Dépenses publiques : l’art de faire payer les autres

Le principe de la défausse est un des grands classiques des approches d’État pour couper les dépenses : il les transfère simplement à d’autres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bruno Le Maire 2011 by UMP Photos(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dépenses publiques : l’art de faire payer les autres

Publié le 16 septembre 2018
- A +

Par François Lainée.

L’été aurait pu être meurtrier pour les entreprises invitées de gré ou de force à prendre en charge les dépenses d’assurance maladie que l’État ne voulait plus assurer. Coup évité, ou partie remise. Le sujet sera finalement discuté. Mais le principe de la défausse qui inspirait cette mesure, et surtout cette approche, est l’un des grands classiques des approches de l’État pour couper les dépenses, en les transférant simplement à d’autres. Rien à faire, en politique, l’esprit est faible, plus encore que la chair. Et seuls les citoyens, peut-être, possèdent le remède.

Maitrise des dépenses maladie : tentative de passage en force

Petit coup en douce au creux de l’été : alors que les Français, même les premiers de cordée, même les députés, même le Président, profitaient des vacances, des penseurs de Bercy et du gouvernement ont laissé sourdre un projet, génial, pour les finances de l’État : prochainement les indemnités maladie des employés seront à la charge… des employeurs !

Soyons honnête, il l’avait dit : c’est « dingue » le pognon qui part en dépenses sociales. Allez, avec cette idée, venue du laboratoire de Shadocks que M. Macron a dirigé avant de s’installer à l’Élysée, c’est un petit milliard économisé.

Enfin, « économisé », c’est un grand mot. Une économie pour les comptes de l’État, mais pas une réduction de coût, une vraie. En fait, c’est du pur mistigri. Plutôt que de traiter les problèmes de fond soi-même, on pratique habilement une passe latérale et, en un mot, on se défausse.

Franchement, cette approche finalement (temporairement ?) abandonnée face à la contre poussée des patrons et des syndicats, ne sonnait pas Nouveau Monde. C’est vieux comme Hérode, de gauche, de droite, et de partout. Il est vrai que tout cela s’est passé sous la conduite d’un survivant de cet univers disparu, le néo converti Bruno Le Maire.

La défausse : une porte de sortie toujours ouverte

À sa décharge (?), il faut reconnaître que cette manipulation n’était pas la première du nouveau pouvoir dans sa recherche d’air financier. Souvenez-vous :

1°) Réduction des APL : un coup dans les tibias des OPHLM.

Cette mesure, une baisse de 5 euros par mois du montant des APL (distribué à 6,5 millions de foyers), a été l’un des premiers couacs du nouveau gouvernement. Mise en œuvre dès l’été 2017, visant une « économie » annuelle de plusieurs centaines de millions d’euros (400 millions d’euros au titre de cette baisse des APL, mais largement accrue par la baisse ciblée des loyers HLM), elle a donné lieu à un concert de déclarations politiciennes, avant qu’apparaisse une idée force : oui, on baisse les aides mais les bailleurs de HLM sont invités (par la loi, une invitation qui ne se refuse pas) à baisser les loyers du même montant  ; donc ce sera neutre pour les bénéficiaires de l’aide.

En fait tout cela est devenu, comme toujours, totalement illisible pour madame Michu, enfumée dans l’usine à gaz conçue par les énarques de Bercy. Imaginez : on prévoit une baisse du loyer, dépendante de la zone d’habitation et de la situation de famille, qui s’applique sous condition de revenus, et dont 98% est déduite des APL. Dans cette opération, ce sont les organismes de HLM qui sont les victimes de la défausse.

Certes, ils sont vraisemblablement trop nombreux et souvent critiqués. Certes, ils sont hors la loi depuis des années, en continuant d’héberger des bénéficiaires ne répondant plus aux critères, et devraient soit acheter leur logement soit le quitter. Certes, le coup de pied de la réforme Elan dans cette ronronnante fourmilière devrait pouvoir corriger certains de ces défauts, mais la manière n’y est pas, à tordre le bras de victimes sans défense pour assumer les choix de l’État à sa place.

2°) Taxe d’habitation : raffut sur les communes.

Demain on la supprime, promesse du nouveau monde. Et voilà les communes averties qu’une part importante (18%) de leurs revenus se trouve ainsi à risque. Supprimer, bien sûr, c’est une blague. Les communes ne peuvent pas vivre du jour au lendemain avec cette amputation.

Alors l’argent va venir d’ailleurs, et in fine toujours des poches des citoyens, mais peut-être pas tout à fait les mêmes, ni avec la même répartition. Au-delà de la promesse électorale qui pouvait faire rêver, pourquoi cette idée folle ? En un mot : la prise de contrôle des budgets des communes.

Entre la dotation globale de fonctionnement (15% des revenus des communes en baisse ces dernières années) et la taxe d’habitation, destinée à être maintenant distribuée par l’État, sur la base des derniers montants, et sans doute avec de très faibles revalorisations futures, l’État a les manettes pour décider à lui seul des marges de manœuvres futures des communes. Il pourrait ainsi les contraindre à faire des économies, ce qui ne serait pas un mal en général, et par là même réduire les dépenses de manière autoritaire, en asphyxiant au besoin la dépense publique totale du pays.

Mais les mécanismes de distribution et péréquation centraux sont rarement intelligents. Et les meilleurs gestionnaires, notamment ceux qui imposaient peu leurs citoyens, risquent de se trouver empêchés de manœuvre dans le futur, alors que les dépensiers vont être pérennisés dans leurs habitudes. Prendre la main sur le portefeuille des autres ne devrait être autorisé qu’aux vertueux ayant fait leurs preuves ; on ne peut pas dire que l’État soit un exemple en la matière.

3°) Prélèvement à la source : coup de pression pour entreprises et duperie des citoyens.

Cette mesure, finalement et hélas confirmée, est en fait une agression contre le peuple, et un vol aux entreprises. Dans la communication officielle, elle permet au contribuable de ne plus avoir de mauvaises surprises liées au décalage de trésorerie entre le salaire de l’année N et les impôts de l’année N+1. Et les entreprises, qui certes vont devoir faire du travail supplémentaire, ont d’une part bénéficié de réductions de charges, et ne verront pas un surplus de travail trop important, puisqu’elles déclarent déjà mensuellement les salaires individuels et nominatifs. Merci gentils Bisounours, voici une autre lecture de l’opération, un peu moins conte de fées :

  • Les entreprises font effectivement déjà ces déclarations mensuelles, mais c’est assez récent, occasionnant bien un surcroît de charges (certainement pas innocent à l’époque) ; les centaines de milliers de bugs de cet été dans les tests de prélèvement à la source vont devoir être étudiés pour comprendre où sont les risques d’explosion de cette nouvelle usine à gaz.
  • Pour les citoyens, c’est d’abord le branchement direct et permanent d’un État dispendieux, asphyxié et malhonnête (voir ma mésaventure à 9000 € avec les URSSAF) au compte en banque de chacun, avec un droit de pompage sans contrôle a priori. Alerte de gros temps sur les taux de prélèvement désormais moins visibles.

Avec cette mesure, alors qu’il se montre incapable, année après année, même dans ce Nouveau Monde, de faire de vraies économies de fonctionnement, l’État se défausse, sur nous et les entreprises, de ce qu’il devrait commencer par faire : réduire sérieusement les dépenses

4°) Abandon des routes : voirie pourrie cherche repreneur victime.

Les infrastructures (routes, lignes ferroviaires, barrages, immeubles publics…) sont toujours maltraitées en termes d’investissement de maintenance, parce que leur dégradation est lente, comparée aux durées des mandats, et parce que la mesure de cette dégradation est un peu complexe ; et donc échappe à l’élu moyen.

Alors le parc vieillit, mal, et finit par crier grâce. Quand cela se produit dans le périmètre de l’État que les seuls intérêts de la dette étranglent, et qui n’a plus un sou disponible pour faire face à ses obligations de base, la tentation est forte de chercher à qui passer le mistigri.

Les départements s’en souviennent, qui ont hérité en 2004 de 18 000 km de routes nationales en mauvais état, avec un transfert de budget évidemment minimaliste pour y faire face. Pauvres départements, qui connaissent effectivement bien le jeu de la défausse d’État, également à l’œuvre sur les charges sociales de solidarité qu’ils ont en charge de payer aux bénéficiaires. Un transfert empoisonné, puisque la loi, du ressort de l’État, a modifié les critères en augmentant le nombre de bénéficiaires, sans que les sommes qu’il verse aux départements, aux termes de l’accord de transfert initial, soit revalorisées en conséquence.

Aux citoyens de jouer !

Tout cela est bien sûr éminemment regrettable, mais fondamentalement humain. Tant qu’il en aura le pouvoir, et d’autant plus qu’il restera étranglé financièrement comme il l’est aujourd’hui, l’État cherchera des victimes et des coups tordus pour que d’autres fassent les efforts qu’il n’a pas su faire lui-même, ou pour embarquer de force d’autres acteurs dans les efforts qu’il engage enfin.

Les résistances et lobbys institutionnels peuvent parfois le faire reculer, et c’est ce qui s’est passé (jusqu’à l’épilogue) pour cette entourloupe aux congés maladie. Mais, de façon systémique, seul un autre pouvoir, contraignant, plus fort que lui, intervenant lors de ces moments de dérapage pour dire non, pourrait éventuellement changer ces comportements.

Même dans le Nouveau Monde, la vertu ne viendra pas de l’intérieur. Il nous revient, à nous, citoyens, de la créer, en contribuant à forcer d’autres pratiques.

Des démarches remarquables, citoyennes, se font jour, bien timides encore, et sans doute sans danger à ce stade pour le cuir épais de l’élite installée. Mais la vague monte et… qui sait ? Peut-être ces sujets de dépenses absurdes et de pseudo-replâtrages, traduits en slogans choc et en solutions simples, pourraient mobiliser.

L’inertie des peuples est le meilleur allié des souverains, écrivait Machiavel. Saurons nous, enfin, bientôt lui donner tort ?

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • que penser de ces sois disants compétents des finances de la France..le seul mot qui me vient à l’esprit :INCONPETENT .!! les faits sont là..ils sont dans l’incapacité de réduire là dépense publique et ça c’est un fait ..en dehors de créer de nouvelles taxes ,de prendre dans une poche et le redistribuer …que save t-il faire ? le constat est accablant ,si toutes les familles gèrent leurs budgets familiale comme L’ÉTAT, ce sera un gros merdier !!!
    si vous avez 500 vous dépenser 1000 c’est mathématique..il faut des actes pas des paroles !!! De plus, d’avoir réduit le MANDAT PRESIDENTIEL sur 5 ans ,les échéances électorale deviennne une sanction !! Pour eux l’enjeu ,est d’être réélu …ils ne servent pas la France ,ils privilégient leurs carrières avec tous les avantages !!! ils ne servent que leurs propres intérêts…et bien trop cher payé pour les résultats bénéfique du pays….En plus c’est un débat sans fin ,où les résultats sont catastrophique en gestions financières de l’état…Accablant !!!

  • « L’inertie des peuples est le meilleur allié des souverains, écrivait Machiavel »

    Sauf qu’en en france c’est bien pire que cela. Le problème n’est pas l’inertie mais la complicité.
    Les français sont drogués à l’étatisme et la ré-éducation nationale fait de la propagande marxiste depuis 40 ans.

    Ca ne changera jamais.

    • « la propagande marxiste depuis 40 ans »… Vous êtes jeune, bravo !

      En réalité, la propagande marxiste par l’Éducation Nationale dure depuis 70 ans !

      C’est en 1947 que l’EN a été structurée, et depuis elle fonctionne en autogestion par les syndicats.

      Ça fait donc 3 générations de Français lobotomisés de 4 à 18 ans (en moyenne) par ces gens. Aujourd’hui encore plus longtemps.

      Ne vous étonnez pas s’ils ne connaissent rien.

      • Et dans le cas particulier avoir expurgé soigneusement des programmes scolaires tout ce qui est mathématiques financières et bases de gestion. Ce qui s’apprenait à l’époque dès le primaire.
        Les jeunes qualifiés qui s’aperçoivent de cette manipulation s’expatrient.

      • Et les programmes scolaires ont été soigneusement épurés de tout ce qui permet de connaitre la gestion et les mahs financières, alors qu’avant, dès l’école primaire, il y avait de petits problèmes pour savoir calculer un taux, un crédit, etc.

  • depuis que macron a viré 3100 contrôleurs des impôts , la fraude fiscale explose pour dépasser les 100 milliards d’euros….. c’est dingue le pognon qui part en évasion fiscale……

    • Tout ce pognon ne disparaît pas je vous rassure , tout ce pognon évadé que vous n’avez pas gagné, qui ne sera pas redistribué par l’Etat, ne s évapore pas

      On le redistribue nous mêmes en échanges de services ou pour investir. Création de richesse. Ça vous sidère. Je sais.

    • Enrageriez vous de ne pas pouvoir croquer dans ce magot ?

    • Vous avez des chiffres précis sur la fraude fiscale ? Je suppose que vous les avez communiqués, avec les noms, au fisc, et que ce qui vous désole est que ces informations n’aient pas été exploitées comme vous l’auriez voulu…

      • @ MichelO
        La fraude fiscale ne peut évidemment pas être calculée puisqu’elle est délictueuse, donc condamnable par l’administration et la Justice, avec sanctions.
        Donc on élargit la notion de fraude à toute forme de recherche de la « la voie la moins imposée », restant pourtant dans la légalité (donc pas de la fraude »).
        Alors quand un politicien dit qu’il compte récupérer les sommes de la fraude fiscale en disant aussi qu’il ne remboursera pas la dette (ce qui parait moins légal!), on arrive à une logique absurde évidemment irréaliste!

        • Oui, mais le politicien peut bomber son petit torse grêle d’énarque, faire les gros yeux et montrer qu’il est un dirigeant ferme et intransigeant avec les méchants capitalistes.

    • L’évasion fiscale est légale. Seule la fraude ne l’est pas.
      Plus vous augmenterez les impôts, plus vous engendrerez automatiquement de l’évasion fiscale. Le nombre de contrôleur n’y changera rien. Bien au contraire, plus vous emmerderez les gens par des contrôles et tracasseries incessants pour leur moindre placement ou opération de défiscalisation, plus vous les encouragerez à des opérations plus radicales.

    • N’oubliez pas qu’on ne s’évade que d’une prison…

  • Continuons et, bientôt, le seul intérêt de la dette sera supérieur au total de l’impôt sur le revenu.. Bravo à nos élus.
    On devrait imposer à l’Etat les mêmes règles qu’aux collectivités territoriales où l’emprunt ne peut être utilisé que pour l’investissement, mais jamais pour le fonctionnement. Bon moyen pour limiter la démagogie électorale et freiner les gaspillages qui deviennent franchement éhontés.

  • L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. Car, aujourd’hui comme autrefois, chacun, un peu plus, un peu moins, voudrait bien profiter du travail d’autrui. Ce sentiment, on n’ose l’afficher, on se le dissimule à soi-même ; et alors que fait-on ? On imagine un intermédiaire, on s’adresse à l’État, et chaque classe tour à tour vient lui dire : « Vous qui pouvez prendre loyalement, honnêtement, prenez au public, et nous partagerons. » »
    Frédéric Bastiat.

  • Et dire qu’il donnait une leçon d’économie au second tour à sa rivale. Mais où allons nous ?

  • L’état ira toujours aussi mal tant qu’il vivra dans des palais….l’habit fait le moine mais l’habitat fait la depense

  • En fait l’attitude des hommes de l’État est assez explicable psychologiquement. Quand votre statut ne vous permet pas d’optimiser votre situation en travaillant mieux ou plus, vous n’avez que deux solutions : en faire le moins possible, ou faire faire votre travail par d’autres. C’est ainsi que l’idée de transfert est généralement la première qui leur vient à l’esprit.

  • dans les milieux autorisé, l’on nous annonce des budgets de ministère erroné,
    ex: ministère de le culture 10 milliards ok .
    coût de fonctionnement de ces fonctions ?
    sommes restantes de l’ensemble de la culture ?..quand L’ÉTAT parle de chiffres ,c’est évasif ! Alors quand au reste ,tout est avenant ..

  • Je me demande si les collectivités locales, à travers le Sénat, ne veulent pas siffler la fin de ces abus de l’Etat à travers la commission d’enquête sur l’affaire Benalla. On a les moyens qu’on peut…

  • nous avons des impôts, taxes en tout genre,
    des cabinets d’avocats financiers dont certains haut fonctionnaires , ont quitté l’administration des finances avec un carnet d’adresse ou ils travaillent pour des sociétés françaises pour payer le moins d’impôts, des hauts personnages de la justice qui servent des entreprises privées…bref ce monde de requins ,de ces élus repris de justice Condané et en plus les couillons d’électeurs réelise aux élections.!!! là déchéance de là Société Française, jusqu’à quand devons nous supporter cela !!! en Résumé là France est à l’image de ces représentants…

  • Les français ne bougeront pas, jamais !!! Pour une raison simple : chaque français profite à son petit niveau des prébendes de l’Etat.
    Les français veulent bien que l’Etat fasse des économies, mais pas pour eux !!!

    • Je ne suis pas d’accord : à mon avis, si les Français ne bougent pas, c’est parce qu’ils ne voient pas dans ce mouvement le moindre espoir, à court ou à long-terme, que ce soit mieux. La preuve, ceux qui ont vu cet espoir quelque part ont émigré…

  • à Michel0,La France est extrêmement fertile :
    on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts.
    Clemenceau..

  • Dans les idées vachement chouettes pondues puis mises au placard temporairement, il y en a eu une belle à l’été 2017, concoctée par France Stratégie : l’Etat se réaproprierait par la loi (et sa force) les terrains construits. J’écris « temporairement », parce que comme nombre d’idées moisies, celle-là reviendra à un moment donné, puisqu’elle a été exprimée.

  • A STF, dans les cartons : vous serez propriétaire de vôtre maison mais,le terrain sera une taxe que vous paierez mensuellement ( pour faire jolie :un loyer ).

    • @Lou 17
      Bonsoir,
      Ce que vous décrivez est la suite logique (pour des communistes) de l’expropriation par la loi que j’ai mentionnée. Il va de soi qu’e l’Etat couvert de dettes abyssales, ne pourrait se passer d’en retirer un loyer, tout rentier qu’il est, et de plus, cela lui ferait une belle hypothèque pour asseaoir d’autres emprunts et autres dépenses pharaoniques. (Cela avait été ecrit dans un article sur CP, ou un commentaire, je ne sais plus.)

  • difficile de mettre l’arnaque en pratique de la politique autrement ..les échéances électorale arrivent , ça commence à coincer.
    double langage :je fais ,je fais pas, le tango des marcheurs ,attention au tapis ,les chutes sont sévère.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

La NUPES a réussi à fédérer la gauche autour de ses idées les plus extrêmes. Il est très peu vraisemblable qu’elle gagne une majorité car elle a peu de réserves de voix. Il n’empêche qu’il est urgent de lui faire barrage. L’idéal serait que Renaissance (Macron) ne puisse pas gouverner seul et que Les Républicains soient suffisamment nombreux et crédibles pour négocier un programme de gouvernement avec un nouveau Premier ministre plus libéral et moins technocratique que la socialiste... Poursuivre la lecture

Surprise, surprise ! L’inflation - auparavant cantonnée aux produits financiers et à l’immobilier - leste maintenant le panier de la ménagère :

« On va vers des hausses qu'on n'a pas connu depuis près de 40 ans", a prévenu […] Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) […]. Notre prévision actuelle, c'est entre 7 et 10 %, de manière assez rapide", a assuré le dirigeant de la FCD, organisation professionnelle qui regroupe la plupart des enseignes de la grande distribution ».

L’origi... Poursuivre la lecture

À peine Elon Musk avait-il annoncé que son offre de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars avait été acceptée qu’il s’est trouvé nombre d’obligeants commentateurs pour expliquer à quel point la somme était indécente et comment il aurait dû la dépenser s’il était vraiment sérieux et moralement engagé pour l’avenir de l’humanité et de la planète. Ajoutez à cela son intention d’élargir la liberté d’expression sur le réseau social et la conclusion s’impose d’elle-même : cet homme n’a qu’irrévérence pour les sensibilités légitimes de ses se... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles