APL : un problème économique mal compris par le gouvernement

Façade à caissons by mchampommier(CC BY-NC-ND 2.0)

Le déséquilibre budgétaire ne peut être réduit par des mesurettes portant sur quelques millions comme les APL, mais par une réduction de la taille de la sphère publique.

Un article de Libres.org

L’APL est un feuilleton dont chaque épisode maintenant quotidien nous régale. Mais évidemment cette grande réforme n’affecte ni les causes du déséquilibre budgétaire ni les facteurs de la crise du logement et des loyers …

Retour sur le feuilleton des APL

Feuilleton : la diminution mensuelle de 5 euros est annoncée par le Premier ministre, au prétexte d’économie budgétaire. Quelques heures plus tard, le Président s’adresse aux propriétaires, pour leur demander d’abaisser volontairement les loyers mensuels de 5 euros ; geste de solidarité.

Les critiques se multiplient : économie ridicule par rapport au montant du déficit budgétaire (Bercy cherche 8 milliards pour rester dans les 3%), transfert du sacrifice des locataires vers les propriétaires, appel à la charité privée, etc.

Voici maintenant que le ministre du Logement Jacques Mézard donne une nouvelle version : d’une part la baisse des loyers ne sera imposée qu’aux propriétaires de logements sociaux (pour l’essentiel les offices d’HLM) ; d’autre part l’économie prévue sur les APL sera compensée par un blocage des taux des livrets A, qui eux-mêmes vont à la Caisse des Dépôts et Consignations, qui elle-même finance les HLM. lémentaire !

Et si le vrai problème c’était la taille de l’État ?

L’affaire démontre l’incapacité du gouvernement à gérer sérieusement les problèmes structurels de l’économie française. Le déséquilibre budgétaire ne peut être réduit par des mesurettes portant sur quelques millions (billets des familles de cheminots, APL) mais par une réduction de la taille de la sphère publique.

Quant au logement, sa rareté est due à la préférence donnée au « logement social » par opposition (idéologique) à l’investissement locatif privé, bloqué par les réglementations foncières et urbaines, par la captation de l’épargne par la Caisse des Dépôts, par l’aide apportée audit logement social, par la loi SRU, et par le blocage des loyers dans plusieurs agglomérations (dont Paris).

Sur le web