Notre modèle social consomme-t-il un « pognon de dingue » comme le dit Macron ?

Le modèle social français coûte cher et n’est pas très efficace, comme le dit très bien Emmanuel Macron. Mais cela va-t-il vraiment le faire agir dans le bon sens pour le réformer ? Rien n’est moins sûr.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron by GUE-NGL(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Notre modèle social consomme-t-il un « pognon de dingue » comme le dit Macron ?

Publié le 16 juin 2018
- A +

Par Nathalie MP.

Sidération totale, mercredi dernier au réveil, sur notre agora nationale ! Dans une courte vidéo validée par l’Élysée et tweetée dans la nuit par la conseillère presse du Président, on découvre un Emmanuel Macron en flagrant délit de profanation du modèle social que le monde entier nous envie : d’après lui, on y met « trop de pognon », ça déresponsabilise, et les gens sont quand même pauvres. Voilà bien des idées nauséabondes directement inspirées par le thatchérisme le plus décomplexé !

Verbatim  et vidéo (01′ 53″) :

Moi, je fais un constat qui est de dire, tout le système social, on met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif. Et donc toute notre politique sociale, c’est qu’on doit mieux prévenir et on doit mieux responsabiliser tous les acteurs. […] La politique sociale ? Regardez : on met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens, ils sont quand même pauvres, on n’en sort pas.

Emmanuel Macron est donc en train de s’aviser que l’État français dépense beaucoup d’argent (57 % du PIB) – proportionnellement beaucoup plus que la grande majorité de nos voisins du monde développé (en Allemagne, ce taux est de 44 %) – pour des résultats comparativement médiocres : en avril 2018, notre taux de chômage se situait à 9,2 % contre 3,4 % en Allemagne et 4,1 % au Royaume-Uni.

En matière de pauvreté, l’observatoire des inégalités indiquait cet automne sur la base des chiffres 2015 de l’INSEE que le nombre de pauvres en France était de 5 millions de personnes si l’on retient un seuil de 50 % du revenu médian1 et de 8,9 millions si le seuil retenu est de 60 %. Selon ces repères, le nombre de pauvres a augmenté de 600 000 personnes entre 2005 et 2015 pour le seuil à 50 % et de 1 million de personnes pour le seuil à 60 %.

Notons cependant que les seuils de pauvreté étant définis en pourcentage du revenu médian, ils s’élèvent ou diminuent exactement comme le fait le revenu médian lui-même (courbes ci-contre, en € de 2015).

On observe que ces seuils ont augmenté presque sans discontinuer depuis 1970. Ce sont des valeurs relatives qui font qu’il y aura toujours des pauvres quel que soit le niveau de vie atteint en France. C’est pourquoi je préfère de beaucoup mesurer la température sociale via le taux de chômage (graphe ci-dessus), aussi bien en lecture directe qu’en comparaison internationale.

Si l’on s’en tient aux seules dépenses sociales, elle représentaient environ 714 milliards d’euros en 2016 sur un total de dépenses de 1 261 milliards en 2016 et 1 292 milliards en 2017 (les fameux 57 % du PIB). Ceci représente 32 % du PIB quand la moyenne des pays de l’OCDE est à 22 %.

Parmi elles, la plus grosse part correspond aux prestations de l’assurance maladie, de l’assurance chômage et de la retraite. Les prestations familiales représentent 55 milliards et le logement 18 milliards. Ce qu’on appelle les minima sociaux couvre principalement le RSA et l’allocation pour adultes handicapés pour un total de 26,2 milliards d’euros versés à 4,1 millions de personnes.

Toutes ces dépenses doivent être couvertes, c’est pourquoi la France s’enorgueillit aussi d’avoir des taux de prélèvements obligatoires (45,4 %), de déficit (2,6 %) et de dette publique (97 %) parmi les plus élevés quand d’autres, l’Allemagne par exemple, réussissent à avoir des excédents budgétaires appréciables sans que leur population en soit pour autant réduite à la famine.

Ces quelques chiffres suffisent à montrer que contrairement à ce qu’on entend dire parfois, la politique de la France n’est pas le moins du monde ultra-libérale, que la redistribution y est très forte, et que si l’on ajoute au tableau notre croissance toujours à la traîne des autres et notre Éducation nationale en grand besoin de réforme, il devient difficile de se montrer satisfait d’un modèle qui engloutit « un pognon de dingue dans les minima sociaux » et où « les gens sont quand même pauvres » et au chômage.

Je ne vous surprendrai donc pas en vous confirmant que je reprends sans problème le constat de Macron à mon compte tant je l’ai déjà exprimé à de multiples reprises dans mes nombreux articles au risque de lasser.

Et je ne vous surprendrai pas non plus en vous disant qu’à gauche, ces propos du chef de l’État ont provoqué un crépitement serré de réactions indignées. En substance, celui qu’on appelle le président des riches depuis qu’il a limité l’ISF à la fortune immobilière et augmenté la CSG pour tous, révèle son véritable visage thatchérien. Il ose parler de responsabiliser les pauvres comme si les pauvres faisaient exprès d’être pauvres. Pour le nouveau patron du PS Olivier Faure :

Macron flatte les égoïsmes et surfe sur les clichés – les pauvres ne font pas d’effort, trop d’aides – afin de promouvoir une politique libérale qui ne fera qu’accroître la détresse et la pauvreté.

« Promouvoir une politique libérale » : l’argument choc est lâché ! Libérale, donc pour les riches et contre les pauvres. Donc surtout ne changeons rien à ce modèle social. Comme disait Valérie Rabault, qui préside le groupe parlementaire du PS :

La sécurité sociale […] c’est notre modèle français, qui a des racines très fortes. […] Quand on est président de la République, on doit faire tout pour le protéger.

Dans sa lettre politique de mercredi soir, Laurent Joffrin, empreint du même état d’esprit, nous apprenait que si les pauvres sont pauvres, ce n’est certainement pas de leur faute, c’est faute d’avoir un emploi. Il n’a pas complètement tort. Le seul petit problème, que Joffrin et consorts s’acharnent à ne pas voir, c’est que le marché de l’emploi tel qu’il se présente en France aujourd’hui ne permet pas d’embaucher les bénéficiaires des minima sociaux.

Deux grandes raisons à cela :

1. L’argent englouti dans la protection sociale pèse sur la croissance qui pèse sur l’emploi, formant ainsi le cercle vicieux des aides sociales sans fond et sans avenir qu’on ne connaît que trop bien depuis des années.

2. Le marché de l’emploi est rigidifié par un salaire minimum trop élevé pour faire entrer dans l’emploi bon nombre de laissés-pour-compte au SMIC actuel, notamment des jeunes. Ajoutons que la France, encore une fois à l’avant-garde, dispose d’un salaire minimum particulièrement élevé en pourcentage du salaire médian.

À droite, les propos d’Emmanuel Macron ont été fraîchement accueillis également, mais plutôt sur la forme – assez cavalière et très com’, il faut bien le dire – que sur le fond. Et il est vrai qu’il y a loin de la coupe aux lèvres.

Si j’adhère au constat général, je me rappelle aussi que Macron est un habitué de ces sorties tonitruantes qui semblent donner un coup de pied décisif dans la fourmilière de nos habitudes bien ancrées, pour n’en rien faire finalement.

Quand il était ministre de Hollande, il s’était fait remarquer par une remise en cause d’un autre de nos totems et tabous sur l’emploi, les 35 heures. Peu après, c’était le statut de la fonction publique qui passait dans sa moulinette. Dans les deux cas, il était revenu sur ses propos, avançant qu’on l’avait mal compris. Plus récemment, le budget 2018 était annoncé comme le premier pas d’une importante baisse des dépenses et des prélèvements, ce qui n’était nullement exact.

Concernant les dépenses sociales et leur faible résultat en matière d’emploi, force est de constater qu’Emmanuel Macron a fait adopter une réforme du Code du travail qui touche à beaucoup de petits sujets périphériques, mais certainement pas au salaire minimum. Quant à savoir quels sont ses projets exacts et comment il compte baisser la dépense et la rendre plus efficace, on en reste au stade purement déclaratif : prévenir plutôt que guérir, responsabiliser plutôt que laisser dans l’assistanat ; ce sont des mots.

Nulle part il n’est question d’opérer un vrai changement structurel. Au contraire, l’État étend sa toile dans la protection sociale. C’est ainsi que le gouvernement a conclu un accord avec les mutuelles afin que celles-ci proposent un remboursement complémentaire de la sécurité sociale qui ne laissera rien à la charge des assurés dans le domaine des lunettes et des appareils auditifs.

Les journalistes de Libération respirent à nouveau après les sueurs froides que l’exécutif leur a données avec son « pognon dingue ». Non sans passer avec beaucoup de désinvolture sur le fait que les compagnies mutualistes chercheront inéluctablement à faire des gains de productivité ou à augmenter les cotisations ou les deux. Sauf si le gouvernement se met alors en tête de fixer les prix comme il le fait déjà pour les médicaments, les médecins et les cotisations de sécurité sociale.

Bref, on s’éloigne tous les jours un peu plus de la réalité du marché de la santé et on se rapproche tous les jours un peu plus d’un système de santé entièrement collectivisé. C’est pourtant en France qu’on a des pénuries de médecins et des services hospitaliers complètement désorganisés quand ils ne sont pas honteusement vétustes.

Comme d’habitude, Emmanuel Macron excelle à dresser des constats clairvoyants et prometteurs, surtout quand il peut les mettre en scène pour le bénéfice de ses nombreux admirateurs, dont le FMI qui voyait récemment en lui l’homme le plus réformiste d’Europe.

Mais fidèle au « en même temps » prudent et fort peu pédagogique qui lui a permis d’être élu, il excelle tout autant à brouiller les pistes, à revenir sur ses propos, à les vider de leur sens et à agir finalement de façon purement marginale.

Même le FMI n’est pas totalement dupe du côté ravalement de façade de la politique macronienne. Il appelle donc Macron à approfondir son action et cite expressément les emplois aidés, le salaire minimum et les indemnités chômage comme facteurs bloquants en l’état actuel. De quoi redonner des vapeurs à Libération, des couleurs à notre économie et moins de chômeurs à Pôle Emploi.

Sur le web

  1.  Le revenu médian partage la population en deux groupes de même effectif.
Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Merci pour cet article, entièrement d’accord avec vous, hélas…

  • la politique de macron parlote, et ravalement de facade , nous mene a dose homéopathique et indolore a une vie collectiviste en faisant le lit de tous ses copains de gauche, et appauvrit la France dans tous les domaines. si nous sommes dans le peloton de tete du chomage en Europe il y a des raisons et nous ne sommes pas prêt avec un tel capitaine a redresser la barre
    il fait un peu comme c’est vendeur de maison vieillottes le grand coup de rajeunissement avec une peinture bon marché.
    un peu le vieil adage de la marine:
    « peinture sur m…e =propreté  »
    l’article est dans le réel la courbe du chomage aussi elle n’est pas éditée par les medias aux ordres .

  • comme ces vendeurs de maisons
    non pas
    comme c’est ……….

  • Des annonces tonitruantes pour faire bouger les lignes et permettre des évolutions en douceur, et préparer le terrain pour les véritables changements structurels, c’est peut-être ça gouverner ?

    • Je crois que vous vous trompez. Macron fait des annonces tonitruantes mais finalement ne réforme pratiquement rien. Il se met en scène sous les sunlights et ensuite, rideau.

    • @ cachou42
      C’est aussi mon hypothèse: si on réforme de fond en comble un système ou une structure, la CGT déclenchera la grève à tous les coups, ce qui ne rapporte rien et empêche tout!

      Donc E.Macron agirait en créant des « brèches », appellation personnelle, qui permettront peut-être ensuite que cette brèche dans les totems non modifiables ou les droits z’acquis afin qu’ils perdent progressivement leur statut d’intouchables.

  • Un smic trop élevé qui nuirait à l’emploi ?

    Le taux de chômage est de :
    20,8 % en Grèce (smic 683,76 €)
    15,9 % en Espagne (smic 858,55 €)
    11,2 % en Italie (pas de smic mais le salaire moyen serait d’environ 20% inférieur à la France)
    9,2 % en France (smic 1498,47 €) soit 1 153,82 € net
    Pour toute diminution du smic il faudrait augmenter d’autant les aides sociales car je ne vois pas comment un smicard pourrait être financièrement autonome compte tenu de toutes les dépenses incompressibles.

    • Le Smic est fonction du niveau de vie! La Grèce n’a pas le même que la France! Vos comparaisons n’ont pas de sens. Il faut comparer le chômage avec les pays qui n’ont pas de Smic. L’Allemagne n’en avait pas, il n’y en a pas dans les pays du nord de l’Europe!

      • Ma comparaison avec des pays voisins, en libre concurrence avec les autres pays membres de l’UE, fait ressortir que le niveau du smic n’est pas un frein à la prospérité économique et donc à la capacité de créer des emplois. Comme vous le dites si bien la Suisse a un taux de chômage de 3%. Elle n’a pas de smic mais le salaire moyen est de 3500 € dans l’hôtellerie et restauration qui est le secteur d’activité le moins bien rémunéré dans ce pays.

        • Gerard27 connaît l’economie mieux que tous les chercheurs qui ont démontré depuis longtemps le lien entre smic et chômage…

          • Henri Ford qui n’était pas un chercheur mais un entrepreneur disait :
            « Je paie mes ouvriers pour qu’ils achètent mes voitures »

            • S’il avait vendu des patins à roulettes, le monde serait différent !

            • On néglige souvent le fait que Ford est un génie d’une période industrielle entièrement dérégulée et la plus féconde de l’ère industrielle américaine. Je conseille vivement sa biographie par Garet Garrett « The Wild Wheel » (« Sauvage » comme dans le « capitalisme sauvage ») Même Ford a fini par se plier aux exigences des syndicats automobiles. Mais le contexte entrepreneurial de son succès initial était très différent, sans même parler de son invention du travail à la chaîne. Sa recette de doubler les salaires a causé un choc salutaire, puis ses concurrents se sont alignés. A ce moment – logiquement – elle n’était plus reproductible. Tout le monde n’est pas génie qui veut.

    • Il n’y en a pas en Suisse: chômage 3%, autrement dit plein emploi.

    • Comment un smicard pourrait être financièrement autonome ?
      En apprenant à gérer son budget, mais il est vrai pour cela le mauvais exemple vient d’en haut…

      • Le calcul est vite fait. Commencez par retirer des 1153,82 € nets un loyer et les frais d’un véhicule souvent indispensable et voyez ce qui reste pour tous les autres postes également indispensables.

        • Et n’oubliez pas d’ajouter les nombreuses aides auxquelles le smicard a droit… qu’elles soient en euros, en réductions ou en nature.

          • C’est bien ce que je dis plus haut. Un smic ne suffit pas à couvrir le minimum de besoins nécessaires à l’insertion sociale, ce qui contraint la société à verser des aides complémentaires. Si le smic était réduit, ce qu’économiseraient les employeurs serait transféré sous forme d’aides complémentaires à la charge du contribuable.

            • c’est bizarre j’ai toujours été smicard sans aucune aide et j’ai pourtant réussi à faire construire ….le souci c ‘est que les gens dépensent dans des conneries plutôt que se limiter à l’essentiel et ne savent pas épargner.

        • Un smicard peut se contenter d’un appart en coloc et d’un deux-roues s’il n’y a pas de transports en commun ou de possibilités de co-voiturage. C’était possible dans les années 70 pour des étudiants avec des bourses de l’ordre du smig d’alors de vivre à Paris sans dépendre de leurs parents, et même de s’offrir quelques extras. Pourquoi cela ne serait-il pas possible aujourd’hui, avec un smic revalorisé, et en province où la vie est moins chère ?

          • Bon, c’étaient des étudiants plutôt bons en maths, je le reconnais.

          • @michelO
            Votre solution marche si vous etes jeune (et encore, devoir cohabiter avec des inconnus c est quand meme pas la joie). Mais comment faites vous a partir d un certain age ? si vous avez des enfants ?
            Quand vous etes etudiant, vous savez que c est une situation temporaire. Si vous etes caissere c est helas quasi a vie …

            Pour le reste, si en province la vie est moins chere, les salaires y sont encore plus bas et le travail plus rare. Pourquoi croyez vous que les gens convergent vers les grandes villes et paris en premier lieu ? pour avoir la joie de 2 h de RER par jour ?

      • Justement, aux dires des banquiers, les smicards gèrent mieux que les cadres supérieurs qui croient que le pognon coule à flôts.

    • Gérard 27 : « Pour toute diminution du smic il faudrait augmenter d’autant les aides sociales car je ne vois pas comment un smicard pourrait être financièrement autonome compte tenu de toutes les dépenses incompressibles. »

      Il y a une autre solution : baisser les impôts.

      Mais effectivement, il faudrait que l’État montre l’exemple en baissant drastiquement ses dépenses !

      • Oui, bah, ce n’est pas gagné, quand vous voyez le tollé des maires, toutes tendances confondues, à propos de la suppression de la taxe d’habitation. Moi aussi je suis pour la diminution des impôts car je pense qu’une partie non négligeable alimente le gaspillage et le superflu. Le gaspillage et le superflu sont une consommation imposée (c’est bien le cas de le dire). Mais le gaspillage et le superflu nourrissent les entreprises, fonctionnaires, associations, « artistes » et particuliers qui en profitent. Supprimez le gaspillage et le superflu ne serait pas non plus sans conséquences économiques.

        • « Mais le gaspillage et le superflu nourrissent les entreprises, fonctionnaires, associations, « artistes » et particuliers qui en profitent. Supprimez le gaspillage et le superflu ne serait pas non plus sans conséquences économiques. »

          Le gaspillage et le superflu nourrissent CERTAINES entreprises – capitalisme de connivence -, CERTAINS fonctionnaires – ceux des hauts-grades -, CERTAINS « artistes » – ceux qui sont dans l’idéologie dominante et que l’on utilise pour transmettre celle-ci – et TRÈS PEU de particuliers.

          Supprimer le gaspillage et le superflu ne serait pas sans conséquences économiques NÉGATIVES que pour CERTAINS.

          • Cela va de soit et bien sûr, dans une moindre mesure, pour les particuliers, quoique…
            lemonde.fr/politique/article/2015/06/13/a-puteaux-le-clientelisme-de-la-mairie-ruine-l-opposition_4653521_823448.html

      • @modern coding
        Baisser les impots c est facile a dire. Il faut plutot dire : baisser les depenses de l Etat. et la ca devient bien plus dur…
        – baisser les subventions aux paysans -> purin dans les sous prefectures
        – baisser les subventions aux cultureux (genre intermittant du spectacle) -> manif en tout genre a la TV -> pas bon pour la reelection
        – baisser les retraites -> les retraités hurlent a la mort et c est 15-20 % des electeurs
        – moins rembourser les soins medicaux -> vieux et professions medicales hurlent a la mort

        La liste est evidement pas exhaustive, mais chaque economie significative (on parle ici de dizaine de millards minimum, pas de quelques centaines de millions qu on pourrait economiser en supprimant le Senat par ex)

        • Baisser le prix des coupes de cheveu du Président ainsi que les frais de maquillage et de bouche.

          Arrêter de subventionner Airbus (calamité nationale aussi bien sur le plan technique que financier), Areva (combien déjà, l’ardoise laissée par l’âne Lauvergeon ?), Alstom, Renault, PSA,… bref, NE PLUS POSSÉDER LA MOINDRE PART DANS LA MOINDRE ENTREPRISE ! Car il n’y a pas de raison qu’un petit entrepreneur doivent payer 80% en taxes pour subventionner des entreprises d’imbéciles finis dans lesquelles l’État a des parts.

          Et là, on va les baisser les impôts. Sans avoir besoin de toucher aux retraites !

  • Joffrin est un imbécile profond, car pour offrir des emplois il faut que les entreprises soient prospères, alors qu’il passe son temps non seulement à les dénigrer mais à exiger qu’on les taxes encore davantage. C’est avec les bénéfices qu’elles font qu’elle payent leurs employés!

    • Je ne pense pas que Joffrin soit un imbécile, c’est plutôt un marqueteur de talent qui a bien défini sa clientèle: les bobos, les socialistes gauchistes, les personnes issues de l’immigration, les assistés de tous bords, les fonctionnaires… Il a un style et un discours qu’il leur destine et dont il ne croit pas un mot. 100% d’hypocrisie.

  • Le fond est le cercle vicieux bien mis en évidence dans l’article: plus d’argent pompé dans le social, moins pour les entreprises qui ne créeent pas assez de jobs, seule vraie façon de lutter contre la pauvreté.
    Il faut inverser le système: laiser le maximum de liberté aux entreprises (moins d’impôts, de charges, de normes de règles imbéciles, etc.), éliminer le smic et, dans 3 ans, la France repart comme une flèche.
    Entre temps, 1,5 millions de fonctionnaires inutiles ont été licenciés.
    Cela, c’est la solution cash.
    Maintenant, il faut un artiste de la politique pour faire passer la pilule. Ce n’est pas et ne sera pas Macron.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles