Suppression de la taxe d’habitation : une fumisterie

Si on supprime des rentrées d’argent, alors il faut supprimer des dépenses. La comptabilité nationale n’est pas indépendante des réalités financières.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Suppression de la taxe d’habitation : une fumisterie

Publié le 14 septembre 2017
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

C’est le miracle du socialisme : Emmanuel Macron supprime la taxe d’habitation (principale source de financement des communes) et en même temps il reverse à celles-ci l’intégralité de cette somme, « à l’euro près » nous dit le tract d’En Marche ! reçu dans ma boîte mail.


L’État surendetté et en faillite, qui n’a plus les moyens de financer son armée alors que nous sommes en guerre et qui cherche à raboter les budgets de toute part s’engage ainsi à payer la taxe d’habitation des communes. En 2009, le montant de celle-ci était de 17 milliards d’euros. Où l’État va-t-il trouver cette somme ?

Comment croire aussi que la somme due sera réévaluée tous les ans et versée ainsi aux communes ? La suppression de la taxe d’habitation est une arnaque vendue pour les présidentielles et que le gouvernement tente de ressortir pour les sénatoriales.

Ce qui va se passer, c’est que l’État va capter à son profit la somme de la taxe d’habitation et qu’il va en reverser une partie aux communes. Bien évidemment, la somme reversée sera de moins en moins importante chaque année, alors que la somme prélevée sera accrue, sans que le citoyen sache réellement comment elle est calculée, à quoi elle sert et à qui elle est versée. L’opacité fiscale est indispensable pour pouvoir exercer une forte pression sur la population sans que celle-ci se rebelle.

La suppression de la taxe d’habitation est donc une fumisterie. Comment croire d’ailleurs qu’un État surendetté et en faillite puisse supprimer un impôt ?

Réformer la fiscalité

Ce qui est vrai, c’est qu’il faut revoir le fonctionnement de la fiscalité, qui prélève aujourd’hui plus de la moitié des revenus de la population. Il est regrettable que la droite n’ait pas d’idée sur ce sujet. Car réformer la fiscalité suppose de revoir le fonctionnement de notre État providence, la raison d’être des dépenses de l’État et le périmètre de son action. Cela ne se limite donc pas à quelques détails techniques pour savoir s’il faut diminuer tel ou tel taux.

L’argent public n’existe pas, c’est l’argent des contribuables. Et l’argent ne pousse pas sur les arbres à sous de la forêt de Brocéliande. Si on supprime des rentrées d’argent, alors il faut supprimer des dépenses. La comptabilité nationale n’est pas indépendante des réalités financières, contrairement à ce que voudraient faire croire certains tracts politiques.

Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Supprimer les dépenses, voila le maitre mot dont on parle depuis des décennies, mais qui ne semble toujours pas acquis compris ou tout simplement entendu par nos super gouvernants qui continuent à ponctionner, dilapider et ruiner le pays dans toutes ses formes et de toutes ses richesses. Finalement je continue à me conforter dans le fait que plus que les dépenses se sont nos hommes politiques et ce système étatique qu’il nous faut ERADIQUER pour avoir une chance de redresser le Pays et retrouver un minimum de bon sens paysan et de liberté

    • @ YL
      Oui, une cure d’austérité est indispensable en France et elle doit, en bonne justice, concerner la sphère du pouvoir politique légal, celle de l’administration super-obèse et auto-protégée donc dépositaire d’un pouvoir illégitime et celle de la population qui alimente les 2 premières!
      L’avis du « payeur » est paradoxalement relativement très ignoré, choc frontal avec toute logique habituelle!

      Mais les 3 sphères sont en manque d’argent. La Banque de France aurait imprimé du papier, dans le temps. Mais dans l’€zone et un marché ouvert, ce n’est plus possible.

      Bon vous ne parviendrez pas à éradiquer ni les politiciens ni le système! Or les recettes sont connues: simplifier et diminuer tous les frais inutiles et favoriser tout emploi productif!

  • Bonjour Mr Noé,

    J’ai lu votre article avec attention que je trouve fort intérrésant, par contre je reste sur ma faim. Pourriez détaillé les futures mécanisme de récupération de la taxe d’habitation par l’état dont vous parlé.

    Merci.

    • Je pense que ça serait plutôt à monsieur Macron qu’il faudrait poser cette question, à la base c’est lui qui, dans son programme, a promis l’exonération de taxe d’habitation pour 80% des contribuables qui y sont assujetis, et son remplacement pour les communes par une augmentation de la CSG.
      Evidemment, comme dit dans l’article, il faut garder à l’esprit que la taxe d’habitation (assiette, taux, etc.), est définie au niveau de la commune, par les élus les plus proches de leurs électeurs (le Maire et le Conseil Municipal). Quant à la CSG, son prélèvement est opaque, elle passe par les beaux tuyaux de Bercy qui décident à qui les sommes seront affectées, quand et comment. Si vous ne voyez pas l’escroquerie de la proposition à ce stade…

      • En plus de cette opacité, il faut se rendre compte que la taxe d’habitation est l’une des source de financement des communes, surtout elles en ont la maîtrise. De fait, avec sa quasi suppression elles vont être encore plus dépendantes de l’état pour leur budget (et encore plus dé responsabilisée :().

        En plus, il ne faut pas se leurrer les communes vont forcément augmenter les taxes foncières et la taxe d’habitation des personnes toujours assujetties.

  • Quand près de la moitié de la population a voté au premier tour pour des candidats de gauche ou socialo-compatibles, il est difficile d’imaginer que les Français pourront un jour être réalistes sur le plan financier, et concevoir -comme vous le dites si bien- que l’argent public c’est l’argent de nos impôts ; c’est donc l’argent privé des citoyens français assujettis à l’impôt.

  • A 100% d’accord avec vous !

    Nous sommes fort peu nombreux à être imposables ce qui n’est absolument pas normal !

    Il faut revoir tout le système assurément : il n’est ni cohérent ni juste !

    Nos rois fainéants n’ont toujours su que taxer , imposer : lorsqu’on voit l’état de surendettement de la France on ne peut que se dire : franchement des nuls à chier !!!

    • Vous avez raison: la TVA devrait être imposée à tout le monde! Wait…

      • Commencez par afficher les prix hors-taxes ! Continuez en remplaçant toutes les aides et les salaires des fonctionnaires et autres agents publics par des bons d’achat libellés hors-taxes (et donc réduites de 17%). Ensuite, vous pourrez en faire autant avec la CSG…

  • On supprime un impôt rétribuant un service rendu (taxe d’habitation), et on garde l’impôt punissant la propriété (impôt foncier).
    C’est bien évidemment l’impôt foncier qu’il faut supprimer, impôt qui vous transforme de propriétaire en locataire de l’Etat.

  • l’on prend d’une main pour une autre ..c’est une fumisterie…
    suite au prochaine épisode. …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

10 plaies
4
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Les gens ignorent souvent ce qui se passe au jour le jour sur les marchés obligataires qui brassent pourtant des sommes considérables. Ainsi, le marché obligataire en euros pèse 2775 milliards.

L’indicateur clé de ce marché est le taux d’intérêt des emprunts d’État à dix ans considérés comme l’actif financier le plus sûr. Or, les taux d’emprunt des différents pays de l’Union européenne recommencent à diverger comme il y a dix ans. L’écart se creuse depuis que la Banque centrale européenne a indiqué qu’elle allait mettre fin à ses racha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles