Éoliennes, sauve-planète ou piège écologique ?

Les éoliennes pourraient avoir l’effet hautement pervers d’attirer les espèces, qu’elles déciment : rapaces, hirundinidae et chauves-souris.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
éoliennes grande faucheuse (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Éoliennes, sauve-planète ou piège écologique ?

Publié le 31 juillet 2013
- A +

Les éoliennes pourraient avoir l’effet hautement pervers d’attirer les espèces, qu’elles déciment : rapaces, hirundinidae et chauves-souris.

Un article du Conseil Mondial pour la Nature et de Save the Eagles International.

Le Conseil mondial pour la Nature (WCFN) et Save the Eagles International, les deux ONG conversationnistes qui accusent les politiques vertes de causer plus de mal que de bien, s’unissent à nouveau aujourd’hui pour émettre un avertissement : les éoliennes attirent les chauves-souris, ainsi que de nombreuses espèces d’oiseaux, à de nombreux kilomètres à la ronde. De ce fait, même les éoliennes « situées avec soin » vont les attirer et les tuer, annoncent-elles.

« Nous avons répertorié 11 espèces [de chauves-souris] … survolant l’océan à 14 km de la côte », a écrit il y a plusieurs années dans le Journal of Mammology une autorité européenne sur les chauves-souris, le professeur Ingemar Ahlén [1]. Étudiant la migration des chauves-souris en Mer Baltique, le professeur Ahlén avait constaté : « Les chauves-souris n’ont pas évité les éoliennes [offshore]. Au contraire, elles sont restées plus ou moins longtemps à chasser à proximité de ces machines à cause de l’abondance des insectes volants [note : deux sortes insectes, terrestres et d’origine marine précise le rapport]. La chasse à proximité des pales a été observée, pourtant le risque de collision n’est pas différent d’avec les éoliennes terrestres. Elles ont également utilisé les éoliennes pour se reposer. Des insectes ont été prélevés à des endroits et des moments où les chauves-souris ont été observées s’alimentant. » [2]. Il a alors découvert que certaines de ces chauves-souris n’étaient pas des migrants, mais faisaient la navette depuis la côte (voir la première citation ci-dessus).

Hirondelle de rivage

Il semble que les Hirundinidae (hirondelles, martinets etc.) soient aussi attirées par les éoliennes, ce qui est logique vu l’abondance des insectes volant autour d’elles : « Près d’un tiers des oiseaux [tués par les pales] étaient des hirondelles et des martinets, espèces qui comme les chauves-souris chassent les insectes volants, » a écrit le professeur Ahlén dans une étude sur les éoliennes terrestres [3]. Un article de Clive Hambler, maître de conférences en biologie et en sciences humaines à Hertford College, Université d’Oxford, vient d’être publié sur cette nouvelle et fatale attraction. Co-signé par WCFN, l’article met en garde contre les drains de population qui engloutissent chauves-souris, rapaces et hirundinidae (martinets, hirondelles, etc) : « Nous prédisons que l’héritage d’extinctions que nous laisseront les éoliennes va devenir une source de préoccupation croissante, à mesure que des « pièges écologiques » seront installés en grand nombre à travers la planète » [4].

Save the Eagles international (STEI) a longtemps soutenu que les rapaces étaient attirés par les éoliennes. L’ONG a récemment documenté cette affirmation par des photos [5], tandis que des études scientifiques en avaient déjà fourni la preuve [6 survolaient le plus fréquemment les crêtes et les sommets de collines aux pentes exposées au sud et au sud-ouest, qui correspondent  aux endroits les plus ventés dans la zone d’étude. Ils utilisaient ces zones relativement petites pour la plupart de leurs vols de chasse, tels que le vol sur place ou du genre cerf-volant. »

« … [Les rapaces] recherchent donc les mêmes caractéristiques topographiques que celles qui offrent des conditions idéales pour le placement des éoliennes. »

« Il peut y avoir d’autres facteurs qui attirent les rapaces près des éoliennes : …» (suit une liste de ces facteurs).]].

« Est-ce qu’autant de rapaces se feraient tuer dans le monde s’ils évitaient ou étaient déplacés par les éoliennes ? » [5] – « Bien sûr que non », répond le conservationniste Mark Duchamp, qui a fondé STEI : « de nombreux ornithologues qui font des études d’impact environnemental disent que les rapaces sont déplacés par les éoliennes, parce que s’ils disaient qu’ils sont tués par elles ils perdraient leur emploi ».

Il poursuit : « Croyez-vous que, si l’on a rapporté très peu de morts d’oiseaux et de chauves-souris au Royaume-Uni [et en France – NDT], c’est parce que dans ce pays, les éoliennes sont « situées avec soin » ? Ou bien pensez-vous que c’est parce qu’ils ne font pas ou ne publient pas d’études de suivi sur la mortalité éolienne ? – Nous avons dénoncé cette situation dans un article : « Éoliennes : omerta sur la mortalité des oiseaux au Royaume-Uni. » [7]

Compte tenu de ce qui précède, STEI et WCFN tirent la sonnette d’alarme. Étant donné qu’elles attirent et tuent les rapaces, chauves-souris et certains oiseaux insectivores, les éoliennes agissent comme des pièges écologiques. Par conséquent, elles sont susceptibles de condamner à disparaître des populations régionales (ou nationales) de bon nombre de ces espèces, et ont même le potentiel de provoquer des extinctions globales. Les premières espèces à disparaître pourraient être : l’Aigle Royal en Écosse, en Californie et dans d’autres régions, États ou pays ; l’Aigle de Tasmanie en Australie ; le Vautour Percnoptère en Espagne ; la Salangane des Seychelles ; le Bruant Cendré dans les îles grecques ; la Chauve-souris à Queue Gaine des Seychelles, et probablement d’autres espèces de chauves-souris dans diverses parties du monde.

—-
Notes :

  1. Comportement des chauves-souris scandinaves lors de la migration et l’alimentation en mer. Journal of Mammology, 90, 1318-1323 – Ahlén I. et al. (2009).
  2. Les chauves-souris et les éoliennes offshore étudiées dans le sud de la Scandinavie. Agence suédoise de protection de l’environnement. Rapport 5571. – Ahlen, I. et al. (2007).
  3. Les éoliennes et les chauves-souris – une étude pilote. Rapport à l’Association nationale suédoise de l’énergie. Ahlen, I. (2002).
  4. Hirondelles et martinets sont attirés par les éoliennes.
  5. Les rapaces sont attirés par les éoliennes.
  6. Smallwood et Thelander (2005) ont rapporté que les rapaces volent souvent à proximité des éoliennes, volant à moins de 50 mètres de ces machines entre sept et dix fois plus souvent que selon les calculs de probabilité. « [Les rapaces
  7. Cover-up au Royaume-Uni. Désolé pour la mauvaise qualité : le site STEI a été piraté. Depuis, STEI publie ses nouvelles informations ici.
Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • perdant un moment j’ai cru que l’auteur faisait de l’humour …et bien non , il est sérieux comme un pape !

  • Que des conneries…la preuve : http://www.contrepoints.org/?p=131989.
    Ce n’est pas étonnant de la part d’ONG « conversationnistes », c’est à dire spécialisées dans le blabla.

  • Bravo les enclumes, vous avez été très prompt pour ,comme d’habitude, pour venir délivrer le message officiel de la secte(on a évité l’habituel refrain sur la terrible hécatombe des volatiles sur nos vitres, mais cela va venir, soyons en certain)
    Et ce qui est troublant, c’est que ce sont les mêmes qui se gaussent quand un auteur aborde le sujet de « l’effondrement de la biodiversité »,mais qui tentent bien maladroitement de se servir de cet article pour tenter d’exonérer les hachoirs verts.

    des enclumes,

  • Effectivement, difficile de faire pire dans la sottise. Il y a belle lurette que les « hachoirs à oiseaux » ont disparu même de la bouche des plus anti-éoliens primaires, tant il est avéré que les oiseaux évitent les éoliennes. Rappelons à tous ces hurluberlus qu’un oiseau myope est un oiseau mort.

    • vous avez mille fois raison,

      encore une fois, une secte verte s’agite et fait ch.. le monde avec un non problème.Si on cherche bien, on va trouver qu’ils sont financés par BigOil, (vrai aussi que pratiquement toutes les sectes vertes sont financées peu ou prou par bigoil)
      Au contraire, les oiseaux aiment les éoliennes,.Par contre, ces piafs imbéciles se fracassent sur les lignes Ht,sont vraiement à la masse.

      Tiens je lisais l’autre jour que le président d’une société ornithologique anglaise était administrateur dans une firme éolienne,et on viendra encore dire que ces firmes ne se préoccupent pas des oiseaux.

      La mauvaise foi de la secte verte n’a pas son pareil…

      • Une chose est sûre, l’éolien industriel est bien un miroir aux alouettes pour attirer les collectivités locales et plumer les pigeons que sont les clients d’EDF et les distributeurs locaux d’électricité…

    • « oiseau myope est un oiseau mort »

      et donc?

      • Et donc clients pigeons sont tous myopes !

        • Non en fait les clients ne sont pas myopes mais on les aveugle avec des histoires de FEE, des histoires à dormir debout, on leur dit que l’éolien c’est trop bien, que le solaire c’est super , que tout va tourner à l’énergie gratuite mais on a oublié de leur dire que pour cela il fallait payer très cher, beaucoup plus cher que ce qu’ils avaient payé jusque là, et pendant ce temps ils voient les grosses entreprises partir à l’étranger, là où c’est deux fois moins cher …

  • D’un côté on a des « verts » qui veulent mettre des éoliennes partout, de l’autre côté on a des « verts » qui ne veulent pas de ces hachoirs à oiseaux… Alors on fait quoi?? je propose qu’on en reviennent au nucléaire…

  • Et les papillons cramés par les lampadaires des villes, personne n’en parle !

    A part ça c’est vraiment rigolo la mauvaise foi anti-écolo. Reprendre leur propagande anti-progrès mais à l’encontre des rares technologies qu’ils défendent c’est juste stérile.

  • les écolos vous diront qu’il suffit d’installer des repoussoirs sonores ou autres pour chasser les chauve-souris et autre oiseaux, ils préféreront dépenser sans compter plutôt que d’abandonner leurs lubbies.

  • Perso, je prend les éoliennes et je vous cède notre centrale nucléaire !!! Et si ni l’un ni l’autre ne satisfait, il faut arrêter la consommation d’électricité, parce que l’énergie hydraulique çà tue les poissons !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tétanisé par le spectre d’une catastrophe socio-économique sans précédent, le pouvoir panique.

Dans son courrier au PDG d’EDF daté de vendredi 4 novembre 2022, Agnès Pannier-Runacher lui demande « de tout mettre en œuvre pour dégager de nouvelles marges de manœuvre permettant de passer l’hiver », ce qui, selon elle, « passe par la maximisation de la production renouvelable de l’entreprise » et par un recours accru « de manière anticipée à une puissance des concessions hydroélectriques » jusqu’ici limitée par l’existence d’une redevance... Poursuivre la lecture

En 2018, le président Macron affirmait vouloir fermer 14 réacteurs nucléaires avant 2035.

En 2022, après avoir arrêté le projet de réacteur de quatrième génération Astrid en 2019 et fermé les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim début 2020, il déclare à présent vouloir maintenant prolonger tous les réacteurs existants, en construire 6 nouveaux, et lancer les études sur 8 autres (soit 14 en tout).

Le président dit-il tout et son contraire, navigue-t-il à vue, ou bien est-ce de la « haute politique » trop subtile pour le ci... Poursuivre la lecture

Il y a juste quelques mois, les renouvelables se targuaient de faire descendre le prix de l’électricité dans le négatif (c’est-à-dire que le producteur doit payer pour la vendre), assimilant cette situation à un futur eldorado des énergies intermittentes éoliennes et solaires.

 

On n'entend plus parler des renouvelables

Curieusement, on n’entend plus personne en parler !

Non seulement les dirigeants sont terrorisés d’avoir abandonné l’électricité fiable et pilotable au profit de l’aléatoire coûteux, mais qui plus est... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles