Un accord de libre-échange n’est pas une liste de restrictions !

Et si « aucun accord » cela valait mieux qu’un accord quelconque ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Stop by Charlie Essers(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un accord de libre-échange n’est pas une liste de restrictions !

Publié le 20 août 2018
- A +

Par Nick Hubble.

L’OMC et l’Union européenne ne favorisent pas le commerce. Ces institutions l’entravent en nommant « accords » des listes de restrictions.

En 2016 j’ai fait partie du Free Market Road Show. L’idée était de sillonner l’Europe pour organiser des tables-rondes sur divers sujets tels que l’Union européenne et l’économie du partage. Notre troupe s’est surtout rendue dans les pays de l’Europe de l’est, où les batailles idéologiques font encore rage.

En Moldavie, je me suis retrouvé à débattre du prochain accord de libre-échange européen. En lisant des articles récents sur le Brexit, je me suis souvenu de ce que j’avais déclaré à l’époque. C’est la même confusion sous-jacente qui est à l’origine de tout ce débat.

Prenez n’importe quel journal britannique, vous tomberez systématiquement sur un article sur l’Union douanière, l’Espace économique européen, l’UE et les accords de libre-échange. Quel devrait être le choix des Britanniques ? Devraient-ils plutôt préférer un Brexit dur que soft  ? Même les responsables politiques n’arrivent pas à se décider, sans parler des économistes.

Mais si on formule correctement le problème du Brexit, il n’est plus un problème. Et le débat moldave sur l’accord de libre-échange est lui aussi totalement à côté de la plaque. C’est ce que j’ai tenté d’expliquer au public moldave.

Assis à ma droite et à ma gauche se trouvaient des économistes plutôt corpulents. L’un d’eux était Russe. Ils n’ont cessé de discourir sur les bénéfices de libérer le commerce avec l’UE, les bénéfices économiques, les produits qui deviendraient disponibles, etc.

Après avoir demandé à mon hôte s’il m’autorisait à jurer, j’ai déclaré au public que tout ça c’était des conn***es. Sur tant d’aspects que cela en devient insondable. Les économistes qui m’entouraient se hérissèrent.

À l’époque, les responsables politiques des deux côtés de la frontière militaient pour libérer les échanges entre la Moldavie et l’UE.

Je demandais donc au public s’il savait qui avait de prime abord limité le commerce. C’était le gouvernement. Ces mêmes responsables politiques.

Si le libre-échange est une bonne chose, pourquoi alors l’ont-ils, dans un premier temps, restreint ?

Si le libre-échange est une bonne chose, pourquoi diable est-ce si long de l’autoriser ?

Et surtout, pourquoi diable a-t-on besoin d’un accord pour que les échanges soient libres ? La liberté n’est-elle pas l’absence d’interférence de l’État ? Pourquoi ne pas simplement se débarrasser des barrières commerciales ?

Les prétendus accords sur le libre-échange sont une longue liste de restrictions

La réponse à toutes ces questions est que les responsables politiques ne voient pas le commerce comme une chose positive. Si vous prenez la peine de lire vraiment ce qu’on appelle un accord de libre-échange, vous découvrirez qu’il ne s’agit en fait que d’une longue liste de restrictions sur le commerce…

Mais cet exemple d’hypocrisie n’est pas le plus flagrant. La situation est vraiment devenue embarrassante lorsque j’ai affirmé ceci :

« Si quelqu’un vous vole votre argent puis vous offre un contrat vous proposant d’en récupérer la moitié, allez-vous le signer des deux mains ? Bien sûr que non ! C’est la même chose avec les accords commerciaux. Les responsables politiques vous rendent la moitié de votre droit fondamental de traverser les frontières – et en plus ils s’attendent à ce que vous en soyez satisfaits. Naturellement, mieux vaut avoir des accords de libre-échange. Vous n’en serez que plus riches. Mais comprenez bien, on vous revend des droits qui vous appartiennent et qu’on vous avait retirés dans un premier temps. »

Le Brexit est un conflit qui n’a pas lieu d’être

En quoi tout cela a-t-il à voir avec le Brexit ? Cela montre que c’est le double-langage orwellien qui est au coeur du problème du Brexit et non le commerce en lui-même. Tout ce conflit est un conflit artificiellement créé qui n’a pas lieu d’être.

En ce moment, il existe plus ou moins des accords de libre-échange entre l’UE et le Royaume-Uni. Les gens reconnaissent en général que c’est une bonne chose. Donc si l’UE et le RU pensent que ce libre-échange est bénéfique, pourquoi diable menacent-ils de le supprimer si nous n’arrivons pas à conclure un accord sur les échanges ?

« Si vous n’êtes pas d’accord avec notre accord de libre-échange, qui limite beaucoup le commerce, nous ne commercerons pas librement avec vous, » disent les négociateurs européens aux Britanniques. C’est stupide, à nouveau sur tant d’aspects que cela en devient insondable.

Toute restriction sur le commerce est établie par les gouvernements ; les restrictions commerciales ne sont pas un état de fait naturel.

Menacer de restrictions commerciales pour punir de ne pas avoir été d’accord sur moins de restrictions commerciales est une contradiction. Soit les restrictions commerciales sont bonnes, soit elles sont mauvaises. Soit le commerce est bon, soit il est mauvais. On ne peut pas dire que le libre-échange est bon mais que si vous n’êtes pas d’accord avec ces quelques restrictions, alors nous mettrons en un paquet de restrictions.

L’OMC – comme les accords commerciaux – est un faux besoin

La politique commerciale absurde dont débattent les journaux est parfaitement logique si vous acceptez le monde que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a créé. Selon ces règles, en l’absence d’accord commercial, les restrictions commerciales par défaut doivent s’appliquer pour le pays en question.

Voilà une manière absurde d’organiser les choses, qui crée le besoin d’une OMC et des litiges à propos des accords de libre-échange.

En d’autres termes, le besoin artificiellement créé d’inciter à des accords commerciaux pour permettre le libre-échange est le problème, pas la solution.

Au sujet du Brexit, si l’UE et le RU n’avaient pas d’accords commerciaux en place, et que les biens et services étaient autorisés à circuler librement, il n’y aurait absolument aucun problème.

Tous les problèmes et préoccupations sont artificiellement créés par une divergence par rapport à cet état naturel des affaires. Ils sont créés par les affaires d’État.

Le Brexit en est un exemple manifeste. Et d’une manière nouvelle, qui prouve ce que j’essaie d’expliquer.

Ce n’est pas parce que la Grande Bretagne sort de l’UE que la consommation de saucisses allemandes devient soudainement dangereuse pour les Britanniques et que les marchés financiers britanniques deviennent du jour au lendemain inappropriés pour les investisseurs européens.

Les restrictions qu’établit l’UE sur le commerce sont mauvaises. Ce serait manifeste si on les mettait en place à cause du Brexit puisqu’on volerait aux peuples sans raison valable leur droit de commercer.

Je ne pense pas que les Européens accepteraient la position absurde des responsables politiques selon laquelle, avec la Grande Bretagne hors de l’UE, ce n’est plus une bonne idée de commercer librement avec eux. Les gens se rendraient compte que tout ce débat est ridicule.

C’est pourquoi, s’agissant du Brexit, aucun accord est le meilleur accord possible. Les politiciens seraient obligés d’expliquer pourquoi ils ont soudain besoin de mettre en place des restrictions commerciales.

L’absurdité des institutions commerciales qu’ils ont créées serait révélée au grand jour. Les gens passeraient régulièrement outre ces règlements de toute évidence stupides. L’idée même de restreindre le commerce semblerait stupide.

La guerre commerciale de Trump : équilibrer la déloyauté

Il n’y a pas que le Brexit qui met en avant l’absurdité des règles commerciales. Le président Donald Trump aussi le fait.

Sa guerre commerciale semble jusqu’à présent donner de bons résultats. De plus en plus de gens haïssant Trump le créditent d’une amélioration de l’économie.

Toutefois, les partenaires commerciaux des États-Unis ne sont pas aussi heureux. L’UE, le Canada, le Mexique et la Chine sont prêts à se battre.

Mais le contrecoup de la guerre commerciale de Trump ne porte pas sur le commerce lui-même. Là encore, le problème sous-jacent est le monde stupide des règles commerciales. Le conflit provient de la façon même dont les politiques traitent le sujet, pourtant simple, du commerce.

Les États-Unis viennent de commencer à exploiter les règles du jeu alors que les autres pays ont une longue tradition dans cette pratique. Le « commerce équitable » selon Trump est équitable dans le sens où les deux parties jouent à présent de manière déloyale. Cela représente un choc pour ceux qui s’en sont tirés avec des subventions et des droits de douane pendant si longtemps.

Le fait que toutes les restrictions commerciales imposent une automutilation dans une certaine mesure est difficile à cacher aujourd’hui. Trump force la décision en clamant être prêt à s’automutiler. Les autres pays menaceront-ils de suicide commercial en réponse ?

C’est peu probable, et c’est pourquoi la stratégie de Trump de garantir plus de libre-échange fonctionne. Si vous voulez que quelqu’un bouge dans une certaine direction, vous le poussez dans la direction opposée. Il résistera naturellement et bougera ensuite de la façon dont vous le souhaitiez. Les menaces de Trump ont pour but de contraindre les pays à réduire leurs restrictions commerciales, pas de lancer une guerre commerciale.

Mais les habiles manoeuvres politiques de Trump ne sont pas le sujet de cet article. Je veux vous faire comprendre que dire qu’il existe une guerre commerciale mondiale est simplement faux.

Peut-être que les institutions mondiales du commerce seront bientôt vues comme étant le problème sous-jacent. L’OMC, l’UE et les accords de libre-échange entravent le commerce, ne le facilitent pas. Dans un monde sans ces institutions, le Brexit ne ferait pas tant d’histoires.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Enfin une bonne analyse de Trump et de sa soi disant guerre commerciale et de son protectionnisme.
    Il me semble que Trump maîtrise « l’art de la guerre » de Sun Tzu – faire du bruit à l’est et attaquer à l’ouest.

  • Approche similaire en droit :
    « Vous bénéficiez d’une garantie de deux ans . »
    En fait c’est une limitation de la garantie qui est due par le constructeur.

  • Article d’une nullité affligeante.
    Ou comment falsifier et réécrire l’histoire économique et géopolitique des 70 dernières années.

    Bien sûr que les accords de type OMC ne sont pas la panacée en matière de libre échange.
    Mais l’arnaque de ce piètre article est de laisser croire que les accords de libre échange « restreignent » la liberté commerciale. C’était quoi la situation du commerce international avant les premiers accords du GATT de 1947 par exemple ? C’était quoi la nature du commerce intra-européen avant le traité de Rome de 1957 ? Oui, tous ces accords sont fortement critiquables car ils ne sont que des listes à la Prévert technocratiques et qu’ils sont loin d’un idéal de total libre-échange mais ils sont ce qui a permis de débloquer une situation où le commerce international n’était qu’embryonnaire.

    Mais le pompon de ce torchon est de nous faire passer Trump pour un chantre du libre-échange.

    Il y a d’abord de la pure désinformation : « Sa guerre commerciale semble jusqu’à présent donner de bons résultats. »
    C’est faux :
    https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0302072485374-donald-trump-embourbe-dans-le-deficit-commercial-2196193.php
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/08/05/20002-20180805ARTFIG00139-etats-unis-le-deficit-commercial-se-creuse.php

    Mais, en plus, vouloir nous faire croire que Trump est un défenseur du libre-échange est un énorme mensonge.
    – Trump a lui-même déclaré qu’il avait les mêmes idées politiques que Bernie Sanders en matière de commerce international.
    https://www.contrepoints.org/2018/08/19/322741-trump-ne-comprend-rien-au-libre-echange
    – Trump multiplie les interventionnismes étatiques avec pour objectif de politique économique de réduire le déficit commercial. Un spécialiste du libre-échange comme Frédéric Bastiat expliquait déjà il y a 170 ans l’imbécilité d’une telle politique : http://bastiat.org/fr/balance_du_commerce.html
    – Trump menace ouvertement les multinationales américaines qui préfèrent jouer librement la carte de la mondialisation au lieu de son « patriotisme économique » : https://www.contrepoints.org/2018/08/17/322628-donald-trump-appelle-boycott-harley-davidson

    • L’article contient également une autre phrase problèmatique, je cite :

      « Le fait que toutes les restrictions commerciales imposent une automutilation dans une certaine mesure est difficile à cacher aujourd’hui. Trump force la décision en clamant être prêt à s’automutiler. »

      En gros, l’article veut nous faire croire que Trump menace de se faire du mal à lui-même, qu’il n’a pas peur de souffrir. Le soucis c’est qu’en réalité ce n’est pas lui qui risque de souffrir mais le peuple américain (les consommateurs.)

    • Votre réaction semble guidée par un tropisme anti-Trump somme toute, répandu, avec l’aide de quasiment tous les médias.
      Il n’empêche que vous ne répondez pas à cette question fondamentale de l’article: pourquoi diable a-t-on besoin d’un accord pour que les échanges soient libres?
      Les gouvernements avaient mis des droits de douane pour protéger leurs nations et de fait, cela limite les échanges, avec comme finalité la sauvegarde des peupes. On ne voit pas pourquoi des « accord de libre-échange » qui sont de fait, une montagne de réglementations avec pour objectif non avoué un pouvoir sans limite des multinationales (y compris contre les Etats), seraient plus propices au commerce libre.

      • « vous ne répondez pas à cette question fondamentale de l’article: pourquoi diable a-t-on besoin d’un accord pour que les échanges soient libres? »


        @La petite bête : Certes, on a pas besoin d’un accord de libre-échange pour que les échanges soient libres. Cependant, tel que vous l’avez vous-même expliqué, les gouvernements avaient limité les échanges / ils avaient mis des droits de douane. Dans un tel contexte, c’est moins pire d’avoir un accord de libre-échange que de ne pas en avoir du tout.
        Avec l’accord : quelques échanges sont encore possible.
        Sans l’accord : plus aucun échange n’est possible.

      • « vous ne répondez pas à cette question fondamentale de l’article: pourquoi diable a-t-on besoin d’un accord pour que les échanges soient libres? »


        @Lapetitebête : Certes, on a pas besoin d’un accord de libre-échange pour que les échanges soient libres. Cependant, tel que vous l’avez vous-même expliqué, les gouvernements avaient limité les échanges / ils avaient mis des droits de douane. Dans un tel contexte, c’est moins pire d’avoir un accord de libre-échange que de ne pas en avoir du tout.
        Avec l’accord : quelques échanges sont encore possible.
        Sans l’accord : plus aucun échange n’est possible.

  • Il est possible que Trump, in fine, souhaite la liberté du commerce. En attendant c’est lui qui met des tarifs là où il n’y en avait pas.

    • Il met des tarifs à ceux qui en ont mis, rhô le méchant !

      • Il n’y a pas beaucoup de certitudes avec Trump, mais il y en une sans équivoque pour moi : il a compris que le libre-échange ne proviendra pas d’une suppression unilatérale des droits de douane de sa part. Et je ne vois pas comment lui donner tort.

  • « Si vous n’êtes pas d’accord avec notre accord de libre-échange, qui limite beaucoup le commerce, nous ne commercerons pas librement avec vous, » disent les négociateurs européens aux Britanniques. C’est stupide, à nouveau sur tant d’aspects que cela en devient insondable.

    Mais par contre Trump qui dit ok pour un accord de libre échange entre Londres et Washington si pas d’accord entre Londres et Paris c’est c’est génial…

    Le Trumpisme aigu a de beaux jours devant lui…

  • Et puis certains oublient quelque chose…la liberté de commercer ou de s’ouvrir au commercer implique la liberté de restreindre se commerce ou de reconsidérer l’ouverture commerciale..

    Quand Trump impose à l’Europe de ne plus faire affaire avec l’Iran, elle est où la liberté commerciale?

    Le libre échange n’existe pas à l’international, les administrations ont le monopole de la politique commercial.

    Ca me fait marrer qu’on critique l’OMC alors que cette organisation a beaucoup moins de pouvoir qu’on le croit et qu’à travers elle se manifeste uniquement les rapports de force étatiques

    • La liberté c’est la contrainte ?

      De plus commercer avec l’Iran, en l’état actuel des choses, c’est de facto fournir aux mollahs de quoi maintenir leur pouvoir totalitaire sur ce beau pays et ces gens si accueillants.

      • Synge Et le fait que la France fournissent des armes et des systèmes de surveillances sophistiqués à l’Égypte avec l’Arabie saoudite qui se porte caution on appelle ça comment?

        « C’est de facto fournir aux mollahs de quoi maintenir leur pouvoir totalitaire sur ce beau pays et ces gens si accueillants. »

        Ah cette si délicieuse indignation sélective qui dégouline de partout.

        L’Egypte est sans doute une des pire dictatures du proche orient qui existe.

        Il vaut mieux être iranien qu’égyptien à l’heure actuel.

        Contre le Maréchal Sissi, pas besoin d’être islamiste pour aller en taule, il suffit juste de se porter candidat ou d’aller voter pour la mauvaise personne.

    • Quand Trump impose à l’Europe de ne plus faire affaire avec l’Iran, il ne se réclame pas du libre-échange !

  • « Les restrictions qu’établit l’UE sur le commerce sont mauvaises. »

    Pourtant l’homme à la sciatique se donne beaucoup de mal.
    En bon étatiste, il travaille jour et nuit à ce que tout soit le plus compliqué possible et sous son joug.
    Face à ces situations complexes, il lui arrive d’en perdre l’équilibre.

  • « Accords de libre échange » c’est typiquement de la novlangue. Ce qui est signifié factuellement est le contraire de ce que cela veut dire.
    Le terme de « libéralisme » est aussi utilisé de façon perverse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Chelsea Follett.

Notre quatrième centre de progrès est Nan Madol, une ville qui témoigne de la portée des premiers navigateurs. La Micronésie, où Nan Madol a finalement été construite, a commencé à être colonisée par les anciens Austronésiens il y a plus de quatre mille ans. Ce sont eux qui sont considérés comme les premiers humains à avoir inventé des navires.

Cette invention leur a permis d'explorer et de peupler une grande partie de la région indo-pacifique au cours de l'expansion austronésienne. L'expansion a atteint son... Poursuivre la lecture

Une crise alimentaire sévère se profile à court terme. Pour certains la planète alimentaire serait même au bord du gouffre.

 

Une planète alimentaire au bord du gouffre

Avant la guerre en Ukraine la situation des marchés agricoles était déjà tendue pour des raisons à la fois climatiques et logistiques. Le conflit à haute intensité qui se déroule sur le sol européen n’a évidemment rien arrangé. Il met aux prises deux puissances dont les exportations cumulées représentaient récemment encore près de 30 % du commerce mondial du... Poursuivre la lecture

Les dommages causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux chaînes d'approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l'on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l'Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d'engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met en garde : "Une action humanitaire ciblée es... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles