Le véritable antiracisme ne réduit pas l’individu à la couleur de sa peau

Il est temps de porter la contradiction aux militants pseudo-révolutionnaires qui instrumentalisent l’antiracisme pour vendre leur soupe idéologique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
racism source https://unsplash.com/photos/m6dyJvhKQss

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le véritable antiracisme ne réduit pas l’individu à la couleur de sa peau

Publié le 13 juin 2020
- A +

Par Benjamin Faucher.

La mort de l’américain George Floyd a suscité une vague d’indignation – légitime – et un soulèvement sans précédent contre le racisme. Ce genre de comportement profondément haïssable gangrène encore trop notre société et doit être combattu sans état d’âme.

Cependant, cet épisode voit la diffusion dans le débat public et sur les réseaux sociaux (même, de façon surprenante, les moins politisés comme Instagram) d’un discours racialiste issu de l’extrême gauche qui se révèle être dans ses fondements et dans ses effets totalement orthogonal à l’anti-racisme.

La couleur de peau comme seule référence

Le concept de « privilège blanc » connaît ainsi une notoriété particulière. Celui-ci défend l’idée que les personnes blanches disposeraient de privilèges car elles ne subiraient pas le racisme et ne sont pas renvoyées à leur couleur de peau comme pourraient l’être les personnes « racisées » (comprenez, non blanches). Cette vision est problématique pour plusieurs raisons.

D’abord elle opère un renversement complet des valeurs : faut-il le rappeler, ne pas subir de discrimination raciale est la norme qu’il faut atteindre pour tout le monde, et non un privilège que s’octroient quelques-uns au détriment des autres. Pourquoi les personnes qui ne subissent pas un préjudice devraient-elles se flageller sous prétexte que d’autres en sont victimes ?

Pire encore, cette rhétorique renvoie chacun à sa couleur de peau et divise la société entre victimes assignées et racistes en puissance. Dans cette vision collectiviste, chaque individu est sommé de s’identifier au groupe qu’il est supposé représenter, ce qui est précisément ce que combat l’anti-racisme.

Loin d’être théoriques, ces considérations ont conduit à des discours qui ont cherché à amalgamer le comportement détestable de certains policiers (qui doivent être condamnés avec force et absolument réprimés) à celui de l’ensemble des policiers et gendarmes, conduisant à des situations aussi lunaires qu’un policier noir se faisant traiter de « vendu » par des manifestants ou une syndicaliste policière d’« arabe de service ».

Voilà les conséquences d’un discours sans nuance : accuser toute une profession au nom des déviances d’une partie de celle-ci, foulant aux pieds ceux dont le comportement est irréprochable.

Les méchants et les gentils

De plus il est important de contextualiser ces violences. Le monde ne se divise pas entre méchants policiers et gentils opprimés. Les territoires perdus de la République existent, ces lieux où l’État de droit ne s’applique plus, où les pompiers eux-mêmes se font caillasser et insulter. La situation ne peut être qu’explosive et demande d’être analysée avec un peu de finesse.

Faut-il pour autant nier qu’il existe des violences policières et des comportements racistes de la part de certains individus ? Bien sûr que non. Du ménage doit probablement être fait parmi les effectifs de la police et la formation reconsidérée. D’autres solutions seront proposées.

Chaque acte raciste est profondément méprisable et doit être mis en lumière, dénoncé et réprimé. Cette action doit être menée pied-à-pied, chaque jour, par chacun, même si cela demande intellectuellement davantage d’effort qu’une pensée en silo qui s’attaque à un « système »  mal défini et crée des amalgames là ou elle est censée les combattre.

Une vision systémique du monde

« Système », voilà le cœur du problème, car les défenseurs de cette doctrine avancent que tout acte de racisme est la manifestation d’une violence systémique, issu d’une histoire coloniale auxquels les individus d’aujourd’hui ne pourraient s’arracher : Blancs et racisés ne seraient que les héritiers de leurs ancêtres esclavagistes et esclaves. Pourtant, faut-il le rappeler, aucun des Blancs ne vivant aujourd’hui n’a réduit en esclavage un de ses contemporains de couleur.

Cette tendance n’est pas orpheline mais est l’héritage d’une vision du monde qui a phosphoré dans les facultés d’abord américaines puis européennes depuis plusieurs années.

À l’intérieur de ces murs, certains professeurs et étudiants en sciences sociales ont abandonné la visée scientifique de leur discipline pour la transformer en une machine à produire une vision militante du monde, où la société est divisée entre dominés devant faire face à une violence systémique, et dominants incarnés par la figure de « l’homme blanc cis-hétérosexuel ».

En plus de nier les individualités, cette caricature refuse la complexité de la réalité : tous les actes racistes et homophobes ne sont pas uniquement l’apanage d’hommes blancs, pas plus que la traite négrière dans laquelle les empire européens mais aussi arabes et ottomans ont eu un rôle sordide à jouer.

Il est étonnant de voir à quel point ces théories ont diffusé rapidement dans la société. Nous assistons en fait en direct à l’application de la théorie du social change développée par Hayek, où une pensée universitaire et son vocabulaire se sont propagés dans les masses pour avoir finalement des effets concrets, qui eux, sont problématiques et digne de la célèbre fiction d’Orwell. Ainsi, de nombreuses personnes réclament que des noms de rue associés à des personnages liés à l’esclavage soient effacés.

L’Histoire revisitée

La lecture de l’Histoire est donc sommée de se faire à l’aune de valeurs morale quitte à commettre des anachronismes, et à confondre mémoire et approbation. Oui, Colbert a écrit le Code Noir, mais ceci n’était que l’expression d’une époque. Se souvenir, c’est justement pouvoir éviter qu’une telle horreur puisse à nouveau être incorporée dans nos texte de lois.

Il y a quelques jours, la réalisatrice de la série Friends a fondu en larmes devant les caméras en déclarant regretter le manque de diversité dans la série culte. Après l’Histoire, l’Art.

Pourtant c’est une erreur grave de sa part, puisqu’elle nie ainsi de facto la possibilité pour une personne noire de s’identifier aux personnages. Beaucoup ont sûrement eu des fous rires devant cette série sans jamais penser à leur couleur de peau mais l’intervention de la réalisatrice continue de les essentialiser en les ramenant de force à celle-ci.

Voilà pourquoi, entre le racisme de l’extrême droite et le racialisme de l’extrême gauche, il est temps de réhabiliter et de défendre une vision humaniste et individualiste qui refuse en toute circonstance de considérer les individus à l’aune de leur couleur de peau.

Voilà pourquoi il est temps de porter la contradiction a des étudiants et militants pseudo-révolutionnaires qui sont fiers d’écrire ACAB (All Cops Are Bastards) sur les murs des universités et d’instrumentaliser les revendications pour vendre leur soupe idéologique. Voilà pourquoi il est temps de rétablir la nuance sur des questions trop souvent caricaturées, afin d’amener des réponses concrètes ici et maintenant plutôt que des postures idéologiques.

Voir les commentaires (47)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (47)
  • Tout le monde a bien compris que cette malheureuse affaire aux usa, est instrumentalisée par les démocrates , pour faire campagne contre Trump!
    Saisie au vol par la « gauchitude » planétaire , la voila qui s’installe partout ou elle est sensé servir la gauche.. message reçu
    Les partis de gauche sont a la ramasse partout, personne n’en veut plus, chez nous le recyclage « en marche » , la coloration en vert, rien n’y fait!

    En France , La gauche vermoulue au pouvoir a du mal avec le maintien de l’ordre, c’est logique , elle utilise la justice pour lutter contre depuis des décennies…
    Tout ceci consolide le RN au plan électoral, çà va forcement basculer un jour

    • Un énième commentaire pour finir par faire la promotion du parti de Le Pen.
      Vous êtes fatiguant…

      • C’est vous qui me fatiguez , il y a des millions de personnes qui votent RN, le minimum c’est de l’admettre comme une donnée électorale assez stable.. que vous soyez dans le déni(pour des raisons qui sont facile a entrevoir) c’est un fait!
        mais je vous emm

        • Où voyez-vous que je n’admets pas que RN est l’un des plus grands partis de France ?
          Ce qui est fatiguant pour les lecteurs libéraux de Contrepoints, c’est de vous voir inlassablement nous faire ici, sur un site libéral, la promotion d’un parti anti libéral.

          • je ne fais la promotion de personne , je constate.

            • Dont acte. La seule bonne chose d’une arrivée au pouvoir du RN serait de voir un certain nombre d’associations douteuses s’étrangler de fureur devant la disparition de leurs subventions. C’est tentant …

          • Où avez vous vu les lecteurs de Contrepoint faire la promotion d’un parti anti-libéral?

      • « En même temps » CHDC a hélas raison. Toutefois je pense plutôt que cette instrumentalisation permet de consolider l’arrivée du RN au second tour pour que l’adversaire ait en face de lui un parti diabolisé, plus facile à vaincre. Mais un jour, ça ne marchera plus, et là…

      • Je ne crois pas qu’il s’agisse de faire la promotion du RN mais de fait toutes les négations de notre propre identité au profit d’une identité de remplacement favorisent les derniers résistants et les plus clairvoyants envisagent un vote différent même s’il présente des dangers !!! Et que cela vous fatigue ou pas n’y changera rien !!!!

  • Un rappel pour les chiffres :  » L a traite* négrière (..) à partir de l’Europe et des Amériques, (..) a conduit à la déportation d’environ 11 millions d’Africains en Amérique. (..) deux précédents : internes, destinées à satisfaire les besoins en main-d’oeuvre de l’Afrique noire précoloniale, (..) au moins 14 millions de personnes. Ensuite les traites « orientales », 17 millions de personnes auraient été déportées par les négriers* musulmans entre 650 et 1920.

    Au total, les traites orientales seraient donc à l’origine d’un peu plus de 40 % des 42 millions de personnes déportées par l’ensemble des traites négrières. » https://www.lhistoire.fr/la-traite-oubli%C3%A9e-des-n%C3%A9griers-musulmans-0

    • oui mais çà , çà n’intéresse pas la gauche voyons! c’est de l’anti capitalisme qu’il faut faire

    • Ces chiffres sont sans doute faux et d’ailleurs l’esclavage ne date pas de cette époque, les romains avaient leurs esclaves et sans doute qu’avant eux cela existait deja.et aujourd’hui cela continue, qu’est-ce que l’aide sociale si ce n’est subvenir aux besoins de ses esclaves ?

      • Il y a aussi les esclaves blancs capturés par les barbaresques… Alger s’est développée là dessus à l’origine.

    • Il y a donc eu la traite négrière vers l’Amérique organisée par les Européens et la traite négrière orientale organisée par les musulmans.
      La première a laissé une population d’origine africaine jouissant finalement des mêmes droits que la population d’origine européenne; la seconde n’a pas laissé de descendants pour la simple raison que les esclaves mâles étaient castrés. On appréciera la différence de traitement selon les civilisations concernées.

    • De toute façon, l’esclavage est une lamentable excuse. Les Juifs s’en sortaient parfaitement en Allemagne 10 ans après la Shoah pour ne citer qu’eux parmi les nombreux peuples qui se relèvent brillamment après chaque coup dur.
      Il serait temps que quelqu’un dise la vérité au peuple noir. Ils ne s’en sortent pas à cause de leur culture, à cause des pères absents, à cause de l’état-nounou américain et à cause des démocrates qui les poussent au racisme au désespoir et à la haine par pur électoralisme.
      Si on voulait être vraiment méchant, on pourrait même leur demander dans quelle partie du monde, ils sont, ou ont été, brillants, sauf comme « empire » esclavagiste éventuellement.
      Ironie suprême de cette sinistre mascarade, Rokhaya Diallo en temps que Peul a certainement infiniment plus de sang d’esclavagiste dans les veines que n’importe quel Européen.

      • Vous avez raison on oublie trop souvent de rappeler que sans la complicité d’un certain nombre d’africains la traite négrière aurait été un fiasco ; les premiers pourvoyeurs de main d’œuvre noire ont été les noirs eux mêmes réglant par leur participation des litiges ethniques ou des jalousies locales encore moins avouables !!!! C’étaient les collabos du moment sans lesquels il est difficile d’obtenir des résultats massifs !!!!

        • le trafic d’esclave en interne était une activité économique importante dans le Dahomey par exemple.
          Les blancs ne s’enfonçaient pas dans le continent africain, ils traitaient depuis la côte.

      • oui mais il faut bien dire que le fait que le crime d »esclavage a été lavé par la simple égalité a pourri le truc..sur le principe indemniser pour l’esclavage pourquoi pas..sur les modalités pratiques c’est strictement impossible..

        de façon générale tant qu’une majorité d’afro américains ne se rendra pas compte que lo position victimaire les plombe, on en sortira pas..

        les faits sont là, gros comme le nez au milieu de la figure..les afro américains sont DERRIERE des gens qui ont plus à priori de désavantages qu’eux..

    • Et ne pas oublier que la traite par les Européens vers les Amériques n’a pu se faire que parce que les Noirs d’Afrique étaient déjà réduits en esclavage par les musulmans. Si les Européens n’avaient pas trouvé d’esclaves noirs à acheter sur les marchés musulmans, ben ils n’en auraient pas déporté… CQFD.

      • ils n’avaient pas besoin des musulmans, comme dit plus haut l’esclavage existait à l’intérieur du continent africain comme moyen de régler les « problèmes tribaux ». Le fait est que les européens en ont profité (ils ne sont comme dit plus haut entrés dans les terres du continent africain que dans la 2e moitié du XIXe siècle, alors que le commerce triangulaire avait été aboli) et sont très loin d’être les seuls. Poursuivant en cela une tradition qui remontait aux plus anciens empires (il me semble qu’avant les Romains, les Egyptiens avaient aussi des esclaves numides)

    • dans les années 70 dans le Tchad à la frontière du Soudan, des militaires français ont intercepté une caravane d’esclaves.

      Par ailleurs, les musulmans ont également enlevé près d’un million de chrétiens sur les côtes d’Europe.
      C’est pour faire cesser cette menace que la France a fini par envahir Alger (les précédents bombardements depuis Louis XIV n’avaient pas suffi).

  • Le véritable antiracisme…… Il suffit de lui mettre un label de qualité et d’offrir des subventions.
    Mais, tout le monde sait que le racisme ne s’arrête pas à la couleur de peau, macron est raciste il n’aime pas les pauvres comme avant Hollande d’ailleurs, très socialiste cette histoire et l’usage que ces vrais racistes font de ces gens qu’ils détestent.

  • J’attends avec délectation la prochaine interdiction du solfège comme instrument de domination raciste et grossophobe.
    2 noires y valent une blanche et il faut 2 blanches pour faire une ronde…

    • certes mais dans le cadre d’une politique de discrimination positive en faveur des gros, injustement asservis par les maigres, la dernière partie a du bon !

  • Il serait peut-être intéressant de considérer le rôlle que peut jouer les différences actuelles de développement entre les différentes parties du monde….
    En effet, face à l' »occident », riche, développé, générateur de progrès scientifiques, de nobelisés, etc…que voyons nous en face ??
    Le moyen orient en panne de grandeur depuis des siècles et une Afrique qui sort difficilement de la préhistoire…
    Ajoutons à cela la colonisation (un crime contre l’humanité..mais bon, c’est le passé) et la manière dont noires et arabes ont été abaissés dans les faits et l’inconscient collectif et vous avez la recette du racisme qui sévit encore au sein de nos sociétés.
    La seule solution à mon sens, mais cela sera très long, que ces peuples s’élèvent en grandeur et trouvent une position comparable à la nôtre et alors, globalement, ils remonteront dans notre estime.
    Au lieu de cela, manipulés par des forces déviantes, ils sont dans un délire de persécution permanent et certains d’entre eux tournent « racailles » et ajoutent une couche à la mésestime que nous pouvons avoir d’eux.

    • Mais il me semble que l’Asie aussi a été colonisés. Pourquoi ces anciennes colonies s’en sortent-elles mieux que les anciennes colonies d’Afrique ? Peut-être que la manipulation des forces déviantes ne marchent que sur les populations friandes de pouvoir rester assises à la terrasse des bars ? Pour être considérée comme une victime, il faut le vouloir, et quand ça rapporte, c’est pas mal…

      • Bien d’accord avec vous, les cultures de l’Afrique sont différentes de celles de l’Asie.
        Par exemple, les arabes sont des peuples de « razzias », qui avaient l’habitude de se servir chez les autres….Notamment les noirs de Sahel.
        Mais chut…. politiquement peu correct.

      • En effet il faut voyager pour comprendre le monde ; allez donc à l’ile Maurice et vous serez surpris de constater que cette ile occupée ou colonisée par trois nations différentes gardent  » un bon souvenir  » de la France qui a cherché à développer le pays et par contre un mauvais souvenir des Anglais ou des Hollandais qui n’ont fait que piller les richesses du pays !!! Les historiens devraient remettre ces vérités en perspective !!!!

  • Pour compléter mon propos, en général on respecte spontanément tout individu proche de nous dès qu’on le fréquente quelque peu et par contre on peut mépriser fortement son groupe ethnique dans son ensemble, suite uax évolutions de l’histoire que j’évoque dans mon commentaire précédent.
    Exemple : on est très ami avec une famille de magrébins et on est exaspéré par les « racailles » d’origine arabes, à l’égard desquelles on peut ressentir du racisme.
    Le racisme est le fait de considérer de facto comme inférieur quelqu’un du simple fait de son appartenance ethnique.
    C’est simple et clair et je ne suis pas sûr qu’au regard de cette définition, il y ait beaucoup de « racistes »…
    A méditer.

  • Effectivement, parce que les pauvres qu’ils ont devant eux leur rappelle vertement les échecs de leur politique .

  • Je trouve déplorable que sous prétexte qu’il y a, comme dans toutes sociétés, des moutons noirs que l’on s’ingénie à nous faire passer tous pour des racistes alors que nous sommes un pays d’accueil et que nous nourrissons à prix d’or pour les contribuables ceux qui migrent chez nous.
    Par contre comme tout hôte nous avons le droit au minimum de souhaiter que notre pays et nos traditions soient respectés.
    Hors, après des dizaines de plans « villes » dont les investissements qui en résultent sont immédiatement salis ou saccagés, la prolifération des trafics illicites qui confinent des territoires en zone de non-droit, nos services publics qui sont invectivés voir agressés, et j’en passe car la liste serait trop longue, font qu’un ras le bol s’installe pour l’instant dans un silence contenu.
    Il se trouve que malheureusement nombre de ces désordres, ne nous cachons pas la face, sont bien souvent l’apanage de ce que l’on appelle de façon courtoise: la diversité. Souhaiter que l’ordre républicain retrouve sa place dans tous lieux ne notre nation ne découle d’aucun racisme endémique .
    La conséquence, « le peuple ayant besoin de repos » et sans faire la promotion de quelque Parti que en soit, est que si un « parti de l’ordre » offre ses services, le peuple par instinct ou par nécessité, se tournera vers lui d’un seul homme.
    C’est à mon avis le plus grand des dangers des anathèmes lancés par les gauchistes qui agissent sans voir que la balance risque de ne pas pencher de leur côté. Je ne le souhaite pas non plus et l’heure offre peut aussi venir de partis républicains toucher par la grâce du courage. Bossuet disait me semble-t-il : Dieu rit des hommes qui chérissent les causes dont ils déplorent les effets…

  • la violence policière est un sujet..je racisme un autre et dans le racisme, il faut distinguer celui des individus..et celui inscrit dans la loi..

    et ce qui compte c’est l’agression pas la motivation floyd était peut être un raciste aussi… chercher les motivations profondes d’un crime est une folie..

    le problème est profond aux usa, normalement la discrimination positive aurait du être combattue pied à pied par les antiracistes.. la vision raciale s’est imposée..

  • Voila un article mesuré mais qui oublie que nos politiques sont des lâches qui n’osent pas affronter la réalité et et laisse donc le champ libre à ces idéologues révolutionnaires !!!! De Villiers n’a pas été démenti en rappelant que deux des trois gendarmes ayant interpellé Traoré étaient eux mêmes noirs !!! Aucun responsable de l’exécutif n’a osé rappeler que quatre des frères Traoré ont eu maille à partir avec la justice et que la victime elle même avait fait de la prison !!!! On recommence les stupidités de Hollande à l’hôpital soutenant un voyou ; mais quand donc nos politiques vont-ils devenir adultes et tenir tête à toutes ces dérives ?????

  • Nos politiques sont des lâches,c’est clair,l’actualité nous remémore MF Garaud qui s’est égarée dans sa campagne de par son grand âge,cependant en son temps c’était un des rares vrais mecs qui en avait en politique .
    Ils ne sont pas 4 Traoré mais 17,1 géniteur 4 mères différents,vive la polygamie qui assèche les CAF avec nos cotisations et impôts !

  • Le mot « racisme » est employé à tors et à travers malheureusement et a été intégré comme tel par une population plus que sensibilisée qui a fini par se persuader au quotidien qu’elle était en but à des vexations beaucoup plus nombreuses que la réalité. De sensibilité à susceptibilité et à la réalité il y a une marge. Je me suis souvent retrouvée dans des services administratifs quelconque où un fonctionnaire, demandant à une personne colorée de faire la queue comme tout le monde ou de présenter sa carte de …ou …. etc, se faisait traiter de raciste. Or il n’y avait aucun racisme là dedans. Toute rebuffade, et il y en a, nous en subissons aussi, est désormais interprétée et surtout vécue comme raciste. D’où une accumulation ressentie, consolidée et récupérée politiquement. PS : nous avons également le même problème pour le sexisme etc

  • voilà ce que c’est de faire venir des gens qui ne veulent pas s’intégrer et font du racisme anti blanc..musulmans ,juif, malgaches j’en ai vu passer qui détestent profondément notre pays,nos institutions et notre mode de vie mais qui aiment toucher les allocs substantielles et profiter du système qu’ils haïssent…merci a tous nos faux jetons de politiques qui par pur but électoral ont laissé tout ça s’envenimer pour avoir le RN au second tour.

  • Par contre en Afrique et dans les pays musulmans de nos jours l’esclavage existe toujours et ne semble pas choquer nos gauchistes. Malek Chebel l’a évalué à 2 millions de personnes!

    • Ah oui, mais là, c’est « culturel »!
      C’est pas pareil, pas d’amalgame! Vous avez vraiment un mauvais esprit typique du suprémaciste blanc quinquagénaire occidental colonialiste (voire même climatosceptique!).
      🙂

    • C’est surtout que cet esclavage là ne peut pas être rattaché par un gros trait à Trump et lui pourrir sa campagne.

      Parce que le racisme existe depuis son élection. Sauf à haluciner, il y avait bien un noir à la tête du pays juste avant. Et là faut m’expliquer comment on peut parler de racisme systémique.

  • « Voilà pourquoi il est temps de porter la contradiction à des étudiants et militants pseudo-révolutionnaires qui sont fiers d’écrire ACAB (All Cops Are Bastards) sur les murs des universités et d’instrumentaliser les revendications pour vendre leur soupe idéologique. »
    Il serait peut-être temps que les révolutionnaires ouvrent des livres d’Histoire.
    Un monument rendant hommage aux premiers volontaires noirs de la Guerre de Sécession a été vandalisé pendant les manifestations « George Floyd ».
    A Londres, une statue d’Abraham Lincoln a aussi été vandalisée pendant les manifs contre le racisme.

    Le terme « racisme » suppose qu’il existerait des races. Or, à ma connaissance, il n’existe pas d’Homo Sapiens Africanus ni d’Homo Sapiens Europeanus. Il me semble, je peux avoir loupé un épisode, que l’espèce humaine est définie sous Homo Sapiens et rien d’autre (j’ai lu quelque part que le second terme Sapiens avait été retiré). Du coup, parler de suprématie raciale me paraît totalement inaproprié.

    « Voilà les conséquences d’un discours sans nuance : accuser toute une profession au nom des déviances d’une partie de celle-ci, foulant aux pieds ceux dont le comportement est irréprochable. »
    Soit : pratiquer l’amalgame pur et simple.
    Cette pratique est interdite dans un sens bien particulier.
    Je cite ce commentaire dont j’ai oublié de noter la provenance et l’auteur (sur une vidéo YT concernant les armes à feu) :
    « We are advised to NOT judge ALL Muslims by the actions of a few lunatics, but we are encouraged to judge ALL gun owners by the actions of a few lunatics. »
    Je trouve que ce commentaire, bien qu’il ait 2 ou 3 ans, est toujours aussi limpide même en changeant les destinataires.

    « La mort de l’américain George Floyd a suscité une vague d’indignation – légitime – »
    Légitime vraiment ? Plus légitime que la pour mort de David Dorn ?
    Plus légitime que la marche silencieuse après la mort de Justine Damond (australo-américaine de 40 ans abattue par un policer noir en 2017, après qu’elle avait appelé la police pour une suspicion de viol autour de chez elle, à Minneapolis.) ?
    Pour paraphraser The Officer Tatum (ex-policier) qui dit qu’un criminel ne peut finir que deux façons : soit en prison, soit tué. Si George Floyd n’avait pas été tué pendant son arrestation, il serait en prison.
    Je pense que Floyd a été tué à cause de sa propre bêtise, cette bêtise qui lui a fait vivre son style de vie malgré sa condition physique pas très optimale.
    Tatum répète aussi que les noirs sont surtout victimes des noirs.

    • Merci STF de rappeler ceci.

      « Je pense que Floyd a été tué à cause de sa propre bêtise, cette bêtise qui lui a fait vivre son style de vie malgré sa condition physique pas très optimale. »

      Je sais bien que l’époque est à ce que les médias mainstream jouent les « prosecutors » et laissent les spectateurs jouer les « judges » mais peut-on au moins par décence arrêter de parler de meutre et donc d’intention de tuer de la part du policier au moins jusqu’à ce qu’un jugement ait été rendu.

  • L’article est intéressant mais à mon sens un peu gâcher par les trois premières lignes d’introduction qui font le procès du policier.

    Il serait bien que les contributeurs respectent la présomption d’innocence: d’un, avant tout jugement en ayant décidé autrement, il convient de parler d’homicide involontaire et non pas de meurtre; de deux, de ne pas parler de meurtre raciste alors qu’il n’y a pas le début d’un commencement de preuve sauf à voir un noir et un blanc.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

Par Frédérique Berrod  et Birte Wassenberg. Un article de The Conversation

 

L’attaque de l’Ukraine par la Russie dans la nuit du 24 février 2022 a provoqué un séisme géopolitique mondial. Le Conseil de l’Europe n’en sort pas indemne : pour la première fois, il a expulsé l’un de ses États parties, la Russie, parce que la maison commune européenne ne peut pas comprendre en son sein un État attaquant sans raison l’intégrité territoriale de son voisin, qui plus est dans des conditions dramatiquement incompatibles avec la prote... Poursuivre la lecture

John Locke
3
Sauvegarder cet article

Un article publié en collaboration avec l'Aleps.

En dépit de certaines ressemblances formelles, comme la commune référence à l’état de nature et au contrat social, on imagine difficilement deux pensées aussi opposées que celles de Locke et de Hobbes. C’est qu’ils diffèrent fondamentalement sur leur conception de l’être humain.

Dans la tradition d’Aristote et Saint Thomas, John Locke (1632-1704) décrit un homme libre, rayonnant d’une dignité qu’il a en propre, et naturellement porté vers le respect des autres et la compréhension... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles