Démission de Liz Truss : les marchés ont parlé

Démission de Liz Truss : les marchés jouent toujours le rôle de gardiens pour contrôler l’accumulation de la dette.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
UK Government Foreign Secretary Liz Truss attends CHOGM 2022 by UK Government (Creative Commons CC BY-NC-ND 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Démission de Liz Truss : les marchés ont parlé

Publié le 21 octobre 2022
- A +

Le mois de Liz Truss en tant que Premier ministre britannique a été plutôt mouvementé, c’est le moins que l’on puisse dire. Après l’annonce par son gouvernement d’une série de réductions d’impôts et de plans de dépenses assez farfelus pour faire face à la crise énergétique, financés en grande partie par un endettement supplémentaire, la panique s’est emparée des marchés, les taux d’intérêt sur les obligations d’État britanniques à long terme ont fortement augmenté et même les fonds de pension ont été mis en danger et contraints de vendre des actifs.

Seule une intervention de la Banque d’Angleterre – qui a racheté pour 300 milliards de livres sterling d’obligations d’État – a pu faire baisser les taux d’intérêt, évidemment à un coût élevé pour les épargnants, puisque tout cet argent frais a été créé de toutes pièces. L’environnement mondial de hausse des taux d’intérêt a également joué un rôle majeur dans l’agitation du marché.

Comme le dit l’économiste espagnol Daniel Lacalle :

« Les mêmes personnes qui défendaient les déficits énormes et l’impression de monnaie comme la solution aux problèmes économiques rejettent maintenant la responsabilité des turbulences sur les marchés obligataires et monétaires britanniques sur un budget déficitaire. Il est également surprenant qu’aucun des soi-disant experts qui ont immédiatement imputé la cause de la volatilité des marchés britanniques au budget de Liz Truss n’ait dit quoi que ce soit sur l’effondrement de la valeur du yen et la nécessité d’une intervention de la Banque du Japon, qui dure depuis quinze jours. »

 

Truss a prévu trois fois plus de dépenses que de réductions d’impôts

Alors que beaucoup ont essayé de présenter l’agitation des marchés comme une réaction aux réductions d’impôts prévues, il ne faut pas oublier que les dépenses nouvellement prévues par Truss et son ministre des Finances Kwasi Kwarteng s’élevaient à 150 milliards de livres sterling, soit trois fois plus que les réductions d’impôts qu’ils prévoyaient de mettre en œuvre. Ces baisses d’impôts, soit dit en passant, ne feraient que réduire la charge fiscale globale du Royaume-Uni à 35 % du PIB, ce qui reste supérieur au niveau de 33 % datant de l’époque où Tony Blair est devenu Premier ministre.

Pendant ce temps, Truss a remplacé Kwarteng par un nouveau Chancelier de l’Échiquier, le vétéran Jeremy Hunt, qui a immédiatement supprimé à peu près toutes les réductions d’impôts prévues, mais a également réduit les dépenses prévues pour réduire les factures d’énergie. De plus, Hunt veut également faire des économies.

 

Reaganomics

Certains ont fait remarquer que les politiques initiales de Truss – réduction des impôts et augmentation des dépenses, le tout financé par une dette plus élevée – ne ressemblent pas tant à celles de Margaret Thatcher qu’à celles du président américain Ronald Reagan – les « Reaganomics ». En effet, Thatcher a effectivement réduit les dépenses, tandis que son gouvernement – qui contrôlait alors la politique monétaire – a décidé d’augmenter les taux d’intérêt plutôt que de les réduire, alors que la Banque centrale n’était pas encore indépendante pour fixer la politique des taux d’intérêt.

Les politiques de Thatcher ont été un grand succès en termes de promotion de la croissance économique, malgré le fait que certaines zones de la « ceinture du repos » du Royaume-Uni n’ont pas été en mesure de se redresser autant qu’on l’espérait. Un regard sur d’autres anciennes zones industrielles d’Europe continentale le montre clairement. Le Shropshire, le Derbyshire et le Lancashire obtiennent de bien meilleurs résultats en termes d’emploi que les cinq régions les moins performantes de l’autre côté de la Manche : les régions belges du Hainaut et de Liège et les régions françaises du Nord-Pas-de-Calais, de la Picardie et de la Lorraine.

Sur RealClearMarkets, John Tamny rappelle combien le débat économique était similaire dans les années 1970 :

« Le républicain George H.W. Bush pensait que les réductions d’impôts proposées par Ronald Reagan étaient inflationnistes, tout comme Jimmy Carter, l’éventuel adversaire de Reagan à la Maison Blanche. Les électeurs n’étaient pas d’accord, mais la politique ne devrait jamais être élaborée en comptant les têtes.  La réalité doit le dire, auquel cas la hausse du dollar dans les années 1980 a ridiculisé l’idée qu’une trop grande liberté économique conduisait à une dévaluation monétaire. » 

Reagan a également très bien réussi à stimuler l’économie, avec 92 mois sans récession de novembre 1982 à juillet 1990, soit la plus longue période de croissance soutenue en temps de paix et la deuxième plus longue période de croissance soutenue de l’histoire des États-Unis.

Pour le Royaume-Uni, cependant, il est important de garder à l’esprit une grande différence avec les États-Unis, comme le décrit Harry Clynch dans The Critic :

« L’Amérique émet la monnaie de réserve du monde. Le dollar américain est de loin la monnaie la plus recherchée au monde et domine le commerce international. Les investisseurs veulent – et ont besoin – d’accéder aux actifs libellés en dollars. Bien sûr, c’était aussi le cas de la livre sterling, à l’époque, oubliée depuis longtemps, où la Grande-Bretagne était la première puissance financière du monde. »

Bien sûr, le fardeau de la dette massive des États-Unis est un problème, mais il est peu probable qu’il devienne un jour un problème immédiat, du moins tant que les États-Unis jouiront du privilège exorbitant d’émettre la monnaie de réserve mondiale, ce qui signifie qu’ils peuvent imprimer leur propre monnaie et s’en tirer aussi, puisque l’économie mondiale fonctionne grâce au dollar. Peut-être cela changera-t-il bientôt, peut-être en raison des tensions avec l’Arabie saoudite, comme le croient les partisans de la théorie du pétrodollar, mais de nombreuses prédictions de la disparition imminente du dollar se sont révélées fausses.

 

Les « bond vigilantes » sont de retour 

Ce qu’il faut retenir des tentatives du gouvernement de Liz Truss pour commencer à accumuler des déficits à grande échelle, c’est que les marchés jouent toujours le rôle de gardiens pour contrôler l’accumulation de la dette. Les bond vigilantes sont des investisseurs qui surveillent de près les politiques budgétaires des gouvernements, pour commencer à acheter ou vendre les obligations d’État des pays sur cette base.

Si Truss ou son successeur veut poursuivre une véritable politique de réduction des impôts favorable à la croissance, elle doit faire ce que Thatcher a fait, à savoir réduire la taille de l’État en Grande-Bretagne.

Tous les ministères, à l’exception de la défense et de la santé, doivent maintenant commencer à trouver des économies, qui pourraient atteindre 15 % de leurs dépenses, même si cela doit être nuancé : les dépenses du gouvernement britannique vont encore augmenter dans les années à venir, mais moins que prévu initialement.

En théorie, la Banque centrale britannique commencera enfin à procéder à « quantitative tightening« , c’est-à-dire à réduire son bilan et sa politique d’argent bon marché, le 31 octobre. Toutefois, de nombreux analystes de marché ne croient pas que la Banque centrale osera vraiment le faire, étant donné les risques pour les titres d’État britanniques déjà fortement endettés.

Ceux qui pensent que cette pression des marchés ne concerne que le Royaume-Uni, et non les autres gouvernements occidentaux criblés de dettes, se trompent. La Banque centrale néerlandaise a déjà exhorté les fonds de pension à prendre des mesures pour éviter une crise du marché obligataire comme celle qu’a connue récemment le Royaume-Uni. Le régulateur européen a également récemment averti les banques de limiter l’effet de levier – c’est-à-dire les prêts accordés à des emprunteurs déjà endettés – et ce régulateur aurait constaté qu’elles sont ignorées.

La Banque centrale européenne va actuellement beaucoup plus loin que la Banque d’Angleterre pour consolider les finances des pays chancelants de la zone euro comme l’Italie et la Grèce. Comme au Royaume-Uni, l’inflation dans la zone euro atteint des sommets et comme au Royaume-Uni, la Banque centrale traîne les pieds pour intervenir fortement, simplement parce que la fin de l’argent bon marché est si douloureuse à des niveaux d’endettement élevés.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Avatar
    The Real Franky Bee
    21 octobre 2022 at 5 h 13 min

    Les banques centrales occidentales sont dans une impasse. L’impression de monnaie exponentielle a créé les conditions d’une inflation monstre qui ne peut être résolue qu’avec des politiques bien plus restrictives côté monétaire évidemment, mais aussi côté budgétaire (ce que nos médiocres dirigeants – véritables cuistres en économie – ne comprennent pas). En résumé, la fête est finie et ça arrive également en zone euro où les chèques à tout va de Bruno vont finir par poser un problème sur les marchés, tout comme l’Italie ingouvernable. Si, si, vous allez voir !

  • Si je lis bien, les dépenses supplémentaires représentaient 3 fois le montant des réductions d’impôt, et la conclusion unanime aura été que les réductions d’impôt sont ce qui a fait chuter Truss et ce qu’il faut éviter à tout prix. Ce Monde Est Foutu.

    • Vous lisez mal. Vos réductions d’impôts chéries ne sont pas seules en cause.
      Lizz Truss a voulu « aider » et les riches – ah ! – et les pauvres – oh ! – mais n’est pas Macron qui veut – hi hi !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Les milieux financiers découvrent tardivement les faiblesses du modèle chinois, pourtant perceptibles depuis une décennie. C’était prévisible pour tout observateur de la démographie, des mécanismes de développement et du communisme.

On peut penser notamment aux dettes souscrites en contrepartie de faux actifs, par exemple pour la construction de logements, alors qu’il y a de moins en moins de jeunes pour les occuper ou d’infrastructures redondantes, faisant momentanément la joie des bâtisseurs. Je me doutais bien que ces dettes sortira... Poursuivre la lecture

Nicolas Tenzer est enseignant à Sciences Po Paris, non resident senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA) et blogueur de politique internationale sur Tenzer Strategics. Son dernier livre Notre guerre. Le crime et l’oubli : pour une pensée stratégique, vient de sortir aux Éditions de l’Observatoire. Ce grand entretien a été publié pour la première fois dans nos colonnes le 29 janvier dernier. Nous le republions pour donner une lumière nouvelles aux déclarations du président Macron, lequel n’a « pas exclu » l’envoi de troupes ... Poursuivre la lecture

Voilà maintenant quatre ans que le Royaume-Uni a officiellement quitté l'Union européenne. Depuis le Brexit, la Grande-Bretagne a connu trois Premiers ministres, et d'innombrables crises gouvernementales. Néanmoins, malgré le chaos de Westminster, nous pouvons déjà constater à quel point les régulateurs du Royaume-Uni et de l'Union européenne perçoivent différemment l'industrie technologique. Le Royaume-Uni est un pays mitigé, avec quelques signes encourageants qui émergent pour les amateurs de liberté et d'innovation. L'Union européenne, qua... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles