En vedette cet été : le homard breton

Il est bon que le président de l’Assemblée nationale fasse la promotion du homard breton, mais alors il faut aussi qu’il abandonne les forages en mer pour ses éoliennes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

En vedette cet été : le homard breton

Publié le 16 juillet 2019
- A +

Par Loïk Le Floch-Prigent.

Les mésaventures du ministre de l’Écologie du temps où il présidait l’Assemblée nationale, a mis en vedette à son insu un des trésors de la Bretagne, le homard ! Il faut dire que le ministre est breton et que le point positif est la mise en valeur devant le célèbre vin Château Yquem des précieux crustacés. Tout ceci est dérisoire, médiocre, les révélations comme les commentaires suivis par les éléments de défense de l’intéressé et de ses amis, on pourrait même dire que tout cela est plutôt minable.

Mais cette hypocrisie qui affiche une pureté irréprochable est un symptôme d’autre chose, la distance entre les propos engagés pour le climat et les milliards d’argent public dépensés pour faire l’inverse, la pureté est dangereuse pour les hommes et les femmes politiques, elle l’est encore plus lorsque l’on veut s’afficher plus écologiste que tous les autres… et c’est là que l’on retrouve notre homard avec ses compagnons, les tourteaux, les araignées de mer et les coquilles Saint-Jacques. Car ces grands défenseurs de la nature sont également ceux qui ne veulent pas entendre et qui éconduisent rageusement les artisans pêcheurs (de homards !) qui s’inquiètent de la multiplicité des forages en mer côtière pour installer les fameuses éoliennes en mer.

Des énergies renouvelables très chères

Le ministre était ainsi il y a quelques jours pour célébrer la fin des recours à Saint-Nazaire, pour annoncer le résultat de l’appel d’offres de Dunkerque et pour affirmer le maintien de la politique stupide qui dit remplacer les centrales nucléaires par des éoliennes, c’est-à-dire une énergie pilotable par une énergie intermittente ! On a le vertige quand on regarde les chiffres de ces engins ancrés dans le sol de nos côtes par des forages au-delà de 70 mètres, on parle de milliards d’euros et non plus d’un crustacé à 35 euros le kilo, on parle de raccordement à la charge de l’État (RTE), par champ, de 250 millions d’euros, on parle aussi de zones de pêche dévastées dès les premiers forages comme l’ont exprimé les pêcheurs de la baie de Saint-Brieuc dépendant en grande partie de la coquille Saint-Jacques et des autres crustacés quand la récolte est interdite. On limite les recours, on les regarde avec dédain, on les ignore, on refuse d’en parler, mais on espère bien que dans d’autres coins de la Bretagne les homards pourront se réfugier pour nourrir les appétits de ces messieurs.

Que l’attention des politiques et des médias se concentre sur les malheureux homards de l’Assemblée nationale alors que le problème posé par l’écologie politique et ses adeptes c’est de ne plus défendre la nature, la vie, mais de nourrir leurs fantasmes d’énergie « gratuite » issue du vent et du soleil est atterrant sur l’évolution de notre société, je ne voudrais pas dire de ses « élites » car ce mot est en train de perdre de sa signification.

Le problème de cohérence

Non, le scandale n’est pas le homard du président, c’est l’incohérence entre le mangeur de homard et celui qui prolonge à l’excès le programme absurde d’éoliennes en mer et de leurs centaines de forages sans examen des conséquences sur la faune et la flore marines. Les affreux pétroliers dont on dénigre systématiquement les pratiques au point de les clouer au pilori des futurs Jeux Olympiques par exemple, ces affreux ont inventé les forages horizontaux pour ne jamais heurter les rivages, leurs forages en mer sont calculés au cordeau et observés avec vigilance par des armées de contrôleurs, mais ici parce que l’on fait le « bien » on a tous les droits, celui de dépenser sans compter, celui de tuer faune et flore, celui ne pas entendre les contradicteurs… ce qui n’empêche pas comme on vient de le voir, de manger du homard breton, le meilleur évidemment, comme la coquille Saint-Jacques.

Il est temps de ne pas s’indigner pour des peccadilles, mais de bien comprendre que les incohérences actuelles nous amènent droit dans le mur :

— Elles conduisent au renchérissement de l’électricité

— Elles fragilisent notre environnement en particulier faune et flore marines

— Elles condamnent notre industrie qui n’est pas installée sur la fourniture des éoliennes (ni d’ailleurs des panneaux solaires, des batteries…), mais qui fournit les énergies concurrentes

Tout ceci participe à la destruction de notre environnement, à la chute de compétitivité de notre industrie, au maintien d’un chômage indécent…

Que l’on prenne la lutte contre les énergies fossiles, contre l’énergie nucléaire, contre le diesel, contre l’avion, la voiture thermique, tout va dans le sens d’un affaiblissement de notre pays au profit des autres pays qui cultivent le pragmatisme. L’industrie nucléaire sera dans le mix électrique du futur, les énergies fossiles fournissent une bonne part de l’énergie électrique mondiale et plus de 80 % de l’énergie des transports, on ne va pas avec quelques élucubrations d’illuminés modifier en dix ans, en vingt ans, en trente ans cet état de fait avec une population de plus de 7 milliards d’êtres humains. Le coût en serait faramineux et le temps, s’il en était ainsi décidé, serait long, très long. C’est donc autrement que l’Histoire va s’écrire, avec la science et la technique et des objectifs clairs.

Ce n’est pas en tuant les homards avec les forages des éoliennes en mer et en en offrant à ses invités que l’on va sauver la planète, ou plutôt les humains sur la planète, c’est en prenant conscience des incohérences de l’écologie politique et en revenant à la véritable écologie, celle de la vie, des rapports de vie, de la défense de la nature et non de la défense d’une idéologie.

Il restera de cette histoire qu’il est bon que le président de l’Assemblée nationale fasse la promotion du homard breton, mais alors il faut aussi qu’il abandonne les forages en mer pour ses éoliennes.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • comme dans tous les domaines quand c’est l’etat qui gère , çà finit en eau de boudin ou avec des dettes ou encore des corruptions..
    l »écologie n’échappe pas a la regle.
    La question reste pourquoi les ministres et presidents de nos institutions sont logés dans des palais avec un personnel pléthorique et des budgets de fonctionnement princiers?
    plus de 1000 personnes a la présidence de la republique, par exemple..
    La revolution a précipité la noblesse ,expédiée rapidement, pour permettre aux leaders de la republique de vivre comme elle, aux crochets du peuple dans le faste .Napoléon a suivi avec sa noblesse d’empire,et les républiques ont suivi; Ceci n’a jamais été remis en question. Par personne.

    Pourquoi payer un salaire conséquent a ces elus , volontaire pour le poste, alors qu’ils n’ont rien a payer eux meme?
    Pourquoi , les travaux de rénovation des palais de l’etat ne passent pas par les appels d’offres publics? mystère

    Bref , je ne crois pas que sortir ces personnages de l’apparat republicain singeant les fastes d’antan puissent priver la république de candidats a la fonction..Apres tout en Allemagne les elus vivent chez eux dans leur appartement
    en conséquence ceci devrait etre inscrit au programme des candidats sérieux.
    la premiere reforme de l’etat devrait etre celle là!

  • Excellent article. Vive le homard libre !

  • l’écologie punitive , ça rapporte ( 34 milliards d’euros pour l’ environnement ) ….l’autre zouave n’a pas pu s’empêcher de piocher dans la cagnotte pour se goinfrer sur le dos de la bête ….tout cet argent va être dépenser bêtement pour finalement nous appauvrir à tout les niveaux ; l’avenir de ce pays ne sera ni rose , ni vert ;

  • On a beau repeter que le vent et le soleil sont incapables de founir l’energie que nous avons besoin pour vivre aujourd’hui et demain ,ces elus ,surement pas moins intelligents que le francais moyen, s’obstinent..cela ne peut etre que de la corruption et surement plaidable devant les tribunaux…sauf si l’etat est lui meme corrompu et depuis longtemps…
    Tous les ministres en cause sont sans doute choisi pour leur incompetence et leur sens moral plus que douteux..sego duflot etc , exusez moi mais , ces gens ne sont pas clairs du tout

    • Oui, et les questions énergétiques et d’écologie ne sont qu’un aspect du problème.
      Rappelez-vous que c’est le même Fabius qui a fait accoucher la France de la COP21 et qui s’est félicité des bonnes actions d’al Nosra…

  • Chateau Yquem et Homard? un grand Alsace ou Bourgogne surement beaucoup mieux. Cet homme est un cuistre ou un parvenu.

    • En Alsace, nous avons ‘ 50 nuances de pinot Gris ‘…

      Hopplà !

      Mais bon, une petite infidélité avec un St Aubin ‘Murgers des dents de chien’ est toléré…

    • Ou bien de Rugy est un imbécile, ce qui n’étonnera personne car du vin doux avec du homard, c’est une ineptie, ou bien LLFP fait honte à sa terre d’origine si c ‘est lui a commis cette boulette.

  • Le « système » prend toutes les occasions pour empêcher tout débat sur les sujets cruciaux pour notre avenir, quitte à sacrifier un ministre…
    Ce qui compte, c’est de continuer à marcher… dans le mur.

  • Très bon article, plein de lucidité, bravo Monsieur.

  • Il serait temps de faire le total de toutes ces agapes nationales dites « Républicaines »au profit de tous les ces élus et d’en connaitre le montant exact afin de la ramener à un chiffre raisonnable. Je suis un contribuable fatigué de payer des impôts à cause de ces « Privilégiés ».

    • S’ils passaient leur temps en agapes au lieu de voter des textes imbéciles, on paierait bien moins, et on les secouerait bien plus (enfin, secoués, il le sont déjà pas mal) !

  • Rappelons que Mr LeFloch-Prigent avait été condamné à 5 ans de prison ferme et 375.000 Euros d’amende pour des affaires de corruption quand il était en fonction chez Elf. Nul doute qu’avec ses homards, Mr De Rugy lui paraisse un amateur.
    De même, il oublie que le pétrole conventionnel provient en grande partie de forages en mer, avec des installations qui perturbent également le milieu marin quand elles ne provoquent pas de marées noires…..

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

De palinodies en atermoiements, un pouvoir comme jamais incompétent et ce qu’il reste du flamboyant opérateur historique d’autrefois n’en finissent pas de se demander comment et avec quels moyens reproduire avec succès un plan Messmer à échelle réduite.

La vérité est que, sans un spectaculaire ressaisissement de notre politique électro-énergétique, la fin de l’histoire du Dassault de l’électricité française menace bel et bien d’avoir sonné. Amputée voilà 24 ans de son organe de pilotage industriel en charge des maîtrises d’œuvre et d’o... Poursuivre la lecture

Un argument fréquemment présenté par les producteurs d’énergies intermittentes, c’est qu’il y a toujours du vent ou du soleil quelque part en Europe.

Le site de l’Institut Fraunhofer « Energy charts » présente en temps réel la production de tous les pays d’Europe, et le cumul pour l’Europe et l’Angleterre. (par semaine, mois ou année). Tout un chacun peut donc vérifier ce qu’il en est. Un rapide examen de l’année 2023 permet d’identifier des périodes (assez nombreuses, et parfois de plusieurs semaines en été) où le dit « foisonnement »... Poursuivre la lecture

Dans ce second volume de sa série sur La religion écologiste, Christian Gérondeau interroge la validité des affirmations du GIEC, dont découlent le catastrophisme ambiant au sujet de l’avenir de notre planète, et la désespérance d’une partie de la jeunesse.

Il s’alarme en particulier des conséquences graves sur la vie des plus pauvres.

 

Le mensonge de Glasgow

Dans une première partie, Christian Gérondeau commence par revenir sur la conférence de Glasgow, dite COP 26, qui marque un tournant majeur dans ce cycle de ré... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles