Un 1er mai Gilets jaunes-drapeaux rouges, sur fond de Venezuela

Clash cruel de l'actualité, ce 1er Mai : l'union Gilets Jaunes - Syndicats tend à rapprocher le régime français de celui d'un Venezuela insurrectionnel.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manif fonctionnaires Paris contre les ordonnances Macron By: Jeanne Menjoulet - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un 1er mai Gilets jaunes-drapeaux rouges, sur fond de Venezuela

Publié le 1 mai 2019
- A +

Par Charles Boyer.

À en croire ce que l’on peut trouver sur les réseaux sociaux, et qui est bien entendu toujours à prendre avec des pincettes, d’aucuns rêvent en ce 1er mai à une « convergence des luttes » consistant à insérer dans les traditionnelles manifestations de ce jour celles devenues habituelles (les samedis principalement) menées par le mouvement des Gilets jaunes depuis le 17 novembre 2018.

Initialement, celui-ci est apparu dans la continuité d’une révolte fiscale contre une surtaxation du diesel dont l’impact sur la vie quotidienne en milieu rural avait été sous-estimé par le gouvernement et qui a frappé une partie de la population déjà bien échaudée par la baisse de la limitation de vitesse sur les routes à 80 km/h. À présent, la nature des revendications des Gilets jaunes semble avoir fort changé depuis les premières manifestations.

Un mouvement rebelle qui s’est socialisé

Désormais, l’idée que « l’argent est quelque part et qu’il n’y a qu’à le prendre là où il se trouve » semble avoir pris le dessus. Elle vise les riches qui, dans cette logique, le seraient grâce aux manipulations illégitimes de l’oligarchie et grâce aux « 80 milliards de fraude fiscale » qu’il faut éliminer pour la récupérer.

En d’autres termes, il s’agirait de prendre aux riches pour donner aux pauvres, ce qui correspond à une politique renforcée de redistribution dans un contexte où elle est déjà très soutenue. Un autre mot pour désigner cette approche est l’égalitarisme, consistant fondamentalement à considérer toute inégalité de résultat entre les personnes comme une injustice demandant à être corrigée par la puissance publique.

Au même moment, loin de chez nous, il est un pays où le régime en place vit précisément de cette promesse depuis des décennies : le Venezuela chaviste. Et par une frappante coïncidence du calendrier, alors que les Gilets jaunes, des syndicats et des Black Blocs s’apprêtent peut-être (ce qui n’est pas à souhaiter) à se livrer à des violences et des actes de vandalisme chez nous, une situation insurrectionnelle explose au Venezuela depuis hier.

La redistribution, ennemie du peuple

Les politiques mises en place depuis longtemps par ce régime sous prétexte de prendre aux riches pour donner aux pauvres ont abouti à plonger une quantité énorme de personnes dans la pauvreté voire la misère. Elles ont faim, ne trouvent plus de quoi se nourrir, et pour espérer survivre n’ont donc plus d’autre issue que de faire chuter le régime en place. Comme celui-ci ne compte pas se retirer de lui-même, une grande partie du peuple ne voit pas d’autre solution que la violence.

Très cruellement, le gouvernement semble y répondre par une barbarie sans nom qui nous rappelle atrocement les scènes de terrorisme que nous avons connues à Nice le 14 juillet 2016. C’est insoutenable.

Ainsi, ce 1er mai 2019 pourrait nous livrer un spectacle d’une ironie sans nom : d’un côté, un peuple qui souffre mille maux aux mains d’un régime bâti sur la promesse du socialisme égalitariste intensément redistributif et de l’autre, dans notre propre pays, une convergence des luttes prête à saisir toute occasion de faire dégénérer en émeutes ses manifestations qui visent précisément à tenter de mettre en place un tel régime…

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  •  » viser les riches « …..lesquels vont finir par prendre leurs jambes à leur cou , parce que mine de rien , là , ça devient du harcèlement à leur encontre ….et ça ne donne pas envie de venir s’installer en France…..ou nous avons pourtant bien besoin de cette catégorie de la population ;

    • Nous, oui, mais les discoureurs de la télé n’en ont pas le moindre vote à espérer, et ceux dans la tête bien vidée par l’EN desquels ces discours résonnent, d’une certaine manière, non plus puisqu’ils ne font pas le lien entre leurs créations personnelles de richesses et leur éventuel bien-être, ils ne croient qu’en une « juste » distribution de l’existant par la puissance publique.

    • Bof ,les riches le deviennent quelquesoit l’envirronement politique , les faire fuire…c’est risible de penser cela ,c’est sans doute sous leur influence que cette rumeur circule ,ceux qui fuient sont les pas assez riches selon leur point de vue , bon debarras.

  • Chavez fut élu légalement, surtout parce que la situation du pays était désastreuse et très inégalitaire, ce qui l’a largement favorisé. La situation est encore pire aujourd’hui et c’était prévisible puisque Chavez étant révolutionnaire dans l’âme, il a vérouillé le pouvoir avec autoritarisme.
    En France nous n’en sommes pas là, et si l’extrême gauche est bruyante, les 4/5 des français la déteste. En revanche avec notre régime super centralisé, et la passivité de presque tout le monde à son égard, je n’ose imaginer les dégâts si un Mélanchon ou un autre dingo arrivait à se faufiler au pouvoir suprême par miracle.

  • claude henry de chasne
    1 mai 2019 at 11 h 42 min

    Patience on va y arriver au paradis venezuelien

  • Que le communisme vienne… car la France seule démontre année après année quelle y survit grâce à des ponctions extraordinaires 1.035 milliards de prélèvements sociaux qui ne sont pas payés par ceux qui réclament. C’est plutôt normal qu’ils soient amenés à penser qu’il y a plus à se mettre sous la dent. Aucun gouvernement n’a cherché à ce jour à donner les chiffres de qui paie quoi, alors que la révolution bolchevique vienne avec ses malheurs pour qu’ils sachent comme dans tout pays socialiste qu’il n’y a que pénuries et misère en partage.

  • Les deux M au pouvoir (Mélenchon président, Martinez au fiscal, à l’économie, à l’emploi et au social) et l’International au 1er mai et la soupe populaire tous les autres jours

  • La petite bête
    1 mai 2019 at 13 h 31 min

    A qui profite le désordre causé par l’extrême-gauche?

    • claude henry de chasne
      1 mai 2019 at 15 h 40 min

      Au RN

    • A la gauche , au socialisme tout simplement ,ils permettent de montrer que la gauche n’est pas aussi pire qu’elle pourrait etre ,d’ailleurs ils font semblant de s’attaquer aux socialistes qui eux memes sont forts complaisant devant leurs inactions.

  • Alors qu’en France… :

    « Les politiques mises en place depuis longtemps par ce régime sous prétexte de prendre aux pauvres pour donner aux riches ont abouti à plonger une quantité énorme de personnes dans la pauvreté voire la misère. Elles ont faim, ne trouvent plus de quoi se nourrir, et pour espérer survivre n’ont donc plus d’autre issue que de faire chuter le régime en place. Comme celui-ci ne compte pas se retirer de lui-même, une grande partie du peuple ne voit pas d’autre solution que la violence. »

    Et voilà pourquoi et comment, ici, on veut se débarrasser de Macron comme on veut au Venezuela se débarrasser de Maduro !

  • Esprit critique
    2 mai 2019 at 10 h 09 min

    Ainsi donc, Le premier Mai est plus calme au Venezuela qu’a Paris.
    Voila un bon indicateur du degré de pourritude en France.

  • Ne plaisantons pas avec Maduro (faux air avec MARTINEZ)
    J’ai lu un post disant que Chavez avait pris le pouvoir pour lutter contre la misère ambiante slogan éculé de l’ultra gauche
    Le résultat Est Maduro primate primaire dont les discours sont des mélanges de haine vengeresses et dé platitudes marxistes
    Le résultat vous le trouvez à Cuba après soixante ans de régime marxiste

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

S’il est bien une chose qui frappe l’opinion publique française avec la violence d’une charge de nitroglycérine, ce sont les révélations de privilèges dont jouiraient ceux qui nous dirigent. Ça ne manque jamais. Jean Castex pris en flagrant délit de masque dans la poche, Jean-Michel Blanquer surpris à Ibiza, Olivier Véran testé positif ou plus anciennement, les costumes sur mesure offerts à un ancien Premier ministre candidat à l’élection présidentielle.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais.

Dès qu’une personnalité... Poursuivre la lecture

Extrait de Philippe Nemo, Histoire des idées politiques aux Temps modernes et contemporains, PUF, 2002, p. 779-781.

Si l’on entend par socialisme une doctrine, ou une famille de doctrines, condamnant la propriété privée, prônant la mise en commun des biens, imposant des conduites normées qui restreignent la liberté individuelle, il est clair – et les premiers socialistes ont explicitement revendiqué cette parenté – que le socialisme peut et doit être rapproché des « communautés primitives » ayant précédé l’émergence de l’État et des so... Poursuivre la lecture

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles