Les Gilets jaunes ont-ils raté l’occasion de réformer la fiscalité ?

La révolte fiscale des Gilets jaunes aurait pu être l’occasion de remettre à plat notre système fiscal. Hélas, c’est raté, le mouvement s’est transformé en lutte anticapitaliste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Les Gilets jaunes by Patrice Calatayu(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Gilets jaunes ont-ils raté l’occasion de réformer la fiscalité ?

Publié le 28 avril 2019
- A +

Par Patrick de Casanove.

Chacun sait qu’une réforme profonde est nécessaire en France. Comme dans tout régime socialiste, pour les gouvernements, réformer se résume à réglementer, imposer et taxer. En pratique cela consiste à déplacer le fardeau de la spoliation légale sur d’autres épaules. Il y a des pseudo-gagnants et de vrais perdants.

Le politicien calcule ses actions en vue de sa réélection. Il doit faire en sorte que ceux qui croient gagner fassent partie de son camp et ainsi lui apportent leurs voix. Si ceux qui s’estiment perdants sont suffisamment motivés ou détiennent des emplois stratégiques même s’ils sont peu nombreux, ils peuvent bloquer ce qui les contrarie. C’est pourquoi beaucoup de tentatives présentées comme des réformes ont échoué, même avec une opposition minoritaire. C’est aussi pourquoi la France est présentée comme irréformable.

En ce qui concerne les Gilets jaunes, le gouvernement actuel a réussi l’exploit de fédérer les mécontentements, non pas sur une prétendue réforme comme c’était habituellement le cas, mais sur l’augmentation modeste d’une fiscalité déjà écrasante. Cette augmentation fut la goutte d’eau de trop.

Pour réussir son coup en matière de fiscalité, un gouvernement doit agir de manière indolore voire sournoise. Parce que le politicien n’agit pas pas sur le plan rationnel mais sur celui émotionnel, il doit aussi trouver un alibi positif et porteur. Sauver la planète était suffisamment gros pour que ça passe. Malheureusement pour lui, réglementer, imposer, taxer sans cesse pour un oui ou pour un non finit par devenir douloureux pour tous. L’alibi ne tient plus. Il n’y a plus que des mécontents. Alors les gens se révoltent.

« Un certain nombre de révoltes fiscales ont conduit à des mutations, à des changements dans l’organisation de l’économie. » Ce sont les propos liminaires de Jean-Marc Daniel à sa conférence sur les révoltes fiscales, devant le Cercle Frédéric Bastiat.

Nous l’avons évoqué, le mouvement des Gilets jaunes était bien au départ une révolte fiscale. Le moteur initial du mouvement fut le ras-le-bol fiscal dont l’augmentation de la taxe sur les carburants fut le détonateur.

Il est permis de supposer que si le mouvement était resté fidèle à ce moteur, l’issue en eût été différente. En particulier, il est probable qu’il aurait gardé l’immense soutien populaire qui fut le sien au départ. Ce soutien concernait toutes les classes sociales, ce qui est proprement extraordinaire en France et mérite d’être souligné car cela montre qu’un objectif simple et précis peut fédérer tous les Français ou presque à la condition que tous y gagnent. Ce large assentiment est indispensable pour aboutir à de véritables réformes. Mais que chacun gagne n’est pas dans la génétique socialiste !

Reprenons à la base : tous les impôts amputent le revenu des Français, ce sont toujours les individus qui paient. Quel que soit le prélèvement, impôt, taxe, charge, et quelle que soit son assiette, c’est toujours l’individu qui voit ses revenus amputés. Son pouvoir d’achat, c’est-à-dire sa liberté de choisir, est considérablement réduit. L’État ne peut donner aucun pouvoir d’achat ni créer aucune richesse. Il ne peut que confisquer les richesses produites par les individus, détruisant les incitations productives, entraînant misère et pénurie :

« En effet, l’État, ne l’oublions jamais, n’a pas de ressources qui lui soient propres. Il n’a rien, il ne possède rien qu’il ne le prenne aux travailleurs. » (Bastiat, Propriété et loi – 1848)

Nous arrivons logiquement à la première action nécessaire pour que tout le monde gagne. Puisque l’État prend beaucoup et à chacun, qu’il rende les sous ! Qu’il rende aux Français les moyens de prendre leurs responsabilités et de choisir à chaque étape de leur vie.

Pour y parvenir, il faut laisser à chacun la disposition de l’intégralité de ses revenus : le salaire complet pour les salariés, le chiffre d’affaires diminué des frais nécessaires au fonctionnement de l’entreprise pour les non-salariés et l’intégralité des pensions pour les pensionnés. Cela passe par un seul impôt faible et proportionnel payé par chacun, sans seuil, sans niche, sans exonération. Un système parfaitement transparent à la place du système obscur actuel et de ses plus de 360 prélèvements1.

La révolte fiscale des Gilets jaunes aurait pu être l’occasion de remette à plat notre système fiscal. Hélas, leur révolte se termine comme une nouvelle occasion ratée de remettre le pays sur la voie de la prospérité.

Leur révolte ne conduira pas à des changements dans l’organisation de l’économie. Le mouvement s’est mué en cacophonie anticapitaliste pour le plus grand bonheur de l’État. Le Grand débat a noyé le tout. Il donnera l’alibi au pouvoir en place pour une fois de plus ne faire que quelques modifications paramétriques qui accroîtront son champ d’action.

Comme d’habitude le service après-vente politico-médiatique sera performant. Comme d’habitude la France poursuivra son bonhomme de chemin sur la route de la servitude. Vers l’abîme. Une fois de plus les joueurs de flûte auront endormi les masses épuisées. Cependant les causes de leur révolte perdurent. Nul ne sait ce qui se passera à leur réveil.

  1. « Quand une nation est écrasée de taxes, rien n’est plus difficile et je pourrais dire impossible que de les répartir également. Les statisticiens et les financiers n’y aspirent plus. Il y a cependant une chose plus impossible encore, c’est de les rejeter sur les riches. L’État ne peut avoir beaucoup d’argent qu’en épuisant tout le monde et les masses surtout. Mais dans le régime si simple, auquel je consacre cet inutile plaidoyer, régime qui ne réclame que quelques dizaines de millions, rien n’est plus aisé qu’une répartition équitable. Une contribution unique, proportionnelle à la propriété réalisée, prélevée en famille et sans frais au sein des conseils municipaux, y suffit. Plus de cette fiscalité tenace, de cette bureaucratie dévorante, qui sont la mousse et la vermine du corps social; plus de ces contributions indirectes, de cet argent arraché par force et par ruse, de ces pièges fiscaux tendus sur toutes les voies du travail, de ces entraves qui nous font plus de mal encore par les libertés qu’elles nous ôtent que par les ressources dont elles nous privent. » (Justice et fraternité – 1848).
Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • C’est l’Etat (aidé de ses copains bien arrosés, à savoir médias, syndicats, partis politiques) qui a transformé ce mouvement en anticapitaliste.

    Les pouvoir publics n’ont pas envie d’écouter, juste contraindre plus ou moins violemment pour conserver son pouvoir.

    L’Etat n’a aucune envie de se réformer (sinon, il l’aurait déjà fait) et donc verrouille la cocotte minute : elle finira donc pas exploser…

  • Si L’ÉTAT réforme la fiscalité , c’est aussi réformé leurs privilèges ex: retraite . vous connaissez vous des gens qui pour 1 seul mandat de 5 ans à la retraite percoivent 1500
    euros par mois !! Revoir les niches fiscale dans son ensemble ? Vous rêver !! .

  • Vous aimez Bastiat :
    « Je vous donne avis que mon ministère est supprimé. La République supprime en même temps toutes les entraves dans lesquelles mes prédécesseurs vous ont enlacés, et tous les impôts qu’il faut bien faire payer au peuple pour mettre ces entraves en action. Je vous prie de me pardonner le tort que je vous ai fait. » Frédéric Bastiat

  • Lorsqu’un citoyen est volé, un homme est privé du fruit de son industrie. Lorsque le gouvernement est volé, la pire des choses qui puisse se produire est qu’un groupe d’arnaqueurs ait moins d’argent à dépenser. H.L. Mencken

  • L’État ment dans toutes les langues du bien et du mal, dans tout ce qu’il dit, il ment, et tout ce qu’il a, il l’a volé – Friedrich NIETZSCHE

  • « Un homme a le droit de travailler comme il veut, de dépenser ce qu’il gagne, de posséder sa propriété, d’avoir l’État pour serviteur et non pour maître. Ce sont là les héritages britanniques. Ils sont l’essentiel d’une économie libre et de cette liberté dépendent toutes les autres. » Margaret Thatcher

  • « Le langage politique est conçu pour rendre le mensonge vraisemblable, le meurtre respectable et pour donner une apparence de solidité au vent. » – George Orwell

  • L’accordéon en politique c’est l’instrument de l’alternance par excellence, quand vous appuyer à droite ça souffle à gauche, quand vous appuyer à gauche ça siffle à droite et à l’intérieur c’est du vent » Raymond Devos

  • « Nous pouvons refuser la réalité, mais nous ne pouvons en refuser les conséquences » – Ayn Rand

  • Passez un bon dimanche

  • Une flat tax avec un salaire complet…ça serait parfait.
    Mais malheureusement, je pense qu’il nous faudrait aussi une transition. Car elle semble nécessaire notamment pour ne pas ruiner les retraités, les chômeurs et les malades.

    Mais le chômage ne baissera pas sans une simplification massive du code du travail en plus de la fiscalité.

    • Une flat tax avec un salaire complet implique une diminution drastique des services de l’Etat et donc un grand nombre de fonctionnaires qui perdent subitement leur emploi.
      Aucun politique n’aura jamais ce courage. Il faudra attendre une révolution dure ou 3-4 mois de salaires non payés à la police et l’armée.

    • La transition aurait un effet pédagogique majeur et essentiel, qui justifierait le nouveau système bien mieux que son instauration ex nihilo.

  • La cacophonie anticapitaliste pour étouffer la révolte fiscale n’est pas un hasard. Tout gouvernelent, pour durer, doit pouvoir s’appuyer – ou ne pas être trop contesté – par la classe moyenne et surtout, moyenne supérieure. Activer la peur des « Rouges » est l’idéal.

    • Marrant, j’aurais dit +- le contraire: Remplacez « peur des rouges » par « peur des méchants riches » et je suis d’accord avec vous. Tout gouvernement s’appuie avant tout sur le ventre mou des assistés, fonctionnaires, capitalistes de connivence et autres récipiendaires des largesses de Léviathan. Les classes moyennes ont perdu le pouvoir depuis longtemps.
      On est en tout cas a minima d’accord que diviser reste utile à qui veut régner.

      • Il me semble que la classe moyenne qui n’a pas encore trop de difficultés a peur de la chienlit…
        D’où l’instrumentalisation de la violence (tolérée? Provoquée?)

  •  » Seht die schwachen Fürsten, welche Gütigkeit und Großmut blicken lassen, können sie solche wohl anders ausüben, als mit großer Ungerechtigkeit gegen andere, weil diese in nichts anderem die Großmut setzen als in der Austeilung eines Raubes, den man anderen entwendet hat.  »
    Immanuel Kant (1724 – 1804)

    Voyez ces princes faibles, qui font preuve de gentillesse et de générosité, ils ne peuvent le faire autrement qu’en commettant une grande injustice contre autrui, car ils ne sont magnanimes qu’en redistribuant les fruits d’un vol commis aux dépens d’autres.

  • finalement , quand on regarde bien , les politiques , sans nous , sans notre argent , ils ne sont rien ; absolument rien ; sans eux , on s’en sortirai haut la main …..du moins , ceux qui veulent travailler bien sur ….

  • En URSS, les lopins de terres représentaient 3 % des surfaces cultivées et assuraient 30 % des récoltes. Et il ne se trouva jamais personne pour remettre en cause les 97 % de terres aux mains de l’Etat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une majeure partie, soit 80 % des impôts que nous payons s’inscrivent dans une logique gagnant-perdant, voire perdant-perdant. Les échanges gagnant-gagnant augmentent la prospérité d’une société. Les échanges gagnant-perdant la laissent inchangée. Les échanges perdant-perdant appauvrissent tout le monde.

Voici des exemples concrets de ces catégories.

Gagnant-gagnant : vous achetez votre pain chez le boulanger parce qu'il fait du meilleur pain que vous ou bien que vous y passeriez trop de temps si vous deviez le confectionner vou... Poursuivre la lecture

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles