La défaite du libéralisme signifie la victoire des régimes illibéraux

Ne vous réjouissez pas de la fin du libéralisme, car c’est l’illibéralisme (démocratique ou non) qui prendra sa place.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Screenshot 2022-03-16 at 16-51-02 (4) Viktor Orban reçoit Poutine et défend le dialogue Budapest-Moscou - YouTube - https://www.youtube.com/watch?v=lWfIIlsJZgM

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La défaite du libéralisme signifie la victoire des régimes illibéraux

Publié le 29 octobre 2022
- A +

L’actualité n’est pas vraiment marquée par une victoire des idées de libertés. La mondialisation est de plus en plus remise en cause du fait des restrictions liées au covid puis par les tensions et conflits avec la Chine et la Russie, tout comme l’absence de réformes dans nos pays. La démission de Liz Truss semble en outre avoir ravi les critiques du libéralisme (que beaucoup surnomment néolibéralisme, mot devenu fourre-tout).

Outre le fait qu’il y aurait des choses à redire sur le libéralisme de Liz Truss, il faut remarquer que ceux qui se réjouissent de la crise du libéralisme ne sont pas conscients des grands gagnants de ce petit jeu politique.

Car s’ils veulent la fin du libéralisme tel qu’on l’a connu, alors ils vont être servis : les illibéraux ont le vent en poupe et sont bien partis pour occuper le paysage politique.

Pourtant, beaucoup de critiques du libéralisme et du soi-disant néolibéralisme se disent défenseurs de la démocratie libérale. Mais les choses ne se passent pas comme ils l’espèrent.

 

L’illibéralisme consolide son poids politique

2022 n’a pas été une année agréable pour les partis centristes au pouvoir.

En France, le parti d’Emmanuel Macron n’a pas réussi à avoir la majorité et a vu la montée en puissance de la France Insoumise et le retour du Rassemblement national à l’Assemblée. En Italie, le gouvernement de centre a perdu et a laissé place à une alliance de droite dirigée par les Frères d’Italie (qui il y a moins de 5 ans représentait moins de 5 %). La Suède gouverne désormais avec un gouvernement soutenu par la droite radicale des Démocrates Suédois.

En Amérique du Sud, ce sont des populistes de gauche qui ont remporté les élections : en Colombie, un président de gauche a été élu pour la première fois. L’année dernière, la gauche radicale a gagné les présidentielles au Chili. Et le Brésil va choisir ce dimanche entre la droite radicale de Bolsonaro, et celle aussi radicale de Lula.

Pendant ce temps, les illibéraux se maintiennent.

Dans les démocraties, Viktor Orban a été réélu avec une majorité absolue. Dans les régimes autoritaires, Xi Jinping vient de consolider son pouvoir suite au Congrès du parti communiste chinois. Quant à Vladimir Poutine, il arrive à se maintenir malgré les aléas du conflit en Ukraine.

 

L’alternative au libéralisme n’amènera pas plus de démocratie

Ces différents exemples montrent que la tendance n’est pas à davantage de démocratie.

Il est intéressant de remarquer que beaucoup de personnes se déclarant défenseurs de la démocratie libérale passent leur temps à critiquer le libéralisme jugé trop individualiste et trop capitaliste. À bien des égards elles souhaitent un libéralisme avec un État intervenant davantage, une forme de social-démocratie qui irait plus loin que le libéralisme au sens américain.

Sauf que la situation générale n’ira pas en leur faveur. Si le libéralisme disparait, ce seront des dirigeants illibéraux qui gagneront. Ce sont les valeurs de liberté et du capitalisme qui ont amené la prospérité et la puissance de l’Occident dont jouissent ses élites. Si ces dernières les mettent à bas, elles risquent de subir une montée populiste de grande ampleur.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • oui..le premier coup de canif à la liberté individuelle qui signifie le premier « sacrifice » d’un innocent en appelle d’autre.. c’est aussi simple que quand les limites sont franchies..
    la premiere des injustices justifie sinon permet la seconde

    on le voit chez nous avec une grande acuité

  • Rassurez-vous, avec un libéral défenseur du libéralisme homme le plus riche du monde et maintenant propriétaire de son canal d’informations mondial, le libéralisme a gagné et nul n’osera se dresser contre lui.

  • C’est quoi le point de référence pour déterminer la défaite du libéralisme ? Pendant la guerre froide les 3/4 des régimes étaient illébéraux. Pour Ayn Rand dans les années cinquantes le libéralisme était déjà foutu par exemple.
    Et puis j’imagine que dans le quart de ces régimes « libéraux » le point de vue des femmes étaient certainement plus mesuré, tout comme celui des homosexuels ou des noirs américains ou sud-africains. Sans parler de la première moitié du XXe très chaotique en occident.
    Bref j’aimerai connaître ce point de référence, où le placer historiquement de façon pertinente. La réalité étant nuancée et mouvante sur fond de shismogenèse, fixé un tel point est délicat voire trop réducteur.

  • En quoi le régime politique de Macron a été libéral personnellement je l’ai trouvé plutôt fortement illibéral notamment lors de la gestion de la crise du covid.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Occident semble avoir accéléré son déclin dans une espèce de folie autodestructrice rarement égalée.

Les sociétés occidentales subissent les conséquences de la scandaleuse gestion de la pandémie de covid de leurs dirigeants politiques et souffrent d’une inflation des prix, auto-infligée par leurs propres sanctions contre la Russie.

C’est dans ce contexte qu’il faut lire le dernier livre de Olivier Piacentini, La Chute Finale : l’Occident survivra t-il ?.

 

Ce déclin ne date pas d'hier

Comme l’explique avec b... Poursuivre la lecture

Trois bonhommes Monopoly, l'un se couvrant les yeux avec ses mais, le deuxième les oreilles et le dernier la bouche
2
Sauvegarder cet article

Un article de La Nouvelle Lettre

 

Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé : loi de la jungle, vol organisé, égoïsme débridé, inégalités croissantes, victoire de l’avoir sur l’être, société de consommation, concurrence sauvage, obsession de la rentabilité, etc. Il est facile de réfuter ces attaques : la réalité est autre.

Il y a mieux à faire : il est temps d’appliquer les vrais principes libéraux. Pourquoi préciser les « vrais » principes ? Parce qu’il est dit beaucoup de choses ridicules et menson... Poursuivre la lecture

Depuis 2017, la France semble constamment agitée par des crises inédites.

De la jacquerie des Gilets jaunes à la pénurie énergétique en passant par la pandémie, la guerre aux frontières de l’UE ou l’urgence environnementale, le citoyen vit dans une atmosphère d’apocalypse permanente, certainement entretenue par intérêt politique.

La sensation est tellement étouffante qu’on en oublie les problèmes structurels majeurs du pays que ces conjonctures tendues ne cessent pourtant de mettre en évidence. Pointer ces problèmes, proposer de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles