires considérant que seule une élite a le droit de continuer à vivre librement
    – un système éducatif de très faible qualité, dirigé par des sotcialistes, produisant des individus incapables de penser par eux même ou d’avoir une quelconque forme d’esprit critique

    • Oui !
      Les « deplorables » sont invisibles, puisque pourchassés et censurés mais ils sont de plus en plus nombreux au fur et à mesure que le radicalisme totalitaire de gauche élargi la liste des hérétiques.

    • ben souvent après une revolutionnette, il y a une election…
      ils ne sont pas « le peuple »..c’est clair..

  • D’accord, mais le racisme est une opinion libre ni pire ni meilleure que la plupart des croyances ou des opinions sur les petits, les gros, les riches, les barbus, les religieux ou les joueurs de cornemuse.
    .
    L’abomination c’est quand quelqu’un exerce une violence en vertu d’une caractéristique ou quand l’état exerce une coercition ou une discrimination qu’elle soit négative ou positive d’ailleurs.
    .
    Au vu des données socio-économique et historique, je pense sincèrement que certaines cultures semblent condamnées à la médiocrité, mais étant libérale, je ne vais absolument pas réclamer des mesures spéciale à l’encontre ou en faveur de ces groupes.
    Juste exiger que le droit s’applique de manière égale à tous et éventuellement essayer de convaincre leurs membres qu’adopter le libéralisme peut les sortir de cette médiocrité.

  • Réchauffement anthropique, crise sanitaire, racialisme, féminisme extrémiste, théories foureuses qui nient les réalités anthropologiques… cela fait beaucoup d’impostures accompagnées d’une propagande médiatique massive…

  • quelques vérités libérales sur ces questions:

    – le racisme qui n’est pas associé au monopole de le la violence de l’état, est -devrait être- une opinion, plus ou moins idiote, mais une opinion, qui n’a le pouvoir de faire du tort qu’à celui qu’elle habite.

    – le colonialisme, entreprise étatique, donc largement néfaste, ne fut pas raciste. L’Europe aurait colonisé l’Afrique, même si celle-ci avait été peuplée de blancs, comme la Françe a colonisé l’Alsace ou l’Allemagne, la Pologne.
    – de même l’esclavage ne fut pas raciste. Il aurait existé si les populations africaines, toutes choses par ailleurs égales, avaient été blanches; il a d’ailleurs existé sous Staline avec des populations blanches. Faire perdre à une personne tous ses droits individuels, peu importe la couleur de cette personne, voilà l’esclavage.
    – les violences policières n’ont rien à voir avec le racisme. Elles sont à rejeter comme telles. Un policier blanc qui tue un noir n’est pas raciste, mais il est violent -ce qui est mal-.
    – un policier blanc qui tue un noir et qui affirme le faire pour cette seule raison, est violent ET raciste, ce qui est deux fois mal. Tous policier blanc qui tue un noir n’est donc pas nécessairement raciste.
    – dans le cas Floyd, il s’agit jusqu’à preuve du contraire, d’une occurence statistique. Si vous avez une ville de 50K habitants dont la moitié est blanche, vous aurez ce type de situation.
    – aux USA, sur 100.000 personnes blanches arrêtes par la police, le nombre de cas de violence policière est supérieur à celui rencontré chez 100.000 personnes noirs arrêtées par la police.

    – les états qui sont les seuls à pouvoir pratiquer le racisme, utilise ce concept pour diviser les populations, pratiquer l’ingéniérie sociale et créer des popultions dépendantes.

    etc.etc.

  • Les subventions publiques doivent coupées immédiatement a SOS Racisme dont le président nie le racisme d’une militante anti flics qui insulte un policier parce qu’il est noir et Flic. D Sopo voit les images écoute les insultes et nie que ce soit du racisme. Sopo est en liberté, le négationnisme n’est pas interdit en dehors de la Shoah.

  • bien mai on ne peut pas mettre sur le même plan, racisme, colonialisme et esclavagisme..

    • Le conolialisme, les français l’ont pratiqué et maintenant ils le subissent. Ce n’est qu’un invariant historique, les plus forts contrôlent les plus faibles qui peuvent d’ailleurs y gagner.

  • Bonjour, Machin.

    Rien n’est moins sur. Vous êtes un tantinet pessimiste.

    Les médias ne sont le reflet que de l’opinion de l’engeance qui les habite. Malgré tout le travail de lavage de cerveau et de sape de la société, les dernières élections aux USA nous ont prouvé qu’ils ne sont pas faiseurs de roi. Le peuple ayant encore le dernier mot.

    Il y a une dissonance totale entre ce que nous servent les médias et la réalité du terrain. Les USA ne sont pas si divisés qu’on veuille bien le dire, ni anti-Trump, ni anti-capitaliste.

    Je vous prédits que Trump sera réélu haut la main.

    Pour une simple raison. La gauche américaine n’a rien proposé pour améliorer la vie des Anméricains depuis 2016.

    Elle n’a rien appris de sa défaite et n’a pas fait son auto-critique. Mais pire que ça, n’ayant jamais digéré la victoire de Trump, elle s’est hystérisée au point où on en est aujourd’hui.

    Ça n’a été qu’une succession de procès médiatiques, politiques et judiciaires sans fondement à l’encontre de Trump.

    Pendant ce temps, Trump a obtenu de bons résultats économiques notamment dans l’Amérique profonde (chez les « déplorables ») et chez les minorités noires et hispaniques. Et en plus, il se sera sorti de toutes ces tentatives de pilonnage judiciaires indemne tandis que dans le camp démocrate beaucoup ont de quoi rester à l’ombre pendant un bout de temps.

    Par ailleurs, les jeune générations ne sont pas si anti-capitalisme que cela et en tout cas pas plus que leurs aînés (Medicare et Medicaid n’ont pas été créées par Millenial ou GenZ).

    Allez voir sur Youtube, il y a plein de Noirs, d’Hispaniques et de jeunes qui sont excédés d’un part de se faire insultés par tout ces mouvements Black Lives Matter et anti-racisme et qui sont excédés qu’on pourrisse leur pays de la sorte.

    Je vous le dis: 2020 annonce la mort du socialisme.

  • 2 réactions opposées
    https://www.businessbourse.com/2020/06/25/manif-des-sans-papiers-un-jour-vous-serez-a-genoux-devant-les-noirs/

    Black Lives Matter: Tout est résumé en moins d’une minute dans la vidéo d’une jeune Américaine
    https://www.businessbourse.com/2020/06/24/une-jeune-americaine-crie-son-ras-le-bol-autour-du-phenomene-black-lives-matter-pour-elle-ce-nest-que-du-bullshit/

    « Si je dis « toutes les vies comptent, je suis considérée comme une raciste…

    Si je parle de mon appartement, il faut que je m’en excuse…

    Je n’ai pas le droit d’aller à l’église mais je peux brûler des églises…
    Je n’ai pas le droit de monter ma propre entreprise mais je peux allez piller et détruire celles des autres…

    Si je porte un badge, et une arme à feu tout en étant habillée en bleu (Républicain), alors je suis une salope de raciste…

    Mais si je me ballade dans la ville en jetant des pierres pour tout saccager avec un masque, on me considère alors comme une manifestante pacifique…

    Je n’ai pas le droit de protester contre le confinement en restant tranquillement chez moi, mais en revanche, je peux tout saccager dans les rues de la ville où j’habite…

    Je ne peux pas aller faire un pique-nique avec ma famille dans un parc, mais je peux détruire entièrement le parc en question.

    Je n’ai pas le droit de protéger des monuments de l’histoire américaine, mais je peux aller les saccager…

    Je n’ai pas le droit d’avoir un avis sur les questions qui touchent au racisme parce que je suis blanche, mais si je n’ai pas d’avis, c’est justement la raison pour laquelle les gens sont oppressés.
    Je peux aller participer à une manifestation des BLM (Black Lives Matter), mais si je participe à un événement organisé par Trump, bizarrement des problèmes liés au Covid-19 surgissent…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On sait que le bilan sécuritaire d’Emmanuel Macron n’est pas sensationnel. C’est tellement vrai que lorsque le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin est confronté aux chiffres de ses propres services, il entre dans une transe médiatique haineuse qui brille par sa mauvaise foi. Mais les Français ne sont pas dupes : 62 % d’entre eux estiment que le gouvernement a failli en la matière et 78 % déclarent que les propositions des candidats sur le sujet seront « importantes » dans leur choix présidentiel.

Ô combien ils ont raison : sans la ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Christian Michel.

Ramenées à leur plus simple expression, toutes les philosophies politiques tranchent le même dilemme : soit la collectivité est suprême – tribale, religieuse, nationale – et puisque l’individu ne peut exister sans elle, il lui appartient, la collectivité peut exiger de lui tous les renoncements. Soit chaque personne humaine est la seule source de valeurs, la société n’étant que le champ où ces valeurs s’actualisent, et si sacrifice il y a, c’est seulement parce que des personnes ont décidé en leur âme et conscienc... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Les récentes émeutes en Martinique et en Guadeloupe ne sont hélas qu’une nouvelle expression d’un même malaise récurrent. L’histoire récente de ces territoires d’Outremer, départements français depuis 1946, ressemble à une longue litanie de mouvements sociaux.

Mis à part le contexte pandémique qui ajoute une dimension sanitaire à la crise actuelle, il semble que les périodes agitées se ressemblent considérablement. Elles se ressemblent quant aux éléments déclencheurs. Elles se ressemblent également quant à l’a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles