Pour sauver la planète, essayons la liberté !

L’alternative libérale à la transition écologique : garantir les droits de propriété et la liberté sont plus écolos que vous ne le pensez.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour sauver la planète, essayons la liberté !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 décembre 2018
- A +

Par Max Falque. 

La démission de Nicolas Hulot aurait pu être l’occasion de s’interroger sur la pertinence et l’efficacité de nos politiques environnementales qui, d’un gouvernement à l’autre, coûtent de plus en plus cher, sont de moins en moins efficaces et menacent la liberté individuelle.

Le président Pompidou s’était exclamé un jour : « Arrêtez d’emmerder les Français ! ». Peut-être se méfiait-t-il de la bureaucratie future du ministère de l’Environnement qu’il venait de créer et de confier à l’excellent Robert Poujade entouré d’une petite équipe d’une dizaine de jeunes et brillants hauts fonctionnaires, dont le regretté Serge Antoine.

Or nous y sommes !

Aujourd’hui le véritable groupe de pression, c’est la formidable armée des 57 000 agents du ministère de la Transition écologique, auxquels il convient d’ajouter les agents de l’ADEME, des Agences de l’Eau, de l’Office National de la Chasse, de l’ONEME qui veillent sur la nature et, le cas échéant, sur les humains… surtout ceux des générations futures, comme si les responsables du début du XXème siècle s’étaient préoccupés de gérer nos problèmes… Ridicule et prétentieux !

Sauver la planète

En définitive on peut avancer que, sous la bannière « Sauver la planète », la France mobilise 100 000 personnes et consacre 50 milliards d’euros par an. Or, comme les résultats ne sont pas au rendez-vous, on augmente personnel et budget et on multiplie les réglementations dont les coûts cachés ne sont jamais évalués. Pour faire bonne mesure, signalons les multiples associations satellites émargeant largement aux budgets de la Nation et des collectivité locales, telles France Nature Environnement, WWF, LPO, Amis de la Terre, voire Greenpeace….

Il existe pourtant une autre voie : celle de l’écologie libérale fondée sur le respect des droits de propriété et le recours aux instruments économiques à savoir le marché : moins coûteuse, plus efficace et respectueuse de la liberté.

Le tout-réglementaire (ou Command and Control), l’hypercentralisation, la multiplication des contraintes, les subventions, la fiscalité… paralysent ou du moins entravent l’innovation qui est au cœur du progrès environnemental, économique et social depuis deux siècles.

Contrairement à la doxa médiatique, ce ne sont pas les Bouvard et Pécuchet et autres Rahbi qui nourriront les hommes. Ni les films catastrophe de Hulot, Arthus-Bertrand et autres Al Gore qui sauveront la planète.

La courbe de Kuznets

Rappelons qu’il existe une corrélation entre revenu individuel, état de droit (rule of law) et  qualité de  l’environnement, qu’illustre bien la courbe environnementale de Kuznets, le point d’inflexion se situant autour de 10 000 $. 1

Notre nouveau ministre de l’Environnement devrait donc avoir pour tâche d’examiner la pertinence et l’efficacité des dizaines de milliers de normes, lois et réglementations des Codes de l’agriculture, de l’urbanisme et de l’environnement.

Cela ne sera pas possible sans remettre en cause la doxa écolo à savoir :

  • Les droits de propriété et le marché sont les responsables de la crise écologique
  • Les ressources (environnementales et économiques) de la planète sont épuisées ou en voie d’épuisement et la pénurie et la famine sont imminentes
  • Seule la puissance publique peut résoudre les problèmes par la réglementation, la fiscalité, les subventions dans le cadre d’une planification centralisée
  • À la croissance et à l’amélioration du niveau de vie on doit imposer la décroissance, la frugalité
  • L’égalité sociale est une valeur supérieure à l’émergence des talents
  • L’homme est la principale nuisance de la Nature
  • La protection de la Nature est plus importante que celle des humains
  • La population mondiale doit diminuer, y compris par la contrainte
  • Les « choses » (arbres, montagnes animaux…) ont une valeur égale, voire supérieure, à celle de l’homme et sont des sujets de droit
  • Le réchauffement climatique est la source principale de tous les maux : migrations, criminalité, guerres, famines, épidémies….
  • Le progrès technologique ne fait que retarder la catastrophe inévitable
  • Les solutions ne peuvent être que globales et donc les nations doivent abandonner leur souveraineté au profit d’une organisation mondiale
  • Toutes les personnes qui s’opposent à la doctrine doivent être écartées du débat et le cas échéant sévèrement punies2

Remettre en cause ces approximations et contrevérités est difficile. Car, même si touché par la grâce, notre nouveau ministre changeait de logiciel intellectuel, il se heurterait à l’opposition des dévots, à savoir les groupes de pressions que sont les puissantes associations telles le WWF, Greenpeace, LPO, FNE, mais aussi les grandes entreprises qui, bien introduites au cœur de l’administration, préfèrent trop souvent les réglementations à la liberté dans le cadre du « capitalisme de connivence ». Quant aux médias, il renonceront difficilement à leurs fonds de commerce : le catastrophisme.

Et pourtant la tragique expérience des pays communistes et autres dictatures nous enseigne qu’à la suppression totale des droits de propriété correspondent la destruction de l’environnement, la pauvreté et l’oppression tant il est vrai que les droits de propriété privés sont la meilleure défense contre un monde orwellien dénoncé par avance par Tocqueville, Bastiat, Proudhon, Revel et récemment par Roger Scruton (2013) qui précise :

L’institution la plus efficace inventée par l’humanité contre ses oppresseurs est le droit de leur résister. C’est pourquoi on peut avancer que ce n’est pas le contrôle étatique mais les droits de propriété qui sont la vraie solution à la tragédie du libre accès  (Hardin  1968) qui n’est pas due aux défaillances du marché mais bien au contraire, à l’absence de marché.

Il serait pourtant grand temps d’expérimenter et d’engager un désarmement réglementaire et redonner à la puissance publique sa mission régalienne définie par la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen : garantir les droits de propriété et protéger la liberté.

Cet article a été publié une première fois en octobre 2018

  1. Avec plus de 7 000 $ par habitant, la Chine s’approche rapidement du point d’inflexion pour rejoindre les pays vertueux qui participent à la protection de l’environnement.
  2. Préconisation de l’ancien ministre Corinne Lepage (2015) : « Moi, je suis un grand défenseur de la liberté d’expression. Dès lors, s’il y a des gens qui ont envie d’être climatosceptiques, c’est leur affaire. Je pense quand même qu’à un moment donné du temps, il va falloir tenir un registre très précis de tous ceux qui se seront prononcés et qui auront agi dans un contexte climatosceptique, pour que, dans quelques années, ils portent la responsabilité au moins morale de ce qu’ils auront fait. »
Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • le lobby politico gauchiste écologique français ne trompe personne..
    On sait très bien que cette nouvelle religion dégage des postes juteux , des marchés a saisir et du fric a faire..
    Alors qu’on dépense 50 MILLARDS d’euros pour ces nouveaux évangiles , personne ne se pose la question de l’impact réel sur la planete..
    Admettons que demain en forte décroissance la France n’émette plus rien en matière du présupposé réchauffement climatique ( oui parce que pour l’instant les preuves scientifiques manquent cruellement sur le réel impact des activités humaines sur un phénomène sur lequel nous n’avons aucun recul)
    que représenterait l’effort français ? 1% des émissions globales planétaires..
    Ces gens nous conduisent a la ruine par idéologie? ne votez plus pour eux ça va s’arrêter.. tout simplement

    • J’aimerai bien trouver des candidats qui ne croient pas à la théorie du réchauffement climatique induit par l’augmentation du CO2 atmosphérique et qui soient de surcroît des vrais libéraux (défendant la libération du marché des business établis).

    • « Les droits de propriété et le marché sont les responsables de la crise écologique »
      Absolument vrai, le marché vise la rentabilité a court terme ce qui est incompatible avec une vision et action a long terme, qui elle passe par le politique.
      .
      « Les ressources (environnementales et économiques) de la planète sont épuisées ou en voie d’épuisement et la pénurie et la famine sont imminentes. »
      Exagération pour mieux caricaturer et rejeter la réalité de la finitude de toute chose….
      .
      « Seule la puissance publique peut résoudre les problèmes par la réglementation, la fiscalité, les subventions dans le cadre d’une planification centralisée. »
      Dit autrement seul le choix politique d’une vision a long terme ET éclairée permet de s’opposer a la cupidité individuelle court termiste et finalement délétère.
      .
      « À la croissance et à l’amélioration du niveau de vie on doit imposer la décroissance, la frugalité »
      Faux, paranoïa libérale… l’acroissance déjà sera bien.

      « L’égalité sociale est une valeur supérieure à l’émergence des talents »
      Rien a voir, aucun lien. Il est vrai que l’inégalité accroît le risque d’effondrement, base fragile et tout dégringole.
      .
      « L’homme est la principale nuisance de la Nature »
      C’est la quantité qui fait le poison. « Trop » de sauterelles et c’est un problème. « Des  » sauterelles ce n’est pas un problème, cela participe à la complexité du biotope.
      .
      « La protection de la Nature est plus importante que celle des humains. »
      Faux mais l’homme sans nature est mort. L’inverse n’est pas vrai.
      .
      « La population mondiale doit diminuer, y compris par la contrainte. »
      Ce serait plus simple en effet mais personne ne l’envisage à part les libéraux paranos.
      .
      Les « choses » (arbres, montagnes animaux…) ont une valeur égale, voire supérieure, à celle de l’homme et sont des sujets de droit. »
      N’importe quoi, paranoïa quand tu nous tiens….mais heureusment qu ele sconsciences de certains s’élève pour respecter le vivant en général.
      .
      « Le réchauffement climatique est la source principale de tous les maux : migrations, criminalité, guerres, famines, épidémies…. »
      Pas que, démographie, élévation du niveau de vie de certains dans un monde aux ressources limitées, INEGALITE fille du capitalisme bien sur aussi.
      .
      « Le progrès technologique ne fait que retarder la catastrophe inévitable. »
      Y du bon et du mauvais, c’est comme tout…. Mais il n’y a pas que du bon dans n’importe quel progrès technologique, qui bien souvent est du progrès pour le portefeuille de certains et de la manipulation mentale des foules de consommateurs décérébrés. Ex :iphone5,6,7,8,9,10…lol ou rien ne change.
      .
      « Les solutions ne peuvent être que globales et donc les nations doivent abandonner leur souveraineté au profit d’une organisation mondiale. »
      Pas forcement mais il est sur qu’au niveau individuel seul, c’est perdu d’avance.
      .
      « Toutes les personnes qui s’opposent à la doctrine doivent être écartées du débat et le cas échéant sévèrement punies »
      Toujours cette paranoïa libérale…lol
      Faut consulter les gars, vous n’êtes pas sérieux? si ?lol

  • je doute que
    La protection de la Nature est plus importante que celle des humains
    soit un point exprimé par les écologistes..

    la majeure partie des écologistes que je connais sont juste de simples hypocrites vivant en parfaite contradiction avec ce qu’ils prétendent essentiel à la sauvegarde de la planète, par ailleurs incapables de mesurer les conséquence environnementale des mesures dont ils défendent la mise en application..

    si tu ne chies pas ici pour ne pas salir tu vas sans doute chier ailleurs, c’est peut être préférable..
    il est très remarquablement que les petits guides verts du bon écolo proposent une série d’actions « bonne pour l’environnement  » ce qui fait que des tas d’imbéciles peuvent penser qu’ils sont de bons citoyen verts s..car ils refusent de compter leur actions néfastes pour l’environnement..
    quant à la courbe du kuznets, il faudrait pouvoir quantifier notre impact sur l’environnement or on ne peut faire qu’une liste de nos impacts.. les écolos l’ont bien compris d’ailleurs , il suffit de donner de la « valeur » à ceci plus qu’à cela pour pouvoir déclarer que c’est mauvais pour l’environnement. C’est en diabolisant le CO2 que les écolos ont pu enfin condamner les fossiles..

    • désolés pour les fautes..il est l’heure departir au boulot.

    • Cela reste dans le non-dit mais c’est bien là. Le dégoût de l’humain est sous-jacent dans la religion verdâtre. Il s’appuie aussi sur le fantasme post-apocalyptique diffusé dans l’imaginaire populaire par des idioties style walking dead.

      • pas un dégoût de tous les humains… ils se suicident rarement…et ça c’est pas joli joli..

        • Cioran qui a écrit » de l’inconvénient d’être né » est mort fort vieux …
          Juste le temps de méditer l’inconvénient .
          Les écolos vivent bourgeoisement l’enfer humain pour mieux en ressentir les effets néfastes . Quelle dévotion!

  • « Peut-être se méfiait-t-il de la bureaucratie future du ministère de l’Environnement qu’il venait de créer »
    J’en doute. La phrase a été prononcée en 1966 et le ministère de l’environnement en 1971…
    Et Pompidou, comme tous les autres avant lui et après lui, a bien vite oublié ce sympathique précepte dès qu’il est devenu grand chef à 5 plumes !

    • On crée des ministère selon l’air du temps . Des ministères de circonstance . Ca calme le badaud ,ça ne coute pas cher et vous savez pourquoi … Le courage politique a ses limites surtout en écoutant les dits conseillers politiques … Il faut créer d’emblée un ministère des gilets jaunes à bonnet rouge !

  • Tant qu’il y a aura des « Ecolos » de métier, des politiciens de l’écologie, des adeptes de l’écologitude, sectaires, incultes, abruti, …. (A compléter), Présent dans des gouvernements, La terre, mais surtout l’espèce humaine totalement hypertrophiée et incontrôlée, , a du soucis a se faire.

    • @ Esprit critique
      Non! On a rassemblé sous le terme « écologie », l’ensemble des sciences sur les milieux dans lesquels nous vivons.
      Il fut un temps où « l’écologie » a intéressé les gens à leur environnement et il suffit de se promener à la campagne et même dans des villes pour se rendre compte que cet aspect d’environnement commence bien à prendre une place dans nos vies par une amélioration de qualité de vie. (Sinon, il faut être aveugle ou pas du tout observateur)
      Maintenant que les écologistes deviennent politiciens avec un parti, c’est tout à fait différent: leur objectif environnemental est déjà absorbé par les citoyens (les enfants!), les entreprises et les pouvoirs locaux: pas besoin de parti ni d’élu!
      L’obsession monomaniaque n’a jamais fait une bonne politique!

      • Comme je l’ai écrit ici déjà , l’écologie est trop importante pour la laisser aux écologistes comme la  » question sociale » n’aurait jamais due être laissée au socialistes et autres communistes leurs double …

  • très bon article ; tout est dit ; il manque simplement dans les 100 000 personnes mobilisées en France pour sauver la planète
    – plein de personnel du CNRS
    -Isabelle Autissier pour sauvez les manchots
    – la colonie de chercheurs surveillant de l’Antarctique et assurant leur carrière future de vice président du GIEC
    – surtout celle des touristes qui fréquente de plus en plus ces parages
    -les entrepreneurs qui vous démarchent pour isoler des vieilles bâtisses qui seront détruites bien avant l’investissement
    – tous les lobbys de l’éolien et du solaire
    – les fonctionnaires d’acclima terra sous la direction de Hervé Le Treut qui font conférence après conférence et apéro pour pour empêcher la mer de monter , ce qu’elle fait depuis 20 000 ans
    – tous les médias qui ne sauraient plus quoi dire sans les aléas météo
    etc ………

  • L’Ecologie grand mot , les taxes à gogos alors que même eux sont des pollueurs qui ne se gênent pas dans leur mode vie …de tous les jours ..donneurs de lecons !!!

  • l’écologie est surtout une façon/méthode pour des parasites professionnels de prospérer incognito.

    • @breizh
      Tout à fait, et c’est grâce à cet incognito que les pompes à fric publiques, para-publiques, et associatives telles que celles citées dans l’article peuvent continuer de se faire financer par les contribuables qu’elles s’emploient à gruger.

  • « sauver la planete »
    Qu’est ce quon peut lire comme conneries même sur contrepoint ces temps-ci.

    • @ Gordon
      Si vous lisez l’article, vous verrez que son titre est plutôt une façon de tourner en dérision une expression ridicule de prétention dont les médias nous rebattent les oreilles.

      Mais, même pris au 1er degré, le titre fonctionne, car la liberté c’est pas si c.., elle peut faire des miracles.

      • Nous n’avons pas la même lecture et je ne vois pas vu l’émetteur, une espece d’association enviromentalo-liberal et vu ce qui est écrit, en quoi le « sauver la planete » serait du second degré.

        Reprendre les termes de la dialectique de l’écologisme est une défaite totale et immédiate. Il faut sauver la planete ? GAME OVER, les pastèques ont gagné.

      • Je rajouterai que Conttepoints se targue de ne recevoir aucune subvention. Ce setait pas mal également que Contrepoints n’utilise pas descontenus provenant de sources subventionnées comme c’est le cas ici.

        Je vous invite a aller voir les sources de financement de l’ICREI pour comprendre ce que je dis.

    • Moi je trouve ça petit , voir mesquin ; sauver le système solaire ça commence à avoir de « la gueule », sauver la galaxie , sauver l’univers …

  • Un article brillant d’une personne issue de la génération glorieuse qui a tout conquis, tout compris, tout reussi.

    On voit ou ça nous mène, et ça continue de donner des leçons.

    Place aux jeunes et aux idées jeunes.

  • moi j’attends avec gourmandise les élections européennes pour qu’un candidat EELV me tende un tract.. et je ne serais pas tout seul a me marrer , ils risquent d’avoir le meme succès que les témoins de Jéhovah.. arfff

    • bizarre que le Fanclub GAY n’ait pas réagit violemment à un article ou le patron parle du cout du nucléaire et de la baisse du cout du renouvelable !

      En présentant son programme pour l’énergie des dix années à venir, le gouvernement a laissé la part belle au nucléaire afin de développer le renouvelable, avec le souhait de maintenir un coût raisonnable de l’électricité pour le contribuable. Sauf que c’est en réalité le nucléaire qui va alourdir la facture.
      Bon je sais la source est merdique mais quand même lol :
      source : https://www.franceinter.fr/environnement/le-nucleaire-est-il-vraiment-l-energie-sans-co2-la-moins-chere

  •  » : « Arrêtez d’emmerder les Français ! ». Peut-être se méfiait-t-il de la bureaucratie future du ministère de l’Environnement qu’il venait de créer et de confier à l’excellent Robert Poujade entouré d’une petite équipe d’une dizaine de jeunes et brillants hauts fonctionnaires, dont le regretté Serge Antoine »
    L’auteur devrait relire les commentaires avant republication… Ca éviterait de ressortir une fake news qui confine à la réécriture de l’Histoire… Il a déjà été rappelé que cette phrase a été prononcée en 1966, 5 ans avant donc la création du ministère de l’environnement.

  • La Liberté de l’individu n’existe pas , votre liberté dépend des autres et qu’ils acceptent votre choix !!! tout le reste c’est du baratin !!
    Le vrai probléme, lorsqu’un individu fait une connerie , on ne punie pas l’individu mais l’ensemble c’est plus facile !! En France on ne résout rien , l’on contourne les problèmes pour laisser aux autres de les résoudre…suite des mauvais choix industrielle en 1983 contre l’avis de J.P. Chevènement ou l’on a voulu le capital nous voyons ou cela menne .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On ne parle plus guère d’Al Gore. Il s’est médiatiquement discrédité par son train de vie luxueux, son enrichissement via des sociétés liées fortement à l’affaire climatique et à ses démêlés publics et croustillants autour de son divorce. Il n’en reste pas moins qu’il est toujours actif et a construit une organisation impressionnante constituant une véritable structure de lobby mondialisée avec des méthodes sophistiquées de communication et d’infiltration des cercles influents.

Tout est transparent, il suffit de visiter les sites de l’... Poursuivre la lecture

Affiche sur laquelle est marqué : "there is no planet B"
3
Sauvegarder cet article

Le vandalisme se verdit pour paraître acceptable. Si les militants écologistes se sont longtemps vantés d’être non-violents, la multiplication des discours anxiogènes a conduit certaines personnes à radicaliser leurs moyens d’action.

 

Sabotez, il en restera toujours quelque chose...

En octobre 2020, le mouvement La Ronce appelait ainsi à multiplier les actions ciblées de sabotage à petite échelle telles que le débouchage de bouteilles dans les rayons de magasin, crever les pneus des SUV (véhicules utilitaires sport)… pour ... Poursuivre la lecture

photo de Jean-Marc Daniel
10
Sauvegarder cet article

Jean-Marc Daniel qualifie de « pagano-gauchistes » tous ces mouvements qui se disent écologistes et sont en réalité « sans nuances », ne faisant que promouvoir un vieil anti-capitalisme qu’ils tentent de recycler, les idées marxistes du XXe siècle ayant perdu de leur superbe à la suite de la chute de l’URSS.

Selon nombre d’entre eux, au capitalisme devrait être substitué une « société frugale et égalitaire reposant sur de multiples contraintes et sur la restriction des libertés et des possibilités de production ». Par exemple Naomi Kle... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles