Pourquoi la mondialisation est un progrès pour l’Humanité

La mondialisation détecte l’excellence, étend son champ d’expression et développe les talents. Elle offre des aventures exceptionnelles aux entreprises et à leurs collaborateurs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi la mondialisation est un progrès pour l’Humanité

Publié le 18 août 2022
- A +

Par Xavier Fontanet.

Si vous voulez comprendre pourquoi la mondialisation peut être aussi le rapprochement des peuples et le progrès économique, allez au musée du Louvre. Installez-vous devant un sphinx égyptien, Mona Lisa ou une esquisse de Rembrandt, et regardez attentivement les visages des visiteurs chinois, sud-africains, iraniens, japonais et français.

Ces œuvres, qui ont toutes en commun d’être des spécificités locales et inscrites à un certain moment de l’Histoire, touchent profondément les hommes et les femmes de toutes les cultures et de tous pays, parfois même 5000 ans après leur création. La raison en est simple : la très grande classe se repère au premier coup d’œil, et le génie traverse les siècles.

 

Ces produits qui ont changé notre vie quotidienne

Ce qui vaut pour l’art vaut aussi pour l’économie. Les produits grands et petits qui ont changé notre vie quotidienne sont partis sans exception de spécificités locales. Le crayon graphite est parti d’Allemagne, le roulement à billes de Suède, la Moulinette de France, la fermeture Éclair et l’iPhone des États-Unis, l’agrafeuse d’Espagne, la sucette du Brésil… et la liste est très longue.

Oh, ce n’a jamais été simple, il a fallu travailler, s’adapter, développer les marchés et affronter les acteurs locaux. Mais ces difficultés ont en dernier ressort renforcé ceux qui ont accepté de les affronter et amélioré les produits.

Tout n’est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais contrairement à tout ce qu’on raconte, la mondialisation ne nivelle pas.

 

L’excellence de la mondialisation

C’est plutôt le contraire. Elle détecte l’excellence, étend son champ d’expression et développe les talents. Elle offre des aventures exceptionnelles aux entreprises et à leurs collaborateurs.

Elle permet à chacun de garder sa spécificité, puisque celle-ci est un levier. Elle fait bénéficier à tous de ce que chaque pays a de meilleur. Cessons donc de la diaboliser, répondons à son appel et ayons un peu plus confiance en nous.

Article publié initialement le 30 janvier 2018

Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • hoo..là..là…
    je voudrais casser la mondialisation, je ne m’y prendrait pas mieux que cet article.
    il ne faut pas confondre échange du savoir et dumping social.
    actuellemnt, la mondialisation, n’a apas les mêmes règles sociales dans le monde; d’ou, des pays qui se développe au détriment des couvertures sociales , d’autres régressent par le poids des couvertures sociales.

    -1
  • Tout à fait d’accord en ce qui concerne le libre échange et l’échange d’idées. Plus du tout d’accord quand on parle de pouvoir politique, l’UE et l’ONU sont des illustrations du désastre quand la mondialisation s’installe au niveau politique.

  • Depuis la préhistoire l’humanité progresse par: spécialisation + échange. Le phénomène s’est parti de la tribu, pour s’étendre géographiquement en fonction des progrès des moyens de communication. Il atteint aujourd’hui le monde.
    Constater que les idéologies et les politiciens sèment la pagaille, c’est constater une évidence de plus: ils sèment la pagaille partout.
    Mais la nature reprendra toujours le dessus.
    Vive le « laissez faire! ».

  • La mondialisation est surtout une merveilleuse machine à homogénéiser : les Arts et cultures (holly et Bolly Wood, la musique anglo-saxonne), les langues (l’anglais), les entreprises (multinationales deviendront quartels puis monopole, la finance (kartel d’agence de notation remettant en cause le principe liberal de la multitude des informations, donc des choix), uniformisation de l’agriculture, des semences, des écosystèmes végétaux et animaux.
    J’ai plutôt l’impression que même si elle permet le rattrapage des pays émergeants sur les occidentaux, une fois le rattrapage réalisé, nous allons vers un système uniforme et monopolistique, cloisonnement des élites, la taille de géants mondiaux obstacle à l’émergence d’outsider.

    -1
  • Avatar
    jacques lemiere
    18 août 2022 at 7 h 25 min

    problème d’approche..

    la mondialisation n’ets pas « organisée »..

    On va rappeler, les contraintes économiques comme les mesures protectionnistes diminuent la prospérité globale.. mais l’insecurité aussi.
    Et l’augmentation de a prospérité globale impacte généralement positivement les plus pauvres sur le plan absolu.
    c’est à ceux qui s’opposent à la mondialisation et au commerce libre d’expliquer ce que cela est supposé apporter.. ce qui revient à justifier des situations de rente..

  • Comparer Mona Lisa à la Moulinette et à la fermeture éclair… faut oser…!
    Ce rapprochement, tout comme la glorification de la mondialisation encensée ici, n’est possible que grâce à la perversion et l’hypocrisie. Les principes généreux et humanistes de Liberté, Fraternité,… ne sont que des masques sous lesquels agit le véritable et seul moteur, le Profit.

  • Cet article n’en est pas un.
    C’est un simple mot d’ordre sans aucun argument.
    Si la mondialisation aboutit à une Humanité nivelée par le bas et dépourvue de toute culture ni d’identité, je ne veux pas que mes enfants y vivent.
    On peut très bien faire du commerce de marchandises ou échanger des connaissances sans être obligé de sombrer dans un uniformisme de la pensée ou du comportement. Au contraire!
    La pensée unique de la nouvelle religion climatique est l’exemple type du piège qu’on nous tend.
    Comment peut-on encore se poser ce genre de question?

    -1
  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gustave Le Bon (1841-1931), souvent réduit de nos jours à l’auteur d’un seul livre, la Psychologie des foules (1895), fut aussi un observateur des phénomènes politiques et sociaux de son temps, de même qu’un penseur de la psychologie de l’être humain et des sociétés humaines que l’on peut rattacher au courant intellectuel de l’individualisme libéral.

Face à l’extraordinaire montée en puissance des États de par le monde depuis le début de la crise sanitaire, et devant la recrudescence d’un anticapitalisme et d’un antilibéralisme nourris... Poursuivre la lecture

Parler de normes est souvent anxiogène. On pense rapidement aux normes issues du gouvernement qui alimentent l’inflation législative, à la paperasse administrative ou encore aux diverses contraintes imposées par le gouvernement.

Pourtant, la norme gouvernementale n’est pas la seule et unique norme qui existe. À côté du droit dur ou du droit positif caractérisé par son caractère obligatoire, contraignant et juridicisé, existe le droit souple, c’est-à-dire l’ensemble de règles para-juridiques qui visent à influencer le comportement d’act... Poursuivre la lecture

Première partie de cette série ici.

Seconde partie de cette série ici.

Troisième partie de cette série ici.

 

À coté des fonctions principales du juge indiquées dans les articles précédents, deux autres doivent être citées.

Tout d’abord, celle du « juge-gardien ». Par cette fonction-là, il faut entendre que le juge est le gardien du réseau normatif dans lequel il est évolue.

 

Le juge gardien du réseau normat... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles