Covid-19 : Macron compte sur la bureaucratie sanitaire pour se refaire

Le retour des mesures anti-covid permet au président de reprendre la main sur un quinquennat qui s’annonce d’autant plus compliqué qu’il supposera de composer avec un Parlement que l’Élysée a méprisé durant 5 ans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Screenshot_2020-08-31 (2) REPLAY - Point presse d'Emmanuel Macron depuis l'usine Seqens - AFP

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Covid-19 : Macron compte sur la bureaucratie sanitaire pour se refaire

Publié le 1 juillet 2022
- A +

« Le port du masque est fortement recommandé ». La période électorale terminée, la vie hexagonale reprend son cours, et en particulier s’agissant des restrictions liées au covid.

En témoignent les messages reçus depuis quelques jours par de nombreux Français, dans leurs transports, leur travail ou leur supermarché.

Ce mardi, ce sont les Niçois qui ont été rappelés à la réalité. Chez nos confrères de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré envisager le rétablissement de l’obligation du port du masque dans les transports de la capitale maralpine. Le maire, proche du parti présidentiel dont il fut un des acteurs de l’émergence lors des élections régionales de 2015, prend la suite de la ministre de la Santé Brigitte Bourguignon, qui a recommandé lundi la même mesure au niveau national. Une ministre qui devrait pourtant incessamment sous peu quitter l’exécutif du fait de sa défaite au second tour des élections législatives dans le Pas-de-Calais face à une candidate RN.

 

Le prétexte de la septième vague

En cause, l’arrivée d’une septième vague de l’épidémie animée, selon certains, par une immunité vaccinale qui s’érode avec le temps. Le nombre quotidien de nouveaux cas avoisinant les 45 000, on oublie que le nombre de morts est à un de ses niveaux les plus bas depuis le début de l’épidémie.

Alors que le pass vaccinal a été officiellement suspendu mi-mars, les indicateurs font craindre un retour du dispositif pourtant voué à être supprimé dès le 31 juillet.

 

Le retour des bureaucrates

Au cœur de ce dispositif de retour des restrictions sanitaires se trouvent naturellement les préfets et organismes déconcentrés tels que l’ARS.

Alors que plusieurs préfectures ont annoncé rester vigilantes, le Premier ministre Élisabeth Borne a réuni les directions de ces administrations afin d’envisager les solutions face à la situation épidémique.

La fin de la période électorale facilite largement ces enjeux. La sanction des urnes étant passée et le pays démarrant une diète électorale d’au moins deux ans, la France retrouve la période épidémique, qui s’apparente plus que jamais à un jour sans fin mais qui n’est pas dénuée d’intérêt politique.

 

Un recentrage politique

Le chef de l’État semble s’être focalisé sur les sujets régaliens pour oublier ce qui est et restera un échec aux élections législatives pour le parti présidentiel. Un retour aux sources de la présidence de la République qui n’est pas sans intérêt élyséeologique, mais qui ne semble être que la manœuvre politicienne d’un président affaibli moins de 70 jours après sa réélection.

Le retour des mesures anti-covid en sont également une illustration plus que flagrante, permettant au président de reprendre la main sur un quinquennat qui s’annonce d’autant plus compliqué qu’il supposera de composer avec un Parlement que l’Élysée a méprisé durant 5 ans.

Dans ce contexte, le retour du chef de l’État à des sujets régaliens, aidé par les administrations déconcentrées, apparaît naturellement comme un moyen déguisé de reprendre la main et faire oublier un peu plus ses lacunes démocratiques en se recentrant sur l’administration centrale.

Une manière comme une autre de profiter d’une crise pour se refaire une popularité sur le dos de nos libertés.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Notre despote allumé va remixer le tube planétaire de son premier mandat, le Covid !
    Quant à Estrosi, pourvu qu’il n’entre pas au gouvernement ! Ce serait dommage de priver les Niçois de leur édile qui s’y connait en salades.
    Si on veut éradiquer le Covid, il existe une solution toute simple : arrêter de tester les non malades !

  • Aux armes, citoyens! Lea « armes » en 2022 se composant de papier-stylo, ou clavier-imprimante. Il est temps d’écrire à nos deputes fraichement élus!

  • Le « on sauve des vies », et donc la popularité qui a été avec, risque quand même d’avoir beaucoup moins de succès face à la réalité sanitaire et l’inflation

  • Les élections sont derrière nous. La panique sanitaire devant.
    Mais à la place du gouvernement, je ne tirerais pas trop sur cette corde. Il y a un chien bien énervé à l’autre bout.

  • Reprendre la main ? Se refaire ?
    Mais auprès de qui ? Y a-t-il un seul opposant à Macron qui changera un tant soit peu son opinion parce qu’il aura joué du pass sanitaire ?

    • Et là pas de problème, vous pouvez utiliser le même masque pendant un mois…

    • surtout que dans la mise en place du pass sanitaire , le calcul politique a joué.. un peu beaucoup voire passionnément…

      je vais répéter ce que je dis depuis le début la gestion de la crise sanitaire ,surtout via des mesures liberticides. n’etait moralement acceptable qu’avec une promesse de non candidature..

  • Le port du masque dans les transports est une très bonne idée. 68 % des hommes en France ne se lave pas le corps et les dents tous les jours, les odeurs et les bactéries de la bouche, plus tous les porteurs potentiel de maladie venues d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et même d’Europe. je mets un masque dans les métros parisiens pour éviter d’être reconnu en cas de légitime défense

    • Vous avez raison, beaucoup de gens sont sales.
      L’économie de douches est même devenue tendance dans un certain milieu bobo écolo ou dans le show business.
      Comme si le fait d’économiser l’eau chez nous allait résoudre les problèmes des régions arides !
      La majorité n’est pas seulement sale, elle est aussi très con !

    • Oui le port du masque va bien avec le port d’armes… et la fréquentation du métro est un vrai risque sanitaire (et mental, et… )

    • Avatar
      Azoulay.denis@orange.fr
      3 juillet 2022 at 18 h 43 min

      Tout a été dit cela fait plaisir de ne pas le seul imbécile à penser intelligent

  • @Jean Paul
    «  » » »Si on veut éradiquer le Covid, il existe une solution toute simple : arrêter de tester les non malades ! » » » » » »
    Bravo
    et si on veut continuer à infecter , consigner , confiner et ben on continue à vacciner , passer sanitaire etc…

  • Ne pas oublier que durant la période des élections législatives, nous avions plus de cas et un pourcentage de positivité plus fort que maintenant… Et il n’y a eu strictement aucune mesure de prise.
    De là à dire que tout ça est de la manipulation… Je dis ça, je dis rien… 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Emmanuel Macron se complaît à brocarder les programmes économiques du Front populaire et du RN pour mieux les disqualifier : « on est chez les fous ». Le président a même déclaré récemment : « ce sont des programmes qui n'ont soit pas d'honnêteté politique, soit qui font porter un très grand danger, pas seulement à l'économie française et à ses taux d'intérêt, mais je crois à nos compatriotes, contribuables, épargnants ».

Une idée largement répandue voudrait qu’Emmanuel Macron serait meilleur pour attirer les investisseurs. Certes, la ... Poursuivre la lecture

« Tout joueur hasarde avec certitude pour gagner avec incertitude […] Mais l’incertitude de gagner est proportionnée à la certitude de ce qu’on hasarde. » Pascal, Pensées. En 2017, le président Macron a conquis le pouvoir à la suite d’un pari osé. Dimanche 9 juin 2024, il annonce dissoudre l’Assemblée nationale, alors qu’il n’y était pas obligé. C’est donc bien un pari, mais un pari qui met en cause la nation tout entière. Quand on parie, on ignore si on va gagner, on connaît (ou du moins, on évalue) les coûts associés au gain. Plus le gain e... Poursuivre la lecture

Renforcement de la polarisation de la vie politique, faux choix entre socialisme de droite et de gauche, difficultés et enjeux d'un combat culturel plutôt que politique, les élections législatives qui se profilent au mois de juillet laissent peu d'espérance quant à l'avenir politique de la France qui semble condamnée au naufrage.

Polarisation de la vie politique française

Les élections européennes ont révélé une véritable fracture politique en France : le Rassemblement national (RN), le parti de la droite nationaliste et socialiste, es... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles