APL : un problème économique mal compris par le gouvernement

Le déséquilibre budgétaire ne peut être réduit par des mesurettes portant sur quelques millions comme les APL, mais par une réduction de la taille de la sphère publique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Façade à caissons by mchampommier(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

APL : un problème économique mal compris par le gouvernement

Publié le 17 septembre 2017
- A +

Un article de Libres.org

L’APL est un feuilleton dont chaque épisode maintenant quotidien nous régale. Mais évidemment cette grande réforme n’affecte ni les causes du déséquilibre budgétaire ni les facteurs de la crise du logement et des loyers …

Retour sur le feuilleton des APL

Feuilleton : la diminution mensuelle de 5 euros est annoncée par le Premier ministre, au prétexte d’économie budgétaire. Quelques heures plus tard, le Président s’adresse aux propriétaires, pour leur demander d’abaisser volontairement les loyers mensuels de 5 euros ; geste de solidarité.

Les critiques se multiplient : économie ridicule par rapport au montant du déficit budgétaire (Bercy cherche 8 milliards pour rester dans les 3%), transfert du sacrifice des locataires vers les propriétaires, appel à la charité privée, etc.

Voici maintenant que le ministre du Logement Jacques Mézard donne une nouvelle version : d’une part la baisse des loyers ne sera imposée qu’aux propriétaires de logements sociaux (pour l’essentiel les offices d’HLM) ; d’autre part l’économie prévue sur les APL sera compensée par un blocage des taux des livrets A, qui eux-mêmes vont à la Caisse des Dépôts et Consignations, qui elle-même finance les HLM. lémentaire !

Et si le vrai problème c’était la taille de l’État ?

L’affaire démontre l’incapacité du gouvernement à gérer sérieusement les problèmes structurels de l’économie française. Le déséquilibre budgétaire ne peut être réduit par des mesurettes portant sur quelques millions (billets des familles de cheminots, APL) mais par une réduction de la taille de la sphère publique.

Quant au logement, sa rareté est due à la préférence donnée au « logement social » par opposition (idéologique) à l’investissement locatif privé, bloqué par les réglementations foncières et urbaines, par la captation de l’épargne par la Caisse des Dépôts, par l’aide apportée audit logement social, par la loi SRU, et par le blocage des loyers dans plusieurs agglomérations (dont Paris).

Sur le web

Partager sur:
Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction
Dossier spécial :
Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Avec cet épisode, nous nageons en plein délire

    Je suis propriétaire, et je sais que les propriétaires font parti des catégories de contribuables les plus taxées en france (pour ne pas dire la plus taxée)
    Les entreprises bénéficient notamment de niches fiscales démentes pour qui sait les utiliser.

    Donc, en tant que proprietaire, je vais augmenter mon loyer de 5€.
    C’est bien fait pour ces salauds de syndics qui se gavent. J’espère aussi que par solidarité ils vont baisser leurs honoraires en conséquence.
    Il y a aussi ces salauds de banquiers, et puis ces salauds de propriétaires de grandes surfaces…

    En clair, détournement d’attention, diviser pour mieux régner.

    Vieux comme le monde mais toujours aussi efficace car tout le monde tombe dans le panneau

  • C’est tout le système qui est vérolé. S’il n’y a pas assez de capitaux privés pour investir dans le locatif, c’est que l’état ponctionne trop de ce précieux liquide sans lequel rien ne se fait. On préfère nourrir tous ces rentiers de l’état au lieu de relancer la machine en refondant les missions de l’état, en faisant maigrir violamment le mammouth étatique et para-étatique, en baissant les impôts sur le capital non à 30% mais à 15%, ce qui fera diminuer les dividendes servis, sans diminuer la rentabilité des apporteurs de capitaux et laissera plus d’argent dans les entreprises pour mieux se développer, investir et, in fine, créer des emplois.
    Mais pour cela, il faut que les gens soient employables, c’est à dire qu’ils aient reçu une éducation adaptée au monde réel et non aux folies d’idéologues de l’EdNat qui n’ont jamais mis les pieds dans la vraie vie.
    Etc.

    • @ Gerald555
      5 €, c’est ridicule sur un loyer, on est d’accord?
      En plus partagé entre bailleur et locataire, ça fait 2,50€

      Ce n’est évidemment pas « une économie » mais un test!
      C’est toucher à un avantage et on a vu la réaction! Autrement dit, E.Macron et E.Philippe savent maintenant à quoi s’en tenir: les Français se soulèveront en masse à la moindre velléité du pouvoir de toucher au moindre avantage « social ». Il faudra bien, pourtant, simplifier cette « jungle » d’aller-retour’s (coûteux) d’argent entre l’état et sa population: c’est la bonne façon de travailler avec moins de fonctionnaires! Bien sûr, Fr.Hollande a raté le coche en augmentant la fiscalité sévèrement sans toucher au « train de vie de l’état », erreur qui se payera cher: ça ne vous rapproche même pas du pacte de stabilité européen et, en fait, tout ce qui est économie reste à faire!
      Et comme pour tout le monde: « donner, c’est donner, reprendre, c’est voler! »
      Que l’état vole d’abord à tous ceux qui le constituent (y compris élus, fonctionnaires, SNCF, et toutes les tentacules de la pieuvre) avant de demander au peuple de partager les sacrifices: c’est comme ça qu’on ferait dans une famille!

      Avant, on dévaluait le franc français (ancien ou « nouveau »), ce « truc » n’est plus possible à cause de l’€ mais aussi de la mondialisation!

  • Si l immobilier est si cher (pas que les loyer mais aussi a la vente) c est quand meme qu il y a un probleme. Et une partie du probleme c est que l etat verse de l huile sur le feu (huile etant ici APL, PTZ et Pinel).
    Il est donc necessaire de supprimer tout ca histoire que les prix ne soient pas faussés. Vu l impact, il faut donc commencer par PTZ et Pinel qui ne leserons que les promoteurs (lequels incluent la defiscalisation dans le prix).

    Sinon pour ceux qui croient que l explosion des prix est dues aux reglementations : comment expliquer l envolee des prix dans la ancien (l impact des normes de 2017 sur une maison de 1960 =0) ou dans les autres pays (si les lois francaisearrievnt a faire s envoler le prix a l ondres, en australie ou au canada on est tres fort)

    PS: j etais plutot pour les dereglementations des permis de construire. Apres en avoir vu les effets a Houston (ou les gens ont construit en zone inondable sans precautions car moins cher) je suis plus si sur que c est une bonne idee

    • Les normes augmentent aussi le prix dans l’ancien, d’une part en exigeant des dépenses significatives de mise en conformité lors de la revente que le vendeur va vouloir récupérer, d’autre part en réduisant la concurrence par le neuf.
      Quant à Houston, c’est plat comme une affiche, comment voulez-vous loger 6 millions d’habitants parmi les lacs et les bayous sans utiliser les zones inondables ? Après une soirée de dégustation eonologique, je me souviens d’avoir demandé à mes riches amis texans s’ils avaient une cave à vin, « Hey guy, I live in Houston, when you dig there you get a swimming pool, not a cellar ! »

    • Autre petit truc sympa pour l’ancien (à supposer qu’il le soit assez) : les taux des impôts locaux ridiculement pas par rapport à des biens comparables, mais plus récents…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Nafy-Nathalie.

Le gouvernement, sans aucune concertation, que ce soit avec les organismes HLM ou les associations de locataires, sans faire réaliser non plus les mesures d’impact, a décidé que les loyers HLM baisseraient de 5 euros (article 52 de la loi de finances) pour compenser la baisse de 5 euros des APL versées qu’il a décidé unilatéralement également (décret du 28 septembre 2017). Les HLM se retrouvent donc à devoir compenser 1,7 milliard d’euros sans y être préparés.

L’exposé des motifs de l’article 52 de la loi des ... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Était-ce de la com’ scrupuleusement calibrée, était-ce un hasard, ou bien était-ce un cri du coeur subliminal exprimant enfin sa conviction la plus profonde comme s’il ne pouvait plus la réprimer, surtout devant des préfets, premiers dépositaires de l’autorité de l’État sur le territoire français ? En demandant mardi 5 septembre dernier que les propriétaires bailleurs baissent leurs loyers de 5 € par mois afin de compenser la baisse des APL décidée par le gouvernement, Emmanuel Macron a conclu en lançant :

L’Éta... Poursuivre la lecture

APL
0
Sauvegarder cet article

Par Michel Albouy.

À la surprise générale, le président Emmanuel Macron a demandé aux propriétaires bailleurs de baisser de 5 euros leurs loyers. Bien sûr, 5 euros, ce n’est pas grand-chose pour des nantis. Mais est-ce que tous les propriétaires sont des nantis et que cache une telle proposition en matière de vision économique ?

En demandant aux propriétaires bailleurs de baisser de 5 euros le loyer mensuel de leurs locataires, le président de la République, Emmanuel Macron, est tombé dans la très petite politique politicienne, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles